Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Meilleurs posteurs
8022 Messages - 42%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
140 Messages - 1%
128 Messages - 1%
94 Messages - 0%
87 Messages - 0%
Galerie


Octobre 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    

Calendrier

Connexion

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message Sayyid Qutb

le Jeu 28 Juil - 6:01
Sayyid Qutb

Sayyid Qutb (arabe : سيد قطب) né le 9 octobre 1906 et exécuté par pendaison le 29 août 1966 était un poète, essayiste, et critique littéraire égyptien, puis un militant musulman membre des Frères musulmans.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Sayyid Qutb en prison

Parcours

Journaliste dans plusieurs revues égyptiennes et panarabes. Il fut durant les années 1930 et 1940 proche du cercle d'écrivains nationalistes du Parti Wafd qui comptait parmi ses éminents membres l'écrivain Abbas Al-Akkad.
Il entreprit d'étudier le Coran pour des raisons académiques dans les années 1940, de ces études sont nés deux ouvrages, "La figuration artistique dans le Coran" (à la base de l'approche qu'il adopta dans son commentaire du Coran), et "Scènes du jour de la résurrection" (reprenant les idées du livre précédent et l'appliquant aux scènes de l'au-delà citées dans le Coran). Ces travaux lui ont fait découvrir le Coran d'une manière radicalement différente de ce qu'il lui a été enseigné à l'école coranique de son village natal.

Son engagement en faveur de l'islam se fera sentir plus clairement à partir de La justice sociale en Islam publié en 1949.
Alors qu'il était fonctionnaire du ministère de l'Éducation égyptien, il fut envoyé aux États-Unis en 1948 au motif officiel d'étudier les programmes pédagogiques de l'école américaine. Son frère Mohammad Qutb soutient que ses critiques virulentes du 1er ministre égyptien et de la monarchie constituaient la véritable raison de son éloignement.

À son retour en Égypte en 1950 il dénonça la société américaine qu'il jugea individualiste et spirituellement vide : un peuple qui atteint des sommités dans les domaines de la science et du travail, cependant qu'il est au stade primitif dans les domaines des sentiments et du comportement, ne dépassant guère l'état de la première humanité, voire plus bas encore dans certains aspects sentimentaux et comportementaux. Il mit en garde le monde musulman de plonger dans le même « gouffre » en abandonnant l'islam.

Il se rapprocha des Frères musulmans (FM), avant d'intégrer leur organisation en 1953 et de prendre la direction de leur publication. En tant que membre des FM, il a joué un rôle culturel de premier plan, cependant, il est resté éloigné des activités politiques de l'association.

Dans un contexte de luttes pour l'indépendance dans les pays arabes, il dénonça dans ses écrits et ses interventions à la radio, la colonisation et la répression sauvage qui s'est abattue sur les mouvements de libération nationales. Ainsi, de 1952 à 1954, Il signe des dizaines d'articles et de pamphlets : sur la colonisation européenne, sur le sort des minorités musulmanes dans les pays de l'Est, sur la philosophie de l'islam , et sur l'infiltration idéologique visant le monde arabe.

En 1952, les frères musulmans participèrent au putsch des officiers libres qui renversa la monarchie. Ainsi, durant les mois qui ont suivi, l'organisation des Frères musulmans est le principal soutien du nouveau régime. Sayyed Qutb est dans un premier temps proche des officiers libres. Mais, il rompt avec eux pour protester contre les orientations idéologiques du nouveau régime.

En février 1954, Nasser devient président de l'Égypte. Il inscrit le pas dans une orientation socialiste et prononce la dissolution de toute forme d'organisation politique ou syndicale, ceux appartenant aux Frères musulmans y compris.

Quelques mois plus tard, le 26 octobre 1954, Nasser fait l'objet d'un attentat dont il sortira légèrement blessé (on parle du Complot de Manshiya que beaucoup dénoncent comme une machination du régime). Consécutivement à cet attentat, Sayyid Qutb ainsi que des milliers d'autres frères musulmans sont arrêtés et condamnés à de lourdes peines, Sayyid Qutb écopera de quinze années de travaux forcés. Il est, cependant, relâché en mai 1964 quand le président irakien Abdel Salam Aref intervînt en sa faveur.

Le 30 août 1965, Nasser accusa officiellement les Frères musulmans, dissouts en 1954, d’avoir reconstitué leur association. S'ensuit une série d'arrestations de personnalités de sensibilité Frère musulmane. Sayyid Qutb, lui-même, est arrêté après avoir écrit une lettre de protestation contre ces arrestations et celle de son frère particulièrement. Il est accusé lors de son procès d'avoir constitué un groupe armé et condamné à mort par pendaison (accusations que Qutb nie dans un document rédigé en prison).



Durant les années de prison, il termine la rédaction du livre qui fera sa notoriété : Fi Zilaal Al-Quraan (Sous l'ombre du Coran), et il écrit son autre livre majeur : Maâlim fi Tarîq (Jalons sur la route). Beaucoup disent que c'est ce dernier livre qui constitue le véritable motif de sa condamnation à mort car il aurait été jugé subversif pour l'État égyptien qui, du reste, le fit censurer.

Pensée

Dans les années 1950 et 1960 Qutb établit une doctrine fondée sur le concept de Jahiliya (état d'ignorance de l'islam) : il faut créer un État islamique fidèle au Coran en remplaçant les hommes à la tête du pouvoir grâce à une révolte sociale.

Ses travaux se sont spécialisés sur le Tawhid Hakimiyya (unicité divine dans l'autorité politique) : un véritable État musulman est un état qui reconnaît l'autorité de Dieu en matière légale. Un état bâti sur des lois humaines ou qui abolit les lois coraniques pour les remplacer par des lois positives est un état tyrannique (de l'arabe "taghout" qui renvoie aussi bien à "Tyran" qu'à "Idole"), qu'il qualifia donc de mécréant. Cela a justifié la lutte contre l'État socialiste nassérien.

Sayyid Qutb est cependant considéré parfois comme un innovateur (dans le sens religieux), notamment par une partie des salafistes. Ces derniers, lui reprochent surtout ses écrits sur le dogme islamique entre autres, sa croyance en ce qui s'appelle wahdat al-wujud, ses commentaires des sourates al-hadid (le fer) et al-iklhas (le monothéisme pur), ainsi que le fait qu'il fut l'un des pères du renouveau du takfir.
Il écrit un grand nombre de livres politiques et théologiques, dont le plus connu est Jalons sur la route de l'islam (1964).

Il élimine toute référence à l'arabisme dans ses derniers écrits, rompant avec l'islamo-nationalisme de Hassan Al-Banna et d'autres penseurs des Frères Musulmans.
Les idées de Sayyid Qutb se résument schématiquement ainsi :
L'islam est en crise. Les millions de gens qui se réclament de l'islam n'en comprennent en réalité pas grand chose, ils ne sont pas de vrais musulmans. Qutb prononce donc une condamnation très forte de la société égyptienne contemporaine.

Un retour aux vraies valeurs de l'islam est nécessaire. Malheureusement les masses populaires manipulées par le nassérisme sont incapables de s’en sortir. Il appartient donc a une élite de guider les masses en jouant le même rôle que celui des compagnons du prophète de l'islam, cette élite qu'il appellera dans plus d'un ouvrage annawâte assoulba (littéralement le noyau dur). Le but étant de réislamiser la société.

L'islam apporte une solution complète à tous les problèmes, politiques, économiques, sociaux. En revanche, les influences occidentales sont dangereuses et nuisibles. Il dénie le qualificatif de "civilisation" (notamment dans son livre Moushkilât al-hadâra : Problèmes de la civilisation) aux blocs de l'est (socialiste) et de l'ouest (capitaliste), qu'il renvoie dos à dos comme représentant deux face d'une même entité qu'il appelle la "Jahiliya" (littéralement : état d'ignorance).

L'idée d'une "lutte contre les Juifs" fut aussi présente dans la pensée de Sayyid Qutb, qui écrivit au début des années 50 l'opuscule Notre combat contre les Juifs. Dans son commentaire de la sourate 5, Sayyid Qutb réaffirmera l’accusation : « Depuis les premiers jours de l’islam, le monde musulman a toujours dû affronter des problèmes issus de complots juifs. (…) Leurs intrigues ont continué jusqu’à aujourd’hui et ils continuent à en ourdir de nouvelles. »

Œuvres

Al 'adalah al ijtimâ'iah fil Islam (La justice sociale en Islam); pierre angulaire du rôle social des mouvements islamistes tels que les Frères Musulmans.
Fi Zilal al Qur'an (Sous les ombrages du Coran). Écrit en prison, il s'agit d'un commentaire du Coran.
Ma'alim fi tarîq (Jalons sur la route). Il est composé de 8 chapitres dont quatre sont pris de son commentaire du Coran. Ce devait être le premier tome d'une série de trois livres portant le même titre. Mais il fut exécuté avant de pouvoir publier les tomes suivants. Ce livre représente les conseils que Sayyid Qutb voulait adresser à ses disciples.
Haza dîne (cette religion).
Mouchkilâte Al-hadhâra (les problèmes de la civilisation).
Attaswîr Al-fanni fil Quraan (la figuration artistique dans le Coran).
ainsi que plus de vingt autres ouvrages.

Études

Olivier Carré et Michel Seurat, Les Frères musulmans (1928-1982), L’Harmattan, 1983.
Olivier Carré, Mystique et politique. Lecture révolutionnaire du Coran par Sayyid Qutb, Frère musulman radical, Presses de la FNSP et Éditions du Cerf, 1984.
Olivier Carré, L’Utopie islamique dans l’Orient arabe, Presses de la FNSP, 1991.

Wikipedia

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message Re: Sayyid Qutb

le Jeu 28 Juil - 6:12
Sayyid Qutb et Michel ‘Aflaq : Deux idéologues rivaux de la révolte arabe (Clément STEUER)

Partie I : Deux idéologies révolutionnaires

Les deux auteurs qui nous intéressent ici appartiennent donc à la même génération, celle qui est née dans les premières années du XXème siècle, et qui accède à l’âge adulte alors même que le Moyen-Orient est tombé aux mains des puissances occidentales, suite au démantèlement de l’Empire ottoman. Tous deux, ils sont sensibilisés très tôt aux questions politiques, par un père militant dans un sens nationaliste. Ils bénéficient d’une formation intellectuelle solide, ayant chacun suivi des études universitaires longues, dans des écoles dispensant un savoir moderne. C’est au cours de leurs séjours respectifs dans des pays occidentaux que leur parcours politique prend un tournant décisif. C’est en effet en France que Michel ‘Aflaq commence à militer dans des organisations nationalistes arabes, tandis que Sayyid Qutb adhère à la vision islamiste du monde lors de son séjour aux Etats-Unis. Tous deux ont connu une carrière d’enseignant, d’homme de lettre et de journaliste avant de se consacrer entièrement au combat politique. C’est d’ailleurs là que réside leur dernier point commun : nos deux idéologues ne se sont pas contentés de penser la politique, mais se sont au contraire engagés activement dans l’action politique concrète.

L’étude de leurs biographies respectives permet parallèlement de mettre en lumière les différences qui distinguent Michel ‘Aflaq et Sayyid Qutb. Alors que le premier est un Chrétien de Syrie, son rival est un Musulman sunnite égyptien. La formation qu’ils ont suivie à l’étranger s’est déroulée dans deux pays occidentaux forts différents, et il n’est d’ailleurs pas exclu d’imaginer que le nationalisme jacobin et laïciste des Français a exercé une certaine influence sur la pensée de Michel ‘Aflaq, tandis que le patriotisme messianique et fortement imprégné de religiosité des Américain a pu jouer un rôle dans la vision qutbienne de la mission universelle de la ‘Umma. Par ailleurs, alors que le penseur syrien a fondé un parti destiné à incarner son idéologie, son rival égyptien s’est contenté de rejoindre une organisation déjà existante – les Frères musulmans –, avant d’imprimer à celle-ci une marque indélébile. Enfin, et cela n’est pas négligeable, alors que l’activité littéraire de Michel ‘Aflaq témoigne d’un mal-être existentiel, d’une souffrance morale face à la situation de sa Nation, c’est dans sa propre chair que Sayyid Qutb a souffert avant de rédiger ses ouvrages les plus importants.

Quoi qu’il en soit, le panarabisme et l’islamisme sont deux idéologies mêlant le politique au religieux. En effet, Sayyid Qutb manifeste la volonté de soumettre le champ du politique à la religion, et ce faisant, il politise le discours religieux, à son corps défendant. De son côté, Michel ‘Aflaq développe un projet séculier, organisé autour d’une “Nation” sacralisée, en laquelle il demande aux militants d’avoir foi. Le fondateur du Ba‘ath développe donc un discours religieux autour d’objets profanes. Ces deux idéologies sont néanmoins révolutionnaires dans le sens où elles prétendent donner naissance à un nouveau type de société (Chap. I), et que le passage à ce monde nouveau doit se réaliser de manière violente (Chap. II).

« La guerre entre les dieux ou du moins entre les fidèles des dieux
surgit si le culte dû à un dieu contredit directement le culte dû à un autre »
Max Weber, Le savant et le politique..

Lire la suite sur:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum