Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Mer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Sam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Dim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Ven 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Mer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Sam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Lun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Mar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Mar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Lun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Jeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Jeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Sam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Mer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Lun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Jeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Mar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Mer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Mar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Lun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Dim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Lun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Lun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Mars 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Qu’est-ce que le G20 ? Et le G7 ? Et le G8 ?

Aller en bas

Sujet / Message Qu’est-ce que le G20 ? Et le G7 ? Et le G8 ?

Message par Sphinx le Mar 4 Mai - 23:34

le G20 : c’est une réunion informelle de vingt pays, hors du cadre des grandes organisations internationales (ONU, FMI, OTAN, etc.).
Les décisions qui y sont prises sont d’ordre économique, puisque l’objectif du Sommet de Londres était de trouver les remèdes à la crise pour permettre de retrouver la
croissance au plus vite et d’éviter toute nouvelle catastrophe du type de celle que nous vivons actuellement.


Le cirque du G8/G20 sera en ville, avec toute la cavalerie


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

François Marginean

On est reconnu pour ce à quoi est bon. Les Japonais sont reconnus pour leurs sushis, leurs robots et leurs sumos parce qu’ils sont bons dans ces domaines. Les Français font de grands vins et sont reconnus pour cela, ainsi que pour leur cuisine. Wall Street et les banquiers privés nous volent notre argent et détruisent consciemment l’économie en spéculant sur sa démise et ils sont reconnus comme étant excellent dans ce domaine. Les compagnies de mercenaires privés et de l’armement se spécialisent dans la destruction, la mort et la reconstruction et c’est ce qu’ils font, parce qu’ils excellent dans cette branche. Les pétrolières comme BP sont en train de devenir très reconnues pour polluer la planète entière avec leur déversement record de pétrole dans l’océan, comme nous en sommes témoins présentement, dans le Golfe du Mexique, avec leur “Tchernobyl pétrolier” catastrophique.

Nous, au Canada et au Québec, nous sommes très bons dans la production de cirque économique élitiste protégés par un appareil d’État policier répressif. Nous sommes en passe d’être reconnus pour nos mesures d’État policier, anti-démocratiques et liberticides. Pour le prouver encore une fois, le Canada est sur le point de recevoir le G8 suivi immédiatement par le G20 et les mesures de sécurité seront sans précédent. Parce que nous, la sécurité et les procédés répressifs, c’est notre force et nous en sommes fiers. La preuve? Regardez notre impressionnant curriculum vitae:

- Québec, avril 2001: Sommet sur la Zone de libre échange des Amériques (ZLEA)


Alors que les pouvoirs financiers et corporatifs poussent les politiciens à s’entendre sur un accord de libre échange des Amériques, la population est tenue à l’écart des discussions et des prises de décisions ayant des répercussions sur leur vie quotidienne par un mur de plusieurs dizaines de kilomètres entourant la vieille ville de Québec. Responsables de défendre ce “mur de la honte” et les chefs d’état reclus et déconnecté de la ville entière, se trouvent des milliers de policiers et militaires mobilisés pour l’occasion. Environ 6 000 policiers étaient prévus, en plus d’unités de l’armée stationnées non loin de là. Le mur de la honte, érigé avec des blocs en béton et de grillage par le gouvernement fédéral, renforçait l’impression de militarisation. Les magasins ont aussi reçu l’ordre de placarder leur vitrine. Scène de guerre… opposant le peuple aux autorités qui décident de leur futur à huis clos.

- Ottawa, juin 2006: Sommet des Bilderberg

On les nomme le groupe Bilderberg et ils n’aiment pas discuter en public. Ceux qui suivent le groupe Bilderberg diront qu’ils ont incité l’Europe à adopter une monnaie commune, qu’ils ont mis en place Bill Clinton après avoir accepté d’appuyer l’ALENA et qu’ils prennent des décisions influençant le déroulement des évènements mondiaux. Ces rencontres réunissent les plus puissants de cette planète et demandent une protection contre le peuple encore plus intime que les agents de police d’Ottawa. Même ces policiers en uniforme étaient tenus de présenter leurs cartes d’identité à la demi-douzaine d’hommes en noir travaillant pour une société de sécurité privée nommée Globe Risk. Nous n’avons pas eu droit à la cavalerie flamboyante, car il s’agissait de garder cette rencontre le plus inaperçue possible, bien que les médias traditionnels n’aient pas eu bien le choix d’en parler puisque l’existence du groupe des Bilderberg est de plus en plus connue du public. Mais il demeure que la sécurité à l’extérieur de l’Hôtel Brookstreet a été beaucoup plus serrée que sur la colline du Parlement.

- Montebello, août 2007: Réunion du Partenariat sur Sécurité et la Prospérité (PSP)

L’aboutissement de la ZLEA est le PSP, qui est une initiative des grands industriels et multinationales du Canada, des États-Unis et du Mexique pour créer une zone de libre échange, d’harmonisation (à la baisse) des régulations et règlementation étatiques, commerciales, économiques et de la main d’oeuvre, création d’une zone commune frontalière, ainsi qu’une intégration militaire transcontinentale. Encore une fois, la population est gardée à l’écart des discussions que nos politiciens entreprennent avec le secteur privé et des agents étrangers (trahison?) par un appareil policier assez impressionnant. On pousse l’ignominie encore plus loin en voulant démoniser et discréditer les manifestants pacifiques en envoyant des policiers en agents provocateurs parmi la foule dans le but de faire de la casse devant les caméras des médias. Seule pépin pour eux, trois “manifestants” ont été mis à découvert et l’incident a été entièrement filmé et posté sur YouTube avant d’être repris par les médias traditionnels. La vidéo montre trois hommes masqués, dont l’un était armé d’une grosse roche, confrontant les manifestants pacifiques. Après que les hommes soient passés la ligne de police, puis ensuite immobilisés à terre, menottés et emmenés par les policiers, des photographies révéleront que leurs bottes correspondaient à celles des agents de police. Bien qu’ils aient d’abord nié que les individus en question étaient des agents provocateurs, la Sûreté du Québec a publié un communiqué de presse le 23 août en admettant que les trois manifestants étaient en fait des agents de la police en déguisement.

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Qu’est-ce que le G20 ? Et le G7 ? Et le G8 ?

Message par Sphinx le Mar 4 Mai - 23:43

________________________________________________

Ce qui se passe réellement dans les coulisses pourrait avoir été révélé par le professeur Carroll Quigley, le mentor de Bill Clinton à l’Université de Georgetown. Un initié entretenus par les banquiers internationaux, M. Quigley a écrit dans La tragédie et l’espoir (Tragedy and Hope), en 1966:

“Les pouvoirs du capitalisme financier ont un autre but de grande envergure, qui n’est rien de moins que de créer un système mondial de contrôle financier entre des mains privées, capable de dominer le système politique de chaque pays et l’économie du monde dans son ensemble. Ce système devait être contrôlé de manière féodale par les banques centrales du monde agissant de concert, par des accords secrets conclus à de fréquentes réunions et conférences privées.”
Source:wordpress.com
________________________________________________

L’État policier canadien reçoit les sommets du G8 & G20

Puisque que le Canada est maintenant un expert en mesures de sécurité et d’État policier pour protéger la clique financière élitiste du reste de la population qui est affectée par leurs décisions prises derrière des portes closes, nous allons faire honneur à notre réputation. Le 26 et 27 juin prochain, nous serons les hôtes du sommet du G20, qui sera précédé par le sommet du G8, qui lui se tiendra le 25 et 26 juin 2010. Le sommet du G8 se tiendra à Huntsville, Ontario, alors que celui du G20 aura lieu au Metro Toronto Convention Centre à Toronto.

Les dirigeants mondiaux, ministres des finances, les gouverneurs de banques centrales, avec des milliers d’autres délégués assisteront à ces réunions secrètes. Et la cavalerie sera présente, en grand nombre. Il s’agira, en fait, du plus grand événement de l’histoire canadienne au niveau de la sécurité, surpassant de loin la sécurité présentée aux Jeux Olympiques de Vancouver. Le centre-ville de Toronto sera transformé en forteresse de sécurité avec des barrières, barricades, des points de contrôle et des fermetures de rues qui affecteront grandement les résidents locaux. Alors que les sommets G8/G20 attirera leur part des manifestants pacifiques, d’autres plus radicaux et de la frange peuvent essayer de capitaliser sur l’événement. Des agents provocateurs peuvent également être utilisés et leur comportement pourrait justifier une répression policière. Cela pourrait aussi être un moyen de diaboliser tous les manifestants, tout comme la tentative exposée de Montebello. Le sommet du G20 permettra d’approfondir les mesures d’État policier, ainsi que l’intégration progressive et constante de la police locale, provinciale, fédérale et de l’armée.

La sécurité qui sera déployée lors du prochain sommet du G20 sera la responsabilité du Groupe intégré de la sécurité (GIS): “La GRC a mis sur pied le Groupe intégré de la sécurité (GIS), qui est composé de membres de la GRC, de l’OPP (pour ce qui est du G8), des Forces canadiennes, du service de police de Toronto, du service de police régional de Peel, ainsi que d’autres experts en sécurité et en application de la loi qui auront pour mandat d’assurer la sécurité des personnes jouissant d’une protection internationale (PJPI), des personnes de marque (PDM) et des communautés”.

Ed Bolduc, un membre de l’équipe de planification du G20 et policier de la ville de Toronto a affirmé que “les Olympiques que vous avez vues récemment à Vancouver étaient en fait le plus grand déploiement de sécurité à prendre place au Canada. Le G20/G8 surpasse cela complètement”. Il poursuit en déclarant “qu’il y aura une massive – absolument massive – présence des policiers et de la sécurité sur le terrain comme vous ne l’avez jamais vu”. Il y aura une double clôture d’au moins trois mètres de haut, protégée par la GRC et la police. Le Globe and Mail rapportait qu’environ 10 000 policiers et 1000 gardes de sécurité seront déployés, avec un nombre non spécifié de soldats canadiens. Les dignitaires étrangers bénéficieront aussi de leurs propres éléments de sécurité. Les coûts associés à cette énorme cavalerie de la sécurité sont estimés à $179 millions de dollars par le gouvernement fédéral.

Les Forces canadiennes appuieront le Groupe de sécurité intégré (GSI) commandé par la GRC pour les prochains Sommets du G8 et du G20 qui auront lieu à Huntsville et à Toronto, Ontario en juin 2010. Elles fourniront l’appui avec “des ressources et des capacités militaires uniques fournies par l’armée, la marine et la force aérienne afin d’assurer la sécurité des participants aux Sommets et des Canadiens”, nous dit-on sur le site officel:
http://www.canadacom.forces.gc.ca/daily/archive-summit-fra.asp
Les tâches militaires associées aux Sommets comprennent la planification opérationnelle à grande échelle, la surveillance terrestre et aérienne, la sécurité sous-marine pour les lieux et certaines fonctions logistiques et de cérémonie. Le soutien comprend aussi http://www.norad.mil/French/index.html

Le Commandement Canada est responsable des opérations de routine et de contingence des Forces canadiennes au Canada et en Amérique du Nord. Le Commandement coordonne aussi, au besoin, le soutien des FC aux autorités civiles canadiennes de maintien de l’ordre. Le soutien des FC aux Sommets du G-8 et du G-20 2010 sera conduit sous le commandement de la Force opérationnelle interarmées (Central) (FOI(C)), une des six forces opérationnelles régionales relevant du Commandement Canada. (http://www.canadacom.forces.gc.ca/daily/archive-summit-fra.asp)

On ne rit plus: “…le soutien des FC aux autorités civiles canadiennes de maintien de l’ordre“. Ainsi, les militaires pourront assister les forces policières dans leur rôle du maintien de l’ordre. Ce n’est pas l’idée qu’on se fait généralement du Canada.

La sécurité commencera à être implémentée deux semaines avant le début du G8/G20. Pour accéder à la zone de sécurité, les résidents devront s’enregistrer ou être accrédités. Des zones de “liberté d’expression” (free speech zones) seront mises en place pour les manifestants et la police de Toronto a annoncé qu’ils utiliseraient un ancien studio de production de films comme prison temporaire pour enfermer les protestants indisciplinés durant l’évènement.

Nous avons déjà pu avoir un avant-goût de ce qui s’en vient lors du sommet du G20 alors que deux exercices d’entrainement ont eu lieu à Toronto ces derniers jours. Le premier était une simulation de prise d’otage dans le coeur du centre-ville de Toronto, comprenant la Toronto Police Emergency Task Force et du personnel privé de sécurité, ayant pour but de tester leur habilité de travailler de concert. C’est que durant le G8/G20, les forces de sécurité privées vont jouer un rôle important dans le contrôle des foules et mesures d’urgences. Ceci fait intégralement partie de l’intégration des forces de la sécurité publique et privée. Le deuxième exercice d’entrainement a impliqué deux hélicoptères militaires CH-146 Griffon volant autour du Metro Toronto Convention Centre et qui ont atterrit en face de la célèbre Tour du CN. Ces exercices ont pour but de tester les capacités des forces de sécurité, de coordonner les actions des différents intervenants publics et privés, mais visent aussi à acclimater la population à une augmentation de la présence policière et militaire.

Mais plus que tout, c’est les protestations et la menace du terrorisme qui sont le plus utilisées pour justifier ces immenses opérations de sécurité extrêmement couteuses pour protéger une bande clowns qui débarquent en ville pour faire leur cirque à huis clos, sans consulter la population. Les rôles des militaires et des policiers semblent être de plus en plus interchangeables, tout comme leurs tactiques et leur entrainement qui militarisent sans cesse. Tout cela commence à ressembler toujours plus à une approche agressive envers le contrôle du public et de la dissidence. Ces évènements deviennent des pratiques pour de nouvelles mesures d’État policier répressives et d’occupation de style militaire.

En juin prochain, se sera comme à la guerre à Toronto; une guerre opposant l’élite au peuple.

http://www.centpapiers.com

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Qu’est-ce que le G20 ? Et le G7 ? Et le G8 ?

Message par Rémi le Dim 18 Juil - 16:34

Il y a de l'idée la dedans, c'est vrai que ces mesures coûteuses paraissent justifiées par la nécessité de protéger les dirigeants qui vont se réunir dans l'intérêt de tous, surtout avec le souvenir des derniers états, et l'état hôte veut conserver sa crédibilité en renforçant le dispositif.

Cependant, à l'heure actuelle, la visio-conférence permet d'éviter ce barnum trés coûteux, et annulerait ce déploiement de moyens qui exaspèrent les habitants, excitent les opposants radicaux, et augmentent le risque de drames et débordement comme à Seattle ou à l'Aquila, en Italie, pour un sommet du G8;

En plus, cela pose le problème politique des moyens consacrés à la protection de nos dirigeants. Doit on vraiment leur assurer toujours ce couteux cocon protecteur?
Récemment la Pologne a perdu son président et des membres éminents du gouvernement et des forces armées, La Pologne ne s'est pas effondrée;

Non, ils ne sont pas indispensables, mais leur maintien au pouvoir pour une durée prévisible rassure les marchés financiers en leur assurant la stabilité de mesures impopulaires mais bénéfiques pour les affaires personnelles ou privées (bouclier fiscal).

Je dirai presque que le déploiement si imposant de forces de sécurité est un signe politique vers les masses de travailleur (se)s : "nous sommes les puissants, nous décidons, à l'abri des chiens de garde que -vous- payez, et vous ne pourrez nous empéchez de décider

Rémi
Membre
Membre

Masculin
Nombre de messages : 22
Age : 51
Date d'inscription : 08/07/2010
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Qu’est-ce que le G20 ? Et le G7 ? Et le G8 ?

Message par Sphinx le Mer 26 Jan - 7:47

Conférence de presse : Sarkozy sans idées neuves dans le nouveau monde

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Sur une belle tribune, devant une toile ornée d'un sobre « G20 - G8 France 2011, Nouveau monde, nouvelles idées » le candidat Sarkozy a fait son grand show tant attendu. Costume et cravate noirs, chemise bleutée, Sarkozy s'est affiché conciliant, humble, et calme. Devant trois cent journalistes accrédités et deux cents ambassadeurs, il n'y avait pas d'espace pour commenter ce lundi matin, les sujets d'actualité franco-français. Surtout, pas de polémiques, pas de déclarations clivantes, pas de joutes verbales avec l'un ou l'autre des journalistes présents. Cette conférence devait être le point d'orgue d'une stratégie de communication mise en oeuvre depuis plusieurs mois déjà, prouver que Sarkozy a changé, qu'il est au-dessus des partis car confronté à des enjeux qui nous dépassent tous. A 11 heures pétantes, le candidat-protecteur de la nation débute.

Sarkozy, indigné

Ces annonces furent rares, au point qu'on pouvait s'interroger sur l'intérêt, autre qu'électoral, d'une telle conférence de presse. On savait déjà tout, et le seul suspense résidait dans les questions imprévues que l'on attendait sur la politique intérieure et un éventuel mea-culpa sur le silence et l'attentisme français en Tunisie.

« Je remercie ceux qui se sont levés... ce n'était pas obligatoire ... J'y suis sensible malgré tout » commença-t-il. La salle comptait quelques 200 ambassadeurs étrangers. Comment imaginer qu'ils resteraient assis quand le Monarque entre dans la salle ? « Pour la première fois, le corps diplomatique est convié à une conférence de presse... » on note le changement. Sarkozy rend immédiatement un hommage très opportun au photographe français décédé en Tunisie (« aujourd'hui, je pense à sa famille, à ses proches, à tous ceux qui l'aimaient ... (...) Il ne faisait rien d'autre que son métier de journaliste, un métier difficile, exigeant, qui demandait de la passion et du courage ») et aux deux journalistes de France 3, Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, détenus depuis 391 jours.

« Au cours des deux derniers, j'ai passé beaucoup de mon temps à consulter, consulter des chefs de gouvernement bien sûr, mais également des organisations internationales, des syndicats, des représentants des entreprises, des économistes, des chercheurs, d'anciens chefs d'Etat et de gouvernements étrangers ... » Fichtre ! Quels efforts ! Si Sarkozy n'était pas là pour commenter les débats sur son dernier budget, les rapports sur la précarité des familles monoparentales ou les difficultés de l'accès au soin, sur la hausse du chômage ou la nouvelle augmentation de l'insécurité violente, et bien... c'est à cause de tout ce travail diplomatique intense. On attendait donc, on salivait donc à l'avance des formidables propositions qu'il allait enfin dévoiler ce matin. Que de faux espoirs ! Comme s'il avait mesuré que sa tâche serait impossible et qu'il avait tout à perdre à promettre l'impossible une fois de plus, le candidat Sarkozy resta ... prudent. Tout juste se permit-il d'enfoncer allègrement quelques portes ouvertes.

« Je tire de ces consultations le message suivant : si le G20 veut rester légitime, il doit demeurer efficace » conclue-t-il. Sarkozy joue à Kennedy, il ne parle pas nouvelle frontière mais nouveau monde. Il nous livre un petit cours de mondialisation expresse : « Depuis la fin des années 1990, l'équilibre du monde a changé. Le poids de la Chine a plus que doublé et le pays va devenir la première puissance économique devant les Etats-Unis.» Il dénonce l'accélération des crises bancaires et financières (125 crises bancaires recensées en 40 ans), la volatilité des marchés financiers, énergétiques, ou agricoles (« le prix des matières premières agricoles à fin décembre 2010 a dépassé les pics atteints en 2008, année des émeutes de la faim »), la spéculation (qui contraint les organisations de l'aide alimentaire à acheter au prix fort), les déséquilibres mondiaux. Il joue au savant, en expliquant que la spéculation sur les matières premières n'est que la conséquence de la « financiarisation » de l'économie. Il insiste sur sa volonté de défendre la politique agricole commune qui permettra à « la France d'être plus forte.» alors que « les besoins de production agricole devront augmenter de 70% d'ici à 2050. C'est vraiment pas le moment de démanteler la politique agricole commune ! » Le candidat s'indigne à répétitions devant tant de désordres. Il retrouvait ses accents gauchistes de 2009, les promesses en moins. Sarkozy n'eut même pas peur de grossir son agenda de président du monde. Ainsi, les G8 et G20 s'attelleront aussi à l'Internet et aux droits d'auteur.

Sarkozy, sans idées

Face à tous ces chambardements, la réponse sarkozyenne, à force d'être prudente, est simplissime, une sorte de « y-qu'à/faut-qu'on » de bon aloi. Il n'y a qu'à réformer le système monétaire international (SMI), mais en préservant le « rôle éminent » du dollar et « sans revenir à un système de change fixe » ; il n'y a qu'à instaurer une « taxe sur les transactions financières » et adopter « un code de conduite en matière de gestion des flux de capitaux », mais ... sans imposer de contrôle des capitaux ; il n'y a qu'à adopter « un socle de protection sociale universel », mais, rassurez-vous, ce dernier existe déjà, c'est celui, très général et déjà si peu respecté, de l'organisation internationale du travail. Quels sont donc les moyens que Nicolas Sarkozy se donne pour parvenir à de tels résultats ? La multiplication des réunions interministérielles, avant les G8 (en mai) et G20 (en novembre), et des propositions, peu abouties, pas détaillées, sur tous ces sujets. Sarkozy ne promet rien, pas même de donner l'exemple (en matière de taxe bancaire par exemple, où la maigrichonne taxation votée contre les traders en 2010 ne sera que temporaire).

Au final, Sarkozy est apparu enfin modeste, à l'image du portrait qu'il veut donner de lui aux Français. « L'ordre du jour et l'agenda ont fait consensus. Les solutions ne font pas consensus, ça c'est certain... On a beaucoup progressé sur la méthode et sur l'agenda, il nous reste bien sûr à progresser sur les solutions » s'excuse-t-il avant de donner la parole à la presse.

G-vain

Puis vint le temps des questions, sans droit de suite ni agenda national. Sarkozy reprécise : que des questions sur le G20 et le G8 svp. La première question passa outre l'interdit présidentiel : « comment peut on faire avancer la bonne gouvernance quand les jeunes dans le Maghreb ou au Proche Orient demandent des emplois, et quand il y a un fossé entre la corruption des dirigeants et les détournements de fonds publics ? » Sarkozy reste calme et botte en touche. « Madame Lemaresquier, ... j'ai organisé la conférence de presse avec deux thèmes, et excusez moi parce que sinon on va partir dans tous les sens...»

N'a-t-il pas l'impression de travailler sur des sujets déconnectés des réalités quotidiennes ? « le monde est un village.» Arnaud Leparmentier, du Monde, lui demande quels résultats il attend en matière agricole. Sarkozy reste, encore une fois, prudent. Il se répète sur l'exigence de transparence des marchés, et sur l'état des stocks (« je ne dis pas que c'est facile »). Et à quoi ont servi ses multiples consultations depuis des mois : à caler d'autres réunions ! Sur l'utilité de DSK au FMI, petite pique électorale, Sarkozy joue l'humour : « Le FMI ne se réduit pas à la personne ». Un journaliste allemand mentionne une étude européenne prochainement publiée qui démontrerait que la spéculation n'entraîne pas une hausse des prix agricoles. « Je recommande de publier cette étude le 1er avril »

Plus tard, une journaliste de France24 critiqua la vacuité des ambitions françaises : le G20 ne sera-t-il pas une simple G2 Chine/Etats Unis ? Sarkozy contient son propos.

Ivan Levaï regretta lui l'absence du désarmement dans cette feuille de route internationale. « Après avoir répondu sur le G20 qui ne servait à rien, voici qu'on me demande de répondre au G20 qui doit répondre à tout ? » Pour Sarkozy, il faut rester concentrer : « Si on veut tuer le G20, on lui fait prendre des décisions sur des sujets qui sont du ressort du G20. (...) Il faut résister à l'idée d'un directoire mondial qui n'a pas lieu d'être.»

Un journaliste de France 3 se demande quels résultats concrets est-on en droit d'espérer de cette présidence française des G20 et G8. Pas grand chose. Sarkozy reste modeste : « je suis incapable de vous répondre.(..) On essayera de faire au mieux. (...) Nous allons à cette présidence avec beaucoup d'humilité mais beaucoup d'ambitions.»

Réserves africaines

Clôturant cette première séquence de questions/réponses, Sarkozy replonge dans un discours, cette fois-ci sur les autres sujets internationaux du moment. Il lit, avec application, un texte sur les 4 obstacles qui pourraient troubler l'action diplomatique de la France. Sur le terrorisme, « la France est la cible du terrorisme. (...) A chaque fois qu'un Français est assassiné par des terroristes, la détermination de la France à lutter contre le terrorisme s'en trouve renforcée.» La fermeté et le courage, toujours.
Sur la Côte d'Ivoire, elle « a un seul gouvernement légal et légitime ». Pour le Liban, « la France veut préserver la miraculeuse diversité du Liban. (...) Les Libanais ont le droit à l'indépendance de leur pays. »

En Tunisie, « c'est un peuple frère qui a décidé de reprendre en main son destin.» Sarkozy dresse quelques couronnes à son ancien allié Ben Ali (l'émancipation des femmes, l'emergence de classes moyennes, la prospérité), mais, reconnaît-il, « il y avait une désespérance, une souffrance dont (...) nous n'avions pas pris la juste mesure.» Sarkozy lâche un premier mea culpa, et évoque « une révolte morale que nourrissait une insupportable corruption.» Il promet de et l'accès de la Tunisie au statut de partenaire avec l'Union européenne, et demande un nouvel élan à l'Union de la Méditerrannée.

Laurent Joffrin s'empare du micro. Le patron de Libération se demande si Michèle Alliot-Marie a encore sa place au gouvernement après sa proposition d'aide à la police tunisienne, puisqu'il « s'agissait d'aider Ben Ali à rester en place.»Sarkozy se maîtrise. Surtout, pas de polémique. Il concède un mea culpa. « Ce sont des affaires extrêmement difficiles.» Ou encore : « vous comprendrez que le président de la République français, en charge des intérêts de la France, doit tenir compte de l'histoire.» « On ne peut pas parler d'un pays avec la même objectivité » quand il s'agit d'une ancienne colonie. « Je revendique une certaine réserve ». Ensuite, le leader de Sarkofrance rappelle que la France a toujours protégée l'opposition tunisienne, sauf les islamistes (« qui sont à Londres, comme vous le savez »). Enfin, Sarkozy rappelle les rapports de ses prédécesseurs avec le régime en place précédemment en Tunisie, « à moins qu'on ne discute dans le monde » qu'avec les démocraties. Sur l'intervention de sa ministre des affaires étrangères, « la forme a pu porter à polémique, j'essaie de me tenir éloigné des polémiques.» Il prévient : « Ça dessine l'image d'une France qui donnerait des leçons.» Il répète ensuite : « Sans doute avons nous sous-estimé, nous la France, la volonté de liberté du peuple tunisien. » Sur le risque islamiste, il répond un peu plus tard « c'est un sujet de préoccupation.» Plus tard encore, il ajoute : « Dire que nous sommes restés silencieux devant les morts, je ne pense pas que cela soit exact. C'est la liberté de la presse. »

Otages, ô rage

Sur les otages, un journaliste de la Voix du Nord lui demande ensuite s'il regrette l'échec du sauvetage des deux Français au Niger voici 3 semaines. Sarkozy devient encore plus grave : « commençons à mettre un genou à terre, et on ne s'abaissera jamais.» « La faiblesse comme argument politique et comme positionnement, elle ne vous ai jamais pardonné.»

Quand Michael Darmon (iTélé) dénonce l'échec de l'union pour la Méditerranée, Sarkozy se défend : pas question de donner des leçons « aux peuples ». « Comment ouvrir l'Orient aux réalités du monde moderne ? » Attention ! Le Monarque dérive, on croirait entendre son conseiller Henri Guaino et ses délires passés sur l'homme africain. Sarkozy se refuse quand même de fermer la porte du dialogue aux dictatures. « Si la question était simple, ça se saurait.» Sur le rapprochement avec la Syrie, « la France se sert de cette amitié pour dire à la Syrie que le Liban est un Etat indépendant et doit le rester, et que le tribunal pénal international doit faire son travail.»

Sur le sort des otages, Sarkozy « comprend parfaitement » que les amis ou les comités de soutien « perdent leur sang-froid. » Les intéressés apprécieront : « moi, je ne peux pas parler. » Un peu plus tard, tout empreint de gravité, il complète : « Moi, j'ai une différence, c'est que je suis en charge des responsabilités.»

Une journaliste allemande provoque l'hilarité générale en demandant si la France serait « prête à accueillir le président algérien Bouteflika si la question se pose? » « Vous voyez l'exploitation qui pourrait être faite de ma réponse » répond-il. Pour sa dernière question, sur les sanctions éventuelles contre un Iran doté de l'arme nucléaire, Sarkozy a évolué : « sur l'Iran, la France est extrêmement réservé sur l'option militaire.» Il y a deux ans, certains s'interrogeaient sur le sens qu'il fallait donner à l'inauguration d'une base militaire française dans le Golfe Persique, un investissement imprévu au budget de la Défense.

Au moins, Nicolas Sarkozy trouve-t-il quelque réconfort dans la mondialisation : « dans le monde aujourd'hui, personne ne peut rester contre la communauté internationale.»

Il termine. La salle applaudit.

La prestation a duré 1H44.

Pour rien.

Source:marianne2.fr

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Qu’est-ce que le G20 ? Et le G7 ? Et le G8 ?

Message par Sphinx le Lun 23 Mai - 1:20

G8
La révolution numérique de Nicolas Sarkozy

Le 24 et le 25 mai prochain se tiendra le premier e-G8, initié par Nicolas Sarkozy, à la veille du G8 de Deauville, qui devrait en faire remonter les conclusions.
L’évènement se fait plutôt discret, tablant sur une communication soigneusement ciblée : le chef de l’Etat a ainsi annoncé sur sa page Facebook personnelle la tenue du e-G8, en présence de Rupert Murdoch, Mark Zuckerberg et des dirigeants de Google ou encore de Youtube.
"L’important, c’est la photo", écrit Frédéric Martel dans Marianne, à paraître demain. Un coup de pub pour montrer que Nicolas Sarkozy est "le meilleur ami du Web". L’affiche est alléchante, l’ambition abusive : "Le e-G8 est une plateforme d’expression dans laquelle tous les acteurs du monde de l’Internet vont pouvoir débattre", peut-on lire dans le communiqué. Tous les acteurs du monde de l’Internet ? Pas vraiment. Maurice Lévy, directeur de Publicis et chargé d’organiser l’évènement, a choisi des têtes d’affiche, des grands patrons. Pas de blogueurs, pas de journaux indépendants. Si Arrêt sur Image ne s’étonne guère de ne pas avoir été convié, à Mediapart, on s’interroge : pourquoi est-ce Marie-Hélène Smiéjan, directrice administrative et financière de la revue, qui a reçu l’invitation ? On imagine mal l’Elysée demander à Edwy Plenel de s’asseoir à la table de Nicolas Sarkozy, pour débattre d’"Internet et la croissance économique".
Car ce "e-G8" reste extrêmement sclérosé dans les thématiques qu’il compte aborder, privilégiant avant tout l’impact d’Internet sur l’économie. Un choix qui inquiète Nova Spivack : "L’évènement servira-t-il à rendre les grosses sociétés et les grands gouvernements encore plus gros, ou sera-ce l’occasion de faire entendre la voix des gens, des citoyens du web ?", demande-t-il sur son blog.
Les révolutions arabes ont révélé au grand jour le rôle qu’a pu jouer Internet dans la révolte des citoyens, sinon dans l’émergence de la démocratie. L’administration de Barack Obama a immédiatement senti l’importance de ce nouvel outil de "soft power". Et en France ? En France les choses prennent du temps, surtout lorsque l’Elysée met des bâtons dans les roues de ses ministres. C’est ce que révèle l’article de Frédéric Martel dans Marianne : la décision d’organiser une réunion internationale sur les problématiques liées à Internet a été prise il y a de ça un an et demi, par… Bernard Kouchner.
Petit retour sur les faits : début 2010, au moment de la révolution en Iran, le ministre des Affaires étrangères prend conscience de l’importance d’Internet dans le processus démocratique et l’organisation d’une résistance aux régimes autoritaires. Marianne fait ainsi état de deux notes, datées du 19 février et du 30 avril 2010, dans lesquelles l’équipe de Kouchner affirme que le "numérique doit devenir un outil central de soft power". Le 3 mai, lors de la journée mondiale de la presse, Bernard Kouchner présente son plan d’ensemble pour la liberté d’Internet, la décrétant "enjeu de politique internationale". En juillet, des ONG, des experts et les représentants de 17 pays se réunissent à Paris "pour venir en aide aux cyberdissidents", et créer un observatoire indépendant, qui se proposait même d’héberger en Europe les blogs des dissidents des pays autoritaires. Dans un document confidentiel, Kouchner annonce à la mi-juillet que la France va venir en aide aux "cyberdissidents confrontés à la répression de la liberté d’expression" et réfléchir à une assistance technique pour contourner la censure. Une lettre officielle cette fois, cosignée par Kouchner et son homologue néerlandais, est adressée à une vingtaine de ministres des Affaires étrangères pour programmer deux rendez-vous : une grande conférence le 29 octobre 2010 sur la liberté d’Internet, suivie d’un axe prioritaire sur Internet au G8 de Deauville, celui-là même qui se tiendra les 26 et 27 mai prochains.
Le conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy, Jean-David Levitte, va mettre un coup d’arrêt au projet par une note lapidaire. L’Elysée demande à ce que la conférence du 29 octobre aborde en priorité les grands thèmes de la cybercriminalité, des zones de non-droits, et se propose de promouvoir les initiatives de régulation, à l’image d’Hadopi. Kouchner va protester, dans un courrier que Marianne s’est également procuré, arguant avoir le soutien de "très nombreux gouvernements et acteurs de la société civile, qui partagent (son) inquiétude à l’égard de la répression croissante qui s’abat sur la toile".

Officiellement, la conférence a simplement été annulée. Mais avec le départ de Bernard Kouchner du gouvernement le 13 novembre, elle sera définitivement enterrée.
Jusqu’à ce que Nicolas Sarkozy lui-même ressuscite l’idée, début 2011, après les cafouillages français autour du Printemps arabe. Mais, des sujets programmés au temps de Kouchner, seuls demeurent le développement économique, la sécurité, la cybercriminalité, la gouvernance d’Internet et Hadopi. Un programme somme toute fidèle à l’idée que Nicolas Sarkozy s’est toujours fait d’Internet : "un territoire à conquérir, à civiliser".
En parallèle, le président de la République prévoit, depuis 2008, la création d’un Conseil national du numérique (CNN). Un rapport de Pierre Kosciusko-Morizet, fondateur de Priceminister.com (et accessoirement frère de NKM) suggérait que ce CNN ait un rôle prospectif et consultatif, et que ses membres, élus, représentent la diversité du monde numérique. L’Elysée en a décidé autrement : les 18 membres du CNN ont finalement été nommés et pour beaucoup choisis parmi les industriels des télécoms, les fournisseurs d’accès à Internet, et les sociétés de commerce électronique. Parmi eux, Franck Esser de SFR, Emmanuel Forest de Bouygues Télécom, ou encore Gabrielle Gauthier d’Alcatel-Lucent. A l’image, finalement, des invités du e-G8, qui ne reflètent en rien la réalité d’Internet. "Mauvais signe pour la démocratie numérique", regrette le Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne (Spiil). Difficile, à l’aune de ces révélations, de rassurer Nova Spivack sur les conclusions que tirera le e-G8 de ces deux jours de "débats"
Vous pouvez lire l'article de Frédéric Martel sur Marianne2 :

Source:*http://marianne2.fr

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Qu’est-ce que le G20 ? Et le G7 ? Et le G8 ?

Message par Droit_De_l'Homme le Dim 11 Sep - 4:08

Le G8 double son aide à quatre pays du « printemps arabe »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

En ce 11 septembre 2011, le mot « démocratie » est sur toutes les lèvres. Et c'est justement à la veille des dix ans des attentats de New Yord, que les grandes puissances se sont réunis à Marseille pour soutenir les pays du Printemps arabe, lors d'un sommet du G8 achevé samedi 10 septembre. L'aide promise en mai dans le cadre du Partenariat de Deauville devrait être doublée à 80 milliards d'euros et arriver avant fin 2013. Le calendrier n'a pas été toutefois précisé.

L'aide globale des pays riches, rejoints par les neuf institutions financières internationales (le FMI, la Banque Mondiale, les banques régionales et les fonds arabes), devrait se chiffrer à 80 milliards de dollars (soit plus de 58 milliards d'euros). Outre l'Egypte et la Tunisie, le Maroc et la Jordanie devront en bénéficier. La Libye a été invitée à rejoindre dès que possible le partenariat.

Par ailleurs, l'ensemble des aides bilatérales devrait aussi augmenter, a précisé François Baroin, le ministre français de l'Economie alors que son pays préside cette année le G8.

A toutes ces annonces s'ajoute une enveloppe de 35 milliards de dollars (près de 26 milliards d'euros) mise à la disposition par le Fonds monétaire international en forme de prêts et de conseils pour accompagner ce mouvement historique de transformation, selon les mots de Christine Lagarde, la directrice de l’institution. Par ailleurs, le Conseil national de transition (CNT) est désormais reconnu comme le pouvoir légitime en Libye

Depuis le mois de mai, les promesses du G8 ont tardé à se concrétiser suscitant la grande frustration dans les pays concernés. Selon la déclaration finale de Marseille, cette aide devrait arriver d'ici fin 2013.

rfi

__
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Les condoléances ne ressuscitent pas le défunt;;mais elles entretiennent la confiance entre ceux qui restent [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

人間の権利


Il y a trois choses à ne pas chercher en vain :
Un savant dont les actes correspondent à son savoir,
Un homme d'action dont le cœur s'accorde avec ses actes,
Un frère humain sans défauts.

"L'homme n'est content de rien sauf de son intelligence ; moins il en a, plus il est content."


Droit_De_l'Homme
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 1184
Age : 38
Emploi/loisirs : Universel
Date d'inscription : 22/07/2010
Localisation : Sur Terre.!.(Lune prévue)

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Qu’est-ce que le G20 ? Et le G7 ? Et le G8 ?

Message par Sphinx le Sam 15 Oct - 21:45

Les pays du G20 ont déclaré aujourd'hui que le prochain sommet européen du 23 octobre ....

Resume de l'actualite a 16h10 GMT (15/10)

ROME - Les "indignés" manifestent aujourd'hui à travers la planète pour dénoncer le poids de la finance et les politiques d'austérité qui, disent-ils, mènent le monde à la ruine et condamnent une partie de l'humanité à la pauvreté.

Inspirés par les "indignados" précurseurs de Madrid, galvanisés par le mouvement Occupy Wall Street, les premiers manifestants ont défilé en Nouvelle Zélande, suivis par les Européens avant de laisser la place aux New Yorkais.

Selon le réseau 15october.net, qui recense les appels à manifester, des rassemblements étaient prévus dans au moins 951 villes à travers 82 pays.

Dans l'ensemble, la mobilisation est restée relativement limitée et n'a pratiquement pas perturbé la circulation dans les grandes villes concernées.

A Rome, où quelque 100.000 participants étaient attendus, la police a fait usage de gaz lacrymogènes et de canon à eau pour disperser les manifestants après une série d'incidents imputés à des "black blocs" par plusieurs témoins.

---

PARIS - Les pays du G20 ont déclaré aujourd'hui que le prochain sommet européen du 23 octobre permettrait de présenter un plan global susceptible d'apporter une "réponse énergique" à la crise de la zone euro.

Réunis depuis hier à Paris, les ministres des Finances et les banquiers centraux du G20 ont également fait état de progrès dans la définition d'un plan d'action en faveur de politiques coordonnées pour faire face à la crise actuelle et conforter la croissance mondiale.

Reuters

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Qu’est-ce que le G20 ? Et le G7 ? Et le G8 ?

Message par Daûphin_zz_47 le Sam 19 Mai - 12:56

Au G8, Paris et Washington plaident pour la croissance en Europe

CAMP DAVID, Etats-Unis (Reuters) - Plusieurs dirigeants du G8, réunis vendredi à Camp David, se sont prononcés en faveur d'un changement de politique pour résoudre la crise de la dette en Europe, plaidant pour une stratégie de relance afin d'éviter une sortie de la Grèce de la zone euro et une contagion au reste de l'économie mondiale.

Donnant le ton de ce sommet, le président Barack Obama s'est aligné sur la proposition de François Hollande favorable à des mesures d'incitation à la croissance face à l'austérité prônée par la chancelière allemande Angela Merkel qui est apparue isolée.

Cette position du chef de l'Etat américain reflète l'inquiétude de la Maison blanche de voir la crise européenne affecter la timide reprise économique aux Etats-Unis et menacer la candidature d'Obama à un second mandat en novembre.

http://s4.reutersmedia.net/resources/r/?m=02&d=20120519&t=2&i=609030611&w=450&fh=&fw=&ll=&pl=&r=2012-05-19T075341Z_1_APAE84I0LXL00_RTROPTP_0_OFRTP-USA-G8-20120519

Lire:http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRPAE84I00V20120519

__
-------------
" Il ya deux manières d'ignorer les choses:
La première, c'est de les ignorer;
La seconde, c'est de les ignorer et croire qu'on les sait.
La seconde est pire que la première."



Peuple sans mémoire, peuple sans histoire


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


https://www.facebook.com/DIKKTARIOF

Daûphin_zz_47
Daûphin_zz_47
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 2215
Age : 37
Date d'inscription : 06/08/2010
Localisation : tlc

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Qu’est-ce que le G20 ? Et le G7 ? Et le G8 ?

Message par Droit_De_l'Homme le Lun 11 Juin - 2:39

G-20: Poutine participera au sommet (officiel)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le président russe Vladimir Poutine prendra part au sommet du G20 qui se déroulera les 18-19 juin à Los-Cabos au Mexique, annonce dimanche le service de presse du Kremlin.

En marge du sommet, le chef de l'Etat russe aura plusieurs rencontres bilatérales avec des leaders des pays participant au sommet, ajoute le service de presse.

RIA Novosti

__
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Les condoléances ne ressuscitent pas le défunt;;mais elles entretiennent la confiance entre ceux qui restent [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

人間の権利


Il y a trois choses à ne pas chercher en vain :
Un savant dont les actes correspondent à son savoir,
Un homme d'action dont le cœur s'accorde avec ses actes,
Un frère humain sans défauts.

"L'homme n'est content de rien sauf de son intelligence ; moins il en a, plus il est content."


Droit_De_l'Homme
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 1184
Age : 38
Emploi/loisirs : Universel
Date d'inscription : 22/07/2010
Localisation : Sur Terre.!.(Lune prévue)

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Qu’est-ce que le G20 ? Et le G7 ? Et le G8 ?

Message par Sphinx le Mar 19 Juin - 1:17

Le G20 s'ouvre lundi dans l'espoir d'une fin de la crise en Europe

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les dirigeants des grandes puissances économiques mondiales, soulagés par l'émergence d'une majorité en faveur de l'échange austérité contre plan d'aide international en Grèce, ne cesseront, lors du G20 de lundi et mardi, de mettre l'Europe sous pression pour qu'elle résolve la crise de la dette.
Soulagés par les résultats des élections en Grèce, mais pas encore par la situation dans la zone euro. Les dirigeants et vingt pays les plus industrialisés et des puissances émergentes, le G20, se retrouvent lundi et mardi à Los Cabos, au Mexique. Où ils comptent bien mettre l'Europe sous pression pour qu'elle résolve la crise de la dette qu'elle traverse.

Le groupe des vingt, qui représente plus de 80% de la production mondiale, entame une réunion de deux jours à Los Cabos, au Mexique, avec à la clef un plan d'action pour la croissance et l'emploi destiné à stimuler une croissance mondiale en perte de vitesse.

Sans surprise, les marchés financiers réservent ce lundi un bon accueil au résultat du scrutin législatif grec, les partis grecs - Nouvelle Démocratie et Pasok - favorables aux mesures d'austérité en échange d'une aide étrangère ayant obtenu une majorité parlementaire. Ceci éloigne pour l'instant la perspective d'un éclatement ...

http://lci.tf1.fr/economie/conjoncture/le-g20-s-ouvre-lundi-dans-l-espoir-d-une-fin-de-la-crise-en-europe-7364619.html

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Qu’est-ce que le G20 ? Et le G7 ? Et le G8 ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum