Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
Qatar Sam 1 Juil - 21:12ZIGHOUD15
allemagne Sam 1 Juil - 21:10ZIGHOUD15
Moyen - orientDim 12 Mar - 9:08ZIGHOUD15
Stupidité arabeLun 6 Mar - 15:03ZIGHOUD15
Abane Ramdane dit AliMar 25 Aoû - 20:27Sphinx
Meilleurs posteurs
8022 Messages - 43%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
128 Messages - 1%
94 Messages - 0%
87 Messages - 0%
73 Messages - 0%
Galerie


Juillet 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier

Connexion
anipassion.com
Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 31
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Le protestantisme

le Lun 12 Juil - 22:07
Le protestantisme regroupe l'ensemble des courants religieux chrétiens issus du catholicisme qui prennent naissance en Europe lors de la Réforme sous l'impulsion de théologiens tels que Martin Luther, Ulrich Zwingli puis Jean Calvin. Le terme lui-même est utilisé pour la première fois en 1529, quand les seigneurs et les villes qui suivaient la doctrine de Luther se déclarent contre les décisions prises par la diète impériale à Spire, à majorité catholique.

Les protestants français, tous appelés « luthériens » au début par leurs adversaires, seront ensuite nommés par dérision « huguenots », puis « religionnaires ».

Aujourd'hui, on dénombre près de 800 millions de protestants dans le monde.


Origine du terme « protestant »

Le 31 octobre 1517, les étudiants du moine et docteur en théologie Martin Luther réagissent à la campagne d'indulgences lancée par l'un des plus hauts dignitaires de l'Empire, Albert de Hohenzollern, prince-électeur et archevêque de Mayence : ils affichent sur la porte de l'église de Wittenberg et adresse à l'intention de celui qui fut le dernier grand maître de l'ordre Teutonique une lettre rédigée par Martin Luther constituée de 95 thèses, à la fois constat des dérives de l'Église, critique virulente des abus et solutions. Parmi les thèses, l'accès de tous à la Bible sans discrimination sociale et l'égalité entre les hommes ont un fort écho dans la population majoritairement paysanne, à tel point qu'elle provoque au printemps 1525 la Bauernkrieg (guerre des paysans) dans le Saint-Empire romain germanique.

Afin de mettre un terme rapide à cette explosion de violence contre la classe dirigeante, les princes se réunissent lors de la première diète de Spire, en 1526. Ils conviennent du décret de l'état d'urgence et décident que chaque prince choisit le culte à pratiquer dans son État, les opposants étant contraints de fuir vers un autre État favorable à leur foi. Cette confessionnalisation est déjà initiée à la fin de 1526 par Jean de Saxe qui institutionnalisa le luthéranisme.

Cependant, absent de cette assemblée formée par ses électeurs, Charles Quint demeure hostile à ces dispositions. Accusé par le Saint-Siège de soutenir Luther, Charles Quint décide d'endiguer la propagation des thèses luthériennes. Il convoque donc en 1529, avec son frère Ferdinand Ier, une seconde diète de Spire lors de laquelle il révoque toutes les concessions faites par les princes aux paysans. Ainsi, il réinstaure le culte catholique et la messe en latin. Ces derniers réagissent immédiatement sous la conduite de Jean de Saxe en émettant une protestation. Les princes signataires sont appelés « protestants ».

« C'est un peu une tradition chez nous, les protestants en général, bien que la plupart des gens ignorent l'origine du mot « protestant » et pensent que cela provient du mot « protester ». En réalité cela signifie en latin « affirmer ». Une déclaration de la première profession de foi protestante qui a donné le nom à notre confession est « Protestati sumus » c'est-à-dire « nous affirmons que » et non « nous protestons contre ». Ce n'est pas du tout pareil. C'est positif. »
— Théodore Monod, Terre et Ciel


La pensée protestante

Les protestants hésitent à parler de « doctrine » ou de religion. Ils préfèrent « convictions », « engagements » ou « valeurs ». La fédération des protestants publie simplement : « Être protestant ». C'est que les protestants préfèrent toujours préserver un espace de discussion et d'échange entre les fidèles, particulièrement pour l'expression de leur foi, même la plus fondamentale.

Les Six Grands Principes

Toutes sensibilités confondues, les protestants partagent ces points fondamentaux (les deux premiers concernent le salut) :

Sola gratia (« par la grâce seule »)
L'homme ne peut pas mériter son salut auprès de Dieu, mais Dieu le lui offre gratuitement par amour. Ce qui rend l'homme capable d'aimer lui aussi. Ainsi, la valeur d'une personne ne dépend que de l'amour de Dieu, et non de ses qualités, ni de son mérite, ni de son statut social.
Sola fide (« Seule la foi compte »)
Ce don se fait à l'occasion d'une rencontre personnelle avec Dieu, en Jésus-Christ (solo Christo, par Christ seul). C'est cela la foi, non une doctrine ou une œuvre humaine. D'une personne à l'autre, elle peut surgir brusquement ou être le fruit d'un cheminement. Chacun la vit de manière particulière, comme sa réponse à la déclaration d'amour de Dieu.
Sola scriptura (« par l'Écriture seule »)
Considérée comme porteuse de la parole de Dieu, la Bible est à la fois la seule autorité théologique et le seul guide, en dernière instance, pour la foi et la vie. Elle est éclairée par la prédication de ministres appelés par l'Église et formés par elle (mais le Saint-Esprit peut appeler d'autres prédicateurs que seulement ceux-ci). À travers les témoignages humains qu'elle transmet, elle dessine des principes de vie à partir desquels s'exerce la responsabilité personnelle de chacun.
Soli Deo gloria (« à Dieu seul la gloire »)
Il n'y a que Dieu qui soit sacré, divin ou absolu. Ainsi, aucune entreprise humaine ne peut prétendre avoir un caractère absolu, intangible ou universel, y compris la théologie. De plus, partant du principe que Dieu a donné la liberté aux hommes, les protestants sont généralement favorables à un système social qui respecte la pluralité et les libertés.
Ecclesia semper reformanda (« l'Église doit se réformer sans cesse »)
Les institutions ecclésiastiques sont des réalités humaines. Elles sont secondes. « Elles peuvent se tromper », disait Luther. Ainsi, les Églises doivent sans cesse porter un regard critique sur leur propre fonctionnement et leur propre doctrine, à partir de la Bible. En revanche, les chrétiens catholiques pensent qu'il faut être guidé par l'Eglise de façon claire. La certitude peut aller dans certains cas jusqu'au dogme (vérité que l'on ne peut renier), prononcée par un concile, ou par le Pape en vertu de l'«Infaillibilité Pontificale».
Sacerdoce universel
Principe, que Luther considère comme central, de la Réforme protestante, selon lequel chaque baptisé est « prophète, prêtre et roi » sous la seule seigneurie du Christ. Ce concept anéantit les principes de hiérarchie au sein de l'Église. Chaque baptisé a une place de valeur identique, y compris les ministres (dont les pasteurs font partie). Issus d'études de théologie et reconnus par l'Église, ils sont au service de la communauté pour l'annonce de la Parole de Dieu (prédication et sacrements) et les missions particulières qui en découlent. Les femmes ont accès aux ministères de certaines églises protestantes, cela a évolué en fonction des pays et des époques.

Les Rites Protestants

Comme de nombreuses religions, le protestantisme possède des rites :

La religion ne repose que sur les Écrits sacrés : la Bible est uniquement constituée de l’Ancien et du Nouveau Testament, hors écrits apocryphes.
Les pratiques sont assez comparables à celles de l’Église catholique (prières, lecture de la Bible, le culte dominical et la participation à l’Eucharistie la Sainte-Cène).
Les protestants participent aux fêtes de Noël, aux Rameaux, au Vendredi Saint, à Pâques, à l’Ascension et à la Pentecôte.
Le Baptême avec la Sainte-Cène sont les deux seuls sacrements chez les protestants. Le baptême est unique et a lieu à l’enfance ou à l’âge adulte, selon les dénominations.
Les protestants ne pratiquent généralement pas le signe de croix, lui reprochant souvent d'être une forme de superstition.
À la mort, le protestant croit à la vie éternelle après un passage auprès de Dieu.
Le culte des funérailles est destiné à l’accompagnement de la famille et des amis, il est centré sur l'annonce de l’Évangile : promesse de résurrection. Le défunt est enterré simplement, avec respect : lecture d’un verset de la Bible et prières.
Les autopsies, les prélèvements d’organes ainsi que la crémation sont autorisés par la doctrine.

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 31
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Re: Le protestantisme

le Lun 12 Juil - 22:11
Les différences avec l'Église catholique

Il existe de très nombreuses différences entre le culte protestant et le culte catholique. Les différences principales sont :

Les protestants se référent quasi-essentiellement à la Bible (sola scriptura).
Les protestants ne reconnaissent pas l'autorité du Pape. Il existe donc une multitude de communautés protestantes non affiliées les unes aux autres.
Il n’y a que deux sacrements (le baptême et l’eucharistie) chez les protestants contre sept chez les catholiques (le baptême, l'eucharistie, la confirmation, la réconciliation, le mariage, l'ordination et l'onction des malades). Les protestants n’ont notamment pas de sacrement de réconciliation (le dialogue avec un prêtre). Pour eux, il suffit de confesser ses péchés directement à Dieu.
La plupart des protestants ne croient pas à la présence réelle de Jésus lors de la Cène mais plutôt à une présence symbolique, le pain et le vin peuvent aussi être pris « en souvenir de ». Il n'y a pas transsubstantiation.
Les concepts de purgatoire (lieu de souffrance auquel on accède après la mort pour se racheter et se purifier de ses péchés avant d'accéder au paradis), canonisation (pratique catholique par laquelle un homme ou une femme est reconnu comme Saint ou Sainte), excommunication (pratique par laquelle le Pape exclut quelqu'un de l'Eglise et de fait l'empêche pour un temps ou définitivement d'accéder au Salut) et d'indulgence (à l'époque il y avait possibilité pour un catholique de verser une somme d'argent au Pape en échange du pardon de ses péchés, aujourd'hui c'est surtout le pardon donné par le Pape pour les grandes fêtes, par exemple l'Indugence Plénière de Noël, ou dans d'autres occasions) n'existent tout simplement pas.
Les protestants ne donnent pas une place particulière à Marie. Certains ne croient pas à son Immaculée Conception, qui n'est pas un dogme du Protestantisme. Néanmoins, Marie fait partie des témoins privilégiés au même titre que les disciples du Christ.
Les protestants ne font pas appel à des intercesseurs comme Marie et les Saints dans leurs prières.
Les protestants reconnaissent surtout Jésus comme intermédiaire entre Dieu et les Hommes.

De nombreuses Églises et mouvements

Au XXIe siècle, l'héritage protestant se vit à travers de nombreux mouvements, car le principe même du protestantisme se veut réformateur en permanence afin d'éradiquer le poids éventuel de la tradition. Ainsi, on dénombre une multitude de mouvements, souvent proches.

Les Églises protestantes présentes en France

Les Églises protestantes en France, pour certaines rassemblées dans la Fédération protestante de France, présentent plusieurs confessions.

Les Églises historiques : luthériennes et réformées

Les Églises réformées sont héritières de Jean Calvin et de Zwingli. La France compte trois églises réformées : l'Église réformée de France, l'Église protestante réformée d'Alsace et de Lorraine (concordataire) et l'Union nationale des Églises réformées évangéliques indépendantes.
Les Églises luthériennes sont héritières de la théologie de Martin Luther. Le luthéranisme remonte aux origines mêmes de la Réforme et se réclame des trois affirmations centrales du message de Luther : autorité souveraine de la Bible, salut par la Grâce et le Sacerdoce universel des croyants. La France compte deux Églises luthériennes : l'Église protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine (concordataire) et l'Église évangélique luthérienne de France. Elles sont membres de la Fédération Luthérienne Mondiale (FLM : 65 Millions de Membres).
Les Églises luthéro-réformées d'Alsace-Moselle se sont unies en 2007 au sein de l'Union des Églises protestantes d'Alsace et de Lorraine. Les Églises luthéro-réformées du reste de la France sont en cours de fusion au sein de ce qui se nommera l'Église protestante unie de France.
Les Églises luthéro-réformées représentent 2/3 des protestants de France.

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 31
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Re: Le protestantisme

le Lun 12 Juil - 22:17
Les Églises évangéliques

La France compte de nombreuses Églises évangéliques (voir Protestantisme évangélique ou évangélisme), elles représentent 1/3 des protestants du pays. La plupart de ces églises évangéliques sont rassemblées au sein du Conseil national des évangéliques de France (CNEF) et plusieurs sont également membres de la Fédération Protestante de France (FPF). Elles se composent d'églises baptistes, adventistes, méthodistes, darbystes, pentecôtistes... Plusieurs de ces églises sont de types charismatiques tandis que d'autres sont plutôt évangéliques classiques ou traditionnelles. Les Églises ou unions d'Églises membres du Conseil national des évangéliques de France (CNEF) ont prévu de fusionner en son sein pour plus de visibilité en 2010.

Les Églises pentecôtistes

Le Pentecôtisme est un courant évangélique de type charismatique né de mouvements de Réveil particuliers qui se sont manifestés au début du 20e siècle, aux États-Unis sous l’impulsion du pasteur Charles Parham et de William J. Seymour. La particularité théologique des pentecôtistes est de penser que le Saint Esprit est donné au croyant lors d’une expérience particulière, distincte du baptême d’eau traditionnel : la baptême du Saint Esprit . Celui-ci confère au croyant des dons particuliers comme le parler en langue, la prophétie ou la guérison divine. Les Églises pentecôtistes se font les témoins de l’Évangile aux quatre angles « : Jésus sauve, baptise, guérit, revient ». Par ailleurs, elles se situent dans la tradition protestante évangélique et baptiste et se référent aux grands principes de la Réforme : salut par la grâce, autorité de la Bible seule, sacerdoce universel. Les plus importantes Églises pentecôtistes en France, sont les Assemblées de Dieu et l'Église de Dieu en France.

Églises historiques multitudinistes
Dès le début, elles sont organisées en plusieurs Églises en fonction des courants théologiques ou des circonstances historiques. Elles s'adressent dans le même mouvement à leurs membres et à la société (d'où le terme « multitude »). Il s'agit:

des Églises luthériennes
des Églises réformées (calvinistes ou zwingliennes)
de l'Église anglicane

Églises de professants et de confessants

En plus des luthériens, des réformés et des anglicans, la Réforme a connu très tôt un quatrième courant, non « magistériel », accusé par les autres de mettre à côté ou au-dessus de la Bible une illumination intérieure considérée comme subjective, et nommé par eux « illuminés » ((de) Schwärmer) ou « Anabaptistes » (parce que, ne reconnaissant qu'un baptême d'adultes, ils « rebaptisaient » ceux qui l'avaient été, enfants, ailleurs). Les tenants de cette Réforme radicale affirmaient, eux, que cette illumination intérieure était l'œuvre du Saint-Esprit.

Sont les héritiers directs de la partie pacifiste de ce courant, les Assemblées mennonites, dont les Amishes font partie. S'y rattachent spirituellement les Baptistes et autres groupes apparentés issus à diverses époques de l'anglicanisme, avec souvent une mise en valeur de la piété face au « monde ».

Dans les siècles suivants, d'autres mouvements ont vu le jour à partir de « réveils » spirituels du XIXe siècle. Le principal, issu de la prédication de John Wesley, est le méthodisme. Conjuguant retour à la Bible, à la prière et à l'engagement social, il est le précurseur de mouvements socio-évangéliques tels l'Armée du salut, fondée par William Booth en Angleterre, à la fin du 19ème siècle. Refusant la prédestination, confessant la responsabilité de l'individu dans sa propre foi, il est aussi la source du pentecôtisme, né d'un Réveil plus récent.

D'autres Églises indépendantes, privilégiant un aspect ou un autre de la foi ou de la pratique chrétienne, existent aussi : les Darbystes et autres « Assemblées de frères », les Adventistes du septième jour, etc.

« Églises évangéliques » est le terme générique qui regroupe toutes ces dénominations. La plupart du temps, hormis dans le méthodisme classique, ce sont des « Églises de professants ou de confessants » et non « de multitude » : elles demandent un engagement et une profession de foi personnels à leurs membres et quelques unes, de ce fait, ne baptisent que des adultes ou jeunes adultes (elles sont « baptistes »). Certaines rebaptisent les chrétiens venus d'autres Églises, car elles pensent que le baptême d'enfants n'est pas valide.

Ce terme s'applique aussi aux courants fondamentalistes d'origine nord-américaine.

Dans leur ensemble, ces courants représentent au moins le quart du protestantisme français actuel, soit 1% de la population française.

Les Témoins de Jéhovah qui ne croient pas en la Trinité ne se revendiquent pas du protestantisme historique. Leur mouvement est né fin du XIXe siècle aux États-Unis et n'a aucun lien avec le protestantisme.

Lire la suite :http://fr.wikipedia.org/wiki/Protestantisme

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 31
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Re: Le protestantisme

le Lun 12 Juil - 22:18
Irlande du Nord: les protestants paradent

BELFAST (AP) — Plus de 50.000 protestants, membres et partisans de l'Ordre d'Orange, ont défilé lundi dans les rues d'Irlande du Nord dans une ambiance tendue après les échauffourées qui ont opposé la veille la police à de jeunes catholiques de Belfast.

Chaque année, le 12 juillet, les parades orangistes poussent à leur comble les tensions entre les unionistes -protestants- et les républicains -catholiques. Ce jour férié commémore la victoire en 1690 sur les rives de la Boyne des troupes protestantes de Guillaume d'Orange sur la coalition catholique franco-irlandaise emmenée par Jacques II, autre prétendant aux trônes d'Angleterre, d'Ecosse et d'Irlande.

Ces 15 dernières années, les autorités britanniques ont imposé des restrictions sur le parcours des marches orangistes afin d'éviter les provocations dans les quartiers catholiques et d'éventuels affrontements.

Les forces de l'ordre ont déclaré que les 18 grandes parades organisées à travers toute l'Irlande du Nord lundi s'étaient déroulées dans le calme. Toutefois, des troubles ont éclaté en soirée en lisière du quartier catholique d'Ardoyne dans le nord de Belfast. Sous la pluie d'objets diviers lancés par de jeunes républicains, la police s'est interposée et a fait dévier le défilé protestant.

Dimanche soir, de premières échauffourées avaient opposé environ 200 jeunes nationalistes aux forces de l'ordre à Belfast, faisant 27 blessés parmi les policiers, tandis que plusieurs voitures ont été volées et incendiées. AP

cb-st/v0/mw

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Contenu sponsorisé

Sujet / Message Re: Le protestantisme

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum