Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.

Situation linguistique de la Nouvelle-Zélande 120px-10

http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Situation linguistique de la Nouvelle-Zélande EmptyMer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Situation linguistique de la Nouvelle-Zélande EmptySam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Situation linguistique de la Nouvelle-Zélande EmptyDim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Situation linguistique de la Nouvelle-Zélande EmptyVen 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Situation linguistique de la Nouvelle-Zélande EmptyMer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Situation linguistique de la Nouvelle-Zélande EmptySam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Situation linguistique de la Nouvelle-Zélande EmptyLun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Situation linguistique de la Nouvelle-Zélande EmptyMar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Situation linguistique de la Nouvelle-Zélande EmptyMar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Situation linguistique de la Nouvelle-Zélande EmptyLun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Situation linguistique de la Nouvelle-Zélande EmptyJeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Situation linguistique de la Nouvelle-Zélande EmptyJeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Situation linguistique de la Nouvelle-Zélande EmptySam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Situation linguistique de la Nouvelle-Zélande EmptyMer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Situation linguistique de la Nouvelle-Zélande EmptyLun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Situation linguistique de la Nouvelle-Zélande EmptyJeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Situation linguistique de la Nouvelle-Zélande EmptyMar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Situation linguistique de la Nouvelle-Zélande EmptyMer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Situation linguistique de la Nouvelle-Zélande EmptyMar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Situation linguistique de la Nouvelle-Zélande EmptyLun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Situation linguistique de la Nouvelle-Zélande EmptyDim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Situation linguistique de la Nouvelle-Zélande EmptyLun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Situation linguistique de la Nouvelle-Zélande EmptyLun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Situation linguistique de la Nouvelle-Zélande Empty
Mai 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Situation linguistique de la Nouvelle-Zélande

Aller en bas

Sujet / Message Situation linguistique de la Nouvelle-Zélande

Message par Sphinx le Mer 20 Juil - 21:33

Situation linguistique de la Nouvelle-Zélande

Situation linguistique de la Nouvelle-Zélande Nlle-z10

Nouvelle-Zélande indépendante

La Nouvelle-Zélande devint un État indépendant de la Grande-Bretagne en 1907, mais le pays resta gouverné par les Britanniques néo-zélandais. Après la Première Guerre mondiale, la «question maorie» refit surface, surtout au cours des années trente, pour s'intensifier au début des années soixante avec le militantisme maori. Les principales revendications des Maoris portaient sur la restitution des terres reconnue dans le fameux traité de Waitangi (1840). En 1975, un tribunal Waitangi fut créé afin d'étudier les revendications maories concernant les terres et leur dédommagement, et de formuler des recommandations à ce sujet. Ce tribunal possédait les pouvoirs d’une commission d’enquête, qui furent renforcés en 1985 par l’adoption du Waitangi Amendment Act («Loi modifiant le traité du Waitangi»). Le tribunal Waitangi était constitué de membres de la magistrature de la Nouvelle-Zélande, d’Aînés et de chefs maoris, ainsi que d'un certain nombre de participants maoris et non maoris. Bien que les recommandations du tribunal ne soient pas exécutoires, elles ont permis de faire avancer le débat. Par exemple, le gouvernement de la Nouvelle-Zélande a reconnu que le système de la raupatu constituait une violation du traité de Waitangi.

Au début des années quatre-vingt-dix, d'énormes portions du territoire néo-zélandais firent l'objet de réclamations auprès des tribunaux. La plupart des litiges concernaient les nombreuses terres appartenant à l'État. En 1994, un accord entre les Maoris de Waikato et le gouvernement permit de régler de nombreux litiges avec des tribus particulières. Cependant, les progrès apparurent fort lents, ce qui fit réapparaître la contestation maorie, cette fois avec une certaine violence. En fait, la contestation maorie a remis en cause les institutions néo-zélandaises en revendiquant la «souveraineté maorie» avec comme point de départ la restitution des «terres spoliées» par les colons britanniques au cours du XIXe siècle. Pour le gouvernement néo-zélandais, le traité de Waitangi ne reconnaissait aucunement un quelconque droit à l'autodétermination, encore moins un droit à la sécession, ce qui remettrait en cause l'existence même du pays.

Finalement, le 22 mai 1994, James Bolger et Dame Arkinui Te Atairangikaahu (reine des Tainu), la plus importante fédération tribale maorie, signèrent un accord réglant les litiges concernant quelque 50 000 hectares de terres saisis illégalement par les colons européens au cours des années 1860. Cet accord comprenait des remboursements ainsi que la restitution des terres contrôlées par le gouvernement d'une valeur estimée à 116 millions de dollars US. En 1995, la reine d'Angleterre, Elizabeth II, offrait ses excuses au peuple maori, tandis que le gouvernement néo-zélandais restituait une bonne part des territoires revendiqués.

Toutefois, la question maorie semble se poursuivre, car les Maoris sont aux prises avec de nombreuses difficultés telles que le taux de chômage élevé, une criminalité peu enviable, l'abandon scolaire généralisé, la violence familiale endémique, etc. Par ailleurs, en raison de leur droit sur les terres issues du traité de Waitangi, les Maoris refusent que le gouvernement adopte une loi garantissant l'accès au littoral à tout citoyen néo-zélandais. Le gouvernement de la Nouvelle-Zélande s’était engagé à verser un règlement global (connu sous le nom d'«enveloppe fiscale») de l’ordre de un milliard de dollars néo-zélandais, ce qui excluait l’indemnité versée aux tiers. Ce règlement a, lui aussi, fait l’objet d’un litige. Les Maoris considèrent cette somme «artificielle» et «insuffisante». Le gouvernement actuel a fini par supprimer le «plafond» sur les ententes, mais son souvenir constitue encore une menace pour les Maoris.

Données démolinguistiques

La population compte 3,5 millions d'habitants et elle est composée majoritairement de descendants d'Anglais, d'Écossais, de Gallois et d'Irlandais (76 %). Lors du recensement de 1991, les Néo-Zélandais de souche européenne ou nés en Europe constituaient 79,5 % de la population, alors que 12,9 % de la population est d’origine maorie ou en partie maorie. Le troisième groupe ethnique le plus important est constitué de Polynésiens (5 %) venus principalement des îles Samoa (samoan), Cook (maori), Niué (niuéen), Tonga (tongau), Tokelau (tokelauan) et des Fidji (fidjien). Suivent quelques petits groupes ethniques dont des Chinois (0,6 %) et des Indiens (0,4 %) et des Vietnamiens (0,4 %). Par ailleurs, quelque 3,5 % des Néo-Zélandais estiment appartenir à deux groupes ethniques ou plus: européen-maori, européen-polynésien, européen-indien-chinois, maori-polynésien, etc.

L'anglais est la langue principale utilisée par la majorité de la population et dans la vie publique. En effet, 92 % des Néo-Zélandais parlent l’anglais comme langue maternelle. Mais la Nouvelle-Zélande est caractérisée notamment par la présence de ses autochtones, les Maoris (ou Tangata Whenua), qui forment 12,9 % de la population. Ils parlent en principe le maori, une langue du groupe malayo-polynésien oriental (sous-groupe océanien) appartenant à la famille austronésienne et apparentée au tahitien et à l'hawaïen.

Sur une population d'environ 310 000 personnes d'origine maorie, seulement 30 000 à 50 000 Maoris parlent encore couramment leur langue polynésienne. Très peu de Maoris sont unilingues maoris, la plus grande partie d'entre eux ne connaissant que l'anglais ou sont bilingues. La plupart des Maoris vivent dans l'île du Nord. En fait, ce territoire fait partie d’un ensemble plus vaste couvrant une grande partie du Pacifique et formant ce qu’on appelé le triangle polynésien, dont les sommets sont Hawaï au nord, l’île de Pâques au sud-est et la Nouvelle-Zélande au sud-ouest.


La législation linguistique

La Constitution de la Nouvelle-Zélande ne fait aucune référence à la langue. L'anglais n'est proclamé langue officielle dans aucun texte juridique néo-zélandais, sauf dans de vieilles lois anglaises qui ne sont plus en vigueur. Paradoxalement, seule la langue maorie fait l'objet d'une reconnaissance juridique par la Loi sur la langue maorie (Maori Language Act) de 1987. Autrement dit, l'anglais est la langue officielle de facto (selon le fait), le maori est une langue officielle de jure (selon le droit). Ainsi, la Nouvelle-Zélande est officiellement un État bilingue; il reste à voir comment la Nouvelle-Zélande applique son bilinguisme institutionnel.

La Loi sur la langue maorie fait donc du maori l'une des deux langues officielles de la Nouvelle-Zélande. L'article 3 se lit comme suit:

Section 3
Māori language to be an official language of New Zealand
The Māori language is hereby declared to be an official language of New Zealand.


Article 3
La langue maorie, langue officielle de la Nouvelle-Zélande

Il est par les présentes déclaré que la langue maorie est une langue officielle de la Nouvelle-Zélande.


La loi garantit le droit d'expression en maori dans les tribunaux (art. 4) et établit par l'article 6 le Commissariat à la langue maorie (appelé te Taura Whiri i te Reo Maori). Le Commissariat a pour objectif de promouvoir la langue maorie en tant que "langue du quotidien". Aujourd'hui, même si peu de gens parlent le maori, tous les discours officiels commencent par quelques mots de maori, avant de passer définitivement à l'anglais que tout le monde comprend et parle partout au pays.

Les domaines de la législation et des tribunaux



Les langues d'enseignement

Dans le domaine de l'enseignement, l'anglais est obligatoire de la maternelle à l'université. Les Maoris peuvent recevoir un enseignement dans leur langue à la maternelle et au premier cycle du primaire (trois premières années) seulement, mais les écoles maories sont rares et disponibles seulement dans les régions où la minorité est concentrée. Quoi qu'il en soit, l'anglais est incontournable puisque les cours de mathématiques et les cours d'anglais sont dispensés uniquement dans cette langue. De plus, la pénurie du matériel pédagogique en maori et le manque de professeurs (seulement 4 % sont maoris) capables d'enseigner cette langue rendent l'enseignement du maori peu accessible. Les élèves dont la langue maternelle est l'une des langues polynésiennes ou une langue d'une autre communauté linguistique ont également les mêmes possibilités d'utiliser leur propre langue dans le cadre de leur scolarité.

Au secondaire, il n'y a ni écoles ni cours en langue maorie; les professeurs sont libres toutefois de donner des cours sur la culture et l'histoire maorie. Le ministère de l'Éducation prépare du matériel pédagogique qu'il distribue dans les écoles afin de favoriser ce type d'enseignement. Mais le Ministère veut également promouvoir le caractère multiculturel de la Nouvelle-Zélande; il en résulte que les éléments reliés à la culture maorie sont souvent noyés dans les contenus propres aux cultures européennes, polynésiennes et asiatiques. Bref, le système établi en Nouvelle-Zélande vise moins à assurer la survivance de la langue et de la culture maorie qu'à promouvoir une éducation bilingue transitoire afin que les Maoris puissent s'intégrer à la majorité anglophone du pays.

Le domaine du travail

Dans le monde du travail, particulièrement le monde des affaires, l'anglais est presque exclusivement utilisé. La visibilité du maori est marginale, on ne le perçoit que dans l'affichage administratif, surtout dans les municipalités maories, au ministère des Affaires étrangères et à la Bibliothèque nationale. La signalisation routière est en anglais seulement. La plupart des noms de lieu de la Nouvelle-Zélande portent des noms maoris. Le National Geographic Board, qui détient une autorité absolue sur l'usage officiel des noms de lieu, n'accepte pas le principe d'une toponymie bilingue. Sur les plaques odonymiques (noms de rues), beaucoup de dénominations spécifiques sont en langue maorie, mais le terme générique est toujours en anglais (p. ex., Kowhai Road). Les enseignes et la publicité commerciale ne paraissent qu'en anglais, à l'exception des boutiques à vocation touristique où le japonais et le chinois sont présents. Enfin, si les règlements ponctuels et les consignes relatives à la sécurité ne paraissent qu'en anglais, certaines agences gouvernementales publient assez souvent des dépliants destinés au grand public non seulement en maori, mais également en samoan, en niuan (île Niue), en tokelauan (île Tokelau), etc.

Le degré de satisfaction des groupes minoritaires est plutôt élevé dans le cas des immigrants, souvent trop heureux de s'intégrer à la majorité anglophone du pays. Par contre, les Maoris se déclarent tout à fait insatisfaits des droits qui leur sont reconnus. Ils revendiquent beaucoup plus de services dans leur langue, particulièrement dans l'administration, la justice, l'enseignement et le milieu de travail. Plusieurs demandent une nouvelle loi sur la langue maori qui transposerait leurs droits dans les faits et les étendrait dans diverses domaines, particulièrement à l'école.

De plus, les Maoris ne veulent plus que leurs droits ne leur soient concédés que seulement s'il y a une demande expresse. Les leaders de la communauté maorie désirent que l'usage du maori soit étendu à tout le système scolaire et disponible à tout élève maori, que plus de ressources humaines soient consacrées à la formation des professeurs et que le ministère de l'Éducation prévoit des programmes complets en langue maorie. Enfin, on demande une extension des émissions de radio et de télévision en maori.

Dans le domaine de l'affichage, la langue maorie est pratiquement inexistante. Toutes les affiches, tous les panneaux publicitaires et TOUS les panneaux routiers n'apparaissent qu'en anglais, sauf dans de rarissimes exceptions. Or, la Nouvelle-Zélande est un pays officiellement bilingue, mais l'une des langues est manifestement plus visible que l'autre.

Dans l'état actuel des choses, on peut estimer que les droits reconnus aux Maoris sont tellement restreints qu'ils deviennent presque symboliques, à l'instar des discours politiques qui commencent toujours par quelques mots en maori.

http://tlfq.ulaval.ca



Loi sur la langue maorie de 1987

http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/pacifique/nlle-zelande-loi-1987.htm

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
Situation linguistique de la Nouvelle-Zélande Sphinx10


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum