Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Meilleurs posteurs
8022 Messages - 42%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
153 Messages - 1%
128 Messages - 1%
94 Messages - 0%
87 Messages - 0%
Galerie


Novembre 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Calendrier

Connexion

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message Kadria

le Lun 3 Oct - 0:44
Kadria

Est l’une des plus anciennes et des plus importantes confréries de l’islam. Elle tire son nom du grand soufi Abdel el-Kader el-Djilani.

Mahi ed-Din Abou Mohammed Abdel el-Kader el-Djilani, plus communément appelé Abdel el-Kader el-Djilani, était né en 1077 dans le disstrict de Gilan ** et vécut à Bagdad oû il étudia la philologie et le droit avant de s’intéresser au soufisme. Il fut vite jugé digne d’en porter le signe distinctif, le manteau soufi ou khirqa , et commença à prêcher en public, d’abord devant une assemblée réduite . Sa réputation s’accroissant rapidement, il reçut une chaire à Bagdad . Celle-ci ne suffisait déjà plus; il dut se déplacer à l’extérieur de la ville . On raconte que ses sermons avaient une telle force que beaucoup de chrétiens et de juifs se convertirent à l’islam . Il faut, exhortait-il les musulmans, << prier non seulement pour nous-mêmes, mais encore pour tous ceux que Dieu a créés semblables à nous >>.
Toute son œuvre est empreinte d’amour. Nulle trace de malveillance ou d’hostilité à l’égard des << gens des Ecritures***>>, si ce n’est pas le souhait de voir Allah les éclairer pour les amener à corriger leurs erreurs en matière religieuse . Une vénération particulière était vouée à Sidna Aïssa****, à cause de l’immence charité que fut la vie de ce prophète d’Allah . Le vœu d’El-Djilani était de << fermer pour l’humanité les portes de l’enfer et lui ouvrir celles du paradis >>.
Ses écrits mystiques et théologiques furent commentés dans plusieurs langues de l’air musulmane, l’arabe, le turc et l’hindoustani .
L’enseignement ne lui suffisant plus , El-Djilani se mit pendant un certain temps à parcourir le monde et à prêcher. Ainsi naquit un << ordre >> religieux qui portera pour la postérité son nom, la tariqa des kadria . Mort à quatre-vingt-dix ans, il devait être parmi tous les saints le plus vénéré , ce qui lui valut le titre de Soltane es salihine , Sultan des saints.
Les missionnaires, dont ses neuf fils, savant reconnus, qui se répandirent de l’Andalousie à Bagdad, propagèrent sa doctrine.
De nos jours encore, il n’est pas de mendiant, en terre d’Islam, qui ne demande l’aumône en son nom, de souffreteux qui n’implore sa pitié, de déshérité qui n’en appelle à sa clémence.
Pir Abd el-Kader el-Djilani en Extrême-Orient et en Inde, Sidi ou Moulay Abd el-Kader au Mghreb, il est incontestablement le plus populaire de tous les saints.
Nulle confrérie ne connut l’implantation et le développement de la kadria; des multiples branches virent le jour. Les dirigeants de chacune d’elles, les mokaddem, jouiront d’une véritable indépendance sans que le contact avec la maison mère de Bagdad soit jamais rompu. Une unité de tradition, de pratique et de dhikr est maintenue.
Note
** Sud de la mer Caspienne.D'ou il tire son nom, El-Gilani ( de Gilan ).
***Sidna Aissa : N.S.Jésus-Christ.
**** Les chétiens et les hébreux.

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message Re: Kadria

le Lun 3 Oct - 1:05
(*) - Dans Kitab Nassab el Khîrqa, Ibn Arabi reçut en 2OO6 à la Mecque ce manteau (ou froc) initiatique des mains du Chaykh Djamal Eddin Yûnus al Abassi qui le tenait directement de Abdelkader Jilani. Cette investiture établissait entre Ibn Arabi et Abdelkader une relation particulière.

Parmi les disciples de Sidi Abdelkader citons également, ‘Umar al Bazzâz (mort en 1211) et Abû Al Badr al Tamâshîki, que le chaykh al akbar rencontra à Baghdad.

Moulana Abdelkader fut également «un savant professeur et un propagateur actif et empressé du soufisme ; il nous a laissé un grand nombre d'ouvrages mystiques et théologiques…La culture de son esprit était immense.»

L'enseignement du haut de la chaire ne suffisait plus à son âme pleine d'ardeur et de vivacité, aussi il décida de prendre son bâton de voyageur pour parcourir le monde. Ce ne fut qu'après 25 ans de retraite qu'il résolut de revenir parmi les hommes. On dit qu'il visita un nombre incalculable de pays, affectionnant plus particulièrement le Maghreb ! Il n'est pas de ville ou de bourg qui n'ait reçu le passage du saint homme.

Au Maroc comme en Algérie on célèbre le Maître de Baghdad, le juriste et le muphti hanbélite, (affectueusement appelé chez nous Djelloul Ould Kheïra, en hommage à la maman de Sidi Abdelkader ; Djelloul comme Djilali - pour Jilani - sont des prénoms très répandus, presque autant que Ghouti, pour el Ghût, et Boumédien pour Abû Madyan à Tlemcen!).



L'ordre religieux des Qadrya se distingue par l'esprit de charité qui guide ses adeptes, puis vient la pratique du Dikr «La illah a illa Allah» dans ses formulations diverses.

A l'évidence, les préoccupations spirituelles des Qadrya reproduisent, d'une façon générale, le cheminement initiatique du tasawwuf : «…la recherche, par l'exercice de la vie contemplative et les pratiques pieuses, d'un état de pureté morale et de spiritualisme parfait pour permettre à l'âme des rapports plus directs avec son Créateur et Maître». Pour le fondateur de la confrérie «la walâya est l'ombre de la fonction prophétique (zill al nubuwwa)» comme la fonction prophétique est l'ombre de la fonction divine.

L'ordre des Qadrya fait remonter la généalogie du saint fondateur jusqu'à Ali Ben Abî Taleb, puis continue par Seth, Cham, Noé et le prophète Adam, père de l'humanité. Ainsi «Adam fut créé avec de la boue, la boue vient de la terre, la terre de l'écume, l'écume des flots, les flots de l'eau, l'eau de l'Esprit de Dieu, l'Esprit de Dieu de Sa Puissance, Sa Puissance de Sa Volonté, Sa Volonté de Sa Science !»

Pour la tariqa Qadrya, la chariâ ( la Loi ) est le fondement indispensable, le socle sur lequel repose toute démarche spirituelle. Ainsi la célèbre medersa du hanbali Abdelkader el Jilani s'était évertuée à harmoniser la chariâ et la spiritualité. De leur côté les adeptes de la Qadrya précisent que «le grand saint s'était toujours refusé à évoquer toute dimension métaphysique dans son œuvre pour se consacrer exclusivement aux aspects pratiques de la Voie».

D'ailleurs les écrits qu'il a laissés sont étudiés, jusqu'à nos jours, dans toutes les terres d'Islam comme dans plusieurs pays du monde (notamment un traité complet sur le soufisme Ghûniat li tâlibî tariq el hâq, ainsi que Fûtûhât el ghayb, Djalâ îl el khatir, al Fath errabânî (ces deux derniers ouvrages sont des recueils de sermons) ; à ces titres il faudrait ajouter des livres contenant des formules de prières ou des poésies mystiques.

Prenant son essor dès l'époque fatémide (de 909 à 1171) le culte des saints eut pour signe tangible la ziara à leurs sanctuaires. Il s'agirait, à en croire les khouans, d'une adhésion de l'esprit à l'hommage rendu à un chaykh ; à partir du XIII ème siècle cet acte prend une formidable ampleur au Maghreb «il oriente la piété populaire et se nourrit de l'enseignement savant des maîtres et de leur doctrine de sainteté». Lorsque l'audience d'une tariqa augmente jusqu'à mobiliser une grande foule de prosélytes, il arrive qu'un chaykh désigne son fils ou son neveu (à l'exemple d'Ibn Abî Khayr Rafa'î au XI ème siècle) pour lui succéder à la tête de la confrérie. Ce fut le cas de Abdelkader Jilani ; une véritable dynastie familiale apparut à Baghdad ; il est vrai que le maître avait vécu assez longtemps - de 1O78 à 1166 soit près de 88 ans - pour parvenir à engendrer 16 garçons et 3 filles ! Parmi ses enfants neuf furent d'éminents savants, citons entre autres :

- Chaykh Aïssa, mort à Karaf en 1178 ; auteur d'un traité sur le soufisme Latâ'if al-Anouar.

- Chaykh Brahim, dont la postérité existe encore à Fes et à Damas. Il est mort en 1195 à Ouarita en Irak.

- Chaykh Abdelaziz qui émigra à Fes.

- Lalla Setti, à laquelle nous consacrerons ci-après un chapitre particulier (morte et enterrée à Tlemcen durant le premier quart du XIII ème siècle)

Abdelkader Jilani, en prêchant les saines doctrines fonda cet ordre religieux des Qadrya «qui subsiste aujourd'hui plein de sève et de force expansive» grâce aux nombreux missionnaires qui parcoururent le monde et plus particulièrement sa descendance à laquelle Dieu avait accordé Sa Protection. (*)

(*) - Un de nos amis, éminent spécialiste du tasawwuf nous parlait avec enthousiasme du rang de Moqaddem occupé par l'Emir Abdelkader dans la tariqa Qadrya ; lequel s'affirma comme un véritable disciple (à travers les siècles) de Sidi Abdelkader et d'Ibn Arabi ; à ce propos, nous partageons l'opinion de ceux qui s'accordent à penser que toute l'œuvre de l'Emir Abdelkader El Djazaïri vise à restaurer l'Islam dans sa dimension universelle. Parmi les grandes figures de l'histoire contemporaine qui affichèrent leur fierté d'appartenir à la confrérie des Qadrya citons Mohammed Iqbal, le fondateur du Pakistan (mort en 1938) ainsi que Hadj Ahmed Messali, le père de l'Algérie libre.

A la mort du grand chaykh, le 11 février 1166, la direction spirituelle de l'ordre des Qadrya échut à son fils Abdelaziz et s'est perpétuée jusqu'à nos jours dans sa famille.

Cependant, s'il nous faut conclure cette brève rétrospective sur la tariqa qadrya, rappelons que l'un des moments les plus extraordinaires dans le cheminement de la spiritualité islamique fut la rencontre entre Sidi Abdelkader Jilani et Abû Madyan. Voici en quels termes cet événement est rapporté dans El Boustan (p. 118) :

«- Abû Madyan, dit Et-Tadhely, se rendit en Orient le front environné de l'auréole des saints. Arrivé à la Mecque il se fit un devoir de suivre les leçons des maîtres les plus habiles et fréquenter la société des hommes distingués par leur savoir et leur piété. C'est à Arafa qu'il fit la connaissance du chaykh Abdelkader el Jilani sous la direction duquel il étudia d'abord à la Mecque - ensuite à Baghdad où il le suivit - une grande partie des hadith. Sidi Abdelkader el Jilani le revêtit du froc des soufis, lui communiqua la plupart de ses secrets, et l'arma des splendeurs des lumières, en sorte que Abû Madyan se glorifiait de l'avoir eu pour maître et qu'il le considérait comme le plus éminent de tous ses éminents professeurs !...»

http://vitaminedz.com

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum