Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Mer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Sam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Dim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Ven 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Mer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Sam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Lun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Mar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Mar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Lun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Jeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Jeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Sam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Mer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Lun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Jeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Mar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Mer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Mar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Lun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Dim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Lun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Lun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Mars 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Situation linguistique en afrique de l'ouest

Aller en bas

Sujet / Message Situation linguistique en afrique de l'ouest

Message par Syfou le Sam 1 Jan - 12:20

La diversité ouest-africaine

Sur les 2 000 langues vivantes recensées en Afrique, 1 200 sont parlées en Afrique de l’Ouest. Ces langues sont d’importance très inégale. Les 130 langues les plus parlées (ayant plus de 200 000 locuteurs) représentent plus de 80 % de la population régionale, soit 240 millions de personnes. Les cinq premières regroupent à elles seules 120 millions de personnes

On estime que 35 langues sont parlées par plus d’un million de personnes en 2005. Dans certains cas, les linguistes et ethnologues recommandent de réunir sous le label d’une seule langue plusieurs idiomes parfois perçus comme des langues distinctes, mais sont considérées du point de vue scientifique comme des dialectes. C’est en particulier le cas de :

L’akan dont l’aire géographique est située entre le Lac Volta au Ghana et le fleuve Bandama en Côte d’Ivoire. Cette langue est divisée en deux ensembles de dialectes : à l’Ouest l’ensemble agni – baoulé, à l’Est l’ensemble ashanti - fanti - abron. Le nombre total de locuteurs maternels de la langue akan est estimé à plus de 8 millions dont près de 5 millions pour l’ashanti - fanti, un peu plus de deux millions pour le baoulé, près d’un million et demi pour les dialectes agni et un million pour l’abron.

Le gbe couvre le Sud-Est du Ghana (rive gauche de la Volta) et les parties Sud du Togo et du Bénin ; le nombre de locuteurs est estimé à moins de 10 millions de personnes. Pour les linguistes, le gbe est une langue du groupe kwa dont les principaux dialectes sont l’éwé (environ 3 millions principalement au Togo et au Ghana) suivi par le fon (un peu moins de 2 millions majoritairement au Bénin) et l’aja (1 million essentiellement au Bénin). Cependant, les locuteurs de ces différents dialectes les perçoivent souvent comme des langues distinctes. On retrouve ici la difficulté à définir les limites d’un continuum linguistique.

Le mandingue (littéralement : le langage du Mali) est le fruit de l’Empire du Mali créé au XIIIème siècle par Soundiata Keïta au confluent du Niger et du Bani. L’empire et la langue qu’il véhicule s’étendront ensuite jusqu’à l’ouest du Sénégal, la Gambie et le quart nord-est de la Guinée. L’aire mandingue regroupe 12 millions de locuteurs dont les principaux dialectes sont le bambara, le malinké, et le dioula.

Le peul forme un arc ethnolinguistique allant des confins de la Guinée jusqu’au Cameroun. En français, la langue et les locuteurs sont connus sous le nom de Peul. La distinction entre peul et pula(a)r est parfois maintenue pour différencier les variétés de l’Ouest de celles de l’Est. Il semble que les Peul seraient originaires d’une zone située entre l’Est du Sénégal et l’Ouest du Mali. Au début du XVème siècle, ils ont atteint la Guinée et le Massina (delta intérieur du Niger) pour ensuite migrer vers l’Est et notamment vers le Nigeria où ils s’installent en nombre. Au début du XIXème siècle Ousmane dan Fodio mène au nom de l’Islam, la révolte des Peul contre les rois Haoussa et instaure le Califat de Sokoto réunissant les cités haoussa et les Émirats d’Adamawa. Mais « la culture haoussa reste dominante ; les chefs peul devenus citadins ne tardent pas à s’y rallier. La langue haoussa devient celle de l’administration » [4]. Aujourd’hui, sur les 25 millions de locuteurs peul natifs, 10 millions sont recensés au Nigeria principalement dans le nord haoussa. Les Peul ne sont majoritaires que dans un seul pays : en Guinée où ils représentent 40 % de la population.

Outre les regroupements décrits plus haut, il convient de prendre en compte les remarques suivantes :

L’étendue spatiale du foyer d’une langue peut être trompeuse si celle-ci n’est pas mise en rapport avec le nombre de locuteurs. Ainsi, le hassaniya [5] qui s’étend sur la quasi-totalité de la Mauritanie et une bonne partie du Mali, compte 3 millions de locuteurs ; tandis que le moré compte 8 millions de locuteurs concentrés sur une aire géographique 8 à 10 fois plus petite.
Les chiffres sont des ordres de grandeur. L’évaluation de la population concernée par une langue porte sur les primo locuteurs ou « natifs d’une langue » (langue maternelle). Les données statistiques ont été collectées à des époques différentes. L’estimation du nombre actuel de locuteurs a fait l’objet d’un ajustement simple sur la base de la croissance naturelle de la population de l’Afrique de l’Ouest. Le chiffre de 35 langues parlées par plus d’un million de locuteurs est donc relativement arbitraire.
Les frontières officielles et le découpage administratif introduisent un biais visuel : dans un certain nombre de cas, les frontières internationales coïncident avec les limites des aires linguistiques alors que ce n’est jamais le cas dans la réalité. Par exemple, la limite nord du soninké semble être parfaitement fixée par la frontière entre le Mali et la Mauritanie. Il est évident qu’il existe un certain nombre de locuteurs du soninké en Mauritanie (évalués à 30 000) mais ils sont statistiquement cachés par les locuteurs du hassaniya (2,9 millions).
Enfin, il s’agit d’une image à l’échelle macro-régionale qui ne peut traduire l’extraordinaire imbrication spatiale des langues à l’échelon local.

**http://www.atlas-ouestafrique.org**

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum