Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Meilleurs posteurs
8022 Messages - 42%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
140 Messages - 1%
128 Messages - 1%
94 Messages - 0%
87 Messages - 0%
Galerie


Octobre 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    

Calendrier

Connexion

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Forces armées roumaines

le Mar 11 Mai - 23:35
L'armée roumaine (en roumain : Armata Română) est composée des trois forces suivantes :

*Les forces terrestres
*Les forces navales
*Les forces de l'air

Historique

L´histoire de la Roumanie est tourmenté et ce pays a subi plusieurs grands conflits.

Occupée par l´armée rouge au sortir de la seconde guerre mondiale, elle adhéra au pacte de Varsovie en 1955 puis a la chute du régime de Nicolae Ceauşescu, la Roumanie se tourne vers l´occident et a adhéré à l'OTAN en 2004.

l’armée royale à l’armée du peuple tout entier

Ancrée dans un système de valeurs propre aux régimes monarchiques, par nature très hostile au bolchevisme, et engagée aux côtés de l’Allemagne contre l’Armée rouge au court de la Seconde Guerre mondiale, l’armée royale roumaine se retrouve, en 1944, dans une situation particulièrement délicate. Cette année là, en août, le général Antonescu - Conducator de la Roumanie depuis 1940 - est effectivement renversé par le jeune roi Michel (fils du roi Carol II) qui, sous la pression des événements, quitte le giron du IIIème Reich avant de se joindre à l’URSS avec laquelle, pourtant, une lutte à mort était engagée depuis quatre années. Dorénavant alliée à son ancienne ennemie soviétique, l’armée royale roumaine sort très éprouvée du conflit tant sur le plan humain que matériel.

C’est à la « refondation » de cette armée, à son épuration ainsi qu’à ses liens avec Moscou et à la politique de défense de la Roumanie communiste qu’est consacré ce livre. L’auteur met surtout à bas la propagande officielle du régime de Ceaucescu qui vantait l’indépendance et l’autonomie du pays vis-à-vis du grand frère russe. Voulant faire œuvre de synthèse et d’établissement des faits, Christophe Midan s’est en majeure partie appuyé sur les rapports des attachés militaires français en poste à Bucarest. Alors que la durée légale de déclassification des archives sensibles, notamment celles concernant les armées étrangères, est en France de soixante ans, l’auteur a pu consulter - par dérogation - l’ensemble des archives répertoriées par le Service Historique de l’Armée de Terre (SHAT). Les archives postérieures à 1975 n’étant de toute façon pas encore répertoriées, cette date s’est imposée au chercheur qui a dû renoncer à étendre son étude jusqu’à la chute du régime communiste, en 1989.

Christophe Midan s’intéresse tout d’abord à la destruction de l’armée royale roumaine de 1944 à 1947 et à l’ampleur de l’épuration - admirablement camouflée - de ses cadres. Cette étape correspond à l’installation du pouvoir communiste sur l’ensemble du territoire national roumain. C’est ensuite sur la construction d’une armée « populaire » calquée sur le modèle soviétique et dotée d’une nouvelle « élite » militaire, que revient l’historien qui situe l’aboutissement de cette phase autour de l’année 1955. C’est enfin à l’inscription de l’armée roumaine au sein du Pacte de Varsovie qu’est consacrée la dernière partie de ce passionnant ouvrage d’histoire militaire alors que Gheorghe Gheorghui Dej puis Nicolas Ceaucescu ont cherché, à partir des années soixante, à s’affranchir de la tutelle de Moscou. L’armée s’est avérée, dans ce contexte politique de distanciation, un outil et un moyen de premier ordre au service du gouvernement roumain qui a tenté de cacher aux yeux du peuple la totale dépendance de ses forces au bon vouloir soviétique.

Ce livre constitue donc une illustration pertinente de la « soviétisation » de l’Europe centrale et orientale par le régime de Moscou dans les années d’après-guerre et donne à voir l’évolution particulière d’un état satellite de l’URSS par le biais d’une institution majeure dans tous pays. Ce sujet, encore jamais véritablement étudié, jette un éclairage nouveau sur un thème qui prend tout son sens alors que Bucarest rejoindra d’ici peu l’Union européenne et qu’elle a tout juste rallié l’OTAN avec enthousiasme. Cette contribution soulève ainsi l’actuelle, récurrente et épineuse question de la politique européenne de défense.

Source:éditions l’Harmattan

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum