Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Meilleurs posteurs
8022 Messages - 42%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
153 Messages - 1%
128 Messages - 1%
94 Messages - 0%
87 Messages - 0%
Galerie


Novembre 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Calendrier

Connexion

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message Economie hongroise

le Mar 22 Nov - 0:15
Economie hongroise

Après douze années de transition, la Hongrie a abordé le nouveau millénaire en affichant une bonne économie en pleine expansion. Le secteur privé représente plus de 80% du PIB. La propriété étrangère et l'investissement aux sociétés hongroises sont répandus, avec l'investissement direct étranger cumulatif se montant à plus de $23 milliards depuis 1989. La dette souveraine hongroise a été améliorée en l'an 2000, à la deuxième-haute estimation parmi toutes les économies de l'Europe centrale de transition. L'inflation a diminué sensiblement, de 14% en 1998 à un taux de 4.7% en l'an 2003, quand au chômage celui-ci a persisté autour du niveau de 6%. Le régime de parité dite à crémaillère mis en place en 1995 a créé un cadre stable et prévisible en ce qui concerne le commerce extérieur et préservé la compétitivité des entreprises nationales. Grâce à ce dispositif, au durcissement progressif de la politique budgétaire, à différents facteurs conjoncturels et à l'annonce régulière par le gouvernement de ses objectifs d'inflation, le processus désinflationniste s'est imposé dans les esprits et les équilibres intérieur et extérieur ont été rétablis. Au niveau microéconomique, la privatisation de l'industrie et du secteur bancaire, désormais ouverts à des investisseurs stratégiques, et l'application d'une stricte législation en matière de faillite ont permis la mise en place d' un cadre solide de gouvernement d'entreprise qui a renforcé la position de la Hongrie comme destination privilégiée de l'investissement direct étranger et a préparé le terrain à une croissance régulière et stable à la fois. Depuis l' an 1997, la croissance du PIB dépasse en moyenne 4,7 % et les exportations ont progressé à des taux à deux chiffres. En l' an 1997, le taux de croissance de la production industrielle touchait les 9 %. La Hongrie se caractérise par une croissance plutôt élevée, depuis quatre ans elle atteint un taux de 5 % annuel en l' an 2000. En 2001, une période de douze ans s'est fermée dans la vie de la Hongrie, pendant laquelle la transition est déroulée, et l'économie démontre une croissance importante mème à l'échelle Européenne. Ceci donne la mesure de la véritable mutation qui a été opérée dans l’économie Hongroise principalement sous l’effet de l’investissement direct en provenance de l’étranger. Les investisseurs étrangers ont placé plus de 21 milliards d'euros en Hongrie ce qui a eu pour résultat la fabrication des automobiles, le développement de la production des ordinateurs et de l' électronique. Les données du commerce extérieur indique que plus de 76% de l'exportation hongroise et plus de 70% de l'importation se réalise avec la participation de l' UE tout en augmentant la concentration de l'activité commerciale. Dès le début des années 90, la Hongrie, qui est membre du "CEFTA".

A diriger ses échanges commerciaux, vers les pays de l' Union Européenne. En l' an 2001, ses exportations affichaient un taux de 70 % qui étaient destinés à l' UE, puis un taux de 8,3 % vers les pays de L' OCDE. En ce qui concerne la croissance des exportations dans de nombreux secteurs, ils avaient fortement diminué au premier trismestre de l' an 2003. Puis une légère reprise s' est ressenti en fin d' année 2003, pour atteindre jusqu' à 6 %. A savoir que le taux d' inflation était de 4,9 % en fin d' année 2003. En 2003, le déficit budgétaire était tombé à moins 5 % du PIB. La structure de l'exportation hongroise ressemble à celle des pays les plus développés, dans laquelle l'industrie mécanique joue un rôle plus qu' important. Le pays à bien progressé dans sa mise aux normes. C' est près de 75 % de produits divers qui sont exportés en destination des marchés de l' Union. l' Allemagne est le partenaire économique de loin le plus important de la Hongrie. Les issues à court terme incluent la réduction du déficit de secteur public à 3 % en l' an 2004 et d'éviter des augmentations injustifiées des salaires.

Les Partenaires des Importations :

(Chiffres pour l' année 2002)
L' Allemagne avec un taux de : 24.2 %
L' Italie avec un taux de : 7.5 %
L' Autriche avec un taux de : 6.9 %
La Russie avec un taux de : 6.1 %
La Chine avec un taux de : 5.6 %
La France avec un taux de : 4.8 %
Le Japon avec un taux de : 4.2 %
Les Partenaires des Exports :
(Chiffres pour l' année 2002)
L' Allemagne avec un taux de : 35.5 %
L' Autriche avec un taux de : 7.1 %
L' Italie avec un taux de : 5.8 %
La France avec un taux de : 5.7 %
Royaume Uni avec un taux de : 4.7 %
Suède avec un taux de : 4.3 %
Hollande avec un taux de : 4.2 %
Les Investissements en Hongrie
Succés économique garanti jusqu' à présent, le gouvernement Hongroie exerce depuis l' an 2001, une marche vers le développement durable permettant l' ouvertuure à de nombreuses opportunités aux PME et PMI. La Hongrie a réussi son ouverture aux grands investisseurs,à travers la privatisation de toute l' industrie lourde et à gros volumes.
En l' an 2003 la situation était quelque peu morose. Aujourd' hui les opportunités ne manque pas, la situation est plus que favorable pour les investisseurs. Dans la politique fiscale, le gouvernement prépare des aides aux investisseurs, voir dans les meilleures conditions. En l' an 2003, les flux d' investissements directs étrangers en Hongrie se chiffraient à 1,6 Mds d' euros. Alors qu' en l' an 2002, le chiffre atteint était de 0,9 Mds d' euros, (sans compter les réinvestissements). Une première mesure a été prise, depuis le premier janvier 2004, le taux d' impôt sur les sociétés ont baissé, le nouveau taux est de 16¨% contre 18 % au paravant.

Les trois premiers investisseurs en Hongrie, sont les suivants :
L' Allemagne, les Etats-Unis, et la France qui se trouve au même rang que l' Autriche.

Les investissements directs étrangers

A la fin de l' année 2000, le total des investissements directs étrangers, en stock a dépassé les 23 milliards de dollars, soit 2.350 dollars per capita, contre respectivement les chiffres suivants : 1812, 940, et 892 dollards en Tchèque, en Pologne et en Slovénie. En l' an 2000, la Hongrie était encore le pays qui détenait le plus grand stock d' investissements directs étrangers par habitant de la zone Europe centrale " CEI ", tout en tenant compte de la fin des privatisations depuis de nombreuses années. A savoir qu' un grand nombre de groupes étangers basés sur place ont, donc continué d' investir en Hongrie sur les années 2000 et 2001. Aujourd' hui la Hongrie profite de l' influence des investissements directs étrangers, pour se mettre à l' heure Européenne, puisqu' elle Membre de l' Union Européenne depuis le mois de mai 2004. Au vu, de ces quelques chiffres, la Hongrie confirme qu' elle offre les conditions les plus favorable pour les investissements directs étrangers. La croissance économique se chiffre à un taux record de 6,3 % annuels au premier trimestre de l' an 2000, et les divers chiffres d' inflation, d' équilibre des comptes extérieurs, de déficit budgétaire sont aussi très favorables. D' après (Le cabinet Arthur Andersen et le Magazine Fortune). Budapest était classé en tant que meilleur centre d' affaires d' Europe, derrière Londres et Amsterdam, et devant Munich et Stockolm. C' est aussi pour cette raison que les investissements directs étrangers croissent à un plus haut rythme que dans les autres pays de la région. Bien qu' en Hongrie les privatisations soient déjà réalisées.

Les investissements directs Français

A savoir que plus de 11 % du total des investissements directs étrangers réalisés en Hongrie émanent de source Française. En tant que Partenaire classe au troisième rang. Les investissements Français sont présents dans les six secteurs d' activité suivants :
L' industrie pharmaceutique, l' industrie alimentaire, l' énergie, le commerce, l' aménagement des eaux et les canalisations des eaux usées...

Le Commerce bilatéral entre la France et la Hongrie
Le Commerce bilatéral entre la France et la Hongrie se porte bien.
Les plus grandes firmes Françaises sont déjà presque toutes présentes sur le marché Hongroie. D' importants investissements y ont été crées.
Les échanges commerciaux entre la France et la Hongrie ont progressé à une cadence supérieure à celui du commerce Hongroie et de l' Union Européenne.
Leur valeur ont quintuplé,dépassant les 2,8 Milliards de dollars en l' an 2000.
A savoir qu' en l' an 1999, la France avait investi 2,1 Milliards de dollars.
L' essor des exportations Hongroises a contribuées d' une façon positive dans l' équilibrage de la balance exterieure.

Parmi les filiales Françaises basées en Hongrie on trouve :

Les technologies de l' information & télécommunications :
Alcatel, Lagardère Group, Cap Gémini, Sagem, Gemplus, Solectron.

Dans le secteur de l' énergie :
L' électrécité de France er Gaz de France, Total Fina Elf.

Dans le secteur du bâtiment- BTP :
Colas, Bouygues, Campenon Bernard, SGE, Dumez GTM

Dans l' industrie et l' Agro :
Danone, Fridania, Beghin-Say, Sucre Saint Louis, Bonduel, Bongrain.

Autres industries :
Leroy Somer, Air liquide, Schneider, Carnaud Métal Box, Essilor, Seita, Moulinex, Krups.

Les spécialistes en chimie :
Aventis, Synthélabo, Oréal, Sanofi.

La restauration & l' hotellerie :
Sodexho,Accor,

La grande distribution :
Carrefour, Cora, Auchan,..
Liste non exhaustive, encore bien d' autres grands noms dans de divers secteurs d' activité...

Derniers aperçus économiques

La Hongrie mène depuis quelques années une politique économique régulière très stricte en encourageante à la fois. Le déficit des comptes publics, devra être ramené à moins de 2,8 % en l' an 2005, puis une prévision à un taux de moins de 2,5 % pour l' année 2006. Si en l' an 2003 le taux d' inflation affichait 4,9 %, il est prévu de le ramener à 4 % en l' an 2005, puis une prévision à un taux de 3 % pour l' an 2006. L' économie hongroise rattrape progressivement le niveau de développement des grands pays Européens. Elle renforce son dynamisme d' année en année avec une croissance des ventes domestiques qui affiche un très bon taux celui de 20 % en l' an 2003.

Les programmes d' aides financières communautaires se présentent sous trois formes :

Le PHARE : ISPA : SAPARD :
ISPA : concerne les domaines les transports et l' environnement. (budget total de 7,28 milliards d' euros)

SAPARD : concerne les domaines de l' agriculture et le rural. (budget total de 520 millions d' euros).

Le plan " SZECHENYI " a pour objectif, à l' horizon de l' an 2010, d' apporter un nouveau développement de l' économie et de la société Hongroise.

Le Chômage - Emploi

Les différents taux de chômage durant ces dernières années :
En l' an 1999, un taux de chômage de 7 %.
En l' an 2000, le taux de chômage avait légèrement baissé, il affichait un taux de 6,5 %.
En l' an 2001, le taux de chômage affichait et 6,2 %.
En l' an 2003 le taux de chômage était de %.
Les salaires moyens en Hongrie est égale à 350 euros brut par mois en l' an 2003.
Les salaires des fonctionnaires ont augmentés de 50 % en l' an 2002.


La Hongrie demande une aide financière au FMI et à l'UE

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le Fonds monétaire international (FMI) annonce, lundi 21 novembre, avoir reçu une demande officielle d'aide financière "de précaution" de la Hongrie et indique qu'une requête similaire avait été adressée par Budapest à la Commission européenne.

Toute aide susceptible d'être apportée par le FMI et la Commission sera considérée comme une "précaution" par les autorités hongroises, selon lui. La réception de la lettre de Budapest permet au FMI et à l'Union européenne d'engager les discussions avec ce pays d'Europe centrale.

Dans un court communiqué signé de sa directrice générale, Christine Lagarde, le FMI précise que son équipe actuellement en mission à Budapest va rentrer à Washington pour mener des entretiens avec la direction de l'organisation multilatérale et son conseil exécutif.

Les discussions annuelles en cours, tenues dans le cadre de l'article IV des statuts du FMI, "seront menées à bien ultérieurement", ajoute-t-il. Vendredi, la Hongrie avait annoncé vouloir négocier avec le FMI dans le but de signer un nouvel accord, qui pourrait être conclu au début de l'année prochaine.

La délégation compétente du FMI arrivera à Budapest "avant Noël, avec des professionnels qui ont par exemple élaboré l'accord avec la Pologne", avait indiqué le ministre de l'économie, György Matolcsy.

Après des semaines de réticence, la Hongrie a fini par céder à la pression des marchés financiers, qui jugeaient sa situation difficilement tenable. En 2008, la Hongrie avait été le premier pays de l'Union européenne à bénéficier d'une aide internationale. Budapest a reçu une bouée de sauvetage de 20 milliards d'euro du FMI, de la Banque mondiale et de l'UE.

http://lemonde.fr


__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum