Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Meilleurs posteurs
8022 Messages - 42%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
128 Messages - 1%
122 Messages - 1%
94 Messages - 0%
87 Messages - 0%
Galerie


Septembre 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier

Connexion

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Situation économique allemande

le Lun 13 Juin - 23:58
Histoire de l'Allemagne

L'histoire de l'Allemagne est complexe et varie selon les limites géographiques et historiques dans lesquelles on considère le territoire et l'ethnogenèse du peuple allemand.
En tant qu'État-nation dans le sens de la France, l'Allemagne n'existe que depuis 1871. Avant cette date toutefois, il existait un monde germanique doté d'une certaine cohérence – très variable selon les époques – sur les plans linguistique, culturel, et parfois politique. L'extension géographique de ce monde germanique ne correspondait pas exactement avec celle de l'Allemagne actuelle et a varié au cours de l'histoire

Les Temps modernes

Au XVe siècle, le dynamisme économique de l'Allemagne est patent dans les villes, les grandes cités commerciales du Nord unies autour de Lübeck dans la Ligue hanséatique. L'essor des activités économiques s'accompagne de progrès techniques considérables, dont le plus célèbre est l'invention des caractères d'imprimerie mobiles par Johannes Gutenberg. Cependant sur le plan politique, les empereurs ont échoué à donner des institutions stables et efficaces à l'Empire. Face à l'empereur, à la petite noblesse, aux villes, les princes affirment leur puissance. C'est le cas des Hohenzollern en Brandebourg, des Wittelsbach dans le Palatinat et en Bavière, des Wettin en Saxe et des Zähringen en Souabe.

Les transformations de l'économie et de la société

La naissance d'une grande nation industrielle

Les États allemands sont touchés par l'industrialisation et l'urbanisation, même si la population est encore largement rurale (64%) au moment de l'unité allemande. Le début du développement industriel date de 1850. Entre cette date et 1870, l'exploitation du charbon de la Ruhr connaît une forte augmentation. Les industries textile et sidérurgique se modernisent. En 1865, la fondation de la Badische Anilin Soda Fabrik est à l'origine de la prépondérance de l'Allemagne dans l'industrie chimique. Les chemins de fer s'étendent: 600 km de lignes en 1850, 11 000 en 1860 et 20 000 en 1870 Une monnaie de compte commune à tous les États allemands, le thaler d'union est créé en 1857 sur le modèle du thaler prussien. Le Zollverein, espace intérieur sans droit de douane créé à l'initiative de la Prusse, s'étend progressivement à tous les États allemands, sauf les villes hanséatiques, entre 1828 et 1858. L'union économique autour de la Prusse a largement précédé l'union politique.

Les victoires prussiennes de 1866 et 1870 sont celle d’une armée adaptée à la civilisation industrielle. le canon Krupp en acier et fusil Dreyse surclassant les armes autrichiennes et françaises. L'état-major prussien utilise efficacement les chemins de fer et le télégraphe. Cette armée prussienne moderne, Bismarck et son équipe l’ont voulue et construite avant la confrontation. La victoire dans la guerre austro-prussienne est finalement celle d’une puissance industrielle qui pèse de plus en plus lourd face à l’Autriche et même à la France qui connaît une industrialisation beaucoup plus limitée.

Le pays connaît une très forte croissance économique entre 1870 et 1910. La production allemande d'acier représente en 1910 le double de la production britannique. La science et la technologie allemandes, soutenues par un système de recherche et d'enseignement universitaire très élaboré, ont alors une réputation d'excellence mondiale27. Les biens manufacturés s'imposent sur les marchés étrangers, une tendance durable que les mesures protectionnistes, comme le label discriminatoire made in Germany, ne parviennent pas à enrayer.

La Première Guerre mondiale

Après l'attentat de Sarajevo, le 28 juin 1914, l'Allemagne soutient son seul allié sûr, l'Autriche-Hongrie face à la Serbie. Si le gouvernement sait qu’il y a risque de guerre, il le pense limité. C’est la politique dite « du risque calculé » définie par le chancelier Bethmann-Hollweg. Quand, le 28 juillet, l'Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Serbie, le mécanisme des alliances se met en marche et aucun chef d’État ne l’arrête. Le 30 juillet, la Russie, alliée de la Serbie mobilise. Le 1er août, l'Allemagne déclare la guerre à la Russie ; la France mobilise. Le 3 août, l'Allemagne qui doit prendre l’initiative militaire suivant le plan Schlieffen, déclare la guerre à la France. Le 4 août, elle envahit le territoire de la Belgique neutre. Le Royaume-Uni déclare la guerre à l'Allemagne. C'est le début de la Première Guerre mondiale. Sur le front occidental, malgré d'importantes victoires au début du conflit, l'armée allemande est stoppée lors de la bataille de la Marne. Après une rapide course à la mer, les deux camps s'enterrent dans une guerre de tranchées qui dure jusqu'à la fin du conflit. Sur le front oriental par contre, l'armée allemande enchaîne les victoires contre la Russie tsariste, jusqu'à la révolution d'octobre et la paix de Brest-Litovsk signée par Lénine le 3 mars 1918. Une révolution renverse le Kaiser Guillaume II qui est forcé de s'exiler en novembre 1918. À la tête de la délégation allemande Matthias Erzberger mène les négociations et signe le 11 novembre 1918 l'armistice dans la forêt de Compiègne à côté de Rethondes.

le 28 juin 1919, le traité de Versailles marque officiellement la fin de la guerre. Il est signé dans la galerie des Glaces de Versailles, l'endroit même où le second Reich avait été proclamé. L'Allemagne signe à contre-cœur ce texte qui avait été négocié sans elle. À l'ouest, l'Allemagne rétrocède l'Alsace-Lorraine à la France, Eupen et Malmédy à la Belgique, le Schleswig du Nord au Danemark. La Pologne est recréée sur une grande partie de la Posnanie allemande et des portions de la Haute-Silésie. L'Allemagne est séparée en deux entités territoriales disjointes par le corridor de Dantzig qui assure une ouverture à la mer à la jeune Pologne. En fin de compte, l'Allemagne se voit amputée de 13 % de son territoire, plus de 43 000 km, et de plus d'un neuvième de sa population (entre 6,5 et 7,3 millions de personnes).



L'Allemagne depuis 1945

De l'Allemagne, année zéro à la naissance de deux États

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les Allemands parlent souvent de l'année 1945 comme de la « Stunde Null » (l'heure zéro) pour décrire l'effondrement de leur pays. Le fameux film de Rossellini Allemagne année zéro montre de nombreuses régions d’Allemagne devenues des champs de ruines avec des carcasses d’immeubles calcinés et une population affamée et hébétée à la recherche de sa nourriture quotidienne.

La conférence de Potsdam marque la séparation de l'Allemagne en quatre zones distinctes, sous la surveillance des puissances occupantes: Union soviétique, États-Unis, Royaume-Uni et France. Le territoire allemand est grandement amputé : il diminue de 24 % par rapport à 1937. Il ne couvre plus que 357 000 km². Les forces soviétiques, commencent dès leur arrivée à démonter des usines et à piller la zone qui leur a été attribuée, bien qu'aucun accord n'ait été conclu sur les réparations de guerre dues par l'Allemagne et leurs modalités de recouvrement. Elles entendent en effet faire payer aux Allemands les destructions causées à l'économie soviétique pendant l'offensive nazie.

Après avoir transféré 40 % de l’industrie, les Soviétiques transforment au moins 200 entreprises en Sociétés soviétiques par actions (SAG). Elles contrôlent aussi directement, et à leur seul profit, une bonne partie des sources d’énergie et de l’industrie lourde de leur secteur. À partir de 1948, grandes propriétés sont partagées; les opposants politiques internés et la la liberté d’expression supprimée dans les médias. Cependant Staline ne cherche pas dans un premier temps la partition du pays. Il espère en effet pouvoir bénéficier de l'exploitation du charbon de la Ruhr. La création de la RDA, en 1949 ne confère qu'une souveraineté fictive au nouvel État.

Du côté des alliés occidentaux, l’Allemagne reste un danger. L'éradication du national-socialisme est une préoccupation forte contrebalancée par la peur du communisme. Une ligne libérale est imposée, symbolisée par l’adoption des trois couleurs nationales et l’abandon du drapeau impérial. La dénazification est menée progressivement et inégalement. Les lois et les organisations nazies ne sont supprimées qu’au début de l’automne 1945. Dans la partie occupée par les Américains et leurs alliés, des listes de personnalités non compromises avec le nazisme sont établies. Elles reprennent des responsabilités locales.

L'Allemagne, pôle economique

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

En tant que troisième économie nationale du monde, l'Allemagne occupe, grâce à sa performance économique globale, une position de leader au niveau international. Avec le produit national brut le plus élevé et le plus grand nombre d'habitants de l'Union européenne, elle est le marché le plus important d’Europe. En matière de commerce international de produits et de prestations de service, la République fédérale occupe la seconde place derrière les Etats-Unis.

L'Allemagne se distingue en tant que pôle économique grâce à des entreprises innovatrices actives au niveau international, des employés qualifiés et motivés, un système de formation reconnu au niveau international, une infrastructure remarquablement développée ainsi que des performances de pointe dans la recherche et le développement. Grâce à sa situation géographique centrale, l'Allemagne est aussi une interface aux nouveaux marchés d'Europe du Sud et de l'Est, également au-delà des nouvelles frontières extérieures à l'UE.

Economie de marché sociale

Le système économique allemand est organisé selon le principe de « l’économie de marché sociale ». La constitution allemande ne prescrit certes pas un système économique donné mais, en ancrant le principe de l’Etat social, elle exclut une « économie de marché libre » absolue. Le concept de l'économie de marché sociale qui remonte au premier Ministre de l'Economie de la République fédérale Ludwig Erhard qui devint plus tard Chancelier fédéral est garanti par l’association des forces du marché et des mesures sociopolitiques.

Le modèle de l’économie de marché sociale doit, dans certaines mesures, permettre le libre jeu des forces du marché et empêcher les excès asociaux des événements du marché. L'offre de produits augmentera et se différenciera, les fournisseurs seront motivés pour les innovations, les revenus et les bénéfices seront répartis en fonction de la performance individuelle. L’économie de marché sociale empêche parallèlement une accumulation exagérée de pouvoir économique, assure la participation des salariés aux décisions économiques fondamentales et de ce fait leur association aux acquis sociaux.

La mission de l’Etat et de la politique est à cet effet de créer un cadre concurrentiel fonctionnel et de modérer les différents intérêts. Il doit parallèlement favoriser la volonté et la capacité des hommes d’agir avec un sens de responsabilité personnelle et de faire preuve de davantage d’autonomie.

Champion du monde de l’exportation

La vie économique de l’Allemagne est, comme pratiquement aucun autre pays industrialisé, empreinte d’un caractère international. Un euro sur trois est réalisé grâce aux exportations ; un emploi sur quatre pratiquement dépend du commerce extérieur. L'excédent du commerce extérieur allemand s’élevait en 2003 à 129 milliards d’euros. L’Allemagne est le champion du monde de l’exportation de produits – devançant même les Etats-Unis.

La haute compétitivité internationale de l'Allemagne apparaît très distinctement dans l’importance et la croissance rapide de l’exportation de produits. L’augmentation des investissements directs consentis par des entreprises internationales en Allemagne souligne également la bonne situation de l'économie allemande.

Les principaux partenaires commerciaux de l'Allemagne sont les pays industriels occidentaux. Les relations commerciales les plus étroites sont à cet effet entretenues avec les membres de l'Union européenne, avec lesquels l'Allemagne réalise plus de la moitié de son chiffre d'affaires du commerce extérieur. Presque 72 pour cent des exportations allemandes restent dans l'espace européen ; 71 pour cent des importations allemandes proviennent également de l'Europe. La France est également restée, en 2003, le partenaire commercial le plus important. Les Pays-Bas et les Etats-Unis la suivaient pour les importations. Les principaux acheteurs de produits et services allemands sont, après la France, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. Les Etats d’Europe Centrale et d’Europe de l’Est – notamment la Pologne, la République Tchèque et la Hongrie – prennent également une importance croissante dans le commerce extérieur allemand.

Position de leader international

L’Allemagne fait partie des pays industrialisés leaders dans le monde entier. L’industrie allemande a pu, au cours des dernières années, considérablement accroître sa compétitivité et consolider sa position de leader sur les marchés internationaux.

L'industrie allemande affirme également sa forte position en Europe. Ainsi, entre 1995 et 2001, la part allemande de la production de l'UE a augmenté dans l'industrie automobile de 48,2 à 52,6 pour cent, dans la construction mécanique de 42,3 à 44,4 pour cent et dans le secteur de la fabrication des machines de bureau et des appareils de traitement des données de 24,9 à 29,7 pour cent.

Entre 1991 et 2002, le produit intérieur brut (la valeur de toutes les marchandises et de tous les services produits) a augmenté de 1.710 milliards d’euros à 1.984 milliards d’euros. La faiblesse conjoncturelle mondiale a engendré le ralentissement de la croissance en 2002. Avec sa performance économique totale, l'Allemagne occupe cependant la troisième place au niveau international.

Branches et secteurs

L’industrie, avec une part traditionnellement très élevée de la production économique dans son ensemble est la branche de l'économie la plus importante de l'Allemagne. Les 49 000 entreprises industrielles allemandes emploient presque 6,4 millions de personnes. Elles réalisent ensemble un chiffre d'affaires supérieur à 1,3 billions d'euros. 98 pour cent de toutes les entreprises industrielles allemandes sont des moyennes entreprises employant jusqu’à 500 personnes qui dégagent environ 33 pour cent du chiffre d'affaires industriel

Outre l'industrie, le secteur des prestations de service joue également un rôle prépondérant et a entre-temps presque atteint la dimension de l'industrie. L’artisanat est une particularité allemande et la pièce maîtresse traditionnelle de la vie économique. Avec ses quelques 863 000 entreprises, c'est le secteur économique le plus varié d’Allemagne, dans lequel travaillent 14 pour cent des 36 millions d'employés au total.

L'industrie allemande présente un très vaste spectre et occupe, dans le monde entier, une position prépondérante dans de nombreuses branches. L'Allemagne est le troisième plus grand producteur automobile du monde, plus de 70 pour cent des véhicules qui y sont produits sont destinés à l'exportation. Le secteur de la construction de machines et d’installations auquel la plupart des entreprises de l'industrie allemande appartiennent, est également d'une importance internationale considérable.

L’Allemagne est également leader du monde dans le domaine de l’industrie chimique. La technologie de l’utilisation des énergies renouvelables ainsi que l’informatique et la biotechnologie font également partie des branches allemandes les plus innovatrices avec des taux de croissance supérieurs à la moyenne.

L’Allemagne, un site de foires

Les foires et salons spécialisés font partie des branches de prestations de service prépondérantes de l'économie allemande. En matière d’organisation de foires internationales, le site de foire constitué par l’Allemagne est le numéro un mondial. Parmi les foires globalement prépondérantes des différentes branches, deux tiers environ ont lieu en Allemagne - dont la Foire de Hanovre en tant que plus grande foire industrielle mondiale, la foire du livre de Francfort, le salon de l’informatique Cebit ou le salon international de l’automobile (S.I.A.) de Francfort-sur-le-Main. Cinq des dix organisateurs de foires du monde réalisant les plus grands chiffres d’affaires ont également leur siège en Allemagne.

Investir en Allemagne

La Coupe du Monde de Football de 2006 organisée par l’Allemagne doit également être utilisée pour présenter les avantages de l’Allemagne en tant que pôle économique. L’Etat a, à cet effet, créé la "Standort-Marketing-Agentur Invest in Germany GmbH". Elle est le premier interlocuteur des entreprises internationales intéressées par des investissements en Allemagne. Lorsque celles-ci envisagent cette possibilité et ont besoin d’informations sur le pôle économique, l’agence leur apporte un soutien rapide et non bureaucratique. "Invest in Germany" répond aussi bien aux questions concernant la situation économique en Allemagne qu’à celles ayant trait aux conditions cadres légales, aux régimes fiscaux, aux modalités d’entrée dans le pays et de séjour, aux mesures d’encouragement, etc.

Lorsque des investisseurs potentiels poursuivent déjà une idée de projet concrète, des données et faits importants sur la branche concernée sont mis à leur disposition, des contacts avec les organismes d’encouragement à l’économie des Länder et avec d’autres organismes - en rapport avec leur projet - sont établis et des entretiens avec des sociétés partenaires potentielles d’Allemagne sont, si nécessaire, organisés.

Campagne de promotion du lieu d'implantation et de l'image de l'Allemagne

A l'occasion de la Coupe du Monde de Football de 2006, l'Allemagne sera présentée en tant que lieu d’implantation puissant, moderne et innovateur. Le Gouvernement fédéral et l'économie allemande représentés par la BDI plus de 20 entreprises cotées en bourse et d’autres sociétés veulent saisir la chance extraordinaire offerte par la Coupe du Monde pour une campagne de promotion du lieu d'implantation et de l'image du pays.

Cette campagne permettra de promouvoir l'Allemagne, pays organisateur de la Coupe du Monde, dans le pays même et à l’étranger. Elle doit renforcer l’image de l’Allemagne au niveau national et international. La campagne est apolitique et doit être soutenue par de célèbres personnalités mondaines. La campagne doit être officiellement présentée en mars.

Source:*http://wm2006.deutschland.de

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Re: Situation économique allemande

le Mar 14 Juin - 0:30
Indicateurs économiques

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

wikipedia

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message Re: Situation économique allemande

le Jeu 13 Oct - 23:16
Croissance ralentie en 2012, déficit public en baisse

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La croissance du Produit intérieur brut (PIB) allemand va nettement ralentir l'an prochain, ont pronostiqué jeudi les principaux instituts de conjoncture de la première économie européenne, alors que le pays va subir les effets d'une crise financière qui fait tache d'huile.

Le PIB devrait grimper de 0,8% seulement en 2012, après 2,9% attendu cette année, soit nettement moins que la précédente prévision de ces mêmes instituts (+2%) et que la prévision officielle du gouvernement (+1,8%).

Dans un environnement dégradé, le déficit public de l'Allemagne devrait toutefois continuer à fondre, s'établissant à 0,9% cette année et 0,6% l'an prochain, les efforts d'économie et les solides recettes fiscales de cette année portant leurs fruits.
Mais l'Allemagne, dont l'économie fortement exportatrice s'est redressée avec vigueur après la récession de 2009, ne pourra pas se soustraire aux effets de la crise des finances publiques européennes, en passe de déboucher sur une crise bancaire, prédisent les économistes.

"Du fait de la situation difficile d'importants partenaires, le commerce extérieur ne devrait plus participer à la croissance", écrivent-ils.

La crise de la dette qui fait rage, et les débats qui l'accompagnent, conduisent en outre à "une crise de confiance" qui devrait freiner la demande intérieure. Les problèmes des banques, qui apparaissent de plus en plus fragiles, vont se traduire par des conditions de financement difficiles qui vont handicaper l'investissement.
Ces difficultés devraient culminer au quatrième trimestre de cette année, avec un recul du PIB (-0,2%). Les instituts prévoient une croissance positive sur tous les trimestres de l'an prochain, mais très modeste.

Toute pessimiste que soit l'appréciation des économistes, l'Allemagne devrait donc échapper à une récession (deux trimestres consécutifs de contraction du PIB).
Et, bonne nouvelle, le marché du travail devrait continuer à relativement bien se porter, avec un nouveau recul du chômage, attendu à 6,7% l'an prochain en moyenne. Le chômage allemand est à son plus bas depuis 20 ans.

Les prévisions bi-annuelles des instituts servent de base aux estimations officielles du gouvernement, qui va publier ses prévisions réajustées jeudi prochain.

http://leparisien.fr

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Contenu sponsorisé

Sujet / Message Re: Situation économique allemande

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum