Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Mer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Sam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Dim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Ven 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Mer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Sam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Lun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Mar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Mar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Lun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Jeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Jeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Sam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Mer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Lun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Jeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Mar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Mer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Mar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Lun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Dim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Lun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Lun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Mars 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Guerre d'indépendance espagnole

Aller en bas

Sujet / Message Guerre d'indépendance espagnole

Message par Daûphin_zz_47 le Dim 20 Nov - 16:13

Guerre d'indépendance espagnole

La Guerre d'indépendance espagnole est une guerre qui opposa la France et l'Espagne à partir de 1808.
Ce conflit porte les noms suivants selon les pays :
campagne d’Espagne pour les Français, ou encore guerre d’Espagne, à ne pas confondre avec d’autres conflits désignés aussi sous le même terme ;
guerre d’indépendance pour les Espagnols ;
guerre péninsulaire pour les Portugais et les anglophones.
La guerre commença en 1808 lorsque Madrid se souleva contre l’armée française stationnée dans la capitale espagnole. L’insurrection se généralisa à tout le pays après que Napoléon obtint l’abdication du roi d’Espagne au profit du frère de l’empereur, Joseph. L’armée française se heurta à une guérilla, puis à l’armée britannique, venue aider le Portugal. Débordés, les soldats de l’empereur durent refluer en deçà des Pyrénées en 1813. L’invasion de la France par les Espagnols, Britanniques, et Portugais commandés par Wellington, devenait imminente.

Origines : la crise monarchique espagnole et l’occupation française

L’Espagne était, après le traité de San Ildefonso signé par le prince Manuel Godoy en 1796, une fidèle alliée de la France et c’est avec elle qu’elle subit la terrible défaite de Trafalgar en 1805. La perte de toutes communications avec ses colonies d’outre-mer lui fit rechercher des compensations territoriales sur le royaume voisin du Portugal, ceci avec le soutien de Napoléon; en effet, la monarchie était un fidèle allié du Royaume-Uni et refusait de fermer ces ports aux navires anglais. Ce fut la guerre dite des oranges qui se conclut le 6 juin 1801 par le Traité de Badajoz (1801).
En 1807, le Portugal refusant d'appliquer le Blocus Continental, Napoléon décida d'envoyer ses troupes dans la péninsule, officiellement pour envahir le Portugal qui représentait une faille notable dans son dispositif. Avec le Traité de Fontainebleau signé avec Charles IV, il obtint l'autorisation pour ses troupes, commandées par le général français Jean-Andoche Junot, de traverser l'Espagne pour châtier les Portugais. Ainsi débute la première tentative d'invasion du Portugal (18 octobre 1807).

Napoléon commença alors à se mêler des affaires espagnoles. Sous prétexte d’envoyer des renforts à Junot, il fit entrer en Espagne une armée commandée par Murat comme l'y autorisait le traité de Fontainebleau.

A ce moment, un coup d’État dirigé en sous-main par l’infant Ferdinand, renversa le roi Charles IV. Ferdinand, devenu Ferdinand VII, prit le pouvoir. Le roi déchu en appela à l’arbitrage de Napoléon. Celui-ci convoqua le père et le fils à la conférence de Bayonne (avril-mai 1808). Voyant l’état de décrépitude de la monarchie espagnole, l’empereur tenta de profiter de la situation pour mettre la main sur l’Espagne. Ses conseillers le poussaient : le ministre Champagny écrivait par exemple : « il est nécessaire qu’une main ferme vienne rétablir l’ordre dans son administration [celle de l’Espagne] et prévienne la ruine vers laquelle elle [l’Espagne] marche à grands pas ». Habitué à sa popularité et à la docilité de l’Italie et des Polonais, Napoléon crut bien sincèrement que les afrancesados (les partisans des Français) constituaient la majorité des Espagnols ; il se trompa grandement.
À Madrid, des rumeurs affirmaient que la famille royale espagnole était retenue en otage par Napoléon à Bayonne.
Le 2 mai 1808, appréhendant l’enlèvement de l’infant de la famille royale par la France, la population madrilène se souleva contre les troupes françaises, au moment même où Ferdinand et Charles se disputaient le trône d'Espagne devant l'Empereur. La rébellion fut écrasée dans le sang par Murat. Le célèbre tableau de Goya, Tres de mayo, rappelle les fusillades nées de cette répression. Napoléon crut pouvoir poursuivre son objectif : il força les deux souverains à abdiquer puis offrit la couronne vacante à son frère Joseph. C’était une grave erreur d’appréciation. L’Empire s’engageait dans une guerre contre toute la péninsule qui allait miner ses forces pendant près de 6 ans.

Une cruelle guérilla

Le guet-apens de Bayonne déclencha l’embrasement de l’Espagne. Malgré sa rapide répression, le soulèvement de Madrid inspira d’autres villes du pays : Carthagène, León, Santiago, Séville, Lérida et Saragosse. L’armée française était partout attaquée. Le 18 juillet 1808, le général Pierre Dupont de l'Étang et ses 20 000 hommes furent vaincus près de la petite ville andalouse de Bailén. Ce fut la première défaite retentissante de l’armée impériale en Europe continentale. En soi la défaite ne rendait pas la situation militaire des Français catastrophique mais elle eut un énorme impact psychologique pour leurs ennemis : les soldats de Napoléon pouvaient être battus.

Deux jours plus tard, malgré cet échec, Joseph Bonaparte, le nouveau roi d’Espagne, parvint à entrer à Madrid. Mais il ne put y rester longtemps.
De son côté, le général Junot dut évacuer le Portugal face à l’offensive des Britanniques du futur duc de Wellington. La dégradation de la situation inquiétait Napoléon.

L’empereur se rendit en personne en Espagne, à la tête de 80 000 soldats qu’il avait tirés d’Allemagne. Il ne resta que quelques mois (novembre 1808-janvier 1809) en Espagne mais son intervention assura la reprise en main des villes par les Français. Madrid, menacé d’un assaut, ouvrit ses portes au conquérant. Le 4 décembre 1808, dans une proclamation qu’il adressa aux habitants, il menaça de traiter l’Espagne en pays conquis, si elle persistait à ne pas reconnaître Joseph Napoléon pour roi. À regret, les Madrilènes virent une nouvelle fois le frère de l’empereur s’installer au palais royal.

Malgré la brillante campagne napoléonienne et les réformes mises en place (abolition des droits féodaux et de l’Inquisition), le pays était loin d’être soumis. Le contrôle des campagnes restait difficile. Les prêtres espagnols appelaient leurs fidèles à la croisade contre les Français. Les difficultés de l’occupant résidaient surtout dans la particularité du combat : les Espagnols pratiquaient la guérilla. Si les Français remportaient régulièrement des victoires contre l’armée régulière espagnole et prenaient d’assaut les villes, ils peinaient contre les petits groupes de résistants embusqués qui les harcelaient.

C'est aussi à cette époque (février 1809) que débuta la seconde tentative d'invasion française au Portugal commandée par le maréchal Soult. Elle se traduit par un nouvel échec français (mai 1809).

Une guerre civile

La guérilla réussit à provoquer l'enlisement du conflit. Les Français, qui avaient affaire à une hydre à mille têtes, ne manquaient pourtant pas de partisans, qu'on appelait afrancesados. Pour beaucoup imprégnés des idées des Lumières, ces derniers espéraient que l’occupation française mette à bas la féodalité et l’absolutisme espagnols. Cette guerre d’Espagne se doublait donc d’une guerre civile. Des atrocités - saccages, viols, profanations, agressions sadiques - furent commises par tous les camps.

Contre-attaque

Malgré les problèmes rencontrés en Espagne, Napoléon décide de mettre en œuvre des moyens considérables pour venir à bout du Portugal (juillet 1810). Il confie cette mission au maréchal Massena. Celui-ci va devoir faire face à une coalition anglo-portugaise commandée par Wellington. Il va très vite se heurter à une politique de la terre brûlée terriblement efficace et venir buter contre les Lignes de Torres Vedras construites dans le plus grand secret. Après avoir expulsé les Français du royaume portugais (mai 1811), Wellington peut envisager de poursuivre son offensive en Espagne. Ce seront les batailles de Fuentes de Oñoro ou encore celle de Ciudad Rodrigo qui permettront à Wellington d'avancer vers Madrid.

Constitution espagnole de 1812

Le 12 mars 1812, à Cadix, les Cortes adoptent la première Constitution espagnole.
Cette constitution n'a pas toujours été appliquée, elle fut abrogée et rétablie deux fois. Elle a cependant eu un rayonnement assez exceptionnel. Elle est en partie inspirée de la Constitution française de 1791 puisqu'elle opte pour un monocaméralisme et est aussi inspirée de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789. Elle consacre d'importants droits de l'homme et notamment un suffrage universel masculin.

Cette Constitution a été appliquée à Naples et à Turin et a largement influencé la Russie, dans la mesure où cette constitution s'appliquait aux Indes, alors colonies espagnoles.
La Constitution de Cadix a eu une influence non négligeable puisque certaines de ses dispositions se retrouvent dans la Constitution espagnole actuelle.

Un conflit international

La campagne de Russie obligea l’empereur à dégarnir de troupes l’Espagne. Wellington en profita et pénétra à Madrid le 11 août 1812. Les troupes britanniques, espagnoles et portugaises battirent les troupes françaises lors de la Bataille de Vitoria le 21 juin 1813. La fin pour les Français ? Non puisque le 3 novembre, Joseph put retourner dans la capitale espagnole. Mais ce n’était que le dernier sursaut. En quelques semaines, de mai à juillet 1813, Joseph et l’armée française reculèrent jusqu’aux Pyrénées. Napoléon comprit sa défaite et accepta, par le traité de Valençay, le retour de l’ancien roi d’Espagne, Ferdinand VII, dans son royaume. Début 1814, la Catalogne était reconquise par les Espagnols. La guerre d’Espagne s’achevait, mais à l’inverse débutait pour les Hispano-Britanniques la campagne de France qui allait amener la chute de Napoléon.

Conséquences de la guerre

Napoléon l’avoua à Sainte-Hélène : « cette malheureuse guerre d’Espagne a été une véritable plaie, la cause première des malheurs de la France ». On estime que le conflit retint 300 000 soldats français. L’Espagne fut un piège et un boulet pour la politique expansionniste de l’empereur.
Les Espagnols gardent un fier souvenir de cette guerre. Unis malgré leur divergences, ils ont réussi à repousser l'armée française. Grande animatrice de la résistance, l’Église catholique retrouva une nouvelle vigueur. Toutefois à la sortie de la guerre, le pays était dévasté. Il rata d’ailleurs le virage de la modernisation agricole et industrielle au xixe siècle. Autre point négatif du côté espagnol, les colonies d’Amérique du Sud profitèrent de la guerre pour s’émanciper de la métropole. Enfin, alors que le retour de Ferdinand VII en 1813 nourrissait beaucoup d’espoirs chez ses sujets, son règne ne permit pas de résoudre la crise politique. Le front commun né de la lutte contre Napoléon se brisa. L’Espagne retrouva ses divisions entre libéraux et ultra-conservateurs. Les Espagnols qui luttaient dans l’espoir de rétablir leur roi sur le trône, finirent par se révolter contre ce même roi en 1820.



Chronologie sommaire

1788
14 décembre
Avènement de Charles IV.
1791
L'Espagne prend position contre la Révolution Française en ce qu'elle ne respecte pas l'institution et la personne du roi.
1793
21 janvier
Exécution de Louis XVI, malgré les tentatives espagnoles pour le sauver.
7 mars
La Convention déclare 1a guerre à l'Espagne.
1795
2 juillet
Traité de Bâle. A compter de ce moment. L'Espagne est contrainte de soutenir la France contre l'Angleterre.
1796
Août
L'Espagne s'engage à lutter " perpétuellement " aux côtés de la France contre l'Angleterre.
1800
1 octobre
L'Espagne restitue la Louisiane à la France.
7 novembre
Lucien Bonaparte est nommé ambassadeur à Madrid.
1801
20 mai-6 juin
Guerre des Oranges entre l'Espagne et le Portugal. Le traité de Badajoz y met fin.
1802
25 mars
Paix d'Amiens.
1803
29 mars
Napoléon écrit à Charles IV pour lui demander de soutenir la France dans ses revendications contre l'Angleterre. Le roi ne répond pas.
20 mai
Rupture de la paix d'Amiens.
19 octobre
Godoy s'engage à verser 6 millions par mois pour aider la France dans sa lutte contre l'Angleterre.
1805
4 janvier
Convention navale franco-espagnole.
21 octobre
Bataille de Trafalgar.
1806
31 août
Arrivée d'une escadre anglaise à Lisbonne.
5 octobre
Manifeste belliqueux de Godoy. Sans le citer, il met Napoléon en cause. Quelques jours plus tard, à Berlin, Napoléon a la preuve du double jeu du gouvernement espagnol.
21 novembre
Décret sur le blocus continental.
1807
Juillet
Les partisans de Ferdinand entrent en contact avec l'ambassadeur Beauharnais. Ils veulent se débarrasser de Godoy au besoin en sacrifiant Charles IV. Pour s'assurer du soutien de Paris ils suggèrent que le prince des Asturies épouse une princesse française
Beauharnais prend leur parti.
Constitution à Bordeaux d'une armée d'invasion du Portugal.
11 octobre
Ferdinand écrit à Napoléon pour lui demander de le marier.
27 octobre
Convention franco-espagnole pour le partage du Portugal. Le même jour, Charles IV fait arrêter son fils et annonce qu'il organisera un procès public. Dans une lettre à Napoléon, il laisse entendre que c'est la France qui a poussé le prince des Asturies à comploter contre son père.
5 novembre
Charles IV gracie Ferdinand alors que l'armée française, sous prétexte des opérations au Portugal (Lisbonne sera prise le 30), se répand dans tout le nord de l'Espagne.
18 novembre
Cette fois, c'est Charles IV qui demande à Napoléon de marier son fils.
1808
20 février
Murat est nommé commandant en chef en Espagne.
18 mars
Emeutes d'Aranjuez, fomentées par les partisans de Ferdinand. Charles IV cède et destitue Godoy. Il abdique le lendemain en faveur du prince des Asturies. Il reprendra sa signature quelques jours plus tard.
26 mars
Apprenant la " révolution " d'Aranjuez. Napoléon opte pour une solution " française " à la crise.
14 avril
Napoléon arrive à Rayonne. Ferdinand en appelle à son arbitrage et prend la route pour le rejoindre, escorté par Savary.
26 avril
Godoy-expédié par Murat-arrive à Bayonne.
30 avril
Charles IV et Marie-Louise arrivent à Bayonne.


__
-------------
" Il ya deux manières d'ignorer les choses:
La première, c'est de les ignorer;
La seconde, c'est de les ignorer et croire qu'on les sait.
La seconde est pire que la première."



Peuple sans mémoire, peuple sans histoire





https://www.facebook.com/DIKKTARIOF

Daûphin_zz_47
Daûphin_zz_47
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 2215
Age : 37
Date d'inscription : 06/08/2010
Localisation : tlc

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum