Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
Meilleurs posteurs
8022 Messages - 43%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
128 Messages - 1%
94 Messages - 0%
91 Messages - 0%
87 Messages - 0%
Galerie


Août 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Calendrier

Connexion

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message Géographie électorale italienne

le Mar 30 Mar - 12:18
Les régionales italiennes menacées par l'abstention

Le taux de participation était à 22h de 47,5%, soit neuf points de moins qu'en 2005, ce qui pourrait pénaliser le parti de Silvio Berlusconi.

Les Italiens votaient, dimanche 28 mars, pour les élections régionales partielles, un scrutin que le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi souhaite transformer en plébiscite pour son gouvernement.
Selon des chiffres provisoires du ministère de l'Intérieur, portant sur neuf des treize régions en jeu, les quatre autres gérant de manière indépendante les résultats, le taux de participation à 22h était d'environ 47,5%. Soit une chute de neuf points par rapports aux régionales de 2005 (56,4% à la même heure). De quoi confirmer les craintes de la droite d'une hausse importante de l'abstention.


PDL face à IDV

"J'espère que la haine ne va pas l'emporter sur l'amour, je reste convaincu qu'il faut toujours être positif", a déclaré Silvio Berlusconi en votant à Milan (nord), en allusion à sa formation, le Peuple de la liberté (PDL) qu'il appelle "parti de l'amour" et qu'il voit opposé à ce qu'il appelle le parti de "la haine et de l'envie", c'est-à-dire l'opposition de gauche.
"Les électeurs doivent choisir leur camp entre qui défend tous les jours la Constitution, comme l'Italie des valeurs (IDV, opposition), et qui viole régulièrement les lois et la démocratie. Nous sommes convaincus qu'il est nécessaire à l'heure actuelle de lutter contre cette dangereuse dérive anti-démocratique représentée par Silvio Berlusconi", a déclaré pour sa part Antonio Di Pietro, leader de l'IDV, après avoir voté.


La ligue du Nord en force

Le scrutin est, "à première vue, surtout un maxi-sondage sur le gouvernement de Silvio Berlusconi", relève le principal quotidien de la péninsule, Corriere della Sera, dans son éditorial.
Dénonçant "une campagne électorale marquée par une inutile violence verbale", le journal souligne que le scrutin "permettra de mesurer le rapport de forces au sein de la droite où la Ligue du Nord sent le parfum d'une victoire" dans les riches régions du nord du pays. Cela lui permettrait de revendiquer un rôle majeur au sein de la majorité de Silvio Berlusconi.
La Ligue du Nord, parti populiste d'Umberto Bossi, tente de ravir au PDL de Silvio Berlusconi la première place en Lombardie et en Vénétie. En cas de succès, elle a déjà annoncé son intention de réclamer un ministère supplémentaire à Rome et la mairie de la seconde ville du pays, Milan, des revendications qui risquent d'indisposer le PDL.


La droite a revu ses ambitions à la baisse

Près de 41 millions d'électeurs étaient appelés à voter sur deux jours pour les présidents de 13 des 20 régions du pays. Les quelque 50.000 bureaux de vote, fermés dimanche à 22h, ouvriront de nouveau lundi de 7h à 15h lorsque commencera le dépouillement des bulletins.
Les premières projections des résultats sont attendues lundi vers 16h.
La droite italienne dirige actuellement deux des treize régions en jeu. Elle comptait il y a trois mois seulement, surfant sur la vague de popularité de Silvio Berlusconi, en arracher au moins quatre ou cinq à la gauche.
Mais empêtrée depuis des semaines dans des scandales de corruption impliquant ses élus, la droite a perdu du terrain et Silvio Berlusconi craint une importante abstention, à l'image des élections régionales en France, qui pénaliserait essentiellement sa majorité.
Le "cafouillage" autour de ses listes électorales en Lombardie et dans le Latium, les deux principales régions où ses candidats n'ont été admis qu'après un recours devant la justice, risque aussi de lui coûter des voix.
Désormais, la majorité estime que prendre seulement une ou deux régions à la gauche serait déjà un succès.

http://tempsreel.nouvelobs.com

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum