Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Mer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Sam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Dim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Ven 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Mer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Sam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Lun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Mar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Mar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Lun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Jeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Jeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Sam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Mer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Lun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Jeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Mar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Mer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Mar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Lun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Dim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Lun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Lun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Mars 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Sphères et les cercles d'influence à travers le monde

Aller en bas

Post-it SARKOZY APPELLE LES JUIFS A L'AIDE !

Message par Sphinx le Lun 4 Mai - 23:16


Rejeté par une grande majorité de Français, et quasiment dans toutes les catégories sociales, aux prises avec une crise durable, que d'aucuns qualifient de pré-révolutionnaire, plus que jamais Sarkozy a besoin d'une "protection rapprochée". Il n'y en a qu'un véritablement qui peut répondre à son "appel au secours" : c'est Israël. Claude Guéant est en réalité le véritable Premier Ministre; son intervention à une Radio communautaire juive a été concoctée à l'Élysée en compagnie du Président. Il se trouve qu'à Washington, la nouvelle Administration n'a plus besoin de lui; Obama est bien décidé à négocier (directement) avec l'Iran et la Syrie. Si bien qu'en Israël la nouvelle équipe au pouvoir (Netanyahu-Lieberman), sur la défensive, va rechercher des appuis ailleurs, à Moscou sans doute, mais surtout à Paris ! Ça tombe bien pour Sarkozy. Au nom de la lutte contre "l'antisémitisme" (la bête immonde) il pense pouvoir s'assurer le soutien "inconditionnel" des inconditionnels d'Israël. C'était prévisible; il a donc demandé à Claude Guéant d'annoncer à la "communauté" qu'il allait essayer d'interdire les listes de Dieudonné aux prochaines européennes. Par ce joli coup, il va également embarrasser la "gauche": comment pourrait-elle prendre la défense d'une liste "antisémite" ? Même Besancenot et Cohn-Bendit sont piégés : dénoncer cette atteinte aux libertés, n'est-ce pas prendre le risque de favoriser les listes Dieudonné ? Car, de toute évidence, le pouvoir ne pourra pas interdire à Dieudonné de les présenter. Il faudrait pour cela qu'il démontre (mais comment ?) que antisionisme = antisémitisme ! Mission impossible ! Les "communistes", les "trotskistes" ont toujours été antisionistes. Quant à Jean-Marie Le Pen, malgré son "durafour-crématoire" et son "détail", il a toujours pu faire acte de candidature. En conclusion, la manoeuvre, adoptée en haut lieu, confirme que Sarkozy, qui n'a pas oublié qu'en Mai 68, les Juifs criaient "A bas de Gaulle !", espère bien cette fois les voir descendre dans la rue... pour le protéger contre des millions de chômeurs en colère. C'est un "petit calcul" d'un petit bonhomme qui ne trompe plus personne.
www.alterinfo.net

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Post-it Sphères et les cercles d'influence à travers le monde

Message par Syfou le Mar 24 Aoû - 3:32

Impact des sphères d’influence sur le comportement concurrentiel des firmes



Fichiers joints
042061.pdf Vous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.(116 Ko) Téléchargé 1 fois


Dernière édition par Syfou le Mar 24 Aoû - 4:00, édité 1 fois

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Post-it Re: Sphères et les cercles d'influence à travers le monde

Message par Syfou le Mar 24 Aoû - 3:38

Sphère d'influence

Dans le domaine des relations internationales, une sphère d'influence (SOI) est une zone ou région au cours de laquelle un État ou une organisation a d'importances influences économiques, militaires ou politiques. Le système de sphères d'influence par lequel les nations puissantes interviennent se poursuit jusqu'à nos jours.

Le terme est aussi utilisé pour décrire les situations non-politiques, par exemple un centre commercial qui aurait une sphère d'influence dans une région géographique où il domine le commerce de vente.

Par exemple, durant l'apogée de son existence, l'Empire japonais avait tout à fait une grande sphère d'influence. Le gouvernement japonais a influencé ou directement régi les événements en Corée, en Mandchourie, au Vietnam, à Taïwan, et dans quelques parties de la Chine.

Vestiges historiques



Pacte Molotov-Ribbentrop

Selon un protocole secret attaché au pacte Molotov-Ribbentrop (révélé seulement après la défaite de l'Allemagne en 1945), les États du Nord et Europe de l'Est ont été divisés en sphères d'influence soviétiques et allemandes. Dans le Nord, la Finlande, l'Estonie et la Lettonie ont été affectés à la sphère d'influence soviétique. La Lituanie, à côté de la Prusse orientale, serait dans la sphère d'influence allemande, même si un second protocole secret est signé en septembre 1939 qui attribue la Lituanie à l'URSS. Une autre clause du traité précise que la Bessarabie, qui faisait alors partie de la Roumanie, est à joindre à la République socialiste soviétique autonome moldave, et de devenir la République socialiste soviétique moldave sous le contrôle de Moscou.

Guerre froide

Lors de la guerre froide, l'Europe de l'Est, la Corée du Nord, Cuba, le Vietnam, et (jusqu'à la rupture sino-soviétique) la République populaire de Chine ont été sous la sphère d'influence soviétique. L'Europe de l'Ouest, l'Océanie, le Japon et la Corée du Sud ont été sous la sphère d'influence américaine. Cependant, le niveau de contrôle exercé dans ces domaines n'est pas absolu.

Après la guerre froide

Avec la fin de la Guerre froide, le bloc de l'Est s'est effondré, mettant fin à la sphère d'influence soviétique.

Australie
L'Australie a une certaine sphère d'influence en Malaisie et en Indonésie. Elle est cependant limitée.

Corporations

En termes d'entreprise, la sphère d'influence d'une entreprise, d'une organisation ou d'un groupe peut montrer sa puissance et son influence dans les décisions des autres affaires. Elle peut être trouvée en utilisant de nombreux facteurs, tels que la taille, la fréquence des visites, etc. Dans la plupart des cas, une société décrite comme plus grande a une sphère d'influence plus large. Par exemple, la société de logiciels Microsoft a une grande sphère d'influence dans le marché des systèmes d'exploitation, toute entité qui souhaite pour son produit logiciel qui sera retenu doit s'assurer qu'elle est compatible avec les produits de Microsoft.

Pour un autre exemple, pour les entreprises qui souhaitent faire plus de profit, elles doivent assurer l'ouverture de leurs magasins dans des emplacements corrects. Ceci est également vrai pour les centres commerciaux, qui, pour tirer plus de profit, doivent être capable d'attirer la clientèle dans ses environs. Il n'y a pas d'échelle définie concernant la façon de mesurer la sphère d'influence.

Géographie

Au sens géographique, la sphère d'influence, ou aire d'influence, est la distance moyenne que des gens sont prêts à parcourir pour accéder à un service particulier, à un magasin, ou à un lieu. Elle peut être affichée sous forme d'un cercle centré autour du service, le rayon étant la distance moyenne que les gens seraient prêts à parcourir pour accéder à ce service. Les distances en question sont souvent découvertes grâce à un sondage d'opinion.

Wikipedia

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Post-it Re: Sphères et les cercles d'influence à travers le monde

Message par Syfou le Mar 24 Aoû - 4:09

LE CERCLE D'INFLUENCE...




Il y a un vieux proverbe chinois qui dit : « Donnez un poisson à un homme et vous le nourrirez pour la journée, apprenez lui à pêcher et vous le nourrirez pour la vie ». Le gagnant s'entoure de gens qui peuvent lui apprendre à pêcher, des gens qui réussissent déjà, des modèles d'excellence de qui il peut apprendre leurs secrets. Il observe, leur pose des questions, les imite en ajoutant sa touche personnelle, et lui aussi finit également par réussir.


Il ne sert à rien de réinventer la roue

Il existe un paquet de gens qui ont réussi et de qui on peut apprendre. Les gens qui réussissent et qui ont du succès ne sont pas simplement chanceux. Ils suivent certaines stratégies pour atteindre leurs buts. Des stratégies qui leur permettent par exemple de maintenir des relations interpersonnelles enrichissantes et durables, à bâtir des fortunes et à vivre de façon plus équilibrée.

Il faut savoir que pour accomplir des choses que nous n'avons jamais accomplies auparavant, il va falloir devenir quelqu'un que nous n'avons jamais été auparavant. Et un des facteurs qui influencera le plus la personne que nous allons devenir dans le futur est notre environnement, notre cercle d'influence ou si vous préférez les gens que nous laissons entrer dans notre vie sur une base régulière.

Nous sommes le reflet de ceux qui nous entourent

Nous avons tous été façonnés en grande partie par la façon dont nos parents, nos amis, nos professeurs et nos collègues de travail ont agit et réagit avec et envers nous. Plusieurs des qualités, des traits de personnalité que l'on possède, c'est-à-dire nos valeurs, nos convictions, nos intérêts et nos buts sont le résultat des gens qu'on fréquente, mais très peu de gens se sont déjà arrêtés pour prendre conscience du genre de personne qui les entoure quotidiennement. Certaines influences sont très positives alors que d'autres, par contre, sont très toxiques. La bonne nouvelle est qu'on a tous le choix de fréquenter ou non les gens qu'on fréquente !

Si nous désirons avancer, il ne faut pas s'associer avec des gens qui se complaisent avec ce qu'ils font, nous ne grandirons jamais. Associons-nous plutôt avec des gens qui ont des grandes attentes envers eux-mêmes. C'est ainsi que l'on grandira. Si vous désirez devenir un gagnant, fréquentez des gagnants ! Il est certes plus enrichissant de se prendre d'amitié avec des gens qui nous aident à apprendre, le genre de personne qui nous aidera à élever nos aptitudes et à grandir.

Avec les années, le gagnant s'est bâti une équipe, des gens qui peuvent l'aider, le soutenir et qui l'encouragent dans ses projets, des gens honnêtes et sincères, des gens qui ont confiance en eux et qui donnent confiance aux autres, des gens enthousiastes, optimistes, ambitieux, qui ont des spécialisations similaires ou différentes. Ensemble, le groupe peut atteindre des niveaux de réalisations extrêmes que personne ne pourra jamais atteindre seul ! Le gagnant cherche toujours la compagnie d'autres gagnants. Lorsque l'on commence à côtoyer des gagnants, sans même s'en apercevoir nous nous absorbons de leur assurance, et petit à petit on se sent inspiré et motivé vers des niveaux de réalisations plus élevés.


Fuir les voleurs de rêves

Il est très important de bien choisir ses relations, le gagnant fréquente uniquement des gens positifs, qui ont confiance en eux, des gens qui désirent réussir et qui réussissent déjà dans leurs secteurs d'activité, le gagnant ne se gêne pas d'abandonner dans ses amis ceux qui n'ont pas évolué et qui ne lui apportent plus rien. Il n'hésitera pas non plus à abandonner les gens qui ne l'encourageront pas dans ses rêves, en fait il fuit les voleurs de rêves !

On acquiert une bonne part de notre façon de penser, de nos manières, et de nos habitudes des gens qu'on fréquente. Si on fréquente des gens qui pensent que tricher un peu n'est pas grave, nous aussi il nous arrivera à la longue de dévier de temps en temps.
On a demandé à des détenus avec qui ils étaient lorsqu'ils ont commis leur premier crime ou avec qui ils étaient la première fois qu'ils ont pris de la drogue. Ils ont tous répondu sans exception : « j'étais avec un ami ».

Les gens qu'on laisse entrer dans nos vies sont d'une importance capitale, leurs influences sur nous peuvent être dévastatrices. Certains peuvent même nous transmettre leur maladie, eh oui leur maladie ! On l'appelle : « La bébête mangeuse de rêve ». Le pire est que ce sont souvent des gens proches de nous qui peuvent nous la transmettre. Vous est-il déjà arrivé d'entendre : « Ben voyons ! Tu rêves en couleur ! » ? La meilleure réponse à rétorquer à ces gens là est : « il vaut mieux rêver en couleur que rêver en noir et blanc ! ».
Le plus malheureux avec certains, est qu'ils n'ont même pas de rêves ! Les seules personnes avec lesquelles nous devons rester sont ceux qui ont une grande opinion d'eux-mêmes et qui ont des rêves à réaliser.

Si vous désirez voler comme un aigle, ne demeurez pas avec des dindons !
Le gagnant s'entoure d'autres gagnants. En réalité il fuit les voleurs de rêves et n'essaie pas de réinventer la roue, il apprend de l'expérience des autres et applique les principes qu'il apprend de ces derniers à sa propre vie en y ajoutant avec sa touche personnelle.

En fait il y existe 2 types de personnes : ceux qui vont essayer d'inventer un moyen d'atteindre le succès, et d'autres qui vont suivre des gens qui utilisent des principes qui fonctionnent déjà. Dans quel groupe souhaitez-vous faire partie ?

par: nltours

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Post-it Re: Sphères et les cercles d'influence à travers le monde

Message par Syfou le Mar 24 Aoû - 4:14

Aire d'influence

Une aire d’influence (ou zone d’influence, ou parfois sphère d'influence) est une zone polarisée autour d'un centre dans de divers domaines, notamment dans l'urbanisme.

Les aires d'influence ont généralement des formes circulaires, du fait que la probabilité de fréquentation d'un point donné baisse lorsque la distance avec le centre augmente.

Par exemple, l'aire d'influence d'une ville correspond au territoire sur lequel vivent les personnes qui ont recours aux services basés dans cette ville : transports, distribution de biens, établissement scolaires, etc.


Wikipedia

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Post-it Re: Sphères et les cercles d'influence à travers le monde

Message par Syfou le Mar 24 Aoû - 4:22

Pays d'influence (Algérie)

Ex:Sonatrach

Luttes d’influence autour de la Sonatrach

Le président-directeur général de la Sonatrach — la plus grande entreprise algérienne, un monopole public qui gère les hydrocarbures et le gaz dans le pays —, ainsi que plusieurs hauts cadres de la société, ont été placés sous contrôle judiciaire, comme le ministre algérien de l’énergie l’a confirmé lundi 18 janvier. Selon la presse algérienne, l’enquête porterait sur des malversations présumées en lien avec des passations de marchés. Mais le fond de l’«affaire Sonatrach» pourrait s’avérer plus politique.

Contrairement à ce qui a été beaucoup écrit ces derniers jours, M. Abdelaziz Bouteflika n’a pas décapité l’état-major de la Sonatrach – tous des cadres originaires de l’ouest comme lui et nommés par lui – pour lutter contre la corruption.

C’est en réalité une initiative des services de sécurité militaire, avec qui le président est en lutte ouverte depuis des mois. Il va perdre dans l’affaire son dernier point d’appui, le contrôle de la rente pétrolière et des relations avec l’extérieur, intéressé en priorité par le sous-sol saharien.

Son ministre du pétrole, en place depuis décembre 1999, est sur la sellette. El Watan, un quotidien francophone qui relaie souvent les vues des services, le met en cause à sa une du 17 janvier. Est-il le bénéficiaire ou le responsable du scandale ? La réponse est dans la question : il doit partir.

Que va faire M. Bouteflika ? Sans doute rien …

Isolé, il n’a pas su depuis dix ans construire et animer une coalition, décevant tour à tour les Kabyles, l’intelligentsia, les technocrates, la jeunesse et «sa» région d’origine, l’Oranie, victime de la fermeture persistante de la frontière avec le Maroc. Son équipe ministérielle de départ s’est effilochée au fil du temps. Les grandes puissances, enfin, lui battent froid, de Sarkozy à Obama et Poutine, indifférents à ce président in partibus qui tient mal ses promesses.

Il n’a plus les moyens de contre-attaquer face à ses adversaires en kaki qui contrôlent tous les services de sécurité. Le DRS, l’ex-Sécurité militaire, a échappé à la présidence en 1990, la Sûreté nationale en 1995 et la gendarmerie nationale reste «une force militaire investie de missions de sécurité publique».

Le président peut espérer tout au plus une rémission. Les circonstances l’y aident. L’équipe nationale de football, engagée dans la Coupe d’Afrique des Nations qui se déroule actuellement en Angola, est qualifiée pour le Mondial, qui aura lieu en Afrique du Sud en juin. Sa réussite captive l’opinion publique et monopolise l’attention des médias. Tant que «les Verts» gagnent des matchs, leur popularité rejaillit en partie sur lui et le met provisoirement à l’abri.

La fête finie, on passera alors, toujours au nom de la lutte contre la corruption, à une autre étape: la mise en cause de son petit frère, Saïd, dont le tout-Alger susurre qu’il collectionne les pots-de-vin. Sentant la menace, M. Bouteflika l’a éloigné ces derniers mois de la présidence, où il était jusqu’alors incontournable.

L’objectif des services est d’obtenir la démission volontaire (au moins en apparence), pour raisons de santé, de M. Bouteflika, qui a été sérieusement malade en 2005-2007. Il y a deux précédents : celui du président Chadli Bendjedid en 1992 et celui de son successeur Lamine Zeroual en 1998. Une virulente campagne de presse contre son bras droit, le général Mohamed Betchine, avait obtenu son départ, suivi par celui du président.

Le même homme était à la manœuvre: le tout-puissant général Médiene, chef du Département Recherche et Sécurité (DRS) de l’état-major, en place depuis bientôt vingt ans… Sans son aval, aucune nomination, aucun contrat, aucun accord n’est possible. Depuis la réélection de Bouteflika pour un troisième mandat, en avril 2009, il bloque la constitution d’un nouveau gouvernement, impose au président un premier ministre qu’il déteste et interdit le congrès du FLN, le seul parti encore aux mains de ses partisans.

Trois des quatre présidents de la République algérienne depuis l’indépendance ont été déposés ou assassinés. Le cinquième, Abdelaziz Bouteflika, a désormais le choix entre partir, comme Chadli et Zeroual, ou rester, au risque de périr, comme Mohamed Boudiaf en 1992, dans un coup fourré…

le monde diplomatique
Ahmed Djezairi

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Post-it Re: Sphères et les cercles d'influence à travers le monde

Message par Syfou le Mer 25 Aoû - 3:41

Stratégies d’influence des médias en Méditerranée

“ Sur la question des stratégies d’influence des médias en Méditerranée, on pet toujours dire qu’elles peuvent avoir deux répercussions. La première est négative car elle renvoie à la question de l’hégémonie. Mais on peut également voir les questions d’influence médiatique comme le processus qui permet à des individus très différents de se constituer, au fil du temps, un savoir commun leur permettant de communiquer entre eux. La question de l’hégémonie et de l’influence devient alors secondaire. Ce qui devient important, c’est la création de ce savoir commun.

Tout d’abord, je vais évoquer l’ambiguïté qui entoure l’utilisation des médias dans les politiques étrangères. Beaucoup d’Etats sont tentés d’utiliser leurs médias ou de faire de la politique par les médias. C’est une opération délicate et les résultats sont parfois ambigus. Malgré les efforts que font les acteurs privés et publics en Méditerranée, l’espace médiatique méditerranéen est un espace producteur d’influence mais en réalité c’est un espace sous une double influence : l’influence américaine d’une part et l’influence des pays du Golfe d’autre part.

La condition de la circulation des idées et des images a sa propre logique. Parfois, elle peut contrarier les stratégies de ceux qui initient l’opération de communication. Les médias peuvent être considérés comme un puissant outil de politique étrangère qui est un pan de la théorie des relations internationales. L’exemple le plus important est ce qui s’est passé pendant la Guerre froide, quand l’Administration américaine a réussi à initier une vaste opération de communication vers les pays de l’Est. Vingt ans après, lorsque les chercheurs évoquent les raisons qui ont abouti à l’implosion de l’Union soviétique, beaucoup évoquent l’aspect économique, la pression militaire américaine ou même encore comme Emmanuel Todd, les questions démographiques. Cependant, de nombreux chercheurs évoquent également la pression médiatique que l’Administration américaine a exercé à travers Voice of America en Union soviétique. Elle a donc réussi à détruire la vérité officielle du gouvernement soviétique et à faire douter à un moment donné ses citoyens. Tous les travaux de Tristan Mattelart en France ou de Jacques Somelin vont dans ce sens, à savoir donner de l’importance aux médias dans ce processus. Bien sûr le monde d’aujourd’hui est très différent de celui de la Guerre froide, car le monde des médias a connu plusieurs transformations fondamentales. La première est une innovation technologique qui est passée par l’abaissement du coût de la communication internationale, ce qui a permis la multiplication des acteurs dans le monde de l’information. Cela signifie tout simplement que l’Etat n’est plus le seul acteur du secteur. A cette innovation technologique s’ajoute une innovation sociale, par ailleurs beaucoup plus importante. Au cours des années 2000, les processus de communication vont passer du concept des médias de masse-qui fut le modèle dominant du 20e siècle- à ce que Manuel Castells appelle le concept « des médias de masse individuels ». Cela signifie qu’il y a une tendance à une égalisation entre le nombre de récepteurs et d’émetteurs. A l’heure actuelle, avec les réseaux sociaux, comme facebook, et avec Internet, on peut mener des campagnes médiatiques très rapides et d’une ampleur très importante avec un très petit nombre de personnes. L’Etat n’est plus qu’un acteur parmi d’autres et pour lui c’est un problème essentiel. En Méditerranée ce processus existe aussi à savoir que l’Etat est concurrencé.

L’influence américaine

L’influence américaine est extrêmement claire car dans le monde de la communication la notion de géographie n’existe pas. Ici, en Méditerranée l’influence américaine existe grâce aux agences de presse, mais également grâce aux feuilletons, aux séries télévisées et à la production culturelle américaine. Beaucoup d’études sur les modes de consommation télévisuels et médiatiques des habitants de la Méditerranée ont été menées. On se rend compte que les productions américaines sont les plus consommées. Les Italiens par exemple consomment beaucoup de productions américaines, mais très peu de productions françaises. Dans le Sud, depuis les années 90, une grande partie de la production américaine est aujourd’hui doublée en arabe, notamment grâce à de grands entrepreneurs saoudiens. Cela signfie que nous avons une présence américaine massive, qui peut à la fois se révéler bénéfique ou négative.

L’influence des pays du Golfe

Les pays du Golfe, pour des raisons multiples, ont choisi d’investir dans l’immatériel. Ils considèrent que grâce aux moyens financiers et aux savoirs qu’ils détiennent, ils ont la possibilité de devenir demain une des grandes bases de données en langue arabe dans le monde arabe, voire dans le monde entier. Vous connaissez tous l’exemple d’Al-Jazeera, qui est aujourd’hui capable à certains moments d’imposer le point de vue de ses journalistes à une grande partie des téléspectateurs du monde arabe. Ceux qui regardent Al-Jazeera dans le monde arabe sont généralement des téléspectateurs politisés, qui participent plus ou moins à l’action politique ou aux décisions politiques. Prenez également l’exemple de Dubaï Media City, et dans laquelle sont rassemblées une grande partie des agences de presse et des journaux, aussi bien arabes qu’internationaux. Les pays du Golfe, notamment l’Arabie saoudite, ont acheté une grande partie de droits de films aussi bien égyptiens que syriens. Une grande partie de la production syrienne mais surtout égyptienne appartient désormais à l’Arabie saoudite. Aujourd’hui, les pays du Golfe ont réussi à capter les journalistes arabes les plus influents. Les journalistes arabes les mieux payés, ceux qui ont atteint un certain degré de professionnalisme dans leur domaine se dirigent tous vers les pays du Golfe pour travailler dans les médias qataris et saoudiens, qu’ils soient Libanais, Maghrébins ou Egyptiens.

Ainsi, nous avons une concentration très importante de savoir-faire qui fait qu’aujourd’hui, le Golfe est devenu le principal producteur des images et des messages consommés dans la rive Sud méditerranéenne par les arabophones.

Même dans le domaine de l’information en langue arabe, les Etats méditerranéens non-arabes sont concurrencés par d’autres acteurs. On a parlé ce matin de France 24 en arabe. C’est une initiative intéressante. Au début la programmation était de quatre heures en langue arabe. Aujourd’hui, nous sommes passés à dix heures par jour. France 24 est concurrencée, bien sûr, par la télévision américaine Al Hourra qui a un budget de 100 millions de dollars et qui émet 24h sur 24 depuis 2004. Les Iraniens ont également lancé en 2003 une chaîne importante en arabe. La BBC de même. Une chaîne russe émet également en arabe. Nous avons un espace médiatique arabophone dans les flux de la Méditerranée qui est encombré par des acteurs non-méditerranéens et dont l’impact est très important.

Nous avons en réalité un espace médiatique méditerranéen aussi bien dans le Sud que dans le Nord qui est sous influence et qui n’est pas autonome, et ce malgré la présence de la COPEAM (Conférence permanente de l’audiovisuel méditerranéen).

L’impact des stratégies médiatiques reste ambigu notamment lorsque les Etats essaient d’une manière volontaire d’utiliser les médias afin de vendre leur politique ou pour influencer l’opinion. Pourquoi ? Parce que la circulation internationale des idées et des images possède sa propre logique et que cette logique peut parfois contrarier la stratégie des Etats. En effet, le message global qui est émis par tel ou tel acteur est en réalité interprété localement. Depuis une trentaine d’années, toutes les études sociologiques insistent sur cette négociation locale des messages globaux. Généralement, lorsqu’un acteur ouvre un message, il rêve que le sens que lui-même donne à ce message soit le même partout. C’est ainsi que l’influence se propage.

Le problème est qu’en réalité, le message est reçu localement et que chaque groupe humain, parfois même chaque individu, va négocier le message comme il le veut, selon ses intérêts mais aussi selon sa culture propre.

Prenons en exemple le « Projet Aladin », qui est très important et intéressant. L’objet de ce projet est de faire connaître la Shoah aux publics arabe, turc et iranien. Ce projet est initié par la Fondation pour la mémoire de la Shoah, légitimé par l’Unesco et soutenu dernièrement par le ministère des Affaires étrangères français. Le projet est donc très clair pour ceux qui l’ont conçu. Pour soutenir leur louable objectif , il leur faut lutter à travers la médiatisation de ce projet contre le négationnisme, très présent parmi les publics arabes, turcs et iraniens, en traduisant toutes les œuvres qui peuvent faire connaître la Shoah.

Ainsi, en mars 2010, dans tous les centres culturels français de nombreux pays, des cérémonies et des manifestations sont organisées pour faire connaître aux Marocains, aux Jordaniens, aux Egyptiens ou aux Tunisiens la Shoah, mais également dans des villes comme Bagdad et Erbil, où les choses deviennent d’ailleurs plus compliquées. En effet, pour l’opinion arabe, ce sont des villes occupées. D’ailleurs, une émission d’Al-Jazeera, la plus importante en ce moment même dans le monde arabe, consiste en un décryptage de l’information et traite de la Shoah. Le message de la personne en charge de défendre ce projet est complètement inaudible. Les gens qui regardent l’émission ne comprennent pas ce qui se dit sur le plateau. Pour les gens qui ont discuté de ce projet, la question du négationnisme ne se pose pas. Pour eux, ce n’est pas la problématique. La problématique c’est tout simplement le fait que lorsque l’on invoque la Shoah, on oublie le sort misérable réservé aux Palestiniens. Pour eux, plus on communique sur cette question, plus on approfondit le fossé car il y a un malentendu fondamental sur le sujet.

Pour terminer, les stratégies médiatiques, lorsqu’elles sont initiées par les Etats, peuvent être contre-productives et parfois même dangereuses. Surtout actuellement, à l’heure de la transformation du monde des médias, les stratégies médiatiques sont devenues hasardeuses, et en réalité, la communication ne peut pas résoudre les problèmes politiques.”

Par:Mohammed EL OIFI, Politologue, Maître de conférences à l’Institut d’études politiques de Paris

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Post-it Re: Sphères et les cercles d'influence à travers le monde

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum