Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Meilleurs posteurs
8022 Messages - 42%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
128 Messages - 1%
122 Messages - 1%
94 Messages - 0%
87 Messages - 0%
Galerie


Septembre 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier

Connexion

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Daûphin_zz_47
Adm
Adm
Masculin
Nombre de messages : 2215
Age : 36
Date d'inscription : 06/08/2010
Localisation : tlc

Sujet / Message Position marocaine

le Jeu 19 Avr - 10:48
LES FONDEMENTS DELA POLITIQUE ETRANGERE

DU MAROC Les récents événements qui ont secoué la ville d’Elayoun, n’auront été que l’arbre qui cache la forêt du voisinage inconstant hispano-marocain. Ils ont démontré, preuves à l’appui, la précarité et l’imprévisibilité du voisin du nord.

Le Maroc, qui s’attendait à des prises de positions tranchées de la part du gouvernement socialiste de Madrid, s’est trouvé incrusté dans un ballotage d’opportunisme pré-électoral, mettant aux prises le P.P.E et le P.S.E.

Ainsi, au lieu de tout faire pour ne pas tomber dans l’indésirable, le département des affaires étrangères marocaines, s’est maladroitement jeté dans un gouffre obscur et profond où foisonnent des populations de vipères impitoyables, rompues particulièrement aux morsures traîtresses et fatales. !

La réalité toute crue, la vérité toute amère, nous semble-t- il, est à découvrir du côté de M. Affaires Etrangères qui manque lamentablement de vision, de stratégie, de tactiques, de démarches, de procédés, de procédures, qui agit en voyageant et qui voyage en agissant. !

Il fait preuve d’une déficience politico-intellectuelle inadmissible pour le département, si sensible, qu’il dirige : un département où il n’y aurait pas de place pour des dormeurs, des somnolents, des sournois confirmés.

Les Affaires Etrangères ne requièrent plus des randonnées de plaisance, mais elles exigent plutôt des chevauchées impressionnantes, du point de vue du contenu, glaciales et discrètes du côté de la forme.

En ce sens, le ou les locataires du siège imposant des A .E.M. devraient, avant et surtout bénéficier d’une vaste et remarquable panoplie de compétences communicatives, adaptables à toutes les situations prévisibles et imprévisibles.

Comment, ne comprennent-ils pas que les pays dits amis, pensent et agissent en termes d’intérêts, et s’ils font semblant de soutenir les causes marocaines, il va de soi qu’ils ne le font pas gratuitement, ni bénévolement. Ils ne sont pas disposés à faire le moindre cadeau dans de telles affaires.

La politique étrangère du Maroc est gérée au fur et à mesure que surgit un différend jusque là ignoré ou oublié. Ce sont les cas du Sahara, de Ceuta et Mellila, de la position marocaine au sujet de
la Palestine, et au sujet des différents foyers de tension de par le monde.

Le Maroc n’a pas sa propre politique étrangère, désormais il a tendance à compter sur des amis, il se dérobe…On dirait que sa politique étrangère dépend entièrement de l’extérieur. !

DE VIVE VOIX : Mohammed ESSAHLAOUI



Le Maroc réitère sa position arabe et africaine (SYNTHESE)

Le nouveau ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération, Saad-Eddine El Othmani, a réitéré la position du Maroc sur plusieurs questions qui intéressent le monde rabe et africain en soulignant l'importance d'approfondir les relations existant entre le Maroc et les pays arabes et africains, particulièrement sur les plans économique et culturel.

S'exprimant lundi à Rabat en recevant séparément les ambassadeurs arabes et africains accrédités au Maroc, M. El Othmani a indiqué que le renforcement des liens de coopération avec les pays du Sud a toujours occupé une place centrale dans les options stratégiques du Maroc, qui joue un rôle d'avant-garde pour l'unité du continent africain.

Dans ce sens, le chef de la diplomatie marocaine a déclaré que le Maroc place l'Afrique, son continent d'appartenance, au coeur de son action extérieure. C'est pourquoi, le royaume compte défendre en priorité les intérêts de l'Afrique au sein du Conseil de sécurité de l'ONU dont il est membre non permanent pour une durée de deux ans.

Le Maroc oeuvrera lors de son mandat au Conseil de sécurité de l'ONU (2012-2013) à défendre les intérêts et les aspirations des pays africains en tenant compte des principes d'ouverture et de coopération, a-t-il assuré.

Il a souligné que le développement économique et social du Maroc est lié à celui du continent africain, relevant que l'action du royaume s'articule autour de quatre axes primordiaux, à savoir la formation des cadres, l'assistance technique, la coopération économique et financière et la coopération humanitaire.

M. El Othmani a indiqué que le développement des relations entre le Royaume et l'Afrique procède d'une volonté politique manifeste, soulignant que l'intensité de cette coopération reflète l'importance de la profondeur stratégique du voisinage africain dans la politique extérieure marocaine.

Le ministre a, dans ce sens, rappelé que la vision stratégique du Maroc dans sa politique africaine privilégie éminemment le volet économique, qui est régi par un cadre juridique comprenant plus de 480 accords de coopération. Cette coopération connaît également une implication du secteur privé dans les différentes initiatives gouvernementales en direction du continent.

En effet, du fait d'un contexte international marqué par l' intensification de la concurrence sur les marchés du Nord, le marché africain pourrait constituer une niche stratégique pour les entreprises nationales, compte tenu de sa taille potentielle, appelée à gagner en importance avec les efforts déployés par la communauté internationale en faveur du développement du continent africain.

Le ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération a également appelé au renforcement des relations interarabes pour faire de la région non seulement un espace de libre-échange, mais aussi un cadre participatif et d'intégration élargie englobant toutes les questions stratégiques, politiques et de droits de l'Homme.

"Il importe d'orienter ces rapports vers les domaines d'excellence que partagent le Maroc avec ses partenaires en vue de drainer davantage d'investissements, renforcer le commerce bilatéral et de réaliser des projets de développement au service des intérêts communs", a-t-il indiqué.

M. El Othmani a également mis l'accent sur l'attachement du Maroc à son appartenance maghrébine en tant qu'option stratégique. L'appel du diplomate marocain répond à cet objectif de contribuer à l'édification d'une économie maghrébine compétitive et intégrée, à réaliser des projets mixtes, à promouvoir les échanges commerciaux intermaghrébins et à renforcer les investissements et la circulation des biens et des capitaux entre les pays de l'UMA ( Union du Maghreb Arabe), qui regroupe l'Algérie, la Libye, le Maroc, la Mauritanie et la Tunisie.

http://french.people.com.cn/96852/7700854.html


Les relations extérieures

Le ministère marocain des Affaires étrangères et de la Coopération (fr.) : on y trouve les CV du ministre et du secrétaire d’État, l’organigramme du ministère, les textes de discours du roi, des communiqués officiels pour l’année 2000 et une petite présentation du pays (accessible seulement avec Explorer).

Les relations hispanno-marocaines

L’Espagne et le Maroc, un couple parfait : Lors de sa récente visite éclair au Maroc, Zapatero a affirmé sa volonté de renforcer les liens économiques entre son pays et le Maroc (par Aïssa Amourag, Maroc-Hebdo, avril 2004)

Maroc-Espagne : Les grandes retrouvailles (Le Matin, janvier 2005)

http://www.bibliomonde.com/donnee/maroc-les-relations-exterieures-46.html


Le Maroc demande à Moscou de faire pression sur le gouvernement syrien

Le chef de la diplomatie marocain a exhorté ce mercredi la Russie à faire pression sur le gouvernement syrien pour qu'il respecte le cessez-le-feu et qu'il retire se troupes des villes conformément au plan de paix de l'émissaire spécial de l'Onu Kofi Annan.

«Nous continuons de souhaiter le succès de la mission d'Annan et nous pensons que la Fédération de Russie peut jouer un grand rôle pour convaincre le gouvernement syrien de respecter le cessez-le-feu et les conditions de retrait des forces (de sécurité) des villes», a déclaré Saad Eddine al Othmani, lors d'une conférence de presse à l'issue d'un entretien avec son homologue russe Sergueï Lavrov.

Selon les organisations de défense des droits de l'homme et l'opposition, le cessez-le-feu entré en vigueur le 12 avril a été mis à mal dans plusieurs villes du pays, notamment à Homs, Hama ou Deera, où les violences se sont poursuivies.

Reuters


__
-------------
" Il ya deux manières d'ignorer les choses:
La première, c'est de les ignorer;
La seconde, c'est de les ignorer et croire qu'on les sait.
La seconde est pire que la première."



Peuple sans mémoire, peuple sans histoire





http://www.facebook.com/DIKKTARIOF

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum