Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Mer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Sam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Dim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Ven 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Mer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Sam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Lun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Mar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Mar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Lun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Jeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Jeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Sam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Mer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Lun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Jeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Mar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Mer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Mar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Lun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Dim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Lun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Lun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Mars 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Stratégie sino-russe

Aller en bas

Sujet / Message Stratégie sino-russe

Message par Sphinx le Mar 7 Fév - 1:15

Quelles perspectives pour le partenariat stratégique sino-russe ?

AU LENDEMAIN de l’effondrement de l’empire soviétique, le développement des relations de la Russie avec son voisin chinois constitue un succès indéniable dans la politique extérieure menée par Moscou. Alors que l’influence de la Russie déclinait pratiquement sur tous les fronts, les relations entre ces deux pays ont été conduites sous le signe de la normalisation et de la convergence politique. Un partenariat stratégique s’est naturellement établi entre ces deux pays. Il a permis d’instaurer les conditions favorables pour un rapprochement dans de nombreux domaines.

Par exemple, au niveau des relations internationales, la Russie et la Chine partagent une vision commune à propos de la nature des relations entre tous les pays du monde. En l’occurrence, le principe d’indépendance nationale, qui se caractérise par le droit à la souveraineté de chaque pays et l’intégrité territoriale sont considérés comme des conditions fondamentales pour l’équilibre international. Indirectement, ils souhaitent former une alternative à la vision hégémonique des Etats-Unis, afin de pouvoir contrer la stratégie d’influence américaine à travers le monde. Sur le plan économique, certaines de leurs coopérations ont été très fructueuses depuis le début des années 1990, au rang desquelles on peut citer la coopération militaro-technique (terme employé dans le jargon russe courant). Cependant, ayant connu de nombreuses difficultés pour assumer correctement la transition entre la fin de l’époque soviétique et l’ère de la société libérale, la Russie est consciente plus que jamais que le développement économique du pays est devenu la condition impérative qui lui permettra de renouer avec son statut de grande puissance mondiale.

A cet égard, ses intérêts ne sont pas nécessairement compatibles avec les objectifs visés par les responsables chinois sur le long terme. Ce paradoxe soulève de nombreuses questions : la Russie peut-elle concilier son envie de regagner sa place de premier rang avec des relations étroites avec un voisin en passe de devenir un sérieux concurrent dans de nombreux domaines ? Quelle attitude adopter pour la Russie face à un voisin qui n’en finit pas de se développer et qui pourrait bien être tenté sur le long terme par l’unilatéralisme ? Quel défi représente le réarmement de la Chine pour la Russie, soucieuse à la fois de préserver son industrie de Défense mais en même temps d’assurer sa propre sécurité face à un voisin jugé peu fiable ?

Afin d’appréhender de quelle manière l’attitude russe devrait influencer les futurs rapports entre ces deux pays, nous analyserons leurs récentes relations dans le domaine de la lutte contre l’hégémonie américaine, et dans celui de la coopération économique avec une attention particulière portée sur la coopération militaro-technique. Cela nous permettra de mieux saisir les implications et les enjeux pour chaque partie, et d’en déduire les perspectives vraisemblables de leurs rapports mutuels.

PREMIÈRE PARTIE : LUTTE CONTRE L’HEGEMONIE AMERICAINE : UN OBJECTIF COMMUN DIFFICILE A METTRE EN OEUVRE

La Russie et la Chine sont deux puissances politiques et militaires d’importance majeure, dont le rôle dans les enceintes internationales ne peut être ignoré. Elles comptent, avec l’Union européenne, parmi les seuls contre-pouvoirs opposables à la puissance américaine. Des contre-pouvoirs qui peuvent peser plus lourd dès lors que ces deux pays rassemblent leurs efforts dans un projet commun.

1.1 Les intérêts russes et chinois menacés par « la stratégie d’influence » des Etats-Unis

Depuis la normalisation des relations entre la Russie et la Chine, plusieurs traités ont été ratifiés entre ces deux pays. Ils ont permis d’instaurer les conditions appropriées pour une collaboration au niveau bilatéral, mais également et surtout pour promouvoir une position commune dans les relations internationales. La Russie et la Chine sont effectivement déterminées à rassembler leurs efforts pour lutter contre toute forme d’hégémonie, en particulier celle de la superpuissance américaine.

1.1.1 L’interventionnisme américain, source de profondes inquiétudes

De l’avis des dirigeants russes et chinois, les Etats-Unis depuis les années 1990 ont développé une « stratégie d’influence » sous des formes très diverses qui pouvait constituer une menace directe pour leurs propres intérêts. A l’extrême, cela pourrait se traduire par un risque militaire direct sur les territoires russe ou chinois, ou bien sur leurs zones d’influence respectives.

Durant ces dernières années, les interventions militaires menées sous leadership américain au nom des droits de l’homme se sont multipliées. Naturellement, la Russie et la Chine se sont montrées très méfiantes, et ont adopté une position commune pour condamner de telles initiatives qui constituent, selon elles, autant de précédents fâcheux. Parmi les crises qui ont exacerbé l’inquiétude des dirigeants russes et chinois, on retiendra les conflits régionaux tels que l’intervention de l’OTAN au Kosovo et en Serbie en 1999, ou bien l’intervention de la coalition en Irak en 2003. Dans les deux cas, Moscou et Pékin ont estimé que ces opérations constituaient une ingérence flagrante dans les affaires intérieures d’un Etat souverain, d’autant que celles-ci ont été initiées sans l’aval du Conseil de Sécurité de l’ONU[1]. Ils se sont vivement insurgés contre la manière dont les Américains ont instrumentalisé les interventions de ce type, condamnant le bien fondé a priori des guerres déclenchées au nom de principes humanitaires, ou bien de la nécessité d’instaurer un régime démocratique. Ces deux épisodes ont également renforcé la volonté sino-russe de promouvoir l’existence d’un monde multipolaire. En mai 2003, pour ne citer que cet exemple, ils diffusent une déclaration commune pour condamner une nouvelle fois toute forme de politique fondée sur l’unilatéralisme. En juillet 2005, les présidents V. Poutine et Hu Jintao proposaient une déclaration conjointe sur l’ordre international au 21° siècle. Ils souhaitaient par ce biais rappeler à la communauté internationale l’importance d’un « ordre mondial juste et rationnel, reposant sur les principes et normes universellement reconnus du droit international »[2]. Indirectement, ils recommandaient de multiplier toutes les coopérations possibles en guise d’antidote à l’hégémonie américaine.

Les responsables russes et chinois les plus suspicieux considèrent même qu’il existe un risque potentiel d’assister à une intervention américaine directe ou indirecte pour des raisons analogues, et qui intéresserait soit leurs propres territoires, soit les zones d’influence situées à leurs frontières. Plus précisément, certaines régions soumises à des tensions séparatistes, telles que la Tchétchénie pour la Russie, ou bien Taïwan ou le Tibet pour la Chine, pourraient selon eux faire l’objet d’une attention américaine qui pourrait devenir fort préjudiciable.

Si le scénario ci-dessus paraît peu probable, il existe en revanche une autre forme d’influence dans les relations internationales beaucoup plus insidieuse et dangereuse pour les intérêts russes et chinois. Les événements de type « révolution de couleur » comme ce fut le cas en Géorgie et en Ukraine ont été perçus comme un risque très important. La Russie et la Chine n’ont pas oublié le soutien plus ou moins direct d’acteurs américains envers les organisations non gouvernementales. Les trois révolutions – celle des ‘roses’ en Géorgie (novembre 2003 - janvier 2004), la ‘révolution orange’ en Ukraine (novembre-décembre 2004) et la ‘révolution des tulipes’ au Kirghizstan (avril 2005) – ont chacune suivi le même modèle : des groupes révolutionnaires, soutenus par des ONGI (ONG internationales) américaines des droits de l’homme, se sont fermement opposés à l’influence politique russe dans leurs pays respectifs. Washington, qui a subventionné un grand nombre de ces ONGI, est largement critiqué pour cet appui indirect aux mouvements « révolutionnaires ». Naturellement, ces divers événements ont attisé les inquiétudes des responsables russes et chinois qui redoutent fortement que des cas similaires puissent se reproduire en Asie centrale.

1.1.2 Elargissement de l’OTAN et défense anti missiles, ou la « stratégie d’encerclement » américaine

Selon certains dirigeants russes et chinois, les Américains mènent une « stratégie d’encerclement » qui pourrait restreindre notablement leurs zones d’influence. En particulier, la volonté d’élargissement de l’OTAN[3] a été considérée au début des années 1990 comme un danger important pour les intérêts directs de la Russie. Indirectement, la Chine a estimé que ce renforcement de l’Alliance augmentait inévitablement le poids et la puissance des Etats-Unis dans un monde où ils disposaient déjà d’une supériorité flagrante.

Sur un tout autre plan, le projet américain de défense anti missiles national a aussi largement retenu l’attention de la Russie et de la Chine. Ce projet a été perçu comme une menace directe des Etats Unis sur les intérêts russes et chinois puisqu’il remettait directement en cause le traité ABM (ie. Anti Ballistic Missile) de 1972, considéré comme la pierre angulaire de la stabilité stratégique. Dans les faits, les Américains ont progressivement cherché à déployer certains systèmes dans la zone Pacifique en s’appuyant sur les pays qui leur étaient acquis sur le plan politique. Il s’agit de Taïwan, de la Corée du Sud, et du Japon[4]. Naturellement, la Chine et la Russie se sont vivement opposées à ce projet, car elles étaient inquiètes toutes deux des dangers qui pouvaient en résulter. La première y a vu une restriction probable de son influence sur Taïwan, avec un risque de voir cette province vouloir accéder rapidement à son indépendance. La seconde a estimé que ce projet pouvait engendrer, en réaction, une course à l’armement pour la Chine, ce qui risquait d’aboutir à une parité stratégique, dans un des rares domaines où la Russie avait encore l’avantage sur la Chine. Les récentes intentions américaines de déployer des systèmes pour cette défense anti missile en Pologne et en république tchèque[5] n’ont fait qu’accentuer ces craintes.

Lire la suite sur:
http://www.diploweb.com/forum/sinorusse08043.htm


__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum