Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.

Septième art 120px-10

http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Septième art EmptyMer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Septième art EmptySam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Septième art EmptyDim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Septième art EmptyVen 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Septième art EmptyMer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Septième art EmptySam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Septième art EmptyLun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Septième art EmptyMar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Septième art EmptyMar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Septième art EmptyLun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Septième art EmptyJeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Septième art EmptyJeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Septième art EmptySam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Septième art EmptyMer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Septième art EmptyLun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Septième art EmptyJeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Septième art EmptyMar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Septième art EmptyMer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Septième art EmptyMar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Septième art EmptyLun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Septième art EmptyDim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Septième art EmptyLun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Septième art EmptyLun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Septième art Empty
Mai 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Septième art

Aller en bas

Sujet / Message Septième art

Message par Syfou le Sam 8 Mai - 17:04

Polémique Hors-la-loi: les « erreurs historiques » de Bouchareb selon le ministère français de la Défense

Depuis plus de deux semaines, la polémique enfle autour du film de Rachid Bouchareb, Hors-la-loi, qui sera en compétition officielle au festival de Cannes. Au cœur des critiques: les « erreurs historiques » qui émailleraient le film, avec lequel le réalisateur prétend vouloir « rétablir la vérité historique ». Le magazine français Le Point publie aujourd'hui le rapport du service historique du secrétariat d'Etat à la Défense qui a analysé le scénario du film. Inventaire des erreurs répertoriées par le service historique de la Défense qui affirme que «les nombreuses invraisemblances présentes dans le scénario montrent que la rédaction de ce dernier n'a pas été précédée par une étude historique sérieuse.»

Les évènements du 8 mai 1945

« Le réalisateur veut faire croire au spectateur que le 8 mai 1945 à Sétif, des musulmans ont été massacrés aveuglément par des Européens ; or, ce jour-là, c'est le contraire qui s'est produit.(...) Si l'auteur souhaite évoquer le massacre de musulmans par des Européens à Sétif, il devrait situer sa scène au minimum le 9 mai, car c'est en réaction au massacre d'Européens du 8, que les Européens ont agi contre des musulmans », écrit le général Gilles Robert, chef de division du service historique de la Défense.

Anachronismes sur la lutte pour l'indépendance algérienne

Le rapport note que dans le scenario, des musulmans crient en mai 1945 « Vive le FLN ». Or, le FLN n'a été créé en 1954, selon ce rapport. Avant cette date, l'opposition au pouvoir colonial est menée par le Parti du Peuple Algérie dirigé par Messali Hadj. Autre confusion « politique », Rachid Bouchareb dans son scenario aurait confondu le MNA qui prônait la lutte armée pour l'indépendance et l'UDMA qui privilégiait le combat par les urnes.

Anachronismes sur la situation politique en France

Dans le scenario, le général De Gaulle apparaît en tant que responsable français en 1954 alors qu'il n'est pas au pouvoir à cette époque en France. Il ne revient en effet sur la scène politique qu'en 1958. Le film évoque également la guerre d'Indochine en l'appelant « guerre du Vietnam », un terme non utilisé à l'époque. De plus, durant cette guerre, un soldat nord-africain de l'armée française saute en parachute. Or, il n'y avait pas à cette époque de soldats issus des colonies dans les unités de parachutistes.
Dans la partie du film qui se déroule en France, intervient un colonel du SDECE, le service de contre-espionnage français. Une invraisemblance pour le service historique de la Défense qui explique que sur le territoire français c'est la DST qui mène des opérations.
Enfin, les historiens ont relevé des erreurs dans la reconstitution des costumes portés par les soldats français dans le film et dans les armes que portent les gendarmes.

http://www.tsa-algerie.com

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Septième art

Message par Sphinx le Lun 10 Mai - 8:52

La polémique fait rage autour du film « Hors la loi » de Rachid Bouchareb présenté cette année au festival de Canne.

Lionel Lucas député UMP concourt lui, pour la palme d’or de la bêtise.

« En attaquant les Français corrompus, c’est la France que je défends », cette phrase sortie du livre autobiographique d’Henri Alleg, dont la parution fût longuement interdite en France, relate et dénonce les tortures de civils pendant la guerre d’Algérie, lui-même se retrouve séquestré un mois à El-Biar où il est torturé et subit de multiples interrogatoires, dont un mené après une injection de penthotal. Il est ensuite transféré au camp de Lodi où il reste un mois puis à Barberousse, la prison civile d’Alger. C’est là qu’il écrira La Question, dissimulant les pages écrites et les transmettant à ses avocats. Dix années plus tard Laurent Heynemann, adapte l’ouvrage à l’écran, le film remporta en 1977 un prix du jury au Festival International du Film de Saint-Sébastien. Il y a aussi Bachir Boumaza avec la Gangrène paru en 1958 chez les éditions de Minuit, censuré, qui dénonce à son tour la torture en Algérie.

Plus connu, La Bataille d’Alger (La Battaglia di Algeri), un film italo-algérien de Gillo Pontecorvo, présenté au public en 1966. Initialement interdit en France, diffusé brièvement en 1970 mais retiré des écrans sous la pression de manifestations d’extrême-droite, le film attendit 1971 pour sortir normalement. Le film resta pratiquement inédit en France jusqu’en 2004, car considéré comme un film de propagande, brisant des tabous sur le comportement militaire français au cours de ce qui ne s’est longtemps appelé en France de simples événements, et s’attaquant à des traumatismes alors récents.

Le film fut tourné trois ans après l’indépendance de l’Algérie et le rapatriement de 800 000 pieds-noirs et juifs séfarades dont la plupart n’avaient jamais foulé le sol de la métropole, vivant en Algérie française depuis plus d’un siècle. Et à l’expatriation et expropriation de ces deux catégories de civils s’ajoute l’exode des indésirables harkis, leur internement dans des camps et leur mise à l’écart de la population métropolitaine.

Le sujet de la guerre d’Algérie et particulièrement le massacre de Sétif (30 000 victimes selon le Vatican et les USA, 300 selon les autorités françaises) restait encore tabou jusqu’au geste de M. Hubert Colin de Verdière, ambassadeur de France en Algérie (Sous Chirac), à l’Université de Sétif le 27 février 2005, à l’issue de la cérémonie de signature de la « Convention de partenariat entre l’Université de Clermont-Ferrand et l’Université Ferhat Abbas de Sétif. », qualifiant lors de son discours de « tragédie inexcusable les massacres » de Sétif et reconnaissant de Facto et officiellement un événement longtemps nié par les autorités françaises.

Bouchareb avec son film « Hors la Loi » revenant sur les massacres de Setif, déjà récompensé à Cannes pour Indigènes (2006), avait été vivement félicité par Jacques Chirac pour avoir rappelé le sacrifice des soldats des colonies à la libération de la France, bouscule la classe politique décomplexée, avec en première ligne, avançant sur le terrain de la censure préalable Lionnel Lucca, Député UMP des Alpes Maritimes (ce même député qui propose une loi pour que des militaires retraités soit affectés à la surveillance des établissements), qualifiant le film d’Anti-Français et dénonce une « vision hémiplégique de l’histoire » ainsi que « l’irresponsabilité » de l’auteur.

Selon le député conservateur, Hors la loi risque d’envenimer les relations des jeunes Français d’origine maghrébine avec le reste de la population, compte tenu de son impact certain au box-office.

Lionnel Luca

Lionnel Lucas nous balance tout droit sortie des matrices à chocs et à chaos, chère aux polémistes et autres « cacophonistes » comme Zemmour pour ne pas le citer, la théorie du « non-vivre ensemble », puissant outil marketing et euphorisant politique, la pilule pourtant passe mal, pourquoi voudrait-on, en tant que français d’origine maghrébine, après avoir visionné le film, être frappé brutalement d’une soudaine envie d’envenimer ses relations avec le reste de la société ? Le lendemain du visionnage, les français d’origine maghrébine, changeraient brutalement leurs comportements avec le reste des français ? La majorité répondrait que non et malgré la politique xénophobe menée par la majorité, les dérapages contrôlés d’Hortefeux et consort et autres montages politico-médiatiques, non il n’y a pas de choc générationnel, les maghrébins de France avancent, construisent, s’instruisent et évoluent socialement. Cette évolution silencieuse que beaucoup d’hommes politiques cherchent à ralentir.



Vouloir comprendre son passé c’est construire une paix durable, comme nous avons pu le faire pour la Shoah, la Turquie avec l’Arménie par l’intermédiaire de l’historien Selim Deringil, l’Italie avec la Lybie, l’Australie avec les aborigènes…

Les français d’origine maghrébine sont une communauté forte, visionnaire et profondément attachée aux valeurs républicaine. Que cela déplaise à Lionnel Lucca, la majorité des français d’origine maghrébine ne considère pas les français comme des colons et encore moins comme des responsables. Le politique a un temps de retard avec la réalité.

La liberté d’expression doit être considérée comme l’un des socles de la philosophie politique, surtout quand celle-ci concerne avant tout des œuvres d’arts, car ne l’oublions pas « Hors la loi » est avant tout un film.

Bouchareb en attaquant les Français « Hors la loi », c’est la France qu’il défend.

jacques.tourtaux

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
Septième art Sphinx10


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Septième art

Message par Syfou le Ven 21 Mai - 14:01

En direct du Festival du film

"Des hommes et des dieux" - Des moines et une Palme évidente

Septième art 96921_10
Les moines de Tibéhirine dans "Des hommes et des Dieux", de Xvier Beauvois ©️DR

Xavier Beauvois a magnifiquement réussi son film, Des hommes et des dieux . Il n'a pas raté un sujet qui paraissait bien difficile et bien austère : les derniers mois des sept moines du monastère de Tibéhirine, avant leur enlèvement revendiqué par des terroristes algériens, en 1996.

Tout y est. Le portrait sensible, touchant, fidèle, d'une communauté, de ses rituels et de ses liens avec le village arabe voisin ; les tensions qui les agitent individuellement après les premières menaces ; le cheminement de leur questionnement, que le réalisateur traduit habilement par les psaumes chantés qui jalonnent le récit ; leur refus de l'engagement (entre l'armée algérienne et les terroristes) qui vaut comme engagement suprême et mise à l'épreuve de leur foi : vont-ils flancher, s'enfuir, ne pas être à la hauteur de l'épreuve que Dieu leur envoie ?

Des hommes et des dieux : le titre est lourd de sens. D'un côté, la politique, le terrorisme, le fanatisme et l'agitation. De l'autre, cette métaphysique qui s'incarne dans ces moines contemplatifs - Beauvois traite splendidement la nature qui les environne -, tous traités avec la plus grande égalité. Il y a, bien sûr, quelques acteurs connus comme Lambert Wilson (décidément, après le comte de Chabannes dans le Tavernier ( lire notre critique ), voilà un magnifique second rôle) ou Michael Lonsdale, d'autres moins connus (Philippe Laudenbach, Olivier Rabourdin) et enfin d'autres inconnus, mais aucun ne dépasse : ils incarnent l'idée même de démocratie, là où elle est la plus menacée.

L'incarnation est bien un des sujets de ce film à la fois simple, limpide, lumineux et d'une richesse exceptionnelle. Au fur et à mesure de la menace, qui vient aussi bien de l'armée que des terroristes, ces moines découvrent enfin le sens de leur foi et rejoignent ainsi celui qui l'incarne le mieux : Jésus.

*Des hommes et des dieux est à la fois un film éminemment moderne (quoi de plus moderne que le terrorisme, le fanatisme ?) et d'une universalité totale, d'une hauteur de vue radicale : voilà des hommes qui prennent du recul et savent être où il faut pour résister, avec leurs moyens, à ces maux. Trois jours avant la projection du film de Bouchareb, Beauvois nous emmène aussi en Algérie, avec des Français qui aimèrent profondément cette terre, où ils voulurent prouver que la coexistence entre catholiques et musulmans était possible.

L'an dernier, à Cannes, en sortant de la projection du film de Haneke Le Ruban blanc ( lire notre critique ), j'avais la conviction qu'il aurait la Palme d'or. Pour toutes les raisons qui précèdent, j'ai la même conviction aujourd'hui avec le film de Beauvois, qui nous offre par ailleurs les cinq minutes les plus bouleversantes depuis le début de ce Festival : le dernier repas, la dernière Cène. Là, on atteint le sublime, mot que j'ai toujours employé avec une extrême parcimonie.

Dans l'édition du Point daté du 20 mai, un article reviendra sur la genèse de ce film magnifique.

REGARDEZ un extrait du film

[url][/url]

http://www.lepoint.fr

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Septième art

Message par Sphinx le Dim 23 Mai - 3:09

Cannes : la Palme d'or aux moines de Tibehirine ?

Tous les spécialistes le disent : le film « Des hommes et des dieux » qui raconte le destin tragique des sept moines de Tibhrine, est bien parti pour remporter la Palme d'or du Festival. A la fin de la projection réservée à la presse, dans la grande salle du palais des Festivals, « Des hommes et des dieux » a été applaudi durant trois minutes hier matin par des journalistes du monde entier. Scotchés et bouleversés par ce qu’ils venaient de voir pendant deux heures. La nouvelle d’une possible Palme d’or s’est ensuite répandue toute la journée sur la Croisette, jusqu’à accompagner l’équipe du film en début de soirée lors de la montée des marches.

« Des hommes et des dieux » raconte le destin tragique de sept moines, enlevés fin mars 1996, dans leur monastère de Tibhrine, près de Medea, à 90 km au sud d’Alger. Dans cette région où les tueries étaient fréquentes à l’époque, le GIA de Djamel Zitouni avait alors revendiqué leur enlèvement et leur assassinat. Les têtes des moines avaient été retrouvées le 30 mai, au bord d’une route de montagne. Un sujet terrible, pour un film tourné au Maroc plutôt qu’en Algérie pour des raisons de sécurité, dans lequel chacun s’est jeté à corps perdu, Xavier Beauvois le premier. Avant d’entamer les prises de vues, il est allé faire une retraite monastique.
Xavier Beauvois aurait donc magnifiquement réussi son film, Des hommes et des dieux . Il n'a pas raté un sujet qui paraissait bien difficile et bien austère : les derniers mois des sept moines du monastère de Tibéhirine, avant leur enlèvement par des terroristes algériens, en 1996.
Tout y est. Le portrait sensible, touchant, fidèle, d'une communauté, de ses rituels et de ses liens avec le village arabe voisin ; les tensions qui les agitent individuellement après les premières menaces ; le cheminement de leur questionnement, que le réalisateur traduit habilement par les psaumes chantés qui jalonnent le récit ; leur refus de l'engagement (entre l'armée algérienne et les terroristes) qui vaut comme engagement suprême et mise à l'épreuve de leur foi : vont-ils flancher, s'enfuir, ne pas être à la hauteur de l'épreuve que Dieu leur envoie ?
« Cela m’a appris beaucoup de choses sur la façon dont ces hommes vivaient leur foi, dit le réalisateur. Les sept offices religieux par jour, dont le premier à 4 heures du matin. Il dure une heure et demie. Je me demande comment ces moines font pour tenir. D’autant plus qu’ils ont énormément d’activité. Je suis tombé amoureux d’eux. » Concernant ceux de Tibhrine, il dit : « Ces hommes étaient des aventuriers, des artistes de l’amour, des gens qui vont jusqu’au bout de leur pensée, avec foi. C’est très rare aujourd’hui, de faire don de soi, de s’intéresser aux autres. Si seulement 5 % des gens étaient comme eux, la société serait meilleure. »
Lambert Wilson, qui incarne l’un des frères, a été aussi très marqué par ce qu’il a vécu lors du tournage. « J’ai oublié que j’étais acteur. J’étais totalement dans le personnage. Et surtout, très proche de mes partenaires. Au point qu’on est devenus de vrais amis. Il le fallait pour les besoins de ce film. » Quant à Michael Lonsdale, dans le rôle du frère médecin, il avoue : « Cet homme avait 85 ans (NDLR : l’âge de l’acteur) et il soignait parfois jusqu’à 150 personnes par jour. Je l’admire de s’être consacré, cinquante ans de sa vie, aux autres. Ça s’appelle la charité. »
Aujourd’hui, les circonstances exactes de la terrible fin des moines de Tibhrine restent mystérieuses. L’hypothèse d’une bavure de l’armée algérienne, est évoquée dans le film lorsqu’un hélicoptère de l’armée survole longuement le monastère. « Des hommes et des dieux », film sensible à bien des égards.

Source : Le Point - Le Figaro

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
Septième art Sphinx10


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Septième art

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum