Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Mer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Sam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Dim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Ven 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Mer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Sam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Lun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Mar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Mar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Lun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Jeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Jeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Sam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Mer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Lun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Jeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Mar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Mer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Mar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Lun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Dim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Lun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Lun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Mars 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Forces armées coloniales

Aller en bas

Sujet / Message Forces armées coloniales

Message par Syfou le Sam 7 Aoû - 23:37

L’Armée d’Afrique

Spahis, goumiers, tirailleurs... Les oubliés de la République

Paris) - 8 mai 1945, 8 mai 2009 : enfin un hommage particulier à l’Armée d’Afrique. La 64e commémoration de la fin de la barbarie nazie s’est déroulée dans le sud de la France, à Sainte-Maxime, sur la plage de la Nartelle. Le 15 août 1944, l’opération Dragoon avait permis d’ouvrir un deuxième front, après le débarquement de Normandie du 6 juin 1944. Aux côtés des Américains, quelque 250 000 soldats français débarquent sur trois plages de Provence.







Parmi ces hommes, des spahis, des goumiers, des tirailleurs… “Les troupes coloniales montrent un courage admirable. Tout le temps qu’ils participeront à l’épopée de la Première Armée, ils se battront pour la France comme s’ils se battaient pour leur mère patrie. Ils ne seront économes, ni de leur peine, ni de leur sang. La France n’oubliera jamais leur sacrifice”, a précisé Nicolas Sarkozy, lors de cette commémoration. De juin 1940 à mai 1945, 55 000 Algériens, Marocains, Tunisiens et combattants d’Afrique noire furent tués. Près de 25 000 d’entre eux servaient dans l’Armée d’Afrique, qui comptait 400 000 hommes, dont 173 000 Africains.


Dernière édition par Syfou le Dim 10 Avr - 15:02, édité 1 fois

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Forces armées coloniales

Message par Syfou le Sam 7 Aoû - 23:43

1941 : départ de tirailleurs pour la guerre.



Au-delà de cet hommage de 2009, quelle est aujourd’hui la reconnaissance de la République française pour ces anciens combattants d’Afrique ? Une pension mensuelle généralement de 160 euros, alors qu’un ancien soldat français touche en moyenne 600 euros par mois. Soit près de quatre fois moins… parfois davantage…

"Le sang versé pour la patrie d’alors vaudrait-il plus cher selon que l’on est aujourd’hui français, marocain ou sénégalais ? Cette situation inique s’accompagne d’un système tout aussi pervers qui conduit à des drames humains intolérables. Faute de pension militaire décente, des milliers de personnes âgées ont émigré au début des années 1990 pour bénéficier de minima sociaux auxquels ils pouvaient prétendre dans la mesure où la loi Pasqua leur donnait droit à une carte de séjour en tant qu’anciens combattants.
C’est pour pouvoir faire vivre leurs familles que paradoxalement ils les ont quittées et se sont retrouvés en France sans accueil adapté, isolés, clochardisés, et ignorés de tous. Ils mènent leur dernier combat pour que la République leur reconnaisse les mêmes droits que leurs compagnons d’armes français. “
Extrait d’une tribune signée Alain Rousset, Stéphane Hessel, Lilian Thuram, Naïma Charaï, Pascal Blanchard et Christelle Jouteau, publiée dans Libération le 5 mai 2009.

Dénonçant un “demi-siècle d’injustice”, le collectif d’associations Les Oubliés de la République a manifesté vendredi 8 mai à Paris pour réclamer une revalorisation des pensions des soldats des anciennes colonies françaises. Ces oubliés, qui s’étaient donné rendez-vous sur le parvis des droits de l’homme au Trocadéro, contestent une loi de 1959 instaurant un traitement différent entre anciens combattants français et ceux qui sont devenus étrangers lors de la décolonisation. “Mêmes guerres, mêmes batailles, mêmes droits” devrait être la norme de la République. Pour ceux de 1939-1945, et des autres conflits : Algérie, Indochine… Les mots de Nicolas Sarkozy doivent être inscrits dans la loi et les actes.



Parallèlement à la manifestation du Trocadéro, plus de 1 000 de personnes (selon les organisateurs) ont défilé également vendredi à Paris à l’appel du Mouvement des indigènes de la République (MIR), pour notamment réclamer la reconnaissance du massacre de Sétif le 8 mai 1945 et dénoncer les discriminations en France. Rappelons que la répression par les forces françaises des manifestations pro-indépendantistes à Sétif, à Guelma et à Kherrata, trois villes de l’est algérien, a fait des milliers de morts : 45 000 pour l’Algérie ; entre 1 500 et 20 000 pour la France.

Du boulevard Barbès à la place de Clichy, les manifestants étaient rassemblés derrière une banderole où était écrit : “ Si nous sommes ici, c’est que vous étiez là-bas. ” Créé en 2005, le MIR veut “ combattre les inégalités raciales qui cantonnent les Noirs, les Arabes et les musulmans à un statut analogue à celui des indigènes dans les anciennes colonies ”.

Source : Africamix

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Forces armées coloniales

Message par Syfou le Sam 7 Aoû - 23:50

Petit historique

L'Armée d'Afrique sous le Second Empire : Officier et Zouave de la Garde impériale, Tirailleur et Spahis algériens, Officier et Cavalier de Chasseurs d'Afrique .



C'est le nom qui avait désigné en 1830 le Corps Expéditionnaire d'Alger ; il a continué à s'appliquer par la suite aux troupes qui ont conquis, occupé et pacifié ce qui fut appelé la 'Régence d'Alger'.

Après la conquête de la Berbérie, la dénomination d'Armée d'Afrique s'est étendue aux troupes de Tunisie, du Maroc et du Sahara et désignait des unités à l'allure particulière, à la fois : Européennes - Zouaves, Légionnaires, Chasseurs d'Afrique, Artilleurs, Tringlots, Sapeurs, Bataillonnaires d'Afrique. Ou Indigènes-Tirailleurs, Spahis, Goumiers, Méharistes, Sahariens et des Services : Santé, Intendance, Génie, Matériel, Transmissions, Justice,...

Puis aux unités de l'Air et de la Marine, et en France après 1914/1918 aux unités indigènes qui séjournèrent aux frontières du Nord-Est, des Alpes et en occupation
.
L'œuvre accomplie au Maghreb de 1830 à 1962 fut considérable. L'Armée d'Afrique avait pour mission de "pacifier les populations, les soigner, les administrer, les éduquer, leur apporter le bien-être matériel et le respect de la personne humaine".

Pendant 130 ans, sur tous les champs de bataille, plus d'un million des siens sont morts. Par trois fois, en 1870-1871, en 1914-1918, en 1939-1945, elle est venue au secours de la France envahie.

En 1870-1871, le gros de ses trois divisions de marche prenait part à une campagne déjà perdue.

En 1914-1918, les effectifs représentant vingt-cinq divisions ont été levés, mis sur pied et engagés tant sur le front de France que sur celui du Moyen Orient, Dardanelles et Macédoine leurs pertes furent énormes 270.000 hommes les trois quarts de leurs effectifs.

Pour la guerre de 1939-1945, sur trente six régiments d'infanterie titulaires de la fourragère rouge, jaune ou verte (Médaille militaire ou croix de guerre), vingt-et-un sont des régiments de l'Armée d'Afrique dont les onze régiments de Tirailleurs marocains et Tabors qui ont été de toutes les opérations de 1942 à 1945 et sur les dix-neuf régiments de l'Armée blindée ayant ces fourragères, dix sont de l'Armée d'Afrique.

Le Souvenir français a recensé 700 000 tombes de soldats, en Afrique du Nord, en Italie, au Mexique, en Crimée, en Indochine, à Madagascar, et en France.

250.000 des siens reposent au Maghreb.

Citons pèle-mêle quelques noms célèbres de cette Armée d'Afrique :

Clauzel, Ducs d'Orléans, d'Aumale, de Nemours, Berthezène, Voirol, Drouet d'Erlon, des Cars, Damrémont, Valée, St-Arnaud, Pélissier, Bosquet, Lamoricière, Canrobert, Chanzy, Blandan, Bugeaud, Randon, Mac-Mahon, Danjou, Lamy, Flatters, Lyautey Gouraud, Poemirau, Forey, Georges, Noguès, Giraud, Hure, de Loustal, de Bournazel, Laperrine, de Foucault, Vuillemin, Leclerc, Juin, Weygand, de Lattre et à côté d'eux, des frères d'armes, Mustapha Ben Ismael, Yousouf, lieutenant Slili, le tirailleur Gacem, le lieutenant Amar, le sergent Bouakkaz, et des centaines d'autres.

L'Armée d'Afrique n'existe plus aujourd'hui : De Gaulle a dissous entre 1960 et 1964 ces régiments.

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Forces armées coloniales

Message par Syfou le Dim 8 Aoû - 0:15

Recrutement

En théorie, le recrutement de l'ensemble des troupes de l' Armée d' Afrique repose sur l'engagement volontaire.

Création Unités d'Afrique
Les Zouaves




Dès le mois d'août 1830 un grand nombre d'algériens, parmi lesquels dominaient les Kabyles de la confédération de Zouaoua vinrent offrir leurs services à la France.

En Octobre furent organisés les premiers bataillons de ces volontaires arabes qui allaient devenir un régiment de zouaves à trois bataillons en 1842.

En février 1852 furent crées les 1er, 2ème et 3ème régiments de Zouaves, avec pour noyau les bataillons existants de l'ancien régiment. Il y eut dès lors un régiment par province (Alger, Oran, Constantine).

Très vite cependant, les effectifs des régiments se recrutent parmi les Français, les éléments arabes choisissant plutôt les tirailleurs.

En mars 1855, un régiment des zouaves de la garde est créé, qui deviendra le 4ème régiment en 1870.


Tirailleurs Algériens

L'origine des Tirailleurs ("Turcos") remonte à divers corps irréguliers turcs et arabes formés par les Français dès 1833.

Ce n'est qu'en 1841 que furent constitués les trois premiers bataillons de Tirailleurs indigènes.

Lors de la guerre de Crimée, un régiment de marche des Tirailleurs fut créé (3 bataillons) et le 10/10/1855, un décret impérial ordonna la création définitive de trois régiments de Tirailleurs, un par province.

Tenue de la troupe :
En 1853, la nouvelle tenue des tirailleurs est décidée : Veste de forme arabe en drap bleu de ciel bordée d’un galon plat de laine jonquille de 12 mm de large. Le devant est orné d’une arabesque en galon jonquille de 12 mm terminée en trèfle sous le creux de la clavicule. Le galon fait une boucle simulant une fausse poche (tombeau) dont la couleur est distinctive du régiment (garance au 1er, blanc au 2ème, jonquille au 3ème, puis drap bleu du fond de la veste pour les tirailleurs tunisiens).

La manche a un parement en pointe marquée par un galon jonquille de 12 mm.

Le pantalon de forme arabe (seroual) est en drap bleu ciel orné d’un cordonnet jonquille sur les coutures du coté.

Cette tenue va peu évoluer jusqu'à la première guerre mondiale.




__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Forces armées coloniales

Message par Syfou le Dim 8 Aoû - 0:21

Les Spahis

Les Spahis étaient des troupes montées turques en majorité qui servaient de Dey d'Alger.

A la prise de cette ville en 1830 ces troupes se trouvant licenciées, certains éléments se rangèrent sous les ordres du capitaine Yousouf (Italien de l'Île d'Elbe, enlevé tout jeune par les Barbaresques) dans les Chasseurs algériens.

En 1841, les éléments indigènes furent retirés des Chasseurs d'Afrique pour former le corps des spahis réguliers. On y incorpora également les spahis d'Oran et de Bône, unités auxiliaires formées dès 1838.

A partir de 1845 il y eut trois régiments, un par province.

Tenue de la troupe :
Veste arabe en drap garance, parements et passepoils bleu de ciel. Gilet bleu ciel, orné d'une tresse noire sur l'encolure et la poitrine, pantalon arabe bleu de ciel à plis. Ceinture en laine cramoisie. Le burnous est en drap garance. Un second burnous en étoffe de laine blanche est portée sous le burnous garance.

Les spahis français portent la chéchia (laine feutre garance avec gland en soie bleue) ou le turban en étoffe croisée de coton blanc rayé de bleu.

Cet uniforme évoluera peu jusqu'à la guerre de 14.



Chasseurs d'Afrique

En octobre 1830 fut formée une cavalerie indigène, les Chasseurs algériens, commandée par le chef d'escadron Marey-Monge et le capitaine Yousouf, brillant cavalier arrivé de Tunisie.

Le 17/11/1831 elle fut incorporée dans les deux régiments de Chasseurs d'Afrique crées le même jour à l'aide de chasseurs à cheval provenant des trois escadrons débarqués en 1830 et de volontaires provenant de la cavalerie métropolitaine.

En 1841, il y avait quatre régiments de chasseurs d'Afrique (trois entre 1856 et 1867).

Par la suite des douze corps de troupe ayant existé jusqu'en 1964, il y aura à partir des années Trente il y aura des régiments motorisés.

Débarquant en Provence en septembre 1944, il participe avec ses chars "Sherman" à la libération du territoire national. De nouveau en garnison au Maroc en 1945, le régiment participe aux opérations en Algérie avant d’être dissout en 1964. Il est recréé à Canjuers le 10 février 1998. Toujours en tête, le 1er régiment de chasseurs d’Afrique n’a jamais failli à sa devise : « Ubique Primus », « Partout Premier ».

Précédemment au débarquement de Provence en aout 1944, des régiments de Chasseurs d'Afrique ont été engagés dans la bataille du Monte Cassino en Italie et intégrés à la 1ère DFL.


__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Forces armées coloniales

Message par Syfou le Dim 8 Aoû - 0:24

Remarque
Après l'indépendance de leur pays, les pensions d'invalidité et de retraite de ces anciens combattants (qui ont décliné la nationalité française) avaient été gelées par le Général de Gaulle en 1959. Elles étaient souvent réduites à des montants symboliques, jusqu'à dix fois inférieures aux sommes perçues par les Français : une retraite d'ancien combattant s'élève à 430 euros par an pour un Français, contre seulement 16 euros pour un Cambodgien...(source le Figaro du 26/09/2006)

Chanson des Africains

C'est nous les Africains
Qui revenons de loin
Nous venons des colonies
Pour sauver la Patrie
Nous avons tout quitté
Parents, gourbis, foyers
Et nous avons au cœur
Une invincible ardeur
Car nous voulons porter haut et fier
Le beau drapeau de notre France entière
Et si quelqu'un venait à y toucher
Nous serions là pour mourir à ses pieds
Battez tambours, à nos amours
Pour le pays, pour la Patrie
Mourir au loin
C'est nous les Africains
. I
Nous étions au fond de l'Afrique
Gardiens jaloux de nos couleurs,
Quand sous un soleil magnifique
A retenti ce cri vainqueur
En avant ! En avant ! En avant !
II
Pour le salut de notre empire
Nous combattons tous les vautours
La faim, la mort nous font sourire
Quand nous luttons pour nos amours
En avant ! En avant ! En avant
III
De tous les horizons de France
Groupés sur le sol africain
Nous venons pour la délivrance
Qui par nous se fera demain
En avant ! En avant ! En avant !
IV
Et lorsque finira la guerre
Nous reviendrons dans nos gourbis ;
Le cœur joyeux et l'âme fière
D'avoir libéré le pays
En criant, en chantant : en avant !

Wikipedia

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Forces armées coloniales

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum