Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
Qatar Sam 1 Juil - 21:12ZIGHOUD15
allemagne Sam 1 Juil - 21:10ZIGHOUD15
Moyen - orientDim 12 Mar - 9:08ZIGHOUD15
Stupidité arabeLun 6 Mar - 15:03ZIGHOUD15
Abane Ramdane dit AliMar 25 Aoû - 20:27Sphinx
Meilleurs posteurs
8022 Messages - 43%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
128 Messages - 1%
94 Messages - 0%
87 Messages - 0%
73 Messages - 0%
Galerie


Juillet 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier

Connexion

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm
Masculin
Nombre de messages : 1184
Age : 36
Emploi/loisirs : Universel
Date d'inscription : 22/07/2010
Localisation : Sur Terre.!.(Lune prévue)

Sujet / Message Presses et médias aux sphères diffamatoires

le Mer 5 Jan - 22:33
Algérie : 2010, année de l’indignité






Pays délinquant. Comme un fait prémonitoire, l’année a commencé par le nom de l’Algérie dans une liste noire : en janvier 2010, la France et les Etats-Unis classent l’Algérie parmi les 14 pays les plus « délinquants » de la planète, et dont les voyageurs sont soumis à des mesures de contrôle drastiques dans leurs aéroports.

« Pour un régime qui a fait de “la réhabilitation du pays sur la scène internationale” et du “recouvrement de la dignité de l’Algérien à l’étranger” une de ses justifications anticipées, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il s’y est mal pris , écrit Mustapha Hammouche dans Liberté. Individuellement, l’Algérien a intégré, dans sa vie quotidienne, l’habitude de se soumettre aux rigueurs de la prévention sécuritaire. Des résidences, des rues, des abords d’institutions sont barricadés. Le portique, voire la fouille au corps s’imposent à lui à l’entrée du moindre hôtel classé et de bien des bâtiments administratifs. Les activités officielles, toujours placées “sous haute surveillance”, avec leur cohorte de déviations, de blocages de circulation, l’ont au demeurant habitué au principe de la primauté de la sécurité institutionnelle sur le confort du citoyen.

Il ne peut pas solliciter de l’étranger la considération qu’il n’a pas arrachée chez lui. Et un pouvoir serait mal inspiré d’exiger des autorités étrangères le tact qu’il ne s’impose pas lui-même à l’endroit de ses administrés.

Où est passée la cause de notre “izza ouel karama” ? Tant de sacrifices de patriotes, puis tant de privations de libertés et enfin tant de concessions aux islamistes pour se retrouver dans cet étrange attelage où s’alignent les États qui “soutiennent le terrorisme”, comme Cuba, l’Iran, la Syrie et le Soudan, et des territoires qui échappent au contrôle de ce qui leur tient lieu d’État, comme l’Afghanistan, le Yémen ou la Somalie !

Là comme ailleurs, la politique étrangère est le reflet de la politique intérieure. »

Pays corrompu. La même semaine, l’Algérie se distingue comme faisant parmi les pays les plus corrompus aussi, et on entend ces scandales qui retentissent à Alger, impliquant des « hommes du président », histoires d’argent sale, de meurtres et de peuple trahi…

Ce même janvier 2010, une enquête du DRS met Sonatrach au cœur du plus gros scandale de corruption qu’ait connu l’Algérie. Son PDG, Mohamed Meziane (soixante ans), et 10 cadres dirigeants dont trois vice-présidents ont été inculpés par la justice pour divers affaires présumées de corruption. Deux des vice-présidents, un ancien PDG de la banque publique, le Crédit populaire d’Algérie (CPA), et son fils, dirigeant un bureau d’études, ainsi que les deux enfants de M. Meziane et un entrepreneur privé ont été placés sous mandat de dépôt. Tous accusent le ministre de l'Énergie, proche du président Bouteflika

Pays évité. Alger est évité. Hilary Clinton se rend en visite au Maroc mais ignore l’Algérie. Plus aucune figure du monde occidental ne s’aventure à s’afficher aux côtés de Bouteflika.

Même Sarkozy préfère annuler la visite d’Etat programmée une première fois en juin 2009 ( et reportée pour « proximité » avec des élections « pharaoniques »), puis fixée en début d’année 2010, et jamais effectuée.

Le camouflet français. Cela n’empêche pas le président algérien de se déplacer jusqu’à Nice pour assister au 25e sommet Afrique-France à Nice les 31 mai et 1er juin. «Je lui ai téléphoné spécialement pour lui dire : «Je t’en prie, viens, c’est important que tu sois là», a confié Nicolas Sarkozy à la presse française. Bouteflika a tenu le rôle de « convive de secours ». Sarkozy l’a ignoré superbement. Aucun tête-à-tête n’a eu lieu.

La fausse loi pour criminaliser la colonisation. Un collectif de 125 députés de presque tous les partis représentés à l’Assemblée nationale dépose une proposition de loi pour la criminalisation de la colonisation française. Bouteflika hésite à fâcher l’ancienne puissance colonisatrice. Il donne l’ordre aux députés de se désavouer. Leur projet n’aboutira pas. Le président de l’Assemblée nationale algérienne, Abdelaziz Ziari, annonce fin septembre que cette proposition sera mise sous le coude pour des «considérations diplomatiques et juridiques».

Air Algérie dans le collimateur de la sécurité aérienne. Le Comité de la sécurité aérienne publie, le 5 juillet, au Journal officiel de l’Union européenne, le compte rendu de sa dernière réunion, où il est traité du «cas» Air Algérie. Menacée d’interdiction de vol, en raison d’un certain nombre de griefs, la compagnie a jusqu’à début novembre pour se mettre au diapason des normes de sécurité requises par l’Union européenne. En décembre, la Commission s’estime convaincue que «les choses sont sur la bonne voie» et devrait donc éviter de classer Air Algérie dans sa nouvelle «liste noire» des compagnies aériennes interdites de vol dans l’UE. Une mission d’assistance technique se rendra en Algérie en février pour vérifier.

Wikileaks, et les "rapaces" du clan Bouteflika. Un document de WikiLeaks rapporte un entretien entre les ambassadeurs américain et français. Il ressort que contient tout un chapitre sur le corruption. Le clan Bouteflika a été décrit dans le câble comme étant "le Gang de Tikrit" par analogie au clan de Saddam Hussein qui maintenait le pouvoir en Irak. Selon ce câble qui rapporte les dires de l'Ambassadeur de France à Alger,"l'Algérie vivra dans plus d'instabilité durant les prochaines années. Il rajoute qu'il y a eu "très peu d'évolution positive en Algérie et que la corruption a atteint un niveau très élevé atteignant les frères Bouteflika et compromettant le développement économique". Le document cite aussi les frères Bouteflika, comme étant les plus "rapaces". D'un autre coté, certains rapportent que les prix du pétrole ayant atteints des niveaux très élevés mais que cela ne profite en rien au peuple : "L'Algérie est riche, mais le peuple est pauvre".Il rapporte aussi le partage de la rente des entreprises pétrolières algériennes sous la houlette de la Sonatrach, entre les barons militaires et l'entourage Bouteflika. C'est avec l'aide et après l’approbation des leaders des services de sécurité Algériens que Bouteflika a pu se représenter pour une troisième fois en 2009.

A.F
le 04 Janvier, 2011
http://www.lematindz.net/news/3576-algerie-2010-annee-de-lindignite.html

__
flags2758Les condoléances ne ressuscitent pas le défunt;;mais elles entretiennent la confiance entre ceux qui restent flags2758

人間の権利


Il y a trois choses à ne pas chercher en vain :
Un savant dont les actes correspondent à son savoir,
Un homme d'action dont le cœur s'accorde avec ses actes,
Un frère humain sans défauts.

"L'homme n'est content de rien sauf de son intelligence ; moins il en a, plus il est content."


avatar
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm
Masculin
Nombre de messages : 1184
Age : 36
Emploi/loisirs : Universel
Date d'inscription : 22/07/2010
Localisation : Sur Terre.!.(Lune prévue)

Sujet / Message Re: Presses et médias aux sphères diffamatoires

le Mer 5 Jan - 22:37
Ce que signifierait la réhabilitation officielle de Ferhat Abbas



Un appel solennel vient d'être lancé à l’Etat algérien afin de réhabiliter par un discours officiel la mémoire du défunt Ferhat Abbas, premier président du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), à l'occasion de l’hommage rendu hier à Ferhat Abbas au centre de presse du journal El Moudjahid, en commémoration du 25 anniversaire de son décès.

« Nous espérons de l’Etat qu’il corrige l’histoire par un discours officiel ainsi qu’en baptisant du nom de Ferhat Abbas un édifice prestigieux à la capitale », a déclaré l’écrivaine Leila Benmansour, qui a coordonné le livre post mortem de Ferhat Abbas, Demain se lèvera le jour, publié récemment, et qui a axé son intervention sur le combat de Ferhat Abbas pour la liberté et le progrès. Mme Benmansour n’a pas été tendre à l’égard de ceux qui ont persécuté Ferhat Abbas. « Un si grand et si généreux personnage a subi l’insupportable à la libération de son pays », a-t-elle regretté, accusant « les ennemis de la liberté et du progrès qui ont enterré son histoire ».
Tout est là.
Qui sont donc ces " ennemis de la liberté et du progrès qui ont enterré son histoire » et que Ferhat Abbas désigne comme les "confiscateurs de l'histoire" ? Ce sont nos gouvernants depuis 1962 ! Le clan d'Oujda. Ceux qui ont pris le pouvoir par la force en lieu et place du GPRA !
L'un de ces illustres personnages de ces " ennemis de la liberté et du progrès qui ont enterré son histoire » s'appelle...Abdelaziz Bouteflika.
Quand Boumediène se fût décidé à barrer la route du trône au Gouvernement provisoire de Ferhat Abbas et de le prendre de vitesse en plaçant un chef d’Etat acquis à l’Armée parmi les cinq leaders du FLN détenus à Aulnoy, il dépêcha l’homme idoine qui était ...Abdelaziz Bouteflika.La mission de Bouteflika, confirme le premier président du GPRA, Ferhat Abbas, « consistait à trouver parmi les cinq prisonniers un éventuel allié (aux chefs militaires) »
Le capitaine Abdelkader, alias Abdelaziz Bouteflika, entrera au château d’Aulnoy avec un nom d’emprunt : Boukharta.
Il en sortira avec un président d’emprunt : Ben Bella.
« Bouteflika s’adressa alors à Ben Bella qui accepta d’être l’homme de l’état-major, raconte Ferhat Abbas. Cette alliance, demeurée secrète, allait peser lourdement sur l’avenir du pays. » (1)
Ferhat Abbas gardera une rancune terrible envers Bouteflika : « Avant même notre retour en Algérie, Bouteflika disait à des
amis tunisiens : “Retenez bien mon nom, vous entendrez parler de moi.” Il est regrettable que l’on n’ait pas entendu parler de lui pendant que des hommes de son âge mouraient dans les maquis. » (2)
L’allusion est claire : le commandant Abdelkader, alias Abdelaziz Bouteflika, n’est pas connu pour avoir pris les armes.
N’ayant jamais exposé sa vie face à l’ennemi, il ne devrait sa notoriété de maquisard qu’à l’irradiation du prestige de Boumediène
dont il aurait abusé de l’aile protectrice.
Réhabiliter Ferhat Abbas, c'est faire la lumière sur le vrai rôle historique de Bouteflika.

L.M.
le 26 Décembre, 2010
http://www.lematindz.net/news/3572-ce-que-signifierait-la-rehabilitation-officielle-de-ferhat-abbas.html

__
flags2758Les condoléances ne ressuscitent pas le défunt;;mais elles entretiennent la confiance entre ceux qui restent flags2758

人間の権利


Il y a trois choses à ne pas chercher en vain :
Un savant dont les actes correspondent à son savoir,
Un homme d'action dont le cœur s'accorde avec ses actes,
Un frère humain sans défauts.

"L'homme n'est content de rien sauf de son intelligence ; moins il en a, plus il est content."


avatar
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm
Masculin
Nombre de messages : 1184
Age : 36
Emploi/loisirs : Universel
Date d'inscription : 22/07/2010
Localisation : Sur Terre.!.(Lune prévue)

Sujet / Message Re: Presses et médias aux sphères diffamatoires

le Lun 10 Jan - 6:02

Actualités : MALGRÉ LA FORTE PRESSION DE LA RUE
Bouteflika devrait garder le silence



Bientôt une semaine depuis que le pays vit dans l’insurrection, avec, déjà trois morts, plus de mille blessés et des dégâts matériels considérables et toujours pas de nouvelles d’un certain Abdelaziz Bouteflika ! Décidément, tout est «spécifique» en Algérie, même le style de gouvernance.
Kamel Amarni - Alger (Le Soir) - Dans aucun autre pays au monde, un tel cas de figure n’est imaginable. Le pays est sérieusement secoué, l’embrasement est un risque bien réel, l’insécurité règne et son chef de l’Etat, premier responsable de la sécurité des personnes et des biens, l’homme que la situation interpelle directement et en premier lieu, Bouteflika donc se mure dans un silence troublant. Aucune apparition publique, pas la moindre déclaration sur la situation. Ce qui alimente naturellement les plus folles rumeurs. «Il est en Suisse», affirment les uns, «il est gravement malade», croient savoir d’autres. Or, nous confie une source proche de son entourage, «le président est bien sûr ici en Algérie. Il suit la situation d’heure en heure à travers une cellule de crise restreinte installée au niveau de la présidence », refusant toutefois de nous dévoiler la composante de cette cellule. Et pourquoi alors ne se manifeste-t-il pas ? «Eh bien c’est mal le connaître !» réplique notre interlocuteur. «Le président a un principe immuable : jamais il n’agit sous la pression. Cela a toujours été le cas depuis 1999.» Pour le moment, Bouteflika s’est contenté en effet d’envoyer sur le front le ministre du Commerce auquel a succédé depuis samedi le ministre de l’Intérieur. Et pour toute décision, il ordonne la tenue d’un conseil interministériel, celui tenue samedi, sciemment contenu dans le seul volet «technique» de la chose, «les prix des produits de large consommation». Pas plus. Aucune réponse politique à la mesure de la gravité de la situation. A l’évidence, Bouteflika ne veut pas donner l’impression d’être concerné par la contestation. «Il ne faut pas s’attendre à des décisions spectaculaires », nous affirme également notre source, faisant allusion aux rumeurs liées au changement du gouvernement. Mais s’exprimera-t-il sur la situation ? «Pour le moment, il n’y a rien de prévu dans ce sens. Mais, comme d’habitude, le président sévira au moment où on l’attendrait le moins», se contentera de nous répondre notre source.
K. A.

http://www.lesoirdalgerie.com

__
flags2758Les condoléances ne ressuscitent pas le défunt;;mais elles entretiennent la confiance entre ceux qui restent flags2758

人間の権利


Il y a trois choses à ne pas chercher en vain :
Un savant dont les actes correspondent à son savoir,
Un homme d'action dont le cœur s'accorde avec ses actes,
Un frère humain sans défauts.

"L'homme n'est content de rien sauf de son intelligence ; moins il en a, plus il est content."


Contenu sponsorisé

Sujet / Message Re: Presses et médias aux sphères diffamatoires

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum