Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.

Stratégie militaire israëlienne contre l'iran   120px-10

http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Stratégie militaire israëlienne contre l'iran   EmptyMer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Stratégie militaire israëlienne contre l'iran   EmptySam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Stratégie militaire israëlienne contre l'iran   EmptyDim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Stratégie militaire israëlienne contre l'iran   EmptyVen 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Stratégie militaire israëlienne contre l'iran   EmptyMer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Stratégie militaire israëlienne contre l'iran   EmptySam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Stratégie militaire israëlienne contre l'iran   EmptyLun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Stratégie militaire israëlienne contre l'iran   EmptyMar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Stratégie militaire israëlienne contre l'iran   EmptyMar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Stratégie militaire israëlienne contre l'iran   EmptyLun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Stratégie militaire israëlienne contre l'iran   EmptyJeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Stratégie militaire israëlienne contre l'iran   EmptyJeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Stratégie militaire israëlienne contre l'iran   EmptySam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Stratégie militaire israëlienne contre l'iran   EmptyMer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Stratégie militaire israëlienne contre l'iran   EmptyLun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Stratégie militaire israëlienne contre l'iran   EmptyJeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Stratégie militaire israëlienne contre l'iran   EmptyMar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Stratégie militaire israëlienne contre l'iran   EmptyMer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Stratégie militaire israëlienne contre l'iran   EmptyMar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Stratégie militaire israëlienne contre l'iran   EmptyLun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Stratégie militaire israëlienne contre l'iran   EmptyDim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Stratégie militaire israëlienne contre l'iran   EmptyLun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Stratégie militaire israëlienne contre l'iran   EmptyLun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Stratégie militaire israëlienne contre l'iran   Empty
Mai 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Stratégie militaire israëlienne contre l'iran

Aller en bas

Sujet / Message Stratégie militaire israëlienne contre l'iran

Message par Syfou le Ven 17 Fév - 1:37

Stratégie Aériènne: Israël contre l'iran

"Pas de route idéale dans le ciel"

Comment procéderaient les Israéliens pour frapper l’Iran?

Israël dispose des moyens requis en termes de supériorité aérienne, de frappe et de ravitaillement en vol, ainsi que d'un savoir-faire quasi unique au monde en matière de pénétration et de brouillage des systèmes de défense aérienne ennemis. Face à cela, la défense antiaérienne iranienne repose en général sur des systèmes assez anciens. Schématiquement, trois chemins menant aux cibles semblent envisageables : au nord, par la Syrie et la Turquie ; au centre, par la Jordanie et l'Irak ; au sud, par l'Arabie saoudite et l'Irak ou le golfe Persique. Aucun ne serait politiquement aisé et tous comportent des risques d'accrochage avec les forces aériennes locales. Ces risques seraient peutêtre moindres en passant par la route sud – à condition toutefois que l'opération demeure extrêmement brève.

Combien de cibles seraient visées? Sur quelle durée?

Tout dépendrait des objectifs de l'opération, et donc des finalités de l'État hébreu. Les sites à vocation nucléaire seraient frappés en priorité, sachant qu'ils sont disséminés dans le centre du pays, qu'ils sont les plus défendus et que certains d'entre eux sont enfouis, profondément dans le cas de Fordo. Si elle ne vise qu'à ralentir la progression du programme nucléaire iranien, l'attaque pourrait probablement ne prendre qu'une ou deux nuits en se focalisant sur les deux cibles prioritaires que sont les sites d'enrichissement de Natanz et Fordo. À l'inverse, détruire l'ensemble des installations nucléaires potentiellement militaires ou tenter de faire plier le régime requerrait une offensive s'étalant en longueur. Or, le coût politique de l'opération s'accroît rapidement avec la durée…

Quelles répliques attendre de la part de l'Iran?

Les Iraniens détiennent entre 200 et 30 missiles Shahab-3, capables d'atteindre Israël, mais hésiteraient peut-être à les employer en représailles contre des frappes israéliennes limitées. Frapper Tel-Aviv pourrait être à double tranchant pour Téhéran, provoquer une escalade dans la région et une implication américaine. Il en irait de même pour une tentative de fermeture du détroit d'Ormuz. Par contre, on peut parfaitement envisager des frappes provenant de Gaza ou du Hezbollah au Sud-Liban. Bien qu'étant le fait d’acteurs soutenus par Téhéran, elles donneraient l'impression que le gouvernement iranien n'est pas directement impliqué.

(*) Institut français des relations internationales. Corentin Brustlein est l'auteur d'une étude, Vers la fin de la projection de forces?, accessible sur www.ifri.org


__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Stratégie militaire israëlienne contre l'iran

Message par Daûphin_zz_47 le Dim 13 Mai - 16:13

Israël-Iran : stratégie d’attaque et logistique de défense ; le point complet !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les voies aériennes envisagées :

Il y a beaucoup de voies aériennes pour attaquer l’Iran, mais il n’est pas nécessaire de toutes les dévoiler. Aussi, on peut baser nos projections sur ce qui est couramment cité, même si Tsahal à l’habitude de prendre un contre pied total des perspectives des « experts ». A l’évidence, Israël prépare des surprises stratégiques de tailles pour les 1eres sorties qui frapperont. Mais restons sur les 3 voies aériennes privilégiées.

- La première est la moins logique, car elle se base sur un survol de la Turquie, chose, qui avec nos relation actuelles, est impossible

- La seconde à une forte probabilité si les USA donnent leur accord en amont (plusieurs semaines avant le raid), et qui passerait pas la Jordanie puis L’irak

- La troisième est sans doute la plus privilégiée par Israël car déjà utilisée par le passé et bénéficie déjà de l’accord des autorités locales, mais surtout elle offre une voie direct sur l’Iran, il s’agit bien évidemment de l’Arabie Saoudite.

Alors pourquoi l’Arabie Saoudite ?

Malgré les apparences, l’Arabie Saoudite a déjà ouvert son ciel à notre armée de l’aire et c’était il y a 30 ans lors du raid sur Osirak. Et oui, peu le savent, mais c’est effectivement ce qui s’est passé.

En effet, comme Israël, l’Arabie Saoudite était pétrifiée de peur de voir un Saddam nucléarisé qui viendrait conquérir son territoire pour s’emparer du pétrole, d’ailleurs c’est ce qu’il tentera de faire 10 ans plus tard.

Après cette opération on se demanda comment elle fut possible, et l’un des arguments magistral aura été de dire, de la part des Israéliens, qu’en fait ils s’étaient fait passer, en parlant dans leurs radios quand ils survolaient l’espace aérien Jordanien pour des Saoudien et de Jordaniens pour le survol de l’Arabie Saoudite. Mais le plus drôle, c’est de dire qu’ils avaient pris à chaque fois des accents Jordaniens et Saoudiens pour flouer les contrôleurs aériens. Avouons que c’est énorme, surtout quand l’on sait que les pilotes étaient entre autre Zeev Raz, Amos Yadlin, Ethan Ben Eliyahou, Dobbie Yaffe, Hagai Katz, Amir Nachumi, Iftah Spector, Relik Shafir ou encore Ilan Ramon (zal), et que rien qu’à les entendre parler la langue étrangère qu’ils maitrisent le mieux, l’anglais, ils ne peuvent masquer leur énorme accent Israélien, alors les imaginer parler l’arabe avec des accents Saoudiens et Jordaniens est plutôt drôle pour les Achkenaz qu’ils sont.

De plus, on connaît tous la pseudo anecdote du Roi de Jordanie qui était, soit disant, sur son yacht et qu’il aurait vu passer les avions à très basse altitude et qui selon leur armement aurait compris que c’était pour aller bombarder Osirak. Elle est pas mal celle-là, n’est-ce pas ? Surtout quand l’on sait que par l’effet Doppler on entend seulement l’avion, à plus forte raison quand il est en très basse altitude, après qu’il nous soit passé dessus, et je l’ai vécu plus d’une fois en exercice. De plus les avions volent à plus de 250 mètres/seconde ce qui est extrêmement rapide. Mais, le Roi de Jordanie, lui, a vu les avions, leurs bombes, les pilotes et savait s’ils portaient des caleçons ou des slips. Et malgré tout cela, il lui a fallut toute la fin de journée pour réussir à prévenir le commandement Irakien, car « en plus », il y avait des « problèmes de communications »…

En outre, malgré la 1ere enfumade lors de l’aller, il se produisit exactement la même chose pour le retour, car nos avions empruntèrent la même voie et les mêmes voix pour rentrer à la maison. N’importe qui de sérieux voit bien que ça ne tient pas debout.

Évidement tout ceci était une farce, mais c’était l’excuse donnée pour ne pas que Saddam puisse se venger sur les Saoudiens et les Jordaniens qui avaient évidement donné leurs accords à notre aviation pour aller bombarder Osirak. Et bizarrement tout le monde a gobé cela en se disant que si Israël avait réussi un raid aussi compliqué, c’est qu’ils doivent bien savoir parler l’arabe avec des accents saoudiens, et puis après tout, ils habitent la-bas…

La logistique :

Beaucoup se basent et font des projections sur le nombre de kilomètre à parcourir, ce calcul est erroné, car il est impossible de savoir quelle route exactement nos pilotes emprunteront. En revanche, en se basant sur les capacités d’emports de kérosènes, là on sait quelles peuvent-entre nos limites.

Or donc, L’Arabie Saoudite présente la meilleur voie aérienne à emprunter. Néanmoins, si une autre voie était choisie, il serait impossible que nos avions puissent emporter plus de 2272 gallons, soit 8.600 litres de Kérosène pour les F-16I et 4695

gallons, soit 17.773 litres pour les F-15I et F-15Baaz. Ce qui correspondrait à un armement d’environ 10,050 kg pour le F-16I, d’environ 12,170 Kg pour les F15Baaz et d’environ 18.200 Kg pour le F-15I.

La capacité d’emport en kérosène n’est pas si élevée, et le poids que ça comporte peut être très pénalisant pour les manœuvres sensibles et pour l’emport d’armement supplémentairement. Dans le cas de nos F-16I, les avions seront équipé de deux réservoirs externes non-largables de 900 gallons de capacité en tout, plus un réservoir ventral largable de 300 gallons. Quant aux F-15Baaz et F-15I, ils auront deux réservoirs externes non-largables de 1456 gallons et de deux réservoirs largables de 610 gallons chacun.

Mais une fois les réservoirs largués, les avions peuvent se ravitailler pour rentrer avec maximum 1972 gallons pour le F-16I et avec maximum 3475 gallons pour les F-15Baaz et F-15I. Toute la question est de savoir si les avions auront besoin d’avoir un ravitaillement unique qui soit partiel ou complet, ou qu’il soit nécessaire d’en faire plus d’un.

Le ravitaillement :

Nous disposons de 8 ravitailleurs, des Boeing 707, à rayon d’action élargi. Leurs capacités de stockage de kérosène pour les avions sont de 24.304 gallons, soit 92.000 litres, ce qui représente un total en capacité de 210.432 gallons, soit 736.000 litres, ce qui est trop peu si un ravitaillement complet est nécessaire pour nourrir toute la flottille (explications plus bas).

La première vague :

Il faut comprendre qu’une fois l’ordre de mission donné, les cibles prioritaires lors de la première vague ne sont pas les centrales elles-mêmes, car elles sont statiques et ne bougeront pas, mais tout ce qui permettrait de nuire à la bonne réalisation de l’opération, il faudra donc détruire les capacités de répliques adverses. Je n’ai nullement, ici, l’intention de détailler ce point car il est bien trop sensible et y donner des détailles, pourraient être préjudiciables à nos forces.

La résistance que l’on pourrait rencontrer :

Clairement, ce point est sans doute l’un des plus facile à analyser et à décrire, tant les forces en présences sont totalement disproportionnées. L’Iran, n’a aucunement les moyens de résister à une attaque venant de notre part.

En effet, tous ses systèmes de défense sont obsolètes pour la plupart et sont déjà parfaitement connu de notre aviation qui s’y est déjà frottée pendant les dernières guerres ou lors de la dernières opération en Syrie. Qu’il s’agisse des TOR, des Pantsir-S1 (remarquablement foulés lors de l’attaque sur la centrale Syrienne), des MIM-23-HAWK, des 2K12 KUB (guerre de Kippour et Liban en 82), des S-75 Divina (guerre des 6 jours et Kippour), des S-200 ou des RIM-66 Standard (qui ont 45 ans). Mais l’Iran pourrait quand même nous réserver une surprise puisqu’ils prétendent qu’ils ont acheté du Balarus deux batterie de S-300. Même si ce serait vrai, malgré que beaucoup pensent que c’est du bluff, nos pilotes savent déjà comment contrer les S-300.

En outre, l’Iran dispose d’une aviation complètement archaïques à coté de la notre. Le seul avion moderne qu’ils aient est le MIG-29. Avion avec lequel nos pilotes s’entraînent déjà depuis des années et qu’ils connaissent parfaitement. D’ailleurs, l’Iran en a à peine 25. De plus, l’Iran dispose de vieux F-14, environ 40, et d’encore plus vieux F-4 et F-5, une 60enne, pour lesquels ils n’ont pas les pièces détachées à cause de l’embargo. Résultat, sans doute une petite dizaine de chaque doit pouvoir voler. Donc, si nos pilotes ne les clouent pas au sol dés le départ, ce seront nos Pythons 4/5, Derby et nos AMRAAM’S qui les détruiront sans que jamais leur pilotes n’aient vu les nôtres.

Les répliques :

Avant de lancer une opération si compliquée, il faut avant tout analyser quelles pourraient être les ripostes possibles afin de les détruire en amont.

Jusqu’à il y a peu, l’Iran avait réussi un coup de maître, qui était de nous maintenir dans un entonnoir qui pouvait nous causer de très gros dégâts. Cet entonnoir était composé du Hamas, du Hesbollah et de la Syrie, soit un potentiel de plus de 100.000 missiles. Mais grâce au ciel depuis peu Assad est en phase terminale de son règne et donc la Syrie Sunnite (islamiste) ne poursuivra pas ses liens privilégiés avec le Hesbollah et l’Iran Chiite complices d’Assad. La clef est là. En effet, au jour d’aujourd’hui, il est quasiment sur que la Syrie, qu’elle soit encore sous le joug d’Assad lors de l’opération, le Hesbollah, qui n’aura plus sa tête de pont Syrienne pour le livrer en armement en grande quantité, et le Hamas, qui s’est récolté une tannée en 2008 et qui depuis se fait tout petit, ne lanceront pas la moindre pierre contre Israël. Donc en terme de répliques directs et immédiates l’Iran n’aura plus que ses Shihab-3 et ses Fajr-3, qui représentent un total d’environ 850/900 missiles environs. Néanmoins, nous savons qu’un missile sur quatre est totalement défaillant. A ceux-là, s’ajoutent ceux qui ont été trafiqué par le Mossad, comme ce fut le cas lors de l’explosion du Shihab version ogive nucléaire et qui leur a explosé à la figure. A ce jour ils ne savent toujours pas s’ils peuvent avoir entièrement confiance en leur missiles. Mais ils en tireront certainement et leur cibles 1eres seront les pistes d’atterrissages des bases de l’armée de l’aire afin d’empêcher les sorties suivantes, ce qui les forcera à se découvrir et nos Delilah, aidés par nos satellites, détruiront assez rapidement leurs batteries. Quant à ceux qu’ils auront réussi à tirer, ils seront quasiment tous détruit par nos système antimissiles, le HETS. Il est donc peu probable que nous subissions des tirs de missiles ou que si c’était le cas, ils soient presque tous interceptés. La violence de nos attaques sur l’Iran dissuadera le Hebollah et le Hamas qui ne voudront pas subir le même sort.

Pour être plus complet, il convient également de signaler que l’Iran pourrait avoir de fortes capacités de nuisances, notamment en bloquant avec ses navires le Détroit d’Ormuz, ou d’y attaquer à l’aide d’embarcations suicides rapides les pétroliers qui y naviguent, provoquant l’effondrement de l’économie mondiale. De plus, l’Iran pourrait très bien envahir l’Irak, à 60% chiite, en y étant accueillit avec des roses. Et de là, lancer de grandes marches de 10ennes, voir de centaines de milliers d’hommes en direction d’Israël afin de l’envahir. Ces projets sont connu de nos services et pour éviter cela il serait judicieux, lors de l’attaque, de détruire la marine et les forces terrestres Iraniennes, histoire de les laisser complètement démunis et paniqués face à leur entourage qui leur est totalement hostile.

L’attaque :

Il y a plusieurs stratégies possibles, hormis celles décrites plus haut, il se pourrait que les attaques se concentres uniquement sur les centrales nucléaires, en une seule vague. A ce moment là, les configurations sont différentes, mais deux semblent être les plus appropriées.

La 1ere serait basée sur l’envoi en tête de ce que l’on appelle notre « hod ahanit », que sont nos 25 F-15I et autant de F-15Baaz. Les premiers se chargeraient, avec nos Gulstream 500 et 550, munis d’équipements électroniques ultra sophistiqués, de brouiller, de désorienter et de détruire, si besoin, les défenses ennemies. De plus, ils joueraient le rôle de protecteurs des bombardiers F-16I en s’interposant ou en créant des diversions.

La deuxième configuration est quasiment la même, sauf qu’elle est entièrement calquée sur ce qui s’est fait en 81 à Osirak. Malgré, que beaucoup disent qu’il y a peu de similitudes, ce qui est totalement vrai sur les forces et l’armement dont nous disposons aujourd’hui, néanmoins, le schéma tactique de 81 est toujours parfait et peut être utilisé aujourd’hui et la preuve en est le nombre exacte nécessaire de F-15I.

En effet, si la 1ere vague est de détruire les 4 réacteurs de Fordo, Arak, Ispahan et de Natanz, alors en nous basant sur 81 la formation sera la suivante : Par cible il y aura 8 F-16I qui se chargeront du bombardement et 6 F-15I qui se chargeront de la protection et du brouillage électronique. Ce qui nous donne un total de 24 F-15I (c’est drôle, nous en avons exactement 25) et 32 F-16I. Chacun des F-16I sera muni d’au moins 2 bombes GBU-28, 1 ou 2 BLU-109, 1 ou 2 GBU-31, 2 AIM-120, 2 Derby, 2 Pythons 4/5 et sans doute de 1 Dalilah et/ou 1 Spice. Pour les F-15I, au moins 2 avions par objectif auront chacun 2 GBU-28 pour palier à d’éventuels problèmes qui surviendraient sur des F-16I. Autrement, chaque avion pourrait être armé avec 2 ou 4 AIM-120, de 8 derby, 4 Pythons 4/5, de deux GBU-39 et sans doute, d’une bombe Thermo nucléaire B61 à faible intensité. Cette option est envisagée pour les cibles trop enfuis sous terre et sur lesquelles les attaques n’auraient pas ponctionnés. Utiliser cette arme causera, par la violence des ondes, une destruction quasi totale des cibles très enfuis. Néanmoins, pour éviter l’utilisation d’une telle arme, les américains auraient promis récemment de nous livrer des GBU-57, qui ont le doux sobriquet de « penetrator ». C’est une bombe monstrueusement grosse, elle fait plus de 13,600 Kg et pénètre le béton armé sur plus de 60 mètres ! Le seul souci c’est qu’elle ne peut pas être lancée à partir des avions dont nous disposons. Elle ne peut être fixée uniquement que sur B-52 ou des B-2. Sans doute que les américains vont nous prêter également l’avion qui va avec.

Si nous restons sur cette optique arienne cela veut dire que nous auront 25 F-15I (pour Natanz il y en aura sans doute 7 avec une B61) et 32 F-16I, ce qui nous donne en nécessité de ravitaillement long un besoin de 149,979 gallons, ce qui correspond à 6 avions ravitailleurs. Là, nous avons une stratégie cohérente et surtout applicable entièrement. En revanche si une plus grande nécessité d’avions pour la 1ere vague était nécessaire ou qu’il faille bombarder plus de 4 cibles, nous aurions inévitablement besoin de ravitailleurs supplémentaires qu’il faudra emprunter soit aux Italiens, aux Grecs, aux Roumains voir aux Américains. Sachant qu’un avion peut ravitailler entièrement 12 F-16I ou 7 F-15//Baaz…

L’astuce stratégique :

Un dicton militaire dit que l’on sait comment commence une guerre mais qu’il est impossible de savoir quand elle va se terminer. Savoir sortir d’un conflit est aussi important que la manière dont nous y sommes entré. Pour ne pas que la situation dérape dangereusement en notre défaveur il faudra employer une astuce stratégique.

Celle-ci se situe sur les attaques que nous mèneront. Il est indispensable de ne faire quasiment aucun morts Iraniens voir de détruire très peu d’infrastructures. Ainsi, nous pourrons leur dire que nous avons détruit juste du matériel et que si par malheur ils s’avisaient de tirer le moindre missile, bloquaient Ormuz ou feraient le moindre attentat contre nous, là, nous les détruiront totalement. Plus d’armée, plus d’infrastructures électriques, plus de pétrole, plus d’eau, bref plus rien. En clair, lors de l’attaque, il ne faudra leur montrer à quel point ils sont vulnérables sans pour autant causer des frappes qui fragilisent leur gouvernement dictatorial en le mettant dans une situation ou il pourrait se faire renverser pas notre faute. Il n’aurait, alors, plus rien à perdre. Il faut leur laisser une fenêtre de sortie sans qu’ils ne perdent plus que leur honneur.

Enfin, Israël ne laissera jamais l’Iran se nucléariser et si les américains se refusaient à bombarder les centrales, alors Israël prendrait les devant et annihilera les visées nucléaires Iraniennes et de façon durable. A l’évidence beaucoup ont peur, mais qu’ils sachent que le temps joue pour nous. Si Assad tombait dans les prochaines semaines ce serait un énorme soulagement pour tous car l’Iran serait totalement isolé. Il ne faut donc pas avoir peur, Israël à les moyens de ses ambitions et les moyens de nous défendre. Ici, nous ne risqueront rien, car Tsahal ET D.ieu veillent sur son peuple.

Ramatkal – JSSNews

__
-------------
" Il ya deux manières d'ignorer les choses:
La première, c'est de les ignorer;
La seconde, c'est de les ignorer et croire qu'on les sait.
La seconde est pire que la première."



Peuple sans mémoire, peuple sans histoire


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


https://www.facebook.com/DIKKTARIOF

Daûphin_zz_47
Daûphin_zz_47
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 2215
Age : 37
Date d'inscription : 06/08/2010
Localisation : tlc

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Stratégie militaire israëlienne contre l'iran

Message par Sphinx le Sam 4 Aoû - 2:19

Nucléaire iranien : Les Etats-Unis évoquent à nouveau l’option militaire en dernier recours

Les Etats-Unis ne ménagent pas leurs efforts pour dissuader le gouvernement israélien de lancer une opération militaire contre les sites nucléaires iraniens. Le 16 juillet, Hillary Clinton, la secrétaire d’Etat américaine, a affirmé, lors d’un déplacement en Israël, que Washington utiliserait « toutes les composantes de sa « puissance pour empêcher l’Iran d’accéder à l’arme nucléaire ».

Seulement, les dirigeants israéliens s’impatientent. « Le moment est venu pour le monde entier de se préparer à une action unie, à un objectif uni dans la volonté politique de stopper rapidement et définitivement le projet nucléaire iranien » a ainsi déclaré, 10 jours plus tard, Ehud Barak, le ministre de la Défense de l’Etat hébreu. « Les événements du printemps arabe, qui s’est progressivement transformé en un été islamique, démontre qu’à l’heure ultime des décisions, en ce moment de vérité, nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes » a-t-il encore ajouté.

Qui plus est, l’on estime à Tel Aviv que les sanctions internationales n’ont pas produit les effets escomptés et l’on craint que Téhéran n’entre dans une « zone d’immunité » et que les sites nucléaires iraniens soient hors d’atteinte d’une opération militaire. En outre, selon la presse israélienne, qui s’appuie sur des sources du renseignement, l’Iran aurait accéléré le rythme, en dépit des cyberattaques, des assassinats ciblés de scientifiques iraniens et autres opérations clandestines.

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Nucleaire-iranien-Les-Etats-Unis-evoquent-a-nouveau-l-option-militaire-en-dernier-recours-13118.html

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Stratégie militaire israëlienne contre l'iran

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum