Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.

Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 120px-10

http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 EmptyMer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 EmptySam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 EmptyDim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 EmptyVen 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 EmptyMer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 EmptySam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 EmptyLun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 EmptyMar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 EmptyMar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 EmptyLun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 EmptyJeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 EmptyJeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 EmptySam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 EmptyMer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 EmptyLun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 EmptyJeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 EmptyMar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 EmptyMer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 EmptyMar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 EmptyLun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 EmptyDim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 EmptyLun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 EmptyLun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 Empty
Mai 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Si Salah: Commandant de la Wilaya 4

Aller en bas

Sujet / Message Si Salah: Commandant de la Wilaya 4

Message par Sphinx le Mer 24 Fév - 22:36

Si Salah de son vrai nom Ben Rabeh Mohamed Zamoum, (1928 -1961) est un militant nationaliste, commandant et chef par intérim de la wilaya IV durant la guerre d'Algérie.

Né le 29 novembre 1928 à Aïn Taya, Si Salah, secrétaire de mairie à Ighil Imoula, est le fils d'un instituteur. Il s'engage très jeune, avec son frère Ali Zamoum, dans l'action politique et devient membre de l'O.S., en qualité de responsable de cellules de plusieurs régions (Makouda, Dellys, Ouadhia, Boghni, Draâ El Mizan). Jusqu'en février 1953, la couverture de secrétaire du centre municipal d'Ighil-Imoula lui permet de développer une activité permanente au service du parti. Outre les activités politiques classiques (contacts et coordination des diverses cellules, formation militaire et politique) il intervient sur un plan plus « technique » par l'établissement de fausses cartes d'identité à des militants recherchés par l'administration française. A la suite du démantèlement de l'O.S., Si Salah est arrêté par la P.R.G., incarcéré à la prison de Tizi-Ouzou. Torturé pendant 22 jours, il ne parle pas. Libéré le premier trimestre 1954, il passe les quelques mois précédant le déclenchement de la révolution entre son village et Alger, menant une vie clandestine totale. Partisan de la lutte armée, il participe à la préparation du 1 er novembre au sein du comité du FLN de Kabylie avec les responsables Krim Belkacem et Amar Ouamrane. Il est ainsi désigné responsable de la région de Dellys - Bordj Menaiel pour l'insurrection. La proclamation du 1er novembre est tirée dans son village d'Ighil-Imoula. Homme du 1er novembre, il est activement recherché par la police française. En 1956, il est condamné à mort par contumace par le tribunal militaire d'Alger. Membre du Conseil de wilaya, il succède à Si M'hammed (le colonel Bouguerra) à la tête de la wilaya IV. En septembre 1957, il séjourne au Maroc avec le docteur Si Saïd, puis est nommé adjoint du colonel Boumedienne à l'état-major de l'ouest. Mais il ne rejoint pas ce poste, se rend en Tunisie pour faire parvenir à « l'intérieur » de l'armement, des munitions, etc. En juin 1958, Si Salah revient de Tunisie en wilaya IV. Il est à cette époque membre du C.N.R.A. En mai 1959, il accède au poste de chef politico-militaire de la wilaya IV.

Dépité de l'isolement dans lequel le G.P.R.A. laisse les combattants de l'intérieur, en juin 1960 le conseil de wilaya décide à l'unanimité de mandater Si Salah pour rencontrer secrètement le général de Gaulle à l'Élysée pour solliciter la paix des braves - (Affaire Si Salah). Une année plus tard, le G.P.R.A. lui demande de se diriger par étapes sur la Tunisie. Douze maquisards lui font escorte. La petite troupe tombe sur un commando de chasse de l'armée française. Si Salah, avec toute son escorte, est tué le 20 juillet 1961 à Maillot dans la région de Bouira.

Une école, un boulevard et une rue porte son nom dans l'Algérie indépendante à Boghni, Bouira et Alger.

Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 04911

Si Salah commandant de la Wilaya 4 qui rencontra de Gaulle le 10 juin 1960

wikipedia


Dernière édition par sphinx le Dim 25 Avr - 12:56, édité 1 fois

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 Sphinx10


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Si Salah: Commandant de la Wilaya 4

Message par Sphinx le Mer 24 Fév - 22:47

L'affaire de Si Salah

Le Général CHALLE, dans son livre " Notre Révolte " P.167-168,170,171, écrit :
… " C'est alors que survint ce que l'on a appelé l'affaire Si Salah.


Au début de mars 1960, les chefs de la willaya 4, celle du Nord-Algérois, demandaient à traiter. Mais comme ils se méfiaient, à tort d'ailleurs, des conditions que pourraient leur imposer les militaires, ils s'arrangèrent pour faire appel directement à Paris.
Par l'intermédiaire du caïd de Médéa, ils purent toucher le Procureur général d'Alger qui alerta directement Michelet, garde des Sceaux. On ne me mit au courant que lorsqu'il n'y eu pas moyen de faire autrement puisqu'il fallait tout de même discuter de conditions militaires. Les chefs rebelles étaient Si Salah, un homme intelligent, Mohamed, dur et fanatique mais réaliste, enfin Lakdar, adjoint au chef de la willaya.
Et les conversations commencèrent à Alger et à Paris.
Elles étaient suivies en particulier pour le compte de l'Elysée par Bernard Tricot, intelligent et sectaire, l'âme damnée de de Gaulle pour l'Algérie, et pour le compte de Matignon par le lieutenant-colonel Mathon. Pour mon compte, par mon " état-major et en particulier par le colonel Jacquin, un grand as du renseignement français, peut-être le plus grand depuis 1945.

Très vite nous nous mimes d'accord avec les chefs rebelles. Les conditions faites étaient convenables. Ces chefs se faisaient fort d'entraîner l'assentiment de Mohand Ou el Hadj, commandant la wilaya3, de Grande Kabylie, de la wilaya 6 pratiquement sous le contrôle de la 4 depuis la mort au combat de son chef Si Houaés tué en même temps qu'Amirouche le prédécesseur de Mohand Ou el Hadj, enfin de la wilaya 5 très affaiblie et commandée à distance depuis le Maroc.

C'étaient les trois quarts de l'Algérie qui basculaient.
En mettant toutes mes troupes sur l'Est et le Sud-Constantinois, c'était la fin de la rébellion en quelques mois.
Mais les chefs de la wilaya 4 demandaient un délais. Il fallait qu'ils consultent leurs propres subordonnés et l'ensemble de leurs troupes. Or ils disaient avoir besoin de vingt-cinq jours à un mois au moins pour aller d'un bout à l'autre de leur wilaya, étant donné la pression de notre dispositif. Ils partirent pour leur tournée vers le 15 avril après nos accords préliminaires. Ils devaient finalement mettre près de deux mois pour faire leur tournée.
Or le 23 avril, après de nouvelles péripéties, je quittai mon commandement.

Mais l'affaire de la wilaya 4 suivait son cours.

Apres avoir contacté tous leurs cadres et toutes troupes, les trois chefs déjà cités firent dire qu'ils étaient près à aller à Paris où ils demandaient à voir le général de Gaulle.

L'audience eu lieu du 11 au 12 juin. A ces chefs qui venaient demander l'aman, de Gaulle fit bonne figure mais annonça qu'il allait faire un discours le 14 juin dans lequel il ferait un dernier appel au G.P.R.A..
A ces rebelles qui demandaient la paix contre la volonté du G.P.R.A., de Gaulle opposait le G.P.R.A.. Malgré les bonnes paroles, ils partirent extrêmement troublés.
Ils poursuivirent cependant l'exécution de leur projet.
Mais Tricot les suivait à la trace et le 17 juin, dans une entrevue à Alger il déclara : " Il ne faudrait pas gêner la politique du général de Gaulle par des négociations latérales. "

Engagé comme ils l'étaient, Salah, Mohamed et Lakdar continuèrent leurs tractations. Fin juin avait lieu à Melun une série d'entretiens entre les représentants du gouvernement français et les représentants du G.P.R.A..
Ils échouèrent parce que les représentants français Morris, de Gastines, suffisamment au courant des affaires en cours et suffisamment honnêtes, ne voulurent pas passer sous les fourches caudines de Boumendjel. Cette erreur ne devait pas se reproduire et dans la suite on employa plus que des marionnettes ; Joxe, Buron, de Broglie, Simon, de Camas, etc…et Tricot tirait les ficelles.

Mais le coup etait porté, Si Salah parti encore début juillet en Kabylie, voir Mohand Ou El Hadj, commandant la wilaya 3, et d'ailleurs recevoir son assentiment, mais Mohamed avait deja retourné sa veste.

Comprenant enfin que l'Elysée poursuivait un but différent de celui qu'il annonçait, il faisait assassiner Lakdar, intercepter Si Salah à son retour de Kabylie et procédait parmi ses cadres à une purge sanglante après avoir fait une confession publique.

Fin juillet 1960, l'Algérie ne serait pas en paix car je n'étais plus là pour agir et essayer de rattraper tout ce que Paris gâchait à dessein.

De Gaulle venait d'éviter une double catastrophe.

D'abord cette armée qui l'avait porté au pouvoir en mai 1958 pour conserver l'Algérie à la France ne pouvait s'enorgueillir d'une victoire. Il allait la casser, la disloquer, l'aplatir pour qu'en sente bien qu'en France il n'y avait qu'un Maître et non pas un président de la République et des structures convenables.
Enfin l'Algérie ne pourrait pas demeurer française ou même européenne et pourrait être jetée en appât aux Afro-asiatiques, afin qu'un jour de Gaulle puisse prendre la tête de la fraction revendicatrice de la planète, la plus nombreuse, et être le Super-Tito d'un super-neutralisme.

P.183 - Les conditions qui avaient amené Si Salah, Mohamed et Lakdar à l'Elysée pouvaient en quelques semaines être reconstituées. Pour cela deux obligations : prouver à tous les Algériens de toutes communautés que des chefs avaient le dessein très ferme d'instaurer définitivement une paix française. Et qu'iul en avait les moyens. Or ces moyens existaient sur place. L'armée française d'Algérie était suffisante pour imposer la paix si la population était persuadée que son destin politique était fixé. Il ne faut pas oublier que les Forces armées s'élevaient au chiffre considérable de plus de 550.000 hommes tout compris, c'est-à-dire avec les supplétifs de toutes obédiences et les polices. Sur ce total, un peu plus de 20% faisaient la guerre. Le reste faisait de l'occupation du territoire ou s'enlisait dans des services trop importants.

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=



=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=

Pour memoire -àChalle ecrit : P.185-186 - Retournant à Lyon pour la fin de semaine, je comptais y rencontrer mon ex-chef d'état-major, le colonel Georges de Boissieu. J'avais et j'ai toujours la plus entière confiance en cet officier remarquable, dont le jugement précis et pondéré m'avait aidé considérablement lorsque j'étais commandant en chef en Algérie.
Georges de Boissieu connaissait les unités et les officiers d'Algérie et après être resté quelque temps chef d'état-major de mon successeur Crépin, commandait depuis six mois le secteur de Djidjelli. Il venait en Bresse prendre dans sa famille quelques jours de repos. Je m'entretins avec lui à l'aérogare de Lyon-Bron. Je lui fis part de mes prévisions ultra-pessimistes concernant la politique de de Gaulle et les suites de la comédie que l'on se préparait déjà à jouer à Evian.
Il fut entièrement de mon avis. Faisant ensuite le tour de la situation en métropole et en Algérie, il me dit : " La métropole, hypnotisée par de Gaulle, serait opposée à une tentative civile ou militaire en Algérie. " J'en convins et lui demandai ce qui se passerait si je prenais la tête d'une rebellions militaire en Algérie. Il me répondit alors : " Avec vous l'armée d'Algérie marchera tout entière et vous ferez très vite la paix en Algérie, mais alors quid de la métropole ? " Je lui retorquai que je n'avais pris aucun engagement auprès de quiconque, mais si on laissait aller, l'Algérie serait perdue dans le chaos, le sang et les horreurs et qu'ensuite la métropole risquait de payer de sa lâcheté par une guerre civile. Par-delà la mort de la démocratie française la vie même du pays me paraissait en jeu.
Si au contraire nous pouvions sauver l'Algérie, l'opinion métropolitaine transformée nous donnerait barre sur le gouvernement. En outre, nous aurions alors la force, et disponible.
---
---
P.187 - Le 11 avril 1961, de Gaulle annonçait clairement le " dégagement ", savoureux euphémisme, et souhaitait " bien du plaisir " à ceux qui prendraient notre suite.
On endormait le peuple gentiment, qu'il y aurait des garantis formelles, que l'armée française serait garante. Toutes choses que nous, qui connaissions l'Algérie, savions fausses et destinées seulement à tromper les nombreux métropolitains acquis au lâchage de l'Algérie, mais qui par un sursaut de fierté nationale à retardement, ou par simple humanité, tenaient à se que le dégagement se passe dans l'ordre et la dignité !

Apres sept ans de guerre dure, ce n'était pas possible.

Il n'était que de connaître les tueries, les purges sanglantes que les chefs rebelles avaient à maintes reprises infligées à leurs propres cadres et troupes pour savoir quelle serait leur attitude.
Sans paix française, imposée par l'armée française , il n'était pas possible que l'Algérie puisse progresser, puisse même subsister normalement, quelles que soient les institutions dont elle serai dotée.
Pour éviter à mon pays un parjure qui se terminerait dans la honte, et à l'Algérie une aventure qui la ferait régresser et tomber dans la misère et le chaos sanglant, le 12 avril je donnais mon accord. (accord de prendre la tête du putsch)

Source:http://www.algerie-francaise.org

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 Sphinx10


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Si Salah: Commandant de la Wilaya 4

Message par Sphinx le Mer 24 Fév - 22:55

Spoiler:
Et d'autre part :La fausse affaire Si Salah Exclamation

Dans son livre
« Vérités tentaculaires sur l’OAS et la guerre d’Algérie », Jean Claude Perez analyse les vraies raisons de la fausse affaire Si Salah. Le chef de la Willaya IV avait cru à la « paix des braves ». Et il avait rencontré De Gaulle. Mais De Gaulle n’avait pas beaucoup de parole….


Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 Untitl30

Si l’on en croit les chroniqueurs canoniques, l’affaire Si Salah connut un déroulement simple. Résumons le :
Si Salah est le chef de la willaya IV, celle de l’Algérois. Traduisez :"la préfecture FLN de l’Algérois". En 1959 il fait le constat d’un désastre.
Ses effectifs sont devenus fantomatiques du fait des opérations conduites par le général Challe avec ses unités de réserve générales : parachutistes, légionnaires, fusiliers marins, infanterie de marine, commandos de chasse. Par ailleurs, comme l’écrit le général Jacquin, dans ces opérations les harkis se révèlent particulièrement efficaces.

Jean Claude Perez (©️ APERS 2002)
Cette déconfiture interne est la conséquence du travail de guerre psychologique intense menée par les hommes du BEL. Nous connaissons tous l’entreprise de démolition conduite par le capitaine Léger : intoxication des maquis, désinformation, provoquant au sein des bandes rebelles une véritable psychose : celle de la trahison avec son cortège d’exécutions massives de coupables ou de supposés coupables.
Une autre composante de ce désastre est illustrée dans le tragique isolement de ces maquis. Ils perdent en effet le contact avec l’extérieur. C'est-à-dire avec le CCE et le CNRA d’abord, puis avec le GPRA. Ils ne reçoivent plus d’informations. L’armement n’est plus acheminé. Car rien ne passe au travers des barrages montés par l’armée française. Ce qui contribue à développer rancœur et haine au sein des maquis contre les "révolutionnaires de palace qui plastronnent à l’étranger".
Si Salah voit arriver à grande vitesse l’anéantissement inéluctable. Or, De Gaulle a offert à maintes reprises « la paix des braves ». Après tout pourquoi pas ?
Ce chef rebelle prend tout d’abord contact avec les willayas voisines. Ce qu’il cherche, c’est s’extirper de son isolement, à tout prix, dans le souci primordial de mettre ses effectifs à l’abri d’une élimination totale.
Pas de problème avec la willaya V, celle qui se situe en Oranie. Pour la raison toute simple qu’elle n’existe pratiquement plus. Son chef, Lotfy, vient d’être tué près du djebel Béchar.
La willaya III, celle de Kabylie, offre une écoute attentive et favorable aux propositions de Si Salah. Son chef Mohand Ould El Hadj, est d’accord. D’autant plus que l’opération Jumelles du mois de juillet 1959 a provoqué un véritable désastre dans ses propres maquis.
Les willayas du Constantinois, la I et la II, suivront sans difficulté. En effet, elles sont asphyxiées. Complètement débandées, elles oeuvrent pour leur propre compte.
Au début du mois de mars 1960, les propositions de Si Salah, pour l’étude d’une « paix des braves » sont transmises au gouvernement gaulliste par l’intermédiaire du caïd de Damiette et du procureur général de la République d’Alger. Le colonel Mathon, représentant le cabinet du premier ministre Michel Debré, et Bernard Tricot représentant du général De Gaulle, effectuent un déplacement dans cette région située au sud d’Alger dans le but d’organiser un premier contact officiel, mais ultrasecret, avec Si Salah.
"Non, mais pour qui me prenez-vous ?"
Ainsi pourrait être formulée la réponse de Si Salah. Les porte-bidons ne l’intéressent pas. Il veut traiter avec De Gaulle et seulement avec lui.
On discute, on marchande et c’est finalement au mois de juin 1960 que Si Salah et ses deux adjoints, Si Mohamed et Lakdar, sont reçus par le général De Gaulle.
Il faut lire la relation de cette rencontre entre le chef "apache" Si Salah et le "général de cavalerie" De Gaulle à l’intérieur des lieux saints, le propre bureau du président. Bernard Tricot. Le général Nicot, avec un haut responsable de la sécurité rapprochée du président se camouflent en embuscade, l’un derrière une tenture, les autres dans un petit salon adjacent. Prêts à intervenir, les armes à la main, pour sauver la vie du général, en cas d’agression de la part du "sauvage" qui est reçu à l’Elysée ! John Wayne, Clint Eastwood sont là et bien là, prêts dégainer. Nos chers fellouzes n’ont qu’à bien se tenir ! Car le héros national, De Gaulle joue sa vie en recevant Si Salah…
Résultat : un bide complet.
Pourtant, théoriquement, je dis bien théoriquement, la paix se trouve là, bien présente dans le bureau du président. La paix, petite colombe frileuse, qui demande du grain et de l’amour. Et qu’on expulse par la fenêtre à la merci du premier charognard qui s’en régalera.
Mais…il y a plus encore.
De Gaulle va dénoncer les initiatives de Si Salah…au GPRA. Edmond Michelet a déjà prévenu son correspondant favori, Krim Belkacem. Comme le dit Tricot :
"De belles purges se préparent".
Oraison funèbre laconique bien dans le ton des hommes politiques de l’époque.
Et puis…tout est foutu. Lakdar, dès le retour en Algérie, comprend qu’il a été floué comme son chef par De Gaulle lui-même. Il est affolé. Il essaie de réintégrer l’orthodoxie FLN. On le tue. Si Salah sera véhiculé vers une mort inéluctable en Kabylie, du côté de Bouïra. Si Mohamed enfin sera tué un peu plus tard à Blida par un détachement d’élite du 11ème Choc qui viendra tout spécialement de Corse pour conclure l’affaire. Plus de témoins ! Bon débarras !
Voilà mon cher lecteur un résumé volontairement succinct de l’affaire Si Salah. Les écrits qui la relatent ne manquent pas dans la littérature canonique. Il vous serait facile de vous y reporter.
Pourquoi avoir réduit cette narration aux dimensions d’une peau de chagrin ? Pourquoi ne pas vous avoir fait connaître la genèse véritable de cet événement ?
Tous ces faits, tels que nous les avons relatés, n’ont en effet rien à voir avec la réalité.
Reprenons.
L’affaire Si Salah, la mal nommé, car on pourrait très bien l’appeler « l’affaire De Gaulle », est née effectivement dans l’esprit du général quand il manifesta l’intention en 1958, réaffirmée en 1959, de rencontrer un chef de maquis.
C’est au mois de novembre 1958, alors que le général est encore Président du conseil de la IVème République, que l’occasion se présente. Dans la région de Palestro une opération est conduite par le colonel Bigeard qui commande à cette époque le 3ème RPIMa. Un notable fellouze, de second ordre, est capturé. Il s’agit de Si Azzedine. Pour celui-ci, à partir de cette capture, s’ouvre une brillante carrière.
Il est connu des services de police d’Alger. Il est originaire de Belcourt, un quartier populaire à l’est d’Alger. Il devient très rapidement l’objet d’une attention toute particulière de la part du général Massu, commandant le Corps d’Armée d’Alger. Une idée germe soudain dans l’esprit de cet officier général : prendre en main Si Azzedine et amorcer un retournement de ce rebelle. Le capitaine Marion, officier parachutiste de l’état-major du général Massu, reçoit la mission secrète de contrôler Si Azzedine et de l’amener à coopérer avec l’armée française. Celui-ci, sans difficulté, sans réticence apparente, accepte de collaborer avec le général Massu.
Si Azzedine, du fait de sa collaboration avec les forces de l’ordre contre le FLN, bénéficie d’un traitement de faveur. Il peut rendre visite, librement, à sa famille dans le quartier de Belcourt. Sans risque pour lui. Sans risque pour les siens. Personne ne le menace ni l’agresse.
A la demande des spécialistes du Corps d’Armée d’Alger il accepte la mission que l’on attend de lui. Il rédige une lettre destinée à un chef de maquis pour le convaincre d’accepter une rencontre avec des émissaires français qui ont pour mission de lui offrir « la paix des braves ». Quel est le chef de maquis destinataire du courrier de Si Azzedine ?
Celui qui commande la willaya IV, Si Salah. Cette lettre a été publiée dans son intégralité dans la revue Historia Magazine.
A partir de la fin de l’année 1958, dans le but d’obtenir une réponse positive de Si Salah, le commandement déclenche les opérations adéquates pour conditionner la Willaya IV. On utilise les compétences du BEL, de tous les services spéciaux, particulièrement efficaces dans le domaine de la guerre psychologique. La première est une forme spéciale de propagande. La seconde utilise toutes les techniques de la guerre secrète basée sur la désinformation de l’ennemi. Le colonel Jacquin et se principaux lieutenants se mettent au travail. Ils pensent, sainement, que mettre à genou la willaya IV, c’est gagner la guerre.


Ni plus ni moins.

Ce qu’ils ignorent, c’est que, pour le général De Gaulle, il faut effectivement mettre à genou la willaya IV, dans le but de PERDRE LA GUERRE. C’est-à-dire être dans la possibilité d’offrir l’Algérie au FLN.
Non, au GPRA.
Jacquin, après ses brillantes opérations fait savoir que la victoire est là. Il ne sait rien de l’usage pervers qui sera fait de cette victoire militaire.
Car De Gaulle a rejeté la paix. Les chefs de la willaya IV ont été tués, mais nos soldats continueront à remporter de belles victoires pour le compte du roi de Prusse. En l’occurrence le GPRA. On a honte de le dire. On a honte d’affirmer que toutes ces belles opérations ont été montées pour le bénéfice du gouvernement algérien en exil. Celui-ci voulait être débarrassé de ces gêneurs dangereux que représentaient les hommes du maquis de l’intérieur. Ceux-ci avaient fait savoir, en effet, et à maintes reprises, qu’ils trancheraient la gorge de chacun des membres de ce gouvernement fantôme, dès leur retour en Algérie.
On comprend que Si Azzedine, manipulé, puis renvoyé à Tunis auprès du GPRA par le général Massu, qui croyait le tenir en main, n’ait pas été condamné par ses chefs pour trahison. L’anéantissement de la willaya IV, en effet, qui trouve son point de départ dans sa lettre rédigée en 1958, entrait dans les projets conjoints du GPRA et du général De Gaulle.
Si Azzedine a d’ailleurs connu les honneurs. Il est revenu à Alger, après la capitulation d’Evian du 18-19 mars 1962. A la tête de la ZAA, il a organisé le combat contre l’OAS, en accord opérationnel total avec la sécurité militaire gaulliste.
Entre-temps, De Gaulle avait fait usage d’une réflexion malheureuse. Il avait déclaré lors d’une conférence de presse, que pour faire la paix, il suffisait d’avoir recours à un usage militaire bien connu : celui de "hisser le drapeau blanc". Ce qui lui a valu une répartie de Ferhat Abbas résumée en ces termes :
« C’est à celui qui demande la paix que revient l’initiative de hisser le drapeau blanc. ».
Effectivement, De Gaulle a fini par le brandir, ce drapeau blanc. Mais il exigea auparavant des victoires spectaculaires. Celles du plan Challe qui lui ont permis d’offrir au GPRA une Algérie débarrassée de ses maquisards des montagnes et des crêtes qui faisaient peur aux gouvernementaux de l’extérieur.
Donc, des victoires ? Oui, certes. Mais des victoires virtuelles. Des victoires pour rien. Des victoires dont on voulait qu’elles permettent de perdre dignement la guerre. Mais surtout d’autoriser "les extérieurs" de la révolution algérienne à prendre le pouvoir sans problème à partir du 3 juillet 1962.
C’est dans le cadre de cette perspective opérationnelle qu’il faut inclure l’opération "Tilsitt". L’opération Si Salah. Mais nos morts, militaires et civils ne sont pas, quant à eux, des morts virtuels. Ils ont été trahis par une impitoyable lâcheté.

Source:http://babelouedstory.com

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 Sphinx10


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Si Salah: Commandant de la Wilaya 4

Message par Sphinx le Dim 20 Fév - 3:18

L'affaire Si Salah, appelée opération Tilsitt par l'état-major français, est une tentative de la part du gouvernement de De Gaulle de négocier une paix séparée avec Si Salah commandant et chef par intérim de la wilaya IV pendant la guerre d'Algérie.

Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 Si_sal10

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 Sphinx10


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Si Salah: Commandant de la Wilaya 4

Message par Sphinx le Dim 20 Fév - 3:23

Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 Si_sal11

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 Sphinx10


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Si Salah: Commandant de la Wilaya 4

Message par Sphinx le Dim 20 Fév - 3:28

Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 Si_sal12

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 Sphinx10


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Si Salah: Commandant de la Wilaya 4

Message par Sphinx le Dim 20 Fév - 3:34

Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 Si_sal13

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 Sphinx10


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Si Salah: Commandant de la Wilaya 4

Message par Sphinx le Dim 20 Fév - 3:36

Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 Si_sal14

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 Sphinx10


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Si Salah: Commandant de la Wilaya 4

Message par Sphinx le Dim 20 Fév - 3:59

Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 Si_sal17

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 Sphinx10


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Si Salah: Commandant de la Wilaya 4

Message par Sphinx le Dim 20 Fév - 4:01

Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 Si_sal18

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 Sphinx10


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Si Salah: Commandant de la Wilaya 4

Message par Sphinx le Dim 20 Fév - 4:09

Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 Si_sal19

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 Sphinx10


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Si Salah: Commandant de la Wilaya 4

Message par Sphinx le Dim 20 Fév - 4:18

Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 Si_sal20

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
Si Salah: Commandant de la Wilaya 4 Sphinx10


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Si Salah: Commandant de la Wilaya 4

Message par abdelmalek le Mar 22 Fév - 10:33

l'histoire nous montre une réalité. nous avons des hommes qui ont fait cette histoire je pense qu'il faut savoir mettre une veilleuse,sinon tous peu éclater au visage.
abdelmalek
abdelmalek
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 1142
Age : 71
Emploi/loisirs : médecin
Humeur : sinusoidale
Date d'inscription : 28/03/2009
Localisation : ALGERIENNE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Si Salah: Commandant de la Wilaya 4

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum