Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Mer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Sam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Dim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Ven 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Mer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Sam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Lun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Mar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Mar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Lun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Jeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Jeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Sam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Mer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Lun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Jeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Mar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Mer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Mar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Lun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Dim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Lun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Lun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Mars 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Ali Kafi (علي حسين كافي)

Aller en bas

Sujet / Message Ali Kafi (علي حسين كافي)

Message par Sphinx le Jeu 6 Mai - 15:33

Ali Kafi



Ali Kafi (1928--) (علي حسين كافي) est un homme politique algérien. Militant du FLN durant la guerre d'Algérie, après l'indépendance il exerce comme ambassadeur d'Algérie dans plusieurs pays, et devient, de juillet 1992 à juin 1994, chef du Haut Comité d'État, organe transitoire de la gestion de l'État.

Formation religieuse

Il est né le 17 octobre 1928 à M'Souna, localité près de la ville d'El Harrouch dans l'actuelle wilaya de Skikda, dans une famille de petits paysans affiliée à la célèbre confrérie musulmane Rahmaniya. Le père d'Ali Kafi, Cheikh El Hocine, qui se chargea de son éducation, lui dispensa lui-même l'enseignement religieux. En 1946, il est envoyé dans une école coranique réputée de Constantine, l'Institut Kettenia. Marqué par les massacres de Sétif de 1945, adhérant rapidement aux idées nationalistes du Parti du peuple algérien (PPA), il y forme avec d'autres étudiants une cellule militante. Diplômé « El Ahlia » en 1950, il part en Tunisie renforcer sa formation dans la grande université islamique de la Mosquée Zitouna. Il y côtoie les milieux nationalistes tunisiens et participe à plusieurs actions militantes. Expulsé de Tunisie en 1952, il purge alors une peine de six mois de prison pour ses activités.

Militant nationaliste

Libéré, il reprend ses activités nationalistes, et est nommé enseignant dans une école libre de Skikda tenue par le Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques en Algérie (MTLD). Le 1er novembre 1954, au déclenchement de la guerre d'Algérie, Ali Kafi est contacté par Didouche Mourad, responsable FLN de la zone II (Nord Constantinois). Il intensifie alors son action militante à Skikda et rejoint l'Armée de libération nationale (ALN). Sous les ordres de Youcef Zighoud, à la tête de la wilaya II après la mort de Didouche Mourad, il participe à l'insurrection du Constantinois de 1955 entrant dans la lutte armée. En août 1956, il fait partie de la délégation de la wilaya II du congrès de La Soummam, qui met en place les structures administratives et militaires du mouvement indépendantiste. Il devient alors représentant militaire, puis colonel, et enfin commandant de la wilaya de 1957 à 1959. En mai 1959, il fait partie des dix colonels chargés de l’organisation des opérations militaires de l’ALN à Tunis, où il s'installe jusqu'à l'indépendance algérienne. Durant la crise de l’été 1962, il soutient le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) de Benyoucef Benkhedda face au bureau politique du FLN de Ben Bella.

Homme politique

Après l'indépendance, il est nommé ambassadeur d'Algérie dans plusieurs pays, au Liban en 1963, en Syrie en 1966, en Tunisie en 1975 et représentant algérien la même année de Ligue arabe alors installée à Tunis, et également en Égypte, en Irak et en Italie. En 1990, il devient secrétaire général de l'Organisation nationale des Moudjahidines (combattants algériens durant la guerre d'Algérie). Le 11 janvier 1992, après la destitution du président Chadli Bendjedid, l'armée met en place un Haut comité d'État (HCE), organe provisoire de la gestion de l'État, et Ali Kafi en est nommé membre. En pleine « décennie noire », le 2 juin 1992, il succède à Mohamed Boudiaf, assassiné, à la présidence du HCE. Devenant de plus en plus entreprenant, il entame notamment sans concertation un dialogue avec les partis politiques, une conférence du HCE décide alors de le remplacer[5]. Il remet des pouvoirs de Chef d'État à Liamine Zéroual le 30 juin 1994. Ali Kafi publie ses mémoires en 2002 dans un ouvrage intitulé Du militant politique au dirigeant militaire où il revient notamment sur de nombreuses zones d'ombres de la « révolution algérienne », ouvrage pour lequel il sera lourdement critiqué notamment pour ses révélations, jugées offensantes, entre autres sur Abane Ramdane.

wikipedia

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Ali Kafi (علي حسين كافي)

Message par Sphinx le Jeu 6 Mai - 15:35

ALI KAFI SORT DE SA RESERVE
«Je regrette d'avoir été président du HCE»


On a habitué le citoyen dans la culture de l'angélisme, comme quoi la révolution a été menée par des saints et des purs.
Quarante ans après, pourquoi n'aborde-t-on pas notre histoire ?», disait l'ancien président du HCE, M. Ali Kafi, hier à Kouba lors d'une rencontre informelle avec des gens de la presse. Le colonel de la wilaya II, avec son accent rauque, s'étonnait de la levée de boucliers après la sortie de son livre, dans lequel une des figures du mouvement national, Abane Ramdane, était montrée dans un rôle autre que celui pour lequel il était connu. «Que l'affaire soit entre les mains de la justice, cela je n'y ai jamais pensé», avait-il avoué. «Cette campagne avait enflé à la suite d'un discours officiel, qui parlait de narcissisme à mon égard et de fait tronqué.»
M. Ali Kafi faisait bien entendu allusion au président de la République M. Abdelaziz Bouteflika. «Ai-je tronqué l'histoire ?, s'est-il demandé, alors apportez vos preuves !» «Celui qui a porté plainte est en train de retarder les choses. Un indice qu'il n'y a pas d'arguments solides contre le livre incriminé», lançait l'ancien président du HCE.M. Ali Kafi estimait qu'il avait écrit des Mémoires, bien qu'il ne soit «ni écrivain ni historien». «S'il n'était pas possible d'aborder certains faits à un moment donné, c'est que nous ne voulions pas entraver le cours de la guerre de Libération nationale. Mais aujourd'hui, il est temps de parler et d'écrire.» M. Ali Kafi n'arrivait pas à comprendre pourquoi spécialement «des agissements autour de Abane Ramdane», alors qu'il évoquait aussi, avec un regard critique, Ferhat Abbès, Lamouri, les cinq qui devaient aller à Tunis, Brahim Hachani, etc.«Les documents que j'ai cités étaient précis, cela était particulier à la wilaya II où l'on notait tout ; hélas ! les archives ont été brûlées en 1962 par ignorance, par un élément de l'armée des frontières.» M. Ali Kafi avait gardé chez lui ses archives personnelles, disait-il. «Du temps de Zeroual, j'étais partisan du dialogue, y compris avec des éléments du FIS. Il fallait ôter la couverture politique aux terroristes.» M. Ali Kafi tient à préciser que c'est à son initiative que le rapport des experts Algérie 2005 a été initié, sous la direction de Djilali Liabès puis de M'hammed Boukhobza, tous deux assassinés. Une manière de dire qu'il n'était pas «un gardien du temple», mais qu'il regardait vers le futur.Est-il parmi ceux qui se sont joints à la campagne contre la venue d'Enrico Macias ? «Je suis contre la normalisation avec Israël, ai-je dit au téléphone à ceux qui m'ont fait appel. Quant à Enrico Macias, s'il était venu en tant que touriste comme les pieds-noirs qui sont venus, je n'ai aucune opposition à faire. Son beau-père, Raymond, a été condamné par la Révolution.»L'ancien président du HCE dit : «Nous nous sommes déjà opposés, du temps de Chadli Bendjedid, au retour des pieds-noirs qui avaient pour objectif de se réapproprier l'Algérie.» «Quand bien même nous avons une dette extérieure de 100 milliards de dollars, ce n'est pas une raison de vendre le pays», déclarait-il,intransigeant.
«Pourquoi avez-vous chassé Mme Boudiaf de sa villa, quinze jours à peine après l'assassinat de son mari ?», lance un journaliste à M. Ali Kafi. «Il y avait un très grand respect entre Boudiaf et moi, quand nous étions au HCE. Il avait dit à des gens que j'étais un grand monsieur. Nous avons eu trois heures de discussions à la villa Aziza lors de sa visite secrète, le 13 janvier 1992. C'est lui qui voulait me voir.» L'ancien président du HCE disait tout son respect pour Boudiaf. L'affaire de la villa de Mme Boudiaf «relevait d'un problème de famille,d'héritage», précisait-il.
«Vous voulez me coller des affaires qui ne sont pas de mon ressort !», ajoutait M. Ali Kafi au journaliste, un proche de la famille Boudiaf. Autre thème de polémique : un journaliste d'El Khabar Al Ousbouï a reproché à l'ancien président du HCE la mauvaise traduction du français à l'arabe des documents cités dans son ouvrage, de même qu'il lui a signalé que la part belle était faite à la wilaya II. «Chaque dechra en Algérie mérite un ouvrage», rétorque alors M. Ali Kafi. A propos de Yacef Saâdi qui accuse Kafi de
régionalisme : «Le régionalisme fait partie de nos vieux démons. Quant à Yacef Saâdi, sincèrement, je ne le connais pas», souligne-t-il, ironique. Boumediène ? «Une grande amitié nous liait, même si parfois nous n'étions pas d'accord.» Kafi écrivait que le jeune Boukharouba, à vingt ans, était préoccupé par ses études et non par le militantisme. Kafi qui regrette d'avoir été à la tête du HCE veut écrire l'histoire comme il l'a vécue, «sans le vernis officiel». «Dérapage, faits tronqués, nationalisme étroit», disent ceux qui ne sont pas d'accord avec sa version.

M. Bh., El Watan, 9 mars 2000

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Ali Kafi (علي حسين كافي)

Message par Sphinx le Jeu 6 Mai - 15:47

Ali Kafi reprend ses activités nationalistes, et est nommé enseignant dans une école libre de Skikda tenue par le Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques en Algérie (MTLD). Le 1er novembre 1954, au déclenchement de la guerre d'Algérie, Ali Kafi est contacté par Didouche Mourad, responsable FLN de la zone II (Nord Constantinois). Il intensifie alors son action militante à Skikda et rejoint l'Armée de libération nationale (ALN). Sous les ordres de Youcef Zighoud, à la tête de la wilaya II après la mort de Didouche Mourad, il participe à l'insurrection du Constantinois de 1955 entrant dans la lutte armée. En août 1956, il fait parti de la délégation de la wilaya II du congrès de La Soummam, qui met en place les structures administratives et militaires du mouvement indépendantiste. Il devient alors représentant militaire, puis colonel, et enfin commandant de la wilaya de 1957 à 1959. En mai 1959, il fait parti des dix colonels chargés de l’organisation des opérations militaires de l’ALN à Tunis, où il s'installe jusqu'à l'indépendance algérienne. Durant la crise de l’été 1962, il soutient le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) de Benyoucef Benkhedda face au bureau politique du FLN de Ben Bella.

Après l'indépendance, il est nommé ambassadeur d'Algérie dans plusieurs pays, au Liban en 1963, en Syrie en 1966, en Tunisie en 1975 et représentant algérien la même année de Ligue arabe alors installée à Tunis, et également en Égypte, en Irak et en Italie. En 1990, il devient secrétaire général de l'Organisation nationale des Moudjahidines (combattants algériens durant la guerre d'Algérie). Le 11 janvier 1992, après la destitution du président Chadli Bendjedid, l'armée met en place un Haut comité d'État (HCE), organe provisoire de la gestion de l'État, et Ali Kafi en est nommé membre. En pleine « décennie noire », le 2 juin 1992, il succède à Mohamed Boudiaf, assassiné, à la présidence du HCE. Devenant de plus en plus entreprenant, il entame notamment sans concertation un dialogue avec les partis politiques, une conférence du HCE décide alors de le remplacer. Il remet des pouvoirs de Chef d'État à Liamine Zéroual le 30 juin 1994. Ali Kafi publie ses mémoires en 2002 dans un ouvrage intitulé Du militant politique au dirigeant militaire où il revient notamment sur de nombreuses zones d'ombres de la « révolution algérienne », ouvrage pour lequel il sera lourdement critiqué notamment pour ses révélations, jugées offensantes, entre autres sur Abane Ramdane.[/




http://fr.myafrica.allafrica.com

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Ali Kafi (علي حسين كافي)

Message par Sphinx le Jeu 6 Mai - 15:49

Ali Kafi prépare une riposte au livre de Saïd Sadi sur le colonel Amirouche

L’ancien Président du haut comité d’Etat (HCE), Ali Kafi, organise jeudi à Alger une rencontre avec certains titres de la presse nationale pour répondre aux accusations contenues dans le livre de Saïd Sadi, « Amirouche, une vie, deux morts, un testament ». Visiblement suscitée, cette sortie constituera la première d’un responsable à un tel niveau politique.

Jusque là, seul l’ancien Ministre, Mourad Benachenhou, a tenté de répliquer au responsable du RCD à travers des écrits publiés par le Soir d’Algérie, si l’on excepte les déclarations du porte parole du RND faites à Bejaia.

Dans son livre, Saïd Sadi accuse le duo Boussouf- ancien responsable du MALG- Houari Boumediene d’être complices de la mort de l’ancien colonel de la wilaya III, Ait Hamouda Amirouche. Tiré à 10.000 exemplaires, l’ouvrage est déjà épuisé. Un autre tirage est envisagé. Selon certaines sources, un accord est en voie de conclusion pour une sortie française du livre chez Flammarion dans les prochaines semaines.


tsa-algerie

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Ali Kafi (علي حسين كافي)

Message par Sphinx le Jeu 6 Mai - 15:55



Algeria’s President Abdelaziz Bouteflika (C) smiles as he walks with former
state Presidents Chadli Bendjedid (R) and Ali Kafi during a reception to celebrate the 54th anniversary of the
start of the National Liberation War in Algiers November 1, 2008. REUTERS/Zohra Bensemra (ALGERIA)

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Ali Kafi (علي حسين كافي)

Message par Syfou le Sam 8 Mai - 17:09

Ali Kafi critique violemment Saïd Sadi et minimise le rôle de Boumediène durant la Révolution

Ali Kafi, ancien président du Haut comité d'Etat (HCE), a violemment critiqué, samedi 8 mai, « Amirouche, deux morts et un testament », le dernier livre Said Sadi sur le colonel Amirouche. Dans un entretien paru dans le quotidien El Watan, l'ancien colonel de la wilaya II estime le chef du RCD n'est pas historien. « Je ne réponds pas à Sadi, car il n'est pas historien et il est loin de la marche de la Révolution ».

L'ancien chef du Haut Comité d'État (juillet 1992 - juin 1994) a aussi démenti les affirmations contenues dans le livre de Sadi sur les circonstances de la mort du colonel Amirouche. « Boussouf ne pouvait pas comploter contre Amirouche. C'est une affabulation et un mensonge grotesque ». M. Kafi a également exclu que l’ancien président Houari Boumediene soit mêlé à la mort du colonel de la wilaya III historique. « Pour ce qui est de Boumediène, il était inconnu. Il était complètement à la marge, il évoluait à l'ombre de Boussouf. De ce fait, il ne pouvait pas comploter contre un géant comme Amirouche. Boumediène ne savait pas où a commencé l'histoire ».

Sans apporter sa version sur les conditions dans lesquelles Amirouche était tombé au champ d'honneur avec le colonel Si Houes près de Boussaâda sur le chemin de Tunis, Ali Kafi s'est interrogé sur le timing choisi par Sadi pour publier son livre sur Amirouche. Il accuse indirectement le chef du RCD d'être au service de la France. « La sortie du livre intervient au cours de cette campagne que mène la France contre les Moudjahidin et qu'on appelle communément la famille révolutionnaire ». Kafi pense également que Sadi veut rebondir sur la scène politique en utilisant des symboles de la révolution algérienne.

TSA

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Ali Kafi (علي حسين كافي)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum