Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.

Tendances et habitudes 120px-10

http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Tendances et habitudes EmptyMer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Tendances et habitudes EmptySam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Tendances et habitudes EmptyDim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Tendances et habitudes EmptyVen 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Tendances et habitudes EmptyMer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Tendances et habitudes EmptySam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Tendances et habitudes EmptyLun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Tendances et habitudes EmptyMar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Tendances et habitudes EmptyMar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Tendances et habitudes EmptyLun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Tendances et habitudes EmptyJeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Tendances et habitudes EmptyJeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Tendances et habitudes EmptySam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Tendances et habitudes EmptyMer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Tendances et habitudes EmptyLun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Tendances et habitudes EmptyJeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Tendances et habitudes EmptyMar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Tendances et habitudes EmptyMer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Tendances et habitudes EmptyMar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Tendances et habitudes EmptyLun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Tendances et habitudes EmptyDim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Tendances et habitudes EmptyLun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Tendances et habitudes EmptyLun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Tendances et habitudes Empty
Mai 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Tendances et habitudes

Aller en bas

Sujet / Message Tendances et habitudes

Message par Syfou le Sam 4 Sep - 2:24

Tendances nouvelles de la sociologie des relations raciales

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1962_num_3_2_6069#

Revue française de sociologie

Dans une première étape, le préjugé racial fut considéré comme inné et son étude limitée aux variations en fonction des différences d'intelligence et d'affectivité. Il était d'ailleurs admis que les groupes raciaux reposaient sur des différences innées d'intelligence, de tempéraments et d'émotions. Ces différences « naturelles » expliquaient la position respective de ces groupes, leurs modes de relations, leurs préjugés mutuels, etc. Les ethnologues furent les premiers à contester ce point de vue, suivis de près par les psychologues qui, sous l'influence des premiers, rejetèrent leurs affirmations antérieures sur l'inégalité des aptitudes intellectuelles des Noirs . Les différences d'intelligence furent attribuées au milieu, et, par voie de conséquence, le préjugé racial fut considéré comme acquis. Cette dernière hypothèse, vérifiée par de nombreux tests, fut à l'origine des questions que l'on se posa sur la formation, la modification, la maîtrise et l'élimination des préjugés raciaux. Dès 1925, l'étude des attitudes, préjugés et stéréotypes raciaux envahit la psychosociologie américaine : ce fut la seconde étape de l'étude des relations raciales. Cette étude n'était d'ailleurs qu'une application de la psycho-sociologie des attitudes. A cette orientation peuvent se rattacher les travaux de Thurstone, Bogardus, G. Allport, Otto Klineberg ainsi que la thèse d'Adorno sur La personnalité autoritaire. Dans cette thèse célèbre, les auteurs montraient que la personnalité autoritaire, à caractère pathologique, caractérise l'individu à préjugés, notamment l'antisémite, et rattachaient l'origine des préjugés à la structure de la personnalité.

L'engouement des recherches sur les attitudes, préjugés et stéréotypes au cours de cette période de 20 ans (1925-1945) s'explique en partie dans la mesure où la plupart des social scientists admettaient que le préjugé jouait un rôle essentiel dans la détermination du comportement discriminatoire. Pourtant, dès 1935, Gordon Allport et R. Lapiere avaient déjà signalé l'indépendance de l'attitude et du comportement. Mais le postulat du lien entre le préjugé et la conduite ne fut vraiment rejeté qu'au lendemain de la seconde guerre mondiale après qu'une série d'études eût montré l'indépendance, voire la discordance, entre l'attitude et le comportement . De nombreuses recherches, publiées entre 1940 et 1950 (en particulier celles de Lapiere, MacKenzie, Myrdal, Stouffer, Deutsch et Collins, Allport, etc.) révélèrent l'influence non plus de l'attitude mais de la situation sur le comportement de l'individu, la multiplicité des rôles que celui-ci joue suivant le groupe dans lequel il se trouve : « Peu de personnalités sont complètement intégrées et sans conflits. Même les plus conséquents parmi nous jouent plusieurs rôles dans les nombreux groupes dont ils sont membres. Mais il n'y a aucune tendance ou habitude psychologique inhérente à notre propre constitution. Tantôt l'une, tantôt l'autre de nos tendances et habitudes se révèle en fonction de la situation » .

Les sociologues firent des constatations identiques. L'analyse de 45 situations différentes mit en évidence l'indépendance de l'attitude et du préjugé : « Les personnes censées obéir au préjugé ont un mode de comportement parfaitement égalitaire lorsqu'un tel mode de comportement est prescrit sur le plan social et les personnes tenues pour exemptes de préjugés font de la discrimination dans les situations qui, du point de vue social, semblent l'exiger » (s). Actuellement on a tendance à admettre que « le milieu social où se situe l'action exerce sur le comportement un effet bien plus déterminant que les attitudes raciales des participants » . La comparaison de l'attitude des Blancs à l'égard des Noirs dans des situations variées révéla que les préjugés et discriminations de la part des Blancs étaient très atténués sur le

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Tendances et habitudes

Message par Syfou le Lun 6 Sep - 1:04

Les Enjeux du Quotidien : les Français et Internet

« Les Enjeux du Quotidien », réalisés par TNS Sofres pour l’EPIQ*, sont une série d’études traitant de sujets se situant au cœur de l’actualité et des préoccupations quotidiennes des Français. Ce premier volet de la saison 2010 porte sur « les Français et Internet ». Il est publié le 16 février 2010 dans les titres de Presse Quotidienne Nationale, Régionale, Urbaine Gratuite et la Presse Hebdomadaire Régionale.

Principaux enseignements de cette édition :

Internet : une source d’information importante pour la majorité des Français
Les Français sont convaincus de la complémentarité d’Internet et des journaux
Communiquer, s’informer, se distraire, acheter… une multiplicité d’utilisations d’Internet, qui s’inscrit dans le quotidien des Français
Publicité en ligne : du clic à l’achat.
Internet : une source d’information importante pour la majorité des Français
59% des Français considèrent Internet comme une source d’information importante (+5 points par rapport à 2006), dont 9% qui la qualifient de « source d’information par excellence » (+2 points).

Sans surprise, les plus jeunes font une place plus importante à Internet dans leur quête d’information que les plus âgés : 72% des 15-34 ans estiment qu’Internet est une source d’information importante (dont 14% en font la source d’information par excellence), pour 57% des 35-59 ans et 50% des 60 ans et plus. Cependant, le fossé générationnel ne se creuse pas : chaque classe d’âge présente une progression de 5 points par rapport à 2006.
Les plus nombreux à considérer Internet comme source d’information importante voire incontournable sont les habitants d’Ile de France (64%), d’Alsace et de Rhône-Alpes (63% chacun), de la région PACA et la Corse (63%) et de Picardie (62%).

Les Français sont convaincus de la complémentarité d’Internet et des journaux
Vu comme une source importante d’information, Internet ne cannibalise pas pour autant le rôle informatif des journaux. Une large majorité de Français (69%, sans évolution depuis 2006) considère Internet comme « une source d’information complémentaire aux journaux car il permet de trouver des informations de nature différente». Il s’agit surtout des 35-49 ans (74%), devant les 15-34 ans (64%). Les Français issus des catégories socioprofessionnelles aisées sont 77% à concevoir Internet comme un complément d’information aux journaux, pour 67% des employés et ouvriers. Les plus nombreux en accord avec cette affirmation habitent en Bretagne (79%), dans le Limousin (78%) et en Auvergne (74%).

Les Français sont tout de même un quart (26%) à percevoir Internet comme « une source d’information qui remplace les journaux car il permet de trouver toutes les informations ». Les plus jeunes (15-34 ans) sont les plus nombreux à partager ce point de vue (35%), ainsi que les PCS- (30%, pour 22% des PCS+), les Alsaciens (32%) et les habitants de Franche-Comté (30%). Les Français ne sont qu’1% à déclarer qu’Internet n’est pas une réelle source d’information.

Communiquer, s’informer, se distraire, acheter... une multiplicité d’utilisations d’Internet, qui s’inscrit dans le quotidien des Français
La quasi-totalité des internautes interrogés utilise Internet pour « envoyer ou recevoir des emails » (96%), « obtenir des informations pratiques » (93%) et pour « se distraire » (88%). Viennent ensuite le « suivi de l’actualité » (80%), « l’achat de produits ou services » (76%), « l’utilisation d’une messagerie instantanée » (72%) et « la consultation d’un blog » (62%). Par rapport à 2006, les activités dont l’usage a particulièrement augmenté sont la consultation de blogs (+11 points) et l’achat de produits ou services (+6 points).

La principale évolution se situe au niveau de la régularité de ces usages. La pratique de l’ensemble des différentes activités est en effet beaucoup plus régulière, surtout pour « le suivi de l’actualité » (37% utilisent « souvent » Internet pour s’informer de l’actualité, +8 points), pour se distraire et se détendre (58% de « souvent », +7 points), et l’achat de produits ou de services (24% de « souvent », +5 points).

Publicité en ligne : du clic à l’achat
Lors de leur navigation sur Internet, la majorité des internautes français (57%) ne clique jamais sur les publicités. Cependant, près de 2 internautes sur 5 (42%) déclarent avoir cliqué sur des bandeaux publicitaires, dont 17% qui déclarent le faire de temps en temps. Ce phénomène concerne 45% des 15-34 ans, 42% des 35-59 ans et seulement 37% des 60 ans et plus. Ils sont les plus nombreux à cliquer sur une publicité en Poitou-Charentes (48%), en Rhône-Alpes (47%), en Champagne-Ardenne et dans la région Nord-Pas de Calais.

Leurs principales motivations sont liées à l’offre proposée (81% de citations), avec une motivation légèrement plus affirmée pour le service ou le produit proposé (59% de citations) que pour la promotion ou l’offre commerciale proposée (55%). Mais cliquer sur un bandeau publicitaire conduit-il forcément à l’achat ? Pour 50% des personnes interrogées, ce clic peut aboutir à un achat (35% « Oui, rarement », 14% « Oui, occasionnellement », et 1% « Oui, régulièrement »). Il s’agit surtout des 15-34 ans, les habitants de Basse-Normandie (63%), de Poitou-Charentes et de Haute-Normandie (59%). Les moins nombreux viennent de Champagne-Ardenne (34%) et des Pays de la Loire (39%).
* Ces études entrent dans le cadre de l’EPIQ (Etude de la Presse d’Information Quotidienne) commanditée par la Presse Quotidienne Régionale, la Presse Quotidienne Nationale, la Presse Quotidienne Urbaine Gratuite et la Presse Hebdomadaire Régionale.

tns-sofres.com

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Tendances et habitudes

Message par Syfou le Lun 6 Sep - 1:11

Les jeunes américains et Internet

En France comme aux Etats-Unis, les jeunes de 8 à 14 ans représentent un groupe démographique important. En effet, en raison de son rôle de prescripteur, cette classe d'âges joue un rôle économique non négligeable de part et d'autre de l'Atlantique et, à ce titre, est une cible de choix pour les spécialistes du marketing y compris en ligne.

Mais quel est le poids réel de cette popoulation sur Internet ? Quels sont ses comportements sur la Toile ? Comment ceux-ci évoluent-ils dans le temps ? Quel est le pouvoir d'achat de cette classe d'âges sur le Web ? Quelle est la place d'Internet dans leur existence, notamment par rapport aux autres medias ?

Pour le savoir, le cabinet d'étude américain eMarketer a recueilli les données les plus récentes existant sur le sujet aux Etats-Unis. Etat des lieux.


Etudes:

Des adolescents qui baignent dans le Net

Tendances et habitudes 01-poi10

Comme en France, les pré-adolescents et a fortiori les adolescents baignent dans un univers numérique dont Internet fait intégralement partie. 67,1 % des 8-11 ans déclarent en effet s'être connectés au Web au cours du mois précédent l'enquête. Cette proportion est même supérieure chez les 12-14 ans puisqu'elle atteint 74,3 % de cette classe d'âges. Cette tendance devrait d'ailleurs s'accroître dans les quatre ans à venir, même si cette population ne doit pas progresser en valeur absolue. en 2010, 71,4 % des pré-adolescents devraient être connectés à Internet et 84,7 % des adolescents selon eMarketer.

Le Web touche également les moins de 11 ans

Tendances et habitudes 02-int10

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Tendances et habitudes

Message par Syfou le Lun 6 Sep - 1:19

Suite:Les jeunes américains et Internet

1 heure de surf pour les 8-11 ans

Tendances et habitudes 03-sex10

Le temps passé sur Internet varie toutefois en fonction de l'âge. Les plus jeunes, c'est-à-dire ceux qui ont entre 8 et 11 ans, passent le plus souvent moins d'une heure par semaine sur le Net. Ce comportement est d'ailleurs plus féminin que masculin. Alors qu'en moyenne, 38 % des 8-11 ans déclarent passer moins d'une heure par semaine sur le Net, les filles sont 42 % à avoir ce comportement pour 25 % des garçons. Mais déjà à cet âge, passer entre une à quatre heures sur le Net n'est pas rare, puisque c'est le cas de 29 % des membres de cette classe d'âges. Au delà (5 heures et plus), il existe un vraie fracture puisque les officionados du Net ne représentent que 8 % des 8-11 ans.

5 heures de surf pour les 12-14 ans

Tendances et habitudes 04-sex10

En revanche, les plus âgés, c'est-à-dire ceux ayant entre 12 et 14 ans, passent beaucoup plus de temps sur Internet. 27 % d'entre eux déclarent en effet se connecter entre 1 et 4 heures par semaine et 13 %, entre 5 et 9 heures par semaine. Chose nouvelle, à ce stade, la différence de comportement entre les filles et les garçons tend à s'estomper, y compris chez les gros consommateurs de Web, c'est-à-dire plus de 10 heures par semaine.

Pour eux, Internet cohabite avec la télévision

Tendances et habitudes 05-act10

A cet âge et par la suite, Internet s'invite d'ailleurs dans beaucoup de leurs activités. En particulier lorsqu'ils regardent la télévision. 32 % des 12-17 ans déclarent en effet aller sur Internet alors qu'ils sont devant le petit écran. Fondamentalement multi-tâches, c'est la troisième de leurs activités favorites lorsqu'ils regardent la télévision, la première étant téléphoner et la deuxième, faire ses devoirs.

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Tendances et habitudes

Message par Syfou le Lun 6 Sep - 1:33

Suite:Les jeunes américains et Internet

Les jeux, activité préférée des pré-adolescents en ligne...

Tendances et habitudes 06-act10

Le temps de connexion et la faculté à jongler avec les différents medias ne sont pas les seules variables à évoluer avec l'âge. Les activités favorites des jeunes sur Internet changent également avec le temps. Pour 56 % des pré-adolescents de 9 ans, par exemple, les jeux en ligne sont leur activité préférée, loin devant l'utilisation de messageries instantanée ((20 %) ou encore la musique (6 %) et l'envoi d'e-mails (6 %).

... est coiffée par la messagerie instantanée chez les 12 ans

Tendances et habitudes 06-act11

Trois ans plus tard, le paysage a quelque peu évolué. Les jeux en ligne ne sont plus l'activité favorite des jeunes américains de 12 ans. Ceux-ci ont été détrônés par les activités de communication, au premier rang desquels les messageries instantanées qui recueillent 40 % des réponses. Les jeux en ligne arrivent seulement à la deuxième position avec 28 % des suffrages, suivis par la musique (9 %), les chats (7 %) et les contenus people (7 %).

Les réseaux sociaux, mais vers 15 ans

Tendances et habitudes 08-soc10

Avec l'âge, les jeunes américains s'intéressent également de manière croissante aux réseaux sociaux au premier rang desquels figure MySpace. En moyenne, 46 % des 12-17 ans déclarent s'être déjà rendus sur ce site selon le Los Angeles Times and Bloomberg. Mais cet engouement est particulièrement présent chez les 15-17 ans et en particulier les filles de cet âge. 61 % d'entre elles déclarent en effet s'être rendus sur MySpace contre 47 % des garçons du même âge. Avant cet âge, les réseaux sociaux font peu recette.

Un réel pouvoir sur les achats en ligne

Tendances et habitudes 09-eco10

Enfin, bien qu'ils soient encore très jeunes, les 12-17 ans sont belle et bien des cyber-consommateurs. 44 % d'entre eux déclarent avoir déjà acheté en ligne. Un comportement qui est surtout l'apanage des 15-17 ans, puisque 53 % d'entre eux déclarent avoir déjà effectué un achat sur Internet, alors que ce n'est le cas que de 35 % des 12-14 ans. De même, à mesure que les adolescents grandissent, le montant de leur panier moyen s'étoffe. Alors qu'il n'est que de 63 dollars entre 12-14 ans, il est de 79 dollars entre 15 et 17 ans.

journaldunet.com

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Tendances et habitudes

Message par Syfou le Mar 14 Sep - 21:55

Enquête canadienne sur l'utilisation de l'Internet (ECUI)

Aperçu

L'Enquête canadienne sur l'utilisation d'Internet (ECUI) mesure l'étendue et la portée de l'utilisation d'Internet par les particuliers au Canada. Le contenu de l'enquête inclut le lieu d'utilisation (à la maison, au travail, etc.), la fréquence et l'intensité, les utilisations particulières à la maison, l'achat de produits et services (commerce électronique), et d'autres questions liées à l'utilisation (telles les inquiétudes relatives à la protection des renseignements personnels). À ce contenu s'ajoutent les caractéristiques des ménages et des particuliers (p.ex. âge, revenu, études, type de famille) et certains détails géographiques (p.ex. province, milieu urbain/rural et Régions métropolitaines de recensement).

Les résultats de l'enquête sont largement diffusés à une variété d'utilisateurs. Tous les niveaux de gouvernement peuvent utiliser l'ECUI pour formuler les politiques et programmes relatifs à Internet (adoption et obstacles, accès haute vitesse, Gouvernement en direct et autres initiatives de communication) et au commerce électronique. De plus, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) se sert des résultats pour effectuer des études de référence et de comparaison internationales.

Un large éventail de projets de recherche s'appuient sur les données de l'ECUI. Dans le milieu universitaire, les microdonnées sont mises à la disposition des étudiants et des chercheurs des université et collèges dans le cadre de l'Initiative de démocratisation des données. Le secteur privé utilise les résultats de l'enquête dans le cadre d'études de marché et de consultations sur les questions de réglementation concernant l'utilisation d'Internet. Enfin, les résultats sont cités communément par les médias, ce qui témoigne du niveau d'intérêt élevé accordé au Web et à ses utilisateurs.

L'ECUI remplace l'Enquête sur l'utilisation d'Internet par les ménages (EUIM, voir le Résumé chronologique des changements), réalisée de 1997 à 2003, qui était axée sur la pénétration d'Internet dans les ménages. La nouvelle enquête a été remaniée en vue de mettre davantage l'accent sur l'utilisation d'Internet par les individus et de se conformer aux normes internationales s'appliquant aux statistiques relatives à Internet. Comme l'ECUI est conçue pour recueillir des renseignements auprès de l'individu, mais que l'EUIM était fondée sur le ménage, il n'est pas approprié de comparer directement les résultats de ces deux enquêtes.

Population cible

La population cible inclut les résidents du Canada âgés de 16 ans et plus, à l'exclusion des résidents du Yukon, des Territoires du Nord-Ouest et du Nunavut, des pensionnaires des établissements, des personnes vivant dans les réserves indiennes et des membres à temps plein des Forces canadiennes.

Élaboration de l'instrument

La conception de l'enquête elle-même se fonde sur l'enquête modèle de l'OCDE, adaptée aux besoins des Canadiens. Le questionnaire a été conçu par Statistique Canada en consultation avec les parties intéressées et tient compte des besoins de données des collectivités élargies responsables de la recherche et des politiques.

La mise à l'essai du questionnaire de 2005 a été effectuée en deux étapes, au cours des derniers mois de 2003, par le Centre d'information sur la conception des questionnaires (CICQ) de Statistique Canada, selon une méthode axée sur les groupes de discussion. En 2007, le contenu a été modifié afin de refléter les commentaires formulés par les répondants et les intervieweurs en 2005 et de refléter l'évolution des utilisations d'Internet et des activités sur Internet qui ont été déterminées par un groupe de travail interministériel. De plus, certains modules utilisés en 2005 n'ont pas été employés en 2007.

Pour 2009, très peu de changements ont été apportés au contenu et à la conception. On a supprimé les questions pour lesquelles le répondant devait indiquer s'il utilisait Internet pour chercher des renseignements médicaux, liés à la santé ou ayant trait au gouvernement, ou encore pour communiquer avec les gouvernements du Canada. Seule une question sur le gouvernement en direct a été conservée.

Le questionnaire a été formulé de façon à suivre autant que possible les pratiques et le texte normalisés dans un environnement d'interview assistée par ordinateur. Cela inclut le contrôle automatisé de la formulation de questions en fonction des réponses données à des questions antérieures et des enchaînements de questions ainsi que l'utilisation d'un ensemble de contrôles en ligne permettant de détecter les incohérences logiques et les erreurs brutes de saisie. L'application informatique de collecte de données a été soumise à des essais rigoureux (essais modulaires et essai de bout en bout) avant de pouvoir être utilisée dans l'enquête.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête transversale par échantillon.

Le questionnaire de l'ECUI a été administré à un sous-échantillon de répondants à l'Enquête sur la population active (EPA), numéro d'enregistrement 3701. Cette dernière est réalisée selon un plan de sondage en grappes stratifié à plusieurs degrés avec échantillonnage probabiliste à chaque étape afin de sélectionner un échantillon représentatif des ménages des dix provinces du Canada, à l'exclusion des personnes vivant dans les réserves indiennes, des membres à temps plein des Forces canadiennes et des pensionnaires d'établissements. Chaque mois, un sixième de l'échantillon de l'EPA est remplacé par un nouveau panel de renouvellement (panel de « naissances ») de logements.

L'échantillon de l'Enquête canadienne sur l'utilisation d'Internet (ECUI) commence avec les ménages de quatre des cinq panels déjà dans l'EPA de novembre. Une fois le contact établi avec les ménages sélectionnés pour l'ECUI, l'application informatique de l'enquête sélectionne au hasard un membre éligible de 16 ans ou plus. La taille finale de l'échantillon de 23 178 reflète un taux de réponse de 68 % pour les individus ayant été sélectionnés pour participer à l'ECUI.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2009-11-15 – 2009-12-06

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

Dans presque tous les cas, l'interview de l'EPA est complétée par une personne responsable du ménage avant que l'entrevue de l'ECUI ne débute. Cet individu fournit généralement des renseignements sur tous les membres du ménage. Pour un mois donné de collecte, jusqu'à 65 % des renseignements recueillis pour l'EPA peuvent être fournis à propos d'un autre membre du ménage par personne interposée.

Lorsque l'interview de l'EPA est achevée, l'intervieweur demande à la personne sélectionnée pour l'ECUI de répondre au questionnaire. Selon la disponibilité de la personne et les contraintes opérationnelles, certaines interviews de l'ECUI ont été réalisées en même temps que les interviews correspondantes de l'EPA. L'ECUI est une enquête sans réponse par personne interposée, de sorte que seule la personne sélectionnée au hasard pour y participer peut répondre au questionnaire. Les intervieweurs demandent toujours et enregistrent le meilleur moment pour rappeler afin de compléter l'interview; l'ordonnanceur d'appels supervise les appels de suivi de façon à pouvoir essayer différents temps dans la journée durant la période de collecte.

Les interviews ont été menées à partir des bureaux régionaux de Statistique Canada en utilisant l'interview téléphonique assistée par ordinateur (ITAO). Aucune interview sur place assistée par ordinateur (IPAO) n'a été menée en 2009.

www.statcan.gc.ca/imdb-bmdi/4432-fra.htm

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Tendances et habitudes

Message par Syfou le Mar 14 Sep - 22:11

Les libraires canadiens s'inquiètent de la concurrence d'Internet

L’annonce, par le géant américain de la vente en ligne Amazon, de l’installation prochaine d’un entrepôt au nord de la frontière canado-américaine irrite les libraires indépendants. Si le gouvernement conservateur canadien donne le feu vert à l’implantation de ce gigantesque hangar, les prix seront en chute libre


Pourquoi les libraires et les écrivains canadiens s’inquiètent-ils de la montée en puissance d’Amazon ?

« Il est facile pour Amazon d’écouler des best-sellers, mais, pour les autres titres, en particulier ceux publiés par de petites maisons d’édition, le travail des librairies demeure essentiel », lance Marie-Hélène Vaugeois, présidente de l’Association des libraires du Québec. Ces livres, souvent des coups de cœur, sont vendus à des clients qui ne savaient pas ce qu’ils voulaient acheter en franchissant le seuil de la boutique.

« C’est ce que l’on constate dans 63 % des cas. Près de 40 % d’entre eux ressortent même avec un livre dont ils n’avaient jamais entendu parler », poursuit-elle, estimant que ce sont essentiellement ces ouvrages qui vont pâtir de l’arrivée d’Amazon au Canada. Il est en effet peu vraisemblable que la valorisation de la culture – en particulier québécoise – préoccupe la multinationale. Une réalité qui effraie les écrivains québécois.

L’Union des écrivaines et des écrivains québécois dénonce la place grandissante d’Amazon sur le marché du livre, estimant que ce marché ne garantit pas « une saine diversité culturelle », pas plus que « la défense adéquate de la culture québécoise contre l’envahissement des produits culturels étrangers, particulièrement américains ».
Dans quel contexte économique et littéraire l’offensive d’Amazon s’inscrit-elle ?

La Belle Province se distingue par une culture littéraire très forte. On y compte 160 maisons d’édition (pour une population de sept millions d’habitants). Lesquelles ont publié 6 737 ouvrages en 2008. Un record. Antoine Tanguay, directeur des Éditions Alto fondées en 2005 à Québec, estime que toute forme de vente de livres doit être saluée.

La vente sur Internet constitue ainsi un fabuleux palliatif au difficile accès à la littérature dans les régions reculées. Il juge toutefois sévèrement l’absence de réglementation des prix en Amérique. « Que les livres québécois voient leur prix systématiquement réduits, comme cela se pratique déjà dans la vitrine actuelle du site Amazon canadien, est insultant. Au lieu de promouvoir un bon produit, Amazon cherche à vendre. Même à perte. Les bas prix sont uniquement un argument commercial et enlèvent toute valeur aux livres. »

Dominique Lemieux, chargé de projets pour les Librairies indépendantes du Québec, se fait alarmiste. Il perçoit l’arrivée d’Amazon comme une vraie catastrophe pour les 130 librairies indépendantes du Québec. « Les livres de fonds assurent leur survie, puisque c’est aujourd’hui les seuls lieux dans lesquels on trouve une variété éditoriale. En venant les concurrencer sur leur territoire et en proposant des prix inférieurs, Amazon va les fragiliser. »
Le milieu de l’édition anglophone partage-t-il les inquiétudes du Québec ?

Au Canada anglais les libraires s’inquiètent également. La Canadian Booksellers Association s’insurge contre l’installation de ce centre de distribution par Amazon. Cette opposition est toutefois loin de faire l’unanimité chez les anglophones.

Dans son éditorial du 12 mars, le National Post, quotidien conservateur de Toronto, dénonce l’attitude de libraires qui « s’enroulent dans le drapeau canadien pour se plaindre que la culture canadienne est en péril ».

Soulignant que, si le marketing sans frontières tend à effacer les différences entre une culture nationale et une autre, encore faut-il qu’il y ait une distinction au départ. Ce dont il se permet de douter.

Par:Yasmine BERTHOU, à Québec


__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Tendances et habitudes

Message par Syfou le Mer 20 Oct - 2:21

Algérie:Plus de la moitié des internautes algériens ont un niveau d'études supérieur

Alger - Plus de la moitié des internautes algériens ont un niveau d'étude supérieur (entre bac+1 à 5 et plus), selon les résultats d'une étude réalisée par les deux entreprises IDEATIC et Med&com et rendus publics mercredi

aptisée Webdialna, cette étude, qui a concerné un échantillon de 18.064 internautes, a indiqué que 55,3% des internautes algériens ont un niveau d'étude bac+1 à +5 et plus, 25% ont un niveau de lycée (entre la 1re et la 3e année secondaire) et 8,4% d'entre eux ont un niveau de CEM (de la 1re à la 4e année moyenne), alors que 6,6% sont des diplô més de l'enseignement professionnel.

L'enquête, réalisée à travers un questionnaire électronique publié sur plusieurs sites internet algériens et renforcée par une campagne de e-mailing, a précisé, en outre, que 37% des internautes sont des cadres et 25% des étudiants.

Le document a noté, par ailleurs, un "léger rééquilibrage" dans l'utilisation de l'internet entre les hommes et les femmes, qui précise que 70% d'entre eux sont des hommes et 30% des femmes (tous âges confondus).

Une précédente étude a estimé le taux des femmes utilisant internet en Algérie à 25,8% des internautes algériens.

Concernant la répartition des tranches d'âge, l'étude a révélé que la tranche 26-35 ans arrive en première place avec 31,1%, suivie de celle de 20-25 ans avec 29,4% et de 15-19 ans avec 17,2%. La tranche d'âge 36-45 ans occupe la 4e place avec 12,3% des internautes.

A propos de la localisation géographique des internautes algériens, l'étude a souligné le développement des taux d'accès à internet à travers différentes régions du pays, grâce, notamment, aux politiques de développement de l'ADSL lancées à travers toute l'Algérie.

Plus explicite, l'enquête a précisé que le taux d'internautes algériens de l'ouest du pays est passé à 21,8% en 2010 contre 15,68% en 2009, alors que pour le sud du pays ce taux est passé de 9,36% en 2009 pour s'établir à 12,4% en 2010.

Selon la même étude, 92,4% des connexions d'internautes algériens viennent de l'Algérie et le reste, soit 7,6%, de l'étranger.

A propos des habitudes de connexions, les internautes algériens restent des "internet addicts" puisqu'ils sont 66,7% à se connecter plusieurs fois par jour et 40% d'entre eux allant jusqu'à se connecter plus de 20 heures par semaine, a noté la même source, qui relève que les nouveaux adeptes sont également nombreux, puisque 20% des internautes se connectent depuis moins d'un an.

Par ailleurs, l'étude a indiqué que le domicile reste le lieu de connexion privilégié des internautes algériens puisqu'ils sont 77% à se connecter depuis chez eux.

Selon l'étude, 68,8% des internautes algériens utilisent internet pour le courrier électronique, 53,1% pour le téléchargement (musique, logiciel, films), 43,4% pour la messagerie instantanée et le chat, 41,2 % pour regarder les vidéos en ligne et 32,1% pour les réseaux sociaux (Facebook, Myspace, Twitter....).

L'étude Webdialnà a fait remarquer, dans ce contexte, l'"incontestable" percée des réseaux sociaux, tels que Facebook ou Twitter, où 32% des internautes algériens déclarent se connecter pour accéder à ces réseaux.

Le "grand gagnant" de ce marché "très porteur" est "sans conteste" Facebook, qui totalise 70% des connexions à des réseaux sociaux en Algérie. Facebook compte 1,2 million de membres algériens, selon la même source.

http://www.emarrakech.info/Plus-de-la-moitie-des-internautes-algeriens-ont-un-niveau-d-etudes-superieur_a44804.html

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Tendances et habitudes

Message par Sphinx le Mar 28 Fév - 23:47

Millionen deutsche Digital Outsider fürchten das Web

Rund 27 Millionen Bundesbürger gehen nie oder sehr selten ins Internet. Eine Studie hat untersucht, was diese Menschen vom Surfen abschreckt.

Tendances et habitudes Cat_in10
FOTO: PICTURE ALLIANCE / DPA

Zwei Frauen nehmen an einem Internet-Spezialkurs für Senioren teil: Die digitale Kluft zwischen Alt und Jung in Deutschland ist groß

Die Internet-Nutzer in Deutschland haben offensichtlich sehr unterschiedliche Erwartungen an die Sicherheit im Netz. Das zeigt eine aktuelle Studie des Deutschen Instituts für Vertrauen und Sicherheit im Internet (DIVSI).

DIVSI-Direktor Matthias Kammer sprach von „diametral entgegengesetzten Sicherheitsbedürfnissen“ und warnte vor daraus resultierenden Konflikten, die zum Auseinanderbrechen der „gesellschaftlichen Solidarität“ führen könnten.

Die sieben verschiedenen Internet-Milieus

Der Studie zufolge fühlt sich allen voran die junge Generation der sogenannten Digital Natives im Internet sicher und setzt beim Umgang mit persönlichen Daten auf Eigenverantwortung. Sie können sich gar nicht vorstellen, dass es Menschen gibt, denen es anders geht.

„Ich surfe, also bin ich“, wandelte Kammer den Spruch des Philosophen René Descartes („Ich denke, also bin ich“) ab, um das Lebensgefühl der Digital Natives zu beschreiben. Dagegen fühlen sich die sogenannten Digital Immigrants, die zwar regelmäßig aber meist nur notgedrungen im Netz unterwegs sind, stark verunsichert und fordern von der Politik strenge Regelungen zum Datenschutz.

Lire la suite sur:
http://www.welt.de/wirtschaft/webwelt/article13893296/Millionen-deutsche-Digital-Outsider-fuerchten-das-Web.html

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
Tendances et habitudes Sphinx10


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Tendances et habitudes

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum