Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Meilleurs posteurs
8022 Messages - 42%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
142 Messages - 1%
128 Messages - 1%
94 Messages - 0%
87 Messages - 0%
Galerie


Octobre 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    

Calendrier

Connexion

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message Forces armées togolaises

le Sam 4 Sep - 2:12
Depuis 1960, les Forces armées du Togo comprennent l'armée de terre togolaise, la marine togolaise, l'armée de l'air togolaise et la Gendarmerie nationale togolaise. En 2008, elles totalisent environ 13000 personnels.

Wikipedia

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Re: Forces armées togolaises

le Ven 28 Oct - 22:44
CVJR/ Aného : Les Forces armées togolaises font de nouveau un malencontreux droit de réponse

A défaut d’assumer ses responsabilités, l’armée togolaise rate une nouvelle fois l’occasion d’observer le silence dans le processus de la CVJR. Elle raconte encore des historiettes. Dans une déclaration, à titre de droit de réponse, lue en ce jour par un représentant des Forces armées togolaises (FAT) au cours des audiences de la Commission vérité justice et réconciliation (CVJR) à Aného, l’armée togolaise rejette une nouvelle fois les faits qui lui sont reprochés par les différents intervenants.

Au sujet par exemple des violences d’avril 2005 relatives à la proclamation des résultats des présidentielles, les FAT estiment que « des militants réfractaires de la coalition de l’opposition qui doutaient de la transparence du processus électoral, ont exercé des actes de vandalisme et de violence sur le personnel électoral ainsi que sur certaines autorités administratives et politiques.Face à cette situation, la FOSEP [Ndlr : Force de sécurité élection présidentielle], dans l’exécution de sa mission, est intervenue pour rétablir l’ordre. Cette intervention a malheureusement fait des victimes regrettables de part et d’autres. »

Au sujet des mêmes événements qui se sont déroulés à Aného, les FAT, poursuivent que « ces violences se sont aggravés, par le fait que les éléments de la FOSEP avaient en face d’eux des manifestants qui faisaient usage d’armes de guerre. » Des armes dont ils se seraient emparés après l’attaque et la mise à sac du commissariat de la ville d’Aného, explique cette déclaration lue par Lieutenant Colonel Diabakaté Bako.

C’est pour le moins surprenant qu’à cette étape de la tournée nationale de la CVJR, l’armée produise encore un tel droit de réponse à la face du monde. En réponse à la relation des faits concernant « l’attaque de la primature le 3 décembre 1991 et les cadavres de la lagune de Bè », les FAT avaient effectué une sortie piètre et terne qui a suscité l’ire et les quolibets de toutes sortes contre eux. Une affaire qui avait été réglée devant le Chef de l’Etat, sous les menaces de démission du prélat Barrigah, président de la Commission, selon certaines indiscrétions. Bien de Togolais croyaient alors sans doute que cette sortie infamante et avilissante de l’image de cette armée lui a servi de leçon. Et quelle n’est la surprise d’écouter un tel droit de réponse, qui banalise toutes ces exactions commises sur de pauvres togolais en avril 2005. En dehors des centaines de morts, les Togolais se rappellent au moins comme hier seulement de l’histoire des ces enseignes de fortune érigées au fronton des maisons et portant l’inscription « Déjà frappés ». Et les FAT s’en rappellent eux aussi sûrement. Ne serait-ce que pour rire ou se réjouir des brimades subies par leurs impuissantes victimes.

Parfois le silence ne dort pas, et il est d’or.

Source:http://icilome.com

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum