Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Meilleurs posteurs
8022 Messages - 43%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
128 Messages - 1%
94 Messages - 0%
87 Messages - 0%
87 Messages - 0%
Galerie


Août 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Calendrier

Connexion

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message Coup d'Etat au Honduras

le Lun 8 Aoû - 5:52
Honduras


Spoiler:
(Armoiries du Honduras)

Le Honduras, en forme longue la République du Honduras, en espagnol República de Honduras, est un pays situé en Amérique centrale, limité au nord par la Mer des Caraïbes, qui compte de nombreuses îles, cayes et îlots dont les plus importants sont les Islas de la Bahía et les Îles du Cygne (voir version anglaise ou espagnole pour plus d'informations). Le Honduras est aussi bordé à l'est par le Nicaragua, à l'ouest par le Guatemala et au sud par le Golfe de Fonseca, le Salvador et le Nicaragua.


Coup d'Etat au Honduras

Des militaires ont arrêté à l'aube le président Manuel Zelaya, qui était sur le point d'organiser ce dimanche une consultation populaire jugée illégale par la Cour suprême. L'Organisation des Etats américains doit se réunir d'urgence.


Spoiler:
Des militaires empêchent l'accès à la résidence présidentielle à
Tegucigalpa, dimanche. (© AFP Orlando Sierra)

Des militaires ont arrêté à l'aube le président du Honduras, Manuel Zelaya, et l'ont conduit au Costa Rica. Le chef de l'Etat avait décidé d'organiser ce dimanche une consultation populaire, malgré l'opposition de l'armée, du Parlement et de la Cour suprême, qui avait jugé ce scrutin illégal.

L'Organisation des Etats américains (OEA) a annoncé qu'elle tiendrait une réunion d'urgence, tandis que Barack Obama s'est dit «très préoccupé». Le président socialiste de Bolivie, Evo Morales, a dénoncé un «coup d'Etat».

La présidente argentine Cristina Kirchner a de son côté qualifié le coup d'Etat de «retour à la barbarie» en Amérique latine et exigé que le président «soit rétabli dans ses fonctions».

Zelaya, conservateur élu en 2006 pour un mandat de quatre ans non renouvelable, avait opéré un net virage à gauche après son élection et s'était rapproché des dirigeants de gauche antilibéraux de la région comme Evo Morales ou le président vénézuélien Hugo Chavez. Il avait convoqué les électeurs ce dimanche pour ouvrir la voie à une révision de la Constitution qui lui permettrait de briguer un deuxième mandat le 29 novembre.

Son projet était dénoncé par l'opposition mais aussi par des dirigeants du Parti libéral, la propre formation de Manuel Zelaya.

Coups de feu

Selon un voisin interrogé par la chaîne de télévision Radiocadena Voces, quatre commandos d'environ 200 soldats se sont rendus au domicile de Manuel Zelaya aux alentours de 6 heures du matin. Les militaires ont tiré «quatre coups de feu», puis sont repartis à bord de trois véhicules en direction de la base aérienne.

La maison du chef de l'Etat était entourée par des dizaines de militaires fortement armés, a confirmé un photographe de l'AFP.

Les retransmissions des chaînes de télévision 36 et 8 ont été interrompues. Juste avant, le présentateur de la seconde avait eu le temps de déclarer: «Il semble que les militaires se dirigent vers ici», puis d'appeler la population à se rassembler sur la place de la Liberté.

Selon des médias locaux, les urnes installées pour la consultation populaire ont disparu à l'aube dans plusieurs bureaux de vote.

Soulèvement

Un climat de crise politique régnait dans le pays depuis le milieu de semaine, Manuel Zelaya ayant lui-même forcé jeudi l'entrée d'une base militaire pour récupérer les urnes qui y étaient entreposées.

La veille, Manuel Zelaya avait limogé le chef d'état-major général, le général Romeo Vasquez, devant le refus des militaires de distribuer le matériel de vote.

Jeudi matin, des troupes avaient été déployées dans la capitale, faisant craindre un soulèvement militaire, même si l'armée avait ensuite assuré vouloir seulement garantir l'ordre public.

Le Congrès national avait également évoqué la possibilité de son éventuelle destitution vendredi, avant de faire marche arrière en raison de l'absence de soutien des militaires.

Source :AFP / l'an 2009

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 31
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Re: Coup d'Etat au Honduras

le Mar 22 Nov - 23:31
Putsch au Honduras

[url]
Putsch au Honduras par nocommenttv[/url]

Chavez a accusé les Américains de collusion avec les putschistes, qu’en est-il ?

Je ne dirais pas que Obama tient tout ça avec ses petites mains, d’abord parce que la position officielle des USA est est inédite. Tout d'abord assez prudente, elle s'est ensuite clarifiée dans le bon sens. Obama a clairement condamné le coup d'Etat et demande le retour de la constitutionnalité. Il a compris que les Etats-Unis ne peuvent que suivre la dynamique d'ensemble. L'administration américaine devait, à certains niveaux et du fait de la présence de ses militaires et conseillers sur place, connaître les intentions des putschistes. Mais elle n’était sans doute pas en leur faveur. Ceci dit, et c'est là qu'il faut interpréter les propos de Chavez, il est fort possible que des éléments de la CIA et du Pentagone sur place soient plus que bienveillants à l’égard des putschistes. En Amérique centrale, l'influence de John Negroponte, ancien diplomate au Honduras, et connu pour être un faucon de l’administration Bush, reste significative. Ces gens là ont fait des « enfants » si j’ose dire. Mais à Washington, l’administration semble avoir compris que les putschistes ne tiennent pas la route. Ils mesurent que c’est intenable. Par ailleurs, tous les gouvernements latino-américains ont condamné le coup d’Etat et demandé le retour à l’état de droit, même chose au niveau de l’organisation des Etats américains, à l’ONU , et au sein de l’union européenne qui a demandé le retour du président légalement élu.

Ce coup d’Etat peut-il avoir des conséquences politiques en Amérique Latine ?

L’Amérique Latine était le continent champion du monde des coups d’états. Depuis l’élection de Chavez en 1998 - et l'échec du coup d'Etat organisé contre lui en 2002 -, les gouvernements n’étaient plus renversés par l’oligarchie. C’était un acquis, il y a des gouvernements de gauche. Cela impose un autre rapport de forces notamment avec les Etats-Unis. Ce qui s’est passé là est toutefois alarmant car cela montre que les tentatives de déstabilisation continuent et que la victoire de la démocratie est toujours fragile. Mais c'est également très interessant car l'évolution de la situation ( soutien unanime des peuples, mais également des Etats démocratiques à Zelaya, isolement des putschistes, entrée en scène de l'Alba dans cette crise, etc.) indique que les choses ne se passent plus comme avant. Il faut ajouter que sur place, alors que la répression se développe et est très inquiétante, il y a des mouvements populaires, notamment paysans, qui se constituent pour demander le retour de Zelaya. Les enseignants ont appelé à une grève illimitée.
Toutes ces réalités sont malheureusement largement occultées par le traitement médiatique dominant. Il est hallucinant de voir certains médias en France, comme Le Monde ou Libération, se demander s'il s'agit réellement d'un coup d'Etat. L'indignation démocratique de ces derniers est, pour le moins, sélective...

http://marianne2.fr

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum