Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Mer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Sam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Dim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Ven 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Mer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Sam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Lun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Mar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Mar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Lun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Jeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Jeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Sam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Mer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Lun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Jeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Mar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Mer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Mar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Lun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Dim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Lun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Lun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Mars 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Service des renseignements interieurs iranien (SAVAK)

Aller en bas

Sujet / Message Service des renseignements interieurs iranien (SAVAK)

Message par Sphinx le Mer 16 Sep - 0:45

SAVAK

La SAVAK (persan : ساواک acronyme de سازمان اطلاعات و امنیت کشور Sāzmān-e Ettelā'āt va Amniyat-e Keshvar, Organisation pour le renseignement et la sécurité nationale) était le service de sécurité intérieure et le service de renseignement de l'Iran entre 1957 et 1979.

Histoire
La SAVAK est fondée en 1957 avec l'assistance de la CIA et du Mossad avec pour mission de protéger le Shah, Mohammad Reza Pahlavi et de contrôler l'opposition, en particulier politique. Son premier directeur est le général Teymour Bakhtiar qui est remplacé par Hassan Pakravan en 1961 puis assassiné. Pakravan est remplacé en 1965 par le général Nematollah Nassiri, un proche du Shah, et le service fut réorganisé et devint de plus en plus “efficace” face à l'opposition islamique et communiste (Toudeh) de plus en plus remuante. La SAVAK était sous les ordres directs du premier ministre et possédait des liens étroits avec l'armée.

Opérations

La SAVAK avait virtuellement des pouvoirs illimités d'arrestation et de détention. Elle opérait dans ses propres centres de détention, comme la tristement célèbre prison d'Evin. Il est de notoriété publique que la SAVAK soumettait régulièrement ses détenus récalcitrants à la torture physique. En plus de ses activités domestiques, le service se chargeait aussi de la surveillance des iraniens à l'étranger (spécialement les étudiants ayant des bourses du gouvernement à l'étranger, particulièrement en France, aux États-Unis et au Royaume-Uni).

Des agents de la SAVAK menaient aussi des opérations les uns contre les autres. Teymour Bakhtiar fut assassiné par des agents de la SAVAK en 1970, et Mansour Rafizadeh, directeur d'opérations de la SAVAK aux États-Unis, rapporta que le téléphone du Général Nassiri était sous écoute. Hussein Fardust, un ancien camarade de classe du Chah, a été directeur délégué de la SAVAK jusqu'à ce qu'il soit nommé chef de l'Inspection Impériale, aussi connue sous le nom de Bureau Spécial du renseignement, qui s'occupait de surveiller les officiels de haut niveau, dont les directeurs de la SAVAK. La SAVAK a aussi été impliquée dans l'affaire du vendredi noir.

Post-Révolution

Après le départ en exil du Chah en janvier 1979, les 15 000 agents de la SAVAK furent la cible de représailles. La plupart de ses dirigeants furent assassinés et l'organisation fut démantelée par l'Ayatollah Rouhollah Khomeini dès sa prise du pouvoir en février de la même année.

La SAVAK a été remplacée par la SAVAMA, Sāzmān-e Ettelā'āt va Amniat-e Melli-e Irān (« Organisation du renseignement et de la sécurité de la nation iranienne »). La SAVAMA sera par la suite renommée VEVAK, Vezārat-e Ettelā'āt va Amniat-e Keshvar (« Ministère des renseignements et de la sécurité nationale »).

Directeurs de la SAVAK

Teymour Bakhtiar (1957-1961)
Hassan Pakravan (1961-1965)
Nematollah Nassiri (1965-1978)
Nasser Moghaddam (1978-1979)

wikipédia


Dernière édition par sphinx le Sam 5 Juin - 4:25, édité 3 fois

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Service des renseignements interieurs iranien (SAVAK)

Message par Sphinx le Mer 16 Sep - 0:53

Vezarat-e Ettela'at va Amniat-e Keshvar

Le ministère des Renseignements et de la Sécurité nationale (en persan : وزارت اطلاعات) ou VEVAK (acronyme de Vezarat-e Ettelā'at va Amniat-e Keshvar) est la principale agence de renseignement iranienne. Elément essentiel de l'appareil de sécurité de la république islamique, il est particulièrement bien financé et équipé au regard des autres ministères, constituant souvent le bras armé de la politique étrangère du gouvernement iranien. Jusqu'à sa récente réorganisation, il a souvent été accusé de participer à des activités extra-territoriales, notamment l'entraînement et le financement du Hezbollah.



Historique

Créé pour remplacer la SAVAK du shah, renversé par la révolution islamique de 1979, le degré de continuité entre les deux agences est difficile à déterminer tant leur base idéologique diffère, bien que le rôle reste sensiblement le même. Il est probable qu'aux premiers efforts pour purger l'organisation ait succedé un certain pragmatisme qui a permis de conserver l'essentiel du personnel, qui avait été particulièrement actif dans l'infiltration de groupes dissidents de gauche ainsi que du Parti Baas de l'Iraq voisin.

C'est l'ayatollah Rouhollah Khomeini qui formalisa la constitution des services secrets en un ministère de plein droit : le ministère prit finalement corps le 18 août 1984, remplaçant par la même de nombreuses petites agences gouvernementales concurrentes. Il est placé sous l'autorité directe du guide suprême et le ministre de cette institution doit être un mujtahid.

Ministres titulaires

Mohammad Reyshahri (sous le Premier ministre Mir-Hossein Mousavi);
Ali Fallahian (sous la présidence d'Ali Akbar Hashemi Rafsanjani);
Ghorbanali Dorri-Najafabadi (sous la présidence de Mohammad Khatami, démissionne après une année);
Ali Younessi (Présidence Khatami), et
Gholam Hossein Mohseni-Ejehei (Présidence de Mahmoud Ahmadinejad).

wikipédia

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Service des renseignements interieurs iranien (SAVAK)

Message par Syfou le Sam 30 Jan - 15:36

NOTE D'ACTUALITÉ N°200

(Alain Rodier le 05-01-2010)

Les services de renseignement occupent une place privilégiée au sein de l'Etat iranien. En effet, c'est en grande partie sur eux que repose la sécurité du régime théocratique.

Leur mission première est de combattre toute menace qui pèse sur le régime des mollahs, qu'elle soit d'origine intérieure ou extérieure. Ainsi, traditionnellement, ces services ont toujours fait une chasse féroce aux opposants politiques, ethniques ou religieux.

Leur deuxième tâche consiste à s'opposer aux actions du « grand » et « petit Satan » et à leurs alliés (les Etats-Unis, Israël et les Occidentaux en général), c'est-à-dire combattre ces Etats en menant une guerre secrète qui a beaucoup fait appel au terrorisme dans le passé. Cette action se poursuit actuellement sur les théâtres afghan et irakien. Plus discrète encore sont les opérations que mènent les services iraniens au Yémen et sur l'ensemble des continents africain et sud-américain via l'importante diaspora libanaise qui est infiltrée depuis des lustres par le Hezbollah libanais, lequel sert d'intermédiaire aux services de Téhéran.

La dernière mission qui leur est confiée, et non des moindres, consiste à participer à la mise à niveau des forces armées et du potentiel nucléaire. En effet, face à l'embargo décrété par la communauté internationale, les services iraniens doivent trouver sur le marché parallèle les pièces de rechange et les composants qui sont indispensables au pays pour poursuivre la modernisation de son arsenal militaire en général, et la réalisation d'une force de frappe nucléaire en particulier.

Afin de mener à bien ces missions aussi variées que diverses, les services de Téhéran ont mis en place un maillage serré dans toutes les provinces iraniennes et sur l'ensemble de la planète.

Le ministère du renseignement et de la sécurité (Vevak)

Entre 1981 et 1984, un organisme portant le nom de Savama ( Sazman-e Ettela'at va Amniyat-e Melli-e Iran ) a existé. Il s'apparentait à un service spécial, car il semble que sa seule mission ait consisté à éliminer tout ce qui pouvait être considéré comme une opposition directe ou potentielle au régime des mollahs, aussi bien en Iran qu'à l'étranger. En effet, à l'époque les nouveaux maîtres de Téhéran craignaient d'être renversés par une opposition intérieure car ils n'avaient pas encore réussi à asseoir solidement leur régime.

Une fois que la situation a été jugée suffisamment stabilisée, un véritable service de renseignement a vu le jour : le ministère du Renseignement et de la Sécurité nationale, Vevak ( Vezarat-e Ettela'at va Amniyat Keshvar ). Il est créé officiellement le 18 août 1984, alors que Mir Hossein Moussavi est Premier ministre. Son premier chef est alors l'ayatollah Mohammad Mohammed Reychari (tous ses successerus seront également ds religieux). Le Vevak reprend les attributions de la Savak, service spécial particulièrement redoutable qui sévissait du temps du Shah. Bien que nombre d'officiers de ce service aient été exécutés après la révolution, le nouveau pouvoir a l'intelligence d'en retourner un certain nombre qui apportent leurs compétences professionnelles à la constitution du nouveau service. Le plus connu est l'ancien numéro deux de la Savak, le général Hossein Fardoust, qui est affecté comme conseiller auprès du bureau de renseignement du Premier ministre de l'époque, Medhi Bazargan. C'est sous l'égide de cet organisme que la Savama puis le Vevak voient le jour. Cependant, Fardoust est ensuite emprisonné et décède en prison le 18 mai 1987.

Le Vevak est très actif à l'intérieur comme à l'étranger. Sa mission première consiste toujours à traquer les opposants au régime. Mais, avec le temps, d'autres objectifs sont venus se greffer à la mission initiale. Un des plus importants consiste à approvisionner l'Iran en matériels soumis à embargo, au premier rang desquels se trouvent les armements, les pièces de rechange militaires et tout ce qui est nécessaire au développement d'un programme nucléaire. Une autre mission nouvelle consiste à préparer les représailles au cas où les Etats-Unis ou Israël (ou les deux Etats ensemble) envisageraient une intervention armée afin d'interrompre le développement du programme nucléaire national.

Le chef actuel du Vevak est le mollah Heydar Moslehi. Son prédécesseur, Qolem Mohseini Ejei, a été démis de ses fonctions la 26 juillet 2009. Il lui aurait été reproché de ne pas avoir su bien gérer la crise contestataire qui secoue le pays. Il avait été investi après la première élection du président Mahmoud Ahmadinejad, le 24 août 2005. Il avait lui-même succédé à Ali Younessi, qui était affublé du terme de « réformateur ». Un des chefs les plus célèbres du Vevak est l'hodjaloteslam Ali Fallahian, qui a été en fonction de 1989 à 1997. Avec d'autres dignitaires du régime - dont l'ayatollah Hachemi Rafsandjani, Mohsen Rezaï et deux de ses successeurs, Dorri Najafabadi (nommé en 1998) et Ali Younessi (nommé en février 1999) - il fait l'objet d'un mandat d'arrêt international pour l'assassinat de dissidents en septembre 1992, à Berlin.

.../...
Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Service des renseignements interieurs iranien (SAVAK)

Message par Syfou le Sam 30 Jan - 15:43

Organisation

En théorie, le Vevak est placé sous l'autorité du Conseil suprême de la Sécurité nationale (CSSN), l'organisme le plus élevé de la Défense. En fait, il répond de ses actes directement auprès du Guide suprême de la révolution, l'Ayatollah Ali Khamenei. Son quartier général est situé à Téhéran, dans les anciens locaux de la Savak.

Le Vevak comprend 15 000 personnels, tous civils, à la différence de la défunte Savak qui avait un statut militaire. Entre 2 000 et 8 000 de ses membres sont affectés à l'étranger. Cette estimation est imprécise car il est difficile de comptabiliser les officiers traitants, présents pour des missions de courte ou moyenne durée, à l'étranger. En général, un résident sous couverture diplomatique reste en place de trois à cinq ans. Un clandestin peu passer sa vie à l'étranger.

Le Vevak se compose de cinq directions, placées sous l'autorité d'une direction générale qui porte le numéro 10 :

la direction de l'Analyse et de la Stratégie (n°11) a en charge une mission d'analyse au profit des hautes autorités, mais aussi les opérations de désinformation ;
la direction de la Sécurité Intérieure (n°12) est chargée de la protection des institutions étatiques et du contrôle des lieux de transit internationaux (aéroports, ports, frontières) ;
la direction de la Sécurité nationale (n°13) a pour mission de surveiller tous les mouvements d'opposition ;
la direction du Contre-espionnage (n°14) est compétente aussi bien à l'intérieur qu'à l'étranger ;
la direction du Renseignement extérieur (n°15) regroupe les missions de recherche et d'analyse de renseignements. Elle est divisée en départements géographiques et thématiques. Le département n°155 a en charge le soutien de mouvements islamiques. Le département n°157 qui est implanté au sein du ministère des Affaires étrangères a pour mission de gérer les postes dissimulés dans les représentations diplomatiques.
A côté de ces directions se trouve des départements d'importance inégale :

le département des affaires extérieures ;
le département du renseignement intérieur ;
le département de la planification ;
le département d'étude des religions ;
le département du renseignement sur Téhéran ;
le département de la documentation ouverte ;
le département du procureur général ;
le département des opérations ;
le département de la formation ;
le département de l'administration ;
le département des approvisionnements ;
le département des services financiers.
Les membres du Vevak sont étroitement contrôlés et encourent les pires sanctions en cas de manquement à la sécurité. Par le passé, certains de ses responsables, même parmi les plus importants, ont fait l'objet de purges sanglantes, à l'exemple du vice-ministre de la Sécurité (statutairement, le numéro deux du Vevak), Saïd Emami qui a été incarcéré puis qui s'est « suicidé » en prison pour « raison d'Etat ». En fait, Emami aurait supervisé l'assassinat d'une centaine d'opposants en Iran. Cette sale besogne étant devenue trop voyante, le pouvoir aurait supprimé ce témoin gênant.

Généralement, les fonctionnaires du Vevak ne sont pas des islamistes purs et durs mais plutôt des nationalistes. C'est pour cette raison qu'ils sont surveillés de près par des pasdaran qui s'assurent de leur loyauté. Il y a d'ailleurs là un mystère. En effet, une grande partie des personnels du Vevak sont d'anciens pasdaran. On peut s'interroger sur le pourquoi de cette défiance affichée. Peut-être que leur contact avec le monde extérieur a émoussé leur foi dans le régime. C'était déjà le cas avec beaucoup de membres du KGB qui purent constater, à leur époque, que le monde capitaliste ne correspondait pas à l'image que le Parti communiste véhiculait.

.../...
Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Service des renseignements interieurs iranien (SAVAK)

Message par Syfou le Sam 30 Jan - 15:46

Infrastructure à l'étranger

Les agents officiels servent à l'étranger sous couverture diplomatique. D'ailleurs, le Vevak agit en étroite coopération avec le ministère des Affaires étrangères. Certains ambassadeurs iraniens sont même des officiers traitants du Vevak, chose qui est impensable dans tout pays ayant une apparence minimum de démocratie...

Pour leur part, les agents clandestins sont souvent des personnels d'Iran Air, de l'agence de presse IRNA, de la radiotélévision IRIB, d'associations culturelles ou caritatives (la Fondation des martyrs, la Fondation des opprimés et des dépossédés, l'Organisation pour la culture et les relations islamiques, etc.), des étudiants, des hommes d'affaires, des commerçants, des employés de banques, des médecins, des infirmières, etc. Même le Croissant Rouge iranien sert à l'occasion de couverture. Certains des agents clandestins ont réussi à infiltrer les divers mouvements d'opposition iraniens installés à l'étranger. Leur mission consiste alors, non seulement à surveiller de l'intérieur ces mouvements jugés hostiles, mais aussi à se livrer à des opérations d'intoxication et de désinformation.

Les banques iraniennes, comme la banque Melli, servent également à fournir discrètement les fonds nécessaires à la vie des réseaux constitués par les officiers traitants du Vevak.

Etant donné le nombre important d'officiers traitants résidant à l'étranger, il est évident que toutes les grandes capitales en accueillent plusieurs. Traditionnellement,, l'Irak, l'Arabie saoudite, les pays du Golfe persique et d'Asie centrale constituent des objectifs importants pour les services iraniens.

Un des plus important poste du Vevak à l'étranger se trouve situé à Amman, en Jordanie. En dehors du fait que la capitale jordanienne est géographiquement intéressante car elle permet de couvrir le Proche-Orient, des liens étroits unissent le Vevak avec les services de renseignements militaires jordaniens.

Les Syriens, les Soudanais, les Libyens, les Russes et les Tadjiks constituent également des interlocuteurs privilégiés pour le Vevak avec lequel ils échangent fréquemment des informations.

Etant donné l'intérêt stratégique de la zone, des postes sont également présents au sein des représentations diplomatiques iraniennes en Arabie saoudite et dans les Emirats arabes unis (EAU), particulièrement à Dubaï et à Barhein. Ces pays zone servent à faire transiter discrètement des fonds en provenance d'Iran vers le Hezbollah libanais.

En Europe, des postes importants ont été localisés à Paris, Bruxelles, Berlin (précédemment à Bonn), Vienne, Genève, Nicosie (Chypre), Ankara et Istanbul.

.../...
Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Service des renseignements interieurs iranien (SAVAK)

Message par Syfou le Sam 30 Jan - 15:47

Objectifs

Traditionnellement, la première mission du Vevak est la surveillance, l'influence, la neutralisation - pouvant aller jusqu'à l'élimination physique -de membres de l'opposition réfugiés à l'étranger. C'est ainsi que plus de cent meurtres ont été commis depuis 1979. Le mouvement le plus visé est le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), qui chapeaute l'Organisation des moudjahiddines du peuple d'Iran (OMPI). Le Parti démocratique kurde iranien (PDKI) est également sur la liste de ses objectifs. Son chef, Sadegh Sharah-Kindi, et trois de ses fidèles ont été abattus dans un restaurant en Allemagne, le 17 septembre 1992. Le chef du Vevak de l'époque, Ali Fallahian, a été inculpé en mars 1996 par un tribunal allemand pour avoir commandité ces assassinats. Quelques autres personnalités ont aussi été assassinées : Kazem Radjavi, en Suisse en avril 1990 ; Cyrus Elahi, à Paris en octobre 1990 ; Abdelrahman Boroumad, à Paris, en avril 1991 ; Chapour Bakthiar, à Suresnes en août 1991 ; Mohammed Hossein Naghdi, à Rome en mars 1993 ; Zera Rajabi, à Istanbul en février 1996 ; et Reza Mazlouman, à Créteil en mai 1996, etc. Les opérations homo (élimination physique en jargon des services spéciaux) se sont intensifiées en Irak depuis l'invasion américaine de 2003, Les opérateurs du Vevak faisant souvent passer la mort d'un opposant pour un crime crapuleux ou une action des milices sunnites. A titre d'exemple, le 13 octobre 2006, Abdul-Rahim Nasrallah, le leader du Parti national pour la justice et le progrès (NJPP) - un mouvement politique irakien fortement opposé à Téhéran - a été assassiné avec dix de ses fidèles à Bagdad par des hommes portant des uniformes de la police. Certains experts voient la main du Vevak derrière cette attaque parfaitement ciblée.

Les Kurdes

Les mouvements kurdes sont une des préoccupations principales du Vevak. Si les Kurdes iraniens sont très surveillés, les membres du PKK (Turquie) tiennent une place à part. En effet, Osman Öcalan - le frère d'Abdullah Öcalan, le leader historique du mouvement aujourd'hui emprisonné en Turquie - résidait en Iran depuis le début des années 90. Il partage désormais la direction politique du mouvement séparatiste et se serait replié en Irak du Nord. Cette politique ambiguë permet à Téhéran de faire pression sur Ankara afin de limiter la coopération de la Turquie avec les Etats-Unis. L'Union patriotique du Kurdistan (UPK) de Jalal Talabani est également infiltrée par le Vevak depuis de très longues années. Il suffit, pour s'en convaincre, de constater comment Talabani, actuellement président irakien en exercice, est intervenu rapidement pour que les Américains libèrent des membres des services spéciaux iraniens faits prisonniers en Irak fin 2006 et début 2007.

Les sunnites

Un autre objectif prioritaire est constitué par les mouvements sunnites extrémistes (salafistes/wahhabites), du Pakistan, des Emirats arabes unis et d'Arabie saoudite. A l'occasion, les services iraniens se sont frottés à l'Inter Services Intelligence (ISI) pakistanais et aux services saoudiens ( Istikhbarat al'Am ). Les zones d'action prioritaires sont Lahore, Karachi, Quetta et l'Afghanistan, où sept diplomates en poste au Consulat de Mazar I-Sharif et un « journaliste » iraniens ont été assassinés en 1998.

Depuis sa création, Al-Qaida est l'objet de toutes les attentions du Vevak. Des rumeurs laissent penser que les services iraniens ont assassiné Abdullah Azzam, ce Palestinien, chef du Bureau d'aide aux moudjahiddines (MAK) en novembre 1989. Ce dernier semblait faire un peu trop d'ombre à Oussama Ben Laden qui fut pourtant son élève. En octobre et novembre 2001, les services iraniens ont facilité l'exfiltration de membres d'Al-Qaida - dont des membres de la famille de Ben Laden - d'Afghanistan ,suite à l'intervention américaine. De nombreux indices laissent penser que Téhéran utilise une partie d'Al-Qaida pour mener à bien sa politique extérieure. L'objectif principal de Ben Laden, qui est de déstabiliser le régime en place en Arabie saoudite, paraît intéresser également Téhéran. L'ampleur des actions de la nébuleuse djihadiste permet en outre de cacher certaines opérations clandestines des services iraniens.

Certains réfutent cette thèse en déclarant que les chiites et les sunnites ne peuvent s'entendre. C'est oublier un peu vite que l'imam Khomeiny a toujours déclaré que les différences entre chiites et sunnites « sont plus historiques que théologiques ». Si la période intermédiaire des présidents Hachemi Rafsanjani et Khatami a mis entre parenthèses cette vision des choses, l'arrivée au pouvoir d'Ahmadinejad semble avoir été un retour aux sources.

En effet, à l'image des Frères musulmans, du Jamaat-i-Islami égyptien, du Hamas, du Djihad islamique et du Front populaire de libération de la Palestine-Commandement général (FPLP-CG), divers mouvements sunnites se sont joints à la lutte engagée par l'Iran contre l'« impérialisme judéo-chrétien ». En échange, Téhéran a accordé, dès l'automne 2006, 50 millions de dollars au Hamas qui peine à trouver des fonds depuis la défection d'une partie des financements occidentaux. En janvier 2007, le ministre des Affaires étrangères palestinien, Mahmoud al Zahar reconnaissait que Téhéran avait déjà fourni plus de 120 millions de dollars d'aide au gouvernement dirigé par le Hamas ! Il a même ajouté que cette aide devrait se poursuivre dans l'avenir. Il est aussi très significatif de constater que de nouvelles tactiques, copiées sur celle du Hezbollah libanais formé par des instructeurs iraniens, sont désormais employées par les forces du Hamas et du Djihad islamique.

La donne a encore changé avec la conquête de la bande de Gaza par le Hamas en juin 2007. Cette opération a été méticuleusement préparée à l'avance par les services spéciaux iraniens. Leur objectif est de constituer une base arrière solide au sud de l'Etat d'Israël afin de pouvoir, le jour venu, lancer des opérations de harcèlement à l'intérieur même du territoire hébreu. La phase suivante consiste à renforcer le pouvoir du Hamas dans la région, l'approvisionner en armes et munitions, et parfaire l'entraînement militaire de ses activistes.

.../...
Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Service des renseignements interieurs iranien (SAVAK)

Message par Syfou le Sam 30 Jan - 15:48

L'Irak et l'Afghanistan

L'Irak constitue actuellement un terrain d'opérations privilégié pour le Vevak. Les réseaux de renseignement iraniens en Irak datent du temps du Shah. Certains officiers traitants de la Savak, spécialistes de ce pays, ont même été rappelés à leur poste par le régime des mollahs après leur prise du pouvoir en 1979, car les nouveaux gouvernants avaient confiance dans leur expertise. Le parti Baassiste de Sadam Hussein (aujourd'hui disparu à la plus grande satisfaction de Téhéran) était également infiltré par des agents iraniens, exploit que même les services américains et israéliens ne sont jamais parvenus à réaliser. Depuis l'invasion américaine de 2003, le Vevak, en coopération étroite avec les pasdaran, a installé des postes de renseignement à Bagdad, Nadjaf, Kerbala, Kut, Bassora et Kirkouk.

A l'est, l'Afghanistan fait aussi l'objet de toutes les attentions des services iraniens. Les tribus du pays n'ont aucun secret pour les Iraniens qui les ont infiltré depuis des années. Le Vevak aurait même réussi à recruter une taupe au sein de l'armée britannique. Malgré son faible grade, un caporal d'origine iranienne -parlant couramment le pachtoun - qui servait d'interprète au commandant des troupes de l'OTAN et avait accès à de nombreuses informations sensibles. Dans ce pays, Téhéran s'appuie sur des ennemis d'hier, notamment le Hezb-I-Islami de Gulbuddin Hekmatyar, qui fut combattu en son temps comme les taliban, car Téhéran pensait que les uns et les autres constituaient une menace pour le régime iranien.

Les services iraniens ont également apporté directement leur aide à l'armée bosniaque depuis 1993. Les estimations les plus répandues évoquent la présence de 2 500 « conseillers » en 1995.

Israel

Enfin, le Vevak est actuellement engagé dans une lutte sans merci pour empêcher le Mossad de nuire à sa politique d'acquisition de l'arme nucléaire. En effet, les Israéliens mènent une guerre secrète pour ralentir le processus qui doit amener à terme Téhéran à posséder l'arme nucléaire. Le Mossad n'hésite pas à s'en prendre à des scientifiques et à des industriels qui sont susceptibles d'apporter leur aide à Téhéran.

.../...
Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Service des renseignements interieurs iranien (SAVAK)

Message par Syfou le Sam 30 Jan - 15:49

Le recours à la méthode forte

Il est convient de souligner que le Vevak n'est pas doté d'un service action. Ce type de mission est confié aux pasdaran, en particulier à la force Al Qods. C'est d'ailleurs le chef des pasdaran, le général Suleimani, qui aurait traité personnellement Al-Zarkaoui, le chef d'Al-Qaida en Irak. En effet, ce dernier aurait été un agent iranien jusqu'en 2004. Ce sont également les pasdaran qui ont eu la charge de former des « résistants » irakiens à l'emploi d'IED, lesquels ont causé tant de victimes parmi les forces de la coalition. Plus récemment, selon les autorités américaines et britanniques, il semble que les pasdaran ont formé des activistes irakiens au maniement de missiles anti-aériens portables.

En règle générale, le Vevak apporte les renseignements nécessaires et les pasdaran s'occupent des opérations. Les moyens d'action des services iraniens sont souvent violents. Ils n'hésitent pas à employer l'arme terroriste. Les opérations les plus célèbres sont : l'attentat contre des détachements militaires français et américains au Liban en 1983, qui ont causé la mort de 299 personnes ; une série d'attentats à la bombe à Paris en 1989 (12 morts) ; les attaques contre l'ambassade d'Israël et la communauté juive à Buenos Aires, en 1992 et 1994 (125 tués) ; et vraisemblablement l'attentat de Dahran dirigé contre les Américains en Arabie saoudite, le 26 juin 1996 (19 Américains avaient été tués et 372 personnes blessées). Le Hezbollah saoudien est suspecté avoir commis ce dernier attentat en liaison avec Al-Qaida. Dans le cadre de cette affaire, Le nom d'un officier supérieur des pasdaran est souvent cité : Ahmad Chafiri.

L'Organisation du renseignement du Corps des gardiens de la Révolution islamique

En ce qui concerne l'étranger, l'Organisation du renseignement du Corps des gardiens de la Révolution islamique ( Ettella at e Sepâh ) est composée de deux comités. Celui du renseignement et celui de l'exécution des opérations. Cette organisation a été créée à l'origine par Mohsen Rezaï, un des candidats malheureux à l'élection présidentielle de 2009. Etroitement lié au Vevak, utilisant les mêmes couvertures, ses membres gardent cependant leur autonomie, servant parfois à surveiller leurs homologues des services de renseignement. Cependant, on peut trouver certains d'entre eux au poste d'attaché de défense. Ils servent alors es qualité.

En Iran, les pasdaran ont des bureaux de renseignement implantés dans tout le pays et plus particulièrement au sein des unités militaires. Une partie de leur mission peut alors être apparentée à celle d'une sorte de « sécurité militaire ». En effet, les mollahs ont toujours gardé une grande défiance vis-à-vis des cadres de l'armée, même si aujourd'hui plus aucun officier n'a servi du temps du Shah [1]. En effet, les officiers, toutes nations confondues, sont généralement plus motivés par un sentiment nationaliste qu'idéologique ou religieux. Cela peut les mener à des contradictions psychologiques qui les conduisent à se révolter contre le pouvoir politique. Une rébellion de l'armée iranienne pourrait avoir raison du régime. Toutefois, elle paraît être bien verrouillée à l'heure actuelle.

Comme cela l'a été décrit précédemment, les pasdaran sont plus tournés vers l'action, la force Al-Qods fournissant les exécutants aussi bien en Iran qu'à l'étranger. Cette dernière commandée par le général Qassem Suleimani est forte d'environ 20 000 hommes. Son état-major est installé dans l'ancienne ambassade des Etats-Unis à Téhéran rebaptisé « caserne Kazemi ».

En Europe, le responsable des cellules dormantes serait Mohammad Reza Yazdan Panah - alias Hossein Allah-Karam. Il aurait été détaché au sein du Hezbollah. Il est secondé par le colonel Sa'id Ghasmi. Dans les Etats du Golfe persique, ce serait un Arabe (nationalité inconnue) du nom de Bad al Emir Efrawi qui aurait cette responsabilité. Il dépendrait de la division Al-Qods et utiliserait comme couverture le Croissant rouge iranien.

.../...
Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Service des renseignements interieurs iranien (SAVAK)

Message par Syfou le Sam 30 Jan - 15:53

Les autres structures de renseignement

Il existe également une multitude d'autres structures traitant du renseignement :

le bureau 101 rattaché directement au Guide suprême de la Révolution,
le Bureau de sauvegarde du renseignement de l'armée,
le J-2 de l'état-major général, qui a particulièrement en charge le renseignement fourni par les satellites,
l'Unité de renseignement et d'enquête du bureau du Premier ministre,
le Direction de la sécurité des milices bassidjis,
l'Unité du renseignement des komitehs de la révolution islamique,
le Bureau du renseignement du Procureur de la Révolution.
Des rumeurs laissent entendre que le renseignement iranien aurait été placé, à l'automne 2009, sous l'autorité d'un seul homme : Hossein Ta'eb, l'ancien chef des milices bassidjis. Il aurait établi ses bureaux à Qars-e Firouzeh, l'état-major même des pasdaran. Il ne rendrait compte qu'au Guide suprême de la révolution via son chef de cabinet, Ali Asghar Hejazi.

***Les services de renseignement iraniens jouent un rôle de tout premier plan pour soutenir le régime des mollahs. Tant que ceux-ci seront fidèles à leurs maîtres, il n'y a pas de raison de penser que le pouvoir en place à Téhéran soit déstabilisé ou renversé. En effet, quoiqu'en disent les médias occidentaux, l'opposition actuelle n'est absolument pas une menace majeure pour le pouvoir. Les services paraissent parfaitement verrouiller la situation et, suprême paradoxe, l'agitation leur a même permis d'identifier les individus qui pouvaient à terme représenter une alternative politique crédible. Il leur est désormais d'autant plus facile de les neutraliser, soit en les décrédibilisant, soit parfois, en les éliminant physiquement.

http://www.cf2r.org
Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Service des renseignements interieurs iranien (SAVAK)

Message par Sphinx le Dim 14 Mar - 23:36

Un réseau d'espionnage américain démantelé à Téhéran



La République Islamique d'Iran a annoncé le démantèlement d'un réseau d'espionnage travaillant à la solde du service de renseignements central américain (CIA) et l'arrestation de trente personnes.
"Ce réseau qui communiquait sur l'internet était financé par les Etats-Unis et comprenait des membres du mouvement en exil des Moudjahidine du peuple (OMPI) et des monarchistes", ont indiqué les services du procureur général dans un communiqué .


Le groupe est accusé d'avoir lancé une guerre psychologique contre la République islamique, organisé et encouragé le peuple à participer à des rassemblements illégaux, rassemblé des informations sur des scientifiques nucléaires qu'ils ont transmis à des agences d'espionnage". Il a également permis "aux Iraniens d'accéder à l'internet en court-circuitant les systèmes de
filtres officiels" et publié de fausses informations sur la mort de 72 personnes lors des affrontements qui ont suivi le scrutin présidentiel.

Selon le parquet, les fonds dont bénéficiait ce réseau "ont été alloués par l'administration de l'ancien président américain George Bush pour lancer une cyberguerre contre l'Iran".

La majorité des membres de ce groupe ont été arrêtés en Iran mais "Interpol a été informé afin d'agir contre ceux vivant aux Etats-Unis", a précisé le parquet.

D'après le membre de la commission de la sécurité nationale et des relations étrangères au
conseil consultatif iranien, cheikh Hussein Ibrahimi, le réseau d'espionnage en relation avec les Etats-Unis, avait été démantelé avant de commettre des actes dangereux ou de récolter des informations sur les experts nucléaires de l'Iran.

Dans une interview à la chaine télévisée "elAlam" samedi soir, Ibrahimi a déclaré: "Nous étions au courant de l'action des Etats-Unis à l'intérieur de la République Islamique, pour cette raison les membres du ministère de la sécurité ont arrêté ces derniers. Quiconque tente de porter atteinte à la sécurité de l'Iran sera arrêté, et nous sommes tous prêts à arrêter les agents des Etats-Unis. Washington cherche toujours à renverser le régime iranien, elle a essayé par le passé de réaliser cet objectif, et elle le fait maintenant via l'internet et les réseaux cybernétiques".

Et d'ajouter: "Les Etats-Unis doivent savoir que le gouvernement islamique en Iran est décidé à faire face à tous ceux qui tentent de déstabiliser la sécurité du pays. Tout complot contre l'Iran sera tourné contre ceux qui le trament".

"Malheureusement, toutes les personnes arrêtées sont des Iraniens qui ont vendu leur dignité aux étrangers. Dans tous les cas, ils ont été capturés et seront traduits en justice", a-t-il indiqué.

Selon la chaîne officielle de télévision en anglais Press-TV, l'un des deux responsables de ce groupe est Ahmad Batebi, un étudiant qui a fui la République islamique en 2007 après avoir purgé une peine de neuf ans de prison après les émeutes étudiantes de juillet 1999.

Press-TV a seulement identifié l'autre responsable par le nom de Rafie.

Ibrahimi a par ailleurs assuré que son pays continuera à travailler pour se doter de la technique nucléaire pacifique tout comme les autres pays du monde, affirmant que l'Iran ne se soumettra pas aux intimidations.

S'agissant des efforts américains visant à convaincre les grands pays pour sanctionner l'Iran, cheikh Hussein Ibrahimi a estimé que "les Etats-Unis sont malvenus au monde, et ne peuvent pas s'attirer la sympathie ni le soutien des autres pour attaquer l'Iran quoi qu'ils fassent. Les Etats-Unis ont dépensé beaucoup d'argent mais nous remarquons que les pays des non-alignés ont soutenu l'Iran dans les instances internationales, tout comme les autres pays du monde qui savent bien la réalité et qui n'ont plus de confiance aux propos et aux actes américains contradictoires".

"Les Etats-Unis sont dans l'impasse, ils ne réaliseront pas leurs objectifs, et aucun pays ne les soutiendra parce que l'Iran entretient d'excellentes relations avec la majorité des pays du monde", a précisé Ibrahimi, assurant qu'à trop jouer avec le feu, Washington se brûlera les doigts, et que l'Iran possède de multiples options pour alléger les pressions contre lui.

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=129162&language=fr

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Service des renseignements interieurs iranien (SAVAK)

Message par Syfou le Mer 31 Mar - 15:49

Les services secrets iraniens interviennent au Pakistan pour libérer un diplomate iranien

Un diplomate iranien qui avait été enlevé en novembre 2008 au Pakistan a été libéré lors d'une opération menée par des membres des services de renseignement iraniens, rapporte, mardi, la télévision d'Etat. 'Lors d'une opération complexe, des membres des services de renseignement ont réussi à libérer Heshmatollah Atarzadeh, le diplomate iranien, et l'ont ramené chez lui', a précisé la télévision sur son site Internet. Lire la suite l'article
La télévision n'a pas donné de détails sur les circonstances de l'opération, mais indiqué que les agents iraniens se seraient rendus au Pakistan. M. Atarzadeh, qui travaillait au service commercial de l'ambassade, avait été enlevé par des hommes armés le 13 novembre 2008 à Peshawar, dans le nord-ouest du Pakistan, frontalier de l'Iran. Alors qu'il se rendait au consulat à Peshawar, des assaillants non identifiés avaient tiré plusieurs balles, forçant sa voiture à s'arrêter. Ils avaient traîné le diplomate en dehors du véhicule avant de tuer son garde du corps, selon la police pakistanaise. L'Iran, parlant d'un 'acte terroriste', avait rendu le Pakistan responsable de sa sécurité. L'embuscade s'était déroulée près de la zone où des assaillants non identifiés avaient tué le 12 novembre 2008 un humanitaire américain et son chauffeur pakistanais.


Cette libération intervient après l'arrestation du chef du mouvement rebelle sunnite Joundallah, Abdolmalek Righi, qui selon l'Iran avait résidé au Pakistan d'où il lançait des attaques contre le territoire iranien. Abdolmalek Righi, l'homme le plus recherché par l'Iran, a été arrêté le 23 février après l'interception par les autorités iraniennes d'un avion qui l'amenait de Dubaï au Kirghizistan. Cette arrestation spectaculaire avait été qualifiée de succès par l'Iran. Téhéran accuse Joundallah d'être soutenu par les services de renseignement pakistanais, américains et britanniques dans le but d'entretenir l'insécurité dans les régions iraniennes frontalières du Pakistan.

Le 26 février, Abdolmalek Righi a "avoué" avoir reçu une proposition d'aide des Etats-Unis pour combattre le régime islamique, dans une vidéo diffusée par la télévision officielle en langue anglaise Press-TV. Joundallah a été accusé par Téhéran de nombreux attentats sanglants ces dernières années dans le sud-est de l'Iran, région où vit une très importante population sunnite alors que la République islamique est à majorité chiite.

http://www.lemonde.fr

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Service des renseignements interieurs iranien (SAVAK)

Message par Syfou le Mar 20 Avr - 15:32

Un prisonnier politique dans un état indéterminé à la prison d’Evin depuis 2 mois

CSDHI - Selon des témoignages, le prisonnier politique Mohammad Baqer Erfani âgé de 52 ans et ancien prisonnier politique dans les années 80 a été arrêté par les agents des Services Secrets, durant un assaut sur son domicile en février dernier. Jeté dans une cellule d’isolation au bloc cellule 209 à la à la prison d’état d’Evin, personne ne sait dans quel état il se trouve.

Sept agents des Services Secrets sous le commandement d’un agent surnommé Alavi (connu pour sa brutalité dans la torture des prisonniers du bloc 209, à Evin ont assailli le domicile d’Erfani le 7 février 2010. Ils ont violemment perquisitionné son domicile pendant quelques heures et ont traité sa famille et ses enfants de façon inhumaine. Alavi a interrogé et menacé l’épouse et les enfants de Erfani chez lui.

Erfani étant en voyage donc absent de chez lui lorsque ces agents ont attaqué a rendu son arrestation impossible à ce moment là. Les Agents des Services Secrets ont alors confisqué certains de leurs affaires personnelles, y compris leur ordinateur un nombre de CDs, leur antenne satellite, leur annuaire téléphonique, des livres et certains autres de leurs effets personnels.
Le jour suivant, Alavi a convoqué sa femme et la fille de Erfani au bureaux des Services Secrets et les a interrogé pendant des heures. Il les a pris en otage disant qu’elles resteraient à l’agence jusqu’à ce que Erfani se rende et ceci, pendant qu’il était en voyage d’affaires. Après que Erfani se soit rendu, il a été arrêté et enfermé au bloc cellules 209. Pendant son séjour à ce bloc, il a été interrogé pendant de longues périodes et a été torturé mentalement et physiquement. A plusieurs reprises, Alavi l’a menace d’exécution et lui a dit être un Mohareb ( terme signifiant ennemi de Dieu, utilisé par le régime contre les prisonniers politiques). Les tortures et les abus ont continué pendant plus d’un mois, jusqu’à ce qu’il soit dernièrement transféré au bloc cellules 350 où il est emprisonné on ne sait dans quel état . ( Militants des Droits de l’Homme en Iran- 13 avril 2010).

http://www.csdhi.org

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Service des renseignements interieurs iranien (SAVAK)

Message par Sphinx le Dim 13 Juin - 23:24

Un groupe terroriste démantelé

Les renseignements iraniens ont démantelé un réseau terroriste qui a tué au moins quatre personnes et blessé plusieurs autres au cours des derniers mois, a rapporté aujourd'hui l'agence officielle IRNA.

L'agence a précisé que les autorités avaient interpellé 13 individus et saisi plus de 500 kilos d'explosifs, sans citer le nom du groupe visé. L'IRNA a cependant affirmé que le groupe avait des liens avec des services de renseignement étrangers et que les individus appréhendés étaient actifs dans l'ouest de l'Iran. Une région où les autorités sont en lutte depuis longtemps contre les séparatistes kurdes.

La semaine dernière, un responsable de la police dans l'ouest du pays avait déclaré qu'un groupe avait fait sauter une bombe en bordure de route, tuant trois policiers.
L'Iran a pendu en mai cinq militants kurdes, reconnus coupables d'implication dans des attentats à la bombe.


Le figaro

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Service des renseignements interieurs iranien (SAVAK)

Message par Syfou le Dim 22 Mai - 13:59

L'Iran arrête 30 personnes accusées d'espionnage pour les USA

Les autorités iraniennes ont arrêté 30 personnes accusées d'espionnage au profit des Etats-Unis, rapporte samedi la télévision publique. L'agence de presse semi-officiel Fars affirme que les suspects transmettaient des informations à des représentants américains dans des ambassades et consulats établis dans des pays tiers, dont la Malaisie, la Turquie et les Emirats arabes unis. D'après Fars, le contre-espionnage iranien aurait identifié 42 agents traitants du renseignement américain présents dans ces pays. «Ils collectent des informations liés aux domaines du nucléaire, de la défense aérospatiale et des biotechnologies», ajoute l'agence. L'espionnage est passible de la peine de mort en Iran.

http://ouest-france.fr

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Service des renseignements interieurs iranien (SAVAK)

Message par Daûphin_zz_47 le Ven 27 Avr - 16:27

Arrestation en Iran de 15 "espions" liés à Israël (ministère)

Le ministère iranien du Renseignement a déclaré avoir récemment arrêté 15 "espions" et "terroristes" liés à Israël, a rapporté mercredi la télévision par satellite iranienne Press TV.
Dans un communiqué publié mardi, le ministère a indiqué que les récentes opérations menées par les services de renseignement iraniens avaient permis d'arrêter 15 personnes, dont des Iraniens et des étrangers, liés à une cellule d'espionnage israélienne, a rapporté Press TV.

Le 10 avril, le ministère avait déjà annoncé que la République islamique avait arrêté des "membres clés d'une cellule terroriste israélienne" en Iran.

"Une cellule terroriste de saboteurs israéliens et un certain nombre de ses noyaux ont été identifiés, et un groupe de terroristes ont été arrêtés", a rapporté de son côté l'agence de presse privée Mehr.

Mercredi, le ministère a déclaré que l'une des missions des "terroristes" était d'identifier et d'assassiner des experts iraniens.

Selon le ministère, une base d'espionnage israélienne stationnée dans un pays voisin, opérée par l'agence de renseignements israélienne Mossad dans le but de mener des opérations contre les intérêts iraniens, a également été identifiée, a rapporté Press TV.

La République islamique a précédemment accusé Israël d'avoir mené des opérations de renseignement en Iran et même d'être impliqué dans les meurtres de scientifiques liés au programme nucléaire iranien.

Israël et l'Occident se montrent suspicieux à l'égard du programme nucléaire iranien, et accusent l'Iran de mener des recherches sur les armes nucléaires sous couvert d'un programme nucléaire civil. L'Iran nie ces accusations, déclarant que ses activités nucléaires n'ont que des fins pacifiques.

http://french.cri.cn/621/2012/04/18/302s278045.htm

__
-------------
" Il ya deux manières d'ignorer les choses:
La première, c'est de les ignorer;
La seconde, c'est de les ignorer et croire qu'on les sait.
La seconde est pire que la première."



Peuple sans mémoire, peuple sans histoire





https://www.facebook.com/DIKKTARIOF

Daûphin_zz_47
Daûphin_zz_47
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 2215
Age : 37
Date d'inscription : 06/08/2010
Localisation : tlc

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Service des renseignements interieurs iranien (SAVAK)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum