Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Meilleurs posteurs
8022 Messages - 42%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
128 Messages - 1%
122 Messages - 1%
94 Messages - 0%
87 Messages - 0%
Galerie


Septembre 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier

Connexion

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message Musulmans du Canada

le Ven 29 Jan - 15:16
Conditions de personnes
Après la France
Muslim Canadian Congress, contre le voile

Ont passé plusieurs jours dans la décision de la France à interdire le voile dans les lieux publics, même une association qui s'appelle le gouvernement islamique canadien fédéral d'interdire le voile.
Appelle le Congrès musulman canadien, hier, le gouvernement fédéral pour empêcher les femmes de porter la burqa ou le niqab, qui couvre l'ensemble du visage. Le vice-président du Congrès musulman canadien, Salma Siddiqui, dit que les femmes de couvrir leurs visages, et un moyen de le contrôler.
Conférence avait à peine annoncé sa réclamation, jusqu'à ce qu'il reçoive la réponse de l'opposition canadienne, a déclaré le député du Parti libéral, Marlene Jennings, la loi protège les libertés religieuses.
La langue française province''Quebec'', avait l'an dernier a ouvert un débat général sur la nécessité d'intégration des migrants, en particulier les musulmans, est paru le rapport du comité qui a organisé le débat et claire, la délivrance de son view''that le gouvernement de la province française à être plus ouverts à migrants''.
Comtés anglais ont refusé d'aborder la question de l'intégration des migrants, et à travers toutes-Anglais immigrants parlant que le droit de défendre leur propre culture d'origine. Le Canada a un certain nombre d'associations chiites et sunnites, ne montrent pas de différences entre eux, sauf lorsqu'il s'agit de Ramadan, où les musulmans jeûnent chacun par sa communauté.
Pour référence, le Congrès canadien est un sunnite modéré, et demande aux immigrés de s'intégrer et de l'abandon de l'intolérance.

http://www.elkhabar.com
avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message Re: Musulmans du Canada

le Sam 27 Mar - 10:56
Peace Village, enclave islamique au Canada

À une cinquantaine de kilomètres au nord de Toronto, des musulmans ahmadis bâtissent leur ville depuis dix ans, à l'écart des banlieues traditionnelles.

L'appel à la prière tombe sur Peace Village, terre d'islam en plein Canada. Les 3 000 habitants y sont tous musulmans. Des Pakistanais pour la plupart, mais aussi des Bengalis ou des Nigériens. Comme tous les vendredis, à 13h30 tapantes, la foi transporte ce petit peuple voilé ou moustachu de l'avenue Abdus Salam vers une immense mosquée blanche. Les dômes d'acier de Bait'ul Al Islam dominent l'horizon. Des croyantes, vêtues du niqab noir ou de voiles aux couleurs chatoyantes, se pressent vers la mosquée. Journaux en ourdou sous le bras, les hommes vêtus du ­salwar kameez, longue chemise traditionnelle pakistanaise, entrent par une porte séparée. La mosquée fait salle comble. Un millier de fidèles se tourne vers La Mecque.

Tous sont des ahmadis, pratiquant une version eschatologique de l'islam. Le secrétaire de l'association ahmadie du Canada, Ahmed Dildar, est un ancien colonel de l'armée pakistanaise. Le vieillard à la peau parcheminée s'enflamme : «Nous ne pouvions pas pratiquer notre religion au Pakistan. Certains d'entre nous ont été tués par les autorités. Ici, nous sommes libres.» À deux pas de la station de télévision musulmane locale et de la mosquée, une gigantesque inscription : «Ahmadiya, le vrai islam.» Face à la salle de prière, un libraire vend Le Djihad des Britanniques ou La Place de la femme dans l'islam, en version arabe, ourdoue et anglaise.

Cette vague coranique au pays des caribous a commencé il y a vingt-cinq ans par la croisade d'un immigré pakistanais, Naseer Ahmad, devenu à 56 ans un homme d'affaires prospère. «En 1985, il n'y avait que de la friche à des kilomètres à la ronde. Notre communauté a acheté de grands terrains et fait transformer cela en zone constructible. Sept ans plus tard, nous avons construit - pour 4,5 millions de dollars cash - ce qui était alors la plus grosse mosquée d'Amérique. C'est cher, mais c'est le rêve de toute une communauté.» Le fondateur de Peace Village vante aussi sa cité islamique de 330 pavillons, construite entre 1998 et 2008 et dont toutes les rues mènent à la mosquée.

Des cloisons pour séparer hommes et femmes

Un ghetto ? Non, «une success story musulmane», objecte le promoteur immobilier. L'homme tapote son ventre, satisfait : «Ces maisons respectent les préceptes de l'islam. Grâce à des portes coulissantes, le salon sépare les hommes des femmes. Mais nous sommes ouverts à toutes les communautés.» Peace Village n'en est pas moins à 100 % musulman.

Au coin de Mosque Avenue, une jeune fille et sa mère, toutes deux voilées, se dirigent vers leur maison. À la vue d'un étranger, la plus jeune s'affole. Elle tourne son joli voile bordeaux. «Je suis ici depuis trois mois. C'est très bien le Canada. Très bien.» Sa mère ne souffle mot, elle ne parle pas anglais. Aussitôt deux gaillards, version orientale de Laurel et Hardy, surgissent : «Il faut demander la permission pour parler aux gens et se promener.» Heureusement, il y a aussi Moen, ancien agent de voyages volubile. Il explique que tous les foyers ont une vue imprenable sur la mosquée. «Ici, les femmes ont tous les droits, assure-t-il. J'ai divorcé de ma femme et j'ai perdu beaucoup d'argent. Elle a tout pris. Mais nous sommes au Canada, il faut respecter la loi.»

Début mars, une enquête de l'Institut national statistique du Canada a révélé que, dans vingt ans, les minorités visibles représenteraient 63 % de la population de Toronto. À cette idée, Naseer Ahmad jubile : «Ce pays a été fondé par les Français et les Anglais. Maintenant, il y a une troisième force, c'est nous. Au Canada, il faudra qu'il y ait un premier ministre pakistanais !» Dans le discours du promoteur immobilier, Allah n'est jamais loin. Son regard se durcit lorsqu'il évoque «cette France qui ne comprend rien à l'islam». Ahmad balaie la question de l'intégration : «Nous sommes très bien intégrés au Canada. Nous ne cherchons même pas à avoir notre propre école. Nos enfants vont à l'école publique.»

Cette école primaire se trouve à quelques centaines de mètres de Peace Village. La secrétaire de la Teston Village Public School explique que 80 % des élèves sont originaires de l'enclave musulmane. Les enfants s'expriment entre eux en ourdou. Beaucoup ont des difficultés en anglais. Le midi, ils mangent des pizzas halal que prépare le personnel.

Toujours pétris de politiquement correct, mais aussi d'une grande tolérance, les Canadiens anglais refusent d'émettre une opinion défavorable. «Ce sont des gens charmants, très polis et très calmes. Ils ont parfois peur de parler, car ils s'expriment très mal en anglais», explique une chauffeuse de bus. La critique vient des autres immigrants. Barry Holmes, un agent immobilier d'origine sri-lankaise, s'indigne : «Le multiculturalisme c'est bien beau, mais les gens ne se parlent pas. Ce sont toujours des rapports de forces entre communautés. Ma communauté est petite. Nous n'obtenons pas grand-chose.»

Naseer Ahmad a l'esprit ailleurs. Il montre le Peace Plazza, son centre commercial. «Il y a plusieurs restaurants halal. Je contrôle tout ici. J'ai même créé un cimetière musulman. Peace Village est une expérience unique, qui jette les bases d'autres villages.» Il balaie l'horizon, désignant une large étendue près de la mosquée : «Nous y ferons un vaste centre islamique.»

Ps:Peace Village, une petite ville de 3 000 habitants, d'origine pakistanaise pour la plupart d'entre eux.

Par: Ludovic Hirtzmann

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message Re: Musulmans du Canada

le Lun 12 Sep - 2:21
Le Premier ministre canadien épinglé pour « rhétorique anti-musulmane »



A l’occasion de la commémoration du 10ème anniversaire des attentats du 11 septembre 2001, Stephen Harper, le premier ministre canadien s’est illustré pas une déclaration qui, dans le contexte du Canada, pourrait être prise pour de la rhétorique anti-musulmane.

Lors d’une longue interview diffusée sur la chaîne publique anglophone CBC, il a affirmé que « l'islamisme représentait la plus importante menace pour la sécurité du Canada ».

Cette déclaration a fait réagir certaines associations de musulmans du Canada dont le Conseil suprême islamique du Canada (CSIC) et le Congrès islamique canadien (CIC).

Selon le site internet de Radio Canada, « le CSIC trouve inacceptable que le premier ministre associe l'islam au radicalisme et au fanatisme, alléguant que ces attitudes sont non islamiques et que les musulmans canadiens ne reconnaissent pas « islamique » une personne impliquée dans des activités terroristes.».

« Si les musulmans n'associent aucun fanatique, extrémiste, terroriste, avec l'islam, qui a donné le droit à un premier ministre chrétien d'associer de telles personnes avec notre religion? », demande-t-il dans un communiqué.

« Nous travaillons avec énergie pour réunir les gens de toutes les croyances afin de combattre l'extrémisme et le radicalisme, mais les
commentaires de M. Harper sur l'islam ont nui à ces efforts », ajoute-t-il.

Le conseil demande, dans le même communiqué, aux musulmans, mais aussi à tous les Canadiens, d'appeler le bureau du premier ministre ou de lui envoyer des courriels afin qu'il s'excuse publiquement de ces propos insultants « la foi de 1,6 milliard de musulmans».

De son côté, la présidente du Congrès islamique canadien trouve que « les commentaires de M. Harper ciblent injustement la communauté musulmane, et c'est inapproprié, particulièrement de la part du premier ministre ». « Je lui recommande fortement de prendre des mesures afin d'engager le dialogue avec la communauté musulmane », a-t-elle ajouté.

Cette sortie de Stephen Harper à la tête d’un gouvernement conservateur majoritaire, intervient sur fond de préparation de l’opinion, à la
réintroduction de certaines mesures de la loi anti-terroristes qui permettent à la police d'arrêter quelqu'un sans mandat et de le détenir
pendant trois jours sans porter d'accusation.

Pierre Allard, éditorialiste au Journal Le Droit se demande à propos des déclarations du premier ministre canadien si on doit «comprendre que le premier ministre, pour pouvoir sabrer dans les libertés civiles de tous les Canadiens, utilisera la vieille tactique de la peur en mettant l'accent sur une éventuelle attaque terroriste islamiste ? Se rend-il compte de l'effet corrosif de pointer du doigt une ethnie et une religion ? »

Sur internet, la sortie du premier ministre était une belle occasion pour certains de forcer sur la confusion islam, musulmans, islamisme et terrorisme. Ceci n’a pas empêché quelques commentaires empreints de sagesse.

« Quand on est Premier ministre d'un pays qui compte un million de musulmans, on ne fait pas ce genre de déclaration qui ne manifeste qu'ignorance et préjugés. Il aurait pu dire que le terrorisme et le fanatisme représentent un danger, pas qu'une religion, pratiquée par 1,6 milliards d'êtres humains, représente un danger », peut-on lire dans un commentaire sur le site de Radio-Canada.

Samir Ben

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Contenu sponsorisé

Sujet / Message Re: Musulmans du Canada

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum