Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» dépenses militaires mondiales
Dim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» nouvelle grille de lecture du monde
Dim 29 Avr - 16:29 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Ven 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Mer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Wilaya V , héroïque et martyre
Jeu 29 Mar - 23:40 par Sphinx

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Sam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Lun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Mar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Mar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Lun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Jeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Jeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Sam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Mer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Lun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Jeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Mar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Mer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Mar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Lun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Dim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Lun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Lun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Mai 2018
DimLunMarMerJeuVenSam
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


L'utilité et la nécessité du renseignement pour un pays , non!!! pour l'Algérie..

Aller en bas

Sujet / Message L'utilité et la nécessité du renseignement pour un pays , non!!! pour l'Algérie..

Message par cemoi le Mer 24 Mar - 14:57

Les service de sécurité algériens (DRS / DGSN/ DARAK / DOUANES etc..) répondent-ils aux besoins des décideurs en matières de renseignements? Quel type de renseignement a t on? L'organisation des dits service est elle efficace? le renseignement n'est il pas l'affaire de tous? .......Pensons ensemble pour le pays.

cemoi
Membre
Membre

Masculin
Nombre de messages : 18
Age : 55
Date d'inscription : 08/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: L'utilité et la nécessité du renseignement pour un pays , non!!! pour l'Algérie..

Message par Syfou le Ven 6 Aoû - 1:04

cemoi a écrit:Les service de sécurité algériens (DRS / DGSN/ DARAK / DOUANES etc..) répondent-ils aux besoins des décideurs en matières de renseignements? Quel type de renseignement a t on? L'organisation des dits service est elle efficace? le renseignement n'est il pas l'affaire de tous? .......Pensons ensemble pour le pays.

Salut,



L’Algérie des pétrodollars, des gros marchés à budgets vertigineux, des programmes de développement dont les cagnottes successives se chiffrent en centaines de milliards de dollars est devenue un terrain de chasse pour espions sophistiqués à la solde des Etats, groupes d’intérêt, multinationales et sociétés étrangères. Ce n’est pas du délire paranoïaque. Pour l’expert Mohamed Bahloul, directeur de l’Institut de développement des ressources humaines (IDRH), l’Algérie est bel et bien entrée dans le cercle d’intérêts primordiaux de plusieurs Etats et cartels économiques.

Mossad, CIA, FBI, DGSE... : L’Algérie sur table d’écoute

La surface financière dont dispose le pays, son pouvoir d’achat, ses importants programmes d’investissement, sa boulimie pour les biens d’équipement et de consommation font d’elle (l’Algérie) une cible privilégiée », dit-il. Toutes les entreprises au niveau international, même les Etats, explique l’expert, développent la connaissance de l’environnement économique et institutionnel de l’Algérie. « C’est un élément-clé de leurs stratégies de pénétration du marché. » Dans le contexte actuel, souligne un ancien colonel du Département du renseignement et de la sécurité (DRS), la politique de l’espionnage en direction de l’Algérie revêt deux aspects essentiels : « En premier, l’aspect d’intérêt stratégique : on cherche à connaître le potentiel économique de l’Algérie, le processus suivant lequel les décisions économiques se prennent. Compte tenu de la position stratégique de l’Algérie dans la région, de sa position notamment vis-à-vis de l’Union européenne, ces éléments sont déterminants pour prétendre exercer une quelconque influence. Le deuxième aspect est d’ordre commercial. Prosaïque. Il s’agit de rechercher et d’exploiter l’information commerciale pour s’implanter, rafler des marchés ou augmenter ses parts de marché dans l’économie nationale. » Ciblée et sans grand potentiel de défense. Dans une économie mondialisée, où l’information et le renseignement économiques sont le véritable nerf de la guerre économique, les données en rapport avec l’économie nationale s’exposent aux quatre vents.

Dernière affaire en date, exhalant à mille lieues à la ronde, l’intelligence économique au profit de groupes d’intérêt étrangers, l’affaire Strategica Finance, cabinet de conseil en management et ingénierie financière créé en 2001 par Lachemi Siagh et rétrocédé à Deutsch Bank en 2008. En juin dernier, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, prend une mesure surprenante : une circulaire adressée à l’ensemble des entreprises, établissements et banques publiques prohibant « toute relation d’affaires avec le cabinet d’études Strategica et Lachemi Siagh ». Motif invoqué : « Le bureau d’études (Strategica), à travers ses différentes activités (position quasi monopolistique sur le marché de l’emprunt obligataire, ndlr), s’est constitué une importante banque de données tant sur le secteur financier national que sur des entreprises publiques stratégiques, données pour lesquelles il ne fait guère preuve de réserves dans ses relations avec les milieux économiques étrangers. » Sur la place d’Alger, combien sont-elles les Strategica à œuvrer dans l’ombre, à constituer, souvent en toute légalité, de précieuses banques de données sur l’économie algérienne. Lobbying, trafic d’influence… ce sont les nouveaux apôtres de l’intelligence économique, des guerriers en col blanc émargeant pour le compte de puissances économiques étrangères.

Les nouveaux apôtres de l’espionnage

Cabinets de consulting et d’audit, agences de communication, cabinets de certification… Ces organismes concentrent une manne d’informations unique sur l’état de santé des entreprises algériennes, banques, assurances… Un ancien collaborateur au sein d’une agence de communication étrangère ayant pignon sur rue à Alger révèle l’existence d’un véritable « marché » de l’information et du renseignement économiques. La veille concurrentielle, procédure légale consistant à capter toute information publiée ou diffusée sur un ou plusieurs concurrents, est très souvent prise à défaut. Outrepassée. Certaines agences, dit-il, n’hésitent plus à espionner au profit de leurs clients : achat de documents officiels à l’importance stratégique liés aux marchés publics – cahiers des charges, rapports de la Banque centrale, etc. Lire également : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] « La nature a horreur du vide », commente l’officier supérieur du Renseignement. « La méthode classique qui consiste en l’envoi d’agents pour espionner sur site ou tirer profit de la présence, dans les ambassades, d’attachés militaires qui faisaient autrefois ce boulot, n’est plus d’actualité. Ce sont désormais ces canaux parallèles, notamment les bureaux de consulting étrangers installés en Algérie, qui servent à collecter des informations. Le contraire serait vraiment étonnant », ajoute-t-il. Arbre qui cache la forêt, Strategica vient s’ajouter aux nombreux autres scandales politico-financiers (affaires BRC, Sonatrach, autoroute Est-Ouest, etc.), flairant la grosse corruption et l’intelligence avec des intérêts étrangers. Les auditions des mis en cause par le DRS – ce n’est certainement pas un hasard si les services de renseignement algériens se sont saisis de ces affaires portant atteinte à la sécurité nationale – mettent à nu l’implication de hauts cadres algériens dans la divulgation d’informations économiques d’une importance de premier ordre. 10 décembre 2009. El Watan révèle les conditions sulfureuses suivant lesquelles des marchés publics, et pas des moindres, ont été attribués. Le directeur de la planification au ministère des Transports (sous mandat de dépôt) a été épinglé par le DRS pour avoir, entre autres, « vendu » à des sociétés étrangères de précieuses informations sur les marchés en question et sur les entreprises en lice. Contre paiement de commissions négociées par l’intermédiaire d’un homme d’affaires algérien, des entreprises françaises (Alstom, Sncf, Razel, etc.), italiennes (Astaldi, Impreglio, Pizzaroti), portugaises, suisses, espagnoles ont pu ainsi rafler de gros marchés dans le secteur des transports, dont les projets de tramway de Constantine (34 milliards de dinars), d’Oran (38 milliards de dinars), de la ligne ferroviaire rapide (LGV 123). Et ce n’est là qu’un cas parmi tant d’autres. Abdelaziz Rahabi, diplomate, ancien ministre, ne cache pas son inquiétude devant la saignée qui affecte les secrets d’Etat.

Secrets économiques : la grande braderie

Beaucoup assimilent, d’après lui, l’ouverture économique à du « strip-tease ». « Nous sommes, dit-il, l’un des rares pays au monde à ne pas avoir un système national de protection des documents officiels. Au lieu que l’information soit la propriété de l’Etat, de la mémoire, au lieu qu’elle participe à la formation de l’opinion et de la décision chez les décideurs, elle est devenue un outil de chantage, de pression, de marchandage. Des documents sensibles, confidentiels, secrets, des documents propriété du gouvernement se baladent dans les serviettes des fonctionnaires, dans les banques étrangères, dans les bureaux de conseil étrangers (…). » « Il faut penser dès maintenant, ajoute l’ancien membre du gouvernement, à intégrer l’information économique dans les priorités de la sécurité nationale. Nous avons des atouts économiques à préserver, une cagnotte qui nous permet, entre autres, de choisir nous-mêmes nos partenaires stratégiques. Pourquoi nous n’avons pas protégé notre système national d’information ? Pourquoi n’y a-t-il pas de loi qui classifie et codifie l’accès aux documents officiels (…) ? » M. Rahabi déplore que « le gouvernement et le DRS n’aient réalisé que tardivement le caractère stratégique de l’information économique ». En matière de protection des données de l’économie nationale, avoue le colonel du DRS, il existe une « défaillance dans le système » et un « grave recul en matière d’intelligence économique ». « Que ce soit dans le sens offensif : le recueil de l’information à l’étranger pour les besoins du développement national ou, inversement, pour la défense de l’économie, l’Etat s’est montré défaillant. Une politique d’intelligence économique se conduit, certes, avec des mesures techniques, mais se conduit essentiellement par une volonté politique appuyée sur une adhésion populaire », a-t-il ajouté. Ce qui se passe actuellement à Sonatrach prouve, selon lui, qu’il n’y a plus de « souveraineté » ni de « sécurité énergétique ». « Ce à quoi nous assistons, conclut-il, n’est rien d’autre que le reflet de la grande coupure entre la société et les pouvoirs publics. La société ne se reconnaît plus dans le mode de gouvernance, c’est pour ça qu’elle s’en fout de ce qui se passe. »


Alger a-t-elle troqué sa réputation de « Mecque des révolutionnaires » pour celle, sans gloire, de plaque tournante des agences et centrales de renseignement étrangères ?


L’Algérie espionnée ? Certainement. C’est même un secret de Polichinelle. Très souvent, elle est espionnée « à l’insu de son plein gré ». En janvier 2009 éclate au grand jour l’affaire Andrew Warren. Les Algériens apprennent, médusés, l’existence d’une « antenne officielle » de la CIA à Alger, dont Warren, accusé aux Etats-Unis de viol sur deux Algériennes, était le patron. Le « number one ». Si les rumeurs persistantes faisant état de l’existence d’une base d’écoute de la CIA et d’une présence militaire américaine dans le Sud n’ont jamais fait l’objet d’un démenti catégorique, le « scandale Andrew Warren » a vite fait sortir l’ex-puissant ministre de l’Intérieur de son mutisme. Le 19 février, Noureddine Yazid Zerhouni annonçait qu’une « enquête » ciblait désormais l’espion US dont les actes (viols) pouvaient être ceux d’un « pervers », a-t-il dit, ou ceux d’un agent « recruteur » pour le compte la Central Intelligence Agency. « On ne sait pas si ces actes ont été commis par un pervers ou s’il s’agit d’un moyen pour faire pression sur les ressortissants étrangers (les deux Algériennes seraient, selon lui, des binationales, ndlr) à des fins de recrutement », déclarait le ministre-colonel, ancien « n°2 » des « services » algériens. Pas un mot sur cette fumeuse « antenne de la CIA » qui passe pour une « presque évidence » dans le landerneau algérois. « Ce sont des usages et des pratiques courantes, connues et admises dans les relations internationales », commente un ancien haut responsable. Si pour la Cia et le FBI, leur présence est officiellement agréée à Alger, la question de savoir quels sont les autres services de renseignement à bénéficier d’un statut équivalent coule de source. Qu’en est-il de la DGSE, du SIS (GB), du Mossad, des Moukhabarate égyptiens, de la DGST, de la DGED de sa majesté Mohammed VI, du CSIS chinois ? Secret par nature, le monde glauque et impénétrable de l’espionnage et du contre-espionnage ne déborde pas moins l’actualité nationale. Plusieurs affaires d’espionnage ont été révélées, ces dernières années, par la presse nationale.

Dernière en date, l’affaire de l’espion du Mossad « disparu » en Algérie. Nombre de canards nationaux en ont fait l’écho, reprenant le quotidien israélien Yediot Ahronot. Celui-ci révéla, dans sa livraison du 26 mars dernier, qu’un « touriste » israélien, entré légalement en Algérie avec un passeport espagnol, n’avait plus donné de signe de vie. « L’homme disparu aurait contacté sa famille avant sa disparition, il y a une semaine, en leur annonçant qu’il va bien et qu’il a été arrêté par les services de sécurité algériens et interrogé sur le but de son entrée en Algérie », a écrit le quotidien israélien. Le Mossad en Algérie, rien d’étonnant pour un pays qui fait du soutien à la cause palestinienne une « affaire d’Etat ». Des Algériens roulant pour les services israéliens ? Le fait n’a aussi rien de très surprenant. Le 7 juillet 2007, le tribunal de Tizou Ouzou condamne à 10 ans de prison ferme « l’agent algérien du Mossad » S. Sahnoune. Arrêté au Maroc en 2005, remis aux services algériens, Sahnoune, 44 ans, affirmant avoir été « journaliste dans plusieurs pays africains, dont le Bénin », avant d’atterrir à l’ambassade d’Espagne à Alger comme « chargé de communication », a « reconnu » être membre d’un « vaste réseau d’espions arabes » pour le compte du Mossad. Il aurait été « recruté » à Bangkok en 1996, formé à l’espionnage à Tel-Avis. Sa mission ? « Collecter des informations sur la sous-région du Maghreb et les pays africains » moyennant un salaire mensuel de 1500 dollars. Les démêlés du Mossad avec l’Algérie (ou plutôt le contraire) n’en sont qu’à leurs balbutiements. En septembre 2009, le magazine américain Times révélait, quant à lui, que le commando pirate du cargo russe Arctic Sea – dont la cargaison, du bois, destinée à être livrée au port de Béjaïa – était du Mossad. D’après le Times, un haut fonctionnaire dans l’Union européenne, Tarmo Kouts, ancien chef de l’armée estonienne, rapporteur de l’UE sur la piraterie, a déclaré que le navire russe « qui a été enlevé dans des circonstances mystérieuses à la fin de juillet et récupéré par la marine russe à la mi-août (au large des côtes de Cap Farda, dans l’océan Atlantique), a été détourné par l’entité sioniste ou par des forces israéliennes spéciales ». Motif : l’Arctic Sea aurait transporté des missiles Cruze-x 55 destinés à l’Iran ou à la Syrie. Les agents de la CIA, du Mossad et de la DGSE ne sont toutefois pas les seuls à investir les pays d’Afrique du Nord et, récemment, ceux du Sahel (affaire de l’otage français Pierre Camatt), « ventre mou » de la région, nouvel « arc stratégique » des services d’espionnage occidentaux. Les Moukhabarate égyptiens se mettent aussi de la partie.

Moukhabarate égyptiens

En novembre 2009, en pleine crise algéro-égyptienne, des journaux algériens faisaient état de l’arrestation d’un espion égyptien à l’ouest du pays. Arrêté le 24 octobre 2008, Mohamed Ibrahim, alias Mohamed El Iskandarani El Ghaouas, 24 ans, a été condamné par le tribunal d’Oran à 15 ans de prison ferme. Employé comme soudeur pour le compte de la SAPSI, société égyptienne de maintenance de matériels pétroliers, El Iskandarani avait pris des clichés de l’infrastructures stratégiques de la zone industrielle d’Arzew et de Béjaïa. Sa « complice », une Algérienne de Sétif, chargée d’expédier les colis et les CD-Rom en Egypte, écope de dix ans de prison ferme. Autre affaire, révélée en mai dernier par la presse égyptienne (le quotidien El Wafd), impliquant non du menu fretin mais du gros poisson. Amr Moussa, l’actuel secrétaire général de la Ligue arabe, aurait espionné, en 1991, alors qu’il était ministre des Affaires étrangères égyptien, le programme nucléaire algérien. Des informations qui auraient ensuite été livrées par les Moukhabarate à l’Administration US. Le journal égyptien se réfère à un document secret de l’Administration américaine qui révèle le contenu des discussions entre Richard A. Clarke, ministre adjoint du secrétaire d’Etat chargé des Affaires politiques et militaires à l’époque, lors de sa visite au Caire, au mois de mai 1991, et sa rencontre avec le ministre égyptien des Affaires étrangères à l’époque. Le 5 mai, Amr Moussa convoque une conférence de presse dans laquelle il niera en bloc l’accusation portée contre lui. « Ce qui a été rapporté n’est rien d’autre qu’une allégation », avait-il déclaré.

Par Mohand Aziri, El-Watan




__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 35
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum