Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.

Géostratégie et géopolitique de l'Irak 120px-10

http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Géostratégie et géopolitique de l'Irak EmptyMer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Géostratégie et géopolitique de l'Irak EmptySam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Géostratégie et géopolitique de l'Irak EmptyDim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Géostratégie et géopolitique de l'Irak EmptyVen 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Géostratégie et géopolitique de l'Irak EmptyMer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Géostratégie et géopolitique de l'Irak EmptySam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Géostratégie et géopolitique de l'Irak EmptyLun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Géostratégie et géopolitique de l'Irak EmptyMar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Géostratégie et géopolitique de l'Irak EmptyMar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Géostratégie et géopolitique de l'Irak EmptyLun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Géostratégie et géopolitique de l'Irak EmptyJeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Géostratégie et géopolitique de l'Irak EmptyJeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Géostratégie et géopolitique de l'Irak EmptySam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Géostratégie et géopolitique de l'Irak EmptyMer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Géostratégie et géopolitique de l'Irak EmptyLun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Géostratégie et géopolitique de l'Irak EmptyJeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Géostratégie et géopolitique de l'Irak EmptyMar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Géostratégie et géopolitique de l'Irak EmptyMer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Géostratégie et géopolitique de l'Irak EmptyMar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Géostratégie et géopolitique de l'Irak EmptyLun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Géostratégie et géopolitique de l'Irak EmptyDim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Géostratégie et géopolitique de l'Irak EmptyLun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Géostratégie et géopolitique de l'Irak EmptyLun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Géostratégie et géopolitique de l'Irak Empty
Mai 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Géostratégie et géopolitique de l'Irak

Aller en bas

Sujet / Message Géostratégie et géopolitique de l'Irak

Message par Sphinx le Mer 2 Juin - 21:48

Irak

L’Irak, ou Iraq (Al `Irāq ; en arabe : العراق), officiellement la République d’Irak ou République d’Iraq (al Jumhūrīyah al `Irāqīyah - vient du perse eraq qui veut dire « basse terre » جمهورية العراق ), est un pays du Moyen-Orient, situé au nord de la péninsule arabique. L'Irak est parfois appelé Bilad ar-Rafidain (« le pays des deux fleuves », Mésopotamie, en référence au Tigre et à l'Euphrate). Bagdad en est la capitale.
L’Irak actuel couvre une grande partie de la Mésopotamie, l'un des berceaux de la civilisation. C’est également sur les berges du Tigre, passant par Bagdad, que l’écriture est née, il y a 5 000 ans. À l’époque Sassanide, le territoire de l’Irak est intégré au Khvarvaran, la province occidentale de l’Empire perse.

Ce territoire fit longtemps partie de l’Empire ottoman. Il fut occupé par le Royaume-Uni après la Première Guerre mondiale, puis placé sous un régime de Mandat de la Société des Nations. Durant la période du Mandat britannique de Mésopotamie, l'occupant britannique fit face en 1920 à une violente insurrection. Proclamé en 1921, le Royaume d'Irak obtint sa pleine indépendance en 1932.

Depuis l'arrivée au pouvoir de Saddam Hussein en 1979, l’Irak a connu trois guerres meurtrières, des répressions sanglantes dont celles des Kurdes et des chiites et plus de dix ans d’embargo. Son régime laïque, fondé au début des années 1960 par le parti Baas, a été aboli par l’invasion de la coalition menée par les États-Unis en 2003. Ce régime, en dépit de son caractère dictatorial présent dans la très grande majorité des États du Moyen-Orient, semble avoir été très populaire chez la majorité des sunnites, traditionnellement nationalistes mais minoritaires au sein de la population irakienne.

Le gouvernement est actuellement dirigé par Nouri al-Maliki, à la tête d'une coalition chiite. Dans un effort de répartir les rôles entre les trois principales communautés, l'exécutif est partagé entre trois personnes : le président Jalal Talabani, le Premier ministre est chiite, et le président du parlement sunnite. Chacune de ces têtes est entourées de deux adjoints, appartenant aux deux autres communautés. Côté religieux, on note deux figures marquantes : le grand ayatollah Ali al-Sistani, et Moqtada al-Sadr, et la disparition de la laïcité au niveau de l'État.

L’Irak détient les deuxièmes (ou troisièmes : de plus en plus souvent, l'Iran affirme avoir la seconde place) plus grandes réserves de pétrole, et il est membre de l’OPEP.


Géostratégie et géopolitique de l'Irak 250px-18

wikipedia

Le pétrole en Irak

112 milliards de barils de réserves prouvées ; 11 % des réserves mondiales, la deuxième du monde après celle de l'Arabie saoudite ; et à cela s'ajouteraient, selon les spécialistes, 220 milliards de barils de ressources probables et peut-être plus puisque son territoire est relativement inexploré en raison des années de guerre... L'Irak intéresse depuis longtemps les majors pétrolières de tous les pays du monde, et notamment américaines.

Géostratégie et géopolitique de l'Irak Petrol10

(Source : Le Monde)

Peuples et religions en Irak

Comme bon nombre de pays du Moyen-Orient, d'Asie Centrale ou d'Afrique, les découpages frontaliers de l'Irak datent de la colonisation européenne. Il en résulte que des populations, tels les kurdes, sont réparties sur plusieurs pays (Turquie, Iran, Irak, Syrie), et qu'une majorité de la population irakienne est de confession Chiite, donc susceptible, selon les Etats-Unis, de créer un Etat proche de la République Islamique d'Iran...

Géostratégie et géopolitique de l'Irak Peuple10

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
Géostratégie et géopolitique de l'Irak Sphinx10


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Géostratégie et géopolitique de l'Irak

Message par Sphinx le Mer 2 Juin - 22:05

Invasion de l'Irak

Conséquences de la guerre d'Irak

disparition du régime de Saddam Hussein ;
augmentation de l'insécurité générale en Irak (attaques terroristes, vols, agressions, meurtres, prises d'otages, etc.) ;
création d'un gouvernement de transition irakien ;
crise humanitaire en Irak ;
augmentation du nombre d'attaques terroriste en dehors de l'Irak ;
un recul ou progrès du droit (Droit international, Droits de l'homme).
premières élections libres en Irak depuis plus de 50 ans.

Période d'anarchie

Dès la fin de la période de guerre conventionnelle, l'Irak a connu une courte période d'anarchie totale. Les troupes d'occupation ne sont absolument pas intervenues, ni pour empêcher les destructions des souvenirs liés au régime de Saddam Hussein, ni pour empêcher les pillages des richesses du pays : banques, musées, etc.
Depuis 2003, le désordre est de plus en plus grand en Irak.


Iran
L'invasion étatsunienne de l'Irak et les menaces des États-Unis vis-à-vis de l'Iran, qui cherche à acquérir l'arme atomique, ont en partie provoqué la défaite des réformistes à l’élection présidentielle de 2005 en Iran. Celle-ci a cependant d'autres raisons :

l'échec des réformes économiques, laissant de nombreux Iraniens dans la misère ;
l'échec des réformes de libéralisation de la société et du fonctionnement des institutions, dû à une constitution rendant impossible de telles réformes sans l'accord des religieux ;
une faible mobilisation de l'électorat réformateur, du principalement à ces deux raisons précédentes.
Le prix Nobel de la Paix, Shirin Ebadi, dénonce également la croisade intégriste de Georges Bush, qui aggrave la situation des réformistes et des femmes dans son pays, l'Iran, et dans le reste du monde musulman.

Israël-Palestine
Le premier ministre israélien, Ariel Sharon, a fait évacuer totalement (c'est-à-dire colons et militaires) la bande de Gaza à l'été 2005, permettant ainsi de donner une réelle base territoriale à un futur État palestinien. Il ne s'agit cependant que d'un faible recul, sur un territoire exigu et surpeuplé, sans ressources en eau (donnée cruciale au Moyen-Orient), et avec un faible risque pour le gouvernement, car il n'y avait que 8 000 colons israéliens à Gaza ; de plus, elle permet à Israël de se renforcer en Cisjordanie, plus riche en eau et moins peuplée.
Du côté palestinien, le groupe terroriste Hamas remporte les élections législatives palestiniennes de février 2006. Là encore, au lieu de faire disparaître le terrorisme, l’intervention des États-Unis a légitimé les groupes terroristes ou amplifié leur action.

Syrie
L'attitude menaçante des États-Unis aurait accéléré un raffermissement du régime syrien, accusé de soutenir le Hamas et de fermer les yeux sur l'infiltration de terroristes en Irak, après une brève et timide détente à la mort deHafez el-Assad.

La Syrie a cependant été contrainte d'évacuer le Liban après l'assassinat de Rafic Hariri, dirigeant libanais. Dans un contexte trouble, ce dernier essayant de se débarrasser de la Syrie pourrait avoir été assassiné par le gouvernement de ce dernier, ce que tant à démontrer l'enquête menée sous l'égide de l'ONU.

Courant novembre 2005, le président Syrien a fait une allocution publique retransmise sur différentes chaînes à travers le monde, dont la chaîne européenne privée Euronews. Il rappelle l'histoire coloniale de la Syrie, pays issu de la division par les colons français et britanniques de la Syrie et du Liban pour les français, et de l'Irak et du Koweït pour les britanniques. Et la pression constante qu'ils ont exercé sur ce pays depuis qu'il a réussi à obtenir son indépendance. Prônant une vision plus équitable des relations internationales, et un plus grand respect du monde arabe dans ses diversités culturelles.


Coût financier

Les gouvernements de la Coalition estimait avant le début de cette guerre le coût des opérations militaires et de la reconstruction entre 100 et 200 milliards de $. Les évaluations les plus récentes sont bien plus élevés.

Coûts totaux de la guerre en Irak entre 2003 et 2005

États-Unis : 255 milliards
Coalition hors USA : 40 milliards
Iraq : 134 milliards
TOTAL : 429 milliards
Pour le Royaume-Uni, le coût financier de l'opération militaire est de 847 millions de livres (1 milliard et 176 millions d'euros) depuis 2003.

Coûts prévisibles pour la période 2005-2015

Il ne s'agit que d'une projection à long terme si l'engagement actuel se maintient :

États-Unis : 349 milliards
Coalition hors USA : 55 milliards
Iraq : 173 milliards
TOTAL : 577 milliards


Coûts « évités » par l'intervention
Coût auquel il faut soustraire les économies générées par ces opérations (arréts de l'application des résolutions de l'ONU et des souffrances du peuple Iraquien, relance du commerce international)

États-Unis : 32 milliards
Coalition hors États-Unis : 85 milliards
TOTAL : 117 milliards
.

sources : Scott Wallsten et Katrina Kosec de l'AEI-Brookings Joint Center for Regulary Studies

wikipedia

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
Géostratégie et géopolitique de l'Irak Sphinx10


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Géostratégie et géopolitique de l'Irak

Message par Sphinx le Mer 2 Juin - 22:16

La lutte contre le terrorisme: l’exception et la règle.

En matière de terrorisme et de guerres censées lutter contre ce péril, il y a un travail psychologique qui fait étrangement songer à la pièce de Berthold Brecht: l’exception et la règle. Ce que nous décrit Brecht est l’histoire d’un riche marchand qui traverse le désert avec un guide et un coolie qui porte son énorme barda. Dans la première partie on assiste à la montée de la peur du riche marchand née du constat de sa faiblesse et de sa solitude face à deux individus avec lesquels il se conduit comme un salopard. En proie à une tension extrême il renvoit le guide qui a mauvais esprit. Mais le soir alors qu’il frise la paranoïa intégrale, il finit par abattre le coolie d’un coup de pistolet, car celui-ci lui tend une gourde d’eau pour qu’il se désaltère, et le marchand croît que c’est une pierre destinée à l’assommer.

La deuxième partie de la pièce décrit procès du marchand, un procès trés froid, une certaine conception de la justice de classe, une logique implacable et glacée qui aboutit à l’acquittement du marchand assassin. Le comportement du coolie (donner à boire à son bourreau)est totalement anormal pour le tribunal et donc la sentence d’acquittement est : «L’accusé a donc agi en état de légitime défense : peu importe qu’il ait été réellement menacé ou qu’il se soit cru menacé. Dans la situation où il se trouvait, il devait se croire menacé. L’accusé est donc acquitté.»

On voit que nous sommes au coeur de tous les problèmes de sécurité et de légitime défense des paranoïas occidentales, celles qui relient les peurs quotidiennes exaspérées par « l’étranger » dans nos murs, à l’étranger terroriste à nos frontières. Nous les traitons si inhumainement qu’ils ne peuvent que nous vouloir du mal, c’est dans le fond ce que nous répètent nos médias dans des messages sublimaux, alors que le discours officiel est du pathos humanitaire: il faut se protéger tout autre comportement serait illogique et quoique nous fassions nous sommes en état de légitime défense.

Que l’on ne me fasse pas dire ce que je ne dis pas : le pauvre homme ou la pauvre femme qui craint pour son emploi, qui a du mal à joindre les deux bouts, serait aussi responsable que le complexe militaro-industriel, l’OTAN, la CIA, leurs médias aux ordres et autres grands « humanitaires » qui provoquent cette vision paranoïaque y compris en fabriquant des attentats pseudo terroristes, en créant des débats sur le choc des civilisations. Créer entre eux un signe d’égalité en matière de responsabilité est une autre dimension du discours dominant. Quand une responsabilité est déjà reconnue, elle est une des rares choses qu’ils offrent au partage égalitaire, nous sommes tous des colonialistes, nous étions tous à Vichy et Montoire,etc… « NOUS » sommes tous également coupable, moi et monsieur Dassault sommes aussi coupables de ce qui se passe en Afghanistan. Et bien non, cela ne se passe pas ainsi… Le fait est que la majorité de la population française est presque autant victime que l’immense majorité des pauvres peuples qui subissent l’invasion, le chaos, la peur quotidienne.

Cependant il ne faudrait pas ignorer que pour ces Français victimes, l’insécurité vécue subjectivement par le marchand a pris la place de l’insécurité réelle. Alors que pour les pauvres gens qui subissent les effets directs de cette stratégie du chaos, la mort , la peur sont leur quotidien, alors nous ne pouvons pas nous dégager comme ça de toute responsabilité. Confondre le virtuel et le réel voilà le mécanisme à travers lequel on emporte notre adhésion apathique et pire encore… L’objectif est justement de substituer le pauvre type dans tous les cas aux véritables coupables, ici et ailleurs.

Nous sommes bien dans un système mortifère. Une preuve parmi d’autres, considérons rien que l’évolution actuelle de l’OTAN. Voilà une organisation qui n’aurait pas du survivre à la chute de l’ex-URSS et qui est en train de passer d’une alliance atlantique théoriquement défensif, à un système complexe mondial. L’ONU devient moins maniable, la Chine bloque le Conseil de sécurité, les peuples se révoltent contre un empire en chute libre. Alors il s’agit de recruter autour de l’impérialisme étasunien en crise profonde, différents pays, et de les intégrer de grè ou de force dans la machine de guerre étasunienne, en faisant croître sans cesse les dépenses militaire dans un monde rongé par la famine, l’analphabétisme, le chômage.

Contre quel ennemi? Et là la paranoïa devient monstrueuse, la machine de guerre otanesque comme une folle armada grossit, grossit pour pilonner des ennemis fabriqués par elle. Pour les isoler, elle s’attaque en priorité à la population civile, les bombarde, les massacre selon la logique que ces gens doivent nous hair et abriter nos ennemis puisque nous sommes chez eux et qu’ils sont nos victimes.

Même raisonnement en ce qui concerne les peuples dont les gouvernements résistent à notre pillage, ce ne peut être que d’horribles dictateurs qui martyrisent leurs peuples pour les forcer à résister. Alors là on déclenche des campagnes médiatiques pour justifier les infamies qu’on leur fait subir, le cas de Cuba est exemplaire. Mais il y en a d’autres comme le Venezuela. Mais Cuba a le mérite de l’antériorité, de la durée, l’île est en quelque sorte le laboratoire de cette paranoïa qui justifierait toutes les atteintes, blocus, terrorisme, campagnes médiatiques, ce serait risible si cela n’était tragique. Ce pays qui est connu dans tout le tiers monde comme celui qui apporte les soins médicaux doit être convaincu de se réjouir de la mort de ses démocrates nos amis, les admirateurs de notre système. Souvenez-vous il n’y a pas si longtemps, tandis que les Cubains soignaient , organisaient et coordonnaient les soins dans haïti martyre (et ça continue), l’armée nord américaine débarquait des troupes de marines connues pour leur brutalité dans toute l’Amérique latine.

Et il n’y a aucune exception à cette règle là!

Source:Danielle Bleitrach

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
Géostratégie et géopolitique de l'Irak Sphinx10


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Géostratégie et géopolitique de l'Irak

Message par Sphinx le Lun 14 Juin - 0:44

Israël s'incruste en Irak

Géostratégie et géopolitique de l'Irak Logo10

Israël s'incruste en Irak

Gilles Munier

Israël s’est vite rendu compte que les Etats-Unis perdraient la guerre d’Irak, et que les projets d’établissement de relations diplomatiques et de réouverture du pipeline Kirkouk- Haïfa promis par Ahmed Chalabi, étaient illusoires. Ariel Sharon a alors décidé, selon le journaliste d’investigation Seymour Hersh, de renforcer la présence israélienne au Kurdistan irakien afin que le Mossad puisse mettre en place des réseaux qui perdureraient dans le reste du pays et le Kurdistan des pays voisins, quelle que soit l’issue des combats.

Programme d’assassinats

La participation israélienne à la coalition occidentale ayant envahi l’Irak est loin d’être négligeable, mais demeure quasiment secrète. Les Etats-Unis ne tiennent pas à ce que les médias en parlent, de peur de gêner leurs alliés arabes et de crédibiliser leurs opposants qui dénoncent le "complot américano-sioniste" au Proche-Orient.

Des Israéliens ne sont pas seulement présents sous uniforme étasunien, sous couvert de double nationalité, ils interviennent dès 2003 comme spécialistes de la guérilla urbaine à Fort Bragg, en Caroline du Nord, centre des Forces spéciales. C’est là que fut mise sur pied la fameuse Task Force 121 qui, avec des peshmergas de l’UPK (Talabani), arrêta le Président Saddam Hussein. Son chef, le général Boykin se voyait en croisé combattant contre l’islam, « religion satanique ». C’était l’époque où Benyamin Netanyahou se réunissait à l’hôtel King David à Jérusalem avec des fanatiques chrétiens sionistes pour déclarer l’Irak : « Terre de mission »... En décembre 2003, un agent de renseignement américain, cité par The Guardian, craignait que la "coopération approfondie" avec Israël dérape, notamment avec le " programme d’assassinats en voie de conceptualisation ", autrement dit la formation de commandos de la mort. Il ne fallut d’ailleurs pas attendre longtemps pour que le premier scandale éclate. En mars 2004, le bruit courut que des Israéliens torturaient les prisonniers d’Abou Ghraib, y mettant en pratique leur expérience du retournement de résistants acquise en Palestine. Sur la BBC, le général Janis Karpinski, directrice de la prison révoquée, coupa court aux dénégations officielles en confirmant leur présence dans l’établissement pénitentiaire.

La coopération israélo-américaine ne se développa pas seulement sur le terrain extra-judiciaire avec la liquidation de 310 scientifiques irakiens entre avril 2003 et octobre 2004, mais également en Israël où, tirant les leçons des batailles de Fallujah, le Corps des ingénieurs de l’armée étasunienne a construit, dans le Néguev, un centre d’entraînement pour les Marines en partance pour l’Irak et l’Afghanistan. Ce camp, appelé Baladia City, situé près de la base secrète de Tze’elim, est la réplique grandeur nature d’une ville proche-orientale, avec des soldats israéliens parlant arabe jouant les civils et les combattants ennemis. D’après Marines Corps Time, elle ressemble à Beit Jbeil, haut lieu de la résistance du Hezbollah à l’armée israélienne en 2006…

Les « hommes d’affaire » du Mossad

En août 2003, l’Institut israélien pour l’exportation a organisé, à Tel-Aviv, une conférence pour conseiller aux hommes d’affaires d’intervenir comme sous-traitants de sociétés jordaniennes ou turques ayant l’aval du Conseil de gouvernement irakien. Très rapidement sont apparus en Irak des produits sous de faux labels d’origine. L’attaque par Ansar al-Islam, en mars 2004, de la société d’import-export Al-Rafidayn, couverture du Mossad à Kirkouk, a convaincu les « hommes d’affaires » israéliens qu’il valait mieux recruter de nouveaux agents sans sortir du Kurdistan, mais elle n’a pas empêché les échanges économiques israélo-irakiens de progresser. En juin 2004, le quotidien économique israélien Globes évaluait à 2 millions de dollars les exportations vers l’Irak cette année là. En 2008, le site Internet Roads to Iraq décomptait 210 entreprises israéliennes intervenant masquées sur le marché irakien. Leur nombre s’est accru en 2009 après la suppression, par le gouvernement de Nouri al-Maliki, du document de boycott d’Israël exigé des entreprises étrangères commerçant en Irak, véritable aubaine pour les agents recruteurs du Mossad.

Source: france-irak-actualité

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
Géostratégie et géopolitique de l'Irak Sphinx10


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Géostratégie et géopolitique de l'Irak

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum