Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Mer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Sam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Dim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Ven 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Mer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Sam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Lun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Mar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Mar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Lun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Jeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Jeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Sam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Mer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Lun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Jeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Mar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Mer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Mar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Lun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Dim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Lun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Lun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Mars 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Actualité de la campagne présidentielle Américaine 2012

Aller en bas

Dossier datualité Actualité de la campagne présidentielle Américaine 2012

Message par Syfou le Dim 8 Avr - 16:38

Primaires républicaines: le parti républicain se resserre autour de Mitt Romney




La semaine à venir s'annonce positive pour Mitt Romney, avec de fortes chances de remporter mardi trois nouveaux scrutins dans la course à l'investiture républicaine, au moment où il s'attire d'importants soutiens au sein de son parti.

Tout indique que l'ancien gouverneur du Massachusetts (nord-est) peut sortir vainqueur des primaires républicaines organisées dans le Maryland (est), le Wisconsin (nord) et la capitale américaine, renforçant son avance pour devenir le candidat qui affrontera Barack Obama lors de la présidentielle du 6 novembre, selon les experts.

Depuis quelque temps, M. Romney ne s'en prend d'ailleurs plus qu'à son rival démocrate. Vendredi, en campagne dans le Wisconsin, il n'a pas une seule fois cité le nom de ses adversaires républicains -- Rick Santorum, Newt Gingrich et Ron Paul --, préférant souligner "les visions fondamentalement différentes sur l'Amérique" qu'il a avec M. Obama.

"Le président Obama n'est pas responsable de la récession, mais il n'a pas su amener la reprise", a ainsi lancé Mitt Romney lors d'une réunion électorale à Appleton, dans le Wisconsin.

Avec de bonnes chances de remporter les 1.144 délégués nécessaires à sa nomination, le candidat fait bien de "ne pas s'en prendre" à ses rivaux républicains, indique à l'AFP l'historien Allan Lichtman. "Il endosse déjà le rôle du candidat (officiel de son parti, NDLR), c'est absolument ce qu'il faut faire", poursuit ce professeur de l'Université américaine de Washington.

Mitt Romney devance pour le moment ses rivaux avec le soutien de 566 délégués, selon le site RealClearPolitics, soit plus du double que son principal rival Rick Santorum (263).

Et les responsables républicains se rallient de plus en plus à sa candidature. Vendredi, Paul Ryan, le très influent président de la commission budgétaire de la Chambre des représentants, a vanté sur Fox News "les capacités, la ténacité, les principes, le courage et l'intégrité (de Mitt Romney) pour faire ce qu'il faut pour remettre l'Amérique en selle".

Par ailleurs, a-t-il jugé, "les républicains doivent faire bloc autour de Mitt Romney et se consacrer à la tâche principale qui est de battre Barack Obama à l'automne".

Mitch McConnell, un responsable de la minorité républicaine au Sénat, a enfoncé le clou dimanche sur CNN: "Il sera très certainement notre candidat", a-t-il dit, estimant qu'il était "dans l'intérêt du parti de se rassembler derrière celui qui parait être le mieux placé pour être notre candidat".

M. Romney vient également de recevoir le soutien de l'ancien président George Bush père et de l'étoile montante du parti républicain, le sénateur Marco Rubio.

Sans oublier un hommage de Newt Gingrich, son rival en troisième position à ce stade, qui a concédé que "Mitt Romney est clairement celui qui mène la course".

Pour autant, aucun de ses trois rivaux ne semble prêt à lâcher la course.

Dimanche, Rick Santorum a affirmé "aller de l'avant", en arguant de bons sondages pour les primaires à venir dans le Texas, l'Arkansas, Virginie occidentale, Caroline du nord, Indiana et Kentucky. Le mois de "mai sera très bon pour nous", a-t-il dit sur Fox News.

Sur CBS, M. Gingrich s'est affirmé prêt à soutenir Mitt Romney pour le mener à l'élection. Et "si je suis le candidat républicain, ils m'aideront. Nous nous consacrons tous à la défaite de Barack Obama", a-t-il néanmoins ajouté.

Quant à Ron Paul, il a affirmé qu'il "n'avait rien décidé" sur un quelconque soutien, "je suis encore en campagne", a-t-il dit sur CBS.

http://tempsreel.nouvelobs.com


La claque d'Obama aux Républicains

Le parti Républicain qui a passé trois années à décrier la politique de Barack Obama le socialiste, à défaut d'avoir une idée sérieuse à proposer, vient de se distinguer par un budget qui s'inspire, au moins dans sa radicalité, d'octobre 1917. Sauf que l'on est en 2012 et aux États-Unis.

"Le budget est tellement à droite qu'en comparaison, Contract With America, le manifeste politique de Newt Gingrich en 1994, pourrait passer pour le New Deal (de Franklin Roosevelt)", a déclaré Obama lors d'un déjeuner de l'Associated Press. Après trois années de tentatives de compromis futiles avec les Républicains, Barack Obama vient enfin de frapper un grand coup. Il était temps.



Flickr White House

Et l'éditorial du New York Times, celui que toute la classe politique lit en premier chaque matin, vient de soutenir la sortie du président contre une proposition de budget 2013 qui, sous couvert de réduction du déficit budgétaire, favoriserait les riches (ceux gagnant plus de 250.000 dollars par an), tandis que les plus pauvres et leurs programmes, mais aussi les budgets des Parcs nationaux, de la recherche, de l'éducation, seraient sabrés.

Et c'est la première fois que Barack Obama cite Mitt Romney, son probable adversaire en novembre prochain, qui a adopté le budget de la Chambre des Représentants comme le sien. Le Times parle d'un "budget malhonnête" et "d'une politique discréditée" selon laquelle la richesse des plus favorisés profite également aux plus modestes. Obama a eu beau jeu de rappeler que Romney, le pauvre qui va être mis en charpie en novembre par Obama, avait qualifié ce budget Républicain de "marvelous" (fantastique). Toute l'histoire des États-Unis repose non pas sur quelques riches dont les miettes viennent jusqu'aux plus modestes, mais sur la force de sa middle class (classe moyenne).

Le meilleur exemple dont devraient s'inspirer les Républicains, est celui de Theodore Roosevelt, partisan d'un marché libre et fort, mais attentif à la protection de la classe moyenne. Or le budget proposé par l'idéologue Paul Ryan, est au contraire d'y aller à la tronçonneuse dans les budgets essentiels à la bonne santé de la classe moyenne, celle qui fait tourner l'économie et qui a apporté aux États-Unis la prospérité sans précédent de ces 50 dernières années.
Par son discours devant les responsables de journaux, 44th a défini le thème de sa campagne à venir : redonner le sens de la sécurité économique à la nation tout en donnant à chacun les mêmes chances, au lieu de favoriser une petit groupe d'Américains déjà excessivement privilégiés.

http://blog.lefigaro.fr


Etats-Unis : les républicains se défendent de faire la "guerre aux femmes"



Accusés par les démocrates de faire la "guerre aux femmes" et à leurs droits, les républicains se défendent afin d'éviter de perdre ce qui représente l'un des grands enjeux des élections américaines de novembre 2012. "Je sais que notre parti est traditionnellement confronté à la question du droit des femmes et je pense que le parti démocrate a fait un travail efficace pour déformer nos positions", a reconnu cette semaine Mitt Romney, le favori de la course à l'investiture républicaine pour la présidentielle du 6 novembre.

Depuis plusieurs semaines, la machine électorale démocrate pilonne les républicains, accusés de négliger le droit des femmes en soutenant des positions ultraconservatrices sur des sujets de société tels que l'avortement ou la contraception. Dans ces primaires républicaines, dont le ton est largement orienté à droite, les républicains ont perdu le soutien de nombreuses femmes.

Représentant 53 % du corps électoral américain, celles-ci avaient choisi Barack Obama à 56 % en 2008. Selon un sondage Gallup/USA Today publié cette semaine, M. Obama (51 %) mène devant Mitt Romney (37 %) dans plusieurs Etats-clé pour la présidentielle de 2012, par 14 points de pourcentage d'avance chez les femmes centristes (indépendantes).

Devant ces chiffres alarmants, les républicains - empêtrés dans une guerre fratricide pour la désignation d'un candidat - ont commencé à se pencher sur la question. Jeudi, la gouverneur de Caroline du Sud, Nikki Haley, qui soutient Mitt Romney, est allée défendre son candidat sur CNN. "Si le gouverneur Romney n'a pas un bon contact avec les femmes, il doit s'investir et parler des sujets qui les préoccupent", a-t-elle dit avant d'ajouter que M. Romney devrait utiliser à ces fins "l'atout en or dont il dispose: sa femme Ann".

LA MÉTAPHORE DE LA CHENILLE

De son côté, le président du parti républicain Reince Priebus s'est insurgé cette semaine contre l'étiquette que les démocrates tentent d'imposer à son parti, en utilisant une comparaison osée. "Si les démocrates disaient que nous faisons la guerre aux chenilles (...) alors nous aurions des problèmes avec les chenilles", a-t-il lancé sur la chaîne Bloomberg, en provoquant un tollé chez les démocrates.

"Je pense que les derniers commentaires de membres du parti républicain ont contribué à aggraver leur réputation auprès des femmes", a dit à l'AFP Katherine Jellison, professeur d'histoire à l'Univeristé de l'Ohio. "Même si M. Romney n'a pas été l'un des participants les plus actifs dans ce genre de rhétorique, le fait qu'il porte les couleurs du parti républicain en ce moment et qu'il n'ait pas désapprouvé énergiquement les propos de ses collègues ne lui bénéficie pas", a-t-elle relevé.

ASSURANCE-MALADIE ET CLUB DE GOLF HUPPÉ

Vendredi, la Maison Blanche s'est engagée dans cette bataille en défendant les acquis sociaux des femmes, menacés selon elle par une éventuelle annulation par la Cour suprême de la réforme de l'assurance-maladie adoptée en 2010. Si la réforme était frappée d'inconstitutionnalité, "ce serait une catastrophe pour les femmes", a expliqué une haute responsable de l'administration Obama sous couvert d'anonymat.

La veille, M. Obama lui-même était monté au créneau en se prononçant pour l'accès des femmes au très privé Augusta National Golf Club, situé en Géorgie. "Son opinion personnelle est que les femmes devraient y être admises", a estimé Jay Carney, le porte-parole du président. Le sujet du droit des femmes était devenu brûlant le mois dernier lorsque Rush Limbaugh, célèbre animateur de radio conservateur, avait insulté Sandra Fluke une militante du droit à la contraception. La jeune femme avait averti que la politique des républicains était susceptible d'entraîner les "pires conséquences" pour la santé des femmes. L'animateur avait dû présenter ses excuses.

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2012/04/08/etats-unis-les-republicains-se-defendent-de-faire-la-guerre-aux-femmes_1682344_3222.html


__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Dossier datualité Re: Actualité de la campagne présidentielle Américaine 2012

Message par Daûphin_zz_47 le Jeu 19 Avr - 9:51

Barack Obama lance une campagne pour séduire l'électorat latino

Barack Obama a lancé mercredi une série de publicités en espagnol et des propositions visant à s'attirer les faveurs de l'électorat «latino» en vue de sa réélection à la Maison blanche.

Selon des études d'opinion, l'électorat féminin et latino préfèrent Barack Obama à Mitt Romney, qui devrait représenter le camp républicain à l'élection du 6 novembre prochain.

«Latinos for Obama»

La campagne «Latinos for Obama» doit permettre d'accroître le nombre de membres de la communauté hispanophone inscrits sur les listes électorales et les convaincre de participer à la campagne.

«Ce n'est pas un secret de dire que les Latinos seront un élément décisif de cette élection», a déclaré Jim Messina, le directeur de campagne, qualifiant «d'extrême» le projet de réforme de l'immigration de Romney.

Certains membres de la communauté latino aux Etats-Unis critiquent toutefois Barack Obama pour ne pas avoir réalisé une réforme de l'immigration lors de son mandat, comme il l'avait promis lors de la précédente campagne. Obama a accusé les Républicains au Congrès d'avoir bloqué son projet et a promis qu'il réaliserait la réforme s'il était élu pour un second mandat.

Reuters

__
-------------
" Il ya deux manières d'ignorer les choses:
La première, c'est de les ignorer;
La seconde, c'est de les ignorer et croire qu'on les sait.
La seconde est pire que la première."



Peuple sans mémoire, peuple sans histoire





https://www.facebook.com/DIKKTARIOF

Daûphin_zz_47
Daûphin_zz_47
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 2215
Age : 37
Date d'inscription : 06/08/2010
Localisation : tlc

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum