Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.

Femme algérienne  120px-10

http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Femme algérienne  EmptyMer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Femme algérienne  EmptySam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Femme algérienne  EmptyDim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Femme algérienne  EmptyVen 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Femme algérienne  EmptyMer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Femme algérienne  EmptySam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Femme algérienne  EmptyLun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Femme algérienne  EmptyMar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Femme algérienne  EmptyMar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Femme algérienne  EmptyLun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Femme algérienne  EmptyJeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Femme algérienne  EmptyJeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Femme algérienne  EmptySam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Femme algérienne  EmptyMer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Femme algérienne  EmptyLun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Femme algérienne  EmptyJeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Femme algérienne  EmptyMar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Femme algérienne  EmptyMer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Femme algérienne  EmptyMar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Femme algérienne  EmptyLun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Femme algérienne  EmptyDim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Femme algérienne  EmptyLun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Femme algérienne  EmptyLun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Femme algérienne  Empty
Mai 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Femme algérienne

Aller en bas

Sujet / Message Femme algérienne

Message par Syfou le Mer 6 Oct - 22:07

l’histoire d’un combat interminable

8 mars 1910 – 8 mars 2009, voila 99 ans que la journée internationale de la femme à été célébrée à Copenhague, au Danemark. Cette journée a été décidée à l’initiative de « la conférence internationale des femmes socialistes », proposée par Clara Zetkin née le 8 mars 1857, réunissant dix-sept pays. Les résolutions de cette conférence étaient toutes inhérentes aux droits de la femme, tels que le droit de vote, l’exercice de la fonction publique, le droit à la formation professionnelle, etc.

Par ailleurs, bien que le combat n’ait pas cessé pour l’égalité des droits entre les deux sexes, les deux grandes guerres ont éclipsé, pour un moment, cette dynamique. Il fallait donc la fin de la guerre de 39-45 pour que les revendications refassent surface derechef. Cette fois-ci, les congressistes, réunis à San Francisco du 25-26 avril 1945, ont pris les revendications légitimes des femmes à bras le corps. Il a été décidé dans la foulée de proclamer l’égalité des sexes en tant que droit fondamental. Mais, pendant que ces décisions se prenaient en Europe et en Amérique, l’Afrique était sous le joug colonial. Considérés comme sujets, ces textes ne les concernaient ni de prés ni de loin. En tout cas, pour l’Algérienne, il fallait qu’elle participe activement à la lutte armée pour qu’elle recouvre son indépendance. Et une fois celle-ci acquise, il fallait qu’elle milite pour qu’elle soit reconnue et respectée.

Le combat de la femme algérienne pour l’indépendance.

Le statut de sujet, des Algériens en général, ne tendait qu’à nier leur existence. Bien que l’extermination n’ait pas été officiellement assumée, il n’en reste pas moins que pendant les quarante ans de pacification, de 1830 - 1871, la population a dégringolé de 3 millions à 2,1 millions d’habitants. La femme algérienne n’a pas échappé à la furie des Bugeaud, Clauzel, Berthezène, de Bourmont, St Arnaud, Montagnac et Pélissier. Dans une lettre de ce dernier à Bugeaud, Pélissier a raconté l’enfumade du Dahra en été 1845. Après avoir obligé les Algériens à rentrer dans la grotte, « un corps de troupes françaises s’est occupé à entretenir un feu infernal. Entendre le gémissement des hommes, des femmes, des enfants et des animaux ; le craquement de rochers calcinés s’écroulent et les continuelles détonations des armes… Le matin… J’ai vu un homme mort, le genou à terre, la main crispée sur la corne d’un bœuf. Devant lui était une femme tenant son enfant dans ses bras… On a compté 760 cadavres. » Dans cette phase sombre de la colonisation, le moins que l’on puisse dire c’est que les souffrances étaient les mêmes que se soit pour les hommes ou pour les femmes.

Plus tard, en dépit de la répression systématique des autorités coloniales, le peuple a résisté par diverses formes de lutte. Et à chaque fois qu’une revendication était de nature à demander l’égalité entre les Algériens et les Français d’Algérie, les autorités coloniales ont maté sans vergogne ces manifestations. Le summum de la violence a été atteint le 8 mai 1945 lors de la célébration de la victoire des soi-disant démocraties de l’époque contre les régimes totalitaires, représentés par Hitler et Mussolini. Ainsi, la femme algérienne a été profondément marquée par ce massacre, à Sétif et à Guelma, à ciel ouvert.

Cependant, bien qu’elle soit confinée dans la vie familiale, le déclenchement de la guerre, en novembre 1954, a été considéré par ces femmes comme une occasion idoine pour se libérer du carcan colonial. Du coup, sur les 1010 combattants de la première heure, les 49 femmes qui, dés le premier mois, ont rejoint le FLN-ALN ont représenté 5% de l’effectif initial des combattants. Cette nouvelle donne a amené les chefs de l’insurrection à intégrer la femme dans la nouvelle équation, cette fois-ci, comme variable non négligeable. Cette adhésion des femmes, quoi que difficile au début, a été pleinement assumée. Voici le récit de Djamila Amrane, auteure de « Femmes au combat » : « Le départ au maquis est l’acte qui marque le plus profondément et de manière irréversible la coupure avec la famille et le mode de vie traditionnel. Ces jeunes filles, dont la moindre sortie était contrôlée par leurs parents, font preuve d’un courage et d’une volonté exemplaires en décidant d’abandonner leur vie protégée pour la lutte dans les maquis. »

Cependant, l’intégration de ces femmes étant peu ou prou acceptée, un accord a été conclu entre la direction du FLN et l’UGEMA (Union Générale des Etudiants Musulmans Algériens), connu sous le nom de « l’appel d’Alger ». Ce dernier s’adressait à tous les étudiants sans distinction de sexe. Au sein du bureau de l’UGEMA, deux étudiantes (Hafsa Bisker et Zoulikha Bekaddour) ont joué un grand rôle de sensibilisation. Par la suite, les membres de l’insurrection de l’intérieur, réunis à Ifri en aout 1956, ont rappelé le rôle de la femme pendant cette période cruciale. Elle a été citée dans le texte final en notant : « l’exemple récent de la jeune kabyle, qui repousse une demande en mariage parce que n’émanant pas d’un maquisard, illustre d’une façon magnifique le moral sublime qui anime les Algériennes. »

Ce moral d’acier et cette détermination exemplaire ont été mis à l’épreuve lors de la grande répression de février 1957. Après le vote des pouvoirs spéciaux, la répression inouïe des paras, dirigés par le général Massu, a poussé les chefs du FLN à se replier momentanément vers l’extérieur. Dans les mois suivants, plusieurs milliers de militants ont été arrêtés. La plupart d’entre eux étaient torturés et exécutés au mépris de toutes les lois. Pendant cette période, les militantes du FLN ont pris la relève en perpétrant des attentats, et ce malgré le bouclage de la ville par les paras. En somme, quoi qu’il ait été épilogué sur la guerre d’Algérie, aucun historien n’a remis en cause le rôle joué par la femme algérienne depuis le début de la guerre jusqu’au cessez le feu. D’ailleurs, les anciens documents du FLN ont même évoqué son avenir dans le futur Etat indépendant : « dans ce domaine, le parti ne peut se limiter à des simples affirmations, mais doit rendre irréversible une évolution inscrite dans les faits en donnant aux femmes des responsabilités en son sein. »

La femme algérienne enfin libre

Le 5 juillet 1962 a été une occasion de fêter dans la joie l’indépendance recouvrée. Les femmes ont déferlé dans les rues des grandes villes, telles qu’Alger, Oran, Constantine, etc. Ainsi, code à code, tous les Algériens célébraient, pendant plusieurs jours, la naissance du nouvel Etat et criaient leur désir de vivre libre. Hélas, la logique du parti unique et de la pensée unique ont rendu ce rêve utopique. Dans ce monde où la force du cerveau devait être proportionnelle à la force des bras, la femme a été de fait exclue. Par ailleurs, bien qu’un appel ait été fait à toutes les forces vives de participer à l’édification de la nouvelle nation, l’Algérienne a été tout bonnement écartée de toutes les responsabilités. Selon Djamila Amrane : « Sur 194 membres, la première Assemblée constituante compte 10 femmes, toutes anciennes militantes. Elles ne sont que 2 sur les 138 membres de la deuxième assemblée. Au parti, aux syndicats, aucune n’a un poste de responsabilité. » Même celles qui avaient la chance d’être désignées ne pouvaient pas avoir la liberté de ton. Le témoignage de Jemaa, ancienne maquisarde, montée au djebel dés les années 1950 du coté des Aurès, est édifiant. A l’indépendance, disait-elle, j’ai essayé d’être à l’UNFA (Union Nationale des femmes Algériennes), mais je ne leur ai pas été utile, ils préfèrent des femmes qui applaudissent et qui ne parlent pas trop comme moi, a-t-elle conclu.

Par ailleurs, l’éloignement de la femme des sujets brulants de la société a laissé le chemin libre aux législateurs du parti unique. Toutefois, jusqu’aux années quatre-vingt, les Algériens étaient tous soumis au code civil. Ce dernier n’était nullement en contradiction avec les constitutions de 1963 et 1976. Mais voila que le 9 juin 1984, un code de la famille a été adopté, à huis clos, à l’APN (Assemblée Populaire Nationale), dont la représentation féminine était quasiment nulle. Il est communément reconnu, y compris par certains hommes politiques, que le code de la famille est injuste dans au moins deux dispositions : la polygamie et le tutorat. La première prive la femme du droit à la jalousie et la seconde la rend mineure à vie.

Cependant, plusieurs associations féministes ont été crées en vue de lutter contre ce statut scélérat, à leur yeux. Regroupées en coordination des femmes, ces associations ont organisé moult manifestations pour infléchir les pouvoirs publics. La décennie noire, pour ne pas incriminer aucune partie, a suspendu carrément la vie politique en Algérie. Le retour relatif au calme a permis de relancer le débat. La journaliste du journal le Monde, Florence Beaugé, qui suit depuis des années l’actualité algérienne, a noté à propos des promesses du président Bouteflika d’amender le code de la famille que : « l’avant projet, adopté par le gouvernement à l’automne 2004, prévoyait pourtant que la présence du tuteur matrimonial, le plus souvent père ou frère, ne serait plus obligatoire. Les partis islamistes dénonçaient par avance cette disposition, contraire, disaient-ils, à la charia, le droit religieux qui régit la vie des musulmans. »

Finalement, le président a reculé sur les amendements envisagés tels que la suppression du tuteur lors de la conclusion du mariage. Bien que certains amendements soient positifs, il n’en demeure pas moins que la suppression de ce code est tout bonnement nécessaire. Car l’Algérie n’est pas plus rétrograde que certains pays musulmans ne possédant pas ce genre de code.

Pour conclure, l’Algérienne, qui a participé à toutes les périodes cruciales de son pays, doit être l’égale de l’homme. Pendant la colonisation, la femme algérienne a subi les pires humiliations. Aujourd’hui rien ne justifie sans statut inférieur. D’ailleurs, son émancipation ne sera que bénéfique pour l’avenir de l’Algérie. Les études comparatives, les analyses sociologiques et économiques montrent que là où la femme est infériorisée, la société ne progresse pas, ou progresse lentement, que celles qui favorisent l’égalité entre les hommes et les femmes, a écrit un universitaire algérien dans un de ses textes.

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Femme algérienne

Message par Syfou le Mer 6 Oct - 22:20

Zoulikha Bekaddour : Première élue du bureau exécutif de l’UGEMA

C’est une dame énergique, déterminée et qui n’a pas perdu une once de son intrépidité.

Ce courage qui lui a fait prendre comme d’autres jeunes filles le chemin des maquis algériens pour rejoindre les moudjahidine.

L’Union générale des étudiants musulmans algérien (UGEMA), la grève des étudiants le 19 mai 1956, l’engagement militant dans les rangs du FLN et une famille nationaliste qui lui a légué la flamme patriotique, qui d’ailleurs l’habite toujours. De son père, elle garde le souvenir de celui-ci qui haranguait les jeunes militants à s’initier au maniement des armes s’ils devaient rejoindre les frères dans les djebels. Etudiante à la Fac D’Alger, elle a été la première élue du bureau exécutif de la section d’Alger au sein de l’UGEMA en 1955.

En fait l’UGEMA avait fait un travail de fond auprès des étudiants algériens qui se solidarisaient avec le peuple et les forces agissantes. Zoulikha Bekaddour quittera Alger le 19 mai 1956 pour rejoindre la wilaya V où elle rencontra le docteur Nekkache. Dans la clandestinité elle y restera pour être chargée du secrétariat de la direction de cette wilaya. Le 11 novembre de cette même année elle sera arrêtée avec une autre jeune femme européenne. Dans les locaux de la police elles subiront des actes de torture et autres épreuves pour être ensuite transférées à la prison d’El Harrach le mois d’août 1957.

Menacée par «La main rouge» , organisation liée aux services secrets français et chargée d’éliminer les militants indépendantistes d’Afrique du Nord, Zoulikha Bekaddour est prise en étau entre son assignement à résidence et les intimidations du bras armé du contre-espionnage français. Une lettre envoyée au journal l’Express par le biais d’un journaliste, lui apportera le soutien nécessaire.

La jeune fille se retrouve à Paris puis rejoint la Tunisie via la Suisse. Elle reviendra en Algérie à l’indépendance. La réfection de la Bibliothèque Universitaire incendiée par l’OAS sera son objectif premier.
Elle s’y engagera comme pour son militantisme premier. Déblaiement des gravats, récupération du capital livresque, acharnement à redonner vie à l’enceinte universitaire, Zoulikha Bekaddour voit naître sa vocation. Un appel qui la mènera à être conservateur en chef de la B.U. du 1er mai 1965 au 8 mars 1986. Deux dates symboles marqueront l’entrée de Mme Bekaddour à la BU et sa sortie.

Elle en a engrangé de beaux souvenirs depuis ces années de feu jusqu’à aujourd’hui. On ne se lasse pas d’écouter cette dame qui parle avec ferveur de ces années ardentes et de celles qui ont suivi. La Bibliothèque universitaire l’accompagne toujours, comme une deuxième vie.

HORIZONS 05 OctoBRE 2010

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Femme algérienne

Message par abdelmalek le Lun 12 Déc - 14:15

ça me fait rappeler nos amies et camarades de l’université :qui étaient trés dynamique et valeureuses ,
la femme algérienne est un maillons importants dans la construction de l’Algérie.
abdelmalek
abdelmalek
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 1142
Age : 71
Emploi/loisirs : médecin
Humeur : sinusoidale
Date d'inscription : 28/03/2009
Localisation : ALGERIENNE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Femme algérienne

Message par Sphinx le Sam 19 Mai - 0:55

La femme algérienne a triomphé aux législatives

Elle décroche 148 sièges sur les 464 que compte la nouvelle assemblée
José Ignacio Salafranca a exprimé son admiration devant le taux élevé de femmes algériennes élues au Parlement. C’est une voie pleine de promesses qui s’ouvre à la condition féminine en Algérie. La représentation de la femme algérienne a atteint un chiffre record à l’Assemblée populaire nationale, soit 148 sièges sur les 464 que compte cette structure parlementaire. Ce succès démontre la place de plus en plus importante qu’occupe la femme dans la société algérienne, et les élections du 10 mai marquent son couronnement.
Cet évolution n’est pas, à proprement parler, une surprise.
C’est l’aboutissement d’un processus logique résultant des longs efforts déployés depuis l’indépendance pour la promotion de la condition féminine. Par cette voie, il fallait démontrer la reconnaissance et la gratitude dues à la femme algérienne pour ses durs combats et son immense sacrifice durant les sept années de la guerre de libération nationale. Dès 1962, les portes de l’enseignement étaient grandes ouvertes à la population féminine, elle dont le taux d’analphabétisme était d’une ampleur effarante pendant la période coloniale. Les décennies de l’indépendance ont permis ainsi à la femme algérienne d’affermir sa personnalité et de marquer sa place dans la société, grâce à des études universitaires approfondies. Dans certains secteurs d’activité comme l’enseignement, la magistrature et la santé, elles sont majoritaires.
Aujourd’hui, le nombre de filles dépasse celui des garçons dans les amphithéâtres des universités. Aussi, la voie logique veut que la femme algérienne, étant donné son niveau élevé de formation et sa place toujours importante dans la société, investisse le domaine politique. Investi, il l’était déjà avec l’existence de nombreuses femmes ministres ou chef de parti. Il l’est encore davantage maintenant avec ce nombre élevé à l’Assemblée populaire nationale. La société algérienne ne peut que s’en féliciter et exprimer sa fierté devant un tel succès. Ce remarquable résultat, qui honore la femme algérienne, a été unanimement salué par la communauté internationale à travers le monde, notamment en Europe, aux Etats-Unis et dans le monde arabe. Plus près de nous, dans ce contexte international et dans une conférence de presse, le chef de la mission d’observation électorale de l’Union européenne, José Ignacio Salafranca, a exprimé son admiration devant le taux élevé de femmes algériennes élues au Parlement. La femme algérienne est maintenant en grand nombre dans les instances législatives de l’Algérie.
Nul doute que son action sera empreinte de justice, de paix sociale, d’humanisme, de bonne gouvernance et surtout de probité dans le futur paysage politique de l’Algérie.
Kamel Cheriti


Algérie: les femmes grandes gagnantes des législatives

SONORE 1: Samira Boras, membre du Parlement
"Nous luttons pour l'égalité entre les hommes et les femmes en politique. C'est ce que nous attendons, et nous avons les encouragements du président. La femme algérienne a toujours été là et a prouvé sa présence dans tous les secteurs de l'histoire algérienne."
SONORE 2: Asma'a Bin-Qada, membre du Parlement
"Nous sommes ici en Algérie et en tant que femmes nous avons un rôle politique et nous ne travaillons pas comme une tendance féministe. Nous existons au Parlement en tant que citoyens, c'est pourquoi notre travail s'inscrit dans le cadre du bloc parlementaire qui représente le Front de Libération Nationale, qui appartient à des hommes et des femmes."
SONORE 3: Bint Houri Shahrazad, membre du Parlement
"C'est vraiment une nouvelle expérience algérienne qui arrive à un moment où les femmes ont besoin de représentation."
Source:20minutes.fr

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
Femme algérienne  Sphinx10


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Femme algérienne

Message par abdelmalek le Dim 20 Mai - 10:28

la femme est l'avenir de l'homme comme la chanté le poete :alors soyons l'avenir de l'homme.
abdelmalek
abdelmalek
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 1142
Age : 71
Emploi/loisirs : médecin
Humeur : sinusoidale
Date d'inscription : 28/03/2009
Localisation : ALGERIENNE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Femme algérienne

Message par Invité le Dim 20 Mai - 12:14

je voulais juste dire au passage " warda" rabi yerhamha ...une femme algériènne que malgré tout ..aimait son pays...
Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Femme algérienne

Message par abdelmalek le Dim 20 Mai - 12:29

trés belle femme qui représentée d'une façon magnifique notre pays. que DIEU l'agrée dans son vaste paradis.
abdelmalek
abdelmalek
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 1142
Age : 71
Emploi/loisirs : médecin
Humeur : sinusoidale
Date d'inscription : 28/03/2009
Localisation : ALGERIENNE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Femme algérienne

Message par Syfou le Dim 20 Mai - 20:07

Algériennes avec Mr Bouteflika je n sais quelle manifestation Smile

Femme algérienne  56008410

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Femme algérienne

Message par Sphinx le Mar 5 Mar - 23:02

A l’occasion de la Journée de la femme :
Une programme riche en perspective


Femme algérienne  Femmes%20algerienne

Comme chaque année, le 8 mars est marqué en Algérie par de nombreuses activités culturelles. La Journée de la femme est ainsi célébrée à travers tout le pays.

«La femme est l’avenir de l’homme.» Si tout le monde ne partage pas la fameuse affirmation d’Aragon, on s’accorde toutefois à consacrer le 8 mars Journée de la femme (sauf peut-être la République tchèque qui l’a abolie en 2008). Décrétée par l’ONU en 1977, le 8 mars est célébré dans le monde par des manifestations de toutes sortes, mais aussi par un retour sur les acquis et les combats à mener pour la promotion des droits de la femme. En effet, cette journée est intimement liée au combat des femmes pour l’égalité des droits. En Algérie, le 8 mars est dignement fêté et une demi-journée est même accordée aux travailleuses. Le programme de la Journée internationale de la femme s’annonce riche pour cette année.

L’une des manifestations les plus intéressantes est le festival cinématographique algéro-espagnol qui se tient actuellement à Oran.

Suite sur:http://www.reporters.dz/index.php?option=com_content&view=article&id=6026%3Aa-loccasion-de-la-journee-de-la-femme-une-programme-riche-en-perspective

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
Femme algérienne  Sphinx10


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Femme algérienne

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum