Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Mer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Sam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Dim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Ven 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Mer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Sam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Lun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Mar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Mar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Lun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Jeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Jeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Sam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Mer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Lun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Jeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Mar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Mer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Mar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Lun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Dim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Lun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Lun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Mars 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Autorité palestinienne

Aller en bas

Sujet / Message Autorité palestinienne

Message par Syfou le Mar 7 Sep - 21:41

Histoire de la Palestine

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

-1850
Abraham quitte sa terre natale


Selon la Torah, le patriarche hébreu Abraham reçoit les révélations de Yahvé, qui lui demandera de quitter la ville d'Our, sa terre natale. Accompagné de sa femme, Sarah, et de son neveu, Loth, il se rendra à Haran. Ils vivront quelques temps en nomade. A Sichem, Yahvé promettra de donner le territoire à sa descendance. Affecté par la famine, le groupe trouvera ensuite refuge en Égypte. Rapidement expulsés, Abraham et Sarah s’installeront finalement à Canaan tandis que Loth se rendra à Sodome. Abraham conclura une alliance avec Yahvé, scellée par le rite de la circoncision. Ce pacte devra lui assurer une descendance masculine. C’est ainsi que viendra au monde Isaac, alors qu’Abraham avait atteint l’âge de cent ans. Les Juifs se considéreront plus tard comme descendants d’Abraham, premier à vénérer le Dieu unique.
P.s [à revoir]

-1250
Moïse mène les Hébreux hors de l’Égypte


D'après la Torah, Moïse libère le peuple hébreu de l’esclavage. Ayant reçu les dix commandements au mont Sinaï, il ordonne à Pharaon de libérer son peuple. Ce dernier refuse et l’Égypte voit s’abattre sur elle les dix plaies infligées par Yahvé. Le Pharaon, Ramsès II, les autorise finalement à quitter le territoire. Après un périple de plus de quarante ans, le peuple atteint enfin la Palestine, la Terre promise. Il transportera avec lui les tables de la loi (dix commandements) qui plus tard seront mises à l’abri dans l’Arche d’alliance.

-997
David conquiert Jérusalem

Deuxième roi d’Israël, vainqueur de Goliath, David s’empare de Jérusalem et y établit la capitale de son royaume. Il envisage d’abriter l’Arche d’alliance au cœur d’un grand temple, mais Dieu le lui interdit par l’intermédiaire du prophète Nathan. En effet, un homme de guerre ne peut pas édifier un temple de paix. Son fils, Salomon, accomplira cette tâche au cours de son règne. Des siècles plus tard, on attribuera à David la rédaction de nombreux psaumes bibliques.
Voir aussi : Histoire de Jérusalem - Salomon - David - Histoire du Judaïsme

-968
Salomon succède à son père, David

Salomon monte sur le trône du pays de Canaan, qui s’étend alors de l’Euphrate à Gaza. Il améliorera les relations commerciales de son peuple avec les terres alentours et séparera le territoire en douze districts. Il parviendra ainsi à unifier son empire avec pour objectif principal la prospérité de Jérusalem. Il y construira le Premier Temple, entouré de hauts remparts et abritant les Tables de la loi, reçues par Moïse. À sa mort, son empire rayonnant sera divisé : le royaume d’Israël s’étendra au nord tandis que le royaume de la Judée occupera le sud.

-722
Les Assyriens chassent les Juifs

Le roi Salmanazar V et ses troupes assyriennes envahissent le royaume d’Israël. Quelques années plus tard, le royaume de la Judée, au sud, subira à son tour la domination assyrienne, menée cette fois par le roi Sargon II. Les Israélites seront contraints de s’exiler et de se disperser sur les territoires alentours. Le Temple de Jérusalem ne subira toutefois aucun dommage particulier suite à cette première invasion.
Voir aussi : Histoire de Jérusalem - Histoire de la Judée - Histoire du Judaïsme

-597
Le roi de Babylone s’empare du royaume hébreu

Les troupes mésopotamiennes envahissent le territoire israélite, guidée par leur roi, Nabuchodonosor II. Ce dernier détruit le Temple de Jérusalem et fait déporter les Israélites à Babylone. Cet exil marque le début de la première Diaspora, qui bouleversera quelque peu les anciennes croyances juives. Le monothéisme sera renforcé et Yahvé apparaîtra alors comme l’unique divinité de l’univers et ce, pour tous les peuples.

-539
Les Perses conquièrent la Mésopotamie

Lorsque les Perses s’emparent de la Mésopotamie, ils autorisent le peuple juif à réintégrer leurs terres. Tous n’emprunteront pas cette voie et poursuivront leur existence à Babylone ou dans les territoires qui les ont accueillis lors de la Diaspora. Des années plus tard, le nouveau Temple de Jérusalem sera édifié et attirera d’autres exilés. Toutefois, le monument n’égalera pas le Temple d’autrefois et la monarchie ne sera pas restituée dans le royaume.

-332
Alexandre le Grand conquiert la Judée

Le roi de Macédoine chasse les Perses du territoire et concède aux Juifs une certaine liberté. Durant le règne des Ptolémées, de nombreux Juifs s'installeront à Alexandrie. La culture hellénistique se propagera rapidement dans le royaume et influencera les croyances juives. Des conflits éclateront toutefois entre Juifs hellénistes et Juifs opposés.

-165
La révolte maccabéenne

Judas Maccabée reprend Jérusalem après que le successeur d’Alexandre a fait ériger un autel dédié à Zeus au cœur du Temple de Jérusalem. Après sa victoire, Judas Maccabée mettra en place la dynastie des Asmonéens. Il s’appliquera à purifier et embellir le Temple, donnant lieu plus tard à la cérémonie de l’Hanoukka. Quelques années plus tard, l’indépendance de la Judée sera reconnue par la Syrie, mais les conflits entre juifs hellénistes et les autres affaibliront le royaume, ouvrant grand la porte du royaume aux Romains.

-37
Hérode le Grand est proclamé "roi des Juifs"

À la mort de son père, Antipater, Hérode le Grand s’empare des rênes de la Judée. C’est ainsi que quelques années après l’invasion romaine, il est proclamé "roi des Juifs". Il doit rapidement faire face aux conflits entre les Juifs sadducéens et les Juifs pharisiens. Son règne connaîtra toutefois une certaine prospérité, marquée par l’architecture et la reconstruction du Temple de Jérusalem.

30 mai
L’Ascension du Christ

Selon le Nouveau Testament, Jésus Christ s’élève dans le Ciel quarante jours après avoir ressuscité d’entre les morts. Deux iconographies illustrant la scène traverseront les siècles. La première le montre parmi les nuages, s’élevant vers les cieux. La seconde le représente sur le Mont des Oliviers, pris par la main de Dieu. Toujours selon les Écritures, les apôtres recevront, après l’Ascension, l’Esprit saint que Jésus leur avait promis lors de la Cène, son dernier repas.

32
Etienne est lapidé

Aux alentours de 32, le diacre Étienne est conduit devant le Sanhédrin – aréopage juif – pour répondre à l’accusation de blasphème qui pèse contre lui. Au terme d’un long discours par lequel il tente de justifier ses positions chrétiennes, il est condamné à mort, conduit de force hors de la ville et lapidé. Saul de Tarse, qui deviendra plus tard saint Paul, assiste à la sentence, récupère les vêtements des bourreaux et approuve la punition. Saint Étienne sera considéré comme l’un des premiers martyrs chrétiens.

48
Réunion du concile de Jérusalem

Les dirigeants de l’Église de Jérusalem rencontrent les chrétiens Pierre, Paul et Barnabé afin de statuer sur la question du paganisme. Ils se demandent si les païens qui ont adopté la religion chrétienne doivent ou non observer en plus les pratiques imposées par la Loi juive. Au terme de cette rencontre, les participants se mettront d’accord sur le fait que la seule conversion au christianisme suffit au salut des gentils. Cette décision aura pour conséquence d’amener davantage de convertis issus du paganisme au sein de l’Église chrétienne. Par ailleurs, l’esquisse d’une rupture entre les religions juive et chrétienne se profile.

73
La prise de Massada

Après une année de lutte sanglante pour réprimer la révolte juive, les Romains s’emparent de la ville de Massada. Jérusalem n’avait pas résisté longtemps à leurs assauts, mais les habitants de Massada furent plus endurants. Conscients de leur défaite, plusieurs centaines d'entre eux se donneront la mort plutôt que d’être chassés ou tués par leurs ennemis.

132
Bar-Kokhba mène une révolte juive

Simon Bar-Kokhba soulève le peuple juif contre l’empereur romain Hadrien. Depuis des années les Juifs s’opposent à l’autorité de Rome en vain. Cette révolte s’étendra sur trois années et aboutira à une sévère défaite. Aux nombreux morts s’ajoutera l’expulsion des Juifs de Jérusalem. La ville, renommée Aelia Capitolina, leur sera totalement interdite et Hadrien donnera à la Judée le nom de Palestine.

499
La rédaction du « Talmud de Babylone »

Le « Talmud de Babylone », ensemble de lois orales (la « Mishna ») et de commentaires rabbiniques (la « Gemara »), est clôturé. Une autre version, le « Talmud de Jérusalem » avait été réalisé au siècle précédent mais n’était pas aussi approfondie. Ces écrits représentent un ensemble concret des fondements oraux de la religion juive et sont l’œuvre des sages amoraïm. Au fil des siècles, le « Talmud de Babylone » sera complété par différents rabbins et notamment par le rabbin français Rachi, qui fondera une grande école talmudique.

1113 :15 février
L’ordre des Hospitaliers est reconnu
Peu de temps après la prise de Jérusalem par les croisés, le pape Pascal II reconnaît l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem et le place sous la protection du Saint-Siège. À l’origine, l’ordre n’était autre qu’un petit hôpital fondé à Jérusalem pour venir en aide aux pèlerins malades ou blessés. La communauté religieuse qui assurait jusqu’alors la gestion de l’établissement est désormais chargée de défendre la Ville sainte et le royaume de Jérusalem. Ils occuperont, dès 1142, le krak des Chevaliers, grande forteresse de Tripoli. Au lendemain de la dernière croisade, les chevaliers de l’ordre seront contraints de fuir à Chypre, et s’empareront de l’île de Rhodes. Ils prendront alors le nom de "chevaliers de Rhodes". Lorsque Charles Quint leur fera don de l’île de Malte, ils troqueront une fois de plus leur nom contre celui de "chevaliers de Malte".

1128 :13 janvier
L’Ordre des Templiers est approuvé

Le concile de Troyes approuve la règle de l’ordre des Templiers. C’est ainsi que l’ordre est officiellement reconnu. Il fut pourtant fondé dix ans plus tôt sous l’impulsion du chevalier Hugues de Payns. Le roi de Jérusalem, Baudoin II, avait alors logé les chevaliers sur l’ancien temple de Salomon, duquel ils tirèrent leur nom. Ils avaient pour mission de protéger les pèlerins venus en Terre sainte. L’ordre des Templiers, ou ordre du Temple, s’enrichira ensuite très rapidement et gagnera en puissance. Les Templiers seront finalement arrêtés par Philippe le Bel en 1307.

1187: 2 octobre
Saladin s’empare de Jérusalem

Après avoir vaincu l’armée latine à Hattin, le sultan ayyubide Saladin parvient à prendre la ville de Jérusalem. Quelques mois plus tôt, alors à la tête de l’Égypte et de la Syrie, Saladin avait lancé une terrible armée à la reconquête de tout le royaume latin de Jérusalem. Le résultat pour les Chrétiens est catastrophique. La réaction du pape Grégoire VIII ne se fera pas attendre : dès 1187, il appellera à une nouvelle croisade.

1192 :janvier
Richard Cœur de Lion renonce à Jérusalem

Parti en croisade en 1187, Richard Cœur de Lion doit renoncer à prendre Jérusalem. En effet, l’abandon inattendu du roi de France, Philippe Auguste, avec lequel il partageait les mêmes desseins, ne lui permet pas de s’emparer définitivement de la Ville sainte. Afin de préserver sa couronne, il ne peut se permettre de rester plus longtemps en Orient. Il décide donc de conclure un accord avec le sultan Saladin. Durant trois ans, la paix sera assurée et les pèlerins seront autorisés à fouler le sol de la précieuse Jérusalem.

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Autorité palestinienne

Message par Syfou le Mar 7 Sep - 22:02

1799 :16 avril
La bataille de Mont-Thabor

L'armée française vainc l'armée du Grand Turc, suzerain des Mamelouks, à Mont-Thabor (Palestine). Le général Bonaparte a lancé une expédition militaire en Egypte en 1798, dans le but de saper la puissance britannique en Méditerranée orientale et contrôler la route des Indes. Après cette victoire, il continuera son avancée, mais ne parviendra pas à prendre la ville de Saint-Jean-d'Acre. Si la campagne d'Égypte se soldera par un échec sur le plan militaire en 1801, elle permettra à l'égyptologie de prendre son essor, grâce aux travaux des savants que Bonaparte avait emmenés avec lui.

1881: La première vague de pogromes
Les Juifs de Russie sont victime du premier pogrome. Il se produit en Russie, au lendemain de la mort d’Alexandre II et se prolongera durant quatre années. À l’origine de ces violences, les Chrétiens pillent également les propriétés de leurs victimes. Le peuple juif de Russie connaîtra dès lors un second massacre, à partir de 1903 puis un troisième dès 1917. Cette succession de violences provoquera la fuite de millions de Juifs vers la Palestine et l’Amérique.

1896 :15 février
Theodor Herzl publie "l’État juif"

Outré par l’affaire Dreyfus, le Juif hongrois Theodor Herzl publie "l’État juif", un ouvrage qui prône l’établissement d’un territoire juif indépendant en Palestine. Selon lui, ce serait là l’unique solution à l’antisémitisme. Son ouvrage servira de base, plus tard, au mouvement sioniste, qui conduira à la création de l’État d’Israël.

1897 :29 août
Bâle accueille le premier congrès sioniste

Theodor Herzl organise le congrès sioniste de Bâle. Il reprend la thèse explicitée dans son ouvrage « l’État juif » et fonde l’Organisation sioniste mondial. Cette dernière vise à aider les Juifs à s’implanter dans un foyer en Palestine. Elle sera soutenue des années plus tard par la déclaration Balfour.

1917 :2 novembre
Déclaration Balfour

Le ministre des Affaires étrangères britannique, le comte Arthur, James de Balfour rédige une lettre ouverte au baron de Rothschild. Il est stipulé que le gouvernement de sa majesté est disposé à créer en Palestine un "foyer national juif". Le baron de Rothschild, vice-président du comité des députés juifs, prône un retour des juifs en Palestine qui appartient au sultan d'Istanbul. L'état d'Israël ne verra le jour qu'après la seconde guerre mondiale, en 1948.

1947 :18 juillet
L'Exodus refoulé en Palestine



1969 :5 février
Arafat chef de l'OLP

Le Conseil national Palestinien réuni au Caire élit Yasser Arafat président du Comité exécutif de l'OLP (Organisation de Libération de la Palestine). Arafat avait fondé au Koweit en 1959 le Fatah, un mouvement nationaliste palestinien qui coordonne l'action contre Israël. Mais la branche le plus à gauche du mouvement palestinien, le Front de Libération de la Palestine (FPLP) refuse de voir en Arafat un leader, ce qui provoquera une scission du groupe à partir de 1983. En 1988, le Conseil national proclamera l'existence d'un État palestinien et nommera en 1989 Yasser Arafat chef de cet État.
Voir aussi : Histoire de l'OLP - Arafat - Histoire des Elections

1970 :12 septembre
Spectaculaires détournements d'avions

Des pirates de l'air palestiniens du FPLP font sauter sur l'aéroport de Zarka en Jordanie trois avions de ligne détournés après en avoir libéré les passagers. La crise, suivie heure par heure par les médias, aura duré six jours.
Voir aussi : Avion - Détournement - Histoire du Terrorisme : :[ Tout ce qui conserne L'arabe-musulman est consideré par les judéo-chrétiens comme du terrorisme] Arrow

1970 :17 septembre
Début du "Septembre noir"

Le Roi Hussein de Jordanie décide de mettre un terme à la présence des fedayins palestiniens dans son pays. L'armée jordanienne entre dans les camps de réfugiés palestiniens et tire contre des civils faisant près de 3 500 morts et 11 000 blessés.

1974 :26 octobre
Reconnaissance de l'OLP

Au 8ème sommet arabe de Rabat, Yasser Arafat obtient la reconnaissance de l'OLP (organisation de libération de la Palestine) comme le "seul et légitime représentant du peuple palestinien". Cette résolution implique également "l'obligation de tous les pays arabes de préserver l'unité palestinienne et de s'abstenir de toute ingérence dans les affaires palestiniennes." L'ONU avait déjà reconnu l'OLP le 14 mai par 105 voix contre 4. L'organisation est désormais aux yeux du monde entier le représentant du peuple palestinien.

1993 :13 septembre
Poignée de main entre Israël et la Palestine

Les accords sur l'autonomie palestinienne à Jericho et à Gaza sont signés en présence du président Bill Clinton par le Premier ministre israélien, Yitzhak Rabin, et le chef de l'Organisation de Libération de la Palestine (OLP), Yasser Arafat. Elaborée à Oslo et signée à Washington, cette déclaration aboutit à la reconnaissance mutuelle de la Palestine et d'Israël.

1994 :4 mai
Premier accord israëlo-palestinien
L'Organisation de libération de la Palestine (OLP) et l'Etat d'Israël signent l'accord "Oslo I" au Caire (Egypte). Les accords d'Oslo constituent le cadre d'une paix par étapes. Ils prévoient, dans un premier temps, la mise en place d'un régime d'autonomie à Gaza et en Cisjordanie, puis l'ouverture de négociations sur le statut définitif de ces territoires. Le déclenchement de la deuxième Intifada en septembre 2000 mettra un terme à ces négociations.

1994 :14 octobre
Prix Nobel de la paix pour Arafat, Rabin et Pérès

Itzhak Rabin, Shimon Peres, et Yasser Arafat reçoivent un prix commun pour leur action en faveur de la paix au Proche-Orient. La signature des accords Gaza-Jéricho (13 septembre 1993), qui accorde l'autonomie palestinienne aux deux territoires occupés, leur a valu de remporter la plus grande des distinctions internationales.
Voir aussi : Dossier histoire de l' Etat d'Israël - Histoire du Prix Nobel - Arafat - Rabin - Histoire de la Diplomatie

2004 :11 novembre
Mort de Yasser Arafat à Paris

Hospitalisé depuis plusieurs jours à l’hôpital militaire de Clamart et plongé dans un coma profond, Yasser Arafat s’éteint le 11 novembre 2004. Dès le lendemain, sa dépouille est transférée au Caire, où un hommage international lui est rendu. Quelques heures plus tard il est enterré à Ramallah en Cisjordanie, accompagné par presque 100 000 personnes. Fondateur du Fatah, puis dirigeant de l’OLP, Yasser Arafat voit sa vie se partager entre la lutte armée contre Israël et le prix Nobel de la paix. D’origine égyptienne, il a été le principal acteur de la lutte pour la reconnaissance de la Palestine, et il en restera le symbole malgré les suspicions de corruption. Premier président de l’Autorité palestinienne à partir de 1996, son décès est suivi d’élections démocratiques et ouvre la voie à des nouveaux rapports israélo-palestiniens.

2005: 12 septembre
Fin du retrait Israélien de la bande de Gaza

Moins d’un mois après l’évacuation des derniers colons et après trente-huit ans de présence, l’armée israélienne quitte la Bande de Gaza. Le territoire rejoint alors les localités de Cisjordanie, administrées par l’Autorité palestinienne. Engagé par Ariel Sharon dès le 02 février 2004, le processus de démantèlement des colonies de Gaza et les tensions qui l’ont accompagné symbolisent à la fois l’espoir de paix suscité par la « feuille de route » mais aussi ses limites. La classe politique israélienne s'est révélée divisée tandis que les images d'évacuations ont choqué l'opinion publique. Côté palestinien, les conflits d'influence entre le Fatah et la Hamas s'amplifient. Par ailleurs, les frontières, les eaux territoriales et l’espace aérien de la bande de Gaza restent sous contrôle israélien.

2006 :25 janvier
Victoire du Hamas aux élections législatives palestiniennes


Le Hamas, mouvement considéré par l’Occident comme terroriste, remporte la majorité des voix au Parlement palestinien. Jusqu’alors, c’était le Fatah – dont l’un des fondateurs est le président palestinien Mahmoud Abbas - qui détenait la majorité des sièges. Le mouvement Hamas ne reconnaît aucune légitimité à Israël et s’est toujours opposé aux accords d’Oslo. Au début du mois, le Hamas décidait même d’interrompre les accords qui assuraient une trêve de la violence avec Israël.

2006 :17 décembre
Le Fatah et le Hamas acceptent un cessez-le-feu

Les deux mouvements palestiniens du Hamas et du Fatah ont signé un cessez-le-feu. Celui-ci, qui survient au terme d’une journée de combats violents ayant fait trois morts dans la bande de Gaza, reste toutefois très fragile. Ces affrontements, qui ont fait craindre l’éclatement d’une guerre civile, ont commencé suite à la décision de Mahmoud Abbas d’organiser des élections anticipées. Le Premier ministre britannique, Tony Blair, en voyage sur le territoire, apporte son soutien au président palestinien.

http://linternaute.com


__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Autorité palestinienne

Message par Syfou le Mar 7 Sep - 22:15

Autorité palestinienne


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


L’Autorité palestinienne est le nom de l'entité gouvernementale qui représente les habitants arabes de Cisjordanie et de la bande de Gaza. Cette entité a été créée en 1993 par les Accords d'Oslo, afin de négocier avec Israël un accord final sur le conflit opposant les deux parties. Elle a un président et une assemblée élue au suffrage universel, une police (et pas d'armée) et des représentants dans plusieurs pays.

Fonctionnement de l'Autorité palestinienne

L'Autorité palestinienne est divisée en deux paliers. Le premier prend la forme d'un conseil législatif constitué de 132 députés. La moitié de ceux-ci sont élus dans les circonscriptions tandis que les 66 autres sont élus par suffrage universel. Cette méthode d'élection permet de représenter le peuple localement ainsi que le parti qu'il désire vraiment voir au pouvoir. Le premier ministre fait partie de ce conseil et est nommé par le président. Par convention, c'est le chef du parti au pouvoir qui est nommé.

Le président est le second niveau de gouvernement. Il est élu lors d'élections distinctes.

L'Autorité palestinienne a sa propre chaîne de télévision ; elle émet des timbres et dispose d'une administration postale propre depuis 1994.




__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Autorité palestinienne

Message par Syfou le Mar 7 Sep - 22:37

Création de l'autorité palestinienne

L’Autorité palestinienne voit le jour à la suite des accords de Washington (ou Oslo I), signés le 13 septembre 1993 entre l’État d’Israël, qui occupe les Territoires palestiniens depuis la guerre des Six-Jours en 1967, et l’Organisation de libération de la Palestine (OLP). La Déclaration de principes sur les arrangements intérimaires « d’autogouvernement » prévoit notamment le retrait progressif des troupes israéliennes de la bande de Gaza et de Cisjordanie ainsi que l’établissement d’une autorité et d’une autonomie palestiniennes limitées. Une période de six ans (jusqu’en 1999) est définie pour mener à leur terme les négociations relatives au statut des Territoires palestiniens. Les prérogatives respectives de l’Autorité palestinienne et de l’État d’Israël quant à l’administration de ces territoires sont également déterminées par les accords d’Oslo I, puis revues à l’occasion des accords d’Oslo II (1995).

Présidence de Yasser Arafat (1996-2004)

En 1996, Yasser Arafat est élu Président de l'Autorité palestinienne, qu'il dirige jusqu'à sa mort, le 11 novembre 2004. Le 19 mars 2003, le président Yasser Arafat nomme Mahmoud Abbas Premier ministre de l'Autorité palestinienne sous les pressions américaines et européennes. Ces derniers refusaient de dialoguer avec Yasser Arafat. Après la démission de Mahmoud Abbas, le président nomme Ahmed Qoreï pour lui succéder le 7 octobre 2003.

Cependant, l'envenimement du conflit israélo-palestinien a rendu le statut de l'autorité palestinienne problématique selon les points de vue :

son premier président, Yasser Arafat, a été accusé par des gouvernants israéliens de soutenir le terrorisme, directement, par négligence ou par son inaction bien qu'il condamnait les attentats-suicides.
Le même est fréquemment accusé par la population qu'il administrait de favoriser la corruption et de ne pas savoir déléguer ou partager le pouvoir. Dans son autobiographie, Bill Clinton parle de Yasser Arafat comme de quelqu'un qui n'a pas réussi à dépasser la mentalité de « chef de guerre » pour enfin devenir le « chef d'État » dont il a les fonctions et c'est à cela qu'il attribue l'échec des négociations du sommet de Camp David II.
les incursions militaires de l'armée israélienne dans les territoires administrés par l'autorité prouvent que le gouvernement israélien n'accorde aucun crédit à l'autorité.
À la mort de Yasser Arafat, Rawhi Fattuh, président du conseil législatif palestinien (le parlement palestinien), conformément à la loi fondamentale palestinienne, assure la présidence par intérim pour 60 jours.

Présidence de Mahmoud Abbas (depuis 2005)

Mahmoud Abbas est élu, le 9 janvier 2005, président de l'autorité palestinienne. Sous sa présidence et dans le prolongement de celle de Yasser Arafat, l'Autorité palestinienne lutte pour la création d'un État palestinien, aux côtés d'Israël et distinct de celui-ci.

La prise de pouvoir du Hamas

Les élections municipales palestiniennes de 2005 sont marquées par la participation du Hamas dans la vie politique de l'autorité palestinienne et par la popularité du mouvement dans la population, notamment dans la bande de Gaza.

Aux élections législatives palestiniennes du 26 janvier 2006, le Hamas obtient 76 sièges contre 43 pour le Fatah. Le président Mahmoud Abbas appelle à la formation d'un gouvernement Hamas par Ismaël Haniyeh.

Le 25 mai 2006, il annonce la tenue d'un référendum en ce sens.

Report des déclarations de Mahmoud Abbas : « Mahmoud Abbas, président de l’Autorité palestinienne, a déclaré ce jeudi [25 mai] qu’il organiserait un référendum national sur la base d’un document qui appellerait à un État palestinien dans les frontières de 1967, si le Hamas ne répondait pas favorablement à sa proposition dans un délai de 10 jours ».

La question posée aux Palestiniens serait : acceptez-vous, ou non, le document élaboré au début du mois par des dirigeants palestiniens détenus en Israël ? Ce document appelle à un État palestinien en Cisjordanie, dans la bande de Gaza et à Jérusalem Est, territoires conquis par Israël à l’occasion de la guerre de 1967. Le document a été négocié pendant quatre semaines par d’importants prisonniers appartenant au Hamas et au Fatah dans la prison israélienne de Hadarim, où se trouve actuellement en détention le dirigeant du Fatah Marwan Barghouti, et plus récemment celui du Hamas Aziz Dweik.

Abbas a déclaré jeudi lors d’une réunion de dirigeants palestiniens qu’il existe un consensus national sur les frontières du futur État palestinien : « Tous les Palestiniens, du Hamas jusqu’aux communistes, nous tous voulons un État palestinien dans les frontières de 1967. Voilà ce qui est à notre portée, ne parlons pas de nos rêves ».

Il a précisé que si 10 jours de dialogue entre le Hamas et le Fatah (dialogue qui a commencé jeudi) ne débouchaient pas sur un programme commun, il organiserait un référendum dans les 40 jours qui suivraient.

Interrogé sur le soutien dont auraient besoin les Palestiniens pour créer leur État indépendant, Abbas a dit : « Les États arabes attendent que nous adoptions cette attitude de réalisme, pour pouvoir travailler en harmonie et faire avancer la cause palestinienne. Ils ne peuvent rien faire pour la cause palestinienne si les Palestiniens s’opposent à tout ».

A la suite d'une guerre de factions entre le Fatah de Mahmoud Abbas et le Hamas de Ismaël Aniyeh, le Hamas contrôle la totalité de la bande de Gaza le 15 juin 2007.

La lutte contre la corruption

Repoussé depuis décembre 2005, sur demande du président Mahmoud Abbas, en raison des élections de janvier, le procureur Ahmed Moghani a publié le 5 avril 2006 son enquête portant sur des détournements de fonds pour un montant de 700 millions de dollars disparu des coffres de l'Autorité palestinienne. Au total, ces détournements portent sur une cinquantaine de cas de corruption financière et administrative dans lesquels seraient directement impliquées vingt-cinq personnes. Dix mandats d'arrêt internationaux ont été délivrés contre des suspects en fuite.

Cette enquête a abouti, grâce au soutien du président Mahmoud Abbas, qui s'était engagé lors de son élection à lutter contre la corruption qui représente un véritable fléau dans les territoires palestiniens . Ces 700 millions sont à rapprocher des dettes de l'autorité qui s'élèvent en janvier à 1 milliard de dollars alors qu'elle se trouve dans l'incapacité de payer les salaires de ses fonctionnaires. La plupart des fonctionnaires sont payés avec plusieurs mois de retard.

Affrontements entre factions rivales

La rivalité entre le Fatah et le Hamas amènent leurs militants à des affrontements armés, principalement dans la bande de Gaza. Les discussions entre factions échouent plusieurs fois autour de la question de la formation d'un gouvernement d'union. Un Accord sur un gouvernement d'union nationale palestinien est trouvé le 8 février 2007 à La Mecque, pour composer un nouveau cabinet de coalition au Premier ministre Ismaïl Haniyeh.

Le 15 juin 2007, à la suite d'une guerre civile entre le Fatah et le Hamas qui a fait 113 morts, le Hamas contrôle la totalité de la bande de Gaza. Mahmoud Abbas dissout en représaille le gouvernement et appelle à des élections anticipées. La faction pro Fatah des martyrs d'al Aqsa affirme chercher en représaille des membres du Hamas en Cisjordanie.

Finances de l'Autorité palestinienne et subventions des parrains

Les finances de l’Autorité palestinienne sont grandement dépendantes de l’aide étrangère. Voici comment elle se répartit :

Budget 2005 de l'Autorité palestinienne : Total: 1,96 milliard de dollars (1,62 milliard d’euros)

Aide étrangère : Total : 1,1 milliard de dollars (910 millions d’euros), dont un tiers pour les salaires gouvernementaux et frais de fonctionnement, le reste pour les infrastructures et projets de reconstruction

Principaux bailleurs de fonds :

Union européenne : 295 millions de dollars (245 millions d’euros), principalement en aide au développement
Contributions individuelles des pays de l’UE : 300 millions (250 millions d’euros), les deux principaux pays donateurs étant l’Allemagne à 56 millions de dollars (46 millions d’euros) et le Royaume-Uni à 50 millions de dollars (41 millions d’euros)
États-Unis : 234 millions de dollars (193 millions d’euros), principalement pour des projets de développement
Pays arabes : 204 millions de dollars (168 millions d’euros)
Norvège : 60 millions de dollars (50 millions d’euros)
Japon : 30 millions (25 millions d’euros)
Revenus des impôts : 2005 : 396 millions de dollars (327 millions d’euros)

Autres revenus : Droits de douanes et TVA collectés par Israël pour l’Autorité palestinienne chaque mois : 50 millions de dollars (45,39 millions d’euros)

L'Union européenne a versé 280 millions d'euros de subvention directe. L’Union européenne a décidé de continuer à verser son aide financière à l’Autorité palestinienne tant que le nouveau gouvernement n’a pas prêté serment, annonce Le Soir. Elle a toutefois conditionné à terme le maintien de son aide à la reconnaissance, par le Hamas, de l’État d’Israël et des accords précédemment signés par l'autorité palestinienne avec Israël et à la renonciation à la violence par le mouvement islamiste.

Sources: Banque mondiale, ministère palestinien des Finances et gouvernements individuels

Divisions administratives

Les Territoires palestiniens occupés en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza ont été divisés par les accords d'Oslo en trois aires administratives aux statuts différents:

l'aire A est la région sous contrôle palestinien total. Les villes palestiniennes (à l'exception de Jérusalem-Est qui a été exclue des accords).
L'aire B est la région sous contrôle palestinien civil mais sous contrôle militaire israélien.
L'aire C est la région sous contrôle total israélien.
Seize gouvernorats (5 dans la bande de Gaza et 11 en Cisjordanie) ont aussi été définis[3].

Dans la bande de Gaza:

Gouvernorat de Deir Al-Balah
Gouvernorat de Gaza
Gouvernorat de Gaza-Nord
Gouvernorat de Khan Younès
Gouvernorat de Rafah
En Cisjordanie

Gouvernorat de Bethléem
Gouvernorat de Hébron
Gouvernorat de Jénine
Gouvernorat de Jéricho
Gouvernorat de Jérusalem
Gouvernorat de Naplouse
Gouvernorat de Qalqilya
Gouvernorat de Ramallah et Al-Bireh
Gouvernorat de Salfit
Gouvernorat de Tubas
Gouvernorat de Tulkarem

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Wikipedia

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Autorité palestinienne

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum