Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Sam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Dim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» nouvelle grille de lecture du monde
Dim 29 Avr - 16:29 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Ven 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Mer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Sam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Lun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Mar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Mar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Lun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Jeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Jeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Sam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Mer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Lun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Jeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Mar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Mer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Mar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Lun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Dim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Lun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Lun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Décembre 2018
DimLunMarMerJeuVenSam
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Lobby pro-israélien ou juif

Aller en bas

Sujet / Message Lobby pro-israélien ou juif

Message par Sphinx le Ven 18 Fév - 2:09

Tapis rouge pour des parlementaires européens pro-israéliens à la Knesset


Vue de la colonie juive de Givon Ha Hadasha, en Cisjordanie, le 7 février 2011

Le Parlement israélien a déroulé, lundi 7 février 2011, le tapis rouge pour une délégation de plus de 400 parlementaires européens, en visite de soutien en Israël, qui ont pu participer aux débats des commissions de la Knesset.


Ce passage clôturé mène à la maison d’une famille palestinienne enclavée
au sein de la colonie juive de Givon Ha Hadasha, en Cisjordanie


La visite des parlementaires européens, venus d’une trentaine de pays, est organisée par le groupe de pression des Amis européens d’Israël (AEI) et vise à redorer l’image d’Israël en Europe. Durant leur séjour, les élus européens doivent encore rencontrer lundi le Premier ministre Benjamin Netanyahu, après avoir écouté, ce week-end, le président, Shimon Pérès. Parmi les participants figurent d’ex-chefs de gouvernement, comme l’Espagnol José Maria Aznar, le Hongrois Peter Medgyessy et le Polonais Aleksander Kwasnieswski, ainsi que la présidente de l’Assemblée nationale bulgare Tsetska Tsacheva, le vice-Premier ministre slovaque Jan Figel, le ministre hongrois de la Défense Csaba Hende et le vice-ministre grec des Affaires étrangères Miltiadis Varvitsiotis.

Une trentaine de députés et sénateurs français ont également fait le déplacement, dont les anciens ministres Hervé Mariton, Corinne Lepage et Eric Raoult, et la porte-parole du groupe socialiste à l’Assemblee nationale, Aurélie Filippetti. Le président du groupe d’amitié France-Israël au Sénat, Jean-Pierre Plancade, a déclaré à l’AFP être venu "pour témoigner de l’amitié et de la solidarité avec Israël à un moment où en Europe une action de boycottage est engagée contre ce pays".


La maison de la famille palestinienne Sabri Gareeb est entourée
de clôtures, au sein de la colonie juive de Givon Ha Hadasha, en Cisjordanie


Les élus, siégeant au Parlement européen ou dans des assemblées nationales, ont été accueillis par le président de la Knesset, Réouven Rivlin. Invités à participer aux commissions parlementaires, des élus européens ont pu suivre les discussions de la commission des Affaires étrangères et de la Défense, qui se tiennent habituellement à huis clos. Le président de cette commission, l’ancien ministre de la Défense Shaul Mofaz (Kadima, opposition), a affirmé que, selon lui, "l’année 2011 sera cruciale pour la région avec des changements importants sur le plan sécuritaire". Evoquant la situation en Egypte, M. Mofaz a émis l’espoir "que celui qui succédera au président Moubarak soit modéré et respecte le traité de paix avec Israël" signé en 1979.


La maison de la famille palestinienne Sabri Gareeb est entourée
de clôtures, au sein de la colonie juive de Givon Ha Hadasha, en Cisjordanie


"Nous voyons maintenant que nous avions raison quand nous disions que la principale raison de l’instabilité de la région n’est pas liée au conflit israélo-palestinien", leur a dit le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman au sujet des mouvements populaires dans le monde arabe. "Quel est le lien entre le conflit et ce qu’il se passe au Liban et en Egypte, en Tunisie et en Algérie ?", a-t-il demandé. "La véritable menace, pour l’Autorité palestinienne, ce n’est pas le sionisme, mais le Hamas et le Jihad islamique, tout comme les autres pays sont menacés par les Frères musulmans, Al-Qaïda et autres mouvements extrémistes", a-t-il estimé.
Agence France Presse



A l’arrière plan, un enfant juif observe les enfants de la famille palestinienne Sabri Gareeb, dont la maison est entourée de clôtures, au sein de la colonie juive de Givon Ha Hadasha, en Cisjordanie

http://interet-general.info


Dernière édition par sphinx le Jeu 2 Juin - 14:51, édité 1 fois

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Lobby pro-israélien ou juif

Message par Syfou le Jeu 3 Mar - 1:26

La puissance du lobby juif américain

L'Aipac, le lobby pro-israélien des États-Unis


Le président israélien, Shimon Pérès, a prononcé un discours lors de la soirée d'ouverture de la conférence annuelle de l'Aipac, à Washington, le lundi 4 mai 2009.

Fort de 100 000 membre, il a pour but de veiller à maintenir intacte l'alliance stratégique qui lie, depuis 1948, l'État hébreu aux États-Unis.

Il est 19 heures ce lundi 4 mai, et une soirée exceptionnelle commence à Washington. Dans l'immense salle bleu nuit du centre de conférences de la capitale américaine, sont réunis près de 6 500 convives de marque en tenue de soirée, venus de tous les coins du pays et du monde. Des lumières laser glissent sur les visages, donnant à l'événement une atmosphère festive de gala. Des dizaines de serveurs vont et viennent entre les tables, déposant des assiettes où trônent des volailles farcies. «C'est le plus grand dîner casher du monde», sourit Caroline Chetrit, une Juive espagnole de Madrid qui a constitué une veille de l'antisémitisme en Espagne et vient chaque année depuis cinq ans. «On se croirait à Hollywood», ajoute Ofer Bronstein, conseiller du premier ministre Zapatero pour les relations avec Israël, en observant avec amusement la mer de convives qui s'étale à perte de vue.

Pourtant, cette soirée qui se tient à grands frais à Washington n'a rien à voir avec le show-biz. La puissance invitante n'est autre que l'Aipac (American Israel Public Affairs Committee), un lobby pro-israélien américain dont le but est de veiller à maintenir intacte l'alliance stratégique qui lie, depuis 1948, l'État hébreu aux États-Unis. Ce comité tient sa conférence annuelle durant trois jours intenses de tables rondes animées par des experts et des personnalités politiques de haut niveau. Le président israélien, Shimon Pérès a ouvert les travaux. Le vice-président Joe Biden les a clôturés. «Il s'agit du plus important rassemblement de l'année pour la communauté pro-israélienne, note le président de l'Aipac, David Victor. Alors que le Moyen-Orient traverse une période de défis et d'opportunités sans précédent, c'est le moment de venir à Washington et de rejoindre tous les autres Américains qui partagent notre passion pour la relation israélo-américaine, pour faire en sorte que nos voix soient entendues au Congrès.»

100 000 membres

L'Aipac naît en 1951, trois ans après la naissance d'Israël, surgi des cendres de l'effroyable génocide juif. Les Juifs d'Amérique, dont beaucoup sont des survivants de la Shoah, en viennent à penser que si Israël avait existé, l'Holocauste n'aurait pu avoir lieu. Garantir la survie du nouvel État, en travaillant au renforcement de la relation États-Unis-Israël, devient alors la priorité des priorités d'une large partie de la communauté juive américaine. Cet objectif n'est remis en question par personne au sein de l'establishment politique américain, qui voit dans la défense d'Israël une priorité de sa diplomatie. L'Aipac, qui ne finance aucune campagne électorale, se concentrant sur ses objectifs d'éducation et d'influence, ratisse large, comptant dans ses rangs de nombreux membres non juifs. Elle n'est nullement une organisation occulte, mais un lobby qui a pignon sur rue, agissant en toute transparence conformément au système en vigueur aux États-Unis. Contrairement à ce qui prévaut en France, où les lobbies sont associés à une théorie du complot, ils sont, là-bas, institutionnalisés et officiels, partie intégrante du processus démocratique.

Mais l'Aipac, qui réunit 100 000 membres, n'en reste pas moins exceptionnel par sa capacité de ralliement, qui le situe, selon les experts, au côté du lobby des retraités ou du lobby des armes (National Rifle Association). «C'est l'organisation de lobbying la plus influente en matière de politique étrangère», affirme son site Internet, qui dit employer 165 personnes à plein-temps à travers la plupart des États américains et disposer d'un budget de 45 millions de dollars. Outre ses solides soutiens politiques, l'Aipac mobilise des fonds importants. Beaucoup de personnalités font des dons pouvant aller jusqu'à des centaines de milliers de dollars. Les invités arborent sans complexes des badges sur lesquels apparaît l'importance de leurs donations en fonction des couleurs inscrites. Plus on affiche de couleurs, plus on compte au sein de l'organisation, explique une généreuse donatrice venue de Floride, et membre du Board.

Ce lundi soir, la «force de frappe» politique de l'Aipac apparaît avec éclat quand commence le roll call, l'appel de toutes les personnalités de marque présentes au gala. Sur fond de musique de film destinée à garantir l'émotion de la salle, deux organisateurs lisent avec emphase la liste des invités. À chaque fois, la salle applaudit, enthousiaste. On a l'impression d'assister à une cérémonie des Oscars. Près de la moitié des élus du Congrès sont là, républicains comme démocrates, car l'Aipac est bipartisan. On aperçoit de nombreux membres en vue de l'Administration Obama ainsi que la plupart des ambassadeurs accrédités à Washington. Puis apparaît le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, depuis Jérusalem, pour une adresse retransmise par télé-satellite. Il se garde bien de prononcer le terme «d'État palestinien», se contentant de formules vagues sur l'économie et la paix. Mais il est très applaudi quand il parle de la menace nucléaire iranienne, le cœur de son discours. «C'est impressionnant», confie un homme venu de Californie. Il explique qu'il a réactivé récemment sa souscription car il a «l'impression de faire quelque chose d'important en étant ici». Il y a croisé tant de personnalités de premier plan : le président de la commission des affaires étrangères du Sénat, John Kerry, l'ancien speaker conservateur Newt Gingrich…

La conférence de l'Aipac est un must pour les politiques. Selon une tradition ancrée, tous les candidats à la présidentielle y étaient venus l'an dernier exposer leur vision du Moyen-Orient et exprimer leur attachement à la relation avec Israël. Hillary Clinton avait parlé d'une «réunion géante de famille» ; McCain, loué «une organisation magnifique» ; et Barack Obama, évoqué «le lien indissoluble hier, aujourd'hui et pour toujours» entre Israël et les États-Unis. Dès le lendemain du gala, des milliers de participants montent sur la colline du Capitole pour quelque 515 rencontres avec des parlementaires. Inquiets des ouvertures de l'Administration Obama vers le régime des mollahs, les lobbyistes de l'Aipac veulent convaincre les députés de voter en faveur d'une panoplie de sanctions très dures en cas d'échec de la négociation. Leur projet de loi propose d'imposer des sanctions aux entreprises qui fournissent du carburant aux Iraniens, ceux-ci dépendant à 40 % de l'étranger pour l'essence et le diesel.

Mais un vrai suspense entoure désormais cette stratégie, vu la volonté très affirmée d'Obama de privilégier une nouvelle approche, plus équilibrée, du règlement du conflit israélo-palestinien. Dans les dernières semaines, le président a clairement prôné une solution à deux États. Son vice-président a plaidé devant l'Aipac contre la poursuite de la colonisation israélienne dans les Territoires occupés. Rahm Emanuel, chef de l'Administration présidentielle et personnage influent de la communauté juive américaine, aurait même invité ses amis de l'Aipac à changer de ligne lors d'une table ronde fermée à la presse. Selon nombre de sources, l'Administration souhaiterait mettre Nétanyahou sous pression et nuancer le caractère inconditionnel du soutien américain à la politique de la droite israélienne, qui avait prévalu sous Bush.

La concurrence d'une nouvelle organisation

Ce soutien inconditionnel avait été mis en évidence en 2006 dans un livre fracassant (*) par deux professeurs d'université, John Mearsheimer et Stephen Walt, pourtant connus pour leur orientation centriste et pro-israélienne. Les deux chercheurs, dont l'ouvrage a suscité une vaste polémique et même des accusations d'antisémitisme, voulaient révéler ce qu'ils voient comme une forme d'OPA de la droite israélienne likoudnik sur la politique étrangère américaine, via l'Aipac. «Je suis pro-israélien, mais j'estime qu'une politique aussi déséquilibrée ne sert pas les intérêts des États-Unis ni d'Israël», a confié, en février dernier, Stephen Walt à une radio française. «Je suis impressionné par l'engagement civique de l'Aipac, mais pas d'accord avec sa définition de l'intérêt israélien. Il faudra bien en venir à une solution de deux États séparés, et Nétanyahou le sait», avance le Franco-Israélien Ofer Bronstein.

En écho à ces préoccupations sur l'alignement jugé excessif de l'Aipac sur la droite israélienne, un lobby pro-israélien concurrent, J Street, destiné à mobiliser la rue juive libérale en faveur d'une approche plus équilibrée du conflit, s'est mis en orbite au Congrès depuis l'année dernière. Cette nouvelle organisation serait encouragée en sous-main par l'équipe Obama, qui cherche des appuis pour affiner son changement de cap de politique étrangère. «L'Aipac a l'oreille de l'establishment politique, dit un responsable de J Street en privé. Mais de nombreux juifs ne sont pas d'accord avec le Likoud. C'est à eux que nous nous adressons. N'oublions pas que la communauté juive a voté à plus 78 % pour Obama. Elle ne soutient plus une politique qui échoue depuis si longtemps.»

Peu convaincu, l'Israélien Avi Beker, professeur à l'université de Georgetown, explique que «la communauté juive américaine est un monde complexe», mais qu'une «solide» majorité d'Américains adhère à la vision de l'Aipac et son scepticisme sur les perspectives actuelles d'un État palestinien. «Vu la menace iranienne et le comportement du Hamas, ce n'est pas près de changer», conclut-il.

(*) John Mearsheimer et Stephen Walt, «Le Lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine», La Découverte 2007.

Source:(Article publié dans Le Figaro du 18 mai 2009)

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Lobby pro-israélien ou juif

Message par Droit_De_l'Homme le Sam 16 Avr - 7:06

Le Sénat américain s’emploie à mettre en cause la validité du rapport Goldstone



IRIB - Les lobbies sionistes américains remuent ciel et terre pour faire éviter une condamnation mondiale d'Israël pour crimes de guerre. Dans ce sens, le Sénat a adopté jeudi soir une résolution, demandant à l'ONU d'annuler le rapport Goldstone, qui accuse Israël d’avoir commis des "crimes de guerre" lors de son offensive de 22 jours contre Gaza. Les sénateurs américains sont allés si loin, dans leur résolution, qu'ils appellent, aussi, le Secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, à réformer le Conseil des droits de l'homme, pour qu'il ne critique plus "injustement" Israël. Pour le rappel, le juge sud-africain Richard Goldstone a été chargé, par le conseil onusien des droits de l'Homme, d'évaluer les éventuels cas de violation desdits droits, pendant la guerre de 22 jours. Le rapport qu'il a rédigé, évoquait de multiples cas de violation des droits de l'Homme, de crimes de guerre et contre humanité, commis, par l'armée du régime sioniste, dans les attaques contre les palestiniens mais aussi, contre les installations onusiennes. Plus de 1400 Palestiniens y sont tombés en martyre, dont près de 500 des femmes et des enfants. Le rapport Goldstone a aplani le terrain au renvoi du dossier des crimes de guerre israéliens, à la Cour Pénale Internationale. Parallèlement, le régime sioniste a mobilisé tous ses moyens surtout ses défenseurs à l'intérieur des Etats-Unis, pour mettre en cause la validité du rapport Goldstone. Des 100 sénateurs américains, 10 sont juifs et plus de 60 autres sont connus, officiellement, comme des sionistes ou partisans du sionisme mondial. Le sénat constitue l'une des deux chambres du congrès américain qui est à l'origine de plusieurs lois ou résolutions adoptées ces dernières années, dans le sens d'octroyer des prêts à fond perdu à Israël et à soutenir les politiques expansionnistes du régime sioniste. Des figures marquantes des lobbies sionistes américains n'occultent même pas que certains sénateurs votent les plans ou résolutions pro-israéliens, sans qu'ils les aient lus ou sans s'être informés de leurs contenus. Alors que toutes les instances internationales et les organismes de défense des droits de l'Homme trouvent le bilan d'Israël dans la guerre de 22 jours l'exemple flagrant des crimes contre l'humanité, le Congrès US vient de demander une révision du rapport Goldstone; rien de surprenant, si on se rappelle que le Congrès des Etats-Unis est sous l'influence du lobby sioniste, qui en est d’ailleurs l'une de ses ressources financières. L'expérience de ce dernier demi-siècle montre que toute objection, au sein du Congrès américain, aux résolutions pro-israéliennes ferait courir aux députés le risque de défaite électorale. Le comité des affaires publiques américano-israéliennes AIPAC, le lobby le plus influent sur la politique étrangère états-unienne est en fait le grand sponsor des gigantesques campagnes de nombreux congressistes et de tous ceux qui souhaitent intégrer les foyers de pouvoir à Washington. Bien qu'il restent divisés sur beaucoup de questions d'ordre politique, social et économique, démocrates et républicains américains sont sur les mêmes longueur d’onde, lorsqu'il s'agit d'assurer la sécurité d'Israël et de défendre ses crimes. Une telle convergence de points de vue s'explique aussi par la dépendance financière des personnalités et des partis politiques des Etats-Unis vis-à-vis des sionistes et par une vaste influence qu'exercent ces derniers sur l'espace politique et médiatique américain.

french.irib.ir

__
flags2758Les condoléances ne ressuscitent pas le défunt;;mais elles entretiennent la confiance entre ceux qui restent flags2758

人間の権利


Il y a trois choses à ne pas chercher en vain :
Un savant dont les actes correspondent à son savoir,
Un homme d'action dont le cœur s'accorde avec ses actes,
Un frère humain sans défauts.

"L'homme n'est content de rien sauf de son intelligence ; moins il en a, plus il est content."


avatar
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 1184
Age : 38
Emploi/loisirs : Universel
Date d'inscription : 22/07/2010
Localisation : Sur Terre.!.(Lune prévue)

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Lobby pro-israélien ou juif

Message par Daûphin_zz_47 le Mer 9 Jan - 13:41

Le lobby juif ne veut pas de Chuck Hagel comme Secrétaire américain à la Défense

Le lobby pro-israélien montre ses muscles et s’oppose à la possible nomination de Chuck Hagel par Barack Obama comme prochain Secrétaire à la Défense.


Chuck Hagel

Celui qui est sur les rangs, Chuck Hagel, est coprésident du Comité consultatif des services de renseignements extérieurs [services d’espionnage], attaché au Président.

Hagel était sénateur républicain représentant le Nebraska de 1996 jusqu’à sa retraite en 2008.

Il était l’un des rares sénateurs à avoir dépassé les divisions entre partis sur les questions les plus importantes pour les peuple des États-Unis.

En dépit de son affiliation au parti républicain et bien qu’il soit bien considéré par un Président du parti démocrate, les lobbyistes pro-Israël des deux partis se sont unis dans un tir de barrage face à la nomination de Hagel.

Et non pas parce qu’il serait incapable de diriger les forces armées américaines, mais parce qu’il est considéré comme n’ayant pas été assez docile face au lobby Juif alors qu’il était au Sénat.

Alors que dans le cadre d’une émission de la NBC, on demandait à Chuck Schummer, un des principaux lobbyistes pro-israéliens du parti démocrate au Sénat, s’il soutiendrait le possible candidature du Président, la réponse a été : « Je devrais d’abord étudier son bilan. »

La réponse de Schumer à propos d’un candidat du Président qui est de son propre parti, était inhabituellle dans la politique Américaine.

Dans le même programme de la châine NBC, le sénateur républicain Lindsey Graham a averti que le candidat présumé du Président subirait un interrogatoire sévère de ses collègues républicains concernant « sa position envers Israël ».

La Republican Jewish Coalition a déclaré qu’une telle nomination « serait une gifle pour tout Américain soucieux de la sécurité de Israël ».

Le membre démocrate de la Chambre, Elliot Engel, a dit de son côté sur la C-Span que l’hostilité endémique de Hagel « envers l’Israël » est « ennuyeuse pour moi et pour beaucoup d’autres personnes ».

Un autre lobbyiste pro-Israël à Washington a été cité par online Daily Beast jeudi dernier, disant « que la communauté pro-Israël considérera la nomination du Sénateur Chuck Hagel sous un jour extrêmement négatif ».

« Son bilan est unique dans son animosité envers Israël. »

La puissance du lobby pro-israélien est le secret le mieux gardé parmi les agents élus américains.

J’ai eu l’occasion de travailler avec un ex-membre du Congrès qui avait alors une fonction de lobbyiste pour une organisation pour laquelle je travaillais à San Diego.

Il avait à son actif un score parfait de votes pro-israéliens dans toute la durée de son mandat au Congrès.

Il me confia à cette époque que ses votes et ceux de plusieurs de ses collègues sur les questions concernant le Moyen-Orient, dépendaient en premier lieu de l’AIPAC [American Israel Public Affairs Committee] et des financiers juifs.

Il me dit qu’il avait plutôt de la sympathie pour les Palestiniens, mais qu’il se rappelait ceux (il en nomma quelques uns) qui ont été évincés quand l’argent « juif » a commencé à couler dans les coffres de leurs adversaires au moment des élections.

Lire la suite:
http://www.info-palestine.net/spip.php?article13068

__
-------------
" Il ya deux manières d'ignorer les choses:
La première, c'est de les ignorer;
La seconde, c'est de les ignorer et croire qu'on les sait.
La seconde est pire que la première."



Peuple sans mémoire, peuple sans histoire





https://www.facebook.com/DIKKTARIOF

avatar
Daûphin_zz_47
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 2215
Age : 37
Date d'inscription : 06/08/2010
Localisation : tlc

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Lobby pro-israélien ou juif

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum