Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.

Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) 120px-10

http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) EmptyMer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) EmptySam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) EmptyDim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) EmptyVen 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) EmptyMer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) EmptySam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) EmptyLun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) EmptyMar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) EmptyMar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) EmptyLun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) EmptyJeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) EmptyJeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) EmptySam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) EmptyMer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) EmptyLun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) EmptyJeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) EmptyMar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) EmptyMer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) EmptyMar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) EmptyLun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) EmptyDim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) EmptyLun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) EmptyLun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) Empty
Mai 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO)

Aller en bas

Sujet / Message Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO)

Message par Syfou le Ven 24 Déc - 22:50

La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) est une organisation internationale régionale. Son but principal est de promouvoir la coopération et l'intégration avec pour objectif de créer une union économique et monétaire entre les pays de l’Afrique de l'Ouest. Elle fut créée le 28 mai 1975 et compte aujourd'hui 15 États membres.

Son rôle

Bien qu'à la base son rôle soit purement économique, la CEDEAO s'est assez vite intéressée au maintien de la paix. C'est en effet une condition essentielle pour qu'une union puisse se réaliser. Par ailleurs la CEDEAO crée des infrastructures régionales en matière de transport et de télécommunication.

Histoire

Suite aux tensions entre les différents pays, la CEDEAO a décidée en 1978 d'adopter un Protocole de non agression. Suivi en 1981 par le Protocole d'assistance en matière de défense et une Déclaration des principes politiques en juillet 1991.

Mais c'est en 1990 que l'aspect sécuritaire de la CEDEAO a été appliqué concrètement. Lors de la Conférence des chefs d'État et de gouvernement, il fut décidé de mettre en place un groupe surveillant l'application d'un cessez-le-feu, l’ECOMOG (pour Economic Community of West African States Cease-fire Monitoring Group). Ce groupe de supervision est vite devenu une force d'interposition et est intervenu notamment dans les guerres civiles du Liberia, de Sierra Leone et de Guinée-Bissau.

En 1999, suite aux différentes guerres civiles, les États membres décidèrent la création d’une force de sécurité en attente. Cette force conserve son appellation d’origine (l’ECOMOG) et ses principales tâches seront entre autres l’observation et la supervision des cessez-le-feu, le maintien de la paix, l’intervention humanitaire, le déploiement préventif, la construction de la paix, le désarmement et la démobilisation.

Le 19 janvier 2005, au cours du 28e sommet à Accra (Ghana), Mamadou Tandja, président du Niger, a été élu président de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest, en remplacement du ghanéen John Kufuor. Il a été reconduit à ce poste le 13 janvier 2006.

En janvier 2007, la présidence de la CEDEAO a été confiée au President du Burkina Faso Blaise Compaoré.

Le 14 décembre 2009, la CEDEAO envoie une proposition au CNDD visant à envoyer des forces d'intervention en Guinée mais ce dernier la refuse.

Le 7 décembre 2010, suite au refus de Laurent Gbagbo de céder le pouvoir à Alassane Ouattara, élu lors de Élection présidentielle ivoirienne, l'organisation suspend la Côte d'Ivoire de l'ensemble de ses travaux.

Structure

La CEDEAO est composée de 8 institutions principales :

La Conférence des Chefs d'États et du gouvernement
Le Conseil des ministres
Le Parlement de la Communauté
Le Conseil économique et social
La Cour de justice de la Communauté
La commission
Lors du sommet d’Abuja le 14 juin 2006, les chefs d’États de la Cédéao ont approuvé une modification de l’organisation. Le secrétariat est remplacé par une commission de neuf commissaires, issus à tour de rôle des pays membres. Le mandat de 4 ans des premiers commissaires, issus du Burkina Faso, de Côte d'Ivoire, du Ghana, du Mali, du Niger, du Nigeria, du Sénégal, de Sierra Leone et du Togo débutera en janvier 2007. Le Ghana assurera la présidence de la commission et le Burkina Faso la vice-présidence.
La Banque d’investissement et de développement de la CEDEAO
Organisation Ouest-Africaine de la santé

Liste des États membres

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

L'adhésion de tous les membres de la CEDEAO date de la création de l'organisation en 1975, à l'exception du Cap-Vert, qui l'a rejoint en 1976 :

Bénin
Burkina Faso
Cap-Vert
Côte d'Ivoire
Gambie
Ghana
Guinée
Guinée-Bissau
Liberia
Mali
Niger
Nigeria
Sénégal
Sierra Leone
Togo
La Mauritanie a quitté la CEDEAO en 2002

Wikipedia

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO)

Message par Syfou le Ven 24 Déc - 22:57

Côte d'Ivoire : les Etats africains menacent d'écarter M. Gbagbo par la force

Dans le communiqué final transmis à l'issue du sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), vendredi 24 décembre, l'ensemble des pays participants a tenu des propos fermes à l'encontre de Laurent Gbagbo, qui se maintient à la présidence de la Côte d'Ivoire contre l'avis de la communauté internationale. Tout en annoncant qu'elle allait d'abord envoyer un émissaire pour demander formellement à M. Gbagbo de céder sa place à Alassane Ouattara, reconnu vainqueur par la communauté internationale, la Cédéao a menacé de faire usage de la 'force légitime' pour l'écarter.

APPEL À LA JUSTICE INTERNATIONALE

"En cas de rejet de cette demande non négociable, la Cédéao n'aura d'autre choix que de prendre toutes les mesures nécessaires, y compris l'usage de la force légitime pour réaliser les aspirations du peuple ivoirien", indique le texte. Les pays d'Afrique de l'Ouest ont également menacé de traîner devant la justice internationale les responsables des morts en Côte d'Ivoire lors des récentes violences. L'ONU a affirmé cette semaine qu'entre "le 16 et le 21 décembre" elle avait reçu des informations "sur 173 meurtres", dénonçant "l'usage excessif" de la force par le camp Gbagbo.

Dans une déclaration prononcée à l'occasion de Noël de l'hôtel du Golf, à Abidjan, où il est retranché avec son gouvernement, M. Ouattara a réagi en appelant, l'armée régulière "à assurer [sa] mission républicaine de protection des populations contre les miliciens et mercenaires étrangers qui font couler le sang des Ivoiriens". "De graves violations des droits de l'homme sont constatées partout", a assuré Alassane Ouattara, qui espérait, avant la fin du sommet, que la Cédéao se prononce sur une option militaire pour chasser du pouvoir Laurent Gbagbo. C'est la première fois qu'il s'exprimait publiquement depuis début décembre.

AUCUN COMPROMIS

Dès l'ouverture de la réunion, les représentants des quinze pays africains de l'organisation avaient indiqué qu'ils ne feraient aucun compromis avec le chef d'Etat ivoirien, qui doit "quitter le pouvoir". "Quelque chose qui ressemble à un gouvernement d'union nationale, comme ce qui existe au Kenya ou au Zimbabwe, ne sera pas sur la table" des négociations, a déclaré Odein Ajumogobia, le ministre des affaires étrangères nigérian .

Jeudi, l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa) a reconnu que M. Ouattara était le seul habilité, au nom de la Côte d'Ivoire, a gérer les affaires financières liées à cette institution et à sa banque, la Banque centrale des Etats d'Afrique de l'Ouest (BCEAO).

http://lemonde.fr

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO)

Message par Syfou le Jeu 20 Jan - 21:30

OPERATION MILITAIRE : Ce que la Cedeao prépare contre Gbagbo – La stratégie militaire envisagée par l’Ecomog

Le médiateur de l’Union africaine, Raila Odinga, quitte Abidjan ce matin, après 48h passées en terre ivoirienne. Le Premier ministre kenyan est venu donner une chance à la solution négociée à la crise en Côte d’Ivoire. Tout en explorant la voix pacifique, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) n’a pas tiré un trait sur l’option militaire dans la résolution de cette crise. Bien au contraire. A Bamako où se sont réunis hier les chefs d’état-major des armées de la Cedeao, la solution militaire était au cœur des discussions. La hiérarchie militaire avait pour mission de peaufiner le plan échafaudé au Nigeria les 28 et 29 décembre 2010 en vue de contraindre le président Laurent Gbagbo à céder le pouvoir. Officiellement, rien n’a filtré du conclave de Bamako. Mais selon Rfi, qui cite son correspondant au Mali, les chefs d’Etat de la Cedeao ont mis la dernière main à leur plan d’attaque, qui prévoit deux schémas. Primo : l’opération est conduite par l’Ecomog, c’est-à-dire la force de la Cedeao. Secundo : l’opération est menée sous la bannière des Nations Unies ; dans ce cas, les troupes de la Cedeao s’intègrent dans la mission de l’Onu déjà sur place. Dans l’un ou l’autre cas, la stratégie militaire privilégiera la supériorité aérienne. Il s’agit pour l’Ecomog de contrôler le ciel ivoirien si elle veut venir à bout du locataire du palais du Plateau. Plusieurs pays ont donné leur accord pour fournir des troupes dans la perspective d’une option militaire. Toujours, selon Rfi, le pays du président en exercice de la Cedeao, Jonathan Goodluck fournira le gros des troupes et sera épaulé par le Burkina Faso de Blaise Compaoré et le Sénégal. Le Mali du général Amadou Toumani Touré, le Togo et trois autres pays sont également disposés à fournir des soldats au cas où la Cedeao serait amenée à recourir à la « force légitime » comme envisagé au sommet qu’elle a tenue fin décembre à Abuja. Au cas où les troupes africaines devraient être placées sous la bannière onusienne, elles pourraient bénéficier du soutien aérien de l’Onuci, qui prévoit de renforcer sa force de frappe avec trois hélicoptères de guerre en provenance de la mission des Nations Unies au Liberia. Et 2000 nouveaux casques bleus. Mais la résolution devant donner le ok à ce renfort d’effectif, qui devait être prise hier, a été à nouveau reportée, la Russie ayant encore marqué son opposition. Pour l’heure, l’option militaire n’est pas privilégiée. Le président burkinabé, qui a été reçu hier à Paris, l’a réaffirmé. « Une intervention militaire n’est envisageable qu’en dernier ressort si les négociations échouent », a déclaré Blaise Compaoré au sortir d’une audience que lui a accordée à l’Elysée Nicolas Sarkozy. Une position du reste partagée par les autorités françaises. Paris a, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie, fait savoir que le recours à la force « ne doit être envisagé qu’en tout dernier recours ». C’est que la France redoute qu’une telle opération soit lourde de conséquences. « Compte tenu de l’équilibre des forces armées, il y aurait un risque d’un grand nombre de victimes », a-t-elle argumenté hier devant la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale française.

http://www.connectionivoirienne.net

Cette france est l'ennemi de tout le monde en afrique !

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO)

Message par Droit_De_l'Homme le Lun 24 Jan - 2:39

DEMISSION DU GOUVERNEUR DE LA BCEAO

Un coup dur pour le camp Gbagbo

La démission du gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), Henri Philippe Dacoury-Tabley, ne doit pas étonner. L’institution qui fait les frais de la crise ivoirienne attend que le nouveau gouverneur soit désigné par le président ivoirien reconnu par la Communauté internationale, Alassane Dramane Ouattara. Ceci, à l’invitation même du 15e sommet de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), tenu le 22 janvier dernier à Bamako au Mali. Mais ce départ de la tête d’une si grande institution financière est en soi un acte courageux assez rare pour ne pas être salué. D’autant qu’il est davantage l’expression d’une sorte de reconnaissance et de loyauté envers un bienfaiteur : Laurent Koudou Gbagbo, président sortant de Côte d’Ivoire. Un homme de plus en plus isolé, et qui, au tout début, n’était pas si favorable à la nomination de Henri Philippe Dacoury-Tabley. Le gouverneur sortant avait pris fonction le samedi 9 février 2008 à Dakar après moult tractations, puisque Laurent Koudou Gbagbo entendait placer un autre joker à la tête de la banque sous-régionale. Les circonstances l’avaient conduit à accepter presque du bout des lèvres, cet autre compatriote qui, lui, était déjà dans le système. Le camp présidentiel ivoirien avait dû reculer. Membre du personnel de la BCEAO, en plus de certains appuis, Henri Philippe Dacoury-Tabley bénéficiait d’une bonne crédibilité. Aujourd’hui, c’est comme un retour d’ascenseur. L’ex-gouverneur ne pouvait qu’honorer l’engagement le liant à un homme au ban de la communauté internationale, et de plus en plus lâché par des proches. L’attitude de l’ex-gouverneur de la BCEAO, qui n’avait pas voulu prendre les devants et faire une déclaration avant même la tenue du sommet de l’UEMOA, avait paru suspecte. Aujourd’hui, le geste a été posé et il convient de s’en féliciter. Car, il échappe à la norme en vigueur de façon générale sur ce continent où bon nombre de responsables aiment de loin à s’accrocher à leur strapontin et aux petits privilèges qui y sont liés. En effet, combien de nos cadres n’ont-ils pas abdiqué devant des choix cornéliens, pour opter pour le principe du tube digestif ? Très peu soucieux de l’éthique qui, pour certains, a depuis longtemps déserté les rangs, vous les verrez, usant d’arguments fallacieux pour se maintenir à leur poste. Contre tout bon sens, et ce, jusqu’à se faire éjecter de manière humiliante.

Philippe Dacoury-Tabley a-t-il vraiment été contraint à la démission ? Peut-être. Mais était-il si certain de demeurer à son poste avec les tiraillements actuels dans son pays ? Comment pouvait-il espérer échapper à l’étreinte qui entaille le camp présidentiel ivoirien dont il est, à l’évidence, partie prenante ? Il ne pouvait, assurément pas, se voir maintenir à un poste aussi sensible, dans un contexte environnemental où la politique nationale et la diplomatie internationale s’entre-déchirent, et se disputent le moindre carré de mouchoir d’influence. L’intéressé n’avait vraiment pas le choix. Frère ou parent d’un autre qui avait été lâchement assassiné dans le contexte de turbulences qui a caractérisé l’avènement du régime Gbagbo, il avait certes été installé dans des conditions plus ou moins difficiles. Mais progressivement, il était devenu proche de Laurent Gbagbo. L’ex- gouverneur de la BCEAO, Henri Philippe Dacoury-Tabley, a alors fini par poser des actes graves. Selon un diplomate européen, l’ex-gouverneur de la BCEAO et Denis N’Gbé, le directeur national de l’institution en Côte d’Ivoire, avaient aidé Gbagbo à avoir accès aux comptes ivoiriens de la banque centrale malgré les interdictions. D’après Patrick Achi, le porte-parole du gouvernement Ouattara, environ 100 milliards de francs CFA (152,4 millions d’euros), auront ainsi été récupérés par Laurent Gbagbo entre le 24 décembre 2010 et le 17 janvier 2011 sur le compte de la banque centrale. Le camp du président sortant avait, lui, rejeté en décembre comme "illégale" la décision d’accorder à son adversaire Alassane Ouattara la gestion des comptes ivoiriens de la BCEAO. Henri Philippe Dacoury-Tabley a certainement bien servi notre grande institution et l’a défendue tant bien que mal face à certaines turbulences, bien au-delà de ce que le profane peut imaginer. Mais, après plus de 35 ans de services à la banque centrale, il a fait un choix. Bon pour les uns et mauvais pour les autres, il doit l’assumer. A lui de savoir maintenant se comporter, pour ne pas se voir fermer d’autres portes. Surtout après de « bons et loyaux » services, et après avoir tissé des liens de complicité avec certains partenaires techniques et financiers. Toutefois, faudrait-il éviter de diaboliser l’ex-gouverneur, par le camp présidentiel ivoirien interposé. Au nom justement de tout l’effort investi, et des sacrifices consentis. Qu’on passe à autre chose. Car, si Gbagbo et autres ne se préoccupent point de l’avenir de notre communauté sous-régionale, nous devons savoir désormais nous organiser avec les autres frères et sœurs de Côte d’Ivoire qui sont disponibles, pour faire face aux enjeux et défis qui sont à nos portes. Une chose est sûre : l’éviction du gouverneur Philippe Dacoury-Tabley est un coup dur porté au président sortant de Côte d’Ivoire.

http://www.lepays.bf

__
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Les condoléances ne ressuscitent pas le défunt;;mais elles entretiennent la confiance entre ceux qui restent [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

人間の権利


Il y a trois choses à ne pas chercher en vain :
Un savant dont les actes correspondent à son savoir,
Un homme d'action dont le cœur s'accorde avec ses actes,
Un frère humain sans défauts.

"L'homme n'est content de rien sauf de son intelligence ; moins il en a, plus il est content."


Droit_De_l'Homme
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 1184
Age : 38
Emploi/loisirs : Universel
Date d'inscription : 22/07/2010
Localisation : Sur Terre.!.(Lune prévue)

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO)

Message par Droit_De_l'Homme le Lun 24 Jan - 2:47

Vrai qu'il a été forcé a démissionné mai après quoi! donné accès a 100 milliards de f cfa a Gbagbo! sans oublié que sa part du gâteau est mise en valeur!!! trop facile la démission!!!!

__
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Les condoléances ne ressuscitent pas le défunt;;mais elles entretiennent la confiance entre ceux qui restent [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

人間の権利


Il y a trois choses à ne pas chercher en vain :
Un savant dont les actes correspondent à son savoir,
Un homme d'action dont le cœur s'accorde avec ses actes,
Un frère humain sans défauts.

"L'homme n'est content de rien sauf de son intelligence ; moins il en a, plus il est content."


Droit_De_l'Homme
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 1184
Age : 38
Emploi/loisirs : Universel
Date d'inscription : 22/07/2010
Localisation : Sur Terre.!.(Lune prévue)

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO)

Message par Syfou le Ven 4 Fév - 23:19

CEDEAO et Sécurité sous-régionale

La CEDEAO regroupe l’ensemble des pays de l’Afrique de l’Ouest et se compose d’une population estimée à plus de 250 millions de personnes. Elle est dominée par les jeunes, dont la plupart manquent d’éducation et de qualifications techniques. Il y a une disparité large dans la distribution de la richesse et du revenu au sein de la population et entre les centres urbains et les secteurs ruraux. Les langues officielles des Etats membres sont : l’anglais, le français, le portugais et l’arabe.

L'économie des Etats membres repose principalement sur l’agriculture. Les principales exportations sont : le pétrole, l’or, le diamant, la bauxite, le fer, le café, le bois, le coton et l’arachide. Les principaux investisseurs économiques de la sous-région sont la France, le Royaume-Uni, les Etats-Unis et les Arabes.
La sous-région est un germoir de l'agitation politique, économique et sociale qui a eu comme conséquence la croissance des mouvements insurgés et révolutionnaires soutenus en grande partie par la jeunesse économiquement marginalisée et les membres aliénés des élites. Les gouvernements qui ont émergé de cet environnement tendent vers l'autocratie et la répression, alors que le système politique favorise l'exclusion de l'opposition et des vues d'opposition. La structure de sécurité des Etats est consacrée à la conservation du régime et de l’élimination de ceux qui s'opposent à lui.

Le problème de sécurité est aggravé par la nature multiethnique des Etats. Sans exception, tous les Etats de l’Afrique de l’Ouest sont composés de multitude d’ethnies dont la plupart sont des ethnies historiquement rivales. A cela s’ajoute la mainmise de certaines ethnies, ou groupes politiques, sur le pouvoir au détriment des autres.
Dans les années 70, les Chefs-d’Etat ouest africains se sont rendus compte qu’il était urgent et nécessaire d’instaurer un climat de paix et de sécurité dans la sous-région pour atteindre les objectifs qu’ils s’étaient fixés au sein de la CEDEAO. C’est ainsi que sera signé un PACTE DE NON-AGRESSION à Lagos, (Nigéria) en 1978. Ce pacte sera suivi par le PROTOCOLE D’ASSISTANCE MUTUELLE EN MATIERE DE DEFENSE signé à Freetown (Sierra Leone) en 1981.

http://infostrat.typepad.fr

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO)

Message par Sphinx le Sam 13 Aoû - 0:42

Sommet de la Cédéao le 16 août sur le Liberia et la Côte d`Ivoire

La Communauté économique des Etats de l`Afrique de l`Ouest (Cédéao) a annoncé vendredi la tenue d`un sommet extraordinaire de cinq pays d`Afrique de l`Ouest la semaine prochaine à Abuja où seront abordées les questions de la sécurité à la frontière entre la Côte d`Ivoire et le Liberia.

"Un sommet d`une journée réunira mardi 16 août les chefs d`Etat du Nigeria, du Ghana, de Côte d`Ivoire, du Senegal et du Liberia, pour discuter de la situation sécuritaire à la frontière entre la Côte d`Ivoire et le Liberia", a déclaré à l`AFP Sunny Ugoh, un porte-parole de la Cédéao.

La Côte d`Ivoire et le Liberia sont membres de la Cédéao, qui comprend 15 Etats, est dirigée actuellement par le président nigérian Goodluck Jonathan et dont le siège est à Abuja.

Ce sommet fait suite à l`annonce d`importantes saisies d`armes dans le sud et le sud-est du Liberia, notamment des roquettes, des mitrailleuses, des fusils d`assaut Kalachnikov et leurs munistions, près de la frontière avec la Côte d`Ivoire.

Mi-juin, la police libérienne avait déjà découvert d`importants stocks d`armes et de munitions dans le district d`U`gbo Barro (comté de Rivergee).
Selon elle, ces armes ont été envoyées au Liberia après la crise postélectorale en Côte d`Ivoire (de novembre 2010 à avril 2011) marquée par des violences dans lesquelles des Libériens sont accusés d`avoir participé comme mercenaires.

La Côte d`Ivoire sort à peine de la crise née du refus de M. Gbagbo de reconnaître sa défaite à la présidentielle de novembre 2010 qui a fait au moins 3.000 morts.

abidjan.net

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO)

Message par Daûphin_zz_47 le Lun 2 Juil - 13:59

Mali: Washington met en garde la Cédéao contre une opération dans le Nord

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
Le secrétaire d'Etat adjoint des Etats Unis chargé des questions africaines, Johnnie Carson

WASHINGTON - Les Etats-Unis ont mis en garde vendredi la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao, 15 pays) contre une éventuelle intervention dans le Nord du Mali, tombé aux mains d'islamistes armés.

Lors d'une audition au Congrès, le secrétaire d'Etat adjoint chargé des questions africaines, Johnnie Carson, a apporté son appui à la Cédéao, actuellement réunie en sommet en Côte d'Ivoire, dans son projet d'envoyer une force de 3.300 hommes au Mali.

Mais M. Carson a estimé que ce contingent devrait s'efforcer de stabiliser le Sud du pays et ne pas s'aventurer dans le Nord.

Il faut se rendre compte que le gouvernement au Sud n'a plus de force armée digne de ce nom, a déclaré M. Carson devant la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants. Il a perdu la moitié de son équipement quand il a quitté le Nord.

Une éventuelle reconquête du Nord serait une entreprise très lourde pour la Cédéao, a averti M. Carson, soulignant qu'une éventuelle mission dans cette partie du pays devrait être préparée très soigneusement et disposer de ressources en conséquence.

http://www.malijet.com/a_la_une_du_mali/46483-mali-washington-met-en-garde-la-cedeao.html

__
-------------
" Il ya deux manières d'ignorer les choses:
La première, c'est de les ignorer;
La seconde, c'est de les ignorer et croire qu'on les sait.
La seconde est pire que la première."



Peuple sans mémoire, peuple sans histoire


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


https://www.facebook.com/DIKKTARIOF

Daûphin_zz_47
Daûphin_zz_47
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 2215
Age : 37
Date d'inscription : 06/08/2010
Localisation : tlc

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum