Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Mer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Sam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Dim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Ven 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Mer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Sam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Lun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Mar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Mar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Lun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Jeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Jeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Sam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Mer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Lun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Jeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Mar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Mer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Mar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Lun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Dim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Lun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Lun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Mars 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Stratégie militaire de l'OTAN

Aller en bas

Sujet / Message Stratégie militaire de l'OTAN

Message par Sphinx le Ven 20 Mai - 22:10

OTAN et sa raison stratégique d'être.

La fin de la guerre froide a obligé l’OTAN à s’interroger sur ses raisons stratégique d’être, tant son existence était liée à l’opposition des 2 blocs. L’URSS démembré, il n’y avait plus à l’Est des adversaires potentiels à surveiller, mais seulement des partenaires en difficulté à aider. Cependant, la multiplication des conflits stratégique en Ex-Yougoslavie, et en Afghanistan, l’attaque terroriste du 11 Sept et la crise du Golfe ont apporté la preuve de la diversité des nouveaux dangers.

Dans le but de s’adapter à cette nouvelle donne géopolitique, l’alliance a entamé depuis 1991 le processus de rénovation de son concept stratégique, de ses missions et de ses structures. Ce changement favorise également l'élargissement, le partenariat et la coopération avec d'autres pays des zones Euro-Atlantique et méditerranéenne en vue d'accroître la confiance mutuelle et la capacité d'action conjointe.

Qu’est ce que L’OTAN ?

L’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) est une alliance de 26 pays Nord Américains et Européens engagés à respecter les objectifs du traité de Washington, signé le 4 avril 1949. Le rôle fondamental de l’alliance consiste à sauvegarder la liberté et la sécurité de tous ses membres par des moyens politiques et militaires et à promouvoir la sécurité et le bien être dans la zone Nord-Atlantique. L'article 5 définit le principe de la défense collective et de l'assistance mutuelle.

Les Tâches de l’OTAN :

L’Alliance remplit les tâches de sécurité fondamentales suivantes :
1- Sécurité: Créer un environnement de sécurité Euro-Atlantique stable, fondé sur le développement d'institutions démocratiques et sur l'engagement de régler les différends de manière pacifique, sans recours à l'intimidation, à la menace ou l'usage de la force.
2- Consultation: Constituer une enceinte transatlantique de consultation sur les questions d’intérêts communs.
3- Dissuasion et défense: Exercer une fonction de dissuasion et de défense contre toute menace d'agression visant un pays quelconque de l'OTAN.
4- Gestion des crises: Contribuer à la prévention efficace des conflits et à s'engager activement dans la gestion des crises.
5- Partenariat: Promouvoir des relations de partenariat, de coopération et de dialogue avec d'autres pays de la région Euro-Atlantique, en vue d'accroître la transparence, la confiance mutuelle et la capacité d'action conjointe avec l'Alliance.

Stratégies:

§ 49-67: Représailles massives, Effets de dissuasion;
§ 67-80: Dissuasion, Riposte graduée jusqu’à l’engagement militaire;
§ 80-91: OCA: Neutraliser le potentiel aérien ENI;
FOFA: Interdire 2°ech intervenir au profit 1er ech;
§ 91-01: gestion des crises et maintien de la paix (Bosnie, Kosovo);
§ 01----: Nouvelles menaces : Terrorisme, ADM

Le Commandement Militaire:

Auparavant, la structure de Cmdt militaire reposait sur une division géographique: une pour l'Europe, Cmdt allié pour l'Europe (SACEUR), basé en Belgique, une pour l'Atlantique, Cmdt allié pour l'Atlantique (SACLANT), basé É-U, chapeautés par un Cmdt unique, le Groupe de Commandement.
Depuis 2003, il n'y a qu'un Cmdt assumant des responsabilités opérationnelles, le Cmdt allié "Opérations" (ACO), commandé par le SACEUR. Il dirige 3 E-M interarmées (Pays-Bas, Portugal, Italie) et 6 E-M de composante (air, terre, mer). Le SACEUR continuera d'exercer une double fonction, étant aussi Cdt du Cmdt des forces des E-U en Europe. Par ailleurs, un nouveau Cmdt fonctionnel, le Cmdt allié "Transformation", (ACT), commandé par le SACT (Cdt suprême allié "Transformation") sera créé pour promouvoir et superviser la transformation continue des forces et capacités de l'Alliance.

Traits essentiels du nouveau concept stratégique :

· Préservation du lien transatlantique.
· Maintien des capacités militaires de l’Alliance.
· Développement de l’Identité Européenne de Sécurité et de Défense (IEDS).
· Prévention des conflits et gestion des crises.
· Partenariat, coopération et dialogue.
· Elargissement.
· Maîtrise des armements, désarmements et non prolifération.

Le Conseil de partenariat Euro-Atlantique: Un cadre de négociation politique
Le Conseil de partenariat euro-atlantique (CPEA) permet aux 46 représentants des pays membres et partenaires de se consulter et de coopérer. Il a été établi en 1997 pour succéder au Conseil de Coopération Nord-Atlantique (CCNA) créé en 1991. Outre les questions à court terme sur les sujets d’actualité politique et de sécurité, un Plan d’action du partenariat (PAP) d’une durée de deux ans rassemble les pays autour d’une question particulière: gestion des crises, questions régionales, maîtrise des armements et prolifération des ADM, questions environnementales, terrorisme...

Partenariat pour la Paix

L'Otan a signé de nombreux accords de coopération avec la plupart des états européens non membres et tous les pays de la CEI. Le Partenariat pour la paix (PPP) s’inscrit dans le cadre général de « Partenariat Euro-Atlantique » qui vise à asseoir la stabilité dans cette zone, à réduire les risques de conflit et à la promotion des valeurs démocratiques. Depuis sa création en 1994, l’invitation à se joindre au PPP a été acceptée par 30 pays au total, dont trois – la République tchèque, la Hongrie et la Pologne - sont depuis, devenus membres de l’Alliance. En 1997, l'Otan et la Russie ont signé l'acte fondateur sur leurs relations futures. Quelques jours plus tard, une charte Otan-Ukraine a été paraphée à Sintra (Portugal).

Le Dialogue sur la Méditerranée

L'OTAN a lancé en 1994 un dialogue avec 6 pays méditerranéens: L'Egypte, Israël, la Jordanie, le Maroc, la Tunisie et la Mauritanie. Depuis mars 2000 l'Algérie participe également à ce dialogue. Celui-ci vise à instaurer de bonnes relations et à favoriser une meilleure compréhension mutuelle dans l'ensemble de la région méditerranéenne et aussi à y renforcer la sécurité et la stabilité.

Le dialogue sur la méditerranée repose directement sur la reconnaissance du fait que la sécurité dans l'ensemble de l'Europe est étroitement liée à la sécurité et la stabilité de la méditerranée.
La Force de réaction (North Reaction Force-NRF-): au centre de la transformation de l'OTAN
La NRF sera un paquet cohérent de forces interarmées et multinationales à niveau de préparation élevé, faisant appel aux technologies de pointe, déployable, interopérable, et apte à soutenir des opérations prolongées. Cette force dont la pleine capacité opérationnelle sera atteinte au plus tard pour Octobre 2006 aura des tâches qui varient de la dissuasion, des opérations de défense collective ou de gestion des crises et stabilisation.

Conclusion

Ainsi donc, avec la chute du mur de Berlin et l'apparition de nouveaux risques, l'OTAN a connu des transformations tant au niveau politique que militaire qui visent à appréhender les nouvelles dimensions de la sécurité et à développer ses capacités d'action à travers le concept militaire de défense contre le terrorisme et la possibilité de déployer rapidement des forces partout où elles sont nécessaires. Cependant des limites risque d’entraver cette évolution :
- l’élargissement pose les difficultés de fonctionnement ;
- Le consensus sera aussi difficile car les intérêts sont parfois divergents, surtout quand il s’agit d’intervenir militairement hors de la zone Euro-Atlantique. La résolution 1441 du C.S montre que la menace peut être perçue de façon différente ;
- les dépense dans la défense: le GAP ne cesse de se creuser entre les 2 côtés de l’Atlantique au niveau des équipements, obérant ainsi largement les possibilités d’interopérabilité des forces.
- Les dissensions en son sein après l'attaque terroriste du 11 sept 2001 et la guerre contre l'IRAK en 2003 pose de nouvelles questions.

Source:*http://knol.google.com


L'Otan a "sérieusement cassé la machine de guerre" de Kadhafi (Rasmussen)

L'Otan a "sérieusement cassé la machine de guerre" de Mouammar Kadhafi en Libye, a déclaré jeudi le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen en visite à Bratislava.

"Nous avons sérieusement cassé la machine de guerre de Kadhafi et maintenant nous voyons les résultats - l'opposition a gagné du terrain", a-t-il déclaré à l'issue d'une rencontre avec le président slovaque Ivan Gasparovic.

"Le régime de Kadhafi est de plus en plus isolé chaque jour", a dit le secrétaire général de l'Otan>.

"Nous allons maintenir une forte pression sur le régime de Kadhafi et je suis confiant que la combinaison d'une forte pression militaire et d'une pression politique renforcée finira par provoquer l'effondrement du régime", a-t-il ajouté.

"Il y a trois objectifs militaires clairs pour nos opérations: premièrement, l'arrêt complet de toutes les attaques contre les civils. Deuxièmement, le repli des forces militaires et para-militaires de Kadhafi dans leurs bases. Et troisièmement, un accès immédiat et sans entrave des humanitaires aux personnes dans le besoin", a dit M. Rasmussen.

"Nous continuerons nos opérations jusqu'à ce que ces objectifs soient remplis", a-t-il assuré.

M. Rasmussen a cependant souligné que la mission de l'Otan se limitait à appliquer une zone d'exclusion aérienne au dessus de la Libye conformément à la résolution de l'ONU et que l'Alliance n'avait aucun plan concernant un débarquement de troupes au sol.

"Nous n'avons pas de plans pour changer de stratégie, nous agissons sur la base du mandat de l'ONU. Dans la résolution de l'ONU, il est spécifiquement exclu d'avoir recours à des troupes au sol", a déclaré le secrétaire général de l'Otan plus tard dans l'après-midi, après s'être entretenu avec le ministre slovaque des Affaires étrangères Mikulas Dzurinda.

"Je pense que nous pouvons mener à bien cette mission dans le cadre de ce mandat", a-t-il ajouté.

Tripoli est la cible quasi-quotidienne des frappes de l'Otan, qui a pris depuis le 31 mars les commandes de l'intervention militaire en Libye, destinée à mettre fin à la répression sanglante par le dirigeant libyen du soulèvement qui avait débuté le 15 février.

Les frappes de la coalition internationale ont infligé de lourdes pertes à l'armée libyenne, a assuré mardi le ministre français de la Défense, Gérard Longuet, estimant qu'un tiers des matériels lourds et la moitié des stocks de munitions avaient été détruits.

Source:*http://lepoint.fr

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Stratégie militaire de l'OTAN

Message par Sphinx le Lun 6 Juin - 16:04

Libye: l’Otan déploie les grands moyens

La stratégie de l'Otan

L’irruption de ces renforts américains devrait a priori changer la donne dans le conflit. Le principe de l’Otan est simple, et est le même que celui appliqué lors de l’invasion de l’Afghanistan en 2001. La force aérienne, avions de combat et hélicoptères d’attaque, va de plus en plus s’employer à faire sauter les verrous défensifs qui subsistent encore dans le dispositif de Kadhafi, jusqu’à ce que celui-ci ne puisse plus compter que sur des unités d’infanterie dépassées en nombre et en armement, démoralisées par des mois de bombardement. Et c’en sera fait du colonel, qu’un tribunal attend d’ailleurs déjà, puisque les accusations de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité font désormais partie intégrante de l’arsenal occidental.

A moins d’une surprise d’ordre diplomatique plutôt que militaire, on voit mal comment Kadhafi et son entourage pourraient s’en tirer. Même si l’entreprise prend plus de temps que ce qui avait été proclamé au départ, les fidèles du régime ne peuvent sérieusement espérer l’emporter sur le terrain. Ils ont beau résister avec acharnement face à des rebelles qu’ils continuent de surclasser sur le terrain, ils ne font en réalité que retarder l’inévitable.

Roman Rijka

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Stratégie militaire de l'OTAN

Message par Sphinx le Ven 7 Oct - 20:41

Afghanistan. Les pièges d'une guerre inévitable en 10 questions

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

I. Quelles ont été les cibles des premières frappes?

Faute d'informations précises sur les objectifs choisis par les états-majors et de témoins fiables sur le terrain, il est encore impossible de dresser la liste des cibles visées par les premières frappes américaines et britanniques, mais aussi d'évaluer leurs résultats. On sait simplement qu'une trentaine de sites, dispersés autour des villes de Kaboul, Jalalabad, Kandahar, Mazar-e Charif, Herat, Farah et Kunduz, étaient visés et qu'il pourrait s'agir d'aéroports, de bases aériennes, d'installations de DCA, de radars, de postes de commandement et de communication de l'armée des talibans, de centres de production ou de distribution d'électricité, de camps et d'entrepôts d'Al-Qaida, l'organisation terroriste d'Oussama Ben Laden. “Les cibles ont été atteintes avec succès à de nombreux égards, on est assez satisfaits à ce sujet”, déclarait, au lendemain de la première vague, le secrétaire américain à la Défense, Donald Rumsfeld, sur la chaîne ABC.

Parmi les “dégâts collatéraux” des frappes - c'est-à-dire les erreurs de cible et les victimes civiles - figureraient quatre employés afghans d'une agence de déminage tués lors de la destruction de leurs bureaux par un missile de croisière dans le quartier de Yaka Toot, à l'est de la capitale. C'est apparemment pour éviter les bavures de ce genre et leurs retombées politiques et diplomatiques dans le monde musulman que les responsables américains et britanniques des frappes ont eu recours à des armes de précision - missiles de croisière ou bombes guidées. Une cinquantaine de missiles à longue portée de type Tomahawk ont été utilisés au cours de la première frappe, plusieurs dizaines d'autres au cours des frappes suivantes.

2. Après les frappes, la guerre va-t-elle se poursuivre sous d'autres formes ?

Les dirigeants américains l'affirment depuis trois semaines: l'action militaire n'est que l'un des volets d'une stratégie globale à long terme destinée à éliminer Al-Qaida et les autres groupes terroristes liés à l'organisation de Ben Laden. Les autres batailles de l'offensive contre le terrorisme - collecte de renseignements, identification et blocage des circuits financiers, renforcement de la sécurité dans tous les secteurs sensibles - doivent être livrées simultanément. En Afghanistan, où les attaques pourraient durer “des semaines” selon le ministre britannique des Affaires étrangères, Jack Straw, des opérations terrestres devraient être déclenchées dès que le “nettoyage” du terrain sera jugé suffisant. Donald Rumsfeld l'a admis implicitement lundi lorsqu'il a déclaré au cours d'une conférence de presse au Pentagone que “les frappes seules n'apporteraient pas le succès”. Selon des sources militaires américaines, deux unités, la 101e division aéroportée et le 160e régiment d'opérations spéciales aériennes, basées à Fort Campbell dans le Kentucky, ont reçu l'ordre d'être prêtes à un déploiement outre-mer le 16 octobre.

3. L'Alliance du Nord a-t-elle été associée aux frappes ?

Comme l'ont montré les confidences de certains de ses dirigeants, le Front national islamique uni pour le Salut de l'Afghanistan - plus connu sous le nom d'Alliance du Nord - avait été informé, peu avant son déclenchement, de la première frappe. Mais rien ne permet d'affirmer qu'une véritable coordination ait été mise sur pied entre les Etats-Unis et les successeurs de Massoud.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


4. A-t-elle reçu une aide des Américains ?

L'aide reçue, sur laquelle les dirigeants de la guérilla sont très discrets, elle pourrait revêtir deux formes: une aide militaire - munitions, armes, uniformes, véhicules, carburants - en provenance de Russie mais probablement payée par Washington, et une aide financière en dollars destinée à “acheter” - apparemment avec un certain succès - le ralliement de certains chefs de régions talibans. Pour le reste, il est clair que l'Alliance entend mettre à profit les frappes américaines, qui désorganisent le régime des talibans, pour lancer de nouvelles offensives, notamment au nord de Kaboul. L'un de ses objectifs prioritaires est aujourd'hui de couper la route Kaboul-Mazar-e Charif.

5. Des forces spéciales sont-elles sur le terrain ?

Dans une interview à France-Inter, puis dans une déclaration à l'AFP, le ministre de la Défense, Alain Richard, a indiqué lundi matin que “des personnels français spécialisés dans le renseignement” se trouvent en Afghanistan en contact avec l'Alliance du Nord. Il pourrait s'agir d'éléments de la DGSE (Direction générale de la Sécurité extérieure), depuis longtemps en contact avec les hommes de feu le commandant Massoud à qui elle avait fourni, il y a une dizaine d'années, des missiles antichars Milan.

6. Comment la France est-elle associée?

Le renseignement est l'un des domaines dans lesquels la France pourrait contribuer à l'opération Liberté immuable. A la requête de l'état-major américain, des spécialistes pourraient être prélevés dans les trois unités du Commandement des Opérations spéciales (COS): 13e régiment de dragons parachutistes, les commandos de marine de Saint-Mandrier, le 1er régiment parachutiste d'infanterie de marine (RPIMA), pour être infiltrés en Afghanistan. Mais on n'en est pas là. Lors d'une audition devant la commission de la Défense de l'Assemblée nationale, le général Jean-Pierre Kelche, chef d'état-major des armées, constatait récemment que les unités du COS, “largement engagées notamment dans les Balkans”, étaient “pratiquement en suremploi”. Pour le moment, la participation visible de Paris, se limite au déploiement, à partir de Djibouti, de la frégate “Courbet” et du pétrolier ravitailleur “Var”.

7. L'objectif est-il la destruction du régime des talibans ?

“Nous soutenons le peuple afghan contre Al-Qaida et contre le régime des talibans qui s'appuie sur une organisation terroriste, ne cesse de répéter Donald Rumsfeld. Notre objectif est de vaincre ceux qui ont recours au terrorisme ainsi que tous ceux qui les hébergent et les soutiennent.” Le plan du Département d'Etat et du Pentagone serait, en fait, de modifier le rapport des forces politiques et militaires à l'intérieur de l'Afghanistan, en faveur des groupes armés qui s'opposent aux talibans. Le tout en évitant d'apparaître comme les alliés d'une minorité - les Tadjiks - contre la majorité pachtoune, d'où sont issus les talibans et qui dispose de puissants soutiens au Pakistan ?

8. Quelle peut être la stratégie de Ben Laden ?

“Je jure par Dieu que l'Amérique ne connaîtra plus jamais la sécurité avant que la Palestine ne la connaisse et avant que toutes les armées occidentales athées ne quittent les terres saintes de l'islam.[?] L'heure est venue pour les humiliés de se rebeller contre les infidèles” a déclaré le milliardaire terroriste dans le message enregistré sur une vidéocassette que la chaîne internationale du Qatar Al-Jazira a diffusé peu après la première frappe.

Face à un tel discours, il faut sans doute faire la part des rodomontades d'un terroriste qui se sait assiégé et qui joue son va-tout après avoir atteint l'un de ses objectifs: déstabiliser l'ordre mondial. Mais l'existence de réseaux terroristes dormants non encore identifiés, les manifestations qui ont suivi dans de nombreux pays arabes et musulmans, les premières frappes américaines, les réserves exprimées à la suite des frappes par plusieurs autres et le désarroi dans lequel semble plongé le monde arabe, tout cela pourrait donner de la consistance à ses menaces verbales.

9. Quelles sont les réactions des pays de la “deuxième ligne”comme l'Iran ?

Ali Khamenei, guide de la République islamique et leader des religieux conservateurs, a sèchement condamné les frappes américaines contre l'Afghanistan et l'on n'en attendait pas moins de lui. Les autres dirigeants de Téhéran ont été plus prudents. Le président réformateur Mohamad Khatami s'est d'abord tu pour ne pas avoir a contredire Khamenei. Mais il a laissé la parole à son ministre des Affaires étrangères, qui s'est exprimé tout en nuances et qui a évité une dénonciation directe des bombardements.



Les Iraniens savent que leur position de grande puissance régionale, qui a 930 km de frontières avec l'Afghanistan et qui abrite au moins 2 millions de réfugiés afghans, fait de leur pays un acteur incontournable dans l'organisation de l'après-guerre à Kaboul. Ils ont été parmi les premiers à envoyer leurs condoléances à George Bush après les attentats, et ils ont eu d'importants contacts avec des représentants américains à Genève depuis le 11 septembre. Mais ils ne feront rien qui puisse favoriser ce qu'ils craignent le plus, l'installation d'un régime proaméricain à Kaboul ou encore celle d'une présence militaire permanente américaine sur leur frontière orientale.

10. Quel peut être l'impact des frappes sur le conflit israélo-palestinien ?

Il est encore trop tôt pour affirmer que la guerre contre Ben Laden et les talibans a une chance de provoquer à plus ou moins longue échéance les mêmes résultats favorables sur le processus de paix que la guerre du Golfe, qui avait débouché sur les pourparlers de Madrid puis d'Oslo. Mais il est évident qu'elle va changer la donne et qu'elle force déjà les Israéliens et les Palestiniens à redéfinir leurs positions.

Après avoir sans doute imaginé que les attentats contre l'Amérique lui donnaient en quelque sorte carte blanche pour intensifier la répression dans les territoires occupés, voire pour liquider l'Autorité palestinienne ou certains de ses principaux responsables, Ariel Sharon est aujourd'hui confronté à l'isolement international croissant d'Israël auquel a mené sa politique. Lui ou son futur successeur à Jérusalem devront en payer le prix. De son côté, conscient des risques immenses de voir la cause palestinienne de nouveau associée au terrorisme et à l'intransigeance aux yeux d'une opinion publique internationale traumatisée, Yasser Arafat, souvent critiqué pour sa propension à retarder les échéances et ses décisions, a cette fois agi sans attendre. Au risque de briser l'unité palestinienne et de s'aliéner une partie de son opinion sensible aux sirènes islamistes, il n'a pas hésité à réprimer avec la plus grande rigueur les manifestations antiaméricaines de Gaza. Bilan: 2 morts et 200 blessés. “Nous nous félicitons que, pour la première fois, l'Autorité palestinienne ait pris des mesures contre les terroristes”, reconnaissait même le porte-parole du gouvernement israélien, qui navigue désormais à vue. A Jérusalem, la petite phrase de George Bush en faveur d'un Etat palestinien avait déjà fait l'effet d'un tremblement de terre. Un malaise que l'élection de la Syrie, avec l'approbation tacite de Washington, comme membre non permanent du Conseil de Sécurité de l'ONU ne va sans doute pas contribuer à dissiper.

René Backmann (avec Jean-Gabriel Fredet, Henri Guirchoun, Jean-Baptiste Naudet et François Schlosser) - Le Nouvel Observateur

(Article paru dans le Nouvel Observateur du 11 octobre 2001)

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Stratégie militaire de l'OTAN

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum