Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.

Politique étrangère du Qatar   120px-10

http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Politique étrangère du Qatar   EmptyMer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Politique étrangère du Qatar   EmptySam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Politique étrangère du Qatar   EmptyDim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Politique étrangère du Qatar   EmptyVen 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Politique étrangère du Qatar   EmptyMer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Politique étrangère du Qatar   EmptySam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Politique étrangère du Qatar   EmptyLun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Politique étrangère du Qatar   EmptyMar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Politique étrangère du Qatar   EmptyMar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Politique étrangère du Qatar   EmptyLun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Politique étrangère du Qatar   EmptyJeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Politique étrangère du Qatar   EmptyJeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Politique étrangère du Qatar   EmptySam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Politique étrangère du Qatar   EmptyMer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Politique étrangère du Qatar   EmptyLun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Politique étrangère du Qatar   EmptyJeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Politique étrangère du Qatar   EmptyMar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Politique étrangère du Qatar   EmptyMer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Politique étrangère du Qatar   EmptyMar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Politique étrangère du Qatar   EmptyLun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Politique étrangère du Qatar   EmptyDim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Politique étrangère du Qatar   EmptyLun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Politique étrangère du Qatar   EmptyLun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Politique étrangère du Qatar   Empty
Mai 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Politique étrangère du Qatar

Aller en bas

Sujet / Message Politique étrangère du Qatar

Message par Syfou le Jeu 16 Fév - 22:50

Qatar

Avec une superficie de 11.437 km² et une population de 1,7 million d’habitants, l’Etat du Qatar est l’un des plus petits des Etats du Golfe.
Devenu indépendant en septembre 1971 après 55 ans de protectorat britannique, le Qatar a refusé d’être intégré dans la Fédération des Emirats Arabes Unis. Depuis son indépendance, le pays est dirigé par la famille Al Thani, l’Emir actuel, Sheikh Hamad bin Khalifa Al Thani, ayant pris le pouvoir en 1995.
Sur le plan économique, le Qatar enregistre un développement remarquable que les taux de croissance à deux chiffres illustrent parfaitement. Ainsi, en dépit de la crise internationale, le PIB a connu une croissance de 9% en 2009 et de 16% en 2010. Les prévisions pour 2011 sont de +20%. En termes de PIB/habitant, le Qatar est devenu en 2010 le pays le plus riche au Monde.
Son économie reste très largement tributaire des hydrocarbures, qui représentent environ 60% de la création de richesse, 95% des exportations et 75% des recettes budgétaires.
Disposant des 3èmes réserves mondiales de gaz, le Qatar est devenu le 1er producteur et exportateur mondial de GNL (capacité de 77 M de tonnes depuis fin 2010) et maintient en complément le développement de sa production pétrolière (850.000 b/j en moyenne), tout en mettant un accent croissant sur la pétrochimie. Grâce à des moyens financiers quasi-illimités, les autorités ont fait le choix d’une politique volontariste centrée sur les investissements, notamment dans les infrastructures (aménagements urbains, routes, réseau de transport public métro et ferroviaire, nouveau port commercial, nouvel aéroport international, infrastructures de loisirs et de prestige…) et dans les nouvelles industries (aval pétrolier, acier, aluminium…).
http://www.tresor.economie.gouv.fr/Pays/qatar


Politique étrangère du Qatar

La diplomatie de Doha : " Des yeux plus gros que le ventre "
Cheikh Hamad, " mouton noir " veut, en adoptant des positions non conformistes, se distinguer au sein de la Péninsule arabique et jouer dans la cour des Grands. état des lieux.


Dire que le Qatar agace ses voisins de la péninsule arabique relève de l’euphémisme. Les positions non-conformistes adoptées depuis plusieurs années par l’émirat ne sont d’ailleurs pas sans rappeler l’activisme tous azimuts de la diplomatie koweïtienne. Jusqu’au début des années quatre-vingt-dix, le Qatar adoptait un profil bas en politique étrangère. Son seul trait distinctif était le conflit territorial l’opposant à Bahreïn. Ce différend portant sur la souveraineté de quelques arpents de sable et de rochers en a fait sourire plus d’un : c’était peu de chose comparé au conflit israélo-arabe ou à la guerre Iran-Irak. Sans doute, bien que la dispute ait brièvement dégénéré en affrontement armé en avril 1986. Mais la sous-estimation de cette querelle, à commencer par les pays les plus proches, a en pratique abouti à la paralysie presque totale du Conseil de coopération du Golfe (CCG). Celui-ci, englué dans ses querelles de voisinage, s’est avéré incapable d’anticiper des crises régionales comme celle qui a conduit à l’invasion irakienne du Koweït.

La contestation par le Qatar de la souveraineté de Bahreïn sur les îlots de Fasht al-Dibel semblait bien être sa seule priorité extérieure. Du moins jusqu’en septembre 1992. à cette date, en effet, un incident frontalier oppose l’émirat à l’Arabie Saoudite dans la localité de Khafous. Les frontières, en principe délimitées par l’accord de 1965, n’ont jamais été démarquées. En soi, les incidents frontaliers n’ont rien d’inhabituel dans la Péninsule arabique. Mais la vigueur de l’engagement armé du côté qatari — deux mort — ainsi que la dénonciation publique par le Qatar de la politique saoudienne laisse pantois les dirigeants de Ryad : l’émirat ne les avait pas habitués à cette manifestation publique d’indépendance. L’inspirateur de ce cours nouveau est le cheikh Hamad ben Khalifa Al Thani. Lorsqu’il dépose son père, Cheikh Hamad est décidé à affirmer l’originalité du Qatar dans tous les domaines, quitte à choquer les autres monarques. Ces derniers, comme on peut l’imaginer, n’ont guère apprécié le fâcheux précédent que pourrait représenter un prince héritier qui renverse son père. Le nouvel émir ne craint pas de bousculer la bienséance, comme en décembre 1995, lorsqu’il a claqué la porte du sommet du CCG à Mascate pour montrer son mécontentement devant la façon dont le différend Bahreïn-Qatar est traité par le CCG. Cheikh Hamad est militaire de formation, pas diplomate. Il ne tarde pas à apprendre qu’il est parfois préférable d’y mettre les formes.

Sur le fond, en revanche, le nouvel émir n’a aucunement l’intention de rentrer dans le rang. Qu’il s’agisse de l’Iran, de l’Irak, du Yémen ou d’Israël, chacun peut constater que la politique étrangère du Qatar a chagé. à leur tour, les questions de politique intérieure deviennent des sujets de polémique régionale. Comment pourrait-il en être autrement, puisque le Qatar pose désormais son organisation interne en modèle pour ses voisins ?

D’où vient donc cette assurance qui permet au Qatar, un petit pays de quelque 400 000 habitants dont environ 150 000 nationaux, de tenir tête à ses voisins et de se brouiller tour à tour avec la plupart des pays arabes ?

Le soutien américain

On ne saurait trop souligner que les états-Unis sont le premier pays à avoir reconnu le pouvoir de Cheikh Hamad. Des observateurs bien informés assurent que les autorités américaines avaient donné leur bénédiction à cette succession non violente. L’actuel ministre des affaires étrangères de l’émirat, Cheikh Hamad ben Jassem Al Thani, qui jouit d’excellents contacts à Washington, aurait joué un rôle crucial dans la phase préparatoire du coup d’état. Quoi qu’il en soit, les commentaires élogieux des états-Unis sur le nouveau régime ne relèvent pas de la spéculation. De même, l’accord de défense mutuel qui lie Washington et Doha depuis juin 1992 est une réalité. Aujourd’hui, le Qatar abrite le plus grand dépôt d’armes américaines du monde hors du territoire des états-Unis. Cela ne se traduit cependant pas par un alignement pur et simple du Qatar sur la politique américaine au Moyen-Orient. C’est particulièrement vrai en ce qui concerne l’Irak et l’Iran. Cheikh Hamad ben Jassem n’a pas hésité à critiquer les bombardements américains sur l’Irak en présence du secrétaire américain à la Défense, William Cohen. Quelques mois auparavant, le Qatar avait interdit l’atterrissage d’un Boeing affrété par l’armée américaine transportant quelque 450 militaires. En ce qui concerne l’Iran, avant même l’élection du président Khatami et le dégel qui s’est ensuivi avec les autres pays du Golfe, le Qatar avait initié un spectaculaire rapprochement avec l’Iran. Les visites de responsables iraniens au Qatar se sont multipliées à partir de 1993, provoquant quelques inquiétudes à Washington et à Ryad. Lors de son premier voyage aux états-Unis en tant qu’émir, Cheikh Hamad avait publiquement invité Washington à renouer avec Téhéran. La suggestion n’était à l’époque pas particulièrement bienvenue. Les Américains n’apprécient généralement pas de recevoir de conseils en politique étrangère, même de puissances sensiblement plus importantes que le Qatar. Et pourtant, ce qui était parfois perçu comme une excentricité de la politique étrangère de l’émirat, a continué de bénéficier de l’indulgence américaine .

Il y a plusieurs raisons à cela : même si le désaccord sur l’Irak et réel et profond, il ne remet pas en cause la coopération militaire entre le Qatar et les états-Unis, ce qui est l’essentiel. S’agissant de l’Iran, le rapprochement entre Doha et Téhéran n’a pas que des motivations politiques. La poche de gaz du North Dome, dont l’exploitation représente toute la richesse future du Qatar, s’étend sous le Golfe au-delà de la frontière avec l’Iran. Adopter vis-à-vis de ce dernier une politique hostile serait manifestement contraire aux intérêts vitaux de l’émirat, ce que les Américains comprennent facilement. Enfin, et surtout, le Qatar s’est engagé beaucoup plus que d’autres dans le soutien au processus de paix israélo-arabe qui est la pierre de touche de la diplomatie américaine au Proche-Orient. Cheikh Hamad ben Jassem a rencontré à New York Shimon Peres, puis au sommet économique d’Amman en octobre 1995, il y a eu la signature d’un mémorandum prévoyant la livraison à Israël de gaz naturel du Qatar. Un bureau commercial israélien s’est ouvert à Doha en septembre 1996. Mais surtout, le Qatar a maintenu envers et contre tout, et notamment le boycott de l’égypte et de la Syrie, le sommet économique patronné par les états-Unis, tenu en novembre 1997 avec la participation d’Israël. En août 1999, Cheikh Hamad est aussi le premier chef d’état du Golfe à s’être rendu en visite officielle à Gaza depuis que Yasser Arafat dirige l’Autorité palestinienne. Le soutien sans faille des états-Unis explique largement l’assurance dont le petit émirat fait preuve face aux critiques de ses voisins.

Ces derniers ont eu de nombreuses occasions de se plaindre. C’est le cas de Bahreïn : fin 1995 et début 1996, la télévision officielle du Qatar a diffusé des interviews avec des opposants bahreïnis. Un tabou vient d’être brisé, car jusqu’alors, quelle que soit l’ampleur du désaccord entre deux membres du CCG, jamais l’un d’eux n’a utilisé comme moyen de pression l’opposition interne de l’autre. Ces conventions volent en éclat avec la création d’Al Jazira.

Il se trouve que les choix éditoriaux d’Al Jazira — et ce n’est probablement pas un simple hasard — sont en phase avec les orientations de politique intérieure de cheikh Hamad qui consistent à élargir la participation des citoyens à la vie publique. Les élections municipales au suffrage universel avec la participation des femmes en mars 1999 en ont été la première phase. La réforme du système judiciaire, la rédaction d’une constitution permanente et la préparation des élections législatives en sont la suite logique. Dans la phase préparatoire des élections législatives, plusieurs responsables qataris ont donné en exemple le processus de démocratisation engagé dans leur pays, suscitant à nouveau un certain agacement dans les monarchies voisines. Moins, cependant, qu’on aurait pu l’imaginer. Car au même moment, la mort de l’émir de Bahreïn, Cheikh Issa, entraînait l’accession au pouvoir de son fils Hamad. Même si le style discret de ce dernier diffère sensiblement du comportement flamboyant de l’émir de Qatar, les mesures d’ouverture prises par le nouveau chef de l’état du Bahreïn s’inscrivent dans la même démarche que celle de son homologue qatari. Effet de génération ? Peut-être, mais rien n’est moins sûr. En Arabie Saoudite, le mode de gouvernement du prince héritier Abdallah, pourtant âgé de plus de 75 ans, semble aller dans le même sens : plus de participation politique des citoyens.

Il serait sans doute exagéré de dire que le Qatar a été le précurseur de nouvelles attitudes politiques dans la région. Mais du fait des évolutions internes et régionales, cheikh Hamad semble s’être " assagi ". Au fond, tout se passe comme si, pour s’imposer sur la scène régionale, le nouvel émir avait choqué à dessein ses partenaires traditionnels. Mais ayant réussi de cette façon à faire entendre la voix du Qatar, cheikh Hamad n’avait plus de raisons d’entretenir cette image de " mouton noir " incontrôlable. Il ne serait pas surprenant que d’ici quelques années, l’émir du Qatar cherche à endosser le rôle de " sage " actuellement dévolu à Cheikh Zayed des émirats arabes unis ou au Sultan Qabous d’Oman.

Les tabous brisés d’"Al Jazira "

Les règles de bienséance en vigueur entre les pays du CCG tombent au moment du lancement, en novembre 1996, de la chaîne d’information par satellite Al Jazira. Cette télévision, de droit privé mais financée au départ par le gouvernement du Qatar qui a généreusement offert un prêt de 500 millions de ryals, théoriquement remboursables sur cinq ans, s’est imposée en quelques mois dans tout le monde arabe comme la chaîne de référence, de par la liberté de ton qu’elle emploie.

Deux émissions en particulier, " Direction opposée " et " Plus qu’une opinion " illustrent ce ton nouveau, faisant voler en éclat les tabous jusqu’alors en vigueur dans les télévisions arabes. Les mesures de rétorsions ne se sont pas fait attendre : " Pour le moment, nous sommes les seuls sur ce créneau et notre audience croît tous les jours, confie le directeur de la station Mohammed Jassem Al Ali. Mais les régies publicitaires sont liées aux gouvernements de la région et font pression pour que nous n’ayons pas les budgets ". Traduction : les autorités des pays voisins ont vivement suggéré aux régies publicitaires de ne pas montrer trop de zèle dans la collecte des contrats au profit d’Al Jazira. à l’inverse, indice du succès de la chaîne satellitaire qatarie : lors de l’opération " Renard du Désert " (décembre 1998), le président irakien Saddam Hussein a choisi de s’adresser au monde arabe par l’intermédiaire d’Al Jazira, afin de toucher une audience maximale.

Au fil des mois, les émissions d’Al Jazira ont provoqué l’ire de l’égypte, de la Jordanie, du Koweït, et de quelques autres encore. L’émir du Qatar, cible de cette colère, répond que son gouvernement n’est pour rien dans le contenu des émissions d’Al Jazira mais qu’il est le garant de la liberté d’expression dans son pays, où il a d’ailleurs aboli le ministère de l’information l’année même où Al Jazira voyait le jour. Cheikh Hamad ne convainc généralement pas ses interlocuteurs mais la diplomatie faisant son œuvre, les rapports finissent généralement par se normaliser.

Il y a du vrai dans les deux points de vue. Il est exact que le professionnalisme des journalistes d’Al Jazira, recrutés dans l’ensemble du monde arabe, dépasse et de loin ce qu’on peut observer dans la plupart des chaînes concurrentes. Si l’audience de la chaîne est exceptionnelle, c’est avant tout à cette liberté de ton inédite et à un traitement professionnel des information qu’elle le doit. Mais il est tout aussi exact qu’en pratique, Al Jazira apparaît comme le bras non officiel de la diplomatie de Doha et que la verve de sa rédaction s’exerce rarement à l’encontre de la politique officielle du Qatar. En outre, la chaîne apporte un surcroît de notoriété à l’émirat, lui donnant une image libérale qu’il n’avait pas jusqu’alors.

http://mapage.noos.fr


Le Qatar débloque 50 millions pour les musulmans de France

L’Emirat du Qatar dans le Golfe Arabique vient de débloquer un fond de 50 millions d’euros destiné aux banlieues françaises, où vivent des centaines de milliers de jeunes musulmans. Cette information « discrète » mais officielle, est confirmée par des communiqués officiels qui affirment que les investissements du Qatar « visent à soutenir les petites entreprises des quartiers défavorisés musulmans ». Ségrégation ou non : les Qataris disent ici ne vouloir aider que les musulmans et non les français " infidèles".

De plus, le Qatar, comme l’Arabie saoudite, sont adeptes de la secte « wahhabite » ultraconservatrice de l’Islam, et certaines critiques disent que le véritable objectif de l’émirat est de colporter son idéologie religieuse parmi les musulmans en France et en Europe.
L’Emir du Qatar, le Cheikh Hamad bin Khalifa al-Thani, qui a longtemps cultivé une image de réformiste pro-occidental et de modernisateur, a récemment promis de « n’épargner aucun effort » pour répandre les enseignements fondamentalistes de l’islam wahhabite à travers « le monde entier. »

La promotion d’idéologies extrémistes islamiques – en particulier le wahhabisme, qui non seulement décourage l’intégration des musulmans en Occident, mais encourage activement le djihad contre les non-musulmans – menace de radicaliser encore les immigrés et descendants d’immigrés musulmans en France, estiment des analystes.

Les investissements qataris prennent pour cible les banlieues françaises ou règnent un climat de violence et de haine et où, bien souvent, la République a perdu tout pouvoir. Des quartiers où les musulmans ont souvent perdu tout espoir de vie meilleure.

Selon une récente étude sur la hausse de l’islam en France, « les banlieues sont déjà exploitées par des prédicateurs islamistes en provenance de pays comme le Maroc et la Turquie, qui mettent à profit la marginalisation sociale des immigrés musulmans en France pour créer des « sociétés islamiques séparées gouvernées par la charia. »

Le rapport de 2200 pages, intitulé « Banlieue de la République » – commandé par l’influent Institut Montaigne, et dirigé par Gilles Kepel, spécialiste bien connu du monde musulman – décrit comment les immigrants musulmans rejettent de plus en plus les valeurs françaises, l’identité française, au profit de l’islam.

Le rapport montre comment la charia gagne du terrain en France, remplaçant de plus en plus le droit civil français dans de nombreuses banlieues. Il met en garde la France sur une possible majeure explosion sociale suite aux difficultés musulmanes d’intégration dans la société française.

La France, pays où 5 à 6 millions de musulmans vivent (chiffre estimé par l’Etat), est le pays européen qui comporte la plus grande population musulmane.

Entre autres conclusions de cette étude du think tank Montaigne : la prolifération des mosquées, des écoles coraniques et des salles de prières improvisées dans les banlieues. Les orientations religieuses de ces mosquées sont fortement influencées par l’origine nationale du fondateur ou du président d’une mosquée. Cette situation contribue à une « nouvelle sociologie des croyants musulmans », composée principalement d’immigrants sous-scolarisés, à faible revenu, qui dépendent de l’appui financier de pays comme le Maroc, la Turquie, la Tunisie – et maintenant le Qatar -, pays qui poursuivent tous leurs propres objectifs en France.

Nabil Ennasri, Diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques d’Aix-en-Provence et président d’un groupe militant musulman appelé le Collectif des Musulmans de France (CMF), affirme que le Qatar tient à exercer son influence sur les musulmans en France. Il explique : « la France a une grande population musulmane d’origine arabe, qui un jour, jouera un rôle important dans la politique française. Investir dans cette population est un moyen de recruter des partisans qui – consciemment ou inconsciemment – feront la promotion des intérêts du Qatar « .

Le Qatar a joué un rôle clé dans le renversement du régime du colonel Mouammar Kadhafi en Libye, en fournissant aux insurgés de l’argent, des armes et des troupes. Mais le Qatar est également critiqué pour saboter le nouveau gouvernement intérimaire libyen en continuant à armer les militants islamistes.

Plus récemment, une armée de combattants wahhabites armés et financés par le Qatar a traversé la frontière turco-syrienne avec l’intention d’éliminer le président « laïc » syrien Bachar al-Assad pour y placer un chef d’Etat wahhabite.

Le Qatar fournit également une aide à des groupes terroristes comme le Hamas, les Frères Musulmans, ou aux gouvernements orchestrateurs de génocide comme celui d’Omar el Béchir au Soudan.

Le Qatar est une terre d’accueil pour le réseau de télévision controversé Al-Jazira, qui compte parmi ses présentateurs le Sheikh Yusuf al-Qaradawi, qui fait l’éloge des attentats suicides et est interdit de territoire dans de nombreux pays.

En Europe, le Qatar est le financier de la méga-mosquée de Sicile, actuellement en construction au sud de l’ile. Cette mosquée, dont le prix est estimé à plusieurs millions d’euros, située à Salemi, sera « un point de référence » pour les 1.5 million de musulmans d’Italie. Quelque 60% des mosquées en Italie sont contrôlées par les Frères musulmans, fortement influencés par l’idéologie wahhabite subventionnée par le Qatar et l’Arabie saoudite.

En Irlande, le Qatar a récemment fait don de € 800.000 pour construire une méga-mosquée dans la ville de Cork. La population musulmane de l’Irlande a décuplé en 20 ans, faisant de l’islam la religion en plus forte croissance dans le pays. Selon le Times irlandais, « l’influence des Frères musulmans constitue l’un des éléments les plus forts de l’islam en Irlande. »

En Espagne les spéculations vont bon train concernant l’avenir de La Monumental, arènes de tauromachie dont l’activité est aujourd’hui interdite par le gouvernement. Selon les rumeurs, cette arène de Barcelone, pourrait être vendue au rival du Qatar, Dubaï, qui prévoirait d’y construire une méga-mosquée. La Monumental peut accueillir 20.000 personnes dans l’état actuel des choses.

Extrait adapté d’un article de Soeren Kern, Senior Fellow pour les relations transatlantiques - Stonegate Institute- JSSNews


__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum