Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Mer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Sam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Dim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Ven 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Mer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Sam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Lun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Mar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Mar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Lun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Jeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Jeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Sam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Mer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Lun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Jeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Mar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Mer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Mar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Lun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Dim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Lun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Lun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Mars 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Bataille de la Ristigouche ( Canada )

Aller en bas

Sujet / Message Bataille de la Ristigouche ( Canada )

Message par Daûphin_zz_47 le Ven 13 Aoû - 16:16

La bataille de la Ristigouche fut une bataille navale de la fin de la Guerre de Sept Ans, entre des éléments de la Royal Navy et une petite flottille envoyée de France pour soulager la Nouvelle-France, après la chute de Québec.

Contexte

En 1760, le conflit allumé depuis 1754 entre la France et la Grande-Bretagne semble tourner à l'avantage de cette dernière. De l'autre côté de l'Atlantique, malgré ses premiers succès, la France se trouve dans une position critique. Après avoir perdu Louisbourg en 1758 puis Québec l'année suivante, elle voit son maintien en Amérique du Nord fort compromis. Mais cependant tout n'est pas joué, les troupes françaises s'opposent à l'avancée anglaise et les obligent à prendre leurs quartiers d'hiver repoussant à l'année suivante leurs projets de conquête et laissant au général Lévis l'occasion d'organiser une riposte.
Ainsi le 28 avril 1760, le Chevalier de Lévis, à la tête de 7000 soldats, marche sur Québec et livre un combat victorieux à Sainte-Foy, entamant alors le deuxième siège de Québec. Les renforts venant de la mer apporteront avec eux la victoire à un des deux camps. Cette victoire ne tarde pas, les navires anglais sont les premiers à parvenir devant Québec après avoir battu les maigres forces navales du commandant Vauquelin, ils pilonnent les troupes françaises qui manquent de munitions et les forcent à battre en retraite. Mais la victoire n'en est pas garantie pour autant. Montréal, la dernière place forte française attend toujours en vain des renforts qui pourrait la sauver.

Situation

Afin d'apporter les renforts de la dernière chance à la Nouvelle-France, le royaume arme en toute hâte à Bordeaux un convoi de cinq navires marchands réquisitionnés: le Bienfaisant, le Soleil, l'Aurore, la Fidélité et le Marquis de Malauze; escortés par la frégate de 26 canons le Machault. Le commandement de la flottille est confié à François Chenard de La Giraudais, ce jeune lieutenant de frégate âgé de 33 ans possède, en dépit de son jeune âge une grande expérience et les qualités nécessaires pour mener à bien cette mission. En effet en 1759, il avait déjà escorté plusieurs convois, toujours à bord du Machault dont il connaît bien les qualités nautiques. Suites aux défaites successives à Lagos, aux Cardinaux et à la prise de ses ports sur la côte nord américaine, la France n'a pu ravitailler ses colonies qui se retrouvent dépourvues de tout. Ainsi le convoi embarque plus de 2000 tonneaux de vivres et de munitions, ainsi que 400 hommes de troupes commandés par le capitaine François Gabriel d'Angeac, homme d'expérience qui connaît bien le pays. Dans leurs cales, les navires marchands embarquent une multitude de vivres dont la moitié est composée de viandes salées et de farines, à cela s'ajoutent munitions et fournitures. Le Machault n'est pas en reste car il embarque à lui seul 150 soldats (sur un équipage de 250 hommes) et une bonne partie de la poudre et des munitions. Enfin après un armement rapide, le convoi lève l'ancre le 10 avril 1760. Dès le lendemain, les Anglais qui font le blocus du port prennent en chasse le convoi qui doit se disperser. Mais alourdis par leurs marchandises, l'Aurore et le Soleil sont arraisonnés par l'ennemi. Deux semaines plus tard, alors que le convoi croise au large des Açores, la Fidélité fait naufrage. Le 15 mai, il ne reste plus que trois navires lorsque la flottille amoindrie mouille dans le Golfe du Saint Laurent. Là, il apprend que les Britanniques sont arrivés les premiers et ont détruit la flottille de Vauquelin devant Québec. La Giraudais décide alors de se réfugier dans la Baie des Chaleurs. Le 18 mai, il jette l'ancre dans l'estuaire de la Ristigouche. Les Indiens locaux, alliés des Français, promettent de combattre les Anglais aux côtés de La Giraudais. Cinq navires de guerre britanniques menés par le capitaine de vaisseau Byron, appareillent de Louisbourg.

Bataille

Le 22 juin, La Giraudais se retrouve piégé au fond de la baie des Chaleurs et décident de remonter la rivière Ristigouche en espérant que le tirant d'eau des navires de Byron ne lui permette pas d'en faire autant. L'hésitation de ce dernier laisse à La Giraudais le temps d'organiser sa défense. Il installe une batterie à terre puis fait saborder des goélettes dans le chenal pour en interdire l'accès et protéger le Machault. Le 3 juillet, Byron parvient enfin à trouver le chenal principal et s'engage dans la rivière. A courte portée, le combat est sanglant et malgré leur infériorité numérique, les Français parviennent à infliger de lourds dommages aux Britanniques avant que ceux-ci n'aient pu détruire la batterie côtière. Mais face à l'avance de ceux-ci, La Giraudais décida de remonter encore plus la rivière. Pendant de nombreuses heures et cinq jours durant, de furieux combats eurent lieu et La Giraudais parvint à tenir tête à Byron. Mais plus le temps passait plus la victoire semblait impossible. Finalement résigné, La Giraudais décida, au matin du 8 juillet, de saborder ses bâtiments après les avoir fait évacuer. Afin que l'ennemi ne s'empare pas des vivres, il fait sauter le Machault et le Bienfaisant. Le Marquis de Malauze qui compte des prisonniers à son bord ne subit pas le même sort et est capturé. Une fois à terre, les Français établissent un petit fort et y prennent garnison.

Conséquences

Privée de renforts et de ravitaillements, Montréal doit se résoudre à l'inéluctable. Le 8 septembre, la ville se rend au général Amherst. Le 23 octobre, la petite garnison de Ristigouche apprend la triste nouvelle et se rend aux Anglais six jours plus tard. Même si le convoi était parvenu à Montréal, sa cargaison n'aurait procuré qu'un léger sursis à la Nouvelle-France dont le sort semblait scellé depuis longtemps. Avec la chute des dernières places fortes, la guerre s'achève en Amérique ainsi que le rêve de Samuel de Champlain. Suite au Traité de Paris en 1763, la Grande Bretagne obtient la Nouvelle-France. Malgré sa défaite, la défense de La Giraudais et son opiniâtreté lui vaudront le grade de capitaine de brûlot.

Aujourd'hui, un musée commémore cet événement à Pointe-à-la-Croix.

Lieu historique national du Canada de la Bataille-de-la-Ristigouche



Le lieu historique national de la Bataille-de-la-Ristigouche est situé au fond de la baie des Chaleurs, à l'embouchure de la rivière Ristigouche. On y commémore la dernière bataille navale entre la France et l'Angleterre pour la possession du territoire nord-américain. L'affrontement a pris fin le 8 juillet 1760 et a définitivement scellé le sort de la Nouvelle-France. Un centre d'interprétation met en valeur les vestiges du Machault . Cette frégate faisait partie de la mission de secours envoyée de France pour reprendre Québec, tombée sous le feu de l'armée britannique, à l'automne 1759. Dans ce lieu, vous découvrirez une superbe collection d'objets retirés de l'épave. Vous y vivrez l'un des événements méconnus de la guerre de la Conquête.

Source:
http://www.pc.gc.ca/fra/lhn-nhs/qc/ristigouche/index.aspx

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_la_Ristigouche

__
-------------
" Il ya deux manières d'ignorer les choses:
La première, c'est de les ignorer;
La seconde, c'est de les ignorer et croire qu'on les sait.
La seconde est pire que la première."



Peuple sans mémoire, peuple sans histoire





https://www.facebook.com/DIKKTARIOF

Daûphin_zz_47
Daûphin_zz_47
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 2215
Age : 37
Date d'inscription : 06/08/2010
Localisation : tlc

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum