Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Meilleurs posteurs
8022 Messages - 42%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
142 Messages - 1%
128 Messages - 1%
94 Messages - 0%
87 Messages - 0%
Galerie


Octobre 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    

Calendrier

Connexion

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Contre-espionnage

le Jeu 5 Mar - 21:40
Le contre-espionnage français met son nez en Algérie
C'est fait : les attentats d'Al-Qaida en Algérie deviennent une « affaire française » ! Selon l'agence américaine de presse « Associated Press », le parquet de Paris a ouvert une enquête de flagrance à la suite de l'attentat perpétré vendredi en Algérie dans lequel neuf personnes, dont deux Français, ont été blessées. Cette enquête a été confiée à la Direction de la surveillance du territoire (DST, contre-espionnage), a-t-on précisé de même source. Associated Press dit tenir ces informations de source judiciaire.

L’enquête du parquet de Paris étant une « enquête de flagrance », elle est confiée à la police avec des instructions spéciales. L’« enquête de flagrance » donne en effet des pouvoirs importants aux enquêteurs pour leur permettre de remplir efficacement leur mission de police judiciaire. Ce cadre d’enquête a été créé par le législateur français pour une rapide réaction pénale pour mettre fin au trouble causé par l’infraction et pour conserver les preuves. L’« enquête de flagrance » est prévue à l’article 53 du Code de procédure pénale « à partir d’une situation de flagrance ».

En lançant cette investigation spéciale, les autorités cherchent donc avant tout à « mettre fin au trouble causé par l’infraction », c'est-à-dire à protéger les intérêts français, le territoire français et les ressortissants français. L’enquête signifie que la France prend au sérieux la revendication de l’attaque par Al-Qaida diffusée par la chaîne Al-Arabiya et, surtout, la vidéo dans laquelle le numéro deux d'Al-Qaïda, Ayman al-Zawahri, appelle ses partisans à “nettoyer” le Maghreb des “fils de l'Espagne et de la France”. Avant cette attaque, deux ressortissants français travaillant en Algérie pour le compte d'Aéroports de Paris (ADP) ont dû être précipitamment rapatriés en France courant septembre à la suite de menaces d'enlèvements.

Le directeur général de la police nationale française, Frédéric Péchenard, dans un entretien au Journal du Dimanche déclarait : “Nous ne sommes pas là pour paniquer les gens, mais la menace ( NDLR : terroriste) est forte aujourd'hui ». Interrogé sur le fait de savoir si la multiplication des attentats en Algérie augmentait le niveau actuel de la menace terroriste, il répond “incontestablement”.

Les enquêteurs de la Direction de la surveillance du territoire français vont-ils enquêter sur le sol algérien ? Pourquoi ne se suffisent-ils pas des enquêtes des services algériens ?

Une chose est sûre : la fragilité de l’Etat algérien inquiète les Français qui, en termes diplomatiques, doutent de la capacité algérienne à contenir le terrorisme islamiste. Frédéric Péchenard, expliquait au JDD que la menace est forte parce que la France est “impliquée au Liban et en Afghanistan“, parce que le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) “s'est radicalisé” en “se rapprochant d'Al-Qaïda“, mais aussi parce que l'Algérie “traverse une période difficile”.


Toujours est-il que l’enquête de la DST sur l’attentat de Lakhdaria marque un tournant : le terrorisme en Algérienne n’est plus une question algéro-algérienne.

Avec toutes les implications politiques que cela suppose, le risque d’ingérence que cela entraîne et la guerre des services que cela provoque généralement.

Il fallait s’y attendre.

Source:M.B. (Le Matin)


Dernière édition par sphinx le Dim 30 Mai - 5:56, édité 1 fois

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Re: Contre-espionnage

le Jeu 6 Aoû - 23:09
"90 ans de contre-espionnage militaire" russe: exposition inédite à Moscou

Plans secrets pour faire sauter le Bolchoï et d'autres monuments emblématiques en cas d'occupation de Moscou par les nazis, effets personnels de Staline et Hitler : une exposition russe inédite raconte "90 ans de contre-espionnage militaire".

En 1941, "il existait un vrai risque que les forces allemandes prennent le contrôle de Moscou", a raconté le chef des archives des Services de sécurité, Vassili Khristoforov, lors de l'inauguration de l'exposition jeudi au Musée central des forces armées à Moscou, en présence d'anciens du KGB.

Après une offensive éclair, la Wehrmacht était aux portes de la ville, à 40 kilomètres du Kremlin. Le contre-espionnage soviétique mit alors au point le "plan de Moscou", détaillé sur des pages dactylographiées dans l'une des vitrines, parmi nombre d'objets et documents présentés pour la première fois au public.

Ainsi, plus de 1.100 sites à Moscou et dans sa région furent minés. Des centaines d'agents reçurent l'ordre de rester dans la ville pour harceler l'ennemi et détruire des bâtiments afin qu'ils ne tombent pas entre les mains des nazis en cas d'occupation,.

Le "détachement 3R" est chargé de "mener des attaques terroristes contre les commandants allemands de haut rang, les autorités occupantes et les traîtres à la nation", peut-on lire sur l'un des documents d'archives.

"Mais, Dieu merci, les Allemands n'ont jamais pris Moscou et il n'a pas fallu faire exploser les sites en question", parmi lesquels le célèbre théâtre du Bolchoï et la cathédrale Basile le Bienheureux sur la place Rouge, observe M. Khristoforov.

Parmi les nombreuses armes de guerre exposées, un pistolet caché dans une canne accroche le regard : il a été fabriqué en France au début du 20e siècle et utilisé par les services secrets tsaristes avant la révolution bolchévique. "Tous les services secrets européens ont utilisé" cette arme, affirme Sergueï Kojine, conservateur de l'exposition.

Un portrait de Joseph Staline figure en bonne place au côté d'une lampe de bureau sombre et d'un porte-verre en argent utilisés par l'ancien dictacteur soviétique (1878-1953).

Plus insolite, une bottine orthopédique brûlée, qui appartenait à l'ancien chef de la Propagande nazie, Joseph Goebbels, est exposée dans l'une des vitrines consacrées aux archives de hauts dignitaires hitlériens.

On y découvre aussi un manteau d'Adolf Hitler orné d'une croix gammée, saisi par l'Armée rouge dans le bunker du Führer lorsqu'elle entra dans Berlin et que le dictateur se suicida avec Joseph Goebbels.

Le général Leonid Ivanov, 90 ans, dont 54 dans les services secrets russes, était alors dans la capitale du Reich en ruines. Il raconte qu'un officier lui adressa une note disant : "Envoyez une voiture. Nous avons trouvé le corps de Goebbels".

Et celui d'Hitler ? L'ordre fut donné de brûler le corps et de cacher les cendres, a répondu jeudi M. Ivanov sans dire où. "Je connais l'endroit. J'y ai été", a-t-il simplement ajouté, laconique.

Sans le contre-espionnage militaire soviétique, la victoire sur l'Allemagne "n'aurait pas eu lieu en mai 1945, mais plus tard", affirme ce vétéran.

"Le contre-espionnage militaire a apporté une contribution majeure à notre victoire. Nous sommes en colère quand nous lisons dans les médias que les officiers du contre-espionnage étaient bêtes, restaient à l'arrière et buvaient de la vodka", a raconté le nonagénaire très courtisé par les médias lors de l'inauguration.
http://www.rtlinfo.be/rtl/archive/article/201949/?&archiveYear=2008

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Re: Contre-espionnage

le Ven 4 Sep - 1:19
Ces espions venus d’ailleurs

Fabrice de Pierrebourg, Michel Juneau-Katsuya, Éditions Stanké
Au printemps 2007, à la faveur d’une affaire d’espionnage industriel d’envergure chez Bombardier, le patron du Service canadien des renseignements de sécurité (SCRS) a fait sensation en pointant spécifiquement la Chine qui représenterait la moitié des dossiers de contre-espionnage actifs. En décembre 2006, c’était au tour d’ espion à la solde des services secrets russe de se faire expulser du Canada.
Et ce ne sont pas des cas isolés : en tout, ce serait une quinzaine de pays qui agiraient dans l’ombre au Canada, dont plusieurs pays « amis », la France et Israël, notamment. Les exploits de ces James Bond étrangers pourraient faire sourire s’ils ne représentaient pas une menace beaucoup plus réelle qu’on le croirait pour la sécurité et les intérêts économiques du Canada.
Tous les moyens sont bons pour piller les secrets industriels canadiens, avec à la clé des milliers d’emplois perdus et des milliards de dollars envolés. Malheureusement, le Canada ne s’est pas bien équipé pour se défendre : cadre légal défaillant, manque de connaissance des différentes autorités policières, indifférence des fonctionnaires, ingérence des diplomates, etc.
Le Canada abrite aussi des espions ayant des visées politiques qui ont pour objectif la collecte d’information pour faire avancer leur programme politique de pays étrangers, espionnent et intimident les opposants et la dissidence. D’autres s’infiltrent dans certains groupuscules d’activistes pour les manipuler et les amener à poser des gestes contre les Canadiens et les intérêts du pays.
A propos des auteurs
Fabrice de Pierrebourg, journaliste, a publié de nombreuses enquêtes sur le travail clandestin, le cyber-jihad au Canada, le scandale du Radiothon et l’insécurité en Haïti, ainsi que la sécurité dans les aéroports. Il a commencé sa carrière de journaliste en France il y a quinze ans, avant d’émigrer au Québec en 1998. Son métier lui a permis d’effectuer des reportages dans une trentaine de pays, du Liban à la Russie, en passant par Haïti, la Mongolie, la Bosnie, le Japon et plusieurs pays africains.
Michel Juneau-Katsuya est un expert reconnu dans les domaines de l’espionnage, du contre-espionnage et du terrorisme. Il a oeuvré pendant de nombreuses années au sein du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS), où il fut entre autres directeur du Bureau d’analyse stratégique de l’Asie-Pacifique. Depuis quelques années, il dirige la compagnie Northgate Group à Ottawa, où il met ses connaissances et son expertise au service des entreprises qui veulent améliorer leur sécurité et lutter contre l’espionnage. Récemment, il a réalisé une vaste étude sur la sécurité des frontières pour le compte des douaniers canadiens.
ISBN-10 : 2760410595 (en librairie le 9 septembre)

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Re: Contre-espionnage

le Sam 5 Sep - 0:24
POPOV, AGENT DOUBLE Sur la trace de James Bond


Qui a bien pu inspirer Ian Fleming pour créer le personnage de James Bond ? C'est Dusan Popov, redoutable espion, brillant avocat d'origine serbe et irrésistible playboy. Ce document raconte la véritable histoire de Popov, agent double infiltré par le contre-espionnage britannique dans les services de renseignements allemands durant la Seconde Guerre mondiale. De Lisbonne à Londres en passant par New York, Popov a mené une vie de séducteur tout en alimentant les armées allemandes en fausses informations et en fournissant aux Alliés des renseignements capitaux. Ce document part à la découverte de cet homme étonnant.

http://www.planete.tm.fr

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message Re: Contre-espionnage

le Sam 30 Jan - 9:28
Des étudiants étrangers privés de laboratoire, par mesure de précaution...

Des étudiants privés de laboratoire parce qu’ils sont étrangers !
Cela se passe à Nancy, au sein de l’INRIA, l’institut national de recherche en informatique appliquée. Un site classé sensible par le ministère de la Défense. On y travaille, par exemple, sur le pilotage des drônes.

Une trentaine d’étudiants qui vivent en France depuis de nombreuses années n’ont plus accès à leur laboratoire de recherche à certaines heures, car ils constitueraient une "menace pour le patrimoine scientifique français".
Ces étudiants, iraniens ou algériens, se sont vu remettre de nouveaux badges : plus question pour eux d’utiliser les ordinateurs le soir et le week-end ; désormais leur accès au laboratoire est restreint.

L’institut dit ne faire qu’appliquer une circulaire ministérielle, une mesure légale de protection contre la menace terroriste et l’espionnage industriel.
Mais tous les étudiants étrangers ne sont pas soumis à cette règle. Bertrand Wallrich, le responsable sécurité-défense du site précise : "nous ne faisons pas toute cette procédure pour les nationalités européennes". Selon lui, il ne s’agit pas de discrimination, mais "d’habilitations et d’accès différents. Il y a nécessité de protéger le patrimoine scientifique de la Nation".

La communauté éducative dénonce des mesures discriminatoires.

http://www.france-info.com
avatar
Daûphin_zz_47
Adm
Adm
Masculin
Nombre de messages : 2215
Age : 36
Date d'inscription : 06/08/2010
Localisation : tlc

Sujet / Message Re: Contre-espionnage

le Mer 25 Mai - 13:23
Canada: Guerre d'espions étrangers à Ottawa


Spoiler:
Richard Fadden, directeur du SCRS, avait suscité un tollé après avoir laissé entendre que la Chine avait bâti un efficace réseau d'influence au pays après avoir obtenu la faveur de politiciens, en particulier dans deux provinces.

PHOTO: ADRIAN WYLD, ARCHIVES PC
Des Chinois, possiblement diplomates, auraient été surpris à plusieurs reprises en train d'espionner l'ambassade des États-Unis à Ottawa. De plus, la Chine et l'Iran auraient recours à des entreprises paravents pour tenter de se procurer des technologies protégées.

C'est ce que l'on apprend à la lecture de milliers de pages de câbles diplomatiques américains classés «secrets» que WikiLeaks a remis à La Presse.

Au printemps 2009, le responsable de la sécurité de l'ambassade des États-Unis à Ottawa rapporte que, parmi les 140 pays qui ont une ambassade à Ottawa, plusieurs disposeraient d'un service de renseignement «hostile». À tel point, dit-il, que les services de sécurité de l'ambassade ont reçu la consigne d'avoir particulièrement à l'oeil les véhicules diplomatiques qui «montreraient un intérêt» pour la forteresse américaine, promenade Sussex.

L'auteur de ce câble révèle aussi que l'on a observé à plusieurs reprises des individus «apparemment d'origine chinoise en train de photographier l'ambassade et ses occupants».

On soupçonne aussi l'ambassade de Russie de démontrer le même intérêt pour la représentation diplomatique américaine.

Un autre message, qui serait postérieur à 2007, fait référence à une rencontre entre deux hauts responsables du département d'État américain et du SCRS. Il y a notamment été question de la «menace» représentée par l'Iran et la Chine, qui se serviraient d'entreprises d'État avec couverture diplomatique ou de sociétés-écrans pour contourner les mécanismes de contrôle américains sur l'acquisition de technologies militaires (International Traffic in Arms Regulations). Ce programme controversé a déjà retardé ou empêché la livraison de matériel militaire américain au Canada. L'Iran déploie aussi de grands efforts pour mettre la main sur des composants et du matériel (centrifugeuses, condensateurs, etc.) indispensables dans le processus de fabrication de la bombe atomique.

Il faut souligner que, dans les deux câbles évoqués ici, les Américains louangent le travail du Canada, en particulier celui du SCRS, tant en matière de contre-espionnage que de lutte contre le terrorisme. Ils ne notent aucun incident ayant visé l'ambassade et son personnel depuis 2002, ce qui contraste avec les critiques exprimées dans le passé par certains politiciens américains.

Selon le site du ministère des Affaires étrangères du Canada, la République populaire de Chine a au Canada près de 170 consuls, attachés militaires, délégués commerciaux et autres employés administratifs à l'ambassade et dans les divers consulats.

«Hyperactivité» chinoise

Dans les dernières années, des officiels canadiens ont dénoncé plusieurs fois les activités d'espionnage de la Chine. En 2007, l'ex-directeur du SCRS Jim Judd avait évoqué devant un comité sénatorial l'«hyperactivité» de certains touristes chinois. La Chine, selon lui, figure en tête de la liste de la quinzaine d'États qui mènent des missions d'espionnage «agressives» au Canada. Jim Judd avait même précisé que les James Bond de Pékin accaparaient 50% de son temps. À la même époque, Chen Yonglin, ex-diplomate chinois réfugié en Occident, a quant à lui soutenu que la Chine utilisait les services d'un millier d'espions et d'informateurs occasionnels disséminés en sol canadien.

Plus récemment, Richard Fadden, successeur de Jim Judd, avait suscité un tollé après avoir laissé entendre que la Chine avait bâti un efficace réseau d'influence au pays après avoir obtenu la faveur de politiciens, en particulier dans deux provinces. Impossible toutefois de connaître les noms des provinces et des politiciens dans la ligne de mire du service de contre-espionnage canadien. Plusieurs députés fédéraux, dont Olivia Chow, avaient réclamé la démission du directeur. Elle avait ironisé en expliquant que ce genre d'allégation «sans fondement» n'a sa place que «dans les romans et les salles de cinéma».

Michel Juneau-Katsuya, ex-chef du bureau Asie-Pacifique du SCRS, affirme quant à lui que de nombreux exemples documentés prouvent que le Canada est un terrain de jeu pour les espions internationaux: «De toute évidence, ils exploitent le fait que nous avons beaucoup d'ambassades pour s'espionner les uns les autres. Ils croient probablement qu'il est plus facile de le faire ici qu'à Washington.»

L'espionnage étant un jeu où tout le monde espionne tout le monde, même ses amis, en 2009, l'administration de Barack Obama a donné à toutes ses ambassades la consigne de collecter au profit de la CIA des renseignements le plus précis possible sur les personnalités et gouvernements des pays hôtes.

L'ambassade de Chine à Ottawa n'a pas répondu à nos questions, acheminées par courriel. Pour sa part, le ministère canadien des Affaires étrangères a indiqué qu'il ne commente pas les fuites.

Fabrice de Pierrebourg
La Presse
http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/politique-canadienne/201105/24/01-4402111-guerre-despions-etrangers-a-ottawa.php

__
-------------
" Il ya deux manières d'ignorer les choses:
La première, c'est de les ignorer;
La seconde, c'est de les ignorer et croire qu'on les sait.
La seconde est pire que la première."



Peuple sans mémoire, peuple sans histoire





http://www.facebook.com/DIKKTARIOF

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

avatar
abdelmalek
Adm
Adm
Masculin
Nombre de messages : 1142
Age : 69
Emploi/loisirs : médecin
Humeur : sinusoidale
Date d'inscription : 28/03/2009
Localisation : ALGERIENNE

Sujet / Message Re: Contre-espionnage

le Dim 17 Juil - 16:36
il faut dire que l'imagination de l'homme est incroyable,ce que nous pouvons a entendre ou faire:devient incroyable mais vraie :il faut dire que nous pouvons mettre une piéce de théatre :ou tout est faux et on te fait jouer la meilleur piéce et auquel toi tu est que la marionnette :c'est la vie ,donc jouant la piéce et sachant être plus look et grand gentlemen.
Contenu sponsorisé

Sujet / Message Re: Contre-espionnage

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum