Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Mer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Sam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Dim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Ven 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Mer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Sam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Lun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Mar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Mar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Lun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Jeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Jeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Sam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Mer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Lun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Jeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Mar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Mer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Mar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Lun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Dim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Lun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Lun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Mars 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Système éducatif de la République populaire de Chine

Aller en bas

Sujet / Message Système éducatif de la République populaire de Chine

Message par Syfou le Ven 15 Juil - 23:24

Le système éducatif chinois

Afin de permettre de mieux répondre aux évolutions du monde contemporain et aux attentes de la population chinoise, le système éducatif chinois a entamé une réforme sans précédent. Cette réforme englobe tous les aspects éducatifs des établissements préscolaires à la formation continue, y compris les objectifs pédagogiques, la place des enseignants et des chercheurs, la coopération internationale. Un énorme effort a été lancé en 1995 pour accroître les taux de scolarisation dans l'enseignement secondaire et supérieur. I . La réforme en cours Plusieurs objectifs ont été fixés : généraliser la scolarisation obligatoire pendant neuf années (actuellement, seuls les trois-quarts d'une classe d'âge suivent une scolarité de 9 ans) ; supprimer l'illettrisme ; développer l'enseignement secondaire technique, l'enseignement pour adultes et la formation continue ; améliorer le niveau d'éducation des filles, des minorités nationales et dans les régions pauvres ; rénover et construire des bâtiments pour la recherche et l'enseignement afin d'augmenter la capacité d'accueil des étudiants. Pour réaliser ce plan ambitieux, les autorités ont délégué une partie conséquente de la gestion des infrastructures éducatives aux provinces, municipalités et régions autonomes, tout en conservant leurs prérogatives dans les domaines de la politique éducative et de sa mise en œuvre. Petit à petit une « carte scolaire » apparaît.

Cette politique aboutit, dans la pratique, à la fusion d'un certain nombre d'établissements et à la création de nombreux établissements privés (environ 50 000 établissements pour 16 millions d'étudiants scolarisés dans le privé). On assiste à l'émergence d'un "marché de l'éducation" qui suscite l'apparition de nouvelles offres (cours du soir, écoles pour les enfants des travailleurs migrants, agences facilitant les études à l'étranger). Cela induit une concurrence entre les établissements qui les pousse à s'adapter plus précisément à la demande des étudiants. À travers une augmentation significative des droits d'inscription, les établissements financent partiellement leur modernisation (les frais d'inscription dans une université sont d'au moins 3500 à 5000 RMB, soit trois à quatre fois le salaire mensuel moyen).

Le financement des études constitue désormais un budget important pour les familles. II. La revalorisation du statut de l'enseignant Le statut des enseignants est en cours de revalorisation, particulièrement d'un point de vue financier, afin d'éviter que les enseignants n'aillent chercher des revenus complémentaires dans des activités annexes (enseignement privé ou activités commerciales). En effet, les enseignants de lycée touchent à l'ordre de 1321 RMB (159 USD) par mois à Pékin et 1000 RMB dans les campagnes. Pour réduire l'important retard en matière de pédagogie, des formations en didactique et sur le contenu pédagogique sont désormais proposées à un nombre croissant d'enseignants. Les enseignants en surnombre, ou non qualifiés, sont licenciés.. Afin d'accroître la qualité des enseignants, un système de concours de recrutement et d'inspection se met en place : 65% des enseignants du collège et 95% des enseignants du primaire satisfont aux récents critères de qualité.

Ces chiffres sont en constante croissance. Le gouvernement tente de mettre en place une rotation des enseignants entre les campagnes et les villes pour réduire les disparités. III. Le concours d'entrée à l'université La compétition pour accéder à l'enseignement supérieur est sévère. Dans les dernières années du secondaire, les élèves concentrent leurs efforts sur la préparation du concours d'entrée à l'université: le "gaokao". Un échec au gaokao signifie bouleverse les perspectives d'avenir d'un jeune Chinois. Sur les 5, 27 millions à s'être présentés aux épreuves du gaokao en 2002 (les autorités chinoises prévoient un nombre supérieur à 8 millions pour 2005), un peu plus de la moitié ont été admis dans une université. Les réformes initiées en 1999 tendant à élargir l'accès à l'enseignement supérieur se heurtent aux limites de la capacité d'accueil des établissements et du budget consacré à l'éducation.

Commandée par la forte demande d'études supérieures des jeunes générations chinoises, la réforme actuelle du gaokao porte à la fois sur le contenu des épreuves et sur la modernisation du système d'inscription des futurs étudiants. Dans sa forme initiale, le gaokao se compose de trois épreuves fondamentales: chinois, mathématiques, anglais. Une des formules expérimentées et à l'œuvre par exemple à Canton, Pékin et Shanghai est la formule "3+1", dans laquelle s'adjoint une épreuve de synthèse à orientation soit scientifique (physique, chimie, biologie) soit littéraire (histoire, géographie, politique). L'objectif est de permettre au candidat de s'orienter vers un domaine de spécialité. La mise en œuvre de ces expérimentations est décentralisée, ce qui fait que dans l'état actuel les modalités du gaokao varient selon les provinces, voire selon les villes. En outre, la note minimale d'admission est fixée au niveau provincial (ou municipalité ou région autonomes), en fonction des priorités locales de développement.

Il en résulte une situation complexe et de grande disparité où les conditions d'équité entre les candidats à l'échelle de la Chine sont discutées. D'autant plus que pour recruter leurs futurs étudiants, les universités se réfèrent exclusivement à la note obtenue au gaokao. IV. L'enseignement supérieur L'examen national d'entrée à l'université n'admet que 13% d'une classe d'âge (cf. tableau 5). La volonté politique affichée est d'accroître ces effectifs pour atteindre, à l'horizon 2010, 15% d'une classe d'âge. Cet objectif a d'importantes répercussions sur la politique de construction des établissements et sur le recrutement des enseignants. L'augmentation devrait bénéficier plutôt aux formations techniques (elles ont gagné 5 points en deux ans) puisque désormais les étudiants partent seuls à la recherche d'un emploi et que les besoins actuels sont forts dans ces domaines. À travers la généralisation de formations supérieures techniques, en deux ou trois ans, une nouvelle frange d'étudiants issus de l'enseignement général ou spécialisé accède à l'université.

Une forte proportion des étudiants qui n'accèdent pas à l'université se tourne vers des diplômes d'autodidacte : plusieurs millions par an s'inscrivent à des cours du soir et à des examens spécifiques. Les 1225 établissements supérieurs bénéficient de plusieurs tutelles : - les universités dépendant directement d'un ministère (il s'agit des universités d'excellence) ; - les universités dépendant partiellement d'un ministère et d'un gouvernement provincial ; - les universités dépendant directement des gouvernements de province ; - les universités dépendant directement des municipalités. Pour les formations supérieures initiales, on distingue : - les formations courtes professionnelles en deux ans (dazhuan, Bac+2, en instituts professionnels) ; - les formations générales et professionnalisantes en trois ans (dazhuan, Bac+3, en universités ou en instituts professionnels) ; - les formations générales en quatre ans (benke, Bac+4, uniquement en universités, qui correspondent aux formations « undergraduate » du système anglo-saxon) ; - les formations en trois ans qui suivent le benke (shuoshi, bac+5 à bac+7, qui correspondent aux « masters » du système anglo-saxon) ; - le doctorat (boshi, bac+8 à bac+10, les filières doctorales sont peu nombreuses et réservées aux meilleures universités). Pour ce qui est du personnel enseignant, on distingue : - les professeurs habilités à diriger des doctorats (ils soutiennent une habilitation à diriger des recherches en plus de leur doctorat) ; - les professeurs (ils doivent être titulaires d'un doctorat) ; - les professeurs associés (ils ne sont pas titulaires d'un doctorat) ; - les assistants. V. Les programmes d'excellence et l'ouverture internationale des universités Le Ministère chinois de l'Éducation a identifié, dans un certain nombre d'établissements, des filières d'excellence qu'il intitule « disciplines clés d'État » (State Key Specialities). Trois disciplines (cf. tableau 8] concentrent la majorité des effectifs des étudiants et ont absorbé la plus grande partie de l'accroissement des effectifs entre 1998 et 2001 : les études d'ingénieur, l'économie/gestion ainsi que les lettres et langues. Ces disciplines indiquent sans doute la volonté d'ouverture de la Chine et sont à privilégier dans la coopération universitaire. Les universités renforcent de plus en plus leurs liens avec le monde des entreprises.

Le gouvernement a lancé en 1994 le "Programme 211" afin de promouvoir 100 universités d'excellence pour le 21ème siècle, qui bénéficient d'un soutien accru de la part du Ministère et des provinces. Les dix meilleures universités de Chine se sont regroupées en une association pour acquérir, d'ici vingt ans, une dimension internationale de premier plan. D'autres se regroupent, fusionnent, pour atteindre le seuil critique de reconnaissance internationale. Ces réorganisations sont un préalable au contrat signé entre l'État et les établissements. L'ouverture internationale des établissements se poursuit à un rythme rapide depuis ces vingt dernières années. La République populaire de Chine accueille actuellement environ 80000 experts étrangers par an dont 13000 pour le compte des établissements du supérieur. Les étudiants ont trois possibilités pour partir à l'étranger : dans le cadre d'accords inter-universitaires, dans le cadre des bourses gérées par le CSC (China Scholarship Council) avec d'autres pays, dans le cadre d'un autofinancement des étudiants qui implique de passer par les agences d'intermédiaires chinois agréées par le Ministère chinois de l'éducation. Les diplômes conjoints délivrés en Chine avec des établissements étrangers sont, depuis l'an 2000, soumis à quota et très encadrés. VI. Un engouement croissant pour les études supérieures à l'étranger Le nombre d'étudiants partis à l'étranger a doublé entre 2000 et 2001, atteignant près de 84 000 étudiants en 2001 (cf. tableau 9). Le constat que les possibilités offertes par l'enseignement supérieur chinois sont limitées, le désir d'une plus grande ouverture, la possibilité d'une carrière plus intéressante et mieux rémunérée, la perspective d'une mobilité internationale sont les principaux éléments qui incitent la jeunesse chinoise à étudier à l'étranger.

La combinaison de ces différents facteurs conduit à supposer que le nombre d'étudiants chinois désireux de partir à l'étranger va continuer de croître rapidement au cours des prochaines années. Cela s'explique par l'impossibilité pour les établissements supérieurs de répondre favorablement aux attentes des lycéens qui sortent ces dernières années en nombre croissant des établissements secondaires. Les demandes d'élèves sortant directement du lycée et désireux de poursuivre des études en France devraient croître considérablement d'ici deux à trois ans. D'autre part, le nombre très réduit de filières doctorales conduit beaucoup d'étudiants, y compris les diplômés des meilleures universités, à souhaiter partir à l'étranger dès l'obtention d'un premier diplôme chinois. Afin d'augmenter le taux de retour des étudiants chinois partis à l'étranger (41% actuellement), les provinces et les municipalités proposent des conditions attractives pour leur réinstallation : logement, nouvelles infrastructures éducatives, création de parcs spécialisés dans les sciences et les techniques, exonérations d'impôts pour les entreprises ayant fortement investi (cf. Pékin), ouvertures de classes bilingues pour leurs enfants qui ne maîtriseraient pas suffisamment la langue chinoise. L'adhésion de la Chine à l'OMC, et par conséquent l'espoir d'un développement économique rapide, rend également le retour au pays plus attractif.

VII. La formation professionnelle et technique La formation professionnelle est une des priorités du gouvernement actuel afin d'une part, d'adapter la main d'œuvre aux évolutions du marché du travail (du fait notamment des licenciements dans les grandes entreprises d'Etat), et d'autre part de répondre à la demande de formation des personnes qui ont échoué aux examens d'entrée dans le secondaire ou dans le supérieur. Là encore, les initiatives ont été décentralisées et la formation professionnelle et technique est liée aux priorités de développement des autorités locales. Une association nationale non gouvernementale regroupe 114 établissements accueillant 80000 adultes. Près de 10 millions de personnes ont bénéficié de ce type d'enseignement dans tous les domaines, qu'ils soient du secteur industriel ou tertiaire. Il est à noter une grande disparité des établissements tant en fonction du type de formation proposée qu'en ce qui concerne la qualité de l'enseignement. L'enseignement professionnel, quel que soit le niveau, n'a pas été exclu des réformes et les autorités incitent les rapprochements avec des établissements étrangers afin de favoriser son évolution vers les standards occidentaux.

Face à l'ouverture grandissante de la Chine, la jeunesse chinoise, qui connaît une nette amélioration de son pouvoir d'achat principalement en zone urbaine, souhaite allonger la durée de ses études. Le système chinois héritier d'un modèle très sélectif et restreint par des questions de budget, a du mal à répondre à une aussi forte demande. Les études à l'étranger sont considérées par beaucoup de jeunes comme un moyen de remédier aux limites actuelles du système éducatif chinois.

http://amb-chine.fr

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum