Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.

 Gouvernement de la République algérienne  120px-10

http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
 Gouvernement de la République algérienne  EmptyMer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
 Gouvernement de la République algérienne  EmptySam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
 Gouvernement de la République algérienne  EmptyDim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
 Gouvernement de la République algérienne  EmptyVen 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
 Gouvernement de la République algérienne  EmptyMer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
 Gouvernement de la République algérienne  EmptySam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
 Gouvernement de la République algérienne  EmptyLun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
 Gouvernement de la République algérienne  EmptyMar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
 Gouvernement de la République algérienne  EmptyMar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
 Gouvernement de la République algérienne  EmptyLun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
 Gouvernement de la République algérienne  EmptyJeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
 Gouvernement de la République algérienne  EmptyJeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
 Gouvernement de la République algérienne  EmptySam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
 Gouvernement de la République algérienne  EmptyMer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
 Gouvernement de la République algérienne  EmptyLun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
 Gouvernement de la République algérienne  EmptyJeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
 Gouvernement de la République algérienne  EmptyMar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
 Gouvernement de la République algérienne  EmptyMer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
 Gouvernement de la République algérienne  EmptyMar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
 Gouvernement de la République algérienne  EmptyLun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
 Gouvernement de la République algérienne  EmptyDim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
 Gouvernement de la République algérienne  EmptyLun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
 Gouvernement de la République algérienne  EmptyLun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


 Gouvernement de la République algérienne  Empty
Mai 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Gouvernement de la République algérienne

Aller en bas

Sujet / Message Gouvernement de la République algérienne

Message par Droit_De_l'Homme le Mer 6 Avr - 7:32

HISTORIQUE

L’exécutif gouvernemental depuis 1962 :

Durant la période 1962-1988, l’Algérie sera dirigée, dans le cadre du système du Parti Unique, par des gouvernements présidés successivement par :

Le Président Ahmed BEN BELLA

1er Gouvernement : 27-09-1962/17-09-1963
2ème Gouvernement : 18-09-1963 / 02-12-1964
3ème Gouvernement : 02-12-1964 / 19-06-1965

Le Président Houari BOUMEDIENE

1er Gouvernement : 10-07-1965/20-07-1970
2ème Gouvernement : 21-07-1970 / 08-03-1979

Le Président Chadli BENDJEDID

Avec Mohamed Ben Ahmed ABDELGHANI en qualité de Premier Ministre :

1er Gouvernement : 08-03-1979 / 14-07-1980
2ème Gouvernement : 15-07-1980 / 11-01-1982
3ème Gouvernement : 12-01-1982 / 22-01-1984

Abdelhamid BRAHIMI en qualité de Premier Ministre :

4ème Gouvernement : 22-01-1984 / 09-11-1988
La Constitutionde février 1989 introduit le pluralisme politique et met en place une nouvelle organisation de la fonction exécutive. Le texte fondamental, révisé en 1996, détermine les conditions de nomination ainsi que les attributions du Chef du gouvernement.

Les précédents Chefs de gouvernement :

Kasdi MERBAH : 05 Novembre1988 – 09 Septembre 1989
Mouloud HAMROUCHE : 09 Septembre 1989 – 05 Juin 1991
Sid-Ahmed GHOZALI : 05 Juin 1991 – 08 Juillet 1992
Belaid ABDESALEM : Juillet 1992 – 21 Août 1993
Redha MALEK : 21 Août 1993 – 11 Avril 1994
Mokdad SIFI : 11 Avril 1994 – 31 Decembre1995
Ahmed OUYAHIA : 31 Décembre 1995 – 15 Décembre 1998
Ismail HAMDANI : 15 Décembre 1998 – 23 Décembre 1999
Ahmed BENBITOUR : 23 Décembre 1999 – 26 Août 2000
Ali BENFLIS : 26 Août 2000 – 06 Mai 2003
Ahmed OUYAHIA : 06 Mai 2003 – 24 Mai 2006
Abdelaziz BELKHADEM : 24 Mai 2006 – 23 Juin 2008
Ahmed OUYAHIA : 23 juin 2008 – 15 Novembre 2008 (puis Premier Ministre)
En novembre 2008, et à la faveur d’une nouvelle révision de la Constitution, le Président de la République procède à la nomination d’un Premier Ministre en la personne de Monsieur Ahmed OUYAHIA alors Chef de gouvernement depuis juin de la même année.

premier-ministre.gov.dz

__
flags2758Les condoléances ne ressuscitent pas le défunt;;mais elles entretiennent la confiance entre ceux qui restent flags2758

人間の権利


Il y a trois choses à ne pas chercher en vain :
Un savant dont les actes correspondent à son savoir,
Un homme d'action dont le cœur s'accorde avec ses actes,
Un frère humain sans défauts.

"L'homme n'est content de rien sauf de son intelligence ; moins il en a, plus il est content."


Droit_De_l'Homme
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 1184
Age : 38
Emploi/loisirs : Universel
Date d'inscription : 22/07/2010
Localisation : Sur Terre.!.(Lune prévue)

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Gouvernement de la République algérienne

Message par Droit_De_l'Homme le Mer 6 Avr - 7:33

Les missions du Premier Ministre



Extrait du JORADP N°76 du 8 décembre 1996
Texte modifié par la Loi n°08-19 du 15 novembre 2008 JORADP N°63 du 16 novembre 2008

TITRE DEUXIEME DE L'ORGANISATION DES POUVOIRS


Chapitre I : Du pouvoir exécutif


Art. 70 - Le Président de la République , Chef de l'Etat, incarne l'unité de la Nation.
I l est garant de la Constitution.
I l incarne l'Etat dans le pays et à l'étranger.
Il s'adresse directement à la Nation.

Art. 71 - Le Président de la République est élu au suffrage universel, direct et secret.
L'élection est acquise à la majorité absolue des suffrages exprimés.
Les autres modalités de l'élection présidentielle sont fixées par la loi.

Art. 72 - Le Président de la République exerce la magistrature suprême dans les limites fixées par la Constitution.

Art. 73 - Pour être éligible à la Présidence de la République , le candidat doit:
- jouir uniquement de la nationalité algérienne d'origine;
- être de confession musulmane;
- avoir quarante (40) ans révolus au jour de l'élection;
- jouir de la plénitude de ses droits civils et politiques;
- attester de la nationalité algérienne du conjoint;
- justifier de la participation à la Révolution du 1er Novembre 1954 pour les candidats nés avant juillet 1942;
- justifier de la non-implication des parents du candidat né après juillet 1942, dans des actes hostiles à la Révolution du 1er Novembre 1954;
- produire la déclaration publique du patrimoine mobilier et immobilier, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'Algérie.
D'autres conditions sont prescrites par la loi.

Art. 74 - La durée du mandat présidentiel est de cinq (5) ans.
Le Président de la République est rééligibl.

Art. 75 - Le Président de la République prête serment devant le peuple et en présence de toutes les hautes instances de la Nation , dans la semaine qui suit son élection.
Il entre en fonction aussitôt après sa prestation de serment.

Art. 76 - Le Président de la République prête serment dans les termes ci-après:



Art. 77 - Outre les pouvoirs que lui confèrent expressément d'autres dispositions de la Constitution , le Président de la République jouit des pouvoirs et prérogatives suivants:
1- il est le Chef suprême de toutes les Forces Armées de la République ;
2- il est responsable de la Défense Nationale ;
3- il arrête et conduit la politique extérieure de la Nation ;
4- il préside le Conseil des Ministres;
5- il nomme le Premier ministre et met fin à ses fonctions;
6- sous réserve des dispositions de l'article 87 de la Constitution , le Président de la République peut déléguer une partie de ses prérogatives au Premier ministre à l'effet de présider les réunions du Gouvernement;
7- il peut nommer un ou plusieurs vice-premiers ministres afin d'assister le Premier ministre dans l'exercice de ses fonctions et met fin à leurs fonctions;
8- il signe les décrets présidentiels;
9- il dispose du droit de grâce, du droit de remise ou de commutation de peine;
10- il peut, sur toute question d'importance nationale, saisir le peuple par voie de référendum;
11- il conclut et ratifie les traités internationaux;
12- il décerne les décorations, distinctions et titres honorifiques d'Etat.

Art. 78 - Le Président de la République nomme:
1- aux emplois et mandats prévus par la Constitution ;
2- aux emplois civils et militaires de l'Etat;
3- aux désignations arrêtées en Conseil des Ministres;
4- le Président du Conseil d'Etat;
5- le Secrétaire Général du Gouvernement
6- le Gouverneur de la Banque d'Algérie;
7- les Magistrats;
8- les responsables des organes de sécurité;
9- les walis
Le Président de la République nomme et rappelle les ambassadeurs et les envoyés extraordinaires de la République à l'étranger.
Il reçoit les lettres de créance et de rappel des représentants diplomatiques étrangers.

Art. 79 - Le Président de la République nomme les membres du Gouvernement après consultation du Premier ministre.
Le Premier ministre met en oeuvre le programme du Président de la République et coordonne, à cet effet, l'action du Gouvernement.
Le Premier ministre arrête son plan d'action en vue de son exécution et le présente en Conseil des ministres.

Art. 80 - Le Premier ministre soumet son plan d'action à l'approbation de l'Assemblée Populaire Nationale. Celle-ci ouvre à cet effet un débat général.
Le Premier ministre peut adapter ce plan d'action, à la lumière de ce débat, en concertation avec le Président de la République.
Le Premier ministre présente au Conseil de la Nation une communication sur son plan d'action tel qu'approuvé par l'Assemblée Populaire Nationale.
Le Conseil de la Nation peut émettre une résolution.

Art. 81 - En cas de non approbation de son plan d'action par l'Assemblée Populaire Nationale, le Premier ministre présente la démission du Gouvernement au Président de la République.
Celu i-ci nomme à nouveau un Premier ministre selon les mêmes modalités.

Art. 82 - Si l'approbation de l'Assemblée Populaire Nationale n'est de nouveau pas obtenue, l'Assemblée Populaire Nationale est dissoute de plein droit.
Le Gouvernement en place est maintenu pour gérer les affaires courantes, jusqu'à l'élection d'une nouvelle Assemblée Populaire Nationale qui doit intervenir dans un délai maximal de trois (3) mois.

Art. 83 - Le Premier ministre exécute et coordonne le plan d'action adopté par l'Assemblée Populaire Nationale.

Art. 84 - Le Gouvernement présente annuellement à l'Assemblée Populaire Nationale, une déclaration de politique générale.
La déclaration de politique générale donne lieu à débat sur l'action du Gouvernement.
Ce débat peut s'achever par une résolution.
Il peut également donner lieu au dépôt d'une mention de censure par l'Assemblée Populaire Nationale, conformément aux dispositions des articles 135, 136 et 137 ci-dessous.
Le Premier ministre peut demander à l'Assemblée Populaire Nationale un vote de confiance.
Si la motion de confiance n'est pas votée, le Premier ministre présente la démission du Gouvernement.
Dans ce cas le Président de la République , peut avant l'acceptation de la démission, faire usage des dispositions de l'article 129 ci-dessous.
Le Gouvernement peut également présenter au Conseil de la Nation une déclaration de politique générale.

Art. 85 - Outre les pouvoirs que lui confèrent expressément d'autres dispositions de la Constitution , le Premier ministre exerce les attributions suivantes:
1- il répartit les attributions entre les membres du Gouvernement, dans le respect des dispositions constitutionnelles;
2- il veille à l'exécution des lois et règlements;
3- il signe les décrets exécutifs, après approbation du Président de la République ;
4- il nomme aux emplois de l'Etat, après approbation du Président de la République et sans préjudice des dispositions des articles 77 et 78 ci-dessus;
5- il veille au bon fonctionnement de l'administration publique.

Art. 86 - Le Premier ministre peut présenter au Président de la République la démission du Gouvernement.

Art. 87 - Le Président de la République ne peut, en aucun cas, déléguer le pouvoir de nommer le Premier ministre, les membres du Gouvernement, ainsi que les Présidents et membres des institutions constitutionnelles pour lesquels un autre mode de désignation n'est pas prévu par la Constitution.
D e même, il ne peut déléguer son pouvoir de recourir au référendum, de dissoudre l'Assemblée Populaire Nationale, de décider des élections législatives anticipées, de mettre en oeuvre les dispositions prévues aux articles 77, 78, 91, 93 à 95, 97, 124, 126, 127, et 128 de la Constitution.

Art. 88 - Lorsque le Président de la République , pour cause de maladie grave et durable, se trouve dans l'impossibilité totale d'exercer ses fonctions, le Conseil Constitutionnel, se réunit de plein droit, et après avoir vérifié la réalité de cet empêchement par tous moyens appropriés, propose, à l'unanimité, au Parlement de déclarer l'état d'empêchement.
Le Parlement siégeant en chambres réunies déclare l'état d'empêchement du Président de la République , à la majorité des deux tiers (2/3) de ses membres et charge de l'intérim du Chef de l'Etat, pour une période maximale de quarante cinq (45) jours, le Président du Conseil de la Nation , qui exerce ses prérogatives dans le respect des dispositions de l'article 90 de la Constitution.
E n cas de continuation de l'empêchement à l'expiration du délai de quarante cinq (45) jours, il est procédé à une déclaration de vacance par démission de plein droit, selon la procédure visée aux aliénas ci-dessus et selon les dispositions des alinéas suivants du présent article.
En cas de démission ou de décès du Président de la République , le Conseil Constitutionnel se réunit de plein droit et constate la vacance définitive de la Présidence de la République.
I l communique immédiatement l'acte de déclaration de vacance définitive au Parlement qui se réunit de plein droit.
Le Président du Conseil de la Nation assume la charge de Chef de l'Etat pour une durée maximale de soixante (60) jours, au cours de laquelle des élections présidentielles sont organisées.
Le Chef de l'Etat, ainsi désigné, ne peut être candidat à la Présidence de la République.
E n cas de conjonction de la démission ou du décès du Président de la République et de la vacance de la Présidence du Conseil de la Nation , pour quelque cause que ce soit, le Conseil Constitutionnel, se réunit de plein droit et constate à l'unanimité la vacance définitive de la Présidence de la République et l'empêchement du Président du Conseil de la Nation.
Dan s ce cas, le Président du Conseil Constitutionnel assume la charge de Chef de l'Etat dans les conditions fixées aux alinéas précédents du présent article et à l'article 90 de la Constitution.
I l ne peut être candidat à la Présidence de la République.

Art. 89 - Lorsque l'un des candidats présents au second tour de l'élection présidentielle décède, se retire ou est empêché par toute autre raison, le Président de la République en exercice ou celui qui assume la fonction de chef de l'Etat demeure en fonction jusqu'à la proclamation de l'élection du Président de la République.
Dan s ce cas, le Conseil Constitutionnel proroge le délai d'organisation de l'élection pour une durée maximale de soixante (60) jours.
Une loi organique déterminera les conditions et modalités de mise en oeuvre des présentes dispositions.

Art. 90 - Le Gouvernement, en fonction au moment de l'empêchement, du décès ou de la démission du Président de la République , ne peut être démis ou remanié jusqu'à l'entrée en fonction du nouveau Président de la République.
Dan s le cas où le Premier ministre en fonction, est candidat à la Présidence de la République , il démissionne de plein droit.
La fonction de Premier ministre est assumée par un autre membre du Gouvernement désigné par le Chef de l'Etat.
Pendant les périodes des quarante cinq (45) jours et des soixante (60) jours prévues aux articles 88 et 89, il ne peut être fait application des dispositions prévues aux alinéas 9 et 10 de l'article 77 et aux articles 79, 124, 129, 136, 137, 174, 176 et 177 de la Constitution.
Pendan t ces mêmes périodes, les dispositions des articles 91, 93, 94, 95 et 97 de la Constitution ne peuvent être mises en oeuvre qu'avec l'approbation du Parlement siégeant en chambres réunies, le Conseil Constitutionnel et le Haut Conseil de Sécurité préalablement consultés.

Art. 91 - En cas de nécessité impérieuse, le Haut Conseil de Sécurité réuni, le Président de l'Assemblée Populaire Nationale, le Président du Conseil de la Nation , le Premier ministre et le Président du Conseil Constitutionnel consultés, le Président de la République décrète l'état d'urgence ou l'état de siège, pour une durée déterminée et prend toutes les mesures nécessaires au rétablissement de la situation.
La durée de l'état d'urgence ou de l'état de siège ne peut être prorogée qu'après l'approbation du Parlement siégeant en chambres réunies.

Art. 92 - L'organisation de l'état d'urgence et de l'état de siège est fixée par une loi organique.

Art. 93 - Lorsque le pays est menacé d'un péril imminent dans ses institutions, dans son indépendance ou dans son intégrité territoriale, le Président de la République décrète l'état d'exception.
Une telle mesure est prise, le Président de l'Assemblée Populaire Nationale, le Président du Conseil de la Nation et le Conseil Constitutionnel consultés, le Haut Conseil de Sécurité et le Conseil des Ministres entendus.
L'état d'exception habilite le Président de la République à prendre les mesures exceptionnelles que commande la sauvegarde de l'indépendance de la Nation et des institutions de la République.
Le Parlement se réunit de plein droit.
L'état d'exception prend fin dans les mêmes formes et selon les procédures ci-dessus qui ont présidé à sa proclamation.

Art. 94 - Le Haut Conseil de Sécurité entendu, le Président de l'Assemblée Populaire Nationale et le Président du Conseil de la Nation consultés, le Président de la République décrète la mobilisation générale en Conseil des Ministres.

Art. 95 - Le Conseil des Ministres réuni, le Haut Conseil de Sécurité entendu, le Président de l'Assemblée Populaire Nationale et le Président du Conseil de la Nation consultés, le Président de la République déclare la guerre en cas d'agression effective ou imminente, conformément aux dispositions pertinentes de la Charte des Nations Unies.
Le Parlement se réunit de plein droit.
Le Président de la République informe la Nation par un message.

Art. 96 - Pendant la durée de l'état de guerre, la Constitution est suspendue, le Président de la République assume tous les pouvoirs.
Lorsque le mandat du Président de la République vient à expiration, il est prorogé de plein droit jusqu'à la fin de la guerre.
Dans le cas de la démission ou du décès du Président de la République , ou tout autre empêchement, le Président du Conseil de la Nation assume en tant que Chef de l'Etat et dans les mêmes conditions que le Président de la République toutes les prérogatives exigées par l'état de guerre.
En cas de conjonction de la vacance de la Présidence de la République et de la Présidence du Conseil de la Nation , le Président du Conseil Constitutionnel assume les charges de Chef de l'Etat dans les conditions prévues ci-dessus.

Art. 97 - Le Président de la République signe les accords d'armistice et les traités de paix.
Il recueille l'avis du Conseil Constitutionnel sur les accords qui s'y rapportent.
Il soumet ceux-ci immédiatement à l'approbation expresse de chacune des chambres du Parlement.

premier-ministre.gov.dz

__
flags2758Les condoléances ne ressuscitent pas le défunt;;mais elles entretiennent la confiance entre ceux qui restent flags2758

人間の権利


Il y a trois choses à ne pas chercher en vain :
Un savant dont les actes correspondent à son savoir,
Un homme d'action dont le cœur s'accorde avec ses actes,
Un frère humain sans défauts.

"L'homme n'est content de rien sauf de son intelligence ; moins il en a, plus il est content."


Droit_De_l'Homme
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 1184
Age : 38
Emploi/loisirs : Universel
Date d'inscription : 22/07/2010
Localisation : Sur Terre.!.(Lune prévue)

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Gouvernement de la République algérienne

Message par Syfou le Dim 10 Avr - 13:55

Ahmed Ouyahia : «Il est inconcevable d’être médias et acteurs»

A chacune de ses sorties publiques, Ahmed Ouyahia, secrétaire général du RND et non moins Premier ministre, égratigne certains titres de la presse relevant du secteur privé.

Ce vendredi, lors de la conférence de presse animée à l’issue des travaux du 4e conseil national du parti, le patron du RND a reproché au quotidien El Watan ainsi qu’à deux autres journaux dont il ne cite pas les noms d’être, en même temps, médias et acteurs dans les événements qui secouent ces derniers mois le pays. Si l’on se réfère au raisonnement de M. Ouyahia, il est apparemment interdit à un quotidien de se positionner par rapport à une actualité quelconque ou brûlante.
Mais alors, est-ce que les organes étatiques, dont le doyen de la presse, n’ont pas de rôle à jouer dans la vie publique ? Qu’on le veuille ou non, ce journal à la solde du pouvoir est un média et un acteur à part entière. Peut-on conclure que ce qui est toléré pour le public est mal apprécié pour le privé ?

Dans son évaluation de la presse privée, le patron du RND a révélé qu’il sait très bien qui sont les actionnaires et les propriétaires de certains journaux. Dans la foulée, Ouyahia a même osé décrire la tenue vestimentaire d’un journaliste d’El Watan qui, selon lui, s’est permis de commenter, sur une chaîne étrangère, ce qui se passe en Algérie.

Ce sont pour Ouyahia deux fonctions diamétralement opposées ! Autre exemple : le Premier ministre dit connaître qui se cache derrière certains journaux : «Le directeur du Quotidien d’Oran est un proche et un fervent défenseur du programme du président de la République. Dans le même journal, il existe un militant du RND, mais le comble est que le journal renferme un journaliste responsable qui est militant des droits de l’homme et qui fait dans l’opposition», s’étonne-t-il, ne comprenant pas ce paradoxe et ce chevauchement dans les rôles.

Ouyahia vide son sac en titillant d’autres directeurs de journaux qui, hier, ont fait campagne pour Bouteflika et aujourd’hui se comportent en opposants et en acteurs, animant la vie politique nationale.
Rappelons qu’en 2010, devant les députés, Ouyahia n’avait pas manqué de cibler les écrits et les commentaires de la presse. Sans distinction aucune, le Premier ministre tire sur la presse privée de manière générale en évoquant le phénomène de la corruption et les affaires Khalifa et Djezzy : «Ceux qui parlent de corruption actuellement n’avaient aucunement évoqué le problème de Khalifa et de Djezzy à l’époque où ces deux groupes étaient florissants. Ils ont d’abord mangé la publicité et ont, ensuite, critiqué Khalifa et Djezzy quand leur problème est devenu public.» Seulement, Ouyahia affirme à chaque fois qu’il voue un respect inégalé à la presse algérienne et aux journalistes, attitude paradoxale : «Je consulte tous les quotidiens et je m’attarde sur trois journaux. J’ai un grand respect pour la presse de mon pays.»

Abordant les revendications professionnelles et sociales des travailleurs de la
corporation, Ouyahia regrette que certains organes de presse (qui sont-ils ?) du secteur privé «écrivent beaucoup et souvent sur la liberté, la démocratie et les droits de l’homme, mais versent un salaire ne dépassant pas les 5000 DA à certains de leurs employés».
Il a estimé, dans ce cadre, qu’il existe une «contradiction» entre les pratiques de ces entreprises de presse privées et les écrits qu’elles publient. Tout en reconnaissant l’existence de spécificités propres à chaque secteur (public et privé), Ouyahia défie les journalistes : «Il n’existe pas dans la presse publique de salaires mensuels de moins de 15 000 DA», ajoutant que les travailleurs de ce secteur sont dans l’attente des conventions de branches.

Reconnaissant l’existence de «lacunes» dans le cadre juridique actuel, Ouyahia a indiqué que la famille de la presse nationale a des revendications «communes» comme le code de l’information, la liberté de la presse et le droit à l’assurance sociale pour l’ensemble des hommes et femmes de la presse et qui concernent toutes les entreprises de presse.

Nabila Amir

elwatan.com

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Gouvernement de la République algérienne

Message par Sphinx le Dim 29 Mai - 23:52

Les islamistes condamnés pour terrorisme resteront en prison

Le Premier ministre algérien a démenti dimanche la prochaine libération, en vertu du programme de réconciliation nationale, de milliers d’islamistes emprisonnés pour terrorisme notamment lors de la décennie noire qui a traumatisé les Algériens avec ses quelque 200.000 morts officiels. “Je démens formellement cette rumeur avec tous le respect dû aux ‘frères’ qui l’ont annoncée”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

Le 16 mai, le dirigeant salafiste Abdelfetah Ziraoui et l’un des fondateurs du Front islamique du Salut (FIS, dissous) avaient affirmé qu’entre 7.000 et 8000 détenus islamistes qui se sont engagés à renoncer aux violences pourbénéficier de la politique de réconciliation nationale seraient prochainement libérés. La date du 5 juillet, jour de la fête nationale, avait été largement évoquée dans la presse algérienne. M. Ziraoui s’était réclamé d’un comité composé d’ex-prisonniers et d’anciens chefs de maquis islamistes à l’origine de discussions avec les autorités en vue d’obtenir ces libérations.
Après la mise en oeuvre de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale, qui a permis depuis 2006 l’amnistie en échange de la reddition avec dépôt des armes pour des milliers d’islamistes, “les oulémas (théologiens) d’Algérie et de l’étranger ont appelé à une amnistie en faveur tous les prisonniers de la tragédie nationale”, avait indiqué M. Ziraoui. “Après des pourparlers, le régime a accepté”, avait-il affirmé, indiquant que la majorité des prisonniers, dont les condamnés à mort et à la perpétuité, sont favorables à la réconciliation nationale. Mais le Premier ministre a voulu tirer un trait. “L’Etat algérien a fait tout ce qu’il y avait à faire pour tendre la main à ceux qui sont sortis du droit chemin”, a-t-il dit.
Selon M. Sahnouni, certains islamistes sont emprisonnés depuis 1991 après l’annulation des élections législatives que le FIS était en passe de remporter. Cette annulation avait marqué le début d’une guerre sans merci entre groupes islamistes armés et forces de l’ordre, dont la population a largement pâti.
En 1999, à peine élu président, Abdelaziz Bouteflika, tentant d’y mettre un terme et fait voter une loi sur la concorde civile. Puis, en septembre 2005, il fait approuver par référendum la Charte pour la paix et la réconciliation nationale. Cette charte a permis la libération de plus de 2.000 condamnés pour terrorisme et, depuis, quelque 7.540 islamistes ont déposé les armes. Mais le groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), principal groupe armé encore en activité dans les maquis en Algérie, avait rejeté cette charte. Il a fait ensuite allégeance en 2006 à la nébuleuse d’Al-Qaïda et s’est rebaptisé Al-Qaïda du Maghreb islamique (Aqmi), très actif dans le Sahel et à l’origine de nombreux assassinats et enlèvements d’étrangers.
Si la situation sécuritaire s’est considérablement améliorée dans le reste de l’Algérie depuis, des actes terroristes continuent d’être commis dans l’est kabyle. Toutefois, de nouvelles mesures touchant les acteurs de cette période pourraient être prochainement annoncées. Au moment de la conférence de presse de M. Ouyahia, le Président de la cellule d’assistance judiciaire pour l’application de la Charte, Merouane Azzi, estimait nécessaire de compléter l’arsenal en cours par de nouvelles dispositions, lors d’une conférence organisée par le journal gouvernemental El Moudjahid. “Des mesures seront annoncées dans les prochaines semaines”, a-t-il dit. Elles toucheront, a-t-il seulement énuméré, des islamistes condamnés pour terrorisme, des enfants nés dans les maquis islamistes, les femmes violées, les familles de disparus et les familles de terroristes morts dans le maquis.

AFP

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
 Gouvernement de la République algérienne  Sphinx10


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Gouvernement de la République algérienne

Message par abdelmalek le Lun 30 Mai - 13:31

NOTRE OUYAHIA EST CAPTIVANT, donne le tourniqué a ses adversaires; ses réponses commes des lame ou du miel c'est selon;
toujour est il il montre que son étaufe est bien celle d'un politicien a la hauteur:mais malheureusement un vote populaire avec en face un bon adversaire il y a risque:le syndrome de Peter:il ce trouve bien en temps que premier ministre.
abdelmalek
abdelmalek
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 1142
Age : 71
Emploi/loisirs : médecin
Humeur : sinusoidale
Date d'inscription : 28/03/2009
Localisation : ALGERIENNE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Gouvernement de la République algérienne

Message par Syfou le Sam 1 Oct - 1:45

Ouyahia répond aux questions des journalistes 30/09/2011

[url][/url]

H:S/ LE président d'Etat, A/Bouteflika est en bonne santé .

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Gouvernement de la République algérienne

Message par abdelmalek le Dim 2 Oct - 11:57

nous avons un état moderne cela suffit pour que nos ennemies nous en veuillent.
abdelmalek
abdelmalek
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 1142
Age : 71
Emploi/loisirs : médecin
Humeur : sinusoidale
Date d'inscription : 28/03/2009
Localisation : ALGERIENNE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Gouvernement de la République algérienne

Message par Daûphin_zz_47 le Dim 5 Fév - 12:34

Ouyahia à propos des moines de Tibhirine : «L'Algérie n'a rien à cacher»

«L'Algérie n'a rien à cacher concernant l'assassinat des sept moines de Tibhirine».

C'est en ces termes qu'a répondu, jeudi, le Premier ministre Ahmed Ouyahia à une question de la presse en marge de la clôture de la session d'automne de l'APN. Le Premier ministre a rappelé dans ce contexte que l'Algérie a des conventions de coopération judiciaire avec la France et elle a toujours coopéré sur ce dossier. M. Ouyahia a souligné que la coopération sur ce dossier se fait en particulier entre les ministères algérien et français de la Justice. La justice française avait adressé dernièrement une commission rogatoire internationale aux autorités judicaires algériennes, contenant une demande d'autopsie des crânes des sept moines et l'audition d'une vingtaine de témoins. Le 27 janvier dernier, le juge français Marc Trévidic a indiqué vouloir se rendre en Algérie pour exhumer et autopsier les crânes des sept moines. Le juge Trévidic a adressé une commission rogatoire internationale à l'Algérie, rédigée le 16 décembre et traduite en arabe, précisant sa demande d'autopsie et la vingtaine de témoins qu'il souhaite entendre sur place. Il entend se rendre à Tibhirine, exhumer les têtes, pratiquer une expertise ADN pour identifier les victimes, puis réaliser l'autopsie avec deux médecins légistes, un expert en empreintes génétiques et un photographe de l'identité judiciaire, avant de remettre les cercueils en terre.

Le juge Trévidic a réuni en octobre les familles des victimes pour leur exposer sa démarche et obtenir leur assentiment. Les sept moines, de l'Ordre de Cîteaux de la stricte observance, avaient été enlevés dans la nuit du 26 au 27 mars 1996 dans leur monastère isolé situé près de Médéa. Le Groupe islamique armé (GIA) de Djamel Zitouni avait revendiqué l'enlèvement et l'assassinat des moines. Leurs têtes avaient été retrouvées le 30 mai au bord d'une route de montagne, mais leurs corps ne l'ont jamais été.

Sur un autre registre, et sans toutefois donner la date exacte, le Premier ministre a indiqué que le prochain scrutin législatif aura lieu avant le 17 mai 2012. «Ce que je peux vous dire, selon une lecture des textes (de loi) et en attendant que le président de la République promulgue le décret portant convocation du corps électoral, devant intervenir 90 jours avant le scrutin, il est sûr que, conformément à la loi, les élections devront se tenir avant le 17 mai prochain, date de la précédente législature», a déclaré M. Ouyahia. «Ce sera durant la première quinzaine du mois de mai et vous l'apprendrez exactement dans peu de temps», a-t-il ajouté.

A propos des élections législatives, M. Ouyahia a signalé qu'une délégation d'experts de l'UE se trouvait actuellement en Algérie et devrait rencontrer des représentants de partis politiques, de la société civile et des autorités publiques, en vue d'élaborer un rapport qui sera soumis à Bruxelles et sur la base duquel sera prise la décision définitive concernant la venue d'observateurs européens en Algérie. Le Premier ministre a, en outre, affirmé que les magistrats seront présents à tous les niveaux du scrutin lors des prochaines législatives, précisant que leur rôle de supervision et de contrôle «est déjà défini par la loi».

M. Ouyahia a rappelé à cette occasion que les éléments de l'Armée nationale populaire ne voteront pas dans les casernes, mais avec le reste des électeurs, dans les bureaux de vote, comme c'est le cas depuis 2004. Quant aux bureaux itinérants, il a précisé qu'il n'en restait plus qu'une «centaine» qui permettront aux citoyens des zones reculées du Sahara de voter, affirmant que pour le reste des bureaux, «tout est organisé et transparent». Toujours concernant les législatives, le président du Conseil de la Nation, M. Bensalah, avait annoncé jeudi que le président de la République «convoquera le corps électoral dans quelques jours».

Par ailleurs, interrogé sur un éventuel remaniement du gouvernement avant les prochaines législatives, Ouyahia a indiqué que cette question relèvait «des prérogatives du président de la République». Concernant la demande de certains députés relative à la présentation de la déclaration de politique générale du gouvernement, M. Ouyahia dira que «les députés de l'opposition qui ont demandé la présentation de la déclaration de politique générale du gouvernement à quatre jours seulement de la clôture de la session d'automne, accomplissaient leur rôle d'opposants.

Par Djamel Belaïfa
http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5163839

__
-------------
" Il ya deux manières d'ignorer les choses:
La première, c'est de les ignorer;
La seconde, c'est de les ignorer et croire qu'on les sait.
La seconde est pire que la première."



Peuple sans mémoire, peuple sans histoire


 Gouvernement de la République algérienne  Th_ava10


https://www.facebook.com/DIKKTARIOF

Daûphin_zz_47
Daûphin_zz_47
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 2215
Age : 37
Date d'inscription : 06/08/2010
Localisation : tlc

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Gouvernement de la République algérienne

Message par Sphinx le Lun 3 Sep - 23:24

Sellal nouveau Premier ministre de Bouteflika

 Gouvernement de la République algérienne  Abdelm10

Abdelmalek Sellal a été nommé Premier ministre ce lundi 3 septembre par le président Abdelaziz Bouteflika en remplacement d’Ahmed Ouyahia. Près de quatre mois après les élections législatives du 10 mai, l’ex‑ministre des Ressources en eau est chargé de former un nouveau gouvernement.

« Conformément aux dispositions de l'article 77.5 de la Constitution, monsieur Abdelaziz Bouteflika, président de la République, a mis fin ce jour aux fonctions du Premier ministre monsieur Ahmed Ouyahia, qui lui a présenté la démission du gouvernement », indique un communiqué de la Présidence de la République. « Le président de la République a nommé monsieur Abdelmalek Sellal, Premier ministre », ajoute le communiqué.

M. Sellal est considéré comme un proche du président de la République. Il a été à trois reprises directeur de sa campagne électorale aux présidentielles de 1999, 2004 et 2009. Il a été ministre dans les différents gouvernements depuis l’arrivée de Bouteflika au pouvoir, il y a treize ans.

À la tête des Ressources en eau, Sellal a réussi à réaliser de grands projets comme le transfert de l’eau de Aïn Salah à Tamanrasset pour plus de deux milliards de dollars. Mais son bilan a été terni ces derniers mois par les problèmes de coupures d’eau qui ont touché le pays, y compris la capitale Alger.

tsa


Abdelmalek Sellal

Abdelmalek Sellal (عبد الـمالك سلال) (né 1er août 1948) est un homme politique algérien.
Né à Constantine[réf. nécessaire] (Algérie), il fait ses études supérieures en Algérie, où il est diplômé de l'ENA en 1974 dans la section diplomatie.
En Algérie, il exerce plusieurs postes à responsabilité comme celui de Wali de Boumerdès, Adrar, Sidi-Bel-Abbès, Oran et Laghouat. Il a aussi été ambassadeur de l'Algérie en Hongrie, puis de retour en Algérie, on l'a nommé ministre de l'intérieur des collectivités locales et de l'environnement, de la jeunesse et des sports, des travaux publics, des transports et aujourd'hui, ministre des ressources en eaux.
Le 3 septembre 2012, il est nommé Premier Ministre, par le président Abdelaziz Bouteflika, suite à la démission du Premier Ministre Ahmed Ouyahia.

Fonctions

2010-2012, Ministre des ressources en eau
2009, Directeur de campagne d'Abdelaziz Bouteflika
2004-2009, Ministre des ressources en eau
2004, Directeur de campagne d'Abdelaziz Bouteflika
2002-2004, Ministre des transports
2001-2002, Ministre des travaux publics
1999-2001, Ministre de la jeunesse et des sports
1998-1999, Ministre de l'intérieur, des collectivités locales et de l'environnement
1996-1997, Ambassadeur à Budapest (Hongrie, Croatie, Slovénie)
1995-1996, Chef de cabinet du ministre des affaires étrangères
1994-1995, Directeur des ressources au ministère des affaires étrangères
1989-1994, Wali hors-cadre au ministère de l'intérieur
1984-1989, Wali d'Adrar, Sidi Bel Abbes, Oran, Boumerdes et Laghouat
1977, Chef de Daïra à Tamanrasset et Arzew
1976, Conseiller du ministre de l'enseignement primaire et secondaire
1975, Chef de cabinet de la Wilaya de Guelma

wiki


__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
 Gouvernement de la République algérienne  Sphinx10


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Gouvernement de la République algérienne

Message par Daûphin_zz_47 le Lun 10 Sep - 15:44

La composition du nouveau gouvernement algérien (04-09-2012)

[url][/url]
----
Le gouvernement algérien souhaite mieux contrôler les associations religieuses

 Gouvernement de la République algérienne  Mosquee_alger_algerie_0

En Algérie, le ministère des Affaires religieuses veut renforcer le contrôle des associations. Un projet de décret déposé le dimanche 9 septembre vise à compléter la nouvelle loi sur les associations votée en décembre 2011. Dans la ligne de mire des autorités : les partis islamistes.

Les associations religieuses ne pourront entretenir aucun lien avec les partis politiques, ni recevoir de financements de leur part. Voilà la principale mesure annoncée par le décret du ministère algérien des Affaires religieuses.

Le texte prévient également qu'en cas d’atteinte à la souveraineté nationale, d’adoption d’idées extrémistes et intégristes ou d’ingérence dans la mission des fonctionnaires des mosquées, l’association sera dissoute.

Pour se subventionner, les associations religieuses sont désormais autorisées à collecter des dons mais uniquement pour réaliser des actions caritatives et culturelles. Quant à la création d’une association religieuse, elle sera désormais soumise à l’accord du ministère. En Algérie, la règlementation du système associatif est déjà très stricte. C’est le ministère de l’Intérieur qui attribue les agréments.

Avec ce nouveau décret, on voit que les autorités visent les partis islamistes. Ces partis politiques travaillent très souvent avec des associations qui font office de vitrine caritative.

http://www.rfi.fr

__
-------------
" Il ya deux manières d'ignorer les choses:
La première, c'est de les ignorer;
La seconde, c'est de les ignorer et croire qu'on les sait.
La seconde est pire que la première."



Peuple sans mémoire, peuple sans histoire


 Gouvernement de la République algérienne  Th_ava10


https://www.facebook.com/DIKKTARIOF

Daûphin_zz_47
Daûphin_zz_47
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 2215
Age : 37
Date d'inscription : 06/08/2010
Localisation : tlc

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Gouvernement de la République algérienne

Message par abdelmalek le Lun 17 Sep - 10:14

une dynamique nouvelle pour un coup de fouet a la léthargie; bonne chance monsieur SELLAL.
abdelmalek
abdelmalek
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 1142
Age : 71
Emploi/loisirs : médecin
Humeur : sinusoidale
Date d'inscription : 28/03/2009
Localisation : ALGERIENNE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Gouvernement de la République algérienne

Message par Syfou le Mer 19 Sep - 1:20

Une feuille de route pour Sellal

Il était évident que le départ d'Ouyahia de la tête du gouvernement et son remplacement par le très dynamique Sellal allait sonner la fin de la récréation, pour ne pas dire l'«hibernation», afin que la machine gouvernementale se remette au travail à plein régime. Le Conseil des ministres de ce lundi, présidé par le chef de l'État, a sonné la fin de la récréation.

Une dynamique nouvelle est attendue au niveau de l'ensemble des secteurs ministériels, notamment ceux qui ont accumulé beaucoup de retard, comme celui de l'Industrie, des Finances, de l'Habitat ou même des Technologies de l'Information et de la Communication.

C'est, en tous cas, ce qu'il faut attendre à la lecture du communiqué rendu public à l'issue d'une rencontre à la suite de laquelle le président Bouteflika y est même allé d'une photo de famille, chose qu'il n'avait jamais faite auparavant. Le message politique paraît clair en effet : Bouteflika donne l'air d'avoir, pour la première fois, trouvé l'équipe idéale, celle qu'il s'était évertué à chercher depuis son élection à la tête de l'État en avril 1999.

Voilà pourquoi, sans doute, il a été question de réhabilitation du service public, afin d'amener le citoyen algérien à renouer avec l'administration, gangrenée par la bureaucratie et le clientélisme.

Dans le même temps, la lutte contre la corruption et le blanchiment d'argent figure également au menu à travers la « moralisation de la vie publique ». Bref, il a été question du plan d'action du gouvernement Sellal et, donc, de sa déclaration de politique générale attendue avec impatience par les députés durant le mois d'octobre prochain.

Si le communiqué ne s'appesantit pas sur ce sujet c'est qu'il semble que Sellal, en train de tâter le terrain, de dresser les bilans et de s'imprégner des réalités ambiantes, n'a pas encore finalisé son plan d'action. En revanche, la loi de finances pour l'année 2013 est bel et bien prête.

Et, non seulement il ne sera pas question d'austérité, comme l'avaient prétendu à tort pas mal de «devins » en mal de scoops, mais en plus il n'y aura pas de hausse dans les taxes. En clair, il s'agit d'une Loi de finances « clémente » pour les bourses, déjà malmenées, des ménages algériens, mais aussi pour les entreprises qui, déjà, éprouvent beaucoup de mal à survivre face à la concurrence féroce que leur font subir les importateurs ainsi que les contrefacteurs.

Wassim Benrabah

http://www.presse-dz.com/info-algerie/24329-une-feuille-de-route-pour-sellal.html

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Gouvernement de la République algérienne

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum