Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Meilleurs posteurs
8022 Messages - 43%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
128 Messages - 1%
94 Messages - 0%
87 Messages - 0%
85 Messages - 0%
Galerie


Août 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Calendrier

Connexion

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 31
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Comment les services secrets anglais ont recruté Mussolini

le Ven 16 Oct - 22:48
En 1917, le MI5 a payé pendant un an le futur dictateur, alors jeune journaliste, pour faire campagne en faveur du maintien de l'Italie aux côtés des alliés pendant la Première Guerre mondiale.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Benito Mussolini en 1936. Crédits photo : ASSOCIATED PRESS

Benito Mussolini, espion avant d'être dictateur ? C'est ce que révèle Peter Martland, un historien de Cambridge, qui s'est plongé dans le passé d'agent jusque là mal connu du Duce. Avant de les combattre aux cotés des Allemands et du Japon dans l'Axe lors de la Seconde Guerre mondiale, le dictateur fasciste connut lors de la Première Guerre mondiale une brève carrière d'espion à la solde du Royaume-Uni.
A l'automne 1917, le camp allié est sous le coup du retrait de la Russie qui, sous l'égide des bolchéviks, a quitté le conflit. Il devient alors capital de s'assurer que l'Italie, un allié récent - et le moins fiable, selon Londres - ne soit pas tenté de suivre l'exemple de Moscou. A Rome, le député Sir Samuel Hoare, représentant du MI5 en Italie, qui gère une centaine d'espions, recrute Benito Mussolini, alors jeune journaliste de 34 ans. Objectifs : faire campagne en faveur du maintien de l'Italie aux côtés des alliés pendant le conflit et apaiser la colère et la méfiance des ouvriers italiens qui multiplient les grèves. Le futur dictateur fasciste accumule donc les articles en faveur de la guerre dans son journal Il popolo d'Italia. Mais il confie à son recruteur être prêt à faire plus. Il est disposé à envoyer, si nécessaire, des fidèles pour passer à tabac les manifestants pacifistes.

6.400 euros par semaine

Le recrutement de Mussolini par le MI5 était connu dès les années 50 lorsque Sir Samuel Hoare l'avait mentionné dans ses mémoires. Mais avant Peter Martland, personne n'avait cherché à connaître les détails de cette collaboration. En étudiant les archives de Hoare, l'historien a ainsi découvert le coquet salaire qui était versé chaque semaine au Duce : 6.400 euros (100£ à l'époque). Ces paiements ont duré, au plus, un an, jusqu'à l'armistice de 1918.

«C'était beaucoup d'argent à donner à un homme qui était journaliste mais Londres voulait à tout prix éviter que les usines de Milan ne soient bloquées par des mouvements pacifistes. En comparaison des quatre millions de livres que le Royaume-Uni dépensait quotidiennement pour la guerre, c'était une goutte d'eau», raconte au Guardian Peter Martland. L'historien «soupçonne [sans preuve] Mussolini, qui était connu pour être un coureur de jupons, d'avoir dépensé une bonne partie de l'argent pour ses maîtresses ». Il a transmis ses recherches à Christopher Andrew, l'auteur de «La Défense du royaume», un essai qui retrace un siècle de contre-espionnage britannique.

Les ambitions coloniales de Benito Mussolini, devenu l'homme fort de l'Italie en 1922, le remettront sur le chemin de son recruteur dans les années 30. Le Duce et Sir Samuel Hoare se revoient en 1935 lorsque Hoare, ministre des affaires étrangères, signe le pacte Hoare-Laval, qui donne à Rome le contrôle d'une partie l'Abyssinie (l'actuelle Ethiopie). Ce pacte indigna l'opinion publique et força les concepteurs, Hoare et le premier ministre français de l'époque Pierre Laval, à démissionner. «Si Mussolini a fini pendu par les partisans italiens en 1945 , l'Histoire ne fut pas tendre non plus avec Hoare qui est considéré comme un partisan de l'apaisement face au fascime et au nazisme comme Chamberlain», note Peter Martland.

Lefigaro

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum