Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Mer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Sam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Dim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Ven 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Mer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Sam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Lun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Mar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Mar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Lun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Jeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Jeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Sam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Mer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Lun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Jeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Mar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Mer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Mar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Lun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Dim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Lun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Lun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Mars 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Elections présidentielles au Sénégal

Aller en bas

Sujet / Message Elections présidentielles au Sénégal

Message par Droit_De_l'Homme le Mer 1 Fév - 3:53

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Élection présidentielle sénégalaise de 2012

La prochaine élection présidentielle sénégalaise, la dixième depuis son indépendance, doit permettre d'élire le président de la République du Sénégal pour un mandat de sept ans1. Le 26 février 2012, les 5,3 millions de citoyens inscrits sur les listes électorales sont appelés aux urnes. Le président sortant, Abdoulaye Wade, âgé de 85 ans, est candidat pour un troisième mandat2. Les dernières élections municipales et régionales ont été favorables à l'opposition, la réforme constitutionnelle portée par le Parti démocratique sénégalais visant à réformer le processus électoral a échoué et de violentes manifestations ont eu lieu en juin 2011.

Le président de la République du Sénégal est élu pour un mandat de sept ans au scrutin uninominal majoritaire à deux tours. Chaque candidat doit être investi par un « parti politique légalement constitué » ou par une une liste d’électeurs d'au moins 10 000 inscrits domiciliés dans six régions à raison de 500 au moins par région ». La Commission électorale nationale autonome est chargée d'organiser et de superviser les élections.

Principaux candidats

Annonces des candidatures et début de la campagne


Le 23 décembre 2011, Abdoulaye Wade est investi par le PDS5. Le 2 janvier 2012, Youssou N'Dour annonce sa candidature6. Le 4 janvier 2012, Moustapha Niasse est investi par la coalition de partis de l'opposition Benno Siggil Sénégal7. Le 4 janvier 2012, Ousmane Tanor Dieng est officiellement investi par le Parti socialiste et la coalition Benno ak Tanor durant son congrès d'investiture.
Validations des candidatures

Le vendredi 27 janvier 2012, malgré l'opposition populaire, le Conseil constitutionnel, considérant que Abdoulaye Wade n'a pas effectué deux mandats car la limite n'existait pas au moment de sa première élection en 2000, valide sa candidature, tandis que celles de Youssou N'Dour, Kéba Keinde et Abdourahmane Sarr sont refusées9. Plusieurs manifestations éclatent immédiatement après cette annonce, en particulier place de l'Obélisque à Dakar, à Thiès, Kaolack, Matam et Ourossogui.
14 candidats restent donc en lice : Oumar Khassimou Dia, Diouma Diakhaté, Mor Dieng, Ousmane Tanor Dieng, Cheikh Bamba Dièye, Ibrahima Fall, Cheikh Tidiane Gadio, Doudou Ndoye, Djibril Ngom, Moustapha Niasse, Macky Sall, Idrissa Seck, Amsatou Sow Sidibé et Abdoulaye Wade.


__
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Les condoléances ne ressuscitent pas le défunt;;mais elles entretiennent la confiance entre ceux qui restent [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

人間の権利


Il y a trois choses à ne pas chercher en vain :
Un savant dont les actes correspondent à son savoir,
Un homme d'action dont le cœur s'accorde avec ses actes,
Un frère humain sans défauts.

"L'homme n'est content de rien sauf de son intelligence ; moins il en a, plus il est content."


Droit_De_l'Homme
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 1184
Age : 38
Emploi/loisirs : Universel
Date d'inscription : 22/07/2010
Localisation : Sur Terre.!.(Lune prévue)

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Elections présidentielles au Sénégal

Message par Droit_De_l'Homme le Mer 1 Fév - 3:54

Un mort à Dakar après de nouvelles violences


Une personne a été tuée mardi à Dakar lors de nouveaux incidents entre manifestants et forces de sécurité sénégalaise. Il a péri en marge d'un rassemblement de protestation contre la candidature d'Abdoulaye Wade, 85 ans, à un troisième mandat présidentiel lors de l'élection du 26 février.

La victime, un étudiant âgé de trente ans, a été écrasé par un camion alors que la manifestation dégénérait, a déclaré un responsable du gouvernement sous couvert d'anonymat. Au total trois personnes ont été tuées en quatre jours dont un policier.

Le rassemblement de mardi s'est tenu après des violences qui ont éclaté le 27 janvier à Dakar et dans d'autres villes à l'annonce de la validation de la candidature Wade.

Le Conseil constitutionnel, dont les cinq magistrats ont été nommés par Abdoulaye Wade, a jugé dimanche que le président sortant était habilité à briguer un troisième mandat et que sa candidature était conforme à la règle limitant les mandats présidentiels.

Nouveaux incidents
Mardi, de nouveaux incidents ont éclaté à Dakar entre des manifestants lanceurs de pierres et les policiers, qui ont riposté à coups de matraques et de gaz lacrymogènes, a constaté un journaliste de Reuters.

Les manifestants et les dirigeants de l'opposition, rassemblés au sein du Mouvement du 23-Juin (M23), s'étaient donné rendez-vous dans le centre de Dakar pour presser le chef de l'Etat de revenir sur sa décision.

"Wade, dégage maintenant! Le peuple en a assez", entendait-on à la manifestation, selon des images diffusées par la chaîne de télévision TFM, qui appartient au chanteur Youssou N'Dour, dont la candidature à la présidentielle a, elle, été rejetée par le Conseil constitutionnel.

A New York, l'ONU a appelé les parties à s'abstenir de toute violence.



ats

__
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Les condoléances ne ressuscitent pas le défunt;;mais elles entretiennent la confiance entre ceux qui restent [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

人間の権利


Il y a trois choses à ne pas chercher en vain :
Un savant dont les actes correspondent à son savoir,
Un homme d'action dont le cœur s'accorde avec ses actes,
Un frère humain sans défauts.

"L'homme n'est content de rien sauf de son intelligence ; moins il en a, plus il est content."


Droit_De_l'Homme
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 1184
Age : 38
Emploi/loisirs : Universel
Date d'inscription : 22/07/2010
Localisation : Sur Terre.!.(Lune prévue)

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Elections présidentielles au Sénégal

Message par Syfou le Mer 7 Mar - 1:44

Elections au Sénégal, une histoire de 164 ans

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

L’élection est pratiquée, au Sénégal, depuis l’empire du Fouta, avec Thierno Souleymane Baal, mais les Sénégalais votent en réalité depuis 164 ans. Par-delà l’ancienneté, l’histoire électorale du pays a connu plusieurs fortunes qui démontrent à la fois une richesse et une solidité. Elle est loin l’époque où seuls les mulâtres votaient au Sénégal, surtout à Saint-Louis.

C’était en 1848, année où cette colonie d’Afrique occidentale devait être représentée au Parlement français.

Cette restriction, qui dura 20 ans, fut supprimée en 1868 avec l’extension du système de vote à trois autres communes que furent Gorée, Dakar et Rufisque. Cette période des quatre communes faisait d’ailleurs que seuls les habitants de ces villes étaient des citoyens français, à côté des autres Sénégalais considérés comme de simples indigènes. Malgré l’étroitesse de ce cercle d’expression, le pays a connu plusieurs hommes qui s’affrontaient, sans merci, pour se disputer le pouvoir et défendre leurs concitoyens. Il y’a eu d’abord, Blaise Diagne, le premier député noir, et Carpot. Ensuite d’autres hommes comme Lamine Guèye, Ngalandou Diouf, Léopold Sédar Senghor, Abass Guèye, Seydou Diaraf Ndao, Djim Momar Guèye, Edouard Diatta, Dembo Coly, Emile Badiane, Mamadou Dia, Valdiodio Ndiaye et Maurice Guèye. Plus tard les Ahmadou Cissé Dia, Maguette Lô, Mady Cissoko et tant d’autres contemporains qui ont marqué l’histoire politique de ce pays. Celle-ci a pris parfois des allures syndicales, avec des cheminots comme Aynina Fall, Boubacar Sarr et Ibrahima Sarr qui, à travers leur grève de 1947, ont lutté aux côtés des hommes politiques pour, principalement, obtenir l’indépendance du pays. C’est dire que la lutte politique pour l’indépendance et celle sociale visant l’amélioration des conditions de travail et de vie des Sénégalais se confondaient face à l’ennemi commun qu’était le colonisateur français.

Divergence

Bien que les objectifs de la lutte fussent communs, on assista, néanmoins, à des divergences sans doute liées aux différences d’approche et luttes de positionnements. C’est ainsi que, par exemple, Lamine Guèye finit par avoir un différend avec Senghor qu’il avait, pourtant, introduit en politique.C’est en 1957 que l’exclusivité du vote, accordé depuis 1868, au quatre communes fut levée. Depuis, chaque Sénégalais a le droit de s’exprimer par les urnes sur le choix des dirigeants politiques du pays. C’est ainsi que la vie politique gagna en intensité, parsemée qu’elle était par des incidents et des querelles, parfois meurtrières. On se rappelle la bataille sanglante de Kagnobon, en Casamance, de 1951 où Ngalandou Diouf reçu une balle de fusil au pied pendant qu’il accompagnait feu le président Lamine Guèye. D’autres bagarres sanglantes ont rythmé la vie politique et les adversaires n’hésitaient pas, nuitamment, à bruler des habitations pour défendre leurs causes. Même après l’indépendance, l’adversité politique fut âpre comme le grave conflit entre Léopold Sédar Senghor et Mamadou Dia, en 1962. Il s’agissait, disait-on, d’un coup d’Etat non encore élucidé. C’était l’époque du monopartisme qui était de rigueur, malgré les vives protestations d’autres partis adverses jusqu’en 1974, avec la reconnaissance du Parti démocratique sénégalais (Pds). De cette époque, on retient le lâche assassinat de l’ancien député maire de Mbour, Demba Diop, en 1967, devant l’Assemblée régionale de Thiès. La grève historique de 1968 qui toucha travailleurs, élèves et étudiants est encore gravée dans les mémoires des anciens, en raison de ses relents politiques. Bien que le pays fût dans un régime monopartisan, les élections présidentielles de 1963, de 1968 et de 1973 avaient connu certains remous. C’est en 1976 que le champ politique fut officiellement élargi avec la reconnaissance, en plus du Ps, du Pds de Me Abdoulaye Wade, du Mouvement des républicains sénégalais (Mrs) de Me Boubacar Guèye et du Parti africain de l’indépendance de Majhmouth Diop. Ces quatre partis correspondaient, de l’avis du président d’alors, aux quatre courants de pensée devant régir la vie politique qu’au Sénégal. C’est que les premières élections pluralistes furent organisées en 1978. Des élections remportées par le Ps, avec l’entrée, pour la première fois de 18 députés du Pds à l’Assemblé nationale. C’était une période de véritable effervescence politique, avec cette diversité politique que l’on ressentait dans tous les secteurs d’activités. La population, longtemps meurtrie à cause du monopartisme, commençait à prendre goût à la chose politique.
Deux ans plus tard, en fin décembre 1980, le président Léopold Sédar Senghor démissionna au profit de son Premier ministre, Abdou Diouf. C’était l’article 35 de la Constitution, chaudement contesté par le principal opposant de l’époque, Me Abdoulaye Wade. Cependant, les autres hommes politiques, jusque-là terrés dans la clandestinité, commençaient à se faire connaître avec l’instauration par le nouveau président, Abdou Diouf, du multipartisme intégral qui coïncida presque avec la reconnaissance du Rassemblement national démocratique (Rnd) du Pr. Cheikh Anta Diop. C’est ainsi qu’en 1983, quatre partis politiques affrontaient le Parti socialiste (Ps) aux deuxièmes élections multipartites. Il s’agit du Pds de Me Abdoulaye Wade, le Pai de Majhmoud Diop, le Pps du Docteur Omar Wone et le Mdp de l’ancien président du Conseil, Mamadou Dia. Des élections gagnées par le président Abdou Diouf et le Parti socialiste. Avec un nouveau chef, le Ps commençait à faire sa mue avec de nouveaux dirigeants qui prenaient, de plus en plus, la place des anciens considérés alors comme des barons. Pendant ce temps, Me Abdoulaye Wade luttait toujours contre l’article 35, alors que d’autres opposants baignaient dans l’euphorie du multipartisme politique. Divergences et ententes se croisaient pour relever le niveau du climat politique qui connut ses premiers chocs frontaux en 1988. Cette année-là, les troisièmes élections multipartites, opposant Abdou Diouf, Me Abdoulaye Wade, Babacar Niang et Landing Savané ont été marquées par de violentes contestations ayant abouti à un Etat d’urgence assorti d’un couvre feu, la nuit.
Le président Abdou Diouf et le Ps gagnèrent encore, ces élections présidentielles et législatives. Le pays fut ainsi plongé dans une vive tension politique, accentuée par d’autres événements malheureux comme le différend frontalier sénégalo- mauritanien de 1989 avec ses nombreux morts ainsi que la catastrophe industrielle de la Sonacos à Dakar et l’accident aérien d’Arabie saoudite qui avait coûté la vie à 93 « Jambars » de l’Armée nationale.

Inquiétude

C’est dans ce lourd contexte socio- politique, où l’inquiétude était, pendant deux ans, à la mesure de la vive émotion que le besoin d’apaisement fut mieux senti. Le président Abdou Diouf, victorieux de la présidentielle de 1993 aux côtés de cinq autres leaders de partis et du premier candidat indépendant, Me Mamadou Lo, accepta d’ouvrir son gouvernement à d’autres opposants. En plus de Me Abdoulaye Wade et ses hommes intégrés depuis 1991, ce gouvernement, dit «de majorité présidentielle élargie», produira un Code électoral consensuel, grâce à la médiation du juge feu Kéba Mbaye. Ce nouveau code fut automatiquement envoyé à l’Assemblée nationale pour faire l’objet d’une loi. C’est avec ce code que l’élection présidentielle et celles législatives de 1993 furent séparées, pour la première fois, et le mandat présidentiel limité à deux. Le gouvernement enregistra à la suite des joutes électorales, d’autres opposants comme Abdoulaye Bathily de la (Ld-Mpt) et Amath Dansokho du (Pit).
Le Sénégal allait connaître ainsi une accalmie sociopolitique jusqu’en 1998, année des élections législatives qui ont permis de diversifier, davantage, l’Assemblée nationale, avec l’arrivé des députés de l’Afp de Moustapha Niasse, de l’Urd de Djibo Kâ, sans compter ceux de la Cdp du Pr. Iba Der Thiam, de la Ld-Mpt et du Pit. Cette ambiance politique était les prémices de l’historique présidentiel de 2000, précédée de plusieurs manœuvres politiques.
Malgré tout, le vieux opposant, Me Abdoulaye Wade, remporta cette élection, consacrant, pour la première fois, l’alternance au sommet de l’Etat. Une forte surprise pour le leader du Pds qui venait de voir le couronnement de ses 26 années de lutte pour une véritable démocratie au Sénégal. Cette « présidentielle » du nouveau millénaire marqua également un renouveau politique, car en dehors des candidats traditionnels comme Abdou Diouf et Abdoulaye Wade, il y a eu, au premier tour, d’autres comme Moustapha Naisse et Djibo Kâ, deux leaders issus d’une dissidence au sein du Ps. Trois autres candidats indépendants, Ousseynou Fall, Mademba Sock et Cheikh Abdoulaye Dièye étaient également en lice. Il a fallu un second tour pour départager Abdou Diouf et Abdoulaye Wade, ce dernier ayant pris le meilleur sur le premier, grâce surtout à l’apport de voix de l’Afp. Moustapha Niasse fut ainsi le premier Premier ministre du gouvernement de Me Abdoulaye Wade, dans une alliance qui dura moins d’un an. Il y a eu, en 2001, un référendum pour la révision de la Constitution de 1963, avant les échéances législatives de 2002 et la présidentielle de 2007.Une période très troublée avec le nouveau pouvoir qui a essuyé des affrontements avec ses partisans d’hier, devenus des opposants depuis presque le début de la décennie. C’est ainsi que la deuxième élection de Me Abdoulaye Wade, en 2007, fut, simplement contestée par l’opposition qui boycotta, par la suite, les élections législatives organisées en juin de la même année.
Néanmoins, les députés du Pds furent, en majorité, à l’Assemblée nationale, aux côtés d’autres petites formations politiques. Cependant, l’absence de l’opposition, considérée comme la plus significative, a beaucoup influé sur le fonctionnement du Parlement. La relative victoire de ces partis de l’opposition lors des élections locales de 2009, surtout dans les grandes villes, a permis de restituer l’espoir politique.

Retour des votes des militaires

Par ailleurs, il faut noter que les Sénégalais ont manifesté, au fil des années, un intérêt mitigé par rapport à la vie politique. Le collège électoral a beaucoup changé, car, si en 1978 l’électorat n’était que de 1.500.000 personnes, il a légèrement augmenté à 1.932.265 inscrits, en 1988, avant d’atteindre 2.613.028 Sénégalais en 1993. Si en 2000, l’électorat était de 2.725.987, le toilettage du fichier électorat, appuyé par un recensement général, a permis de porter le corps électoral à 4.824.888 personnes. Cette année, 2012, un nombre de 5.103.297 électeurs étaient attendus aux urnes, le 26 février prochain. Parmi eux, il y a 23.000 militaires et paramilitaires qui accèdent, d’ailleurs, aux urnes depuis 2007. Seulement, l’électorat avec 41,92% est encore faible au Sénégal qui compte plus de 13.000.000 d’habitants. La comparaison est encore plus effarante si l’on tient compte des abstentions et des votes nuls qui sont de plus en plus nombreux, d’une élection à une autre.
Par ailleurs, la vie politique est caractérisée par une certaine bipolarisation, car deux candidats se détachent nettement à chaque élection, laissant loin derrière les autres prétendants au fauteuil présidentiel. C’est ainsi que la première élection présidentielle bipartite de 1978 n’avait vu que feu le président Léopold Sédar Senghor et l’opposant Me Abdoulaye Wade. Pendant que celle de 1983 opposa, cette fois-ci, le président Abdou Diouf à Me Abdoulaye Wade. Le même rapport avait prévalu lors de la présidentielle de 1988 et de 1993. A chaque fois, les électeurs portaient leurs choix sur les deux candidats les plus en vue.
L’analyse des résultats électoraux permet aussi de comprendre les raisons de l’alternance, survenue en 2000. Remplaçant feu Léopold Sédar Senghor qui avaient eu 82,02% en 1978, alors que son score depuis 1963 était toujours de 100% durant le monopartisme, le président Abdou Diouf avait remporté, en 1983, sa première élection présidentielle avec 83,45%. En 1988, son taux était de 73,20 %, en 1993 58,40 % et en 2000 41,51%. La décadence était alors observable devant la montée de son adversaire, Me Abdoulaye Wade. Ce dernier a vu son score grimper d’élection en élection, car de 17,38% en 1978, son pourcentage fut de 14,79% en 1983, puis 25,80% en 1988 et 32,03 % en 1993. A l’élection de 2000 qui consacra l’alternance, Me Wade avait obtenu 31,01% au premier tour avant d’atteindre 58,49% au deuxième.

Par Pape Mor SYLLA
----
Le Conseil constitutionnel confirme le second tour entre Wade et Sall

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le Conseil constitutionnel du Sénégal a donné mardi les résultats définitifs du premier tour de l'élection présidentielle du 26 février qui confirment la tenue d'un second tour le 25 mars entre le président sortant Abdoulaye Wade et son ex-Premier ministre Macky Sall.

Le Conseil constitutionnel du Sénégal a donné mardi les résultats définitifs du premier tour de l'élection présidentielle du 26 février qui confirment la tenue d'un second tour le 25 mars entre le président sortant Abdoulaye Wade et son ex-Premier ministre Macky Sall.
Les résultats du Conseil constitutionnel placent M. Wade en tête du premier tour avec 34,81% des voix, suivi de M. Sall avec 26,58% des voix, et confirment, à quelques voix près, les résultats provisoires donnés le 29 février par la Commission nationale de recensement des votes (CNRV).
Le Conseil a rejeté les recours déposés par M. Wade concernant le vote des Sénégalais de l'étranger et dans les villes de Bignona (Casamance, sud), Touba, Mbacké et Kaolack (centre).
Un autre ancien Premier ministre d'Abdoulaye Wade, Moustapha Niasse, arrive en troisième position avec 13,20% des voix, suivi par le leader du Parti socialiste (PS) Ousmane Tanor Dieng (11,30%) et Idrissa Seck (7,86%) qui avait également été Premier ministre de M. Wade.
Les neuf autres candidats ont obtenu chacun moins de 2% des voix et le taux de participation s'est élevé à 51,58%.
La Constitution sénégalaise stipule que le second tour doit avoir lieu le troisième dimanche suivant la publication des résultats définitifs, soit le 25 mars, ce qu'a confirmé le Conseil.
Macky Sall, écarté des cercles du pouvoir en 2008 et entré depuis en dissidence, a d'ores et déjà recueilli pour le second tour le soutien de la quasi-totalité des candidats écartés au premier tour, dont les trois principaux.
Il a également reçu l'appui du Mouvement du 23 juin (M23, coalition de partis d'opposition et d'organisations de la société civile), du collectif de jeunes "Y'en a marre", ainsi que du célèbre et populaire chanteur Youssou Ndour, dont la candidature à la présidentielle avait été rejetée par le Conseil constitutionnel.
Mathématiquement, Macky Sall part donc favori pour le second tour, mais le camp du président Wade compte sur la mobilisation d'une partie des 48,42% d'abstentionnistes du premier tour qui, par crainte de troubles le 26 février, ne se sont pas déplacés aux urnes, selon lui.
Les quatre semaines ayant précédé le premier tour ont été marquées par des violences liées à la contestation de candidature du président Wade à un nouveau mandat, qui ont fait de 6 à 15 morts, selon les sources, et au moins 150 blessés.
Le jour du scrutin s'est en revanche passé sans violences et sans incidents majeurs.
La nouvelle candidature d'Abdoulaye Wade a été jugée "illégale" par l'opposition, pour qui il a épuisé ses deux mandats légaux, ce que contestent ses partisans en soulignant que des réformes de la Constitution en 2001 et 2008 lui donnaient le droit de se représenter.
La confrontation avec son ex-Premier ministre Macky Sall, qu'il avait fait roi avant de s'en séparer sans ménagement en 2008, constitue un revers pour le président sortant qui, tout au long de sa campagne électorale, s'était déclaré sûr de sa victoire au premier tour, comme en 2007, avec plus de 50% des voix.

© 2012 AFP

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Elections présidentielles au Sénégal

Message par Droit_De_l'Homme le Mar 27 Mar - 1:33

Spécial présidentielle au Sénégal

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le 25 mars 2012, plus de cinq millions de Sénégalais sont appelés à voter pour le second de tour de l'élection présidentielle. Le chef d'Etat sortant, Abdoulaye Wade, brigue un troisième mandat face à son ancien Premier ministre Macky Sall, arrivé en deuxième position au premier tour. La rédaction parisienne et ses correpondants vous font vivre ce rendez-vous électoral capital de la vie politique sénégalaise.

RFI

__
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Les condoléances ne ressuscitent pas le défunt;;mais elles entretiennent la confiance entre ceux qui restent [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

人間の権利


Il y a trois choses à ne pas chercher en vain :
Un savant dont les actes correspondent à son savoir,
Un homme d'action dont le cœur s'accorde avec ses actes,
Un frère humain sans défauts.

"L'homme n'est content de rien sauf de son intelligence ; moins il en a, plus il est content."


Droit_De_l'Homme
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 1184
Age : 38
Emploi/loisirs : Universel
Date d'inscription : 22/07/2010
Localisation : Sur Terre.!.(Lune prévue)

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Elections présidentielles au Sénégal

Message par Droit_De_l'Homme le Mar 27 Mar - 1:35

Macky Sall bientôt le quatrième président du Sénégal

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Abdoulaye Wade a reconnu sa défaite dimanche soir dès les premières estimations qui lui sont parvenues, il a téléphoné à son rival pour le féliciter. Macky Sall se prépare donc à devenir, à 50 ans, le quatrième président du Sénégal depuis l'indépendance. Dans sa première déclaration publique il s'est dit conscient de l'immensité des attentes de la population sénégalaise
Tout le monde a été surpris par la vitesse à laquelle Abdoulaye Wade a appelé son challenger quelques heures après la fermeture des bureaux de vote pour le féliciter et les choses vont probablement continuer à aller très vite sur la suite du processus.
La publication des résultats nationaux provisoires devrait n’être qu’une question de jours comme au premier tour. Le Conseil constitutionnel doit ensuite ouvrir une période de recours de 72 heures et s’il n’y a pas de recours déposés il proclame les résultats définitifs immédiatement. Cela veut dire qu’on se dirige très probablement vers une prestation de serment de Macky Sall la semaine prochaine.

La tradition constitutionnelle du Sénégal voudrait même que cette prestation de serment se fasse en début de semaine puisque dans cette tradition le mandat du président expire le 3 avril, et le chef de l’Etat sortant passe le témoin à son successeur qui peut ainsi présider aux festivités de l’indépendance le 4. Ce qui est tout de même important à préciser c’est que si ce délai n’est pas tenu, le Sénégal ne se trouve pas pour autant dans une situation de vide institutionnel puisque la Constitution prévoit que le président en exercice reste en fonction jusqu’à l’installation de son successeur.

Premières tendances

On a en fait les premières indications claires sur l’ampleur des reports de voix des candidats malheureux du premier tour vers Macky Sall.

Ce report a été particulièrement spectaculaire dans le département de Thiès, fief d’Idrissa Seck où Macky Sall passe selon les chiffres provisoires du tribunal départemental de 9% des suffrages exprimés au premier tour à 74% au second.

Dans le département de Mbour, fief du Parti socialiste, Macky Sall obtient 78% des suffrages exprimés. C’est une progression spectaculaire par rapport au premier tour. Où Macky Sall n’avait fait que 23%. Donc, les reports de voix ont fonctionné à Mbour dans cette terre socialiste.

A Kaolack, le report de voix de Moustapha Niasse vers Macky Sall a manifestement très bien fonctionné également. Macky Sall obtient 77% des suffrages. Il n’en avait eu que 23% au premier tour.

Les félicitations internationales se multiplient

La victoire de Macky Sall ainsi que l'attitude d'Abdoulaye Wade sont saluées à l'intérieur comme à l'extérieur du pays. Le président américain félicite, lui aussi, ce lundi soir Macky Sall pour son élection à la tête du Sénégal. Barack Obama rend hommage également au président sortant Abdoulaye Wade qui a reconnu sa défaite dès dimanche soir. Pour l'Union africaine, cette élection fait honneur au Sénégal et au continent africain tout entier.

RFI

__
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Les condoléances ne ressuscitent pas le défunt;;mais elles entretiennent la confiance entre ceux qui restent [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

人間の権利


Il y a trois choses à ne pas chercher en vain :
Un savant dont les actes correspondent à son savoir,
Un homme d'action dont le cœur s'accorde avec ses actes,
Un frère humain sans défauts.

"L'homme n'est content de rien sauf de son intelligence ; moins il en a, plus il est content."


Droit_De_l'Homme
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 1184
Age : 38
Emploi/loisirs : Universel
Date d'inscription : 22/07/2010
Localisation : Sur Terre.!.(Lune prévue)

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Elections présidentielles au Sénégal

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum