Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Mer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Sam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Dim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Ven 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Mer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Sam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Lun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Mar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Mar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Lun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Jeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Jeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Sam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Mer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Lun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Jeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Mar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Mer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Mar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Lun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Dim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Lun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Lun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Mars 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Lobby ou groupe d’intérêts

Aller en bas

Post-it Lobby ou groupe d’intérêts

Message par Syfou le Ven 27 Aoû - 23:55

Lobby

Lobby est un mot anglais qui signifie en français « groupe de pression » ou « groupe d’intérêts ». Au pluriel, il s'écrit lobbys ou lobbies.

La définition du terme lobby est délicate dans la mesure où elle est un enjeu de positionnement le plus souvent idéologique visant à déclasser telle ou telle cause au regard de sa propre cause ou à alimenter parfois la théorie du complot.


Selon une définition largement admise, un lobby est une structure organisée pour représenter et défendre les intérêts particuliers d'un groupe donné. Pour ce faire, il exerce une activité de lobbying qui consiste « à procéder à des interventions destinées à influencer directement ou indirectement les processus d'élaboration, d'application ou d'interprétation de mesures législatives, normes règlements et plus généralement, de toute intervention ou décision des pouvoirs publics ». La définition du Que sais-je ? consaré au lobbying est très proche : « le rôle d'un lobby est d'infléchir une norme, d'en créer une nouvelle ou de supprimer des dispositions existantes ».

On trouve habituellement la distinction entre les « professionnal lobbies » (acteurs économiques (groupes industriels ou financiers, entreprises multinationales ou organisées en filières, organisations professionnelles, syndicats, fédérations...) et les « citizens lobbies » ou « non profits groups » (les organisations non gouvernementales et les associations quand celles-ci s'organisent pour démarcher régulièrement les élus). Ce classement, issu de la recherche anglo-saxonne, s'est imposé face à une recherche européenne très peu fournie en matière de groupes d'intérêt. Il fait l'objet d'un débat en Europe quand il s'agit d'associations qui défendent des causes qu'elles présentent comme relevant de l'intérêt général. Elle est contestée, par exemple, par le réseau d'associations ETAL (Encadrement et transparence des activités de lobbying)[3], par la Fondation Sciences Citoyennes, de même que par des élus et par des commentateurs spécialisés.

Chaque lobby dispose d'outils d'influence (clubs de réflexion et d'influence dits aussi « think tanks », lobbyistes et cabinet de lobbying ou de conseils, avocats, associations et fondations, etc.).

Des gouvernements ou des collectivités locales peuvent s'organiser également en lobbies ou recourir à des cabinets de lobbying pour faire valoir leurs point de vue et intérêts auprès d'autres autorités politiques, élus et institutions (exemple : des Conseils régionaux auprès du Parlement européen, des pays auprès de l'ONU ou du Fonds Monétaire International). Pour certains auteurs, au contraire du plaidoyer, le lobbying (représentant d'intérêts) cherche à peser sur les décisions politiques sans chercher à gouverner directement.

En France, ce terme a une connotation essentiellement péjorative, les lobbies étant perçus comme défendant des intérêts particuliers ou corporatistes aux dépens de l’intérêt général, même si l'influence d'un lobby ne s’opère pas nécessairement contre la volonté des décideurs politiques ou de l'intérêt général. Des auteurs ont relié cette connotation au fait que le lobbying est une activité d'influence souvent entourée d'opacité et employant des arguments incontrôlés, voire corrupteurs, dans un contexte d'encadrement encore insuffisant sur le plan législatif, compte tenu des enjeux financiers et économiques. L'homme ou le groupe politique peuvent aussi chercher à établir des relations avec les groupes d’intérêts pour obtenir plus d’informations utiles à la prise de décision, ou encore pour influencer ces groupes d’intérêts, en les associant par exemple à leur action.

Comme le souligne le Service Central de Prévention de la Corruption dans son rapport annuel 1993-1994, « il faut se garder d'imaginer le « lobbyiste » sous les traits caricaturaux du dispensateur de pots-de-vin, confiné au rôle de maillon d'une chaîne de prébendes [...]. Le lobbying - le « vrai » - se distingue à la fois de sa caricature et des pratiques douteuses. Les déviances marginales ne sauraient entacher l'ensemble d'une profession. Mais, de même que le monde des affaires veille de lui-même à ce que l'escroquerie soit sanctionnée, de même faut-il se donner les moyens de déceler le trafic d'influence. ».

Historique

L'origine du mot anglais lobby signifie littéralement « vestibule » ou « couloir ». Les premières utilisations dites politiques de ce terme datent du XIXe siècle. Dès 1830, le terme « lobby » désignait les couloirs de la Chambre des communes britannique où les membres de groupes de pression pouvaient venir discuter avec les « MPs » (Members of Parliament). De même, lors de la guerre de Sécession, le général Grant, après l'incendie de la Maison Blanche, s'était installé dans un petit hôtel dont le rez-de-chaussée (lobby) était envahi par des groupes d'intérêt. Aujourd'hui encore, à la Maison Blanche, cette pièce est accessible à de tels groupes.

Le mot lobby désigne donc étymologiquement le lieu où s'expriment les groupes d'intérêts, mais il est aujourd'hui employé en Europe pour désigner ces groupes eux-mêmes. Ces groupes interviennent aussi dans les espaces étroitement liés aux médias afin d'influencer les journalistes, dans les milieux de la recherche afin d'influencer les chercheurs et auprès des pouvoirs publics afin d'y faire entendre leurs revendications ou de les influencer par divers moyens. Leur activité consiste donc à influencer ces pouvoirs publics dans le sens de leurs intérêts.

D'un point de vue plus traditionnel on préfère désigner les lobbies de « groupes d'influence », « groupes d'intérêt » ou « groupes de pression », mais la notion de « lobbies » suppose que le groupe d'intérêt organise sa représentation auprès des décideurs politiques afin de peser plus efficacement. Elle suppose aussi des moyens financiers permettant d'employer les services de cabinets de lobbying ou de se doter de services internes de lobbying, comme le font les firmes industrielles et les coalitions d'entreprises. Les opérations lancées par les professionnels du lobbying (lobbyistes), parfois élaborées de façon non transparente, ont amené certains pays à l'encadrer par une législation (tout particulièrement les États-Unis, dès 1945, puis le Canada en 2005). En Europe, le législateur hésite encore à fixer des règles de transparence obligatoires. Le lobbying d'affaire est ainsi chargé d'une connotation péjorative dès ses origines du fait qu'il recourt communément à des moyens d'influence et des stratégies qui échappent à la transparence attendue des arguments en démocratie. Cette connotation péjorative s'est encore renforcée au cours des années 1980 et 1990 avec l'éclatement de crises sanitaires (amiante, sang contaminé, farine animale, éthers de glycol...) où le rôle de certains groupes de pression industriels ou corporatistes minimisant les risques grâce à l'action de cabinets de lobbying a été dénoncé par des chercheurs scientifiques (notamment les toxicologues Henri Pézerat et André Cicolella) et des associations de victimes. Par exemple, il arrive que des stratégies de lobbying mises en œuvre par des industriels aillent jusqu'à fourvoyer le système de prévention sanitaire afin de maintenir le commerce de produits qui ont un impact particulièrement délétère.

La question de la régulation du lobbyisme

Néanmoins, l'expérience montre la nécessité, pour une démocratie représentative, de réguler l'activité de lobbyisme. Cette régulation ne peut être réellement effective que si certaines bases législatives existent. En effet, si les États-Unis disposent d'une législation fixant des contraintes de transparence aux actions de lobbying (Lobbying Act), celle-ci souffre d'insuffisances, notamment par l'absence de règles concernant le financement des partis. La collusion entre les intérêts financiers des entreprises, le lobbying et les partis politiques prospère sur ce vide juridique. L'affaire Abramoff (2006) en est une des manifestations.

Wikipedia

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Post-it Re: Lobby ou groupe d’intérêts

Message par abdelmalek le Dim 12 Déc - 15:08

le plus représentatif des lobby est celui des juifs :qui est coordonnés par le rabinat qui oreinte mêmme certains vers l'action politique a droite et a gauche pour être partout:....
abdelmalek
abdelmalek
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 1142
Age : 70
Emploi/loisirs : médecin
Humeur : sinusoidale
Date d'inscription : 28/03/2009
Localisation : ALGERIENNE

Revenir en haut Aller en bas

Post-it Re: Lobby ou groupe d’intérêts

Message par Sphinx le Ven 28 Jan - 1:48

Lobbyistes pro-marocains dans le monde

Le Royaume du Maroc a su tisser au fil des ans, un réseau
d'amitiés précieuses, au cœur même des cercles du pouvoir. Aux États Unis, en Europe et partout dans le monde.

Mohamed Benaïssa, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération.

Trente millions de dollars. Un chiffre qui donne le tournis. C'est, d'après un article signé par Ian Williams dans le quotidien britannique The Guardian, la somme qui aurait été dépensée par le Maroc dans le lobbying aux Etats-Unis pour promouvoir son plan d'autonomie des provinces sahariennes. Le Moroccan American Policy Center (MAPC), organisation non-lucrative pro-marocaine aux USA, aurait ainsi dans ce but, d'après le même journaliste, recruté plusieurs lobbyistes qui ont notamment défendu la politique israélienne et la guerre en Irak au sein des cercles de pouvoir américains. Pas moins de 168 membres du Congrès américain ont de la sorte signé une pétition demandant à la Maison-Blanche de soutenir la proposition marocaine à l'Organisation des Nations Unies, (présentée le 11 avril 2007 à Ban Ki-moon), sous l'argument choc (en ces temps de guerre anti-terroriste) que le plan en question est l'unique moyen d'empêcher Al Qaïda de prendre racine au Maghreb en profitant du climat d'instabilité engendré par le conflit Maroc-Front Polisario.
«On peut aisément affirmer que 160 parmi ces congressmen n'avaient jamais entendu parler du Sahara Occidental un mois auparavant. Si lesdites personnes se sont précipitées de la sorte pour signer une lettre ayant trait à la politique étrangère, vous pouvez être sûr qu'il y a un gros travail de lobbying derrière», écrit en substance Ian Williams.
La contre-pétition du Polisario n'aura, elle, recueilli qu'une cinquantaine de signatures. Un «scoop» repris aussitôt et commenté en long et en large par la presse algérienne, sans grande surprise. Info ou intox? D'autres organes de presse parlent carrément, pour leur part, de guerre froide à Washington par cabinets de lobbying interposés.

Byrd Robert

Quelle crédibilité accorder à tout cela? Ce qui est sûr, c'est qu'il est pour le moins difficile de vérifier ces assertions, tant il est vrai que le travail de lobbying est, par essence, discret et informel. Ceci dit, l'existence d'un lobby pro-marocain au pays de l'Oncle Sam est désormais un secret de Polichinelle. Sénat, Maison Blanche, Département d'Etat, Etat Major, ONU… Le Maroc a en effet su tisser au fil des ans un réseau d'amitiés précieuses au cœur même des cercles du pouvoir américain. Un réseau si vaste et si solide que les positions marocaines sont aujourd'hui indéniablement bien défendues au sein des instances décisionnelles américaines et onusiennes. Intégrité territoriale, défense de l'image d'un Maroc stable politiquement, socialement et économiquement, d'un Maroc de traditions et de progrès… tout y passe. Preuve s'il en faut de l'efficience de ce colossal travail d'influence, le soutien outre-Atlantique au Royaume chérifien ne s'est jamais démenti ou n'a été mis à mal à ce jour, et ce malgré les changements de gouvernements successifs. Et il faut croire par ailleurs que les pétrodollars sonnants et trébuchants dont Alger arrose ces défenseurs n'y font pas grand chose, si l'on prend le cas précis du délicat dossier du Sahara.
Mais qui sont véritablement les lobbyistes pro-marocains? Comment agissent-ils?

Hillary et Bill Clinton.

«Le lobby pro-marocain n'est pas, à ma connaissance, un lobby structuré comme c'est le cas par exemple pour le lobby pro-israélien. Ce sont davantage des gens de pouvoir dispersés ici et là, qui apprécient le Maroc pour des raisons ou des intérêts divers et variés et prennent position en sa faveur à chaque fois que l'occasion se présente ou qu'on leur demande, chacun dans sa sphère propre. Ceci dit, à Washington, il existe des lobbys professionnels, déclarés et rémunérés en tant que tels et agissant dans un cadre légal, strict et réglementé», explique Gabriel Banon, conseiller économique spécialisé en géo-politique auprès de chefs d'Etat.
Les lobbys professionnels dont parle l'ex-conseiller de Yasser Arafat et de Pascal Lissouba sont en général des cabinets d'avocats ayant pignon sur rue qui interviennent à la demande de gouvernements étrangers ou autres. Parmi les cabinets de lobbying renommés avec lesquels le Maroc a signé des contrats en bonne et due forme, on peut ainsi citer le cabinet Tew Cardenas, chargé, fin mars 2007, par le Moroccan American Center for Policy de promouvoir le Maroc auprès des responsables politiques américains moyennant une rémunération de 15.000 dollars par mois.
Côté plus officieux si l'on peut dire, aux Etats-Unis, certains sénateurs sont clairement connus pour être acquis aux positions marocaines. On peut ainsi citer, entre autres, Allard Wayne (républicain), Robert Byrd (démocrate), Michael Enzi (républicain), Chuck Hagel (républicain), Robert Casey (démocrate) et Christopher Dold (démocrate). Ou, dans le gouvernement, Eagle Burger, secrétaire d'Etat sous l'administration de Bush Senior, l'ex-président Bill Clinton et son épouse Hillary, Al Gore (ex vice-président de 1993 à 2001) ou encore l'ex- secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères (1973-1977) et prix Nobel de la paix Henri Kissinger.

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Post-it Re: Lobby ou groupe d’intérêts

Message par Sphinx le Ven 28 Jan - 1:51

Suite ...Lobbyistes pro-marocains dans le monde

C'est dire si, en Amérique du Nord, le lobbying est monnaie courante, admise, assumée et affichée avec plus ou moins de transparence. Ainsi, les lobbyistes professionnels, dûment enregistrés, doivent respecter un code de conduite pour pouvoir exercer leur profession au Congrès par exemple, instance à laquelle ils remettent en outre des comptes-rendus trimestriels détaillés sur leurs activités.
En revanche, en Europe notamment, c'est loin d'être le cas. Le lobbying y est encore assimilé à du trafic d'influence ou à de la corruption. A une sorte de pratique de couloir (lobby est tiré justement du nom d'une antichambre du parlement britannique destinée au vote des députés à une certaine époque) clandestine et anti-déontologique.

Il faut dire que la frontière entre ces pratiques est encore perçue comme floue et fragile. Et ce malgré la mise en place de chartes déontologiques régissant la profession de conseil en lobbying, comme c'est le cas en France depuis quelques années (l'exercice de la profession est toutefois strictement incompatible avec tout mandat politique électif national ou européen, tout emploi salarié dans la fonction publique nationale, communautaire ou internationale). Quoi qu'il en soit, en général, en Europe ou ailleurs, pour éviter de se faire coller l'étiquette peu envieuse de soudoyeurs en force, les lobbys pro-marocains qui ne désirent pas être catalogués comme tels revêtent les masques plus subtils de club d'amitié mixtes et autres associations non-lucratives de coopération «socio-culturelle».
«Mais, de toutes les façons, le véritable lobbying, le plus efficace, est informel», nous dit Gabriel Banon. Plus discret tu seras, plus de bénéf' tu en tireras. Et cela, le Maroc l'a vraisemblablement bien compris. Le calcul est en fait élémentaire. Qu'est-ce qui rapporte le plus? Un groupe de pression déclaré, qui, contre argent liquide, agira ponctuellement en votre faveur, auréolé d'une image peu flatteuse de “mercenaire”?

Ou des promoteurs subtils, permanents de surcroît, qui continueront à vous défendre et pas seulement en cas de mauvaise passe? L'écho du second est sensiblement meilleur. Il est néanmoins difficile de croire, et c'est légitime, que les lobbyistes officieux ne reçoivent aucune contrepartie du Maroc. Là encore, rien ne le prouve, surtout si les récompenses et autres présents sont versés en nature: (réceptions grandioses, séjours individuels, vacances en famille, traitement de faveur au Maroc, aide à l'investissement ou à la résidence, etc), cadeaux précieux…
Mais tous les défenseurs du Maroc ne le font pas forcément par intérêt. Ainsi, et même si nombre d'analystes confinent le vrai lobbying à la politique stricto-sensu, reléguant l'action de promotion du pays auprès
-ou par- des hommes d'affaires, d'art ou de culture à du marketing, force est de constater que nombre de Marocains du monde font du lobbying sans le savoir. Il en va ainsi de certaines célébrités natives du Maroc, comme les humoristes et comédiens Gad El Maleh ou Djamel Debbouz. A eux seuls, ils ont probablement réussi à vendre mieux que n'importe quel officiel le Maroc «terre de paix, de tolérance, d'ouverture et de modernité», de Washington à Bruxelles en passant par New-York et Paris.

De même pour la diaspora juive marocaine. Personne n'est près d' oublier l'image émouvante de la New-Yorkaise d'origine marocaine Lilliane Shalom, vice-présidente du Rassemblement du Judaïsme marocain, saluant, les larmes aux yeux et la voix tremblante d'émotion feu Hassan II lors d'une réception donnée par le défunt en l'honneur de la communauté judéo-marocaine à New-York à la fin des années 90. Plus de 60 ans après l'exode massif des juifs marocains vers Israël, le Canada, les Etats-Unis et dans une moindre mesure l'Europe, ceux-ci sont toujours et majoritairement fortement attachés à la terre qui les a vu naître.
On comprend que les quelques 300.000 juifs marocains qui ont quitté le Maroc depuis 1947 seulement et leurs milliers de descendants ne comptent pas, fût-ce numériquement, pour du beurre.

D'autant plus que nombre d'entre eux occupent des postes clés au sein des plus hautes sphères du pouvoir ou du monde des affaires, aussi bien en Amérique, en Israël (Raphaël Edri, Amor Shaoul, Yitzhak Navon, Asher Ohana, David Lévy, Shlomo Ben Ami, pour ne citer qu'eux) qu'un peu partout à travers le monde.
Mais n'est pas lobbyiste qui veut! Comme le souligne Gabriel Banon: «Pour pouvoir exercer une influence auprès des grands responsables américains, il faut soi-même avoir un certain poids. On a tendance à oublier que beaucoup de membres de la diaspora judéo-marocaine sont de simples citoyens. Mais, dès qu'ils peuvent, ils parlent en bien de leur pays natal et suscitent par leurs éloges des voyages touristiques, vendant sans le savoir la destination Maroc. C'est déjà pas mal!». D'ailleurs, qui nierait que de nos jours, toutes les sphères (économique, politique ou culturelle) se rejoignent et s'influencent d'une manière ou d'une autre?
Mais, concernant ce cas particulier de la diaspora juive marocaine dans le monde, n'y-a-t-il pas une part d'irrationnel dans leur amour viscéral et sans concessions pour le Maroc?

«Il y a toujours une part d'irrationnel dans le cas des juifs marocains. Personnellement, je me sens animé d'un sentiment de devoir envers ma terre natale mais, si je la défends avec autant de verve et d'enthousiasme chaque fois que l'occasion m'est donnée, c'est parce que je suis en grande partie convaincu que le Maroc est un pays exemplaire, le plus tolérant du monde arabe, un pays indéniablement ouvert, en route vers la démocratie et amené à devenir un grand Etat dans la sphère africaine», se défend Gabriel Banon en conclusion.
Personne à ce jour n'a évalué exactement le pouvoir et l'impact de ces travailleurs de l'ombre. Mais, une chose est incontestable: ces réseaux de soutien souterrains constituent, chacun à son échelle et selon ses moyens, une aide précieuse aux ambassadeurs attitrés du Maroc officiel. Ce dernier les estime-t-il à leur juste valeur?

http://maroc-hebdo.press.ma

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Post-it Re: Lobby ou groupe d’intérêts

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum