Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Mer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Sam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Dim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Ven 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Mer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Sam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Lun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Mar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Mar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Lun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Jeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Jeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Sam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Mer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Lun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Jeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Mar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Mer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Mar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Lun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Dim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Lun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Lun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Mars 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Programme nucléaire égyptien

Aller en bas

Sujet / Message Programme nucléaire égyptien

Message par Sphinx le Sam 27 Mar - 0:31

L'Égypte se lance dans la course au nucléaire

Le Caire souhaite se doter de l'arme nucléaire. Sur fond de concurrence régionale exacerbée avec l'Iran.

Un an après avoir lancé un ballon d'essai par l'intermédiaire de Gamal Moubarak, le fils du raïs, l'Égypte a confirmé avant-hier son intention de rejoindre le club des pays dotés de l'énergie nucléaire.

« L'Égypte sera un pays nucléaire pacifique. » Telle est la promesse du président Hosni Moubarak, saluée hier par la presse cairote comme une « décision historique ». Pour le président, ce « choix stratégique » est uniquement dicté par des impératifs de sécurité énergétique. Malgré de récentes découvertes de gaz naturel et de pétrole, l'Égypte est en effet en déficit. Un phénomène appelé à s'aggraver, puisque sous l'effet d'une forte croissance démographique, la consommation d'électricité de ce pays de 76 millions d'habitants devrait passer de 21 000 à plus de 60 000 mégawatts. L'Égypte ne dispose en outre de réserves de gaz et de pétrole que pour une trentaine d'années.

Pour les autorités égyptiennes, tout milite donc en faveur du passage au nucléaire. De source gouvernementale, on indique que quatre centrales pourraient être construites d'ici à 2020, ce qui permettrait de produire quelque 4 000 mégawatts. Si la plupart des commentateurs égyptiens ont applaudi une décision « prise au bon moment », certains s'interrogent tout de même sur les motivations du régime. Outre le fait que l'énergie renouvelable, notamment solaire, pourrait être plus rentable, cette relance du programme égyptien intervient en effet en pleine crise du nucléaire iranien.

Or, l'an dernier, l'Égypte et les monarchies du Golfe, Arabie saoudite en tête, ont insisté sur la nécessité pour les pays arabes sunnites de se doter de l'énergie nucléaire pour contrer les ambitions de Téhéran. L'Égypte a donc franchi le pas, au risque de relancer la course au nucléaire dans la région. Une position d'autant plus délicate que Le Caire vient de tancer les pays européens qui ont refusé de voter une déclaration non contraignante en faveur d'un Proche-Orient dénucléarisé, adoptée, à son initiative, par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

Les bonnes grâces des grandes puissances

Pour désamorcer d'éventuelles critiques, Hosni Moubarak a promis de mener son programme dans « la plus grande transparence », contrairement à l'ancien président Gamal Abdel Nasser, qui avait initié en 1955 un projet secret, abandonné après la catastrophe de Tchernobyl en Ukraine en 1986. Tous les experts s'accordent d'ailleurs à dire que Le Caire n'est pas en mesure de se doter de la bombe atomique à court terme, malgré les deux réacteurs expérimentaux dont elle dispose déjà à Inchass, dans le delta du Nil. L'Égypte s'est en outre engagée à respecter le traité de non-prolifération nucléaire (TNP), qu'elle a signé, même si elle n'a pas ratifié le traité d'interdiction complète des essais nucléaires (CTBT) - conditionnant cette signature à l'adhésion d'Israël au TNP. Hosni Moubarak a également promis que les centrales seraient construites en coopération avec l'AIEA, dont le directeur général n'est autre que l'Égyptien Mohammed ElBaradei...




Le centre de recherche nucléaire d'Inchass, à 60 kilomètres au nord du Caire, lors de sa construction, en 1998.


L'Égypte a surtout pris soin de s'assurer des bonnes grâces des grandes puissances. Avec succès, puisque Washington a aussitôt soutenu cette décision, estimant n'avoir « aucune objection » à lui formuler, tandis que Paris, Moscou ou Pékin ont déjà proposé leurs services pour construire les centrales, d'un coût estimé à 1,20 milliard d'euros chacune.

Selon les experts, Russes et Chinois seraient les mieux placés, à la fois pour des raisons de prix et parce qu'ils garantiraient davantage d'indépendance au programme égyptien. Sa mise en oeuvre devrait cependant prendre du temps. L'Égypte doit au préalable réorganiser son Autorité de l'énergie atomique, en sommeil depuis vingt ans, et choisir l'emplacement des centrales. Un temps évoqué, le site de Dabaa, sur la côte méditerranéenne, semble aujourd'hui en balance avec un projet touristique.

Le Figaro, 31 octobre 2007

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Programme nucléaire égyptien

Message par Sphinx le Sam 27 Mar - 0:33

L'Egypte franchit le pas du nucléaire civil

29/10/2007 - Le président Hosni Moubarak a annoncé lundi la construction de plusieurs centrales nucléaires, proclamant le droit de l'Egypte à l'utilisation pacifique de l'atome dans une région en voie de nucléarisation rapide. Le raïs égyptien a ainsi donné le coup d'envoi du programme nucléaire que le gouvernement avait annoncé à l'automne 2006 vouloir sortir du placard où il était remisé depuis 20 ans. Qualifiant cette décision de "stratégique", M. Moubarak a annoncé la création dans quelques jours d'un Haut conseil pour l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire, en prélude à la construction de plusieurs centrales. Ni le nombre d'usines ni les échéances n'ont été précisés. Alors que la crise du nucléaire en Iran mobilise la communauté internationale, M. Moubarak a affirmé que le programme égyptien respecterait le traité international de non-prolifération nucléaire (TNP). M. Moubarak, qui s'exprimait lors de l'inauguration d'une centrale électrique classique près du Caire, a tenu à souligner que ces centrales seraient construites en coopération avec des partenaires internationaux, non cités, et l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). C'est l'argument de la sécurité énergétique du pays le plus peuplé du monde arabe, bien moins doté que ceux du Golfe en pétrole, qu'il a invoqué pour justifier le choix du nucléaire. Cette option, discrètement mise en oeuvre sous Nasser dans les années cinquante, avait été gelée par les autorités égyptiennes après la catastrophe de Tchernobyl en avril 1986.Washington n'a signalé aucune objection à la relance de ce programme. "Je ne sais pas grand-chose à ce propos. De manière générale, nous soutenons les pays qui veulent se doter de l'énergie nucléaire civile", a dit la porte-parole de la Maison Blanche Dana Perino. Le bilan énergétique de l'Egypte, un pays à la démographie galopante (76 millions d'habitants), reste défavorable en dépit d'une production croissante de gaz et de pétrole. Le ministre de l'Electricité, Hassan Younes, avait annoncé l'an dernier que l'Egypte souhaitait construire une centrale nucléaire de 1000 megawatt à Dabaa, à l'ouest d'Alexandrie, sur la côte méditerranéenne. Il avait précisé que son coût atteindrait 1,5 milliard de dollars (1,17 miliard d'euros) et nécessiterait des investissements étrangers. Le choix de ce lieu, bien davantage que la reprise du nucléaire, avait fait débat en Egypte, l'emplacement pouvant être proche d'un grand projet touristique générateur de devises. La presse avait aussi indiqué que le gouvernement envisageait de construire au moins trois autres centrales, d'une capacité totale de 1800 Mgw, d'ici 2020. La dimension politique de la décision de l'Egypte est évidente, au moment où plusieurs pays arabes --Jordanie, Libye, Arabie saoudite ou Emirats arabes unis-- se sont prononcés en faveur d'un programme nucléaire pacifique. "C'est un droit pour les Arabes", avait martelé M. Moubarak au printemps, à la veille d'un sommet arabe à Ryad. L'Egypte soutient officiellement l'élimination des armes nucléaires au Moyen-Orient et critique

Le Monde, 24/3/07:

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Programme nucléaire égyptien

Message par Sphinx le Sam 27 Mar - 0:36

L'AIEA critique plusieurs omissions de l'Egypte sur ses activités nucléaires

VIENNE (14.02.2005) - L'AIEA a critiqué lundi l'Egypte pour avoir omis plusieurs fois de signaler certaines activités nucléaires, mais elle a estimé, dans un rapport, que ces manquements minimes n'impliquaient pas de programme nucléaire militaire secret. L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a également trouvé des traces de plutonium au cours d'inspections d'un laboratoire en Egypte, mais a estimé qu'il s'agissait d'une contamination et non d'une production de plutonium, selon ce rapport. D'après ce rapport, les manquements répétés sont "cause de préoccupation", bien que Le Caire coopère avec l'enquête de l'AIEA.
Un haut diplomate proche de l'agence onusienne à Vienne a minimisé la portée des incidents, qui sont moindres que les activités clandestines reprochées l'an dernier à la Corée du Sud. De plus, il n'y a pas eu d'activités d'enrichissement d'uranium, et certains incidents remontent à une quarantaine d'années et pourraient être liés à la recherche en matière de combustible nucléaire plutôt que faire partie d'un programme militaire nucléaire, selon lui. Le rapport sera soumis aux 35 Etats du Conseil des gouverneurs qui se réunit à partir du 28 février à Vienne. L'organe exécutif de l'AIEA décidera s'il y a lieu de transmettre le dossier au Conseil de sécurité des Nations unies.
L'Egypte avait voulu à la fin des années 1970 construire huit centrales nucléaires pour produire de l'électricité civile, mais n'en a finalement réalisée aucune. "Les matières et installations nucléaires vues par l'agence à ce stade correspondent à celles décrites par l'Egypte", qui sont strictement pacifiques, note le rapport.
Les Egyptiens ont déjà démantelé une installation de conversion d'uranium et se servent d'une usine originellement construite pour retraiter du plutonium comme lieu de stockage pour élements radioactifs à utilisation médicale, d'après le rapport. L'Egypte avait ainsi importé 67 kilos de gaz d'uranium et plusieurs autres produits utilisés dans l'enrichissement après 1982, l'année où elle a adhéré au Traité de non-prolifération (TNP) et aux obligations de transparence que cela implique. Le Caire a aussi omis de signaler des expériences "d'irradiation d'uranium naturel et de thorium" et de donner des précisions sur les dessins d'une usine pouvant servir à la fabrication de plutonium, toujours d'après le rapport. Après l'annonce de l'ouverture d'une enquête sur un laboratoire égyptien susceptible de produire du plutonium, Le Caire avait admis le 27 janvier avoir omis de signaler à l'AIEA "un certain nombre" de travaux de recherche. Le laboratoire de retraitement, situé au centre Inchass (35 km au nord-est du Caire), où se trouvent deux réacteurs de recherche, comprend des installations "fournies par la France au début des années 1980, qui permettent le retraitement de combustible irradié" et la séparation de plutonium à des fins de recherche, selon une source diplomatique. "L'Egypte coopère avec l'AIEA" et considère que ces "expériences, menées à des fins de recherche, pour la plupart il y a longtemps, ne contreviennent pas au TNP", a récemment affirmé l'ambassade d'Egypte à Vienne. D'après elle, l'adoption par l'agence de critères plus restrictifs dans les années 1990 a conduit l'Egypte "à ne pas déclarer correctement un certain nombre d'expériences et d'activités de recherche".
L'AIEA a pour directeur-général Mohamed ElBaradei, un ancien diplomate égyptien, dont les Etats-Unis ne veulent pas qu'il soit reconduit cette année dans ses fonctions.

L'Egypte nie avoir un programme nucléaire secret d'armement

LE CAIRE, 6 jan 2005 - L'Egypte a vivement récusé jeudi les accusations selon lesquelles elle s'adonnerait secrètement à des expériences pour acquérir l'arme nucléaire.
Le ministre des Affaires étrangères Ahmed Aboul Gheit a affirmé à la presse que "ces informations n'avaient aucun fondement" et que "l'Egypte respecte le traité de non-profération nucléaire qu'elle a signée".
Mercredi à Vienne, siège de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), des sources diplomatiques non identifiées ont indiqué que l'AIEA menait depuis l'été dernier une enquête en Egypte sur des expériences nucléaires limitées qui pourraient être liées au développement d'armes nucléaires.
Ces expériences porteraient sur la fabrication de métal d'uranium, pouvant servir à du plutonium militaire, et la production de tétrafluorure d'uranium (UF4), une étape à l'enrichissement d'uranium, selon un diplomate.
Un autre diplomate a cependant assuré qu'il n'y avait pas eu de production d'uranium enrichi, lequel à des degrés divers peut servir soit à des fins civiles soit à des fins militaires. "Ces expériences sont minimes et remontent dans l'histoire aux années 1950", a-t-il dit.
Ces accusations sont attribuées par l'Egypte à une campagne israélo-américaine contre la réélection du directeur général de l'AIEA, l'Egyptien Mohamed ElBaradei.
Pour l'agence de presse égyptienne Mena, ces accusations "entrent dans le cadre du refus des Etats-Unis d'une nouvelle candidature d'ElBaradei".
Cette hypothèse est partagée par Mohammed Abdel Moneim, Pdg de la revue Rose el-Youssef, pour qui "il s'agit d'informations de source américaine agitées de temps à autre et sont liées actuellement à la compétition pour le poste de directeur général de l'AIEA". Le journal Al-Ahram soutient pour sa part qu'il s'agit de "fuites" d'origine israélienne.
Washington s'est déclaré opposé à la candidature de M. ElBaradei à un troisième mandat, affirmant que ce type de poste ne devait pas être occupé par la même personne plus de deux mandats consécutifs.
M. ElBaradei est l'unique candidat à sa propre succession, mais ses chances d'obtenir la majorité des deux tiers en juin prochain sont quasiment nulles, ce qui nécessitera un autre tour de scrutin.
L'Egypte est signataire en 1983 et en 1996 des traités internationaux contre la prolifération nucléaire et la prolifération des armes de destruction massive, ainsi que de leurs protocoles additionnels.
Le président Hosni Moubarak avait indiqué dès 1988 qu'il ne "souhaitait pas entrer en compétition avec Israël en matière d'armement nucléaire".
L'Egype est liée à l'AIEA par des accords d'inspection concernant un réacteur expérimental d'origine soviétique de 3 Mégawatt et d'un autre d'origine argentine de 22 Mégawatt, ainsi que de plusieurs laboratoires de production ou de recherche sur les combustibles.
Selon le Premier ministre Ahmed Nazif, la totalité des projets nucléaires relèvent de l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire dans des domaines civils: agriculture, dessalement de l'eau de mer, recherche de ressources hydrauliques, médecine. L'AIEA est associée à plusieurs projets, a-t-il dit.
Le 2 novembre, l'ambassadeur d'Egypte auprès de l'AIEA, Ramzeddine Ramzy, a démenti que l'Egypte avait un "programme nucléaire secret" ainsi que tout lien avec la Libye dans ce domaine.
A la fin des années 1980, sous la pression des Etats-Unis, l'Egypte a dû mettre en veilleuse un ambitieux programme de production d'électricité nucléaire et de dessalement d'eau de mer, après l'accident de Tchernobyl, et renoncer à l'importation du Canada un réacteur de 600 Mégawatt.
Des chercheurs égyptiens se sont alarmés de cette mise en veilleuse en affirmant que l'Egypte devait préparer l'après-pétrole, en assurant ses besoins en électricité par le nucléaire.

L'expressiondz.com, 05 janvier 2005:

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Programme nucléaire égyptien

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum