Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Ven 13 Juil - 22:52 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Dim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» nouvelle grille de lecture du monde
Dim 29 Avr - 16:29 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Ven 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Mer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Sam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Lun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Mar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Mar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Lun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Jeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Jeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Sam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Mer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Lun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Jeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Mar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Mer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Mar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Lun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Dim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Lun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Lun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Août 2018
DimLunMarMerJeuVenSam
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Accords d'Evian

Aller en bas

Sujet / Message Accords d'Evian

Message par Sphinx le Lun 4 Jan - 23:28

L'histoire des négociations qui se terminent le 18 mars 1962 n'est pas, en effet, la recherche d'un point d'équilibre entre les intérêts de la France et ceux des nationalistes algériens du Front de libération nationale. Elle marque au contraire l'alignement progressif de la position française sur celle des « rebelles » qui, pour l'essentiel, ne modifient pas leurs principes énoncés dès 1956 au cours du congrès clandestin organisé dans la vallée de la Soummam, en Kabylie.

Cette réunion des chefs de l'insurrection avait posé quatre conditions à un éventuel cessez-le-feu :

1)- Reconnaissance de la nation algérienne indivisible (...).

2)- Reconnaissance de l'indépendance de l'Algérie et de sa souveraineté dans tous les domaines, jusque et y compris la défense nationale et la diplomatie.

3)- Libération de tous les Algériens et Algériennes emprisonnés, internés ou exilés en fonction de leur activité patriotique (...).

4)- Reconnaissance du FLN comme seul négociateur représentant le peuple algérien et seul habilité en vue de toute négociation (...). »

Le Congrès avait en outre fixé des « points de discussion » pour les négociations de paix « Limites du territoire algérien (limites actuelles, y compris le Sahara algérien).

Minorité française (sur la base de l'option entre citoyenneté algérienne ou étrangère, pas de régime préférentiel, pas de double citoyenneté algérienne et française) (...).

Formes d'assistance et de coopération françaises dans les domaines économique, monétaire, social, culturel, etc. (...). »

Le FLN ne reviendra jamais sur ces postulats : plus sa situation est difficile, plus il se durcit et se crispe. Il joue sur le temps et la lassitude de la France. Or, après son retour au pouvoir en 1958, le général De Gaulle veut trouver une solution rapide au problème algérien.

Il en a besoin pour des raisons intérieures. Son pouvoir, né de la révolte du 13 mai, reste trop dépendant des Européens d'Algérie ou des militaires. Le général se trouve pris en tenailles entre les partisans de l'Algérie française, à qui il doit son retour aux affaires, et une gauche qui ne lui pardonne pas la façon dont il a enterré la IVe. République.

Surtout, il lui faut finir la guerre d'Algérie pour des raisons internationales. Lorsque, devant les officiers du colonel Trinquier, De Gaulle déclare :

« Messieurs, il n'y a pas que l'Algérie, il y a l'Europe, il y a la France », il dévoile ses ambitions. Il faut s'ouvrir sur le tiers monde (Jean de Broglie, l'un des trois négociateurs d'Evian avec Louis Joxe et Robert Buron, définira les accords comme « une porte étroite sur le tiers monde »). II faut faire jouer à la France un rôle de leader en Europe, d'arbitre entre les deux grands, de grande puissance industrielle et de référence morale à travers le monde. Tout cela ne lui semble pas possible tant que son armée, son énergie, son argent sont immobilisés dans une guerre d'Algérie qui la marginalise. Il faut en finir d'une façon ou d'une autre, et le plus vite possible.

Face à face, donc, un homme pressé et une organisation monolithique et patiente. Dès lors, les événements vont s'enchaîner selon un processus logique.

Le général De Gaulle a besoin de négocier, ne serait-ce que pour l'opinion française et internationale. Pour amener ses adversaires à la table de Conférence, il fait une concession. Cela renforce le FLN qui se trouve encouragé à refuser tout compromis. C'est la rupture, bientôt suivie d'une nouvelle concession française.

Ainsi, le 16 septembre 1959, De Gaulle propose « l'autodétermination » . Le GPRA se réjouit :

«Le droit de disposer librement de son destin est enfin reconnu au peuple algérien. »

Et son vice-président, Krim Belkacem, enchaîne :

« « Votre lutte a obligé l'ennemi à parler d'autodétermination, revenant sur le mythe répété de l'Algérie française. »

Mais le GPRA rappelle que rien ne se fera sans lui, et les combats continuent.

Le 14 juin 1960, le général franchit une nouvelle étape. Il évoque le problème algérien, « posé depuis cent trente ans », ce qui revient à remettre en cause le statut français de l'Algérie. Surtout, il promet que « toutes les tendances pourront prendre part aux débats qui fixeront les conditions du référendum » (sur l'autodétermination) et donne ainsi satisfaction au GPRA.

Des négociations s'ouvrent à Melun le 25 juin. La France vient de reconnaître de facto la représentativité du GPRA, ce à quoi elle s'était toujours refusée. Mais De Gaulle juge imprudent d'aller plus loin pour le moment. Les négociateurs se séparent.

Toute la fin de l'année 1960 marque une nouvelle évolution de la position française. Le 4 novembre, le président de la République parle d'une « République algérienne, laquelle existera un jour ». Le référendum du 8 janvier 1961 écarte définitivement l'idée d'une « francisation » de l'Algérie. Des pourparlers secrets ont lieu à Lucerne en février et mars. Ils débouchent le 30 mars sur l'annonce de l'ouverture de négociations officielles. Cependant, le ministre des Affaires algériennes prétend au même moment négocier avec le MNA, mouvement nationaliste rival du FLN. La Conférence est reportée sine die.

Le 11 avril, le général relance à nouveau le mécanisme. II promet que l'Algérie sera un Etat «souverain au-dedans et au-dehors ». Le 8 mai (douze jours après l'échec du putsch des généraux), il affirme qu'il entend discuter « avec ceux que nous combattons ». Du coup, il réduit le scrutin d'autodétermination à une simple formalité, l'indépendance étant acquise d'avance, et il reconnaît aux rebelles un rôle central, sinon encore exclusif, dans les négociations à venir . Satisfaction est donc accordée au FLN sur deux points essentiels.

Bien plus, pour saluer l'ouverture des discussions à Evian le 20 mai, la France transfère Ben Bella et ses compagnons, détenus depuis 1956, au château de Turquant, libère six mille prisonniers et décrète une trêve unilatérale. Le FLN engrange ses gains, mais sans faire, à son tour, de concessions. Le 13 juin, la Conférence est suspendue. Elle reprend à Lugrin, le 20 juillet, sans plus de succès. Deux problèmes majeurs divisent encore les deux parties : le sort du Sahara, que la France souhaite conserver, et l'avenir des Européens d'Algérie. Le général De Gaulle ne parle-t-il pas à l'époque d'un « regroupement », ce qui laisse planer la menace d'une partition ? Plus sérieusement, les négociateurs français cherchent à obtenir un statut de double nationalité que justement la « plate-forme » de la Soummam récuse totalement.

La Conférence de presse du 5 septembre lève le premier obstacle. « Ce dont il s'agit, c'est du dégagement. » Et pour « se dégager » , De Gaulle admet le principe de la souveraineté algérienne sur le Sahara. En même temps, il accorde au FLN une satisfaction formelle importante: ce n'est pas la France qui organisera le référendum, mais un « pouvoir provisoire algérien » dont le FLN pourra faire partie, appuyé sur une « force armée locale, donc algérienne».

II reste encore à céder sur le problème des Européens d'Algérie, au centre des rencontres entre Joxe et Krim Belkacem, à la fin de l'année, et des discussions secrètes des Rousses du 11 au 19 février 1962. Le 19 février, des « accords de principe » sont enfin établis : la double nationalité est repoussée. Alors que Joxe revient des Rousses, De Gaulle l'apostrophe ironiquement :

« Alors, Joxe, vous avez tout cédé ? »

Les discussions finales qui se déroulent à Evian à partir du 7 mars voient à nouveau s'opposer des négociateurs français pressés par le général De Gaulle d'en finir vite et des Algériens patients. Le 14 mars, au cours d'un incident de séance, Ben Tobbal met les choses au point :

« Que peut-on gagner à vouloir se hâter ainsi ? Chacun de nous dira ce qu'il a besoin de dire, ou alors il n'y a pas besoin de discuter. Nous ne voulons pas être bousculés et nous refusons de travailler dans de telles conditions. »

La menace d'une nouvelle rupture est efficace, et la France doit accepter de nouvelles concessions en ce qui concerne la situation de l'Algérie jusqu'à l'indépendance.


Pour l'essentiel, le FLN a obtenu ce qu'il recherchait. Le cessez-le-feu peut entrer en vigueur. Mais peut-on baptiser « accords » ce qu'Alfred Fabre-Luce appellera avec cruauté une «capitulation sans défaite » ?

.../...


Dernière édition par sphinx le Lun 21 Mai - 23:19, édité 1 fois

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8036
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Accords d'Evian

Message par Sphinx le Mar 5 Jan - 0:02

« Garanties » et « Garantie des garanties »

La lecture des textes est instructive, en particulier en ce qui concerne le sort futur des « citoyens de statut civil de droit commun » , c'est-à-dire essentiellement des Européens qu'un dirigeant du FLN dépeindra comme un « ramassis italomaltais » (1). Durant une première période de trois ans, ils bénéficient de la double nationalité et l'armée française, encore présente, peut les protéger. C'est ensuite que les choses se compliquent. Ils doivent choisir entre les nationalités française ou algérienne.

S'ils décident de conserver la nationalité française, ils deviennent des étrangers sur cette terre où ils sont nés. Leurs droits sont soigneusement énumérés et délimités, leurs biens seront protégés « sous réserve des dispositions concernant la réforme agraire ». Cela leur paraît d'autant plus choquant que les Algériens résidant en France se voient reconnaître tous les droits des Français sauf les droits politiques .

Ils peuvent préférer devenir Algériens. Encore faut?il pour cela une « formalité administrative » (les négociateurs français auraient souhaité que l'acquisition de la nationalité algérienne soit automatique mais, là encore, ils ont dû céder). Cela signifie renoncer à la protection française. Aussi une longue « déclaration des garanties » s'emploie-t-elle à les rassurer.

-/ Ils auront droit à « une juste et authentique représentation » au niveau politique, proportionnelle à leur poids démographique. Mais qui peut garantir que les élus européens seront représentatifs de leur communauté ? Après tout, il s'en est bien trouvé pour porter les valises ou les bombes du FLN ! Les « pieds-noirs » pourront?ils s'organiser politiquement ? Le CNRA (Conseil national de la révolution algérienne, assemblée jouant le rôle de pouvoir législatif à côté du GPRA) qui a décidé en août 1961 que le FLN serait parti unique a déjà répondu à cette question et, quand certains Européens essaieront de créer un parti après l'indépendance, il sera interdit.

-/ Leur mode de vie sera protégé ; le français sera « langue usuelle » (mais non officielle, le FLN l'a précisé), le culte et l'enseignement libres. Surtout, ils sont en droit de se prévaloir du « statut personnel non coranique », c'est-à-dire des règles juridiques françaises, « jusqu'à la promulgation en Algérie d'un Code civil ». Mais que sera ce Code civil ? Comme le note à l'époque le député Marc Lauriol (aujourd'hui sénateur RPR des Yvelines) : « Si le Code civil algérien institue par exemple la polygamie ou la répudiation unilatérale, les Européens qui auront choisi la nationalité algérienne y seront soumis » (débats parlementaires du 26 avril 1962).

-/Aucune discrimination ne sera établie à l'égard de leurs biens, toute expropriation sera subordonnée à « une indemnité équitable préalablement fixée, ce qui laisse encore une large place aux interprétations choisies par le futur Etat algérien...

-/Une association de sauvegarde veillera à l'application de ces règles, « jusqu'à la mise en vigueur des statuts ». Et ensuite ? Les Européens lésés pourront toujours s'adresser à une Cour des garanties composée de quatre magistrats. Mais ceux-ci seront nommés par le futur gouvernement algérien. En dernier ressort, c'est donc encore de la bonne volonté du gouvernement algérien que tout dépend.

Cette bonne volonté, il faut s'en assurer. Dans le système d'Evian, c'est le rôle imparti à la coopération entre la France et l'Algérie, la « garantie des garanties ». L'aide prévue par le plan de Constantine (lancé en 1958 pour assurer le développement de l'Algérie) sera prolongée et la coopération technique maintenue. Ainsi la France espère-t-elle « acheter » la bonne volonté de l'Algérie. Tandis que les liens entre les deux pays seront renforcés. L'Algérie restera dans la zone franc, les entreprises françaises continueront à exercer leur activité et les investissements seront libres.

Encore tout ceci suppose-t-il que le futur gouvernement algérien souhaite développer ses échanges avec la France, ce qui l'ancrerait dans le camp capitaliste. Hypothèse tout à fait hasardeuse...

.../...

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8036
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Accords d'Evian

Message par Sphinx le Mar 5 Jan - 0:12

« La seule garantie, c'est le retour »

Telle semble bien la grande faiblesse des accords d'Evian. Ils posent en postulat que l'Algérie restera un pays libéral. Tel est en fait le sens des garanties accordées aux Européens devenus citoyens algériens, auxquels on promet qu'ils bénéficieront « de droits et libertés définis par la déclaration universelle des Droits de l'homme ». Robert Buron voit bien le problème quand il confie à ses amis du MRP :

« Nous avons négocié pour obtenir, au bénéfice de la communauté européenne, toutes les dispositions libérales qui sont de règle dans nos sociétés occidentales.» (2)

Mais le FLN a déjà précisé que le nouvel Etat sera socialiste, et Khider rappelle dans « Le Monde», le 11 avril 1962 :

« Le premier point de notre programme intérieur est la réalisation du socialisme. »

Que deviendront, dans ce pays socialiste, les biens des pieds-noirs et les capitaux des entreprises françaises ? Comment imaginer qu'il s'intégrera à la zone franc ?

Il faudra peu de temps pour balayer les illusions. Comme le dit avec force Maurice Allais dans «L'Algérie d'Evian », en fin de compte et tout bien pesé,

« la seule garantie, c'est le retour ».

Toutes les garanties accordées aux Européens n'existent donc que sur le papier. Les musulmans favorables à la France n'ont même pas cette chance. Il n'est pas prévu qu'ils puissent réclamer le statut de « citoyen de statut civil de droit commun » et ils n'ont donc droit à aucune garantie. En particulier, ils ne sont pas concernés par la possibilité de quitter librement l'Algérie, et le futur gouvernement pourra le leur interdire.

Tout se passe comme si les négociateurs français s'étaient simplement souciés des Européens d'Algérie, accordant implicitement au FLN la représentativité de tous les musulmans.

Ceci met un point d'orgue à toutes les concessions françaises. Que le lecteur compare les accords d'Evian aux principes posés par le congrès de la Soummam et il constatera aisément l'ampleur du succès algérien. Ben Khedda, qui a succédé à Ferhat Abbas à la présidence du GPRA, ne le cache pas. Il exulte :

« La teneur des accords d'Evian est conforme aux principes de la Révolution maintes fois affirmés. »

.../...

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8036
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Accords d'Evian

Message par Sphinx le Mar 5 Jan - 0:15

Sauver la face

Est?ce dire que la France n'a rien obtenu ? Le jugement serait excessif et l'objectivité amène à constater que, sur deux points, le FLN a fait des efforts ? quitte à reprendre plus tard ce qu'il a accordé.

A diverses reprises, les négociateurs français ont précisé que certaines clauses militaires ne pouvaient pas être discutées. Il s'agit de l'utilisation de la base de Mers el-Kébir et de celle du Sahara pour des expériences atomiques. Le texte final leur donne donc satisfaction, au moins provisoirement. La France conserve pour cinq ans « ses installations expérimentales au Sahara » ainsi que les aérodromes de Colomb-Béchar, Reggane et Imm-Amguel.

Mais, dès 1963, elle sera obligée de transférer son centre d'essais atomiques vers le Pacifique.

L'affaire de la base de Mers el-Kébir est plus étonnante encore. Déclarée vitale pour la sécurité du pays, elle est conservée à la France « pour une durée de quinze ans renouvelables ». Puis, comme on a oublié d'inclure dans la zone française le terrain de l'aéronavale de Lartigue, « on construit à grands frais une piste sur le terrain exigu de la base. Une fois terminée, on découvre que les fusées à longue portée rendent cette place inutile et on la remet entre les mains de l'Algérie dès 1968 (3). » La France a joué ses dernières cartes pour conserver une base à laquelle elle renonce d'elle-même, neuf ans avant le terme échu...

En réalité, aux yeux du général De Gaulle, l'essentiel est que la forme ait été respectée. Et c'est bien ce qu'il veut dire en ce soir du 18 mars quand il présente à la France le bilan de son action.

« Si la solution du bon sens poursuivie ici (4) sans relâche depuis bientôt quatre années, a fini par l'emporter... cela est dû d'abord à la République qui a su se réformer... Cela est dû ensuite à notre armée qui, par son action courageuse, au prix de pertes glorieuses et de beaucoup de méritoires efforts, s'est assuré la maîtrise du terrain dans chaque région et aux frontières... Françaises, Français, pour que soit ratifié ce qui est décidé, pour que soit en conséquence, et en dépit des derniers obstacles, accompli ce qui doit être, il faut maintenant que s'expriment très haut l'approbation et la confiance nationale. »

De Gaulle veut donner l'image d'un empereur cornélien, « maître de lui comme de l'univers » . Il ne cède pas puisque, grâce à l'armée, il est en position de force sur le terrain. Il accorde une indépendance qui sert les intérêts de la France. Ainsi comprend?on qu'il se refuse à parler d'«accords » : ce serait reconnaître le GPRA officiellement. Outre le fait que ce dernier s'est créé en septembre 1958 comme une fin de non-recevoir à l'offre de « paix des braves » faite par le général De Gaulle, et l'on sait que ce dernier ne pratique guère le pardon des offenses, le chef de l'Etat ne peut accepter d'investir immédiatement les « rebelles » à la tête de l'Algérie. Ce serait revenir sur la démarche qu'il a choisie : cessez-le-feu, scrutin d'autodétermination, indépendance dans l'association avec la France.

Le FLN comprend qu'il y a là un point qui ne peut être négocié. Les « accords » prévoient donc un schéma conforme aux principes énoncés par De Gaulle

-/ Cessez-le-feu le 19 mars, accompagné, ce que réclamait le FLN, d'une amnistie (il faut noter que celle-ci ne concerne pas les Européens, donc les combattants de l'Algérie française ), de la fin des mesures d'exception et de la libération des détenus.

-/ Période intermédiaire pendant laquelle est constitué un exécutif provisoire de douze membres siégeant à côté du haut-commissaire français « dépositaire des pouvoirs de la République » . Cet exécutif dirigera les services administratifs et une force locale de quatre-vingt mille hommes.

-/ Scrutin d'autodétermination permettant de choisir entre les trois solutions énoncées par le général De Gaulle en septembre 1959 : maintien du statut de département français, indépendance par la rupture des liens avec la France, indépendance dans la coopération avec la France.

Les formes sont respectées, le général De Gaulle a sauvé la France. Pourtant, comme cette «victoire » apparaît dérisoire et dangereuse !

Dérisoire, puisque dès le départ, le terme du processus est connu : l'indépendance. Comment pourrait-il en être autrement alors que l'exécutif provisoire comportera une moitié de proches du FLN, que la force locale sera composée d'appelés (le FLN a obtenu de ne pas y inclure les harkis), que la libération des détenus et l'arrêt des hostilités renforcent brutalement l'ALN et lui permettent, lors du « dégagement » des troupes françaises, d'occuper partout le terrain ? D'ailleurs, qui se souvient de la date du scrutin d'autodétermination ? C'est le 19 mars que l'Algérie est réellement devenue indépendante, pas à un autre moment.

.../...

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8036
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Accords d'Evian

Message par Sphinx le Mar 5 Jan - 0:21

La France fera « le sale boulot »

La « période intermédiaire » ne comporte d'ailleurs pas que des inconvénients pour le FLN. Après les moments difficiles qu'il a vécus en 1959 et 1960, quand le plan Challe écrasait les willayas de l'intérieur, il n'est pas sûr de contrôler la population. Comment ne s'inquiéterait-il pas du mouvement favorable à l'Algérie française, de cette OAS qui contrôle une large partie de la population européenne ou de ces harkis, plus nombreux que les troupes de l'ALN et mieux armés ? La période intermédiaire évite au FLN de se retrouver face à ces problèmes que la France doit résoudre. Conséquence logique des « accords » d'Evian,c'est l'armée française qui désarmera les harkis et ce sont des soldats français qui materont la révolte de Bab el-Oued ou tireront sur des manifestants brandissant le drapeau français. En un mot, la France a obtenu à Evian le droit de faire place nette pour le FLN.
Quelques mois avant les accords, Alain Peyrefitte l'avait pressenti. Dans « Faut-il partager l'Algérie ? » , il affirmait

« Pour réussir la prise de pouvoir... il faut que les révolutionnaires algériens amènent le gouvernement français à éliminer lui-même tous les adversaires ; à organiser lui-même l'évacuation de la communauté européenne de métropole ; à sacrifier lui-même à l'autorité exclusive du FLN, les autres tendances (...) ; à installer lui-même un exécutif provisoire qu'ils ne peuvent accepter que s'il est composé de leurs doublures ; à créer lui-même les conditions d'une dictature du FLN. »

La prédiction, qui se réalisera point par point, montre bien que les « accords » d'Evian furent un marché de dupes.

Surtout que le refus de signer au côté du GPRA (seul Krim Belkacem paraphera le document) signifie que ni les dirigeants du FLN ni le futur gouvernement de l'Algérie ne seront obligés de respecter le texte. Marc Lauriol relève ce point dès le 26 avril :

« Quelle garantie avons?nous que le futur Etat algérien souverain entérinera les accords, en vertu même de sa souveraineté ? Rien ne l'obligera à se tenir pour engagé par un traité qui lui aura préexisté, puisqu'il aura été conclu avant sa naissance et négocié par un organisme dont la France même reconnaît qu'il n'est pas un gouvernement... Devra-t-on admettre que l'Algérie sera indéfiniment liée par des accords qu'elle aurait trouvés en quelque sorte dans son berceau ? »

L'obstination du général De Gaulle à refuser toute représentativité juridique à un GPRA, dont il fait pourtant le lit en Algérie, est lourde de menaces. Les soubresauts de l'indépendance et la victoire des militants les plus extrémistes du FLN – Ben Bella et Boumediene, feront le reste. Qu'on en juge par ces quelques exemples.

-/ Les « accords » prévoyaient la libération des prisonniers, et la France rendit bien la liberté aux rebelles qu'elle détenait. Selon le ministre Messmer, il y avait au 12 décembre 1961 trois cent quarante-huit militaires français prisonniers de guerre du FLN. Cinq seulement furent rendus. Les autres avaient été assassinés.

-/ Les « accords » prévoyaient l'arrêt des combats et l'absence de représailles. Dès le 23 mars, cinq députés musulmans recevaient une lettre de condamnation à mort tandis que, le 29, le chef FLN Masmoudi déclarait dans « Jeune Afrique » : « Il faut dépeupler, déporter le ramassis de petits Blancs d'Algérie. »

-/ Les « accords » prévoyaient le maintien d'une communauté française dont la vie et les biens seraient protégés. Pour la vie, nous avons vu ce qu'il fallait en penser. L'exode fit le reste. Dès 1963, les « biens vacants » des pieds-noirs seront confisqués, et Ben Bella, inventant une version algérienne de la formule « chiffon de papier », dira :

-/« Lorsqu'on s'arme de textes contre nous, nous nous armons de la morale socialiste de notre pays. »

Les intérêts de la France ne seront guère respectés plus longtemps : en 1971, la nationalisation des compagnies pétrolières emportera les dernières positions françaises.

.../...

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8036
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Accords d'Evian

Message par Sphinx le Mar 5 Jan - 0:27

Un mythe

La formule de Ben Bella donne tout son sens aux accords d'Evian : un mythe.

-Mythe de négociations équilibrées au cours desquelles la France aurait obtenu des concessions significatives de ses partenaires.

-Mythe d'un texte ayant juridiquement force de loi, alors qu'il n'engage qu'un seul partenaire (la France).

-Mythe de garanties accordées aux Européens, mais sans valeur réelle et refusées aux musulmans pro-français.

Reste un dernier mythe, selon lequel les accords d'Evian auraient pu être appliqués s'il n'y avait pas eu l'OAS. C'est elle qui, par ses attentats sanglants, aurait provoqué la rupture définitive entre les deux communautés et encouragé l'exode des Européens.

Si le déchaînement de violence des derniers mois n'est pas discutable, il n'est nullement imputable à la seule OAS. Peu suspect d'hostilité systématique envers le FLN, Vincent Monteil, conseiller politique de Christian Fouchet (qui représente la France en Algérie), le reconnaît et avoue qu'il a dû « adjurer », après la découverte d'un charnier dans les faubourgs d'Alger, ceux qu'il continue à appeler imperturbablement « mes amis » :

« Vous n'avez pas le droit d'assassiner et de torturer. »

Les assassinats du FLN continuent néanmoins, des Européens sont enlevés (le ministre de Broglie devait évoquer le chiffre de 3 080 disparus dans un discours le 7 mai 1963, chiffre qui semble bien inférieur à la réalité). Dans le bled abandonné par l'armée française, des harkis sont massacrés, souvent après d'épouvantables tortures. Le 5 juillet 1962, sept « katibas » entrent dans Oran et, prises de folie sanguinaire, se jettent sur les civils, abandonnant au moins quatre-vingt-quinze cadavres dans les rues (le général Jouhaud parle d'un millier de morts). Ceci ne suffit-il pas à expliquer l'exode ?

De plus, la violence de l'OAS a été encouragée par l'attitude du pouvoir. En acceptant de négocier avec le FLN, en lui donnant satisfaction sur l'essentiel, la France reconnaît l'efficacité de huit ans de terrorisme. Comment ne pas en tirer la leçon?

Et comment ne pas s'étonner de voir le gouvernement français refuser toute négociation avec les révoltés de l'Algérie française quand il vient de s'entendre avec les rebelles de l'Algérie algérienne ?

L'OAS n'est invitée ni à Evian ni ailleurs. Acculée au désespoir et à la violence, l'organisation secrète, qui tentera de s'entendre directement avec le FLN -accords Susini-Mostefaï-, n'a d'autre recours que la rue.

Qui pourrait croire enfin au sérieux des garanties ? Les négociateurs français eux-mêmes, comme Robert Buron, ne se font guère d'illusion :

« La présence française en Algérie, pour laquelle j'ai tant lutté, risque de devenir pour longtemps un leurre. » (5)

Bernard Tricot, qui fut secrétaire général de l'Élysée, n'est guère moins sévère aujourd'hui :

« Tout cela était bien sur le papier, que sur le papier » (Interview accordé à Historama en mars 1986).

L'exemple vient de haut puisque De Gaulle lui-même avoue à Louis Terrenoire :

« Que les accords soient aléatoires, c'est certain... »

Pour arriver à ce résultat, fallait-il continuer les combats pendant quatre ans, pousser dans les reins l'armée française afin qu'elle gagne, compromettre plusieurs centaines de milliers de combattants musulmans à nos côtés ? Et comment ne pas conclure avec Maurice Allais (6) :

« Le pouvoir a fait quatre ans de guerre pour imposer à l'adversaire la solution qui était précisément son objectif final. »

http://www.algerie-francaise.org

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8036
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Accords d'Evian

Message par Sphinx le Sam 20 Mar - 1:14

Mohamed Harbi. Historien


« Le pari des Accords d’Evian n’a pas été tenu »

Historien de référence du nationalisme et de la révolution algérienne et acteur de premier plan de cette révolution au sein du FLN, Mohamed Harbi — ayant lui-même participé aux premières négociations — rappelle avec concision le contexte politique dans lequel les Accords d’Evian ont été signés et leur contenu. Il nous livre aussi des clés de compréhension de la relation algéro-française, qu’il analyse sans concession, et ouvre avec pertinence des questionnements dont devraient se saisir les responsables politiques des deux Etats. Mohamed Harbi est l’auteur d’ouvrages qui font autorité, dont Archives de la révolution algérienne, (Jeune Afrique, 1981 ) ; Le FLN, mirage et réalité, (Jeune Afrique, 1980 et 1984) ; Le nouvel ordre international, (Arcantère, 1992) ; L’islamisme dans tous ses états (sous sa direction) (Arcantère, 1991) ; L’Algérie et son destin, (Arcantère, 1992) ; Une vie debout, vol. 1, (La découverte, 2001) ; La Guerre d’Algérie (en collaboration avec Benjamin Stora, 2004) ; Le FLN : Documents et histoire, 1954-1962, (en collaboration avec Gilbert Meynier, Fayard, 2004).

Les accords d’Evian, signés le 19 mars 1962 entre la France, puissance coloniale, et les représentants du GPRA, étaient-ils exclusivement fondés sur les modalités réglementant le recouvrement par le peuple algérien de sa souveraineté nationale ?

On oublie, quand on évoque les accords d’Evian, le contexte de l’époque. Nous étions face à des problèmes militaires que nous n’avions pas les moyens de résoudre, mais nous avons réussi, aux plans politique et diplomatique, à fragiliser la position de la France qui, par ailleurs, affrontait une sédition. Le compromis d’Evian reflète cette situation. Le Gouvernement provisoire de la république algérienne (GPRA) a honoré les revendications exprimées dans l’appel du 1er novembre. Il n’a pas cédé sur la question du Sahara. Il a fait reconnaître le principe de la réforme agraire. Reste que la place des questions économiques était seconde.

Toutes les dispositions contenues dans ces Accords ont-elles été mises en œuvre ? Ont-elles été respectées par l’une et/ou l’autre parties signataires ?

Non. Par exemple, la récupération des richesses en vertu de la problématique algérienne s’est faite en contravention des accords d’Evian qui prévoyaient une juste et préalable indemnisation. Un autre exemple, les accords d’Evian transmettaient à l’Etat algérien l’héritage français en Algérie. En fait, la transmission s’est faite à l’Etat FLN. Aucun autre mouvement n’a été autorisé à présenter des candidats à la constituante. C’est également une dérogation aux accords d’Evian. Ces accords reposaient sur un pari : la cohabitation entre deux communautés sous l’autorité d’un Etat multiculturel. Il n’a pas été tenu. Le premier coup a été porté par l’OAS, les Wilayas ont fait le reste. C’est ce qui a fait dire à Jean-Marcel Jeanneney, premier ambassadeur de France en Algérie : « Si les choses se sont mal passées, ce n’est ni la faute du gouvernement français ni des Algériens… » Aucun des deux interlocuteurs d’Evian ne maîtrisait son propre camp.

Que reste-t-il des Accords d’Evian, 48 ans après leur signature ? Ne sont-ils pas dépassés ? Dans leurs relations bilatérales, l’un et/ou l’autre Etats peuvent-ils encore s’en prévaloir ?

L’Algérie a mis un terme aux clauses qui limitaient son indépendance économique et culturelle, mais elle avait un privilège quant au statut des Algériens en France.

Qu’elle se réfère à un texte de droit pour le garder, c’est de bonne guerre, même si on peut lui opposer que ces pratiques les ont rendus caducs. Mais si cette revendication n’est pas seulement un chiffon rouge à l’usage des émigrés, la diplomatie algérienne ne pourra se dérober au principe selon lequel, entre deux Etats souverains, l’équilibre des avantages est de rigueur. Et dans ce cas, pourquoi revenir à Evian et ne pas traiter l’ensemble des relations bilatérales comme cela a déjà été envisagé

Comment expliquez-vous que les Etats français et algérien n’arrivent pas encore à dialoguer sereinement de leur passé commun ? Ce travail, s’il est amorcé par les historiens et les sociétés civiles des deux pays, n’est-il pas encore marginal ?

Les controverses franco-algériennes ne sont pas toutes de même nature. Il y eut d’abord les controverses vitales pour l’Algérie, consécutives aux nationalisations et au statut des émigrés. Aujourd’hui, la controverse porte, entre autres sujets, sur la compréhension du fait colonial. Ce thème est devenu une question d’actualité à partir du moment où les associations de rapatriés et de défense de l’OAS ont reconstitué des relais politiques au Parlement faisant, à tort ou à raison, du vote pied-noir un enjeu politique. Côté algérien, la tentation de refonder le lien social en réactivant le passé colonial et d’unifier les Algériens est claire. Il ne fait pas de doute que la force de l’Etat n’est pas organisée et utilisée de façon efficiente. Les élites, qui se partagent le pouvoir en alliance ou en concurrence, se montrent incapables d’élaborer des objectifs qu’il faut poursuivre en trouvant pour cela des moyens appropriés. Au lieu d’éduquer politiquement la nation, elles se bercent d’illusions en privilégiant leurs intérêts de groupe par rapport aux intérêts de puissance de l’Etat. Un Etat est crédible auprès de ses interlocuteurs quand il s’appuie sur ses populations et les respecte.

Pourquoi l’Etat français est-il réticent à reconnaître sa responsabilité dans la colonisation de l’Algérie et des méfaits qu’elle a engendrés ?

Examinez la politique de la France sur le génocide au Rwanda et vous aurez une réponse. Il a fallu un fiasco diplomatique de première grandeur pour que le président de la République française trouve une formule alambiquée pour admettre les responsabilités de la France dans le génocide des Tutsis. Pourtant, les considérations de politique intérieure ne pèsent pas autant que pour l’Algérie.

La loi du 23 février 2005, n’était-ce pas pour faire capoter le pacte d’amitié que le président Chirac s’apprêtait à signer avec le président Bouteflika ?

Tout n’est pas encore clair dans le traitement de ce dossier. Pendant que se déroulaient les discussions à son sujet, une commission de l’Assemblée nationale avait entamé un débat sur le fait colonial. Ce débat n’avait rien de secret et tous ceux qui le suivaient savaient qu’il allait déboucher sur une révision de la compréhension du fait colonial. Si, à ce moment-là, notre diplomatie avait mis en garde le gouvernement français sur les conséquences qu’elle entraînerait dans les relations bilatérales, le débat aurait sûrement gagné en clarté. Lorsqu’avec Claude Liauzu, Gérard Noiriel, Gilles Manceron et Gilbert Meynier, nous avons donné une conférence de presse pour dénoncer au nom des historiens cette loi, l’Algérie n’avait pas réagi. J’aimerais bien comprendre pourquoi ? Les Algériens ont besoin de savoir. Ils doivent bénéficier du droit à l’information. On ne doit pas les traiter comme des potiches qu’on mobilise en claquant des doigts.

Les binationaux pèsent-ils dans la relation entre les deux Etats ? Représentent-ils un des enjeux de la relation algéro-française ?

Ils sont bien sûr un enjeu, ne serait-ce que dans les batailles mémorielles dont les incidences politiques sont évidentes. La jeunesse scolaire en France est composée aujourd’hui de Français d’origines maghrébine, africaine et asiatique appartenant à l’ancien empire colonial. Or, l’histoire enseignée à l’école est encore, malgré quelques ajustements récents, l’histoire d’une partie des Français. Il y a déjà plus d’une décennie, Suzanne Citron avait, dans un ouvrage, Le mythe national, l’histoire de France revisitée, préconisé l’intégration de l’histoire des groupes minoritaires en France, ce qui appelle une condamnation claire et nette du phénomène colonial et de l’esclavage. Or, pour beaucoup de dirigeants français, l’enseignement de l’histoire est conçu comme un outil de francisation et non comme un instrument d’ouverture sur les autres.


Par Nadjia Bouzeghrane

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8036
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Accords d'Evian

Message par Sphinx le Sam 26 Nov - 23:50

Les Accords d'Évian: Secrets, espionnage, révélations...

[url][/url]

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8036
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Accords d'Evian

Message par Syfou le Lun 2 Avr - 22:18

Evian 1961




__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 35
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Accords d'Evian

Message par Sphinx le Lun 21 Mai - 23:24

Mme Kawthar Krim (fille de Krim Belkacem) : “Donner toute la grandeur aux accords d’Evian”



Dans un bref entretien accordé à El-Moudjahid en marge du Forum consacré aux Accords d’Evian, Mme Kawthar Krim fille de Krim Belkacem, l’un des six chefs de la Révolution algérienne et signataire des Accords d’Evian, a demandé que la journée du 18 mars soit “une journée fériée pour donner toute sa grandeur à cet évènement qui a ouvert la voie à l’indépendance”.

Cette année l’Algérie fête son 50e anniversaire de l’indépendance. En tant que fille de Krim Belkacem chef de la délégation algérienne et signataire des accords d’Evian, que signifie pour vous cet important évènement historique ?
Je saisi l’occasion pour demander à ce que cette journée du 19 mars soit une journée férié pour donner toute la grandeur à cet événement lié à la signature des accords d’Evian qui ont permis d’ouvrir une voie à l’indépendance. C’est un événement historique qui a mis fin à plusieurs années de guerre de libération nationale.
Il y a lieu de mettre en exergue le mérite de la diplomatie algérienne à l’époque. C’est très important pour que les jeunes d’aujourd’hui comprennent combien leurs aînés ont souffert et milité pour arracher l’indépendance de l’Algérie.

Estimez-vous qu’on n’évoque pas assez cet événement ?

Oui. La jeunesse ne connaît pas grand-chose de cet évènement qui a marqué l’une des grandes pages de l’histoire du pays, à tel point que le 19 mars pour eux se limite à la fête du printemps.

Lire:
http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/25480

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8036
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Accords d'Evian

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum