Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
Meilleurs posteurs
8022 Messages - 43%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
128 Messages - 1%
94 Messages - 0%
91 Messages - 0%
87 Messages - 0%
Galerie


Août 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Calendrier

Connexion

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 31
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Actualité du Sud-Soudan

le Jeu 6 Jan - 21:38
Sud-Soudan



Le Sud-Soudan, officiellement connu sous le nom du Gouvernement du Sud-Soudan, est une région autonome du Soudan. Sa capitale est la ville de Djouba. Un référendum d'autodétermination qui sera organisé le 9 janvier 2011 doit déterminer de la transformation ou non du territoire en un nouvel État indépendant et souverain qui, dans ce cas, devrait alors voir le jour en juillet 2011.

Le choix du nom éventuel de ce nouvel État n'a pas encore été tranché officiellement : parmi ceux qui sont envisagés, l'un des plus fréquemment évoqués est celui de Juwama, construit à partir des premières syllabes des trois capitales régionales, Juba (Djouba), Wau et Malakal.



Géographie physique et politique

Le Sud-Soudan a des frontières avec :

l'Éthiopie à l'est,
le Kenya, l'Ouganda, et la République démocratique du Congo au sud,
la République centrafricaine à l'ouest.
et le nord du Soudan, principalement arabe et musulman, gouverné directement depuis Khartoum.
Les rapports entre le Sud-Soudan autonome et les États soudanais voisins du An Nil al Azraq (Nil bleu), du Djanoub Kourdoufan et d'Abyei n'ont pas encore été définitivement tranchés bien que pour l'instant ils soient rattachés au nord.

Histoire

Les dissensions entre le nord du Soudan musulman et le sud où dominent chrétiens et animistes sont apparues au lendemain de l'indépendance du pays proclamée en 1956. En effet, le gouvernement central de Khartoum revint sur les promesses d'autonomie au sein d'un État fédéral qu'il avait faites aux populations de la région. Une mutinerie d'officiers sudistes déclenchera la Première Guerre civile soudanaise qui durera 17 ans, de 1955 à 1972. Ce premier conflit prendra fin à la suite des accords signés à Addis-Abeba en Éthiopie, qui accordera finalement au Sud-Soudan un certain degré autonomie par rapport au gouvernement central.

Mais en 1983, le colonel Gaafar Nimeiry au pouvoir à Khartoum depuis son coup d'État de 1969, décide unilatéralement d'étendre au droit pénal, le domaine du droit musulman qui était cantonné depuis la colonisation au droit personnel. Il sera l'élément déclencheur de la Seconde Guerre civile qui embrasera le pays pendant 22 ans. La rebellion étant menée depuis le début par l'Armée populaire de libération du Soudan (APLS) dirigé par John Garang, un vétéran de la première guerre civile, largement soutenue par les État-Unis. Malgré la scission de son mouvement en 1991, Garang maintiendra la lutte contre le régime de Khartoum qui, après le coup d'état du général Omar el-Béchir en 1989, s'orienta de plus en plus vers l'idéologie islamiste.

Après un conflit sanglant (2 millions de morts recensés) qui provoquera également le déplacement de 4 millions de civils et désorganisera la production vivrière au point de déclencher une terrible famine en 1998, un cessez-le-feu est signé entre les protagonistes en 2002, consolidé trois ans plus tard, le 9 janvier 2005, par un accord de paix signé à Naivasha, au Kenya. Celui-ci accorde au Sud-Soudan une large autonomie pendant 6 ans, période au bout de laquelle les habitants de la région doivent être conviés à un référendum d'autodétermination. Garang lui, devient vice-président du Soudan, mais meurt plus de six plus tard dans un accident d'hélicoptère. Il sera remplacé dans l'ensemble de ses fonctions par Salva Kiir.

L'indépendance du Sud souhaitée par certaines populations de la région, est appuyée notamment par les Américains. Le travail de l'Agence des États-Unis pour le développement international, s'est attaché à créer notamment une banque centrale à Rumbek, ville principale de la région qui est réorganisée avec un statut d'État-nation.
Ce référendum sur l'indépendance, doit avoir lieu le 9 janvier 2011. Près de trois millions de personnes se sont inscrites sur les listes électorales pour cet évènement. En prévision de celui-ci, plus de 50 000 Sud-Soudanais installés jusqu'ici au nord sont déjà définitivement retournés dans leurs villages d'origine.
Face aux suffrages qui, selon les analystes, approuverait massivement l'option « sécessionniste », le Président soudanais el-Béchir a annoncé plusieurs fois qu'il s'inclinerait devant le verdict des urnes.

Démographie

Le Sud-Soudan a une population d'environ 9 millions d'habitants (estimé en 2008). Elle est principalement rurale ; la vie y est liée à une économie de subsistance.

Cette région autonome a été durement touchée par les deux guerres civiles, à l'exception de 10 ans de calme, depuis l'indépendance du Soudan en 1956. Il en résulte un manque de développement des infrastructures, des destructions et des déplacements de populations : plus de 2 millions de personnes sont mortes, et plus de 4 millions ont été déplacées ou sont réfugiées du fait de ces évènements et de ses conséquences.

Les Dinka, dont la population est estimée à plus d'un million de personnes, constituent la plus grande des nombreuses communautés du Sud-Soudan. Avec les Shilluk et les Nuer, elles comptent parmi les communautés nilotiques. Zande et Jo Luo sont les communautés soudanaises localisées dans l'ouest, et les Acholis et les Lotuhu vivent dans l'extrême sud, se prolongeant jusqu'en Ouganda.

Religions

Les habitants de cette région autonome ont conservé leurs croyances traditionnelles, bien qu'ils aient été convertis par les missionnaires chrétiens.

Langues

Outre l'anglais, langue de l'ancien colonisateur, on y trouve un grand nombre de variétés de langues surtout nilo-sahariennes ou nilotiques (au moins deux millions de locuteurs) appartenant au groupe Chari-Nil, dont le bari, le toposa, le zande et les langues moro-madi. En règle générale, les langues nilotiques comptent peu de locuteurs, soit moins de 5 000, souvent moins de 1 000. La langue nilotique la plus importante dans la région est le dinka (comprenant plusieurs variétés dialectales) qui compte plus de 1,3 million de locuteurs.

L'arabe de Djouba, langue véhiculaire de l'arabe, est aussi largement répandu au Sud-Soudan.

Politique

En attendant des élections, des sièges à l'Assemblée et au gouvernement du Sud-Soudan doivent être répartis dans les proportions suivantes entre l'Armée populaire de libération du Soudan (70 %), le Congrès national (l'ancien Front islamique national) (15 %), et d'« autres forces politiques du Sud » (15 %). Avant sa mort le 30 juillet 2005, le chef des rebelles John Garang était le président du Sud-Soudan. Garang a été remplacé par Salva Kiir qui a également prêté serment comme vice-président du Soudan le 11 août 2005. Il a été remplacé au poste de vice-président du Sud-Soudan par Riek Machar.

Subdivisions territoriales


Le Sud-Soudan comprend dix wilayats, ou États, qui faisaient autrefois partie des provinces de :

Equatoria
Equatoria central
Equatoria oriental
Equatoria occidental
Bahr el Ghazal
Bahr al Ghazal septentrional
Bahr al Ghazal méridional
Lacs
Warab
le Nil supérieur
Jongley
Unité
Nil supérieur

Économie

La présence du Nil blanc et de ses nombreux affluents, ainsi que le climat tropical permet de développer en agriculture abondante produisant du coton, des arachides (cacahuètes), du sorgho, du millet, du blé, de la gomme arabique, de la canne à sucre, du manioc (tapioca), des mangues, des papayes, des bananes, des patates douces et du sésame.

Le sous-sol du Sud-Soudan est également très riche puisqu'on y trouve du pétrole (85 % de la production soudanaise actuellement), du minerai de fer, du cuivre, du chrome, du zinc, du tungstène, du mica, de l'argent et de l'or.

Le Nil blanc et ses affluents permet aussi la production d'hydroélectricité.

wikipedia


__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 31
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Re: Actualité du Sud-Soudan

le Jeu 6 Jan - 21:47
Sud-Soudan : « On s'est battu pendant trente ans pour voir ce jour ! »

Après des années de conflit avec le Nord, les habitants du Sud-Soudan doivent décider par référendum de leur indépendance. Le développement sera l’un des défis du nouvel état, dont la moitié des fonctionnaires n’ont même pas une simple éducation primaire


Manifestation des partisans de la sécession du Sud-Soudan avec le drapeau régional, mardi 4 janvier, à Juba." (AFP/Yasuyoshi Chiba)

suspendue à un compte à rebours enthousiaste avant le référendum sur l’indépendance qui se tiendra du 9 au 15 janvier. Affiches sur les murs, drapeaux perchés un peu partout, autocollants sur les voitures, pin’s sur les cols de chemise.

« Cette date du 9 janvier est la date sacrée de notre libération ! On s’est battu pendant trente ans pour voir ce jour ! », s’exclame Acuil Malith Banggol, haut responsable du SPLM, le parti indépendantiste au pouvoir au Sud-Soudan.

Depuis cinq ans que la région jouit d’une certaine autonomie dans le pays le plus étendu d’Afrique, Juba a troqué ses oripeaux de village de brousse posé sur la boue des berges du Nil Blanc contre quelques habits de capitale. Les rues principales ont été goudronnées. Des fossés bétonnés tiennent lieu de caniveau pour évacuer les flots de la saison des pluies.

Surtout, la ville est devenue chère, très chère. Eldorado pour des consul tants occidentaux de tout poil, qui débarquent dans les ministères, attachés-cases sous le bras, pour vendre leurs services, les loyers ont atteint des prix parisiens. Le service en moins : ici, l’alimentation en électricité est erratique et dépend surtout des groupes électrogènes.

Et pour l’eau, pas de canalisations ; il faut faire remplir le réservoir de sa maison par un camion-citerne. Dans les conversations, sur les calicots, dans les articles de journaux, un mot revient sans cesse : paix. Un mot davantage répété comme une incantation.



Trois décennies de guérilla

John est un soldat de l’Armée populaire de libération du Soudan (SPLA), rencontré dans le comté de Panrieng, à la frontière avec le Nord. « J’ai commencé à me battre en 1982, se souvient-il, serrant dans ses mains une kalachnikov à la crosse patinée, qui semble plus vieille que lui. À ce moment, nous étions tout le temps cachés, dans la brousse. Personne ne nous aidait. Ce n’est qu’après qu’on a commencé à recevoir de l’assistance des pays voisins, d’Israël et des États-Unis. Aujourd’hui, je suis fatigué de me battre. »

Mais lorsque l’on interroge John sur ses combats passés, la fierté est visible. Et lorsqu’on lui demande ce qu’il compte faire s’il redevient civil, il bafouille. Difficile de déposer les armes après presque trois décennies de guérilla.

À Juba, l’université, fondée à la fin des années 1970, est bien modeste. Un campus qui ressemble presque à un terrain vague. Un bungalow pour chaque faculté. Celle de musique et d’art dramatique attire tout de suite l’attention : des groupes de pop locaux s’y réunissent à longueur de journée pour répéter les concerts qui doivent célébrer le référendum.

C’est là qu’Adison Arkangelo, l’un des professeurs, nous a donné rendez-vous. Un enseignant qui ressemble plutôt à un étudiant tant il est jeune. Jeune, et potentiellement déjà un héros national : c’est lui qui a composé l’hymne du futur État.

« On a besoin de construire un pays très fort, on a besoin d’une nation très forte, explique-t-il. Les Sud-Soudanais ont combattu pendant tellement d’années qu’ils sont maintenant fatigués de la guerre. On veut juste désormais se reposer et se réjouir de notre nouvelle nation et de notre nouveau pays. »
Compétitions tribales

Au cours de leur histoire récente, les Sud-Soudanais n’ont pas seulement combattu des Nordistes. Au Sud-Soudan, on dénombre plus d’une centaine d’ethnies, et autant de conflits. Pastoralistes contre éleveurs, sédentaires contre nomades, pour un bout de terre, un morceau de pâturage ou un accès à un plan d’eau, les clans sont prompts à dégainer la kalachnikov.

Toujours à l’université de Juba, dans la faculté de musique, César Mayen est en pleine répétition. Ce chanteur de pop aux cheveux tressés, qui a longtemps vécu en exil au Canada, est entouré d’un bassiste, d’un batteur et d’un pianiste. Il laisse chalouper son corps en chantant.

« À travers la musique, on peut apporter l’amour et la compréhension, on peut apporter l’harmonie, dit-il. Et avec notre musique, on veut mélanger tous les trucs tribaux, toutes les différences culturelles et on veut rassembler tout le monde. Sans musique, on ne pourra pas construire cette nation ! »

L’une des craintes est que la perspective de l’indépendance ne fasse exploser les compétitions tribales qui traversent le Sud-Soudan. L’ethnie dinka, la plus nombreuse, a été en pointe dans le combat contre le Nord. Le SPLM au pouvoir, qui détient presque l’intégralité des sièges du parlement régional, est un organe en immense majorité dinka.

Les Sudistes se plaignent d’avoir toujours été marginalisés par le pouvoir central de Khartoum, mais en même temps, les institutions sud-soudanaises, pour le moment, n’ont pas montré qu’elles étaient capables de faire beaucoup mieux.

Rumeurs
À Juba, le palais présidentiel est flambant neuf. Clinquant. Mais en dehors de la future capitale, on se croirait à la préhistoire. On croise en bords de route des chasseurs, entièrement nus, grandes silhouettes noires filiformes, portant à la main une lance terminée d’une pointe de fer forgé.

Le Sud-Soudanais « moyen » vit dans un toukoul, une hutte de terre séchée, n’a jamais vu une école, n’a souvent jamais pris un véhicule de sa vie, ni même pressé un interrupteur.

Le développement sera l’un des défis du nouvel État, dont la moitié des fonctionnaires n’ont jamais eu de simple éducation primaire.

Tous les observateurs en sont persuadés, l’issue du référendum, pour lequel sont inscrits 3,9 millions d’électeurs, ne fait aucun doute. Un sondage sommaire effectué la semaine dernière donnait 97 % de voix pour la séparation, contre 3 % seulement pour le maintien de l’unité du pays.

Si la sécession l’emporte, le Sud-Soudan pourrait devenir un pays dès juillet, fin de la période intérimaire de six ans prévue par l’accord de paix. Mais même s’ils s’attendent à un raz de marée pour l’indépendance, les Sud-Soudanais ne cessent de colporter des rumeurs.
Risques de fraudes

« Ma sœur, qui vit au Nord, me dit que des Arabes achètent en masse des cartes d’électeurs, rapporte un épicier de Juba. Khartoum paierait les électeurs pour qu’au dernier moment, ils votent contre l’indépendance. Et aussi, ils feront ce qu’ils pourront pour empêcher les gens d’aller voter. »

Pour que le référendum conduise à l’indépendance, conformément à la loi électorale, il faut non seulement que la majorité des votants se prononcent en sa faveur, mais aussi que le taux de participation atteigne 60 % des électeurs inscrits. Une barre qui devrait être facile à atteindre, mais qui revient souvent comme une menace dans les conversations.

Enfin, la procédure de vote est lourde, et l’on craint des incidents. À cause du manque de routes, les opérations de vote se prolongeront sur une semaine. Les électeurs devront tremper leur index dans l’encre indélébile, mais personne ne semble sûr que cette encre tienne pendant sept jours.

Et la nuit, les urnes seront placées dans des boîtes scellées, sous la protection du président du bureau de vote, qui devra dormir sur place. Autant de risques de fraudes qui font redouter des contestations.

Nicolas HENIN, à Juba

http://www.la-croix.com

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


avatar
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm
Masculin
Nombre de messages : 1184
Age : 36
Emploi/loisirs : Universel
Date d'inscription : 22/07/2010
Localisation : Sur Terre.!.(Lune prévue)

Sujet / Message Re: Actualité du Sud-Soudan

le Mer 12 Jan - 2:42
10 morts dans une attaque de nomades arabes contre des Sudistes



Une attaque de nomades arabes contre un convoi de Sud-Soudanais a fait dix morts à la frontière Nord-Sud, ont annoncé les autorités mardi, au troisième jour du référendum sur l'indépendance du Sud.



Une attaque de nomades arabes contre un convoi de Sud-Soudanais a fait dix morts à la frontière Nord-Sud, ont annoncé les autorités mardi, au troisième jour du référendum sur l'indépendance du Sud.
"Un convoi de personnes rentrant du Nord au Sud-Soudan a été la cible d'une embuscade hier (lundi) vers 17H00 locales (14H00 GMT) par des Misseriya armés. Dix ont été tuées et 18 blessées", a déclaré lors d'une conférence de presse à Juba, capitale du Sud, le ministre sud-soudanais de l'Intérieur, Gier Chuang.
L'attaque est survenue à la frontière du Kordofan-Sud (Nord) et du nord de la région de Bahr al-Ghazal (Sud), a-t-il précisé. "Le convoi était formé de 30 autobus et sept camions. Les camions ont été pillés et les autobus sont retournés vers le Nord".
Les Misseriya avaient combattu pendant la guerre civile Nord-Sud du côté du gouvernement de Khartoum. Ces nomades contrôlent une grand partie de l'Etat nordiste du Kordofan-Sud et revendiquent le territoire disputé d'Abyei --tout comme la tribu sudiste Dinka Ngok-- où ils migrent chaque année en quête d'eau et de pâturage pour leur bétail.
Les Casques bleus de l'ONU ont renforcé au cours des derniers jours leurs patrouilles dans la région d'Abyei.
"Comment voulez-vous que nous ayons commis ces actes quand l'ONU est sur le terrain entre nous et les Dinka?", a dit à l'AFP un leader Misseriya, soutenant que "depuis plusieurs jours, les gens qui rentrent au sud ont changé leur trajet afin de rester loin de nous".
Des Misseriya avaient bloqué ces dernières semaines des convois de sudistes faisant le trajet entre la capitale soudanaise et le Sud-Soudan, vaste région qui se prononce depuis dimanche sur son indépendance après des années de guerre civile contre le pouvoir de Khartoum, depuis le milieu des années 1950.
Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon "est très inquiet (...) et demande aux dirigeants du parti du Congrès national (au pouvoir) et du Mouvement populaire de libération du Soudan (ex-rebelles) de maintenir le calme et de résoudre le problème par un dialogue pacifique", a indiqué son porte-parole Martin Nesirky.
Il "incite les deux parties à reprendre et faire aboutir les négociations sur Abyei de façon prioritaire", a-t-il ajouté.
Le porte-parole a par ailleurs indiqué que "la mission de l'ONU au Soudan (Unmis) a intensifié ses patrouilles sur le terrain et se tient prête à renforcer sa présence en cas de besoin".
"Nous suivons de très près la situation sur le terrain et exhortons les gens d'Abyei et leurs leaders à faire preuve de retenue", a déclaré de son côté le Premier ministre britannique William Hague dans un communiqué.
De longues files d'attente étaient toujours observées mardi devant les bureaux de vote, au troisième jour du référendum d'autodétermination qui devrait mener à la création d'un nouveau pays au coeur du continent africain.
Du fait de la grande affluence, la commission référendaire a annoncé la prolongation d'une heure par jour de l'ouverture des bureaux de vote, de 17H00 à 18H00.
"La participation est très forte à travers le Sud, mais nous n'avons pas de pourcentage précis", a déclaré le vice-président de la commission référendaire, Chan Reec.
Les analystes, et même la classe politique nordiste, pronostiquent une victoire de l'option sécessionniste. Au moins 60% des électeurs inscrits doivent voter afin que le résultat du vote soit jugé valide.
Quelque quatre millions d'électeurs étant inscrits sur les listes, le pourcentage requis serait atteint si environ 2,4 millions de personnes votent. Selon M. Reec, environ un million de personnes ont voté à travers le Sud-Soudan, d'après les données colligées auprès de la moitié des bureaux de vote.

11.01.2011
http://www.tv5.org

__
flags2758Les condoléances ne ressuscitent pas le défunt;;mais elles entretiennent la confiance entre ceux qui restent flags2758

人間の権利


Il y a trois choses à ne pas chercher en vain :
Un savant dont les actes correspondent à son savoir,
Un homme d'action dont le cœur s'accorde avec ses actes,
Un frère humain sans défauts.

"L'homme n'est content de rien sauf de son intelligence ; moins il en a, plus il est content."


avatar
Daûphin_zz_47
Adm
Adm
Masculin
Nombre de messages : 2215
Age : 36
Date d'inscription : 06/08/2010
Localisation : tlc

Sujet / Message Re: Actualité du Sud-Soudan

le Dim 16 Jan - 9:35
Référendum au Sud-Soudan: le quorum atteint



Les bureaux de vote pour le référendum d'indépendance du Sud-Soudan ont fermé samedi en fin d'après-midi
La consultation avait commencé le 9 janvier. Des résultats partiels sont attendus fin janvier et les résultats définitifs le 14 février.


Vidéo


Vote du référendum sud-soudanais
Voir cette vidéo
Référendum d'autodétermination du Sud-Soudan
Voir cette vidéo
El Bechir en campagne au Sud-Soudan
Voir cette vidéo Toutes les vidéos

Le seuil de 60 % de participation au référendum a été dépassé, a confirmé jeudi la commission référendaire. Ce seuil est indispensable pour que soit validé le résultat du
scrutin au Sud-Soudan, qui devrait déboucher sur l'indépendance de cette région.

Le scrutin, surveillé par des observateurs américains, européens, africains et arabes, a commencé dans la joie dimanche à Juba, la capitale, où l'on a salué un jour "historique" par des chants et des danses. Près de 4 millions de personnes se sont inscrites pour ce référendum d'autodétermination.

"C'est le moment historique que les Sud-Soudanais attendaient", a affirmé le président de cette région semi-autonome Salva Kiir, après avoir voté dimanche à Juba, capitale du Sud-Soudan.

La partition semble inévitable à l'issue de ce référendum prévu par l'accord de paix conclu en 2005 qui a mis fin à plus de vingt ans de guerre civile entre le Nord, musulman et en grande partie arabe, et le sud, chrétien, du Soudan. Le conflit a fait deux millions de morts entre 1983 et 2005.

A Abyei, une poudrière située à la frontière du Nord et du Sud, des affrontements meurtriers entre tribus rivales ont fait plusieurs dizaines de morts depuis dimanche. Par ailleurs, dans l'Etat pétrolier sensible d'Unité, des combats ont opposé rebelles et soldats sudistes.



Omar el-Bechir dit qu'il se pliera aux résultats du scrutin

Le vote conduira vraisemblablement à la partition du Soudan, le plus grand pays d'Afrique, après de nombreuses années de guerre civile. "Je célèbrerai votre décision, même si vous choisissez la sécession", a déclaré le président soudanais, Omar El-Bechir.



Les analystes, les politiques sudistes, et même nordistes, anticipent désormais une victoire de l'option sécessionniste lors de ce scrutin. Le Parti du Congrès national (NCP, présidentiel) n'a même pas fait campagne au Sud-Soudan pour convaincre les Sudistes de choisir l'unité, comme si la tendance de fond était trop lourde pour être renversée.

Les seules inconnues sont le taux de participation et le respect des normes démocratiques internationales.

Une histoire marquée par la séparation
Peuplé de plus de 8,5 millions d'habitants, le Sud du Soudan représente environ 20 % de la population du pays, le plus grand d'Afrique.

Sous la colonisation (1899 à 1956), les Britanniques ont administré le Nord et le Sud comme deux régions distinctes. Restreignant les mouvements de personnes entre les deux, ils ont encouragé la christianisation et l'anglicisation du Sud pour faire contrepoids aux Arabes musulmans du Nord.

Juste avant l'indépendance, en 1955, la rébellion commence dans le Sud contre la domination du Nord. En 1972, après 17 ans de guerre, le Sud obtient un statut d'autonomie. La remise en cause de ce statut relance les hostilités en 1983. Elles vont durer plus de vingt ans, jusqu'aux accords de paix de 2005.

Ceux-ci prévoient un partage du pétrole entre le Nord et le Sud, région qui obtient de nouveau un statut d'autonomie. Une Constitution intérimaire organise un partage du pouvoir entre les deux régions: le chef du gouvernement du Sud est aussi vice-président du Soudan. En avril 2010, Salva Kiir, qui a pris la succession du chef de guerre John Garang, est le premier président élu du Sud-Soudan.

Une partition qui ne sera pas simple
Même si le pouvoir à Khartoum accepte l'indépendance du Sud, celle-ci ne se fera pas sans difficultés.

La frontière n'est pas encore totalement définie, notamment autour de la région contestée d'Abyei, en raison de la présence de pétrole. Un autre référendum devait décider de son rattachement au Nord ou au Sud mais les différentes parties n'ont pas réussi à s'entendre sur qui pourrait voter. Au moins cinq autres secteurs frontaliers restent contestés.

Les deux régions négocient, par ailleurs, le partage de la manne pétrolière. Le Soudan produit actuellement 500.000 barils par jour de pétrole, qui représentent 90% de ses exportations. Les trois quarts des réserves gisent dans des zones limitrophes et au Sud.

Enfin, au-delà de leur opposition au Nord, les Soudanais du Sud devront inventer une identité nationale qui ne va pas de soi dans une région morcelée, divisée entre plusieurs milices et où coexistent une soixantaine de tribus.

Un précédent en Afrique
Le référendum au Sud-Soudan remet en cause les frontières héritées de la décolonisation en Afrique et pourrait créer un précédent pour d'autres régions tentées par la sécession.

Si l'Erythrée s'est bien prononcée en 1993 sur son indépendance, ce pays avait déjà existé en tant que colonie italienne distincte de l'Ethiopie.

L'Afrique post-coloniale s'est construite, au début des années 1960, sur le principe d'intangibilité des frontières. Mais après le vote d'autodétermination au Soudan, d'autres régions d'Afrique, ou mouvements rebelles, pourraient à leur tour réclamer un référendum d'autodétermination: le Sahara occidental, l'enclave pétrolière angolaise du Cabinda, les Touaregs dans le nord du Mali et du Niger, la Casamance au Sénégal...


http://info.france2.fr

__
-------------
" Il ya deux manières d'ignorer les choses:
La première, c'est de les ignorer;
La seconde, c'est de les ignorer et croire qu'on les sait.
La seconde est pire que la première."



Peuple sans mémoire, peuple sans histoire





http://www.facebook.com/DIKKTARIOF

avatar
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm
Masculin
Nombre de messages : 1184
Age : 36
Emploi/loisirs : Universel
Date d'inscription : 22/07/2010
Localisation : Sur Terre.!.(Lune prévue)

Sujet / Message Re: Actualité du Sud-Soudan

le Jeu 20 Jan - 5:00
RÉFÉRENDUM (2): À JUBA, LES RÉSULTATS PROVISOIRES CONFIRMENT UN PLÉBISCITE POUR LE "OUI"

Presque la totalité - 97,5&percnt - de la population de Juba, capitale du Sud-Soudan, aurait voté en faveur de l'indépendance par rapport au gouvernement soudanais central, indiquent les résultats provisoires annoncés mercredi matin par la section locale de la commission référendaire, qui précise que 211.081 inscrits ont voté pour l'indépendance, contre 3650 favorables à l'unité du Soudan. De même, les habitants des autres États méridionaux, dont ceux de Bahr al Ghazal, Equatoria, Unity, Jonglei ou encore Lacs, où se situe Rumbek, autrefois capitale du Sud pendant la guerre civile, auraient massivement voté pour l'indépendance. Selon les experts et les observateurs, ces résultats provisoires ne font que confirmer l'attente pour un véritable "plébiscite" en faveur de la sécession définitive du Sud-Soudan. Considérant la délicatesse de la question, les dirigeants du Sud ont toutefois invité la population à attendre la parution officielle des résultats définitifs, qui ne seront pas diffusés avant début février.

Source: MISNA

19/1/2011
http://www.burundirealite.org

__
flags2758Les condoléances ne ressuscitent pas le défunt;;mais elles entretiennent la confiance entre ceux qui restent flags2758

人間の権利


Il y a trois choses à ne pas chercher en vain :
Un savant dont les actes correspondent à son savoir,
Un homme d'action dont le cœur s'accorde avec ses actes,
Un frère humain sans défauts.

"L'homme n'est content de rien sauf de son intelligence ; moins il en a, plus il est content."


avatar
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm
Masculin
Nombre de messages : 1184
Age : 36
Emploi/loisirs : Universel
Date d'inscription : 22/07/2010
Localisation : Sur Terre.!.(Lune prévue)

Sujet / Message Re: Actualité du Sud-Soudan

le Mar 26 Avr - 7:44
Sud-Soudan: l'anglais, nouvelle langue officielle (ministre)

Le Sud-Soudan, nouvel État africain qui sera créé le 9 juillet prochain, adoptera l'anglais comme langue officielle, a indiqué lundi le ministre sud-soudanais des Affaires législatives, John Luk.

"Selon la nouvelle constitution, l'anglais deviendra la langue officielle du nouvel État", a déclaré M.Luk, en ajoutant que la transition vers anglais s'effectuera graduellement, car beaucoup de ressortissants sud-soudanais ont étudié l'arabe et ne parlent pas anglais.

Le ministre a également annoncé que selon le projet constitutionnel, le gouvernement actuel du Sud-Soudan resterait en fonction jusqu'à 2015. Toutefois, le chef du gouvernement pourra former un nouveau cabinet après le 9 juillet, date officielle de l'indépendance de ce nouvel Etat.

Lors du référendum qui s'est déroulé en janvier dernier, les habitants des provinces du sud du Soudan ont voté pour la création de leur propre Etat indépendant. Ce scrutin s'est déroulé conformément à l'Accord global de paix qui a mis fin à plus de 20 ans de guerre civile entre le Nord et de Sud du pays.

french.ruvr.ru

__
flags2758Les condoléances ne ressuscitent pas le défunt;;mais elles entretiennent la confiance entre ceux qui restent flags2758

人間の権利


Il y a trois choses à ne pas chercher en vain :
Un savant dont les actes correspondent à son savoir,
Un homme d'action dont le cœur s'accorde avec ses actes,
Un frère humain sans défauts.

"L'homme n'est content de rien sauf de son intelligence ; moins il en a, plus il est content."


avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message Re: Actualité du Sud-Soudan

le Dim 10 Juil - 23:27
L’indépendance du Sud-Soudan,une chance pour les femmes ?

Après des années de conflits avec le nord du pays, le Sud-Soudan devient, ce 9 juillet, un état indépendant. Mais les chantiers sont énormes. Les femmes, qui représentent 65 % de la population du pays, sont les premières victimes d’une situation sanitaire déplorable : une Sud-Soudanaise sur sept meurt en couches. État des lieux avec Jean-Pierre Marigo, chef de mission pour MSF à Juba.

Lefigaro.fr/madame. - MSF pilote depuis 2007 un programme à l’hôpital d’Aweil, dans l’État du Nord-Bahr el-Ghazal. C’est la seule structure de soins pour 780 000 habitants. À quoi ressemble une journée dans cet hôpital ?
Jean-Pierre Marigo. - Le projet de MSF est concentré sur les soins à apporter aux mères et aux enfants. Nous faisons des accouchements, du suivi gynécologique et de grossesse, avec ou sans complications, et des césariennes en cas d’extrême urgence.
Nous sommes aussi responsables du service pédiatrique. Depuis que nous sommes là, le taux de mortalité infantile à l’hôpital est tombé de 20 % à 5 %. Le troisième volet de notre travail, c’est d’apporter un service auprès des enfants mal nourris, un problème endémique dans l’ensemble du Sud-Soudan.

Les femmes – notamment enceintes – viennent-elles facilement à l’hôpital ou attendent-elles le dernier moment ?
D’un point de vue culturel, les femmes accouchent chez elles, dans des conditions plus que précaires. L’an dernier, on a fait 2 600 accouchements à l’hôpital, ce qui représente 10 % du nombre global pour tout l’État. Au village, elles sont assistées par d’autres femmes qui font office de sages-femmes et ont appris les gestes sur le tas ou se forment entre elles. Avec pour seuls instruments quelques kits de stérilisation distribués par les Nations unies. Donc, les patientes arrivent souvent tard à l’hôpital. Il faut dire aussi que l’accès est compliqué : il n’y a qu’une centaine de kilomètres de routes goudronnées pour tout le Sud-Soudan et l’État du Nord-Bahr el-Ghazal est très étendu.

http://madame.lefigaro.fr
-----
Israël reconnaît à son tour l'indépendance du pays

Israël a reconnu ce dimanche l'indépendance du Soudan du Sud et promis d'oeuvrer pour le développement de ce nouveau pays.

L'Etat juif n'entretient aucune relation diplomatique avec le Soudan, pays de culture arabo-musulmane. Le Soudan du Sud, qui n'est plus sous le giron de Khartoum de manière officielle depuis samedi, est en revanche chrétien et animiste.

«J'annonce qu'Israël reconnaît le Soudan du Sud», a déclaré le chef du gouvernement Benjamin Netanyahu lors d'un conseil des ministres dont des extraits étaient retransmis à la télévision.

Des milliers de Soudanais en Israël

«Nous lui souhaitons beaucoup de succès. Il s'agit d'un pays pacifique et nous serions heureux de coopérer avec lui afin d'assurer son développement et sa prospérité», a-t-il ajouté.

Israël abrite des milliers de Soudanais, des réfugiés pour la plupart, mais aussi des immigrés venus chercher du travail, qui ont tous traversé le désert de Sinaï, à pied, pour venir vivre dans l'Etat juif.

De nombreux pays ont reconnu samedi l'indépendance du 54e pays d'Afrique, notamment les Etats-Unis, la Chine, l'Egypte ou encore la France.

Avec Reuters
----
Proclamation du nouvel État du Sud Soudan À arme levée



“Veuillez laisser vos armes à l'entrée”. À elle seule, cette petite note adressée aux députés venus, le 7 juillet, à l’Assemblée afin d'adopter la Constitution du tout nouveau Sud Soudan, témoigne de l’avenir incertain de ce pays qui vient de s’inviter dans la carte du monde.

Car lorsqu’on a passé 50 ans à guerroyer avec ses concitoyens du Nord, les députés du Sud votent à arme levée.

Maintenant que ce nouveau pays est né, faudra-t-il attendre 50 autres années pour faire taire les armes? Dans ce pays aussi riche en or noir que son peuple est misérable, on s’est longtemps battu pour le pétrole et à présent on se livre bataille pour des... vaches devenues symbole de fortune.

Et comme l’Afrique est une vieille connaissance des périodes de vaches maigres, une sévère sécheresse frappe les voisins du Sud Soudan: en Ouganda, Somalie, Éthiopie, Kenya, des centaines de milliers d'enfants sont menacés de famine. Voilà un beau cadeau pour célébrer la venue au monde d’un nouveau pays.

Maintenant que le Nord a perdu le Sud, le Sud, englué dans une mixture de pétrole, d’armes et de bouse bovine, ne devra pas perdre le nord.
Samir Benmalek

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

avatar
fennec dz
Membractif
Membractif
Masculin
Nombre de messages : 94
Age : 27
Date d'inscription : 25/05/2011
Localisation : Algerie

Sujet / Message Re: Actualité du Sud-Soudan

le Lun 11 Juil - 0:30
eh oui le soudan.mission accomplie dans le mutisme presque
avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message Re: Actualité du Sud-Soudan

le Lun 11 Juil - 0:42
fennec dz a écrit:eh oui le soudan.mission accomplie dans le mutisme presque

La guerre du pétrol,kho Wink

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

avatar
fennec dz
Membractif
Membractif
Masculin
Nombre de messages : 94
Age : 27
Date d'inscription : 25/05/2011
Localisation : Algerie

Sujet / Message Re: Actualité du Sud-Soudan

le Lun 11 Juil - 0:55
oui mon frère ..c'est la politique énergétique des usa
avatar
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm
Masculin
Nombre de messages : 1184
Age : 36
Emploi/loisirs : Universel
Date d'inscription : 22/07/2010
Localisation : Sur Terre.!.(Lune prévue)

Sujet / Message Re: Actualité du Sud-Soudan

le Lun 18 Juil - 20:26
Soudan du Sud: Kiir lance la monnaie nationale, appelle à rappatrier les fonds



JUBA - Le président du Soudan du Sud, Salva Kiir, a lancé lundi la livre sud-soudanaise et a ordonné aux responsables de rapatrier leurs fonds, alors que la corruption est endémique dans ce pays qui a accédé à l'indépendance le 9 juillet.
"Je voudrais vous conseiller sincèrement à tous -- ceux d'entre vous qui ont de l'argent à l'étranger -- de rapatrier votre argent dans cette banque", a déclaré M. Kiir lors de la cérémonie de lancement de la nouvelle monnaie à la banque centrale du Soudan du Sud, devant des ministres et des hauts responsables du gouvernement.
"Je sais qu'il y a des gens qui ont d'énormes sommes sur des comptes hors du pays. Rapatriez cet argent", a-t-il insisté, avant de changer lui-même un peu d'argent en livres sud-soudanaises, dont le cours a été fixé à parité avec la livre soudanaise.
En avril, International Crisis Group avait mis en garde, trois mois avant l'indépendance du Soudan du Sud, contre les risques de détournement à grande échelle des revenus de l'Etat à des fins d'enrichissement personnel d'individus au pouvoir.
Les billets de la nouvelle monnaie sont à l'effigie de John Garang, le chef historique des rebelles sudistes, mort quelques mois après l'accord de paix de 2005 qui avait mis fin à plusieurs décennies de guerre entre les rebelles sudistes et les gouvernements successifs de Khartoum.
Selon le gouverneur de la banque centrale du Soudan du Sud, Elijah Malok, ce choix est une "marque de respect" pour l'ancien dirigeant et pour l'histoire de la nouvelle nation.
M. Malok a exhorté les gouverneurs des dix Etats du Soudan du Sud à coopérer avec un comité technique composé de banquiers et de responsables du ministère des Finances, pour assurer la circulation la plus rapide de la nouvelle monnaie et éviter que le pays ne soit envahi par l'ancienne monnaie, la livre soudanaise, qui connaît une inflation galopante.
"Le danger est (...) si nous ne retirons pas rapidement l'ancienne monnaie alors que celle-ci est toujours utilisée dans le Nord, que beaucoup d'argent n'afflue, et nous risquons de détruire notre économie", a précisé M. Malok.
La semaine dernière, le président soudanais Omar el-Béchir avait annoncé que le Soudan allait lancer une nouvelle monnaie "dans les prochains jours" pour remplacer la Livre soudanaise, dont la valeur est en chute libre depuis six mois, à cause de la flambée des prix des denrées et de la faiblesse des finances de l'Etat.
Les difficultés pour faire circuler la nouvelle monnaie ont été accrues par la saison des pluies, qui rend la plupart des routes du pays inaccessibles, a ajouté M. Malok.
La monnaie figurait parmi les questions clés sur lesquelles le Soudan et le Soudan du Sud n'ont pas réussi à se mettre d'accord avant la partition du Soudan le 9 juillet dernier.

Par AFP

__
flags2758Les condoléances ne ressuscitent pas le défunt;;mais elles entretiennent la confiance entre ceux qui restent flags2758

人間の権利


Il y a trois choses à ne pas chercher en vain :
Un savant dont les actes correspondent à son savoir,
Un homme d'action dont le cœur s'accorde avec ses actes,
Un frère humain sans défauts.

"L'homme n'est content de rien sauf de son intelligence ; moins il en a, plus il est content."


avatar
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm
Masculin
Nombre de messages : 1184
Age : 36
Emploi/loisirs : Universel
Date d'inscription : 22/07/2010
Localisation : Sur Terre.!.(Lune prévue)

Sujet / Message Re: Actualité du Sud-Soudan

le Ven 29 Juil - 4:06
Le Sud-Soudan adhère à l'Union Africaine



Le Soudan du Sud, qui a proclamé son indépendance vis-à-vis du Soudan le 9 juillet dernier, a adhéré à l'Union Africaine (UA), devenant le 54e membre de cette organisation régionale, a annoncé jeudi un communiqué de l'UA.

D'ici quelques jours, le drapeau sud-soudanais sera hissé devant le siège de l'Union africaine à Addis-Abeba. L'Erythrée a été le dernier pays à intégrer cette organisation en 1993, après s'être séparée de l'Ethiopie.

Selon la décision adoptée par l'Assemblée générale des Nations unies le 14 juillet, le Soudan du Sud est également devenu le 195e membre de l'ONU.

La semaine prochaine, les représentants soudanais et sud-soudanaises doivent se réunir à Addis-Abeba afin de reprendre le dialogue sous l'égide de l'Union Africaine. Les négociations porteront en premier lieu sur la délimitation des frontières entre les deux pays, le partage des bénéfices pétroliers et l'octroi de la double nationalité à des ressortissants des deux Etats soudanais.

RIA Novosti

__
flags2758Les condoléances ne ressuscitent pas le défunt;;mais elles entretiennent la confiance entre ceux qui restent flags2758

人間の権利


Il y a trois choses à ne pas chercher en vain :
Un savant dont les actes correspondent à son savoir,
Un homme d'action dont le cœur s'accorde avec ses actes,
Un frère humain sans défauts.

"L'homme n'est content de rien sauf de son intelligence ; moins il en a, plus il est content."


avatar
abdelmalek
Adm
Adm
Masculin
Nombre de messages : 1142
Age : 69
Emploi/loisirs : médecin
Humeur : sinusoidale
Date d'inscription : 28/03/2009
Localisation : ALGERIENNE

Sujet / Message Re: Actualité du Sud-Soudan

le Sam 30 Juil - 10:10
kessinger l'avais prédis et malheur aux arabes et leur mâle gouvernance.
avatar
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm
Masculin
Nombre de messages : 1184
Age : 36
Emploi/loisirs : Universel
Date d'inscription : 22/07/2010
Localisation : Sur Terre.!.(Lune prévue)

Sujet / Message Re: Actualité du Sud-Soudan

le Sam 30 Juil - 14:39
Tout a fait Docteur, diviser le soudan plan réussi!! l’adhésion à l'Union Africaine faisait parti!!! et bientôt y'aura un nouveau né encore sur ce continent!! on passera a 55!!

__
flags2758Les condoléances ne ressuscitent pas le défunt;;mais elles entretiennent la confiance entre ceux qui restent flags2758

人間の権利


Il y a trois choses à ne pas chercher en vain :
Un savant dont les actes correspondent à son savoir,
Un homme d'action dont le cœur s'accorde avec ses actes,
Un frère humain sans défauts.

"L'homme n'est content de rien sauf de son intelligence ; moins il en a, plus il est content."


avatar
abdelmalek
Adm
Adm
Masculin
Nombre de messages : 1142
Age : 69
Emploi/loisirs : médecin
Humeur : sinusoidale
Date d'inscription : 28/03/2009
Localisation : ALGERIENNE

Sujet / Message Re: Actualité du Sud-Soudan

le Dim 31 Juil - 14:22
il gère le monde a leur bonne volonté:nous n'avons pas grand chose a mettre sous la dent alors il faut jouer comme eux pour ne pas être le dernier dans le plan de masse.
Contenu sponsorisé

Sujet / Message Re: Actualité du Sud-Soudan

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum