Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Meilleurs posteurs
8022 Messages - 42%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
153 Messages - 1%
128 Messages - 1%
94 Messages - 0%
87 Messages - 0%
Galerie


Novembre 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Calendrier

Connexion

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Info complémentaire sur les forces de sécurité nationale

le Dim 14 Mar - 21:33
Des opérations spéciales et des Forces anti-terroriste

1. Ministère de l'Intérieur


1.1.Les unités de la DGSN (Direction générale de la sécurité nationale)


URS, Unités Républicaines de Sécurité - Unités républicaines de sécurité

Ce sont des unités initialement confié des tâches que l'application de l'ordre public et la protection des sites sensibles. En raison de la menace terroriste, ils ont été forcés de s'adapter et de se transformer en une intervention rapide et unités de CT. Les hommes doivent tenir avis qu'avant de 1992-93, il n'y avait pas d'unités spécialisées dans les missions de manière efficace CT.

Le complexe principal Urs et centre de commandement est situé à la caserne d'El Hamiz à Alger. The URS count app. Le comte URS app. 45 unités opérationnelles, soit près de 1 unité opérationnelle pour chaque département géographique (= wilaya). Chaque unité est organisée en 4 intervention et 1 section de commandement et de soutien.

URS commandement a également la responsabilité au cours de la SCAP - Service central pour les activités pyrotechniques (= équipe de déminage), dont la mission est de se débarrasser des engins explosifs et les mines.

Au cours des années, et avec l'expérience acquise dans la lutte contre le terrorisme, ces missions ont été transmis aux autres services de police, spécialement créé à cet effet. Il s'agit de:

BMPJ, les Brigades mobiles de la Police Judiciaire - Police judiciaire de brigades mobiles

Service Central de Répression du Banditisme - lutte contre la criminalité du Service central



1.2. Les parts du DCST (Direction de la Coordination de la sûreté du territoire)



Service de contre-renseignement du ministère de l'Intérieur.

(La principale agence de CI en Algérie est la DRS).


2. Ministère de la Défense nationale

2.1. Unités de la Gendarmerie Nationale

La Gendarmerie nationale est un corps paramilitaire.


DSI, Détachement Spécial d'Intervention - Détachement d'Intervention Spéciale

Voies de fait et l'unité d'intervention rapide.


Brigade Spéciale – Brigade Spéciale

Également dénommée «Brigade 127 '.


Garde Républicaine -Garde républicaine

Corps d'élite de la gendarmerie, chargé entre autres tâches relatives à la protection du président dans une large perspective, et pour la protection des stations présidentielle. Acts also as Honor Guard. Agit aussi comme garde d'honneur.


2.2. Unités du DRS (Recherche et Direction de la sécurité)

Le DRS est la principale agence de renseignement, chargé de la sécurité intérieure, de contre-espionnage, la sécurité militaire et des missions de collecte de renseignements. Très peu de sources d'informations sont disponibles sur le DRS ou sur son organisation.

Unité spéciale du Service d'action

Chargé de missions sensibles à différents niveaux. Unités semblables sont subordonnés à d'autres sous-directions de la DRS (comme CI).


GIS, Groupe d'Intervention Spécial – Groupe d'Intervention Spéciale

Créée à la fin des années 1970, son existence fut gardée secrète pendant longtemps, jusqu'à ce qu'un sous-lieutenant de cette unité ont tué le président Boudiaf à Annaba, le 29 Juin 1992, lorsque le SIG faisait marche arrière en place des services de sécurité présidentielle.

Malgré cet événement, l'appareil demeure enveloppé dans le secret. Il est connu que le SIG participe efficacement et avec succès dans de nombreux CT-missions, en particulier à Alger, où elle est fondée. There is also a facility at Blida, 50 km of Algiers. Il existe également une installation à Blida, à 50 km d'Alger.

3. Les unités militaires

En raison de l'organisation des forces armées algériennes, où la distinction entre sol, les forces aériennes et navales est relatif, les forces militaires spéciales des trois armées fonctionnent avec eachother, le partage des installations de formation. La Force aérienne fournit des avions et des hélicoptères pour les opérations des autres branches des Forces Armées. L'école de Biskra est connue depuis longtemps pour son entraînement de forces spéciales de l'ensemble des trois branches ».


3.1.Unités de l'Armée

Saaykaa (= Commando)

Basé en différents endroits d'Algérie. Parfois, participant à des opérations antiterroristes en coordination avec d'autres types d'unités spéciales. Ces unités sont formées à Boughar, wilaya de Médéa, à 75 km sud-ouest d'Alger.

Les «troupes spéciales»

Inclure les forces aéroportées, l'assaut de l'air et les unités de reconnaissance et quelques agressions spécialisés et groupes de combat (dont les noms restent quelque peu confidentielles).

Un célèbre unité est le 18 ° Régiment Parachutiste Commando (Force spéciale du Régiment aéroporté), formés et formé à l'École de mise en œuvre troupes spéciales de Biskra, à 330 km SE de Alger.


3.2. Les unités navales (Marine Nationale)

Les forces spéciales de la Marine comprennent 1) la soi-disant fusiliers marins et 2) l'Offensive (Combat) Divers. Les deux sont formés à l'école de Jiel, à 250 km E. d'Alger.


3.3. Les unités de la Force aérienne

Les forces spéciales de l'armée de l'air sont les "Fusiliers commandos de l'air», apparemment semblable aux unités aéroportées, mais en fait seulement aéromobile. Loi sur la sécurité et la force de protection pour les sites de la Force aérienne / bases.

Ces troupes sont formés à la CIFA ( «Air Forces Instruction Center") à Mechria, 485 km sud-ouest d'Alger.

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message Re: Info complémentaire sur les forces de sécurité nationale

le Sam 20 Mar - 16:29
Service de sécurité présidentielle (SSP) est dirigé par le commandant Hadjres.
Centre de communication et de diffusion (CCD), appelé centre Belaroussi à Ben Aknoun, est dirigé par le colonel Tahri Zoubir alias Hadj Zoubir, ce service dépendant directement du chef du DRS, est chargé du contrôle des journalistes, médias, censure, diffusion de communiqués, articles à publier. Grâce à ses réseaux en Algérie et à l’étranger et à ses agents placés dans les différents quotidiens nationaux, le CCD, doté de grands moyens et connaissant les méthodes de conditionnement de l’opinion, a pu promouvoir très efficacement l’interprétation officielle du conflit : la juste lutte des militaires contre la barbarie islamiste.Il dispose de quatre services : Exploitation et manipulation (recrutement et entretien des agents) ; Soutien opérationnel (arrestation et prise en charge des agents potentiels) ; Soutien et contrôle (contrôle médiatique) ; Analyse et traitement (analyse, traitement de l’information et de la stratégie médiatique).
Département d'infiltration et de manipulation
Direction des relations extérieures et de la coopération (DREC), dirigée par le général Salim Attafi après le départ en exil du généraI Salim Benabdallah alias Slim.

Groupement de contrôle des réseaux (GCR) il est chargé du renseignement électronique, des centres d'écoute fonctionnent à Dély-Ibrahim et à Beyrouth, et la surveillance des transmissions.

PC opérationnel (PCO), implanté à Chateau Neuf, chargé de coordonner la lutte antiterroriste ;
Institut supérieur des techniques du renseignement, créé à Beni Messous en 1990.
Le DRS dispose d'antennes à Madrid, Londres et Paris. Dans cette organisation protéiforme, dirigée par des généraux politisés, il y a donc une certaine prolifération de services, plus ou moins concurrents, qui sont chargés d'intervenir contre les opposants au régime.

D'autres services de sécurité ne font pas partie du DRS :

la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), (commandant Tolba Mhamoud, remplacé par le colonel Ali Tounsi et Mohamed Ouadah) ;

la Direction de la gendarmerie, dirigée par le général Abbas Gheziel, remplacé par Boustila Ahmed ;
la Garde républicaine, dirigée par le général Djemai Ali après le général Mohamed Dib.

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message Re: Info complémentaire sur les forces de sécurité nationale

le Mer 21 Avr - 16:20
De la sécurité militaire au DRS, les pionniers de l'école révolutionnaire

Certes l’Algérie traverse en ce moment et depuis son accession à sa souveraineté des zones de turbulence. 47 ans après, elle est toujours confrontée aux esprits du mal, ceux qui n’ont jamais accepté cette indépendance, depuis la célèbre nuit du 31 octobre au 1er novembre 1954 date de la déclaration de la lutte armée pour la libération du pays.
Plus de sept années et demi de combat acharné, et 132 ans de résistance populaire, pour que l’Algérien est parvenue à arracher son indépendance un 3 juillet 1962. Depuis, les récits de cette glorieuse révolution ne cessaient de paraître dans les medias et diffusés par la télévision, mais une partie importante de l’étape de cette révolution est demeurée presque un tabou, dans l’anonymat. La nouvelle génération n’a pris connaissance que des groupes de Moudjahidine qui activaient dans le maquis. Alors qu’une branche très importante qui a favorisée toujours la victoire dans les combats et qui est la branche des SR Services de Renseignement de la révolution.

LE SERVICE QUI BOULEVERSE LA FRANCE

La Sécurité Militaire. Une structure issue d’un passé glorieux dans le sacrifice, née au maquis, dont le père n’est outre que Si Mabrouk ( Abdelhfid Boussouf) , qui a eu l’idée de créer au côté de l’ALN, une structure forte qui manipulera les renseignements et récoltera les informations de l’ennemi pour connaitre sa stratégie et ses objectifs. Pour cela le choix de la région de la wilaya V était de mise, d’autant plus que cette wilaya de l’Oranie est la plus vaste wilaya du pays, et qui va abriter la première école algérienne de formation des espions.
Si mabrouk créa d’abord, les transmissions, en formant des cadres dans le réseau d’écoute radio .Le formateur n’était outre que le commandant Omar Tellidji, enfant de Laghouat, qui était engagé dans l’armée française stationnée au Maroc, Si Mabrouk le côtoya et réussit sans aucune peine à le convaincre à déserter les rangs de l’ennemi pour rejoindre ses frères dans l’ALN, il sera le premier instructeur dans le domaine des transmissions.
Si Mabrouk, réussi aussi recruter des jeunes lyciens résidents au Maroc, avec lesquels, Omar forma des opérateurs et techniciens. Un groupe de Dix neuf membres dont huit jeunes filles (Miri Rachida, Hadhadh Malika, Mustapha Berri, Smail Kerzabi, Abdessamad Chellali, Mohamed Semmache et les autres. Dont Laroussi Khalifa le père d’Abdelmoumen était le directeur du Stage de cette Première promotion appelée promotion Larbi Ben Mhidi.

LA REDOUTABLE PROMOTION LARBI BENMHIDI

La promotion Larbi Ben Mhidi était la plus redoutable qui avait donnée du fil à retordre à l’armée d’occupation, car certains stagiaires qui venaient du Maroc, d’autres sont venus de l’intérieur de l’Algérie et de France, dont le jeune lycien Ouali Boumaza alias Tayeb, a fait trembler l’état français après avoir organisé une antenne de renseignement à Paris où il a accédé sans difficultés aux documents classés Top Secret de l’état français ;. Ces renseignements exploités lors des négociations pétrolières menées avec la France.
Le recrutement à cette époque n’était pas celui d’aujourd’hui trop de bagages. Il suffit d’être Algérien avec un niveau secondaire et surtout animé de sentiments patriotiques pour rejoindre la redoutable école des services secrets Algérien. Ces jeunes qui vivaient au Maroc, loin des batails quotidiennes et des bombardements leur unique appartenance à l’Algérie a stimulée leurs esprits pour rejoindre l’ALN. Ils étaient déjà structurés dans le militantisme, malgré leur jeune âge, ils étaient membres de l’IGEMA et du FLN, parmi eux Cherif Belkacem alias Djamal, Mahfoudh Hadjadj était responsable de l’Ugema à Meknès. Je rappel aux amnésiques et ceux qui ne cessaient de chanter que les Algériens qui vivaient au Maroc étaient loin de la guerre et de la révolution. Non messieurs vous vous trempez. Nous étions encore des petits enfants mais structurés et préparés pour la relève dans le maquis, au primaire nous avions une école spéciale du FLN ALN, la formation était partagée entre l’enseignement pédagogique et la doctrine de la révolution sous la direction du commissaire politique Boudghene Stambouli alias Si Rachid. A l’âge de 8 ans on a commencé le maniement des armes. Les services français nous surveillaient de prés et n’hésitaient pas à envoyer des colis piégés à l’adresse des militants Algériens. A Khemisset il y’avait toute une base de formation de l’ALN, le commandant Hafrad Bilal a fait partie des instructeurs, ses élèves se sont retrouvés après avec des grades de Généraux. Il y avait aussi la structure de Casablanca, où les armes arrivaient par voie maritime, il fallait les chargés et les acheminer au le maquis. Il y a aussi la transaction faite entre les éléments Algérien et le colonel Américain installé avec ses troupes à la base de Nouasser prés de Casablanca, une grande quantité d’arme achetée par l’Algérie, un convoi militaire s’est dirigé dans le plus grand secret vers la frontière. A retenir aussi l’intervention des services Algériens pour faire échouer un attentat terroriste des agents du Mossad pour assassiner le Président Egyptien Djamal Abdennasser, lors de sa visite au Maroc. A Meknes tous un groupe de jeunes lyciens quitta la ville pour rejoindre l’ALN, ils avaient abandonnés tous leurs biens, Ali Tounsi, abandonna même son scooter dans la rue. Et c’est comme ça que les premiers élèves des services secrets ont rejoint la maison des Benyekhlef à Oujda où la formation théorique est donnée, dans cette villa entourée d’un jardin et d’un mur long d’environs quatre mètres, elle abritait la direction au rez-de-chaussée et les stagiaires l’étage supérieur avec les dortoirs.
Quant à la formation pratique, elle s’est déroulée dans la ferme des Benabdellah à quelques kilomètres d’Oujda. Les écuries de cette ferme serviront de dortoir, et l’hangar aménagé en salle des cours. Mais ce centre malgré le secret qui l’entourait, il a été repéré par l’ennemi. Pendant que quelques stagiaire apprenaient le maniement des armes, un avion ennemi survola à basse altitude cette ferme moteur éteint et dévoilera le secret. Le responsable Abdellah Arbaoui donna l’ordre d’évacuation immédiate de ce centre qui fut bombardé le lendemain par deux avions T6 de l’armée française.
Le nombre des stagiaires de cette promotion Larbi Benmhidi est situé à soixante-douze, la majorité venue des classes de terminale ou de première secondaire des lycées Marocains. Elle comprenait aussi des membres qui étaient déjà à l’université et qui ont rejoint l’encadrement pédagogique du centre, parmi eux Noureddine Delleci alias Rachid, Abdelaziz Maoui alias Sadek Mustapha Moughlam alias Djaâfar, Belaïd Abdessalam alias Jugurtha, Abdellah Arbaoui alias Nehru, Ali Tounsi alias Ghaouti, Benbouzid et d’autres.
Quant aux élements de cette première promotion des agents secrets, nous citons quelques uns, Ali Hamlat alias El Hadi alias Yahia, est resté dans les services jusqu’à sa mise en retraite il avait le grade de Colonel., Abdellah Khalef alias Kasdi Mebah, devenu patron des services à l’indépendance c’était le major de promotion ,lâchement assassiné en 1994, Ahmed Zerhouni alias Ferhat décédé , Hadj Azzout alias Nacer et Mohamed Laâla alias Kaddour devenus Ambassadeurs, il y a ceux qui sont devenus des Ministres, Abdelhamid Temmar alias Abdennour, Arbaoui Abdellah alias Nehru, superviseur de l’enseignement militaire dont le programme comprenait : le parcours du combattant, le maniement des armes et des explosifs, les marches de combat, les tours de garde, l’ordre serré, le close-combat et même la pratique des arts martiaux. Noureddine Delleci alias Rachid il enseignait l’économie politique, Mustapha Moughlam il enseignait l’histoire de l’antiquité, Belaïd Abdessalam il enseignait l’histoire du Mouvement National Algérien. Ali Tounsi l’actuel DGSN,
Bien sûr il y’en a d’autres noms qu’on a omis de les citer, mais ils son tous dans notre mémoire, ils étaient les pionniers dans la lutte pour libérer El Watan une première fois, et ils étaient présents aussi pour sauver El Watan une seconde fois durant la décennie quatre-vingt dix. Une seconde étape a été franchi, dont la décennie rouge demeure un témoin capital, du sacrifice des enfants de l’Algérie, pour couper l’herbe sous les pieds des puissances étrangères, et mettre en échec ‘’ le Plan Bleu’’ élaboré par François Mitterrand pour déstabiliser l’Algérie. Cette Sécurité Militaire qui devient DRS (Direction des renseignements et Sécurité) n’est outre qu’un service qui protège le pays et la nation, à l’instar des autres services de sécurité et les patriotes de ce pays. Certains individus sans scrupule frappés par la nostalgie du colonialisme, continuaient à le désigner de tous les noms comme si c’était un ‘’Ghoul ‘’ ou ‘’le Baâbâ ‘’.
En cette date commémorative du déclanchement de la Révolution, nous avons tentés de lever une petite partie du voile, sur le grand sacrifice de la famille révolutionnaire qui est tous le peuple Algérien qui a souffert pendant de très longues années de 1830 à 1962. Et à continué à souffrir pendant la décennie rouge.

A. BENBRIK

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message Re: Info complémentaire sur les forces de sécurité nationale

le Sam 6 Nov - 23:19
Groupement de Contrôle des Réseaux (GCR)

La Chine forme et assiste techniquement les Algériens

L’Algérie a vu, récemment, la naissance d’une Police cybernétique. De plusieurs même. La plus farouche d’entre-elle est celle rattachée, mais non complètement dépendante, du Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS), dénommée Groupement de Contrôle des Réseaux (GCR). Son existence est un secret de polichinelle et à El Watan en a déjà fait écho.

Officiellement, cette structure et les autres dépendante des autres corps de sécurité, sont censés lutter contre la «cybercriminalité». Mais selon les « besoins », cette « mission » peut avoir un champ d’action aussi large qu’intempestive. La nouveauté est que ce GCR aurait été fractionné en plusieurs Brigades qui auraient bénéficié «de formation en Chine et de l’assistance technique des Chinois dans le contrôle de la Toile algérienne».

Des formations en continue qui se dérouleraient périodiquement. Tout y passe : sites, forums, blogs, conversations, mails, téléchargements. El Watan expliquait antérieurement qu’un «GIX», «passerelle unique qui centralise toutes les données Internet qui entrent ou sortent d’Algérie, aurait été installé. De là, il suffit de mettre un tuyau et de tout récupérer». Le recours aux Chinois pour former les agents de ce GCR n’est pas fortuit et les intentions se dévoilent vite.

Budget conséquent et matériels hyper-développés

Se Service a bénéficié récemment d’une importante dotation financière. Du matériel sophistiqué a été acquis et des Serveurs superpuissants ont été installés à Delly Ibrahim.

Campagne pour le 3ème mandat : Le déclencheur

On note aussi qu’une esquisse de cette cellule a été installée lors de la campagne présidentielle de 2009. Constituée de génies en informatique, dont des Algériens de l’étranger,. Vu le succès de la mission,le Président a décidé de donner vie définitivement à cette Brigade, dans le but de contrôler le Net. Elle redouble de férocité ces derniers temps puisqu’on est en pleine période de transition», note-t-il. Le but serait de «blacklister» tous les espaces qui dérangent. Des attaques cybernétiques .

Source:Internet

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

poutine
Membre
Membre
Masculin
Nombre de messages : 17
Age : 40
Date d'inscription : 25/05/2014
Localisation : algerienne

Sujet / Message Re: Info complémentaire sur les forces de sécurité nationale

le Lun 26 Mai - 20:35
salut mes frères.le renseignement joue un rôle central dans le fonction connaissance et anticipation.il irrige chacune des autres fonctions stratègique de notre dèfence et de notre sècurittè nationale.il doit servir autant à la prise de dècision politique et stratègique qu'à la planification et à la conduite des quèstions au niveau tactique.au-delà,il èclaire notre politique ètrangère et ntre politique èconomique.
un f
Contenu sponsorisé

Sujet / Message Re: Info complémentaire sur les forces de sécurité nationale

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum