Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Mer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Sam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Dim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Ven 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Mer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Sam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Lun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Mar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Mar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Lun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Jeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Jeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Sam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Mer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Lun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Jeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Mar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Mer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Mar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Lun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Dim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Lun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Lun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Mars 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Guerre civile en Somalie

Aller en bas

Sujet / Message Guerre civile en Somalie

Message par Sphinx le Ven 4 Déc - 10:33

La Somalie, située dans la Corne de l’Afrique, est de nouveau en proie à la guerre. Sa capitale Mogadiscio est le théâtre d’affrontements sanglants entre bandes armées rivales. Les forces armées gouvernementales somaliennes - appuyées par l’armée éthiopienne - affrontent les milices de l’Union des Tribunaux islamiques, alliées aux bandes armées des seigneurs de la guerre. À la fin de l’année 2006, l’armée éthiopienne avait envahi la Somalie afin de chasser les milices des Tribunaux islamiques. Soutenue par les États-Unis, l’armée éthiopienne avait alors installé un Gouvernement fédéral de transition, dont le Premier ministre vient de démissionner.

Ce gouvernement fantoche ne devait sa survie qu’à la bienveillance de ses puissants protecteurs éthiopiens et américains. Sur fond de combats permanents, la conférence de réconciliation nationale - orchestrée par les États-Unis - s’est soldée par un échec, à Mogadiscio, cet été. En marge même de cette conférence, un puissant chef de clan a été assassiné. Quelques mois plus tôt, c’était le Premier ministre du gouvernement somalien, Ali Mohammed Gedi, qui échappait de justesse à un attentat. C’est dire le chaos qui règne aujourd’hui dans la capitale somalienne et dans tout le pays.

Bien qu’elles aient été chassées du pouvoir depuis neuf mois, les milices armées islamistes font toujours peser une menace permanente sur le gouvernement somalien et opposent une résistance farouche à l’armée d’occupation éthiopienne. Accueillie en libératrice hier, celle-ci s’enlise, chaque jour un peu plus, dans le bourbier somalien. La population est prise au piège de ces affrontements sanglants entre une armée d’occupation étrangère et les différentes bandes armées des clans partisans ou adversaires du gouvernement de transition. Aussi les morts se comptent-ils par centaines. Des dizaines de milliers de civils fuient les combats meurtriers, tandis que Mogadiscio, la capitale, se vide de sa population et que le pays s’enfonce lentement dans la guerre civile.

Source : http://www.union-communiste.org

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Guerre civile en Somalie

Message par Sphinx le Ven 4 Déc - 10:38

La corne de L’Afrique : une situation héritée de la colonisation

Les rivalités entre les bandes armées des différents clans et sous-clans qui s’affrontent militairement en Somalie ne datent pas d’aujourd’hui. Les grands clans actuels, à savoir les Issak, les Darod, les Hawiyé, les Dir, les Sab, regroupés selon une filiation commune, un ancêtre commun, se sont régulièrement disputé le pouvoir politique, les armes à la main. Les uns contrôlent le nord, les autres le sud du pays, tandis que d’autres se partagent les quartiers de la capitale. Les sous-clans, très nombreux, entretiennent des rapports de vassalité et rangent leurs bandes armées derrière les chefs des principaux clans auxquels ils sont affiliés. Parfois, ils jouent cavaliers seuls lorsqu’ils sont assez forts.

La division clanique de la société somalienne est un héritage du passé féodal et précolonial du pays qui perdure encore aujourd’hui. Mais l’intervention des puissances impérialistes au moment de la colonisation a changé la donne et exacerbé les rivalités entre les clans, les tribus et les peuples de la région. Les découpages coloniaux successifs de la Somalie comme de la Corne de l’Afrique n’ont fait qu’aggraver la situation, poussant à leur paroxysme les divisions entre peuples différents et au sein des mêmes peuples. L’armement moderne avec son cortège d’armes destructrices a transformé ces affrontements ancestraux en véritables guerres meurtrières provoquant des destructions massives, causant la mort de centaines de milliers d’hommes et de femmes, jetant sur les routes de l’exode autant de réfugiés.

Mais derrière les protagonistes du conflit dans la Corne de l’Afrique, les grandes puissances se mènent depuis plus d’un siècle, par peuples interposés, une guerre d’influence sur cette partie du monde, qui occupe une place stratégique de premier ordre.

Cette péninsule de l’Afrique de l’Est s’étend de la côte sud de la mer Rouge jusqu’à la côte ouest de la mer d’Oman, en passant par le golfe d’Aden et englobe des pays aussi différents - par leur poids démographique, économique et militaire - que l’Éthiopie(1) l’Érythrée, la Somalie et Djibouti. Le Soudan et le Kenya sont parfois considérés comme faisant partie de la Corne. Mais dans cet article, nous nous limiterons à l’analyse du conflit somalien et éthiopien et aux forces politiques qui y sont directement impliquées, laissant de côté la situation au Soudan, au Darfour ou à Djibouti, ancienne colonie française.

Par sa situation géographique, la Corne de l’Afrique commande l’entrée de la mer Rouge, le canal de Suez et l’ensemble du trafic commercial qui passe encore par cette route maritime. La découverte de pétrole dans la région vient aiguiser encore l’intérêt économique de la Corne de l’Afrique. Mais cette dernière est aussi un avant-poste et une zone carrefour, où chaque grande puissance considère de son intérêt politique majeur de s’en assurer le contrôle par gouvernements et dictateurs locaux interposés. C’est ainsi que les puissances impérialistes française, anglaise, italienne et américaine n’ont jamais cessé de viser à y assurer leur influence politique, avec un succès variable selon les périodes. Celles-ci ont divisé les populations. Elles ont créé des fossés de sang et généré des haines profondes entre les peuples de l’Est africain. Tout comme dans le reste du continent d’ailleurs. Les conflits qui ensanglantent la Corne de l’Afrique aujourd’hui sont les produits directs de l’intervention des grandes puissances impérialistes.

Depuis la colonisation à la fin du XIXe siècle et tout au long du XXe, les grandes puissances impérialistes rivales se sont affrontées sur le terrain pour contrôler cette Corne de l’Afrique considérée comme la clé de l’océan Indien et le verrou de la mer Rouge. Français et Britanniques s’implantèrent dans cette partie de l’Afrique pour surveiller la route de l’Extrême-Orient. En 1887, la Grande-Bretagne fut la première à accaparer une partie de la côte des Somalis en y établissant un protectorat : le Somaliland, le nord de la Somalie actuelle. Puis la France occupa l’actuel Djibouti. L’Italie enfin s’attaqua à l’Éthiopie, l’un des seuls États africains, avec le Liberia, à ne pas avoir été colonisé au XIXe siècle. Elle pensait ne faire qu’une bouchée des troupes de l’empereur Ménélik II. Mais en 1896, à Adoua, l’armée italienne subit une écrasante défaite.

Cette première défaite d’une armée européenne moderne en Afrique stoppa net les velléités de conquêtes coloniales de l’Italie de Crispi, qui se contenta de gérer une colonie en Érythrée (1890) et d’asseoir un protectorat au sud de la Somalie (1905). En 1935-1936, l’Italie fasciste de Mussolini entreprit une nouvelle guerre sanglante de conquête contre l’Éthiopie, qui devint alors l’empire italien d’Éthiopie ou encore l’Africa Orientale Italiana (AOI), l’Afrique orientale italienne. Son dirigeant, l’empereur Haïlé Sélassié, se réfugia en Europe. Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’impérialisme britannique profita des revers de l’armée italienne pour mettre la main, en 1941, sur les colonies de l’Italie et pour les placer sur les colonies de l’Italie et pour les placer sous l’autorité de son administration militaire.

Source : http://www.union-communiste.org

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Guerre civile en Somalie

Message par Sphinx le Ven 4 Déc - 10:42

De la seconde guerre mondiale à la guerre froide

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement britannique contrôlait donc l’ensemble de la région. Il entendait fonder une Grande Somalie, regroupant les territoires de la Somalie britannique, de la Somalie italienne et de l’Ogaden, une province éthiopienne peuplée en majorité de Somalis. Il se heurta à l’opposition de l’empereur Haïlé Sélassié qui, de retour sur son trône, reçut le soutien des États-Unis, intéressés par le pétrole trouvé en Ogaden et qui voyaient là également la possibilité de s’installer dans une région stratégique. Les États-Unis firent obstacle au projet britannique. En 1948, les troupes anglaises durent évacuer l’Ogaden, qui demeura province éthiopienne. En 1950, elles durent aussi quitter les territoires de l’ex-Somalie italienne pour laisser la place à l’Italie - l’ancienne puissance coloniale - à qui l’ONU venait d’accorder le soin d’administrer la Somalie pendant dix ans sous prétexte de la préparer à son indépendance, prévue pour 1960 ! Peu de temps après avoir accédé à l’indépendance, en 1964, la Somalie déclenchait une guerre contre l’Éthiopie afin de récupérer la province de l’Ogaden, guerre qui se solda par un échec suivi, en octobre 1969, par un coup d’État portant au pouvoir le général Siyaad Barre. Tournant désormais le dos aux États-Unis, celui-ci instaurait sa dictature sur la Somalie avec l’appui et l’aide - financière et militaire - de l’URSS qui, à l’époque, cherchait à accroître son influence dans la Corne de l’Afrique.

Fortes de ce soutien, les troupes somaliennes envahirent de nouveau l’Ogaden en 1977, menaçant cette fois le tout nouveau régime éthiopien du dictateur Haïlé Mariam Mengistu. Celui-ci était enlisé dans une guerre meurtrière contre les forces sécessionnistes de l’Érythrée. Trois ans plus tôt, en septembre 1974, Mengistu avait en effet renversé le vieil empereur Haïlé Sélassié et privé ainsi les États-Unis d’un allié de poids dans la région. Car Mengistu décidait lui aussi de rechercher les appuis militaires dont il avait besoin du côté de la bureaucratie soviétique, qui envoya alors en Éthiopie plusieurs milliers de conseillers militaires.

Retournement spectaculaire d’alliances et dérive mafieuse de la Somalie

Dans le conflit qui opposait désormais deux de ses protégés, la bureaucratie soviétique fit le choix de soutenir Mengistu à la tête de l’Éthiopie, le pays le plus puissant de cette partie du continent africain, le plus peuplé aussi et dont le rôle s’avérait capital pour toute la région. Elle lâcha donc Siyaad Barre et apporta son soutien à l’Ethiopie, qui put chasser les troupes somaliennes de l’Ogaden en 1978. Siyaad Barre se retourna alors vers les États-Unis, avec lesquels fut signé un accord militaire en 1980.

Peu à peu, la dictature en Somalie de Siyaad Barre subit une dérive mafieuse et clanique qui n’avait pas d’autre objectif que de s’enrichir sur la misère de la population grâce au pouvoir. À la tête du pays, la corruption devint générale tandis que l’État accordait des concessions à de grands propriétaires fonciers, spoliant et ruinant la paysannerie. Tortures et assassinats d’opposants devinrent la règle, tandis que la paysannerie était maintenue dans un état de terreur et d’oppression par les militaires au pouvoir. Le pays fut mis en coupe réglée par les clans proches du dictateur, qui n’hésitaient pas à détourner en particulier l’aide alimentaire internationale pour leur compte.

Source : http://www.union-communiste.org

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Guerre civile en Somalie

Message par Sphinx le Ven 4 Déc - 10:47

La chute du dictateur somalien Siyaad Barre

Au cours des années quatre-vingt, nouvelle guerre civile. Les clans du Nord, réunis dans un Mouvement national somalien (MNS), engagèrent une guérilla contre la dictature de Siyaad Barre. Cette rébellion fut suivie bientôt par une autre, au sud de la Somalie, dirigée par d’autres clans regroupés au sein du Congrès de la Somalie unifiée (CSU). Les milices de ce Congrès s’emparèrent de Mogadiscio en janvier 1991, entraînant la chute du dictateur. Mais dès mai 1991, le nord du pays se déclara indépendant et prit le nom de Somaliland, dans le cadre des anciennes frontières coloniales. Toujours au nord, à l’extrême pointe de la Corne de l’Afrique, d’autres clans, contestant la suprématie de ceux qui étaient au pouvoir au Somaliland, créèrent le Puntland indépendant. Le Sud fut mis en coupe réglée par les seigneurs de la guerre. Ces derniers, criminels et trafiquants, rackettaient les populations, pillaient les villages et semaient la désolation dans les campagnes, tout en s’enrichissant du trafic du qat (la drogue locale), du bétail, ou de la piraterie. Le pays sombra dans le chaos et la guerre civile, entraînant l’exode de milliers de personnes.

Cette guerre civile fit 300 000 morts et provoqua le départ de 100 000 personnes qui se réfugièrent au Kenya, à Djibouti, en Éythrée, voire même en Ethiopie. La Somalie est aujourd’hui découpée en plusieurs territoires respectant les limites des anciennes frontières coloniales. Le Somaliland et le Puntland, deux pays dépourvus de reconnaissance internationale, survivent sous la férule de dictateurs locaux. La Somalie du Sud - ex-colonie italienne - est aujourd’hui exsangue, totalement détruite, au bord de la famine et en proie aux terribles combats de ces derniers mois qui ravagent Mogadiscio.

La politique de l’impérialisme américain en Somalie : de l’intervention directe en 1992...

En décembre 1992, prenant prétexte de la famine qui menaçait, le gouvernement américain lança sous l’égide de l’ONU une opération prétendument humanitaire appelée Restore Hope, c’est-à-dire Rétablir l’espoir. Ce fut en fait une intervention militaire. Se considérant en terrain conquis, les 22 000 Marines semèrent la terreur parmi la population sans inquiéter vraiment les chefs de guerre qui contrôlaient Mogadiscio. L’état-major américain chercha à se concilier les bonnes grâces de ceux d’entre eux qui étaient susceptibles de devenir des gouvernants à sa botte. C’est ainsi que les seigneurs de la guerre continuèrent à faire la loi dans les quartiers de Mogadiscio comme dans le reste du pays, tandis que la population somalienne devenait de plus en plus hostile à l’occupation militaire américaine. En juin 1993, des soldats de l’ONU furent massacrés par le général Mohammed Aïdid, l’un des principaux chefs de guerre qui contrôlaient la capitale. En octobre de la même année, l’armée américaine tenta de le capturer mais l’opération tourna au fiasco, causant la mort de plusieurs centaines de Somaliens, de quelques dizaines de casques bleus malaisiens et de dix-huit Marines. Quand les images des premiers cadavres de soldats américains traînés par une foule hostile parvinrent aux États-Unis, l’opinion publique américaine bascula : l’opération de Bush père tournait au désastre, y compris aux États-Unis où il ne fut pas réélu à la présidence. L’administration de son successeur à la Maison-Blanche, Clinton, retira l’essentiel des troupes de Somalie, tout en ménageant certains seigneurs de la guerre qui pourraient lui être utiles plus tard.

Source : http://www.union-communiste.org

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Guerre civile en Somalie

Message par Sphinx le Ven 4 Déc - 10:57

... au soutien de l’intervention éthiopienne en 2007

Ce que l’on appelle les Tribunaux islamiques - dont les milices opposent aujourd’hui une résistance aux troupes éthiopiennes - sont nés en réaction aux meurtres et aux exactions des seigneurs de la guerre, à la fin des années quatre-vingt-dix. Ces Tribunaux islamiques sont une véritable nébuleuse politique car ils regroupent à la fois des bandes armées islamistes proches d’al-Qaïda, des chefs en concurrence avec les seigneurs de la guerre traditionnels, mais aussi des mafieux en tout genre, armés et préoccupés de s’enrichir dans tous les trafics. Cheik Sharif Cheikh Ahmed chercha à unifier ce conglomérat disparate pour en faire une force politique. C’est ainsi que naquit l’Union des Tribunaux islamiques (UTI) dont il prit la tête en 2002.

Armées par l’Iran, l’Arabie saoudite et l’Érythrée, ces milices islamistes lancèrent une guerre de reconquête de la Somalie. La crainte du gouvernement américain était de voir ces milices islamistes hostiles s’installer à Mogadiscio et constituer une menace pour l’ordre régional. Pour s’opposer à leur avance, les États-Unis et la CIA firent le choix de s’appuyer sur les seigneurs de la guerre qu’ils avaient combattus en 1992. La CIA finança et approvisionna en armes ces bandits regroupés au sein de l’Alliance pour la restauration de la paix et contre le terrorisme (ARPCT). Cette Alliance avait officiellement pour but de combattre les terroristes d’al-Qaïda ; officieusement, il s’agissait d’écraser militairement les milices islamistes qui gagnaient du terrain.

Parallèlement, le gouvernement américain gardait en réserve une autre carte à jouer si les choses tournaient mal : le Gouvernement fédéral de transition, présidé par Abdullahi Yusuf Ahmed, un homme à la botte des États-Unis. Installé à Baïdoa, une ville somalienne proche de la frontière éthiopienne, ce gouvernement bénéficiait d’une double protection : américaine et éthiopienne.

Remis en selle de façon inespérée par la CIA, les seigneurs de la guerre tentèrent cependant de tirer leur propre épingle du jeu et cherchèrent à se frayer une voie entre un gouvernement somalien sans réel poids politique et des adversaires islamistes, bien plus coriaces. Mais, honnis par la population somalienne pour leurs exactions, les seigneurs de la guerre de l’ARPCT furent définitivement écrasés par les milices islamistes, en juin 2006.

Contrôlant alors la majorité du pays, les forces armées des Tribunaux islamiques lancèrent une offensive sur Baïdoa. Le chef des islamistes somaliens imposa la charia à la population (la loi islamique), proclama la « guerre sainte » contre les États-Unis et l’Éthiopie, et annonça sa ferme intention de récupérer l’Ogaden, province éthiopienne peuplée de Somalis, pomme de discorde entre les deux pays depuis des décennies.

Cette victoire des milices des Tribunaux islamiques inquiéta sérieusement l’administration Bush par les conséquences qu’elle pouvait entraîner en Somalie d’abord, et, ensuite, auprès de ses alliés éthiopiens et kenyans. Le gouvernement américain tenta alors un rapprochement avec ces mêmes dirigeants islamistes qu’il avait combattus la veille, organisa à plusieurs reprises des négociations entre les différents belligérants, mais sans succès. Se refusant à prendre le risque d’un fiasco comparable à celui subi en 1992, le gouvernement américain opta pour l’envoi en Somalie de supplétifs éthiopiens à qui il donna son aval pour intervenir. Le régime éthiopien de Méles Zenawi, qui tire de substantiels bénéfices, financiers et militaires, de la protection américaine, ne se fit pas prier pour régler leur compte aux islamistes somaliens. Fin décembre 2006 et début janvier 2007, chars et soldats éthiopiens envahirent donc la Somalie, appuyés par l’aviation américaine qui bombarda à plusieurs reprises les positions islamistes. Après de violents combats qui firent plusieurs milliers de morts, l’armée éthiopienne mit en déroute les Tribunaux islamiques, reprit le contrôle des principales villes de Somalie, et surtout de la capitale Mogadiscio, où elle installa le gouvernement fédéral de transition somalien.

Aujourd’hui, ce gouvernement somalien - qui compte parmi ses ministres des seigneurs de la guerre - est totalement inféodé aux Etats-Unis(2). C’est toutefois à coups de canon et de bombardements aériens que l’impérialisme américain tente de l’imposer à la population somalienne et cela depuis bientôt six mois. Et la présence des 1 500 soldats africains de la force de maintien de la paix dépêchée en Somalie par l’Union africaine (Amisom) ne change pas grand-chose à la situation : ils interviennent comme supplétifs de l’armée éthiopienne.

Source : http://www.union-communiste.org

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Guerre civile en Somalie

Message par Sphinx le Ven 4 Déc - 11:01

Une zone d’intervention des Etats-Unis

Bien qu’il ait connu plus d’un revers dans la région, le gouvernement américain maintient coûte que coûte sa présence dans une zone qu’il n’a jamais vraiment quittée et où il n’a de cesse de renforcer sa présence sous couvert, cette fois, de lutter contre le terrorisme international et les réseaux d’al-Qaïda, présents en Somalie. Selon le gouvernement Bush et la CIA, la Somalie serait un nouvel Afghanistan et abriterait les auteurs des attentats antiaméricains de Nairobi, au Kenya, en 1998 et de Dar-Es-Salaam en Tanzanie, la même année. En installant une base militaire(3) en République de Djibouti, la seule sur le continent africain, le gouvernement américain piétine certes au passage le principal pré carré de son allié français dans la Corne de l’Afrique, mais entend ainsi être à pied d’œuvre pour mieux contrôler la région et surveiller les routes maritimes du pétrole, avoir un regard sur la mer Rouge, la péninsule arabique, le golfe Persique et l’océan Indien. Et intervenir militairement le cas échéant. Le conflit somalien peut à tout moment se propager à l’ensemble de la Corne de l’Afrique. Cette région du monde est une véritable poudrière, dans laquelle les barils de poudre ont été entassés par les grandes puissances impérialistes concurrentes depuis plus d’un siècle.

Aujourd’hui, l’Egypte et le Yémen arment le Gouvernement fédéral de transition somalien, qui a fait allégeance à l’Éthiopie et aux États-Unis. Pour leur part, les Tribunaux islamiques ont reçu le soutien financier et militaire de l’Iran, de l’Arabie saoudite et surtout de l’Érythrée(4). Pour s’opposer à l’Éthiopie pro-américaine avec qui elle est en conflit permanent, l’Érythrée a armé les Tribunaux islamiques à plusieurs reprises. Tant et si bien que Bush et son homme lige Meles Zenawi, après avoir mis le feu à la région, accusent aujourd’hui l’Érythrée de vouloir déstabiliser la région en soutenant les islamistes somaliens et les opposants éthiopiens.

C’est que le régime éthiopien - principal allié des États-Unis dans la région avec l’Ouganda et le Kenya - risque de payer le prix fort de cette intervention militaire dans le bourbier somalien. Car ce régime dictatorial, après avoir instauré un fédéralisme ethnique, c’est-à-dire découpé le pays en États régionaux autonomes correspondant plus ou moins aux principaux peuples définis comme « ethnies » et « nationalités », n’a pas réussi à étouffer les volontés séparatistes de certains peuples éthiopiens ni à apaiser les tensions. Bien au contraire, sa politique de répression brutale de tous les mouvements nationalistes, en jetant en prison par milliers les opposants, a permis de donner un second souffle aux anciens mouvements sécessionnistes et séparatistes de l’Oromo et de l’Ogaden. Ce dernier mouvement rebelle est à l’origine d’un attentat meurtrier contre un site d’exploitation pétrolière dans l’est de l’Éthiopie, contribuant ainsi à exporter le conflit somalien sur le territoire éthiopien. Ces mouvements dont certains affichent leurs volontés sécessionnistes et séparatistes peuvent, à terme, faire imploser le régime éthiopien de l’intérieur, surtout s’il se trouve fragilisé par une guerre extérieure qui s’éternise.

Source : http://www.union-communiste.org

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Guerre civile en Somalie

Message par Sphinx le Ven 4 Déc - 11:06

Une poudrière mise en place par les puissances impérialistes

Les grandes puissances impérialistes portent l’entière responsabilité du conflit somalien. La situation actuelle est le résultat conjugué du poids des interventions du passé - anglaises, italiennes et françaises - et présentes - américaines mais aussi françaises à Djibouti. Dernière puissance arrivée sur le continent africain, la Chine s’illustre par une politique agressive tous azimuts à la conquête des richesses pétrolières du sous-sol africain, soutenant politiquement et militairement (en vendant des armes) les dictatures de la région, de l’Éthiopie au Soudan. Ravagée par la guerre civile depuis plus de quinze ans, la Somalie a été - et est toujours - le théâtre de toutes les manœuvres politico-militaires de l’administration américaine qui, tour à tour, a soutenu les dictatures les plus sanglantes de Siyaad Barre à celles des seigneurs de la guerre, s’alliant avec tel clan, combattant tel autre, finançant tel chef de guerre lui ayant fait allégeance, combattant les Tribunaux islamiques pour ensuite chercher à négocier avec eux en fonction du rapport de forces sur le terrain, bien sûr toujours au gré des intérêts économiques américains et de calculs politiques sur la région.

Créant des frontières artificielles entre les populations, jetant les armées les unes contre les autres, instillant la haine entre les peuples, entretenue ensuite par les cliques nationalistes au pouvoir, l’impérialisme américain ne fait que continuer une politique initiée bien avant lui par les anciennes puissances coloniales, anglaise, française et italienne, au XIXe puis au XXe siècles. L’état de pauvreté endémique et de guerre permanente entre les États de la Corne de l’Afrique laisse le champ libre à la politique interventionniste des puissances impérialistes rivales. Ces dernières voulaient asseoir leur domination dans la région, afin de contrôler cette zone stratégique, carrefour de toutes les routes commerciales puis pétrolières, de la fin du XIXe siècle à la seconde moitié du XXe. Puis avec les années soixante-dix vint l’heure des affrontements violents entre la bureaucratie soviétique et l’impérialisme américain. Aujourd’hui, à l’aube du XXIe siècle, ce dernier renforce sa présence dans la Corne de l’Afrique, toujours pour les mêmes raisons stratégiques. À chaque fois, les populations de l’Est africain ont payé au prix fort la politique d’intervention des grandes puissances impérialistes dans la région : un prix fait de larmes et de sang.

Notes

1. La République démocratique fédérale d’Éthiopie est le septième pays le plus pauvre du monde. C’est l’un des plus peuplés d’Afrique puisqu’il compte plus de 80 millions d’habitants. Arabie saoudite, France et États-Unis sont parmi les principaux investisseurs en Éthiopie. La République fédérale de Somalie, en revanche, sur un territoire bien plus vaste que la France ne totalise que 8 millions d’habitants. Cependant, des centaines de milliers de Somaliens sont réfugiés dans les pays voisins. Djibouti, en revanche, est un confetti de 23 000 km2 dont la population n’atteint pas le million d’habitants. La République de Djibouti est indépendante juridiquement mais entretient des liens privilégiés avec son ancienne puissance tutélaire et accueille la première base militaire française à l’étranger (2 700 hommes). Aujourd’hui, elle héberge sur son sol également une base militaire américaine. Depuis l’indépendance de l’Érythrée, Djibouti constitue le principal port d’accès de l’Éthiopie à la mer. L’Érythrée compte environ 5 millions d’habitants et reste un pays pauvre.

2. L’administration Bush lui a octroyé une aide de 16 millions de dollars ainsi qu’une aide dite humanitaire de 24 autres millions.

3. Basé à Djibouti, le Corps expéditionnaire américain pour la Corne de l’Afrique est fort de 1 800 hommes. Les États-Unis ont également mis en place un commandement de l’armée des États-Unis en Afrique (Africom) pour unifier leur intervention sur le continent.

4. Cette dernière est une province détachée artificiellement de l’Éthiopie au XIXe siècle par l’impérialisme italien. Elle est devenue indépendante, au XXe siècle, en 1993, après une longue guerre de plus de trente ans contre le régime d’Addis-Abeba. Les dirigeants actuels de ces deux pays sont issus du même parti d’opposition ayant combattu la dictature de Mengistu au pouvoir en Éthiopie. En 1976, Meles Zenawi, actuel Premier ministre d’Éthiopie et Isaï as Afeworki, homme fort de l’Érythrée, étaient les dirigeants du Front populaire de libération du Tigré (FPLT) alors en lutte contre Mengistu. Mais une fois au pouvoir, l’un à Addis-Abeba et l’autre à Asmara, leurs affrontements nationalistes se sont traduits à plusieurs reprises par des guerres ouvertes, sur des problèmes frontaliers parfois dérisoires, mais qui ont à chaque fois fait des dizaines de milliers de morts. La dernière guerre érythréo-éthiopienne, de 1998 à 2000, a fait plus de 70 000 morts (certains parlent de 200 000) pour le contrôle de quelques bourgades frontalières et quelques kilomètres carrés de territoire.


Source : http://www.union-communiste.org

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Guerre civile en Somalie

Message par Sphinx le Sam 14 Aoû - 2:50

Somalie : Chronologie du conflit depuis 2000

La Somalie souffre d’une absence de gouvernement effectif depuis janvier 1991, date à laquelle le président Siad Barre a été renversé. Depuis cette date, les combats entre les chefs de guerre somaliens, les forces gouvernementales et différentes alliances d’insurgés islamistes se sont soldés par la mort de centaines de somaliens et le déplacement de centaines de milliers d’autres.
L’intervention américaine Restore Hope en 1992 fut l’une des tentatives les plus audacieuses pour tenter de tourner la page en Somalie et de mettre fin à la famine, mais cette tentative s’est soldée par un échec en octobre 1993.

Dans le nord, l’ancien protectorat britannique du Somaliland a proclamé son indépendance du reste de la Somalie en mai 1991, et en 1998 la région du Puntland dans le nord-est s’est auto-déclarée Etat autonome. Les deux régions sont restées en grande partie en paix.

Chronologie des événements en Somalie

2 mai 2000 : La conférence d’Arta à Djibouti met en place la Conférence nationale de réconciliation somalienne, à laquelle participent au moins 2 000 personnes.

26 août 2000 : une Assemblée Nationale de Transition, forte de 245 membres et fondée sur une représentation clanique, élit Abdiqasim Salad Hassan à la présidence de la Somalie.

27 août 2000 : le président Hassan prête serment lors de la cérémonie d’investiture à Djibouti.

Avril 2001 : le Conseil pour la restauration et la réconciliation en Somalie (SRRC), un groupe de factions basé dans le sud et opposé au gouvernement intérimaire, est créé en Ethiopie, il annonce son intention de former un gouvernement national rival dans les six mois.

Novembre-Décembre 2001 : Le président kényan Daniel Arap Moi réunit le gouvernement de transition somalien (TFG), certains membres du SRRC et d’autres chefs de factions pour signer à Nakuru l’accord qui met fin au conflit.

Novembre 2001 : Les Etats-Unis gèlent les fonds de la banque al Barakaat – principal établissement bancaire spécialisé dans les transferts de fonds et plus gros employeur du pays– soupçonnée de liens avec al-Qaeda.

Mai 2002 : Mohamed Ibrahim Egal, président de la république autoproclamée du Somaliland, décède dans un hôpital sud-africain, il est remplacé par son vice-président, Dahir Riyale Kahin.

Octobre 2002 : Une autre réunion de réconciliation, parrainée par l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), organisme régional, s’ouvre dans la ville kényane d’Eldoret.

Janvier 2004 : Le président ougandais Yoweri Museveni, président de l’IGAD, négocie un accord, et résout apparemment les contentieux.

22 août 2004 : Un Parlement de transition de 275 membres est investi.

15 septembre 2004 : Shariff Hassan Sheikh Adan, un homme d’affaires, est élu président de l’Assemblée.

10 octobre 2004 : Abdullahi Yusuf Ahmed, 71 ans, est élu président intérimaire par le Parlement de transition.

14 octobre 2004 : M. Yusuf Ahmed prête serment à Nairobi lors d’une cérémonie à laquelle assistant plusieurs chefs d’état africains.

3 novembre 2004 : M. Yusuf Ahmed nomme Ali Muhammad Gedi Premier ministre.

13 janvier 2005 : Le Parlement approuve le cabinet recomposé de M. Gedi, qui comprend 90 membres.

6 février 2005 : Le président du Parlement, avec 60 députés, retourne à Mogadiscio où il est accueilli par une foule en liesse.

9 février 2005 : M. Gedi annonce son intention de partir de Nairobi pour se réinstaller à Mogadiscio le 21 février.

24 février 2005 : Le président Yusuf Ahmed et le Premier ministre Gedi commencent une tournée d’une semaine en Somalie – première fois qu’ils retournent en Somalie depuis l’élection de M. Yusuf Ahmed en octobre 2004.

29 avril 2005 : M. Gedi s’envole pour Mogadiscio pour rencontrer les députés et les ministres qui insistent pour que le gouvernement de transition soit basé à Mogadiscio, et non à Baidoa ou Jowhar comme proposé par le TFG.

18 février 2006 : Un groupe de chefs de guerre basé à Mogadiscio, mené par Mohamed Qanyare, forme l’Alliance pour la restauration de la paix et contre le terrorisme, et s’oppose à l’Union des tribunaux islamiques (UIC) ; plusieurs jours d’affrontements sanglants suivent.

19-22 février 2006 : Les combats forcent des milliers de gens à fuir Mogadiscio, particulièrement les banlieues nord et sud.

Février 2006 : Le Parlement de transition se réunit pour la première fois sur le sol somalien – dans la ville de Baidoa située dans le nord-ouest.

Mars-Mai 2006 : Des centaines de personnes sont tuées et un grand nombre d’autres blessées à Mogadiscio lors des combats entre l’UIC et les chefs de guerre. Il s’agit de la pire explosion de violence en une décennie.

Juin 2006 : Sheikh Sharif Sheikh Ahmed est nommé président de l’UIC.

Juillet 2006 : l’UIC bat les chefs de guerre, qui fuient Mogadiscio ; l’UIC se déploie rapidement dans d’autres régions de la Somalie sud-centrale.

Août 2006 : L’aéroport de Mogadiscio fonctionne à nouveau, pour la première fois depuis 1995. L’UIC rouvre également le port de Mogadiscio.

Juillet-Décembre 2006 : Mogadiscio connaît un semblant de paix et de tranquillité, pour la première fois depuis plus de 15 ans.

Décembre 2006 : Les troupes éthiopiennes et les forces du TFG délogent l’UIC de Mogadiscio et de la quasi totalité de la région sud, prenant Mogadiscio le 28 décembre. Le président du TFG Abdullahi Yusuf Ahmed et son gouvernement entrent dans Mogadiscio pour la première fois depuis son élection en 2004.

Mars 2007 : L’UIC et d’autres opposants à la présence des troupes éthiopiennes se regroupent et lancent des attaques sur les positions éthiopiennes et gouvernementales.

Mars 2007 : Les premières troupes de maintien de la paix de l’Union Africaine (AMISOM : Ougandais et Burundais) arrivent à Mogadiscio.

Avril 2007 : Les combats s’intensifient, forçant des centaines de milliers de personnes à fuir Mogadiscio – le plus grand exode connu par la ville en 15 ans. On signale des centaines de morts après plusieurs jours de combats féroces.

Septembre 2007 : Les forces restantes de l’UIC et d’autres groupes d’opposition se retrouvent à Asmara, la capitale érythréenne, et forment une nouvelle alliance pour combattre les éthiopiens. L’Alliance pour une nouvelle libération de la Somalie (ARS), menée par le Sheikh Sharif Sheikh Ahmed, est créée.

Octobre 2007 : Le Premier ministre Gedi démissionne, après la chute du président Yusuf Ahmed.

Novembre 2007 : M. Yusuf Ahmed nomme Nur Hassan Hussein, également connu sous le nom de Nur Adde, comme Premier ministre et entame immédiatement un processus de réconciliation avec l’opposition.

Novembre 2007 : Le nombre de réfugiés somaliens se monte à un million, avec près de 200 000 personnes fuyant Mogadiscio en trois semaines (Nations Unies).

Juin 2008 : Le gouvernement signe un cessez-le-feu de trois mois avec l’ARS (opposition) pour stopper les combats dans Mogadiscio. Cet accord envisage le retrait des troupes éthiopiennes de Somalie dans les 120 jours, mais le cessez-le-feu est rejeté par une faction de l’ARS menée par le Sheikh Hassan Dahir Aweys, qui veut continuer la lutte jusqu’à ce que toutes les forces étrangères, y compris l’AMISOM, quittent la Somalie.

Décembre 2008 : Le président Yusuf Ahmed essaye de limoger le Premier ministre Nur Hassan Hussein à cause de ses tentatives pour faire entrer l’opposition dans le gouvernement. Le Parlement déclare le limogeage inconstitutionnel et vote une motion de confiance à M. Hassa Hussein.

Décembre 2008 : M. Yusuf Ahmed démissionne et le président du Parlement somalien Sheikh Aden Madobe devient président par intérim.

Janvier 2009 : Le retrait éthiopien est fini. Les milices d’al-Shabab prennent le contrôle de la ville de Baidoa dans le sud-ouest, ancien siège du TFG, et capturent de hauts représentants du gouvernement, mais les relâchent sains et saufs.

Janvier 2009 : A Djibouti, la faction de l’ARS dirigée par le Sheikh Sharif Sheikh Ahmed s’approche d’un accord de partage du pouvoir avec le TFG. Mais l’accord est rejeté par une autre faction dirigée par le Sheikh Hassan Dahir Aweys. Un nouveau Parlement élargi, comprenant 275 députés de l’ARS (opposition), est investi à Djibouti.

Janvier 2009 : Sheikh Sharif Sheikh Ahmed est élu par le Parlement pour remplacer M. Yusuf Ahmed et la période de transition est renouvelée pour deux années supplémentaires.

13 février 2009 : Le président Sheikh Ahmed nomme Omar Abdirashid Ali Sharmarke, le fils de l’ancien Président, comme Premier ministre.

Février 2009 : M. Sheikh Ahmed retourne à Mogadiscio où il est chaleureusement accueilli.

Mai 2009 - Al-Shabab et Hisbul Islami, des insurgés islamistes, lancent une attaque d’envergure contre le gouvernement et prennent rapidement le dessus lorsqu’ils essayent de renverser le gouvernement.

Juin 2009 : Fin juin, on compte près de 170 000 personnes déplacées de Mogadiscio, et selon des groupes locaux de défense des droits humains, 397 personnes sont mortes et 1 738 ont été blessées depuis le 7 mai.


http://www.afrik.com

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Guerre civile en Somalie

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum