Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Mer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Sam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Dim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Ven 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Mer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Sam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Lun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Mar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Mar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Lun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Jeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Jeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Sam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Mer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Lun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Jeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Mar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Mer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Mar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Lun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Dim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Lun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Lun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Mars 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Programme nucléaire syrien

Aller en bas

Sujet / Message Programme nucléaire illicite

Message par Droit_De_l'Homme le Mar 1 Mar - 7:39

Soupçons d’activités nucléaires sur trois sites syriens



En septembre 2007, l’aviation israélienne détruisait le site d’al-Khibar, en Syrie, lors d’un raid audacieux. Quelques mois plus tard, l’on apprenait la motivation de cette opération : la cible visée était un réacteur nucléaire secret construit avec l’aide de la Corée du Nord afin de produire du plutonium.

Des analyses d’échantillons prélevés sur le site par une équipe d’inspecteurs de l’Agence internationale à l’énergie atomique (AIEA) révélèrent des traces de graphite et d’uranium, renforçant ainsi les soupçons sur un programme nucléaire illicite syrien.

Depuis, Damas n’a eu de cesse d’entraver les inspections de l’AIEA sur son territoire tout en démentant les accusations de non-coopération en avançant que les inspecteurs outrepassaient leurs prérogatives en voulant se rendre sur des sites militaires, lesquels sont exclus des accords de garanties nucléaires ratifiés par la Syrie.

En décembre dernier, le directeur de l’AIEA, Yukiya Amano, qui a succédé au contreversé Mohamed el-Baradeï, a laissé planer la menace d’ordonner des « inspections spéciales », lesquelles autorisent les inspecteurs à mener des investigations plus poussées, en ayant accès aux scientifiques et aux plans des installations suspectes. Et si la Syrie s’y oppose une nouvelle fois, elle pourrait faire l’objet de sanctions après le prochain conseil des gouverneurs de l’agence, prévu entre le 7 et 11 mars.

C’est dans ce contexte que le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung a révélé l’existence de trois autres sites susceptibles d’avoir un lien avec le complexe d’al-Khibar. Ces soupçons ont été étayés par l’Institute for Science and International Security (ISIS), un centre de recherche américain, en diffusant des images satellites des trois endroits en question.

Ces clichés, pris en mai 2008, révèlent notamment une activité intense sur le site de Marj as-Sultan, près de Damas, avec la construction de bâtiments susceptibles d’abriter une usine de conversion d’uranium.

« L’état d’avancement de ce site est inconnu. Cependant, il y a lieu de soupçonner que la Syrie a évacué ces bâtiments avant mi-2008 et pris des mesures pour en masquer les activités antérieures » estime le rapport de l’ISIS. « La pose de nouvelles fondations pourrait correpondre à une tentative de masquer les prélèvements environnementaux auxquels les inspecteurs de l’AIEA devaient procéder pour vérifier si de l’uranium était présent lors de leur visite sur ces sites suspects » poursuit le centre de recherche américain.

http://www.opex360.com/
http://www.sueddeutsche.de

__
flags2758Les condoléances ne ressuscitent pas le défunt;;mais elles entretiennent la confiance entre ceux qui restent flags2758

人間の権利


Il y a trois choses à ne pas chercher en vain :
Un savant dont les actes correspondent à son savoir,
Un homme d'action dont le cœur s'accorde avec ses actes,
Un frère humain sans défauts.

"L'homme n'est content de rien sauf de son intelligence ; moins il en a, plus il est content."


Droit_De_l'Homme
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 1184
Age : 38
Emploi/loisirs : Universel
Date d'inscription : 22/07/2010
Localisation : Sur Terre.!.(Lune prévue)

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Programme nucléaire syrien

Message par Syfou le Dim 6 Mar - 20:33

Eclairage sur le présumé programme nucléaire syrien

Le raid israélien, le 6 septembre 2007, sur un site militaire syrien est resté un mystère : l’attaquant et l’attaqué refusent de communiquer sur cet accident qui a lancé une polémique sur un prétendu programme nucléaire syrien. L’affaire a éclaté avec un reportage du journaliste israélien Ron Ben Yeshai qui a pu entrer en Syrie et visiter le site de Deir el Zor. Plus récemment, plusieurs journaux ont relaté des faits parfois contradictoires concernant cette affaire et on assiste actuellement à des tractations politiques et médiatiques de la part de la Syrie et des Etats-Unis avec un surprenant silence de la classe politique israélienne.

Le quotidien israélien Yedioth Ahronoth a publié un rapport affirmant que le programme nucléaire syrien à été lancé en 2000. Le quotidien explique que le programme serait le fruit des pourparlers entre syriens et une délégation nord-coréenne, tenues en marge de la cérémonie de condoléance de l’ancien président syrien Hafez Al-Assad. Les auteurs de cette enquête, Ronin Salomon et Ronin Bergman, précisaient que l’idée du lancement de ce projet était celle du président Bachar Al-Assad, qui contrairement à son père qui limitait la dissuasion syrienne aux armes chimiques, souhaitait faire entrer la Syrie dans le club nucléaire.

On ne dispose pas aujourd’hui d’éléments suffisants qui explique le choix syrien de collaborer avec la Corée du Nord, mais le rapport publié par le quotidien israélien cite une tentative avortée d’une collaboration avec l’Argentine, une proposition du père de la bombe pakistanaise refusée par la Syrie, et enfin la Russie : entre 1998 et 1999, un accord syro-russe de fournir trois centrales nucléaires a été annulé à la dernière minute, probablement en raison d’un accord secret entre le gouvernement syrien et la Corée du Nord.

La thèse d’une assistance technique nord-coréenne dans un programme nucléaire syrien a été renforcée par les informations rapportées, le 28 avril 2008, par l’agence de presse japonaise NHK, qui a affirmé que dix nord-coréens ont été tués dans l’opération verger (le nom de l’opération israélienne selon Pierre Razoux dans un article sur cette question dans la revue Politique Etrangère). Selon l’agence de presse japonaise, citée par L’AFP, il s’agit d’agents du bureau de production militaire, dont la mission est de vendre des armes et des technologies militaires en échange de devises, sous la supervision directe du dirigeant suprême nord-coréen Kim Jong-Il.

Malgré cette preuve de l’existence de ce programme, les révélations américaines de son existence coïncide avec deux facteurs syrien et nord-coréen : Le site d’information panarabe www.elaph.com a rapporté un fait plus que troublant associant la mort d’Imad Mougniyeh, le responsable militaire du Hezbollah au raid israélien. Selon Elaph, le lieu de l’attentat qui a coûté la vie à Mougniyeh se situe à quelques mètres de l’agence syrienne de l’énergie atomique. D’un autre côté, certains médias américains ont vu dans les accusations de Washington, une opération des néoconservateurs visant à faire échouer les pourparlers avec la Corée du Nord sur un accord nucléaire.

Mais c’est l’AIEA qui a lancé les critiques les plus sévères et a émis des doutes sur l’existence d’un programme nucléaire syrien : Le chef de l’AIEA a tancé Washington, le 25 avril 2008, pour avoir tardé à l’informer, de ses allégations de construction d’un réacteur nucléaire, une affaire sur laquelle l’agence va ouvrir une enquête. De même, Mohammed Al-Baradei, le chef de l’AIEA, a dénoncé l’utilisation unilatérale de la force par Israël compromettant le processus de vérification qui est au cœur même du régime de non prolifération. Il a enfin rappelé la Syrie à ses engagements en tant que signataire du traité de non prolifération, d’avertir l’AIEA de tout projet de construction ou d’installation nucléaire.

D’un autre côté, un expert nucléaire, proche de l’AIEA, a émis des doutes sur la véracité des allégeances américaines sur un projet syrien de réacteur au plutonium. L’expert, qui a requis l’anonymat, a déclaré à l’AFP que les images du sous-sol du site présenté au congrès, ne permettent pas de déduire qu’il s’agit d’un projet nucléaire. Il a ajouté qu’il sera étrange que les syriens aient voulu copier le réacteur de Yongbyon, qui est une technologie vieille de quarante ans. Il a conclu que la meilleure solution de dissimuler un programme nucléaire reste l’utilisation des centrifugeuses capable de produire de l’uranium enrichi.

http://blogs.mediapart.fr

Une coopération nucléaire entre Syrie et Corée du Nord?

Les Etats-Unis accusent la Corée du Nord d'avoir aidé la Syrie, dans le plus grand secret, à construire un réacteur nucléaire qui aurait permis de fabriquer une bombe atomique. Le site, bombardé par Israël en septembre, n'était qu'un "bâtiment militaire désaffecté", soutient Damas. L'AIEA, irritée d'avoir été tenue à l'écart de ces informations, va ouvrir une enquête.

La Corée du Nord aurait aidé la Syrie à construire un réacteur nucléaire, a annoncé la Maison-Blanche jeudi. Selon Washington, ce réacteur, similaire au site nord-coréen de Yongbyon selon les Américains, aurait pu servir à fabriquer la bombe atomique s'il n'avait été détruit par l'aviation israélienne, le 6 septembre 2007. Situé sur l’Euphrate, près d’Al Kibar, il était alors sur le point de fonctionner, selon de hauts responsables du renseignement américain.

Photos à l’appui
Ils s’appuient notamment sur des photos produites jeudi devant le Congrès américain. Ces documents montrent l’intérieur du site, ainsi que des Nord-Coréens travaillant sur le chantier, selon le New York Times et le Washington Post. Par ailleurs, seule la Corée du Nord aurait construit ce type de réacteur ces 35 dernières années, selon le renseignement américain.




BBC News diffuse également des photos satellites montrant le site avant l’intervention israélienne, juste après, et quelques mois plus tard, en janvier 2008. D’après les Etats-Unis, la Syrie aurait détruit tout ce qui restait des installations, alors à nu, après le raid israélien.

Et le plutonium?
"Un bâtiment de cette taille aurait pu permettre la fabrication d’une bombe tous les deux ans", estime Uzi Even, ancien chimiste et physicien nucléaire israélien. Mais "construire un réacteur n’a guère d’intérêt si l’on n’a pas de plutonium", souligne-t-il.




Or, "je ne vois aucun signe d’une construction, plus grosse et plus compliquée, permettant d’extraire du plutonium sur les images de la CIA. A moins que la Corée du Nord ne se soit aussi chargée de leur transmettre du plutonium…"


La Syrie dément de "fausses allégations"
La Maison-Blanche a, par la voix de sa porte-parole Dana Perino, expliqué qu'elle avait "toutes les raisons de croire que le réacteur n'était pas destiné à des fins pacifiques". "La coopération nucléaire clandestine de la Corée du Nord avec la Syrie est une manifestation dangereuse des activités de prolifération nord-coréennes", a-t-elle expliqué.




Washington, qui considère la Syrie et la Corée du Nord comme deux bêtes noires, exige que Damas fasse toute la lumière sur ces activités.

La Syrie dément fermement les affirmations américaines. "Le gouvernement de la République arabe de Syrie regrette et dénonce la campagne de fausses allégations", indique un communiqué officiel. Pour Damas, le raid israélien de septembre 2007 n’a fait que détruire un "bâtiment militaire désaffecté".

L’AIEA va ouvrir une enquête
Cette collaboration, si elle est confirmée, expose la diplomatie nord-coréenne de l'administration Bush à une sérieuse remise en question.




La diplomatie de l'administration, consistant à offrir des contreparties graduelles à la Corée du Nord contre le renoncement à ses activités nucléaires, s'est d'ailleurs retrouvée sous la pression du Congrès.

Cette révélation pose aussi la question de la réponse internationale à l'existence d'un programme nucléaire caché par la Syrie, grand allié de l'Iran. L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) prend les accusations américaines "au sérieux" et va ouvrir une enquête, a annoncé l'Agence vendredi.

La Syrie a essuyé les critiques de Mohamed ElBaradei, le directeur général de l’AIEA. Il lui a rappelé ses obligations d'avertir l'AIEA de tout projet ou construction d'installation nucléaire conformément à l'accord sur les mesures de sauvegarde conclu avec l'AIEA.




Mais l’AIEA a également tancé Israël pour "l'utilisation unilatérale de la force" dans cette affaire. Ainsi que Washington, qui a tardé à lui fournir ces informations. Ce qui "compromet le processus de vérification qui est au coeur même du régime de non-prolifération".

lexpress.fr

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Programme nucléaire syrien

Message par Syfou le Dim 6 Mar - 20:36

4 sites nucléaires trouvés en Syrie

La Syrie a créé quatre nouvelles installations nucléaires en dehors de celle bombardée par Israël en 2007, a indiqué mercredi soir l’institut américain pour la science et la sécurité internationale (ISIS).

Le rapport, qui a été publié parallèlement à un rapport du quotidien allemand Sueddeutsche Zeitung, explique que le programme nucléaire de la Syrie était beaucoup plus avancé qu’on ne le croyait, et incluait, en plus du réacteur détruit à al-Kibar, une installation de conversion d’uranium et trois sites de stockage.

L’usine de conversion de Marj as-Sultant, selon le rapport, était apparemment destiné à transformer de l’uranium « yellowcake » en tétrafluorure d’uranium (UF4) pour le réacteur d’al-Kibar.

L’utilisation actuelle du bâtiment est inconnue, mais l’ISIS soupçonne qu’après que ce dernier ait été bombardé, la Syrie a tenté de dissimuler ses activités. L’institut cite des images satellite commerciales comme preuve de cela.

Pendant ce temps, la Syrie a rejeté les demandes de l’agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) d’inspecter le site de Marj as-Sultan.

« Sans une coopération substantielle de la Syrie, le directeur général de l’AIEA devra conclure clairement que la Syrie a violé de manière flagrante ses accords de garanties, et devra appeler à une inspection spéciale de ces quatre sites, » indique le rapport.

L’ISIS a également publié des photos satellite, montant trois installations supplémentaires apparemment utilisées pour le stockage à Masyaf, Iskandariyah et Marj as-Sultan.

Les images satellites datant de 2008 montrent des opérations sur ces sites que l’ISIS interprète comme la pose de nouvelles fondations en béton, destinées à couvrir toute activité nucléaire.

Après la publication du rapport, le Wall Street Journal a émis l’hypothèse que ces conclusions entraîneront une pression croissante sur la Syrie pour permettre aux inspecteurs de l’AIEA de visiter les sites suspects.

Les inspecteurs ont visité le site d’al-Kibar en mai 2008, et y ont trouvé des traces d’uranium qui indiquent que le réacteur était presque terminé. Mais le dictateur syrien Bachar al-Assad a à plusieurs reprises empêché l’accès aux autres sites aux inspecteurs.

Dans une interview parue le mois dernier dans le Wall Street Journal, Assad a nié que son pays avait un programme nucléaire clandestin. Mensonges et dictatures vont de pair.

juif.org

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Programme nucléaire syrien

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum