Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
Meilleurs posteurs
8022 Messages - 43%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
128 Messages - 1%
94 Messages - 0%
91 Messages - 0%
87 Messages - 0%
Galerie


Août 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Calendrier

Connexion

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm
Masculin
Nombre de messages : 1184
Age : 36
Emploi/loisirs : Universel
Date d'inscription : 22/07/2010
Localisation : Sur Terre.!.(Lune prévue)

Sujet / Message Aérospatial Chine et Technology Corporation (CASC)

le Mar 8 Mar - 10:30
中国 航天 科技 集团公司



(En Juillet 1999, la China Aerospace Corporation (CASC) a été divisé en deux organisations: la China Aerospace Machines et Electronics Corporation (CAMEC) la China Aerospace Science and Technology Corporation. et)

Manager général: Zhang Qingwei

Fondée sur Juillet 1, 1999, l'ACCS est l'une des deux organisations qui faisait autrefois partie de l'Aerospace Corporation de Chine (CASC). Il a été détaché de l'ACCS ancien dans le cadre des efforts déployés par le gouvernement pour la réforme des industries de défense de la Chine en desserrant le contrôle de l'Etat sur le fonctionnement des entreprises et en essayant d'insuffler une certaine concurrence en brisant les sociétés de défense importante. Selon l'ancien directeur général Lihang Wang, l'ancien système de gestion n'a pas été sensible à l'économie de marché. ACCS a été "paralysée par une structure lourde, les ressources dispersées, qui se chevauchent de construction, les sureffectifs et l'inefficacité financière." En outre, la société n'était pas une entité d'affaires véritables, au fur et d'affaires responsabilités politiques ne sont pas clairement réparties. L'objectif de la restructuration était de remédier à ces problèmes en définissant les devoirs et les responsabilités de la société et des travailleurs. [Wen Yangyang, "Entretien avec le directeur général de l'Aerospace Science and Technology Corporation en Chine," Zhongguo Hangtian (China Aerospace) , août 1999, p. 5-6.]

ACCS est composé de plus de 140 unités (centres de recherche filiale, usines, sociétés titulaires de partager et de rétention des sociétés par actions); ACCS emploie également plus de 103.000 travailleurs, 41.000 spécialistes et de techniciens, et 1.300 chercheurs. Son impliqués dans le développement, la production et la vente de missiles stratégiques et tactiques, satellites, lanceurs spatiaux, véhicules spatiaux, de l'aérospatiale et des biens d'autres. Selon une annonce publiée dans le Juillet 1999 de Zhongguo Hangtian (China Aerospace) ,

"ACCS est capable de développer et de lancer des lanceurs de l'orbite basse, la terre en rotation et l'orbite synchrone orbite héliosynchrone. Ses technologies de combustibles à haute énergie, strap-on les lanceurs et les satellites multiples lancement d'un véhicule de lancement, entre autres, ont atteint la norme mondiale. Il domine également l'expertise pour la production de satellites de communications, les satellites météorologiques, les satellites de ressources, des satellites scientifiques expérimentales et autres véhicules spatiaux, comme elle domine technologies de pointe dans la récupération par satellite, de contrôle d'orbite et de contrôle d'attitude. En outre, la nouvelle entreprise bénéficie d'avantages technologiques très forte dans le système de l'application des technologies satellitaires et l'application d'informatisation, technologies de l'information, la technologie d'automatisation et d'intégration de systèmes. "
Compte tenu de ces responsabilités, la nouvelle de l'ACCS a hérité sept grands instituts de recherche de l'ACCS, y compris:

L'Académie chinoise des technologies des véhicules de lancement, l'ACPD (ACCS ancien premier Académie)
L'Académie chinoise de technologie spatiale, CAST (ex-ACCS cinquième Académie)
Le Shanghai Academy of Space Flight de la technologie, les Conseillers (ex-ACCS 8ème Académie)
L'Académie chinoise des technologies de base de l'aérospatiale et l'électronique (ex-ACCS 9ème Académie)
Académie des technologies de propulsion aérospatiale solides
Académie des Technologies Propulsion aéronautique et spatiale liquide
Aerospace China Times Electronics Corporation

ACCS a également hérité de la responsabilité de deux des ex-R China Aerospace Corporation & D des bases de production:

Corporation Sichuan industrie aérospatiale
Science aérospatiale Xi'an et Société technologique de l'industrie
ACCS est également impliqué dans le développement, la production et la vente de produits civils, tels que: mécanique, électronique, produits chimiques, les communications, le transport, les produits médicaux, et des éco-technologies.

nti.org

__
flags2758Les condoléances ne ressuscitent pas le défunt;;mais elles entretiennent la confiance entre ceux qui restent flags2758

人間の権利


Il y a trois choses à ne pas chercher en vain :
Un savant dont les actes correspondent à son savoir,
Un homme d'action dont le cœur s'accorde avec ses actes,
Un frère humain sans défauts.

"L'homme n'est content de rien sauf de son intelligence ; moins il en a, plus il est content."


avatar
ZIGHOUD
Membractif
Membractif
Masculin
Nombre de messages : 87
Age : 50
Date d'inscription : 07/10/2010
Localisation : ALGERIE

Sujet / Message Re: Aérospatial Chine et Technology Corporation (CASC)

le Sam 12 Nov - 19:27
La Chine a fait, dans la nuit de mercredi à jeudi, un pas supplémentaire pour devenir une grande puissance spatiale en réussissant l'amarrage de deux vaisseaux non habités, étape cruciale vers la construction d'une station spatiale prévue vers 2020. À 18 h 36 (heure de Paris) mercredi, le vaisseau Shenzhou VIII s'est uni au module Tiangong-1, à une vitesse d'environ 28 000 km/h à 343 km au-dessus de la Terre, a déclaré jeudi le porte-parole du Programme de vol habité chinois, Wu Ping. Shenzhou (Vaisseau divin) VIII avait décollé mardi de la base de Jiuquan, d'où était également parti le 29 septembre le module d'essai Tiangong-1 (Palais céleste).

Les dirigeants chinois, dont le Premier ministre Wen Jiabao, ont assisté en pleine nuit à la retransmission de l'opération, décrite comme un "baiser spatial" par les médias, depuis le centre de contrôle de Pékin. Le président Hu Jintao, qui se trouve en France pour participer au sommet du G20 de Cannes, a envoyé un message de félicitations. Shenzhou VIII et Tiangong-1 resteront amarrés pendant à peu près 12 jours avant de se séparer pour s'unir à nouveau pendant deux jours. Après leur deuxième séparation, "Shenzhou VIII doit revenir sur Terre le 17 novembre en fin de journée", a indiqué Me Wu lors d'une conférence de presse.

Étape cruciale

La maîtrise des rendez-vous spatiaux est une étape cruciale dans la conquête de l'espace, franchie par les Russes et les Américains dans les années 1960. Me Wu a souligné qu'après une phase de coopération avec les Russes autour de l'an 2000 les Chinois avaient développé eux-mêmes la technologie nécessaire. Ce premier amarrage entre dans le cadre du programme visant à doter d'ici une décennie la Chine d'une station orbitale dans laquelle un équipage peut vivre en autonomie durant plusieurs mois, comme l'ancienne station russe Mir ou la Station spatiale internationale (ISS). Si la mission Shenzhou VIII est un succès, la Chine lancera l'année prochaine deux autres vaisseaux pour aller rejoindre Tiangong-1, successivement Shenzhou IX et Shenzhou X, dont l'un au moins sera habité.

Deux femmes font partie des astronautes qui s'entraînent en vue de cette mission, selon l'agence. Si elles sont choisies, elles seront les premières Chinoises à être envoyées par leur pays dans l'espace. En 2016, la Chine veut ensuite se doter d'un laboratoire spatial. Shenzhou VIII a aussi embarqué un ensemble de 17 expériences en sciences de la vie réalisées en coopération avec l'Allemagne. C'est "la première coopération internationale du programme du vol habité chinois dans le domaine des sciences spatiales", a indiqué Mme Wu, qui a insisté sur la volonté de Pékin d'engager des "coopérations concrètes avec tous les pays du monde". Pour les Chinois, "il s'agit de démontrer qu'un niveau de collaboration réel est désormais atteint" tandis que les Allemands cherchent à diversifier leurs "transporteurs", a déclaré à l'AFP Isabelle Sourbès-Verger, spécialiste du programme spatial chinois au CNRS.

Lancé au début des années 1990 grâce à des achats de technologie russe, le programme de vol habité chinois est contrôlé par l'armée et était resté jusqu'ici à l'écart de la coopération internationale, contrairement aux autres domaines spatiaux comme l'astrophysique ou l'observation de la Terre. Le relatif isolement de la Chine est dû à "la résistance des États-Unis, principalement pour des raisons de sécurité, mais aussi politiques", selon Morris Jones, expert du programme spatial chinois basé en Australie. La Chine a procédé à son premier vol spatial habité en 2003, devenant le troisième pays à envoyer des hommes dans l'espace après l'Union soviétique et les États-Unis. En septembre 2008, Pékin a affirmé ses ambitions en réalisant une sortie extra-véhiculaire dans l'espace lors de la mission Shenzhou VII. Un autre pendant du programme spatial chinois est constitué par les sondes lunaires Chang'E, dont la deuxième a été envoyée l'an dernier. Mais, jusqu'ici, la Chine n'a pas encore annoncé officiellement son intention d'envoyer des hommes sur la Lune.
SOURCE AFP.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum