Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Mer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Sam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Dim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Ven 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Mer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Sam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Lun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Mar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Mar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Lun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Jeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Jeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Sam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Mer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Lun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Jeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Mar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Mer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Mar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Lun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Dim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Lun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Lun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Mars 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Industrie militaire brésilienne.

Aller en bas

Sujet / Message Industrie militaire brésilienne.

Message par Syfou le Lun 9 Aoû - 21:31

Paul et Chantal Biya au Brésil : Visite au cœur de l’industrie



Au dernier jour de la visite officielle qu’ils effectuent au Brésil, le président Biya et madame sont allés à la découverte de l’industrie brésilienne.

«Impressionnant ». Un mot, un seul. Celui du président Paul Biya au sortir du musée de l’aéronautique, dans les ateliers de EMBRAER, entreprise brésilienne d’aéronautique, dans la ville de San José dos Campos, à cent cinquante kilomètres de la mégalopole de Sao Paulo. En une demi-heure le chef de l’Etat et sa suite venaient de parcourir l’histoire de l’industrie aéronautique brésilienne. Une histoire d’à peine soixante ans, puisqu’elle commence à la fin de la deuxième guerre mondiale. Un militaire a l’idée de créer un centre de formation qui donnera naissance quelques années plus tard à un institut formant des ingénieurs dans diverses disciplines liées à l’aéronautique. L’histoire se mettait ainsi en marche.

Accueilli et conduit tout au long de son parcours par Frederico Fleury Curado, 49 ans, ingénieur aéronautique formé au Brésil, et directeur-président, le président Biya a pu voir de ses yeux les progrès réalisés depuis le premier avion construit par les Brésiliens à la fin des années soixante. Aujourd’hui, le constructeur brésilien se positionne comme le troisième ou quatrième dans ce secteur industriel de pointe. S’il a commencé par de petits avions assurant des liaisons régionales, EMBRAER a depuis quelques années développé la gamme de ses produits. Aux avions presque rustiques des premières années ont fait place des aéronefs à la pointe de la technologie. Le président Biya ne s’est pas privé d’en visiter un modèle, passant de longues minutes dans le cockpit, attentifs à tous les détails.

Mieux, cette industrie brésilienne est montée en puissance, prenant pied sur le juteux marché des avions militaires. Le président Biya a ainsi pu apprécier un avion brésilien de surveillance des frontières et de lutte contre la contrebande. Un avion dont les Etats-Unis, la Colombie et certains autres pays ont acquis des exemplaires pour lutter contre les trafics divers sur leurs territoires respectifs. Cette industrie met également sur le marché des avions d’observation, des ravitailleurs en vol, des avions d’entraînement.

Quant au volet civil, il est en nette expansion. Le chef de l’Etat a pu apprécier le confort du haut de gamme dans le segment commercial, l’Embraer 190, dont les spécialistes disent qu’il a des performances très proches de celles du Boeing 737-700, un des derniers nés de cette catégorie. En visitant les ateliers de montage, Paul Biya a pu voir quelques exemplaires en phase finition de cet avion. Et la qualité des clients en dit long sur sa percée sur le marché. Ici, un avion de Gulf Air, là un autre de KLM, plus loin un aéronef de Lufthansa Régional ou de Azul, compagnie brésilienne.

Au guide qui s’inquiétait de savoir si le président Biya souhaitait voir encore plus de choses, celui-ci a répondu : « nous sommes venus ici travailler. On va visiter la chaîne de montage ». Une indication claire de la volonté du président de voir de ses yeux le chemin parcouru par un pays émergent en si peu de temps dans un domaine de pointe. Une source d’inspiration pour le Cameroun que le président Biya engage justement sur la voie ardue qui devrait en faire un pays émergent à l’horizon 2035.

L’intérêt marqué du chef de l’Etat pour les dossiers économiques ouvre de nouvelles perspectives. Après les infrastructures dont chacun a pu apprécier la baisse des coûts avec l’ouverture à une plus large concurrence, le temps est venu d’élargir la liste des partenariats. Pour tirer le meilleur de toutes les expériences réussies, brésiliennes, françaises, japonaises, chinoises, turcs, tunisiennes ou sud-africaines, etc.

Par Cameroon-tribune

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Industrie militaire brésilienne.

Message par Syfou le Lun 9 Aoû - 21:44

L'industrie de défense mise sur les transferts de technologie



Florissante et agressive sur le marché mondial dans les années 70-80, mais aujourd'hui en perte de vitesse, l'industrie brésilienne de défense table sur les transferts de technologie des pays industrialisés pour reprendre son essor.

"Le marché de la défense se chiffre en milliers de milliards. En 2008, nos vingt entreprises brésiliennes, dont l'avionneur Embraer, ont exporté pour 2,5 milliards de dollars. Nous avons encore une grande marge de croissance", a déclaré à l'AFP, Frederico Aguiar, président de l'Association brésilienne des industries de matériel de défense et de sécurité.

Les dépenses militaires mondiales en 2008 ont été estimées à 1.464 milliards de dollars (1.025 milliards d'euros), en augmentation de 4% par rapport à 2007 et de 45% depuis 1999.

Ces dépenses représentaient environ 2,4% du PIB mondial en 2008, selon l?Institut international de recherches pour la paix (SIPRI), basé à Stockholm.

"L'industrie a besoin de commandes et pas seulement de l'étranger mais du Brésil", un pays de 190 millions d'habitants en plein essor économique, a ajouté M. Aguiar. Il espère que "les entreprises brésiliennes bénéficieront au maximum des transferts de technologie", devenus la clé des contrats passés par le Brésil dans le domaine militaire.

Les transferts acceptés par la France lui ont permis d'emporter les contrats portant sur la fourniture de 50 hélicoptères de transport et de cinq sous-marins, dont un à propulsion nucléaire. Le moteur nucléaire sera construit par le Brésil qui en possède déjà la technologie.

Ces transferts ont encore joué un rôle-clé dans la décision du Brésil d'ouvrir lundi des négociations pour l'acquisition de 36 avions combats Rafale, produits par le français Dassault.

Dans les années 80, le savoir-faire à l'exportation des entreprises brésiliennes était un modèle pour leurs concurrentes étrangères, selon l'expert militaire Nelson During, directeur de la revue Defesanet.

"Cet effort a été réduit à néant dans les années 90 avec la fin de la guerre froide et surtout la fin de la demande interne. Le budget ne consacrait plus d'argent aux forces armées", a-t-il souligné.

"Aujourd'hui, pour l'industrie de défense, il existe des perspectives de croissance plutôt qu'une croissance réelle", a estimé cet expert.

"Les contrats pour les hélicoptères et les sous-marins prévoient des investissements jusqu'en 2030. Un chantier naval sera construit dans l'Etat de Rio", a-t-il dit en soulignant qu'une partie "de la manne pétrolière en provenance des gisements en eaux très profondes sera destinée aux projets militaires".

Les réserves de ces gisements sont estimées à 50 milliards de barils, ce qui pourrait faire du Brésil l'un des principaux pays producteurs de pétrole si elles sont confirmées.

"Nous sommes très intéressés par tous ces projets et nous souhaitons y prendre la plus large part", estime pour sa part M. Aguiar.

"Mais, en ce qui concerne les hélicoptères qui seront assemblés au Brésil, on ne sait pas encore quel sera le pourcentage de pièces fabriquées au Brésil ni quelles industries vont y participer", a-t-il déploré.

Fin 2008, le gouvernement brésilien s'est doté d'un Plan de stratégie de Défense nationale pour moderniser son appareil militaire et développer une industrie à la hauteur de son nouveau poids politique et économique.

Les investissements dans le secteur militaire devaient passer de 1,5% du PIB à 2,5% en 2010.

"Quand il s'agit de défense, nous devons nous défendre avec de la technologie nationale", avait souligné le président Luiz Inacio Lula da Silva lors du lancement du plan.


http://www.ladepeche.fr

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum