Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Meilleurs posteurs
8022 Messages - 42%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
128 Messages - 1%
122 Messages - 1%
94 Messages - 0%
87 Messages - 0%
Galerie


Septembre 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier

Connexion

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message Tempête médiatique occidentale contre l'entité Arabo-Musulmane

le Ven 13 Mai - 20:17
EUROPE-SYRIE



Carton rouge pour Kadhafi, carte blanche à el-Assad

Alors qu'elle s'est montrée déterminée à mettre un terme aux violences faites par Mouammar Kadhafi contre le peuple libyen, l'Europe reste silencieuse face à la terreur exercée en Syrie par Bachar el-Assad. Et les sanctions entrées en vigueur le 10 mai contre son régime viennent démontrer un peu plus la faiblesse de l'UE.

Peter Morvay
C’est sans doute à un manque de moyens que l’on peut attribuer le refus des alliés occidentaux d’intervenir dans le soulèvement en Syrie comme ils l’ont fait à Libye. Or, la répression des manifestations par le régime d’el-Assad n’est guère plus humaine ou acceptable que les agissements de Kadhafi, qui continue d’ailleurs de chercher à écraser ses propres serfs rebelles.

Toutefois, il serait beaucoup plus complexe d’intervenir en Syrie, et compte tenu de l’emplacement stratégique du pays, littéralement au beau milieu du nid de frelons du Moyen-Orient, les conséquences seraient incalculables. Il n’est donc pas étonnant que l’Occident ne se précipite pas — d’autant plus qu’il est apparemment enlisé dans une impasse en Libye.

Ne soyons pas surpris. En fait, c’est en fait le résultat logique de l'incapacité des Occidentaux à décidé rapidement ce qu’ils comptaient faire — et des façons d’y parvenir — pour atteindre le seul objectif sensé (auquel il semble peu à peu se résoudre, du reste) : le départ de Kadhafi.

Mais s’il y a de bonnes raisons pour ne pas tenter d’empêcher les chars syriens de massacrer les manifestants, l’Union Européenne n’a pour sa part aucune excuse, elle qui a une fois de plus échoué lamentablement dans cette dernière crise, et qui n’a même pas été capable de faire le peu qu’elle aurait pu au bon moment avec ses propres ressources.

Comment se fait-il que les sanctions les plus sévères prononcées contre plusieurs personnalités importantes du régime syrien ne soient entrées en vigueur que le 10 mai, et que le chef de ce régime, le président Bachar el-Assad, ne soit même pas concerné ? Comment se fait-il que l’UE n’ait donné son feu vert à un embargo sur les armes que lundi 9 mai, près de deux mois après le début des révoltes ?

Ces deux décisions ne sont sans doute guère plus que symboliques. Mais peut-être ces gestes symboliques auraient-ils pu être faits plus tôt, afin d’envoyer vraiment ce “message fort et clair” dont se gargarise le monde politique européen ? Car ce qui transparaît aujourd’hui, comme d’habitude, n’est guère plus qu’un aveu d’impuissance.

Paradoxalement, cela peut entre autres s’expliquer par cet entêtement à vouloir bâtir une prétendue diplomatie européenne commune. Or jusqu’à présent, cette diplomatie n’a eu que des effets négatifs sur le rêve qu’a l’Europe d’agir militairement sur la scène internationale. Les décisions continuent d’être prises comme elles l’ont toujours été : ce sont les Etats-membres dominants qui s’entendent entre eux.

Simplement, pour que ce ne soit pas trop embarrassant, on ouvre ensuite un petit cycle de discussions supplémentaire, par pure politesse, d’où l’intégration aujourd’hui de Lady Ashton, la haute représentante de l’Union pour les Affaires étrangères, et de son équipe. Et on s’étonne que Bruxelles fasse de moins en moins bouger les choses.

http://presseurop.eu

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Re: Tempête médiatique occidentale contre l'entité Arabo-Musulmane

le Dim 15 Mai - 23:03
Révolutions arabes – Couic ! Histoire de tordre le cou à quelques médiamensonges



Q – En off de notre dernier entretien, vous me disiez que l’on raconte tout et n’importe quoi sur cette guerre de Libye ?

Jacques Borde – Oui. Tout à fait. Les exemples ne manquent pas. Au point que l’évêque de Tripoli, Mgr. Giovanni Martinelli, a du démentir, vendredi sur RFI, des propos que lui avait attribués le chef de la diplomatie italienne, Franco Frattini. Propos, selon lesquels Mouammar Kadhafi serait blessé et en fuite. « Ce qu’a dit le ministre des Affaires étrangères n’est pas vrai parce que je n’ai jamais dit que le leader libyen est blessé », a affirmé Mgr. Martinelli à RFI.

Frattini avait déclaré peu auparavant qu’il considérait « comme crédible la phrase de Mgr. Martinelli qui a dit que Kadhafi est très probablement parti de Tripoli et est probablement blessé ». « J’ai simplement dit qu’il avait subi un choc psychologique dû à la mort de son fils. Je n’ai pas dit qu’il était blessé ni qu’il était parti de Tripoli » s’est expliqué Mgr. Martinelli. Quant au guide libyen, il a simplement indiqué se tenir hors de portée des coups de l’Axe atlantique…

Q – Mais ces médiamensonges correspondent bien à un but ?

Jacques Borde – La plupart du temps, oui. Je m’explique. Lorsque John Kerry annonce préparer une loi « permettant de débloquer une partie des trente milliards de dollars gelés du colonel Kadhafi, et de les mettre à la disposition des insurgés », cela n’est évidemment pas innocent.

Or, n’en déplaise au propaganda staffel de l’Axe atlantique, ces fonds ne sont pas à Kadhafi, mais… libyens. Ils appartiennent à la Banque centrale libyenne, et assurent l’Éducation, la Santé, les services sociaux gratuits en Libye, ainsi que nombre de projets pan-africains. Il ne sont pas plus à Kadhafi que les impôts que nous payons, ici en France, sont à Sarkozy. À moins, bien sûr, d’une prochaine réforme fiscale en vue. Mais qui me semblerait risquée à l’horizon de 2012.

L’exercice de ce casse occidental est osé et d’un cynisme rarement atteint, mais diablement efficace. Voler ainsi l’argent d’un pays souverain pour en donner une partie à la rébellion armée de ce même pays est sans précédent. Pour comprendre, imaginez un court instant les Chinois bloquant les fonds, avoirs et investissement US… pour financer une rébellion des Premières nations amérindiennes. Celle des Lakotas, par exemple. Ceci pour dire qu’en géopolitique l’on ment toujours avec une idée précise derrière la tête. Là, il s’agit purement et simplement de faire financer sa propre guerre par l’ennemi. Et, pas si accessoirement que ça, piquer dans la caisse !

Moi si j’étais les Chinois, je commencerai à rapatrier mes fonds investis dans l’économie américaine. S’il suffit d’un simple amendement pour tout se faire ratiboiser…

Q – On finance la guerre qu’on vous fait, en piquant l’argent dans votre propre poche. C’est ce que vous voulez dire ?

Jacques Borde – Tout à fait. Autre foutaise journalistique de cette guerre : le prétendu embargo militaire imposé à la Libye. Cela ne tient pas, des journalistes ont constaté qu’une bonne partie des navires affrétés à l’aide humanitaire de Misrata avaient à bord des caisses d’armes automatiques et de munitions. Or, l’entrée au port de ces navires est sécurisée, et contrôlée, par les bâtiments de l’Otan au large des côtes libyennes. La livraison de matériels militaires est évidemment en totale contradiction avec la Résolution qui instaure un blocus sur les armes. Mais ce sont ces mêmes coalisés qui couvrent de leur égide ces livraisons à une des parties au conflit. Comme tout un chacun sait : pour protéger des civils, rien de mieux qu’inonder un pays d’armes…

On a vu, par ailleurs, des combattants islamistes, et leurs armes, débarquant chaque jour pour participer aux combats. Mais, on le sait parfaitement aujourd’hui, Misrata, qui est la Shanghai de la Libye, ne pouvait pas, aux yeux de l’Alliance atlantique, rester entre les mains du pouvoir central. Quitte à la changer en champ de ruines…

Q – Et cela passe ?

Jacques Borde – Oui. Évidemment, lorsqu’il faut expliquer ça au public, certains finissent par s’emmêler les pinceaux. Un de vos confères a, notamment, écrit : « Les États-Unis équipent les combattants insurgés, même s’ils ne les arment pas ». Simple question de bon sens : Ils les équipent avec quoi, alors ?

Q – C’est le jeu classique US, en fait ?

Jacques Borde – Oui. Et qui fait des émules. Le président français, Nicolas Sarkozy, a, ainsi, déclaré que la Résolution de l’Onu n’interdisait pas à d’autres pays de livrer des armes. Alors que la Libye est censé être sous embargo militaire. La Résolution 1973 autorisant, selon lui, « tout État membre à prendre toute mesure nécessaire pour protéger les zones et populations civiles menacées ».

Qu’appelle-t-on au juste une « mesure nécessaire » ? Qui a le droit d’interpréter ainsi les textes ? Et si, d’aventure, Russes et Chinois se mettaient martel en tête de protéger les civils mis en danger par les frappes de l’Otan, pourraient-ils livrer des armes à Kadhafi et l’aider à abattre les avions de l’Axe atlantique ? Ce serait juste une application stricte de la résolution, finalement…

Q – Mais cela ne pourrait-il pas sembler désintéressé de donner de l’argent aux insurgés ?

Jacques Borde – Au-delà que personne, à part eux-mêmes, n’a mandaté les Occidentaux (qui font la pluie et le beau temps au Conseil de sécurité des Nations-unies) pour se livrer à ce hold-up géant. Croyez-vous vraiment que cet argent va rester longtemps dans la poche des insurgés ? Il est évident que les Occidentaux vont présenter la note aux insurgés pour leurs opérations militaires, leurs fournitures d’armes et, surtout (normal, c’est une spécialité états-unienne) leurs activités de conseil. Il faut bien que quelqu’un paye au bout du compte, non ?

C’est là tout l’intérêt de faire entrer les Sociétés militaires privées (SMP) dans la boucle. Comme par hasard, 90% d’entre elles sont états-uniennes. Et, pas de chance, pour la seule française qui ait réussi à frayer son chemin jusqu’à Benghazi, la Secopex, son pdg a été abattu dans des circonstances non encore élucidées. Officiellement, par les milices des golpistes de Benghazi, qui, en prime, ont pris quatre Français en otages…

Q – Que peut-on dire des opérations militaires ?

Jacques Borde – Pas grand-chose de transcendant. Les Libyens ont fini par réagir à l’utilisation de Misrata comme tête de pont des insurgés. Des tirs, de nature non précisée, ont été effectués en direction des navires de l’Axe atlantique. Ce qui aurait eu pour résultat de les tenir quelque peu à distance. On peut appeler ça le syndrome du Hanit[4] ! Par ailleurs, je vous rappelle que selon certaines estimations, la guerre pourrait durer jusqu’à 4 ans. Pour autant que l’administration Obama ne siffle la partie bien avant cette date.

Côté français, le contributeur le plus acharné (à défaut d’être le plus efficace) à cette guerre, en réponse à une demande expresse de l’Otan, Paris a dû étoffer ses moyens aériens. À ce sujet, la revue spécialisée Air & Cosmos d’écrire que « La France a déployé quatre Mirage 2000N et huit équipages [soit seize hommes] sur la base grecque de Souda (Crète) où sont déjà stationnés les Mirage 2000-5F de l’EC-1/2 Cigognes. Deux Mirage 2000N ont mené depuis cette base leur première mission au-dessus de la Libye le 8 mai [2011] ».

Un dispositif néanmoins onéreux, dans la mesure où « ces appareils peuvent être équipés de bombes guidées GBU, mais nécessitent un accompagnement de Mirage 2000B ou de Rafale comme « illuminateurs » ». À noter que « ce déploiement est intervenu alors que le porte-avions Charles de Gaulle était en escale temporaire (4 jours) dans ce même port de Souda ».

On soulignera, ici, le rôle prépondérant de la Base aérienne de La Soude dans le dispositif otanien. Y sont également stationnés des F-16 de l’Elleniki Aeroporia (armée de l’air grecque) et les Mirage 2000-5EDA qataris. Et, y ont été vus les EA-18G Growler, de guerre électronique de l’US Air Force. En revanche, il reste difficile d’identifier avec certitude les auteurs des frappes nocturnes qui ensanglantent Tripoli à la recherche du colonel Kadhafi. Mais, les auteurs de ces raids pourraient bien être les Américains.



Source:*http://geostrategie.com

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message Re: Tempête médiatique occidentale contre l'entité Arabo-Musulmane

le Lun 11 Juil - 23:36
Les ambassades de France et des Etats-Unis attaquées à Damas

AMMAN (Reuters) - Des partisans de Bachar al Assad ont attaqué lundi les ambassades de France et des Etats-Unis en Syrie, où la répression du mouvement de contestation du régime se poursuit malgré l'ouverture d'un "dialogue national" boycotté par les principaux opposants.



La France et les Etats-Unis ont protesté contre ces attaques, trois jours après la visite de leurs ambassadeurs à Hama, l'un des principaux foyers de la contestation. Les deux pays ont accusé les autorités syriennes de passivité face à ces incidents.
Le ministère français des Affaires étrangères a fait état de "trois agents de postes blessés" tandis que les Etats-Unis ont déclaré qu'aucun blessé n'avait été recensé à leur ambassade ou à la résidence de leur ambassadeur, elle aussi attaquée.
Les gardes de l'ambassade de France ont dû ouvrir le feu pour repousser les assaillants dans un premier temps mais le Quai d'Orsay a fait état d'"attaques récurrentes".
"Devant la passivité des forces de l'ordre, les agents de sécurité de l'ambassade ont été contraints d'effectuer trois tirs de sommation pour empêcher la multiplication d'intrusions dans le périmètre de l'ambassade", écrit le Quai d'Orsay dans un communiqué condamnant ces incidents "avec la plus grande énergie".
"Ce n'est pas avec de telles initiatives illégales que les autorités de Damas parviendront à détourner l'attention du problème de fond qui demeure la fin de la répression contre la population syrienne et la mise en oeuvre de réformes démocratiques", ajoute le ministère.
LES USA ACCUSENT UNE TV PROCHE DU POUVOIR
A Washington, un responsable américain s'exprimant de manière anonyme a déclaré que les forces syriennes avaient finalement établi un périmètre de sécurité autour de l'ambassade des Etats-Unis.
"Nous avons le sentiment que (les forces syriennes) ont failli. Nous allons condamner la lenteur de leur réaction", a dit ce responsable. "Nous avons convoqué le chargé (d'affaires) syrien pour nous plaindre."
Le département d'Etat a accusé la Syrie d'avoir refusé de protéger l'ambassade américaine et il a annoncé que les Etats-Unis allaient réclamer des indemnités.
"Une chaîne de télévision fortement influencée par les autorités syriennes a encouragé cette violente manifestation", écrit le département d'Etat dans un communiqué.
Les ambassadeurs de France, Eric Chevallier, et des Etats-Unis, Robert Ford, se sont rendus jeudi et vendredi à Hama pour exprimer leur solidarité envers les habitants de cette ville où se déroulent des manifestations réclamant la chute du régime de Bachar al Assad.
Les autorités syriennes ont protesté contre ces visites.
La France avait fait état de premiers rassemblements dès samedi soir devant son ambassade à Damas et son consulat à Alep. Elle a convoqué dimanche l'ambassadrice de Syrie à Paris pour protester notamment contre des "outrages" signalés lors de ces manifestations.
Bernard Valero avait alors laissé entendre que ces rassemblements étaient organisés par les autorités, estimant qu'"il y a lieu de penser que le hasard n'avait pas grand-chose à faire dans ces manifestations".
Selon un habitant du quartier damascène d'Afif, où se trouve l'ambassade américaine, quatre cars remplis de chabbiha (ndlr, des miliciens alaouites pro-Assad sont arrivés lundi en provenance de Tartous, une localité située sur la côte méditerranéenne. "Ils ont utilisé un bélier pour tenter de forcer l'entrée principale", a poursuivi ce témoin.
Un diplomate occidental en poste dans la capitale syrienne y voit le signe d'"une violente escalade de la part du régime". "On ne transporte pas des voyous par car depuis la côte jusque dans le centre de Damas sans son assentiment", explique-t-il.
UN CIVIL TUÉ À HOMS
Bachar al Assad, qui a succédé à son père Hafez en 2000, est confronté depuis mars à un mouvement de contestation à travers la Syrie. D'après des opposants, la répression a entraîné la mort d'au moins 1.400 civils.
Lundi, les forces de sécurité syriennes ont tué un civil et en ont blessé 20 autres en tirant à la mitrailleuse à Homs, la troisième plus grande ville du pays, ont déclaré des défenseurs des droits de l'homme. Les forces syriennes ont aussi procédé à des fouilles maison par maison à Hama et elles ont procédé à des arrestations, selon ces mêmes militants.
Parallèlement à cette répression, le pouvoir syrien a ouvert dimanche une conférence de deux jours consacrée à un "dialogue national" afin de réfléchir à des réformes politiques. La plupart des principaux opposants boycottent cette conférence en raison de la poursuite des violences.
"Le dialogue ne peut fonctionner que si les deux parties se respectent mutuellement et se considèrent sur un pied d'égalité", a dit Ayman Abdel-nour, responsable du site internet all4syria.com. "Pour le moment, il n'y a pas de dialogue."
Certains participants à la conférence ont plaidé pour l'abolition de l'article 8 de la Constitution qui stipule que le parti Baas, au pouvoir depuis 1963, dirige l'Etat et la société.
Pour certains spécialistes de la Syrie, d'éventuelles réformes constitutionnelles n'auront aucun effet tant que l'appareil de sécurité pourra agir à sa guise.

Avec John Irish à Paris; Bertrand Boucey et Henri-Pierre André pour le service français.


__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Re: Tempête médiatique occidentale contre l'entité Arabo-Musulmane

le Ven 12 Aoû - 3:54
France :Les musulmans ont totalement conquis la rue Exclamation Question

http://ripostelaique.com/Nos-videos-les-plus-spectaculaires-6408.html

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Re: Tempête médiatique occidentale contre l'entité Arabo-Musulmane

le Sam 13 Aoû - 2:56
Ces tyrans qui font la leçon à Cameron

La Libye et l'Iran dénoncent la violation des droits de l'homme en Grande-Bretagne.


Tripoli et Téhéran ont pris soin d'égratigner le gouvernement anglais après les émeutes qui ont secoué la Grande-Bretagne. © Joseph Eid/-/Vahid Salemi / AFP/Reuters/Sipa


Fustigées par la communauté internationale pour avoir réprimé dans le sang leurs manifestations populaires, les dictatures contre-attaquent. La Libye et l'Iran n'ont pas raté l'occasion des émeutes secouant le Royaume-Uni pour blâmer le gouvernement britannique. Une provocation à laquelle n'a pas tardé à répondre la Grande-Bretagne, qui a annoncé jeudi qu'elle serait ravie de parler avec l'Iran du respect des droits de l'homme.

La palme de la raillerie revient à Tripoli, qui est allé jusqu'à réclamer le départ du Premier ministre britannique. "Cameron et son gouvernement doivent partir après les manifestations populaires pacifiques contre eux et la violente répression de sa police", a ainsi déclaré mercredi le vice-ministre libyen aux Affaires étrangères. Khaled Kaaim est allé encore plus loin dans son analyse. "Cameron et son gouvernement ont perdu toute légitimité. Ces manifestations montrent que le peuple britannique rejette ce gouvernement, qui tente de s'imposer par la force."

L'ONU appelée à l'aide

Khaled Kaaim a demandé de l'aide à l'ONU, qui a pourtant pris une résolution à l'encontre de la Libye ouvrant la voie à une guerre. Il exige que le Conseil de sécurité et la communauté internationale "ne restent pas les bras croisés face à la flagrante violation des droits du peuple britannique". Le régime de Tripoli n'est pas isolé dans son action... Il peut compter sur un allié de poids en la personne de Mahmoud Ahmadinejad.

Victime d'une violente fronde de la part des ayatollahs, le président iranien s'est précipité sur la brèche anglaise pour condamner "le comportement sauvage de la police britannique". "Quel genre de pays traite son peuple de la sorte ?" s'est ainsi interrogé le chef de l'État Mahmoud Ahmadinejad. "Le pire, ce sont les attaques inacceptables de la police contre une population désarmée", a-t-il osé.

Des mots pour le moins étonnants venant d'un homme dont les forces de sécurité sont responsables de la mort d'au moins 150 personnes depuis 2009 et de l'arrestation de milliers d'Iraniens dans les manifestations pacifiques. Imitant le régime libyen, le président iranien s'est, lui aussi, moqué des Nations unies, à l'origine de quatre résolutions condamnant le programme nucléaire de la République islamique. "Si un centième de ces crimes avait été commis dans un pays hostile à l'Occident, les Nations unies et les organisations qui prétendent défendre les droits de l'homme auraient vociféré", s'est-il emporté.

Avertissement aux ressortissants iraniens

Le ministère iranien des Affaires étrangères n'a pas non plus manqué, mercredi, l'occasion de dramatiser la situation. Dans un communiqué mis en ligne sur son site, il a invité ses ressortissants à ne pas se rendre en Grande-Bretagne. Ces rodomontades interviennent au lendemain d'une étonnante proposition d'un député iranien : l'envoi d'un groupe de rapporteurs iraniens en Angleterre pour enquêter sur les "violations des droits de l'homme".

Une demande d'autant plus surprenante que la République islamique a catégoriquement rejeté la nomination par l'ONU d'un rapporteur spécial pour enquêter sur la situation des droits de l'homme en Iran. D'ailleurs, le chargé d'affaires britannique à Téhéran en a profité pour exhorter jeudi le gouvernement iranien à "faire preuve de la même courtoisie envers le rapporteur spécial de l'ONU (...) en lui permettant de répondre aux sérieuses préoccupations de la communauté internationale concernant les violations des droits de l'homme en Iran".

Les troubles qui agitent Londres et d'autres villes anglaises saccagées par les pilleurs depuis samedi ont abouti au décès de quatre personnes ainsi qu'à l'arrestation de plus d'un millier de manifestants après la mort de Mark Duggan, citoyen noir de 29 ans, tué par balle la semaine dernière par la police qui menait une opération anti-criminalité.

Par ARMIN AREFI

lepoint.fr

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message Re: Tempête médiatique occidentale contre l'entité Arabo-Musulmane

le Lun 19 Sep - 1:23
Rue Myrha, Castanet-Tolosan : nouveaux épisodes de la guerre République-Islam

Ce vendredi 16 septembre se jouera, dans le 18e arrondissement parisien, un bras-de-fer aux enjeux capitaux. Claude Guéant, après avoir tergiversé de longs mois, après avoir concédé, de manière par ailleurs scandaleuse, une caserne aux prieurs musulmans, a décidé de taper sur la table, du moins verbalement. Il a annoncé qu’il ne tolérerait plus de prières musulmanes dans les rues du 18e arrondissement dès ce vendredi. A ce jour, les dignitaires religieux de la rue Myrha se sont moqués ouvertement du gouvernement, multipliant les arguments farfelus pour refuser le cadeau qui leur était offert : locaux indignes, et, suprême offense, la caserne ne serait pas orientée vers La Mecque !
Sans doute lassé d’être pris pour un imbécile, le ministre de l’Intérieur a donc décidé de parler fort. Le test est capital. Est-il prêt à aller à l’épreuve de forces, à faire arrêter les délinquants musulmans qui, délibérément, violent les lois de la République, à « faire donner la troupe », bref, à montrer que force reste à la loi ? Est-il prêt à assumer un risque d’émeute ? Si Guéant veut être crédible, ce n’est pas seulement rue Myrha, c’est dans toutes les rues de France qui subissent des prières sauvages qu’il doit intervenir. S’il se dérobait, le message serait terrible, et sans doute désastreux, au niveau électoral, pour le Président de la République. Si le pouvoir se couchait, quelle aubaine pour ces organisations musulmanes qui, depuis vingt ans, rue Myrha et ailleurs, multiplient les épreuves de force avec un modèle laïque qu’elles veulent soumettre à l’islam. S’il reculait, quel coup de poignard pour ces élus municipaux, ces maires, qui, confrontés au quotidien à la guerre que livre l’islam à nos valeurs, essaient, avec leurs moyens, de trouver, localement, les parades les plus adaptées.



Nous pensons à ce courageux maire Modem de Castanet-Tolosan, Arnaud Lafon, qui, excédé par les demandes de dérogations alimentaires effectuées à la cantine scolaire, notamment les menus sans viande, a décidé que les finances locales n’avaient pas à supporter les conséquences d’interdits religieux. (1) Il faut bien rappeler cette évidence : la cantine n’est pas obligatoire ! Ceux qui ne sont pas contents n’ont qu’à garder leurs enfants chez eux, le midi. Pourtant, il suffit que ce maire fasse quelques rappels républicains élémentaires pour que, immédiatement, cela soit la révolution à Castanet-Tolosan ! Là encore, qui organise une pique-nique sauvage, qui hurle à la discrimination ? Pas les juifs, pas les végétariens, seulement les musulmans ! Et qui menace la ville d’un procès ? Les inévitables communautaristes de Sos Racisme, que Roger Heurtebise appelle férocement Sos Halal, ou Sos Islam ! (2) Il faut savoir qu’existaient déjà dans de nombreuses cantines des menus sans porc. En exigeant des menus sans viande, c’est une nouvelle étape que franchissent ces organisations religieuses. Elles expliquent que leurs progénitures ne peuvent manger que de la viande halal, et que toute autre nourriture serait impure. C’est donc ni plus ni moins la volonté de contraindre, par ce bras-de-fer, la République à finir par accepter la viande sacrée – et la dime religieuse qui va avec – dans ses cantines scolaires (revendication soutenue par le Mrap dans les années 2005) qui se cache derrière cette passe d’arme. Là encore, si le maire, qui a l’air déterminé et exemplaire, perdait, faute de soutien, ou par décision judiciaire inique, comme à Saint-Gratien, ce serait la République laïque qui subirait un camouflet terrible.
Que dire des villes de Fontenay-sous-Bois, du Tremblay, de Saint-Gratien, trois autres exemples où des élus, livrés à eux-mêmes, essaient de mettre un coup d’arrêt à l’islamisation de leur commune, et de ses services publics. Doit-on laisser des employés municipaux exiber une barbe islamiste militante ? C’est l’enjeu de ce qui se déroule au Tremblay, comme l’explique fort bien Jean Pavée (3). Doit-on accepter que des éducateurs municipaux, pendant une colonie de vacances ou un centre aéré, fassent le ramadan, alors qu’ils sont chargés d’encadrer des gamins ? C’est ce qui se passe à Fontenay-sous-Bois. Là encore, Jean Pavée nous donne d’excellents arguments. (4) Doit-on obligatoirement, quand on est maire, accepter comme une évidence qu’une mosquée se construise sur votre commune ? Doit-on, pendant le ramadan, donner une salle municipale à une organisation religieuse, parce qu’elle l’exige, au nom de la liberté cultuelle ? C’est l’enjeu de Saint-Gratien, et Cyrano nous expliquait, il y a quelques semaines, en quoi la décision du tribunal administratif était scandaleuse et anti-laïque. (5)
C’est parce qu’un Vaillant a déroulé le tapis rouge aux musulmans, dans le 18e arrondissement parisien, avec des discours compassionnels ahurissants, qu’aujourd’hui la République peine à redresser la barre. C’est parce qu’un Gérard Collomb, maire de Lyon, (6) et combien d’autres, ont plié, sur les cantines scolaires, devant les organisations musulmanes, que celles-ci se croient autorisées à exiger des repas sans viande, partout où elles le peuvent. C’est parce qu’un Estrosi ose dire que servir des soupes au cochon est un acte raciste que les organisations musulmanes sont aussi arrogantes sur la question alimentaire. C’est parce que nombre de maires ferment les yeux devant l’islamisation de leurs services municipaux que le réveil de quelques-uns suscitent forcément des tensions.
Il est temps d’ouvrir les yeux. Ces exemples résument mieux que de longs discours la réalité de la situation. En France, l’islam a déclaré la guerre à la République laïque, et elle lui impose, depuis vingt ans, une succession de reculs, par la stratégie des petits pas. Aujourd’hui, les dignitaires religieux musulmans les plus déterminés se sentent assez forts pour défier ouvertement le pouvoir, comme cela est le cas dans le 18e arrondissement parisien. S’il faut se réjouir de la réaction de quelques élus locaux, et de fermeté affichée de Guéant, il serait du devoir d’un gouvernement digne de ce nom de doter le pays d’un arsenal juridique à la hauteur du défi islamique qui nous est imposé, comme Maxime Lépante ou Christine Tasin l’ont déjà proposé (7). Il faut surtout mettre hors d’état de nuire les associations dites anti-racistes, qui, avec l’argent de nos impôts, contribuent à détricoter la République laïque, une et indivisible, en soutenant, à Castanet-Tolosan et ailleurs, toutes les revendications communautaristes des associations musulmanes, et assimilent à du racisme toute critique de cette religion moyen-âgeuse.
Faute de quoi, ces courageuses réactions d’élus ne seront que des soubresauts désespérés, face au rouleau compresseur islamique.

Note:
Spoiler:
Pierre Cassen
(1) http://ripostelaique.com/coup-de-chapeau-au-maire-de-castanet-tolosan-qui-interdit-les-repas-sans-porc..html
(2) http://ripostelaique.com/sos-racisme-est-il-devenu-sos-islam-ou-sos-halal.html
(3) http://ripostelaique.com/28708.html
(4) http://ripostelaique.com/felicitations-a-la-municipalite-communiste-de-fontenay-sous-bois.html
(5) http://ripostelaique.com/accompagnatrices-voilees-saint-gratien-la-laicite-recule-sous-la-pression-de-lislam.html
(6) http://libelyon.blogs.liberation.fr/info/2008/02/des-fministes-s.html
(7) http://ripostelaique.com/conference-de-presse-du-4-avril-2011-a-propos-du-debat-sur-laicite-et-islam.html
http://ripostelaique.com/11-septembre-2001-la-declaration-de-guerre-de-l%e2%80%99islam-au-monde-libre.html

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message Re: Tempête médiatique occidentale contre l'entité Arabo-Musulmane

le Mar 8 Nov - 1:38
Charlie Hebdo : « Faire vite un journal, pour leur claquer la gueule »



l'hebdomadaire choisit de titrer sur les révolutions arabes avec un dessin de Mahomet en une, Charlie Hebdo rebaptisé Charia Hebdo, en référence à la loi islamique.

http://www.rmc.fr/editorial/197387/charlie-hebdo-faire-vite-un-journal-pour-leur-claquer-la-gueule/

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

avatar
Daûphin_zz_47
Adm
Adm
Masculin
Nombre de messages : 2215
Age : 36
Date d'inscription : 06/08/2010
Localisation : tlc

Sujet / Message Re: Tempête médiatique occidentale contre l'entité Arabo-Musulmane

le Dim 12 Fév - 13:44
La tactique du Hezbollah : se poster au milieu des civils...

Selon certaines informations, comme par exemple celle d’un ancien commandant en chef canadien de la Finul, Lewis Mackenzie, relatant dernièrement sur un blog les mails qu’il a reçus de ses compagnons sur le terrain, il semble bien que le Hezbollah utilise certains emplacements de la Finul comme couverture...

Par ailleurs, il apparaît que dans le bulletin interne de la Finul et dans de nombreux rapports remis au plus haut niveau de l’ONU, il a été fait état à plusieurs reprises que le Hezbollah venait tirer ses roquettes bien trop près des postes d’observations de la Finul, sans que pour autant, le secrétaire général ne s’en émeuve en sommant le Hezbollah de s’en éloigner.

En fait, d’après d’autres informations mises en avant, cette fois par L’ONU, il semble bien que le Hezbollah se cache parmi les civils. Ainsi le bras droit du Secrétaire général de l’ONU pour les Affaires humanitaires, Jan Egeland, avait accusé lundi 25 juillet le Hezbollah de « lâcheté » (La veille, Jan Egeland avait accusé Israël de violer le droit humanitaire ). Pour M. Egeland, « le Hezbollah doit cesser de se fondre lâchement parmi les femmes et les enfants, (...) j’ai entendu qu’ils étaient fiers parce qu’ils avaient perdu très peu de combattants et que ce sont les civils qui subissent [les attaques]. Je ne pense pas que quiconque devrait être fier d’avoir plus de morts parmi enfants et les femmes que les hommes armés ».

Plus inquiétantes peut-être sont les informations stipulant que le Hezbollah serait en train de tester la résistance d’Israël ainsi que son propre dispositif de combat mis au point depuis de nombreuses années pour le compte de l’Iran. Selon certains commentateurs, le scénario de la guerre d’Espagne en 1934-1936 se reproduirait. Comme Hitler envoyait des armes à Franco afin de tester leur efficacité, notamment sur des villes comme Guernica. Mais comme comparaison n’est pas raison, il faut souligner qu’Hitler n’envisageait pas de détruire l’Espagne alors que c’est bien l’intention de l’Iran, renouant ainsi avec l’expansion islamique du début et non pas avec l’ambition perse comme il est dit ici et là. Rappelons que c’est Cyrus, empereur des Perses et des Mèdes (actuels Kurdes), qui, après sa victoire sur Babylone, permit aux Juifs de revenir à Jérusalem en 538 alors qu’ils avaient été chassés par Nabuchodonosor.

Il ne s’agit donc pas d’une lutte régionale visant à la suprématie des Perses sur les Arabes, mais d’une lutte théocratique cherchant à s’approprier l’Islam, qu’il s’agit cependant de ne pas considérer, dans la grille khomeyniste, comme une revanche des shiites sur les sunnites -(du fait du meurtre d’Ali, cousin et gendre de Mahomet et élu quatrième Calife de façon cependant controversée puisqu’il fut accusé d’avoir trempé dans l’assassinat du troisième Calife, Othman, dont il contestait l’autorité, soutenue par la femme de Mahomet, Aisha).

La stratégie iranienne actuelle doit être comprise comme une tentative panislamiste de surmonter les divisions, -(Irak excepté, vu le passif des exactions sunnites et baathistes : plus de 2 millions de morts en incluant la guerre avec l’Iran)-, autour d’un but commun, la lutte contre l’Occident et Israël, (Al Keida vient d’ailleurs de se rallier à cette perspective via la voix de son N°2...), et ceci, bien moins parce que ces entités seraient un obstacle à la reconstitution de l’Empire musulman qu’au nom de leur mode de vie, axé sur la liberté de conscience et la démocratie, deux valeurs qui sapent toute volonté de puissance absolutiste, comme on l’a vu avec l’effondrement des totalitarismes européens qui voulaient en nier la réalité devenue quasi universelle, du moins si l’on désire que la prospérité soit un bien commun au lieu d’être le seul apanage de quelques uns.

Les tentative de l’Iran, et de son bras armé, le Hezbollah, visaient à poursuivre le harcèlement des groupes palestiniens (avant les Accords d’Oslo), ce qui entraîna naguère l’intervention d’Israël au Sud Liban et sa tentative de créer une zone tampon via la mise sur pied de milices libanaises chrétiennes, afin de susciter l’engouement, de créer une atmosphère djihadiste susceptible de constituer un abcès de fixation suffisamment tangible pour drainer des combattants avides de se heurter à l’ennemi sacré. Le tout afin de gagner du temps, en attendant que l’Iran ait la bombe et s’en serve de façon locale à la manière d’une bombe nucléaire tactique. Des centaines d’iraniens cheminent déjà via la Syrie (le Figaro du 26 juillet). Reste à savoir si les djihadistes en Irak viendront prêter main forte. Ce n’est pas sûr parce qu’il s’agit pour l’Iran de ne pas donner de prétexte à l’armée américaine pour faire mouvement vers cette direction en cas où Israël se trouverait en difficulté...

Un tel scénario pourrait être éradiqué dans l’œuf si une force d’interposition de type Kosovo, acceptée par Israël, pouvait se déployer au Sud Liban et le long de Gaza, ce qui pourrait permettre par la suite que des négociations soient entamées, sans que les groupes totalitaires islamistes veulent imposer leur propre "agenda" comme l’on dit dans les coulisses diplomatiques. Or, il semble bien, au vu des dernières déclarations des représentants du Hezbollah, que celui ne veut pas en entendre parler et menace (selon le Figaro) de prendre cette force d’interposition comme force "d’occupation"... Il serait temps de se demander pourquoi...

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-tactique-du-hezbollah-se-poster-11924

__
-------------
" Il ya deux manières d'ignorer les choses:
La première, c'est de les ignorer;
La seconde, c'est de les ignorer et croire qu'on les sait.
La seconde est pire que la première."



Peuple sans mémoire, peuple sans histoire





http://www.facebook.com/DIKKTARIOF

avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message Re: Tempête médiatique occidentale contre l'entité Arabo-Musulmane

le Sam 14 Juil - 23:41
L'Iran pourrait avoir la bombe en 2014

Le chef des services de renseignement britanniques a indiqué que les sabotages britanniques n'ont pas suffi à bloquer Téhéran.


La centrale nucléaire de Bouchehr, photographiée en 1996.
© AFP ImageForum


Le chef des services de renseignement britanniques (MI6) a affirmé que ses agents ont retardé de quatre ans l'acquisition par l'Iran de l'arme nucléaire, mais que Téhéran devrait en disposer en 2014, a rapporté le quotidien Daily Telegraph vendredi.

Le patron du MI6, John Sawyers, qui n'intervient qu'exceptionnellement en public, a déclaré la semaine dernière, sous le sceau du secret, à une centaine de hauts fonctionnaires à Londres que, sans les interventions de ses services, l'Iran aurait pu se doter de cette arme il y a quatre ans, selon le journal. "Vous auriez eu un État nucléaire en Iran dès 2008, au lieu de dans deux ans", a déclaré John Sawyers, sans préciser les actions de ses agents. Lorsque l'Iran y parviendra, Israël et les États-Unis "seront confrontés à des dangers redoutables", a encore assuré le chef du MI6, cité par le journal britannique. "Je pense qu'il sera extrêmement difficile pour un Premier ministre israélien ou un président américain d'accepter un Iran doté d'armes nucléaires", a-t-il affirmé.

Assassinats de savants

Washington a renforcé ses sanctions contre l'Iran jeudi pour amener ce pays à renoncer à l'enrichissement potentiellement militaire de son uranium - un programme officiellement destiné à l'énergie nucléaire civile. Le Trésor américain a annoncé renforcer ses sanctions financières contre plus de 50 entités en Iran, qu'il accuse de participer au programme nucléaire, notamment les entreprises d'État liées aux Forces armées iraniennes et aux Gardiens de la révolution.

L'Iran, qui développe également un programme balistique jugé menaçant en Occident, est d'autre part soumis à des attaques cybernétiques - non revendiquées - et aux assassinats ciblés de certains de ses savants, rappelle le Daily Telegraph. Les virus informatiques Stuxnet et Flame dirigés contre le programme nucléaire de l'Iran marquent le début d'une guerre cybernétique américaine contre Téhéran qui, par le sabotage, pourrait avoir des effets analogues à ceux d'un bombardement, estiment ainsi des experts à Washington.
Depuis les premières attaques, mi-2009, de Stuxnet, qui déréglait les systèmes de contrôle des centrifugeuses nécessaires à l'enrichissement d'uranium, l'Iran reste vulnérable, assurent les analystes. Même s'il semble que Téhéran reçoive l'aide de la Russie via des intermédiaires pour contrer ces attaques.

http://actualite-israel.com

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Re: Tempête médiatique occidentale contre l'entité Arabo-Musulmane

le Mer 18 Juil - 13:23
Les médiamensonges en Syrie



L’histoire de la propagande de guerre en régime « démocratique » est une éternelle répétition. Quand les forces de subversion échouent à faire imploser une région du monde pour la mettre au pas, deux processus se mettent en branle : l’OTAN arme ses bombardiers, pendant que l’opinion publique des pays occidentaux est préparée à la nécessité « morale » de l’intervention militaire.

Après les charniers yougoslaves désignant les Serbes comme ennemis de l’humanité, l’attaque des nouveaux-nés koweïtiens par les forces de Saddam Hussein (affaire des « couveuses »), le viagra donné aux troupes de Kadhafi pour encourager les viols, voici venu le temps des enfants-boucliers de l’armée syrienne…

Dans un rapport du 12 juin, l’ONU indique que les forces syriennes « régulières » emprisonnent, torturent, exécutent des enfants. Une représentante de l’Organisation complète la propagande en ajoutant tous les détails dont l’opinion publique a besoin pour s’émouvoir : enfants fouettés avec des câbles électriques puis attachés aux vitres des cars de transport de troupes pour protéger ces dernières, violences sexuelles...

À la manière d’un film hollywoodien, l’émotion est ici le véhicule des idées. Le spectateur est sommé d’accepter l’idée de la guerre, projet géopolitique, parce qu’elle lui apparaît désormais comme la solution la moins immorale.

Ce tour de passe-passe orwellien aboutissant à l’idée que « la guerre, c’est la paix », les télévisions et journaux papier de tous les pays occidentaux l’ont accompli à maintes reprises ne serait-ce qu’au cours des vingt-cinq dernières années.

Une chose est sûre : chaque fois que l’opinion a été préparée de cette manière, deux événements ont immanquablement suivi : la guerre, en premier lieu ; puis, plus discrète, la révélation du mensonge qui l’avait justifiée.

egaliteetreconciliation.fr
Contenu sponsorisé

Sujet / Message Re: Tempête médiatique occidentale contre l'entité Arabo-Musulmane

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum